Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoir local, régionalismes, décentralisation

 | 
Jean Revel-Mouroz

2. Acteurs du Développement régional et Pouvoirs locaux

Les universités mexicaines et les processus de décentralisation et de développement local

Une vision critique pour une réforme de l'enseignement supérieur

Jorge Padua

Texte intégral

1Ce texte présente brièvement un diagnostic de la structure de l'enseignement supérieur au Mexique et de son évolution ainsi que trois éléments d'analyse déterminant profondément, selon nous, les critères qui orientent la planification dans ce domaine et conditionnent ses possibilités de changement : a) les tendances démographiques de la population, particulièrement les modifications de la pyramide des âges et de la demande potentielle par rapport à l'enseignement supérieur, b) le type de réponses historiquement données aux propositions de réforme du niveau universitaire et c) les changements à l'échelle mondiale dans les modes de production et d'organisation sociale du travail que l'on qualifie de Troisième Révolution Industrielle.

2L'analyse de l'évolution des entrées à l'Université donne des éléments importants pour évaluer un système qui traverse une profonde crise car malgré une forte croissance des taux de participation, experts et usagers se plaignent du niveau de l'enseignement tant d'un point de vue quantitatif que qualitatif. Il s'agit là d'un problème objectif posé par la qualité de l'apprentissage offert à tous les niveaux du système et par le degré de correspondance entre les besoins de la société et l'appareil scolaire.

3Les tendances démographiques permettent non seulement d'établir des prévisions sur certains aspects techniques liés aux estimations de la demande potentielle et réelle mais aussi de prévoir -et cela est subtil- comment les stratégies étatiques anticiperont la demande et la canaliseront par le recours à des mécanismes régulateurs de la progression à l'intérieur du système scolaire.

4L'histoire montre que les problèmes de la mise en œuvre des réformes s'expliquent par les relations existant entre l'Université et l'État et par certains modes de réponse dictées par les formes organisationnelles prises par les conflits. Il s'agit de chercher des éléments de réponse à la question que pose la croissance de la scolarisation en dépit du nombre de plans, de programmes, d'organismes de planification et au dépens de la qualité de l'enseignement et des correspondances avec les besoins qui se négocient en fonction des intérêts immédiats des maîtres, des étudiants, des administrateurs, des autorités, des organisations syndicales, des agences gouvernementales et autres acteurs sociaux.

5Enfin, la Troisième Révolution Industrielle constitue un changement d'échelle, une modification dans les qualités de la production ainsi que dans les formes d'organisation sociale du travail, ce qui risque de rendre encore plus vulnérable l'économie des pays dépendants et d'aggraver la crise actuelle déjà très profonde. Les universités, si elles veulent jouer un rôle important doivent repenser sérieusement ses conceptions, son mode de fonctionnement et ses liens avec l'appareil productif.

1. L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU MEXIQUE. ÉVOLUTION ET RÉGIONALISATION

6Les premières institutions d'enseignement supérieur furent créées au Mexique pendant l'époque coloniale par des ordres religieux et pourtant ce n'est qu'au début de ce siècle que l'Université connaît un développement réel, si sous ce terme d'Université on comprend une organisation incluant au moins deux facultés ou écoles coordonnées. C'est alors qu'à l'Université Nacionale de Mexico (réouverte en 1910) viennent s'ajouter l'Université Michoacana de San Nicolas de Hidalgo (1917), l'Université du Yucatan (1922), celle de San Luis Potosi (1923) et l'Université de Guadalajara (1925). Au cours des années trente, quelques instituts scientifiques et littéraires se transforment en Université et on crée l'Instituto Politécnico Nacional (1937). Vers 1940, le Mexique dispose de 7 universités ; 1943 voit la fondation de l'Institut Technologique et des Etudes Supérieures de Monterrey et de l'Université Ibéroaméricaine dans le District Fédéral ; ce sont des institutions privées qui exerceront une grande influence notamment dans les années 70 et 80. En 1948, apparaît le premier de ces Instituts Technologiques Régionaux dépendant de la SEP. A l'échelle du pays, les centres d'enseignement supérieur en 1940 avaient 25 000 étudiants. En 1950, le Mexique avec ses 12 universités, qui traduisent une croissance de la demande sociale et des changements structurels dans la société, amorce une étape où l'offre va considérablement augmenter et de façon continue jusqu'à nos jours.

1.1. Caractéristiques de la croissance au cours des 25 dernières années

  • 1 En 1958, création de l'Association Nationale des Universités et Instituts d'Enseignement Supérieur (...)
  • 2 GALVEZ E., et VILLAGOMEZ, E.- Analisis regional de la educacion superior.-ANUIES, Mexico D.F., 197 (...)

7A partir des années cinquante, se manifeste le souci d'organiser un enseignement supérieur qui commençait à croître et à s'étendre à travers tout le pays1. Les thèmes principaux qui sous-tendaient la planification ont évolué depuis cette époque des années 50 et 60 où il s'agissait d'étendre l'offre d'enseignement supérieur aux états et régions qui en étaient dépourvus, ceci grâce à la création d'universités fonctionnant comme centres régionaux ; maintenant, c'est-à-dire depuis les années 70-802, il s'agit d'aménager l'expansion et d'établir une coordination entre l'enseignement supérieur et le développement social et économique des régions.

