Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

1. Description, caractérisation et compréhension des phénomènes lies à la sécheresse

Comparaison de sécheresses historiques et de la sécheresse actuelle au Sahel. Essai de définition de la sécheresse et de l'aridification

Charles-Henri Toupet

Texte intégral

1Dans la perspective d’une comparaison entre le Nordeste et le Sahel, il est utile de rappeler les connaissances que nous possédons et les incertitudes qui subsistent sur les cataclysmes qui frappent régulièrement le Sahel africain et dont le dernier connaît une ampleur telle qu’il nous semble opportun de proposer une interprétation sur l’évolution du climat sahélien vers une aridité plus grande.

2Nous définirons la sécheresse comme « un phénomène accidentel, de durée variable, marqué par un déficit anormal en eau, entraînant une rupture des équilibres naturels, une désorganisation de l’aménagement du pays, une baisse considérable de la production vivrière et des bouleversements sociaux qui peuvent être irréversibles » (Ch. TOUPET et P. MICHEL, 1979, p. 138).

3Elle sévit dans tous les domaines climatiques (la France en a souffert en 1976 et en 1985), mais elle frappe plus durement les régions semi-arides marquées par une très forte variation interannuelle des pluies, que le régime pluviométrique soit anarchique comme dans le Nordeste ou organisé comme dans le Sahel.

4L’analyse des témoignages humains (chroniques, tradition orale), des modifications du milieu naturel et des données climatiques montre que la sécheresse actuelle est incomparablement plus étendue, plus aiguë, plus destructrice que les sécheresses passées (Ch. TOUPET, 1977, 1982). Au-delà de l’examen des variations interannuelles il nous a paru utile de préciser l’importance du phénomène au moyen de l’étude de la distribution quotidienne des pluies.

5Si l’observation des totaux annuels de pluie et de leurs stations donne une image de l’extension d’une sécheresse dans le temps et dans l’espace, c’est l’analyse de la distribution des pluies quotidiennes qui permet de définir l’importance du phénomène. Nous nous proposons pour la station de Kiffa (Mauritanie) située en plein coeur du Sahel, d’analyser successivement l’intensité des précipitations, le nombre de jours de pluie, la durée de la « saison humide », les dates de commencement et d’achèvement de cette saison, les durées des sécheresses effectives et la corrélation éventuelle à établir entre la durée et l’abondance des pluies pour aboutir à la notion de pluie utile.

6Au cours de la décennie 1953-1962, qui fut particulièrement pluvieuse, la fréquence des précipitations journalières s’établit ainsi :

7Il convient de noter l’importance des pluies moyennes et fortes et l’extrême rareté des très fortes pluies : celles du 2 août atteignent 114 mm, soit le tiers du total d’une année moyenne (Ch. TOUPET, 1977, p. 58, 59).

8De 1971 à 1982 la répartition est la suivante :

9La sécheresse se caractérise par le laminage des petites pluies (29), l’absence ou plutôt la quasi absence des très fortes pluies (50,1 mm le 30 août 1975) et l’importance relative accrue des pluies moyennes et fortes.

10Or cette structure des précipitations est très défavorable : les fortes pluies provoquent des ravinements et sont d’autant plus érosives que la couverture végétale a été en grande partie détruite.

11Parallèlement, il faut remarquer la diminution du nombre de jours de pluie et examiner si elle peut être mise en relation avec le volume annuel des pluies. En 1931-1960, déjà, on note que cette relation n’est pas absolue : « 17 jours en 1941 (TD), 29 jours en 1938 (D), 31 jours en 1958 (N), 32 jours en 1943 (E) ; mais l’année très excédentaire de 1952 ne comporte que 26 jours de pluie dont deux à 73,1 mm le 31 août et 103,7 mm le 7 septembre ». (Ch. TOUPET, 1977)

12L’analyse de la période 1971-1982 (tableau ci-dessous) aboutit aux mêmes conclusions : il pleut un peu moins rarement en année déficitaire qu’en année très déficitaire, mais, par exemple, l’année 1981 (D) reçoit 310,7 mm en 18 jours seulement, avec sept pluies inférieures à 20 mm et deux supérieures à 40 mm, et l’année 1979 (TD) ne reçoit aussi en 18 jours que la moitié (155,2 mm).

13Au-delà du nombre de jours de pluie, il est essentiel de tenter de délimiter la durée de la saison des pluies, même si ce dernier terme a quelque chose de dérisoire en pleine période de sécheresse.

14Il convient tout d’abord de définir le début et la fin de la saison humide.

15A la suite des multiples observations faites par des pasteurs, des notables, des scientifiques et nous-mêmes (dans le Sahel mauritanien) et des travaux très précis poursuivis par les chercheurs du Centre agronomique de Bambey au Sénégal sur la quantité initiale de pluie nécessaire au démarrage des cultures sous pluie d’arachide ou de mil (Ph. SERVAIN, 1968), « il nous semble prudent de retenir les ordres de grandeur suivants : la saison des pluies débute quand le total des précipitations atteint au moins 20 mm tombés en un seul jour ou en deux jours consécutifs ; la fin de la saison humide survient avec la dernière pluie enregistrée, même si elle est très faible, à condition qu’elle fasse suite à d’autres chutes, ou qu’elle soit supérieure à la valeur calculée de l’évapotranspiration potentielle ». (Ch. TOUPET, 1977).

