Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

1. Systèmes sociaux et systèmes alimentaires à l'épreuve des sécheresses

Sécheresse et Émigration aux îles du Cap Vert

Michel Lesourd

Texte intégral

1A 500 km à l’ouest des côtes mauritano-sénégalaises, l’archipel du Cap Vert (4 033 km2, 9 îles habitées, quelques îlots) est l’avancée extrême atlantique des terres peuplées de la zone sahélienne. Sahel océanique, c’est un jeune micro-Etat vivant de maigres ressources agricoles, de l’argent envoyé par les émigrés et de l’aide internationale. Comme les autres États sahéliens, le Cap Vert est la victime séculaire de sécheresse redoutables, principales causes d’une émigration ancienne qui s’est accélérée ces vingt dernières années.

Fig. 1. CROQUIS DE SITUATION

1 - LA SÉCHERESSE, UNE CONSTANTE DE LA VIE CAP-VERDIENNE

2L’archipel est compris dans la zone des faibles précipitations irrégulières sahéliennes. Si les versants montagneux « au vent » des alizés relativement humides de l’est connaissent des précipitations notables, il n’en est pas de même de la plus grande partie du territoire des îles, composée de bas-plateaux et de vallées. Olivry (1983) donne, pour Praia (Santiago, al. 64 m), une moyenne annuelle de 234 mm pour la période de 1875-1982, avec une tendance séculaire à la baisse conforme à l’évolution qu’il observe à Saint Louis du Sénégal et Banjul pour une période semblable.

Fig. 2 - RÉPARTITION DES PRÉCIPITATIONS DANS LES ILES AGRICOLES EN RÉPUBLIQUE DU CAP VERT

3Des déficits accentués se sont traduits par des famines plus ou moins graves et même une année excédentaire peut être source de crise alimentaire en raison de l’extrême irrégularité des pluies du bref hivernage.

Fig. 3 – ÉVOLUTION DE LA PLUVIOMÊTRE ANNUELLE MOYENNE PRAIA – ILE DE SANTIAGO (1875-1984) (Alt. 64 M)

4Les sécheresses récentes ont été durement ressenties : entre 1968 et 1982, la moyenne annuelle des précipitations était, à Praia, de 125,4 mm, avec des successions très faibles. Ce contexte climatique, peu favorable aux cultures vivrières préférées des cap-verdiens (maïs, haricot), est aggravé par des conditions géologiques qui renforcent l’aridité : matériel rocheux éruptif perméable, nappes profondes et rares.

2 - LE SYSTÈME SOCIAL CAP-VERDIEN A L’ÉPREUVE DES SÉCHERESSES

5Dans un pays où les sequeiros couvrent 99 % de la S.A.U., le développement d’une économie agro-pastorale sédentaire a toujours été précaire, et les crises économiques encouragèrent très tôt l’émigration.

6L’émigration internationale est devenue si importante que l’on compte aujourd’hui davantage de cap-verdiens émigrés (450 000) que vivant sur l’archipel (300 000). Près de 115 000 personnes ont spon-tanément émigré entre 1960 et 1973. Compte tenu des retornados, le solde migratoire est, pour la période 1971-80, de —50 895. Certes, l’émigration récente a de multiples causes, mais la dégradation des conditions naturelles a joué un rôle décisif.

7Les migrations inter-îles sont une autre réponse paysanne à la sécheresse. Les îles offrant des emplois industriels et de services ont un solde positif : Santiago (Praia, capitale), São Vicente (Mindelo, principal centre commercial), Sal (aéroport international). Les îles les plus touchées par l’émigration sont agricoles : Santo Antão, São Nicolau, Fogo, Brava. Le taux d’émigration y varie de 16 à 25 %.

8L’acquisition de terre grâce à l’épargne est une préoccupation majeure des émigrés. Au Cap Vert, la terre est rare. Les regadios, mais aussi beaucoup de sequeiros sont accaparés par quelques latifundiaires. La propriété en minifundio est dominante, mais 40 % des paysans n’ont pas de terre, ce qui explique l’importance du faire-valoir indirect, fermage et surtout métayage. L’accession à la propriété, fût-elle minuscule, apparaît donc comme un désir légitime, et les émigrés sont ceux qui exercent la plus forte pression sur le marché foncier. Dans toutes les îles, les plus gros acquéreurs sont des chefs d’exploitation en migration ou ayant migré. Les exploitations sans migrant achètent peu, et leurs terres proviennent surtout d’héritages.

9Ces achats modifient partiellement l’ordre foncier. La mobilité de la propriété est accrue. De plus, les émigrés ayant acheté une terre, une fois rentrés, pratiquent plutôt le faire valoir direct. Mais, si à Santo Antão, la terre de l’émigré est affermée, ailleurs, elle est mise en métayage : il n’y a pas de remise en cause de cette structure inégalitaire peu propice au progrès économique. Enfin, les émigrés accédant à la terre sont souvent, déjà, petits propriétaires : la propriété est l’un des moyens qui autorisent l’émigration. On assiste donc à une concentration de la propriété entre les mains du groupe social des propriétaires. Les sans-terre en sont partiellement exclus, ayant, plus que d’autres, du mal à partir en migration.