8En 1959, le système d'enseignement supérieur recevait 70 728 étudiants (niveau licence et thèse) et vers 1985, 1 128 660, ce qui représente une croissance de 1 à 15 en 26 ans avec une dynamique plus marquée dans les années 60-70 et 70-80 (tableaux 1 à 4). Dans la tranche d'âge des 20-24 ans, 1 jeune sur 20 était inscrit en 1970 dans un établissement d'enseignement supérieur et 1 sur 7 en 1985. A la croissance numérique s'ajoute un mouvement de répartition à travers le pays. Ainsi, l'analyse des chiffres montre en particulier :

  1. un processus de déconcentration des inscriptions au niveau de la licence touchant l'ensemble du pays (En 1960, le District Fédéral concentrait 69 % des étudiants et seulement 24 % en 1985).
  2. une diminution des entrées à l'Instituto Politecnico Nacional (IPN) qui jusqu'en 1975 contrôlait 70 % des inscriptions au sous-système de l'enseignement technologique de niveau supérieur et seulement 24 % en 1985.
  3. une baisse proportionnelle des inscriptions à l'Universidad Nacional Autonoma de Mexico (UNAM) par rapport à l'ensemble du pays mais aussi par rapport à la ville de Mexico (L'UNAM inscrivait 58 % des étudiants en 1959, 24,6 % en 1972, 14,0 % en 1980 et 13,7 % en 1985).
  4. une augmentation de la participation des universités et instituts au niveau des états : 36,4 % en 1970 et 47 % en 1985.
  5. une stabilisation de la part des universités privées (13,76 % en 1972 ; 13,79 % en 1982 ; 13,2 % en 1985) sauf l'Institut Technologique et des Etudes Supérieures de Monterrey qui étend son offre de services jusqu'à atteindre le District Fédéral et d'autres états de la République.
  6. une concentration dans le District Fédéral des préparations au doctorat malgré la déconcentration au niveau de la licence (64,1 % en 1981), surtout en sciences sociales (53 % des maîtrises et 50 % des doctorats). En 1980, au Mexique, 30 627 étudiants poursuivaient leurs études au-delà de la licence dans 114 établissements qui préparaient à la maîtrise et 14 au doctorat.

9Une analyse de la répartition régionale des inscriptions (voir tableaux 3 et 4) montre que les taux de croissance pour la période 1960-1985 ont été particulièrement élevés dans le Nord-Ouest (13 335,2 %), le Centre Sud (5 953,9 %), le Centre (5 283,7 %) et le Sud (4 756,1 %). Toutefois la part relative des inscrits révèle une plus forte concentration dans le District Fédéral (23,8 % de l'ensemble alors que le D.F. rassemble 13,2 % de la population du pays) et dans la zone Nord (14,8 % et 9 % respectivement). Ces derniers chiffres ne font que traduire les inégalités et les déséquilibres en terme de taux de participation par groupe d'âge ainsi que quelques problèmes posés par le regroupement en zones de la ANUIES à l'intérieur des différentes entités fédératives des 7 régions autres que le District Fédéral.

10Si l'on rapporte le nombre d'étudiants inscrits au niveau de la licence aux groupes d'âge des 20-24 ans non plus par zones de la ANUIES mais par entité fédérative (voir tableau 4), l'on s'aperçoit que les taux de participation les plus élevés se trouvent à : Nuevo Leon (24,1 %), le District Fédéral (23,6 %) Sinaloa (17,2 %) et les plus faibles dans les états de Mexico (6,8 % ; Guerrero (6,7 %, Zacatecas (6,7 %), Campeche (6,4 %) Oaxaca (4,4 %) Quintana Roo (3,7 %), Hidalgo (3,7 %) Chiapas (3,3 %) et Guanajuato (3,3 %). Au niveau national, le taux des inscrits au niveau de la licence est de 12.6 %.

11Ces chiffres reflètent d'énormes déséquilibres entre les régions produits par une série de facteurs, démographiques et structurels entre autres, et principalement la demande réelle conditionnée par l'expansion de la scolarité de niveau moyen.

12Les diagnostics réalisés par les organismes spécialisés au cours de ces vingt dernières années aboutissent aux même conclusions : faible articulation entre les universités et les établissements d'enseignement supérieur, absence de politiques et de méthodes communes ; manque de liaisons ; surévaluation du rôle de l'enseignement ; faiblesse des activités de recherche ; insuffisance en ressources humaines qualifiées ; rareté des bilans d'activité. Enfin pas de planification efficace et opérationnelle visant à une meilleure rentabilité interne et externe et prenant en compte les priorités locales, régionales et nationales.