16Pour la période 1931-1960, « la lecture du tableau suivant montre qu’il n’y a pas corrélation absolue entre la durée de la saison et l’abondance des pluies : le groupe Il comporte bien trois années très excédentaires, mais aussi une année déficitaire ; le groupe III ne comporte que deux années très déficitaires ». (Ch. TOUPET, 1977)

Durée de la saison des pluies et abondance des pluies (1931-60)

17Pour la période 1971-82, il a fallu modifier cette distribution puisque, pour deux années (1978-D et 1982 TD, record inférieur), la saison humide ne commence qu’en août ; mais les conclusions restent les mêmes. Tout au plus peut-on signaler que l’année 1978 qui débute fort tard a reçu dans les derniers jours de novembre et les premiers jours de décembre de fortes pluies (44,8 mm au total) probablement liées à une invasion d’air polaire.

18Cette distribution est liée à la fréquence des intervalles de sécheresse. Déjà, durant la période 1931-1960, « les périodes de rémission des pluies sont très fréquentes : sept années seulement connaissent une heureuse succession des pluies : 1932,1936,1950,1951,1952, 1954 et 1955 ; pour toutes les autres, les intervalles dépassent souvent quinze jours pour atteindre même un mois » (Ch. TOUPET, 1977).

19De 1971 à 1982, le phénomène est beaucoup plus accusé : la saison humide se réduit à quelques noyaux de jours de pluie séparés par des intervalles de deux à six semaines. Une année qui commence bien peut s’avérer catastrophique ; par exemple en 1973, il tombe 42,2 mm le 1er juin et 1,9 mm le 2, mais il faut attendre le 27 juin pour qu’une nouvelle chute donne 14,5 mm ; en juillet il ne pleut que très peu, le 13, le 26 et le 30 ; seul le mois d’août est exempt de ces rémissions avec huit pluies en 31 jours ; une dernière pluie est enregistrée le 17 septembre ; au total, les espoirs initiaux ont été réduits à néant.

20Cette brève analyse, qui devra être complétée par l’examen d’autres stations, autorise néanmoins quelques conclusions et interprétations.

  • La sécheresse récente ne modifie pas les structures du régime pluviométrique mais elle en aggrave considérablement les caractères : réduction de la période pluvieuse, diminution des quantités reçues, importance accrue des pluies orageuses néfastes, augmentation sensible des périodes de rémission des pluies.
  • Les implications avec les ressources en eau, le modelé du paysage, la nature et la répartition de la couverture végétale sont telles que la sécheresse qui est en premier lieu un phénomène climatique —à savoir et à rappeler, un déficit pluviométrique anormal— s’analyse aussi comme un phénomène physique au sens global, hydrologique, morphologique et biogéographique à la fois.
  • Les conséquences sur la vie de l’homme et l’occupation de l’espace sont évidentes. Il y a encore un gros effort d’analyse à fournir en ce qui concerne les pluies utiles et donc la capacité d’adaptation des éleveurs et des cultivateurs à ces données impératives.
  • Il est bien évident que le rôle de l’homme est essentiel quant à l’évolution de ce phénomène. (cf. Ch. TOUPET, 1977, Ch. TOUPET et P. MICHEL, 1979, D. RETAILLE, 1984) :par son expansion démographique et spatiale, par l’utilisation de techniques préjudiciables, par le biais de la sédentarisation et de l’urbanisation sauvage en des milieux fragiles à l’extrême, l’homme accélère les processus d’aridification et ralentit ou parfois bloque les amorces de régénération de la nature. (Ch. TOUPET, 1984).
  • Si à travers les lacunes et les incertitudes, on tente de reconstituer l’histoire du climat sahélien depuis le Moyen-Age en évoquant les agricultures sous pluie des grands empires sahéliens médiévaux, les successions de périodes de vaches grasses et de vaches maigres des siècles intermédiaires, les données pluviométriques séculaires de la station de Saint-Louis, il nous paraît légitime d’affirmer que la tendance actuelle est à une aridité de plus en plus forte, à une véritable aridification du climat sahélien.

BIBLIOGRAPHIE

21NB — Je suis heureux d’exprimer ma reconnaissance à Monsieur Yann L’Hote, responsable du bureau Pluviométrie du Laboratoire d’Hydrologie de l’ORSTOM, pour les données pluviométriques du domaine sahélien qu’il m’a aimablement communiquées.

Bibliographie

RETAILLE D. 1984 - La sécheresse et les sécheresses au Sahel. L’information Géographique 48, p. 137-144, 4 fig.

SERVAIN Philippe. 1968 - Pluviométrie et agriculture. Contribution à l’étude des pluies utiles. Dakar. Direction de l’Aménagement du territoire. 1 vol. ronéo. 81 p.

TOUPET Charles. 1977 - La sédentarisation des nomades en Mauritanie centrale sahélienne. Paris. H. Champion. 490 p. 55 fig.

TOUPET Charles. 1982 - Les sécheresses historiques de la Mauritanie. Bull. Ass. Géogr. Franç. n° 484, p. 34-388.

TOUPET Charles. 1984 - La régénération des milieux naturels dans le domaine sahélien : l’exemple mauritanien. p. 75-87, 1 fig. In : Le développement rural en question. Paris. ORSTOM. mém. n◦ 106.

TOUPET Charles et Pierre MICHEL. 1979 - Sécheresse et aridité ; l’exemple de la Mauritanie et du Sénégal. Géo. Eco. Trop. n◦3, 2, p. 137-157,4 fig.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1229/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Durée de la saison des pluies et abondance des pluies (1931-60)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1229/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1229/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Auteur

Université Jean Moulin - Lyon

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Freemium

Offert par