10La Réforme Agraire mise en place par l’État et appliquée depuis 1982 veut faire disparaître les contrats de métayage, les remplacer par des fermages et favoriser l’accès à la terre aux paysans qui en sont démunis. Son application se heurte à l’opposition des grands propriétaires, mais aussi au désir des petits propriétaires d’améliorer leur statut à l’intérieur d’un système social qu’ils ne remettent pas en cause. Émigrés et sans-terre sont antagonistes : concurrents pour la terre, les sans-terre sont une main d’œuvre utilisable à bon compte pour faire valoir l’exploitation pendant la longue absence.

11Systèmes d’exploitation et structure des actifs sont affectés par l’émigration. Les travaux collectifs d’entraide (junta-mão) sont affaiblis. Les aides familiaux partent : la majorité a moins de 30 ans. Mais l’émigration cap-verdienne, ancienne, est aussi structurelle : des hommes mariés s’en vont (53 % des migrants de Santiago). Ainsi l’émigration déséquilibre-t-elle les structures d’âge des ruraux. De plus, l’émigration féminine, traditionnelle à São Nicolau, se développe dans d’autres îles. Partout, le rapport actifs/inactifs est en baisse : situation classique que l’on retrouve dans plusieurs régions d’Afrique.

12Ces inconvénients sont partiellement compensés par les avantages qu’offre l’émigration. Modernisation de l’habitat, moins de bouches à nourrir, moins de sous-emploi en sont les aspects les plus visibles. L’émigration est créatrice de réseaux et de mouvements de personnes et d’argent : les mandats compensent la baisse des revenus de l’exploitation engendrés par la diminution de la force de travail.

3 - LE SYSTÈME ALIMENTAIRE CAP-VERDIEN A L’ÉPREUVE DES SÉCHERESSES

13L’aspect le plus positif, à court terme, de l’émigration, concerne l’alimentation paysanne. L’argent reçu est utilisé pour des achats de nourriture. La production locale ne suffit pas à nourrir l’archipel, et divers produits d’importation sont achetés. Malgré la dégradation sérieuse de la production alimentaire, ces faits expliquent —avec les tardives mesures prises par les colonisateurs et surtout la qualité des actions réalisées par l’État cap-verdien depuis 1975— que la succession des sécheresses depuis 1968 n’ont, au Cap Vert, entraîné aucune famine.

14Le système alimentaire est affecté par les sécheresses récentes. Sur 403 000 ha de terres, 92 000 environ sont cultivables, dont 2 000 irrigués. En année normale, environ 56 000 ha sont mis en culture, mais en année sèche, moins de 30 000, et les superficies récoltées encore moindres : la sécheresse est responsable d’une contraction d’ensemble de l’espace productif. A São Nicolau, par exemple, l’association traditionnelle maïs-haricot est pratiquement abandonnée en zone aride, c’est-à-dire, actuellement, au-dessous de 400 m d’altitude.

15Les productions végétales, passées par de très importantes fluctuations interannuelles, ont diminué. Pour le maïs, base alimentaire préférée de l’archipel :

161965 1970 1975 1980 1981 1982 1983

1712 679 3 354 1 500 8 500 3 000 4 400 2 700

18(en tonnes)

19Patates douces et arachides sont, avec le maïs, les plus touchées. Le manioc, en regadio, l’est moins. Au contraire des haricots, le pois d’Angola (Cajanus cajan), légumineuse arborescente particulièrement résistante à l’aridité, s’est maintenu. Dans le domaine des élevages, les bovins ont payé tribut à la dégradation des pâturages (41 800 en 1968, 12 930 en 1982), mais les caprins se sont maintenus ; porcins et volailles sont plus nombreux. Les mesures prises par le gouvernement cap-verdien ont permis le maintien de la disponibilité en viande par habitant (7,7 kg/an). Au total, le système alimentaire s’est replié sur les légumineuses et, en regadio, sur manioc/patate/taro. Les exploitants des terres irriguées se sont lancés dans ces cultures vivrières commerciales relativement rémunératrices quand le maïs manque.

20La production alimentaire couvre, les bonnes années, 40 % des besoins du pays et, les mauvaises, moins de 10. Le déficit moyen annuel en maïs est de 25 à 35 000 t. et les importations alimentaires totales, qui étaient de 38 300 t. en 1974/75 dépassaient, en 1983, 71 000 t... Malgré cette couverture, malnutrition et sous-nutrition existent au Cap Vert, en relation avec l’importance locale des sequeiros et le taux d’émigration.

4 - UN ESPACE AGRAIRE DYNAMIQUE

21Dans ce contexte de crise chronique de subsistance et de blocage du système social, l’espace agraire n’est pas pourtant pas figé.