13Si la planification à niveau national se heurte aux universités et aux instituts d'enseignement supérieurs parce qu'ils se préoccupent de façon excessive de la défense de leurs propres intérêts, des affaires et des pressions de caractère local, il faut dire que c'est une planification verticale, du centre vers la périphérie, des organismes de planification de l'État vers des universités et des instituts qui sont autonomes dans leur majorité et donc que ses orientations ne peuvent qu'être indicatives. Le diagnostic du PROIDES souligne la faible participation de la communauté scientifique tant au niveau des universités qu'à celui des instituts de recherche pédagogique ; les plans sont élaborés au niveau national par un appareil bureaucratique complexe composé au sommet par un Système National de Planification Permanente de l'Enseignement supérieur (SINAPPES) par une Coordination Nationale pour la Planification de l'Enseignement Supérieur (COEPES), 7 ou 8 Conseils Régionaux pour la Planification de l'Enseignement Supérieur (CORPES) puis par les 26 Commissions des États pour la Planification de l'Enseignement Supérieur (COEPES) et à la base par près de 400 institutions variées d'enseignement supérieur (IES) dont 48 % sont publiques (33 autonomes, 7 relevant des états et 106 de l'État central) et 52 % privées.

14La grande hétérogénéité dans la taille de ces établissements pose des problèmes de gestion. En outre, bien que les plans s'établissent à court, moyen et long terme, les politiques générales concernant l'enseignement pâtissent des changements de sexenio malgré le maintien du PRI au pouvoir. Par ailleurs il faut souligner comme autre source de problèmes la définition de politiques contraires non seulement aux intérêts particuliers des universités mais aussi à la cohérence entre les objectifs eux-mêmes, le type de projections qui se réalisent et les attentes sociales de mobilité par l'enseignement. Ainsi, le schéma d'orientation du PROIDES soutient qu'il faut favoriser le développement des sciences exactes et naturelles, les enseignements d'ingéniérie et de technologie et parallèlement décourager les étudiants d'entrer dans certaines branches, administration, comptabilité, droit et médecine. Dans le même paragraphe (p. 47 du document du PROIDES) il est recommandé d'orienter le flux scolaire vers des options de formation terminale de niveau moyen supérieur, options qui coïncident précisément avec les spécialités technologiques.

2. TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES DE LA POPULATION EN AGE SCOLAIRE ET POLITIQUE D'ÉDUCATION

  • 3 Nous travaillons seulement avec l'hypothèse qui prend en compte les buts et les objectifs établis (...)

15Ceux qui sont chargés de la planification de l'éducation au niveau moyen et supérieur s'intéressent principalement à la croissance accélérée de la demande et donc aux caractéristiques de la croissance démographique de la population Nous analyserons dans cette partie les projections de population concernant les groupes d'âge scolaire, par tranche de 5 ans à partir de 1980 jusqu'à l'an 2000. Sur la base des estimations réalisées par la CELADE, le CONAPO et la Direction des Statistiques du Secrétariat à la Programmation et au Budget nous présentons les statistiques par tranches d'âge afin de pouvoir les recomposer en fonction de la demande potentielle par groupes d'âge correspondant de plus près à la structure réglementant les entrées dans les différents niveaux scolaires3.

16Les tableaux 5 et 6 montrent que, si en termes généraux la population tend à vieillir (les groupes plus jeunes diminuent en valeur relative et en valeur absolue avec le succès de la politique de contrôle des naissances) la transition vers la recomposition de la pyramide traduit des baisses successives depuis les tranches les plus basses ; il est clair que ces modifications démographiques ont des répercussions importantes sur le nombre d'enseignants, les établissements scolaires, le matériel pédagogique etc... Des répercussions également moins évidentes, sur les allocations de ressources car, dans la situation historique que vit le pays, on tend à privilégier les niveaux les plus aptes à exercer des pressions sur l'État.

17La demande potentielle évoluera dans le temps selon les niveaux scolaires de la façon suivante :

  • 4 Pour une étude des politiques portant sur les formations technologiques et spécialement les aspect (...)

18NIVEAU MOYEN SUPÉRIEUR : Avec la population en âge d'entrer dans l'enseignement supérieur, c'est le groupe qui augmente le plus. La tranche d'âge 16-19 ans s'accroîtrera de 1715 mille personnes entre 1985 et l'an 2000 (de 7 084 466 à 8 800 620). Anticipant la demande que ce nombre signifie pour le niveau supérieur, les autorités ont conçu des systèmes arborescents afin de canaliser l'offre scolaire dans des cycles courts et longs4.

19NIVEAU SUPÉRIEUR : C'est le groupe qui aura le taux le plus élevé de croissance en volume. Entre 1980 et l'an 2000, cette population a augmenté de 4 250 personnes. Autrement dit, à court et à moyen terme, parallèlement à la demande réelle, ce sera le groupe qui exercera la pression la plus forte sur le système.

20Ceci s'accompagne d'une croissance de la demande réelle dans la mesure où : a) l'efficacité des niveaux inférieurs augmente ; b) se met en œuvre un plan d'enseignement sur 10 ans ; c) la demande croît par suite de changements dans les expectatives aux différents niveaux. On pourrait essayer d'élaborer une hypothèse concernant les limites de la croissance de la demande, particulièrement au niveau supérieur, en prenant en compte les tendances observées dans le District Fédéral : la demande se stabilise entre 20 à 25 % de la classe d'âge. De toutes façons, les projections de la SEP sont plus restrictives et à court terme on pourra connaître les tendances qui auront prévalu.

3. LES PROPOSITIONS DE RÉFORME DE L'UNIVERSITÉ ET LES PROBLEMES DE LEUR MISE EN OEUVRE

21Dans un pays comme le Mexique qui a maintenu dans une continuité extraordinaire un même parti au pouvoir, qui a connu une stabilité politique peu fréquente en Amérique Latine, les relations entre l'État et l'Université n'ont pas été stables. Il y eut des périodes de convergence, d'affrontement, de coexistence et rarement d'indifférence.

22L'histoire des relations de pouvoir à l'intérieur des universités, entre les universités et l'État montre des particularités importances pour qui veut comprendre comment les propositions de réforme visant à augmenter l'efficacité interne ou externe souhaitable et qui, dans l'abstrait, semblent raisonnables, peuvent se transformer rapidement en éléments déstabilisants provoquant le passage de la coexistence ou la convergence à la tension et à la confrontation.

3.1. Stabilité et Contrôle politique

23La stabilité politique au Mexique est la résultante d'un système d'organisation politique où un parti officiel, dont les acteurs sont des groupes organisés, régule et arbitre les relations, interactions et transactions des autres groupes intervenant dans la société. Le Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI) est une forme organisationnelle de type corporatif qui intègre des organisations paysannes (CNC), ouvrières (CTM), des travailleurs au service de l'État (FSTSE), de petits propriétaires (CNOP). Même les organisations sectorielles qui ne sont pas intégrées au PRI comme la Confederacion de Camaras Industriales (CONCAMIN) et de Camaras Nacionales de Comercio (CONCANACO) sont promues par l'État.

24Le contrôle exercé par le PRI sur les organisations de paysans, d'ouvriers et de fonctionnaires, l'accentuation des formes centralisatrices dans les prises de décision à l'intérieur du parti, la subordination des pouvoirs législatif et judiciaire à l'exécutif, des entités de la fédération au pouvoir central créent un pouvoir centralisant et centralisateur qui au niveau des derniers échelons de l'administration donne l'apparence de céder aux pressions, aux tendances vers une décentralisation politique, économique et culturelle.

  • 5 El Nacionalismo mexicano. Los programas politicos revolucionarios (1909-1964) In : Lecturas de Pol (...)

25Cette stabilité permet à l'État mexicain de se consolider à partir de 1929 et de se cristalliser au cours des années quarante une fois résolus des conflits intenses autour de projets de nation où le parti, comme le dit R. Segovia5, représentera non seulement un mécanisme organisationnel d'arbitrage mais aussi une forme d'imposition de la volonté à travers un modèle de résolutions où la volonté devient l'égalité et non l'inverse. La minimisation des conflits est aussi, selon nous, très importante dans une logique où le politique est ce qui domine et ce qui détermine les priorités.

3.2. Forme organisationnelle, réforme universitaire et modèle de réponse

26C'est dans ce cadre organisationnel que se situe le problème des limitations aux changements ou leur dynamique, l'autonomie universitaire et les conflits ou aménagements entre l'Université et l'État. Ce sont ces mécanismes qui permettent de trouver des solutions aux conflits et d'établir des coexistences entre diverses orientations. Quand le système se sent menacé, il a recours à la cooptation ou bien sanctionne l'inefficacité des autorités en les marginalisant des processus de prise de décision. Lorsque les menaces semblent mettre en question l'ordre institutionnalisé et l'autorité, la répression est violente.

27Toute institution attribue une grande importance aux buts qui sont les siens et pour les accorder aux objectifs généraux et spécifiques imposés par les tentatives de modernisation, de démocratisation et de changement, les divers groupes d'intérêts internes et externes à l'Université exercent des pressions qui se traduisent en tensions et éventuellement en conflits ouverts.

28On peut, semble-t-il, identifier un mode de déclenchement et de développement des conflits universitaires. A la suite d'un rapport quelconque signalant un manque d'efficacité interne ou externe ou à cause d'un changement dans les directions, des tensions se font jour lorsqu'il s'agit d'améliorer les rendements d'un cursus, d'une école, d'une faculté ou d'une institution dans son ensemble ; de réglementer les politiques d'admission ; de vouloir augmenter les droits d'inscription. Les réponses des étudiants vont systématiquement vers l'interprétation d'une atteinte à leur intérêts, aux espaces gagnés, aux acquis des groupes les moins favorisés de la société. Lorsque les négociations n'aboutissent pas de façon satisfaisante on décide des arrêts de travail et éventuellement des grèves qui peuvent être localisées dans une école ou une faculté ou concerner l'ensemble d'une université. Il n'est pas rare que dans de telles situations, la solution suppose la démission des directeurs, des doyens et même des recteurs lorsque le conflit dépasse le cadre universitaire et s'exprime dans la rue ou lorsque les étudiants font appel auprès des autorités gouvernementales (le Président de la République constituant le niveau le plus élevé...). En général, les propositions de changement sont annulées ou bien l'on procède à quelques modifications de faible portée.