22Si l’État se heurte, pour sa Réforme, à de nombreux obstacles, il n’en est pas de même pour l’action « technicienne » qu’il développe depuis plus de cinq ans. Des actions spécifiques aux micro-milieux montagnards arides sont, avec l’aide financière et technique internationale, en cours de réalisation. Dans l’île de Sao Nicolau, par exemple, des micro-périmètres irrigués sont aménagés, avec le souci d’une valorisation de l’eau et d’un aménagement soigné des pentes. C’est l’association patate-manioc-bananier qui, aux yeux des paysans, présente le plus d’avantages. Là où l’État contrôle la production, les cultures maraîchères et fruitières ont prévalu, en liaison avec des techniques d’irrigation plus sophistiquées. En sequeiro, en revanche, la vulgarisation de céréales adaptées aux conditions sahéliennes (mils) a peu abouti.

Fig. 4 - CRÉATION ET DÉVELOPPEMENT DES PÉRIMÈTRES IRRIGUÉS DANS L’ILE DE SAO NICOLAU

23L’aménagement des pentes des vallées est un autre thème mobilisateur de la population : création ou réfection de terrasses, murets de protection, aménagement de digues et de micro-barrages, canalisations. Le reboisement des zones basses en Prosopis, fournisseur de fourrage pour le bétail devrait aider au maintien du système agro-pastoral traditionnel.

24Par ses effets physiques, la sécheresse conduit l’État cap-verdien à encourager la mutation du régime alimentaire traditionnel de la population. Cette volonté se heurte à de nombreux obstacles, culturels mais aussi économiques : commercialisation difficile en secteurs enclavés, préjugés alimentaires. Les conséquences humaines sont plus redoutables : désorganisation du système de production et, malgré l’émergence de nouvelles stratifications économiques, maintien et peut-être aggravation des écarts entre propriétaires et paysans sans terre. L’émigration gêne l’application de la Réforme Agraire, mais elle est indispensable au maintien sur place d’une population rurale que l’organisation urbaine actuelle du Cap Vert est incapable d’absorber. Confronté à ces difficultés, l’État cherche, par l’extension des regadios, l’aménagement des penstes et l’utilisation des ressources hydriques, à améliorer la production alimentaire du pays, sans espoir pourtant d’arriver à l’auto-suffisance.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Cabo Verde. Dez anos de desenvolvimento Ed. Delroisse-Vilo (France) 1985.

Carreira (A). Migrações nas ilhas de Cabo Verde. Ed. Universidade Nova de Lisboa, Portugal, 1977.

Carreira (A) Cabo Verde (Aspectos sociais. Secas e fomes do Seculo XX). Biblioteca Ulmerro n° 9 Lisboa Portugal, 1977 et 1984.

Emigração. 10 anos de Independencia. Breve reflexão. Numero especial 5 de Julho de 1985. Revista do Ministerio dos Negocios Estran-geiros, Praia, Rép. de Cabo Verde.

Freud (C), Richard (J), Papazian (V) : Evaluation des interventions françaises dans l’île de São Nicolau (Cap Vert). M.R.E. Coopération et Développement. Août 1984.

Legrain, Cap. Nutrition et santé des enfants aux îles du Cap Vert. Environnement Africains numéros 14 - 15 - 16. ENDA Dakar 1980.

Lesourd (M). L’Etat et la République du Cap Vert : construction politique et territoriale d’un petit pays insulaire. Actes de la Table Ronde « l’Etat contemporain en Afrique ». Déc. 1985 (à paraître).

Olivry (J.C.). Le point en 1982 sur l’évolution de la sécheresse en Sénégambie et aux îles du Cap Vert. Examen de quelques séries de longue durée (débits et précipitations). Cah. ORSTOM. ser. Hydrologie vol. XX n° 1.1983.

Richard (J) Aspects de l’émigration rurale dans l’archipel du Cap Vert. S.E. da Cooperação e Planejamento, MDR, ORSTOM, 1983.

Trigo de Abreu (A), Soares (H) et auteurs. Desenvolvimento e Pesquisa no longo prazo em Cabo Verde. Mesa Redonda Nov. de 1981, Praia. Instituto Gulbenkian de Ciencia (C. de E. de Economica Agraria) Oeiras (Portugal) 1983.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. CROQUIS DE SITUATION
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1288/img-1.jpg
Fichier image/, 88k
Légende Fig. 2 - RÉPARTITION DES PRÉCIPITATIONS DANS LES ILES AGRICOLES EN RÉPUBLIQUE DU CAP VERT
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1288/img-2.jpg
Fichier image/, 229k
Légende Fig. 3 – ÉVOLUTION DE LA PLUVIOMÊTRE ANNUELLE MOYENNE PRAIA – ILE DE SANTIAGO (1875-1984) (Alt. 64 M)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1288/img-3.jpg
Fichier image/, 128k
Légende Fig. 4 - CRÉATION ET DÉVELOPPEMENT DES PÉRIMÈTRES IRRIGUÉS DANS L’ILE DE SAO NICOLAU
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1288/img-4.jpg
Fichier image/, 104k

Auteur

LEDRA - Université Haute-Normandie

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540