29Dans un autre scénario, les pressions et les conflits d'intérêt entre divers groupes concernant les questions d'orientation générale de l'institution changent de nature en se transformant en conflits avec les autorités fédérales ou des états sur des problèmes généraux de société. Pour ce cas de figure existe un mode type de réponse : manifestations, répressions, suspension des budgets, démission des autorités universitaires et parfois création d'institutions concurrentes.

30Vu de l'Université, le conflit avec l'État est une expression partielle de tensions naissant de l'opposition entre divers projets de redéfinition de la nation et entre groupes d'intérêt à l'échelle nationale, régionale et locale.

3.3. Recrutement des élites, socialisation politique et liens institutionnels

  • 6 CAMP, R. Mexico's leaders : their education and recruitment. University of Arizona Press, Tucson, (...)
  • 7 VILLA, M. El Movimiento estudiantil de 1968 y la crisis de los mecanismos tradicionales de moviliz (...)

31Comme l'on montré R. Camo, P. Smith et d'autres6, les universités jouent un rôle important dans le recrutement des élites politiques que ce soit au niveau de la nation, des états ou des municipes. Il ne s'agit pas seulement d'un processus créant un lien entre des positions de leadership et les diplômes comme le suggèrent ces auteurs car la participation des étudiants dans les mouvements universitaires, dans les associations, les fédérations jouent aussi un rôle important dans la mobilité et la socialisation politiques. A ceci s'ajoutent les liens informels qui s'établissent entre groupes d'étudiants, de chercheurs, de professeurs et ceux plus formels entre ces acteurs et des segments du secteur public où se recrutent des cadres techniques et politiques. Dans les récentes administrations, ceux-ci ont eu les moyens, comme le dit Manuel Villa7, d'éloigner l'administration publique du parti et de la soumettre à un modèle que l'on peut qualifier de technocratique dans la mesure où les critères d'embauché sont plus définis par la carrière dans l'administration que dans le parti. En ce sens, les établissements d'enseignement supérieur jouent moins un rôle politique qu'ils ne créent un espace fréquemment utilisé lorsque se confrontent publiquement divers groupes. Entre l'enseignement supérieur et le secteur public, il existe un mouvement dialectique qui produit des distorsions au bénéfice de certains groupes et qui suppose la mise en œuvre de canaux fluides autorisant la mobilité et l'ascension sociale et faisant coexister divers arrangements et niveaux d'intérêt.

32Ainsi, non seulement la capacité de tous à gérer les conflits est mise à l'épreuve mais encore il est fréquent que leur apparition dépende des systèmes d'alliances qui peuvent, selon la façon dont ils fonctionnent, les stimuler, les inhiber ou les retarder. La capacité à éviter les conflits ou les problèmes est un signe de maturité et de force. Parfois, certains gagnent, parfois tous perdent et ceci arrive lorsque les mécanismes traditionnels du coup de force politique et les modes habituels de contrôle par l'État sont impuissants à répondre aux besoins réels de changement soit à cause d'une crise dans les relations entre société civile et État soit parce que les conditions ont changé au point de modifier les formes établies d'interaction.

4. LA TROISIEME RÉVOLUTION INDUSTRIELLE ET L'AGGRAVATION POTENTIELLE DE LA CRISE

33Les pays industrialisés connaissent ce qu'il est convenu d'appeler "la Troisième Révolution Industrielle". Les entreprises industrielles du Japon et des États-Unis commencent à en éprouver les effets tandis que l'on s'attend à ce qu'elle touche l'ensemble de la production industrielle dans les 10 ou 20 ans à venir. Elle est déjà l'élément dominant dans les grands organismes prestataires de services, particulièrement dans le secteur financier, les banques etc.

34Cette révolution s'explique par des changements dans la logique de l'organisation du secteur productif entraînant une croissance sans précédent de la production, de la productivité, de l'efficacité et de la qualité des produits et des services. Les changements s'expliquent principalement par la combinaison de nouvelles technologies concernant les matériaux, les conceptions et les processus et des modes nouveaux d'organisation sociale du travail. Ces changements au rythme rapide, ces mutations généralisées, au caractère permanent et interdépendant, reposent essentiellement sur des niveaux de connaissance et leur application.

35Systèmes flexibles de production, robots industriels, conception et production assistées par ordinateur, ajustement des stocks de produits et des pièces en fonction des besoins, modes d'organisation par groupes de travail dans les entreprises avec priorité aux lignes de production, pratiques de holding d'entreprises d'un même secteur pour résoudre les problèmes de financement et pour utiliser au maximum la capacité installée, prise en compte de façon permanente des désirs et des goûts des consommateurs, informatisation du travail de bureau, établissement de réseaux complexes d'information etc. Ce qui revient à dire qu'une production massive de biens et de services de haute qualité et à bas prix dans un système d'organisation adapté au niveau technologique suppose un recours intensif aux nouvelles technologies et à des matériaux nouveaux qui s'accélère à cause de deux circonstances :

  1. les stratégies spéciales appliquées à la recherche des marchés et à l'ajustement des lignes de montage permettant de répondre de façon dynamique aux besoins changeants des consommateurs et
  2. des innovations constantes dans les matériaux, les conceptions et les technologies grâce aux programmes de Recherche et Développement, également grâce à leur mode de réalisation.
  • 8 MILLER, W.- Aspects of new technology and its impact on the engeneering profession. SRI Internatio (...)

36Voici selon W Miller8 les facteurs qui expliquent le recours intensif aux nouvelles technologies :

  1. les résultats de la recherche fondamentale particulièrement ceux qui apparaissent dans la période immédiatement postérieure à la Seconde Guerre Mondiale.
  2. l'augmentation aux États-Unis et au Japon du nombre de spécialistes hautement qualifiés.
  3. la concurrence commerciale à l'échelle mondiale et la demande de nouveaux produits amènent les industries à capitaliser les idées scientifiques à cette même échelle.
  4. des méthodes nouvelles et créatives permettant le financement de capitaux destinés à l'innovation et de capitaux à risque.
  5. le rôle des universités dans les activités industrielles et
  6. la renaissance de l'esprit d'entreprise.

37Des pays comme le Mexique, selon moi, doivent prendre en compte les conséquences éventuelles de cette troisième révolution industrielle et analyser les stratégies qui lui permettront de s'y intégrer, entre autres, le rôle central que l'Université pourrait avoir, spécialement à travers ses instituts de recherche et ses programmes de doctorat.

CONCLUSIONS :

38Le développement de l'enseignement supérieur au Mexique a été remarquable au cours de ces dernières années et la couverture des besoins surtout dans les centres urbains et les régions de croissance socio-économique très satisfaisante. Il existe cependant des inégalités entre régions et états très fortes et le PROIDES a pour politique d'y remédier. Pour ce faire, il lui faudrait nécessairement apporter des modifications dans les institutions qui offrent surtout un niveau moyen d'études pour favoriser les établissements qui intègrent dans leur cursus la licence et le doctorat.

  • 9 Le gouvernement fédéral et le gouvernement des états accordent des subsides aux universités publiq (...)

39Le financement de l'enseignement pose un problème sérieux. La part du PIB destinée à l'enseignement et qui avait passé de 3,9 % à 5,2 % entre 75 et 82 est tombée à 3,5 % récemment. Les ressources allouées à l'enseignement supérieur ont passé de 0,87 % du PIB en 1982 à 0,57 % en 1984. En 1967, les universités étaient financées à près de 75 % par le gouvernement fédéral. En 1970, ce taux est tombé à 23 % (58 % provenaient de l'état et 9 % de leurs fonds propres). En 1985, l'apport du gouvernement fédéral représentait 63 %, celui de l'état 31 % et les fonds propres 6 %. Les ressources fédérales sont extrêmement concentrées dans le District Fédéral (66 % en 1967, près de 90 % en 1985)9.

PLANIFICATION DE L'ENSEIGNEMENT ET TROISIEME RÉVOLUTION INDUSTRIELLE

40Certes, tout le monde n'appuie pas l'intégration de sociétés comme la nôtre à la Troisième Révolution Industrielle. On avance que les profondes transformations des pays centraux mentionnés vont s'atténuer et jusqu'à disparaître soit à la suite de tensions et de contradictions internes surtout au niveau de la structure de l'emploi soit de contradictions qui se créent à l'échelle mondiale dans le commerce international.

41Les contradictions à l'intérieur de ces pays, du moins en ce qui concerne l'emploi ; ne se sont pas manifestées, par contre on note un phénomène simultané de destruction et de création d'emplois dont le solde, à long terme, est positif. Les États-Unis entre 70 et 85 ont créé 26 millions d'emplois ; le Japon connait la même tendance. La majeure partie de ces emplois concerne le secteur des services et les petites compagnies offrant des services aux grandes entreprises. D'une manière générale, les offres d'emplois non qualifiés diminuent tandis qu'augmentent celles qui exigent un très haut niveau de qualification. Dans les pays et régions qui ne se sont pas adaptés aux nouvelles formes de compétitivité et de productivité, les pertes peuvent être supérieures aux gains. C'est le cas de certaines régions des États-Unis. De là on pourrait déduire que la situation de pays comme le Mexique qui orientent leur production vers le marché extérieur pourrait s'aggraver à cause de la diminution de la demande en produits remplaçables par de nouveaux matériaux ou dont la consommation baisse à cause de la disparition des avantages comparatifs produits par le facteur "coût de la main d'œuvre".

  • 10 Voir par exemple INTERNATIONAL INSTITUTE FOR EDUCATIONAL PLANNING : The prospects of educational p (...)

42Par ailleurs, il existe une autre série d'argumentation10 qui conduit à suggérer l'impossibilité d'une planification en matière d'enseignement dans ces pays qui ne présentent pas un système articulé de planification -comme les pays socialistes-ou qui importent la plus grande partie de leur technologie (du moins en ce qui concerne les plans liés à l'emploi). Selon cette position, même si les tendances du changement technologique le permettait, l'effort d'adaptation du système scolaire et de formation à un développement technologique exogène conduirait à une planification de l'enseignement sans finalité visible et certainement sans aucun profit. Un plan orienté différemment proposerait, entre autres recommandations stratégiques, de manufacturer des biens de capital d'une complexité moindre, d'axer la formation des ressources humaines sur l'ingéniérie mécanique, la recherche et le développement de machines relativement simples et ne nécessitant pas de connaissances sophistiquées.

43Etant en désaccord avec ce type de politiques générales et pensant qu'il serait absurde d'entrer pleinement sur une voie que nous connaissons mal, je suggère que la planification de l'enseignement intègre à l'intérieur de chaque pays et de chaque région de ce pays différentes orientations en régionalisant ses objectifs et qu'elle adopte donc des perspectives locales, régionales, nationales et internationales.

  • 11 SABATO, J. et MACKENSIE, M. La production de tecnologia : autonoma ο transnacional. Ed. Imagen, Me (...)

44Pour ce qui est de la technologie, non seulement le changement porte sur son acception traditionnelle avec l'apparition de l'électronique mais il s'étend aussi aux moyens, processus et formes de manipulation de l'environnement. Elle concerne les machines mais aussi le capital, les ressources humaines et devient elle-même une marchandise11. Le progrès technique sera de plus en plus l'œuvre d'individus isolés et de plus en plus dépendants d'activités spécialement organisées pour la recherche et la production technologique. La nécessité d'une infrastructure, la formation des ressources humaines, l'intégration de la recherche -enseignement pratique dans des instituts spécialisés ; la définition de politiques de recherche et leur lien avec le développement de la production ; tout ceci représente des espaces importants où les universités et les établissements d'enseignement supérieur peuvent jouer un rôle décisif.

  • 12 PADUA, J. La Universidad y los posgrados a la luz de la Tercera Revolucion Industrial. Omnia, vol. (...)

45Comme je l'ai dit ailleurs12, dans le cas du Mexique et de l'Amérique Latine en général, que l'on soit d'accord ou non avec l'entrée dans la Troisième Révolution Industrielle, il est nécessaire que les universités transforment leur conception et leurs pratiques actuelles en prenant une orientation plus marquée ou du moins plus équilibrée en faveur des branches scientifiques et technologiques par rapport au champ culturel et aux sciences humaines. De même la formation continue à l'intérieur de l'Université doit aussi tenir compte de ces orientations ou du moins de se penser de façon différente en tant que service public.

46Les héritages du Moyen Age, du monde germanique comme de l'époque napoléonienne continuent à peser lourdement sur l'Université. Le premier met l'accent sur ce qui a été plutôt que sur ce qui sera ; le second insiste sur la recherche pure, la quête de l'universel par une élite ; le troisième souligne l'importance de la formation de profesionistas et de cadres. Aucun de ces trois héritages ne motive les universitaires et les universités à réaliser des recherches, à établir des contacts effectifs avec les secteurs privés et publics en vue de fonctions pratiques. Une plus grande articulation entre recherche et enseignement s'opère de plus en plus souvent dans notre milieu.

47Les liens entre enseignement, recherche et application sont moins évidents et sujets à controverses à cause des caractéristiques contestataires de l'Université en Amérique Latine. Certes la connaissance peut et doit être recherchée pour elle-même mais il faut rappeler l'articulation nécessaire entre théorie et pratique. Certes il est nécessaire de former des cadres et des profesionistas, de faire exister la formation continue à l'Université. Mais l'enseignement ne peut se limiter à la formation de spécialistes capables d'appliquer, sélectionner, élaborer des connaissances et des technologies. Il est nécessaire qu'un effort organisationnel soit fait permettant une intégration pratique à des secteurs définis comme prioritaires et allant au-delà d'une prestation de services culturels à la communauté.

TABLEAU 1 : INSCRIPTIONS DANS L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

TABLEAU 1 : INSCRIPTIONS DANS L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Source Informes Presidenciales

TABLEAU 2 INSCRIPTIONS DANS L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR %

TABLEAU 2 INSCRIPTIONS DANS L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR %

Source Tableau 1

TABLEAU 3. INSCRIPTIONS- NIVEAU LICENCE PAR RÉGION ET TAUX D'INSCRIPTION 1985

TABLEAU 3. INSCRIPTIONS- NIVEAU LICENCE PAR RÉGION ET TAUX D'INSCRIPTION 1985

Source : ANUIES

TABLEAU 4 : TAUX DE CROISSANCE DES INSCRIPTIONS -NIVEAU LICENCE SELON LES RÉGIONS DE LA ANUIES (1959-1983) %

TABLEAU 4 : TAUX DE CROISSANCE DES INSCRIPTIONS -NIVEAU LICENCE SELON LES RÉGIONS DE LA ANUIES (1959-1983) %

TABLEAU 5 : PROJECTIONS DE LA POPULATION PAR AGE HYPOTHESE DE PROGRAMMATION

TABLEAU 5 : PROJECTIONS DE LA POPULATION PAR AGE HYPOTHESE DE PROGRAMMATION

TABLEAU 6 : POPULATION EN AGE SCOLAIRE - HYPOTHESE DE PROGRAMMATION, DEMANDE POTENTIELLE DE SERVICES ÉDUCATIFS

TABLEAU 6 : POPULATION EN AGE SCOLAIRE - HYPOTHESE DE PROGRAMMATION, DEMANDE POTENTIELLE DE SERVICES ÉDUCATIFS

Pourcentage de la population par groupe d'âge par rapport au total de la population en âge scolaire

Pourcentage de la population par groupe d'âge par rapport au total de la population en âge scolaire

Population en âge scolaire/population total

Population en âge scolaire/population total

Notes

1 En 1958, création de l'Association Nationale des Universités et Instituts d'Enseignement Supérieur (ANUIES) qui a pour objectif d'ordonner, intégrer et articuler l'offre de l'enseignement supérieur avec les plans et les priorités nationales, régionales et locales.

2 GALVEZ E., et VILLAGOMEZ, E.- Analisis regional de la educacion superior.-ANUIES, Mexico D.F., 1976.

3 Nous travaillons seulement avec l'hypothèse qui prend en compte les buts et les objectifs établis par la politique démographique nationale. L'hypothèse alternative à laquelle nous aurons recours dans certains cas suppose des variations dans les taux de natalité supérieures à celles qui sont prévues, ce qui change les estimations globales.
Image img01.jpg
Comme on peut le voir, les calculs qui suivent dépendent du succès de la politique démographique puisque, dans l'hypothèse alternative, la demande sera bien plus élevée.

4 Pour une étude des politiques portant sur les formations technologiques et spécialement les aspects concernant la différenciation sociale et la différenciation des cursus voir BRACHO, Teresa : Politica de educacion tecnologica en Mexico (1970-1982) FLACSO-PNUD, 1984. également de BRACHO, T. : Les estudios sociales en la ensenanza media : el nivel superior tecnologico In : Seminario interamericano sobre la ensenanza de los estudios sociales. DEA, Washington, 1986.

5 El Nacionalismo mexicano. Los programas politicos revolucionarios (1909-1964) In : Lecturas de Politica Mexicana. Centro de Estudios Internacionales. El Colegio de Mexico. Mexico, 1977.

6 CAMP, R. Mexico's leaders : their education and recruitment. University of Arizona Press, Tucson, 1980. SMITH, P. Los Laberintos del poder. El reclutamiento de las elites politicas en Mexico, 1900-1971. El Colegio de Mexico, Mexico, D.F., 1981. MABRY, D. The Mexican University and the State. Student conflicts, 1910-1971. Texas, University Press, 1982.

7 VILLA, M. El Movimiento estudiantil de 1968 y la crisis de los mecanismos tradicionales de movilizacion y control. Centro de Estudios Sociologicos. El Colegio de Mexico. Travail non publié, 1986.

8 MILLER, W.- Aspects of new technology and its impact on the engeneering profession. SRI International, Menlo Park, Californie, 1984.

9 Le gouvernement fédéral et le gouvernement des états accordent des subsides aux universités publiques. Les universités situées dans les zones les plus pauvres reçoivent en aide du gouvernement fédéral plus de 85 % de leur budget. Dans les états les plus riches, les subsides représentent moins de 50 %. Certains états perçoivent des impôts destinés au financement des universités. Les universités privées obtiennent la plus grande partie de leurs ressources des droits d'inscription et des donations (déductibles des impôts) d'entrepreneurs, commerçants, organisations internationales et nationales, associations religieuses etc.

10 Voir par exemple INTERNATIONAL INSTITUTE FOR EDUCATIONAL PLANNING : The prospects of educational planning related to contemporary development problems. Introductory document. Unesco, Paris, 1983.

11 SABATO, J. et MACKENSIE, M. La production de tecnologia : autonoma ο transnacional. Ed. Imagen, Mexico, 1982.

12 PADUA, J. La Universidad y los posgrados a la luz de la Tercera Revolucion Industrial. Omnia, vol. 2, n° 4, septembre 1986.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1 : INSCRIPTIONS DANS L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
Légende Source Informes Presidenciales
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1144/img-1.jpg
Fichier image/, 192k
Titre TABLEAU 2 INSCRIPTIONS DANS L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR %
Légende Source Tableau 1
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1144/img-2.jpg
Fichier image/, 149k
Titre TABLEAU 3. INSCRIPTIONS- NIVEAU LICENCE PAR RÉGION ET TAUX D'INSCRIPTION 1985
Légende Source : ANUIES
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1144/img-3.jpg
Fichier image/, 288k
Titre TABLEAU 4 : TAUX DE CROISSANCE DES INSCRIPTIONS -NIVEAU LICENCE SELON LES RÉGIONS DE LA ANUIES (1959-1983) %
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1144/img-4.jpg
Fichier image/, 48k
Titre TABLEAU 5 : PROJECTIONS DE LA POPULATION PAR AGE HYPOTHESE DE PROGRAMMATION
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1144/img-5.jpg
Fichier image/, 164k
Titre TABLEAU 6 : POPULATION EN AGE SCOLAIRE - HYPOTHESE DE PROGRAMMATION, DEMANDE POTENTIELLE DE SERVICES ÉDUCATIFS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1144/img-6.jpg
Fichier image/, 55k
Titre Pourcentage de la population par groupe d'âge par rapport au total de la population en âge scolaire
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1144/img-7.jpg
Fichier image/, 36k
Titre Population en âge scolaire/population total
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1144/img-8.jpg
Fichier image/, 5,9k

Auteur

Chercheur au Colegio de México.

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter