Version classiqueVersion mobile

« Employées de maison ? Nous sommes servantes »

 | 
Nathalie Borrel

Introduction

Texte intégral

  • 1 J’utiliserai le terme « race » entre guillemets comme le fait Jules Falquet : « J’utilise la “race” (...)

1Neuf ans après l’écriture de mon mémoire, la visibilisation des femmes et de leur travail est devenue une priorité. Pour analyser les enjeux de la société mexicaine actuelle, il faut redonner voix à certaines femmes du bas de l’échelle sociale. Nombreuses, mais invisibles, les travailleuses domestiques permettent la reproduction sociale des foyers des classes moyennes et privilégiées. L’expérience de ces femmes n’est pas homogène, et cette hétérogénéité révèle l’imbrication des rapports sociaux. L’étude du groupe social des travailleuses domestiques rend compte d’autres types d’oppressions que celles liées au genre, par exemple les oppressions de classe et de « race1 ». Certain·es autrices et auteurs ont montré que le travail domestique reste à la marge sans toutefois tomber dans la marginalité [Lautier & Marques Pereira, 1994, p. 8]. Rendre ces femmes visibles, c’est « politiser le quotidien », selon les termes du slogan féministe.

2Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est nécessaire de restituer le contexte théorique de notre recherche et de signaler que les catégories homme/femme, pauvre/riche ou indígena/mestizo ne sont pas des catégories innées (et donc « naturelles »), mais des catégories socialement construites. Les dénaturaliser permet de comprendre combien leur construction est traversée de logiques de pouvoir. Nous esquisserons ensuite le cheminement de notre problématisation pour mieux cerner les enjeux de ce livre, avant de revenir brièvement sur la méthodologie utilisée lors de l’enquête ethnographique.

Un triple système de domination : de genre, de classe et de « race »

3Revenons d’abord sur la visibilisation de la thématique du travail domestique. La surprise et l’incrédulité des mexicain·es qui découvraient que le travail de maison pouvait être digne de l’intérêt des chercheuses et des chercheurs en sciences sociales, et d’une étudiante française, soulignent la part d’invisibilité et de sous-valorisation dont souffre le travail domestique. Il est alors intéressant de montrer comment les féministes ont mis en lumière cette thématique dans le débat public que ce soit au Mexique ou en France.

La visibilisation du travail domestique non rémunéré par les féministes

4Avant les années 1970, l’emploi domestique ne constituait pas un thème de recherche, même pour les féministes. De même, les féministes de la première vague ont lutté pour la reconnaissance des droits civils et politiques des femmes, revendiquant leur accès à l’espace public. En effet, le féminisme d’obédience libérale ne remet pas en cause le fait que le travail domestique soit réalisé par des femmes, ce qui peut paraître contradictoire. Ce féminisme dénonce le fait que les seules formes et possibilités de réalisation pour la femme se situent dans la sphère privée, à l’intérieur du foyer. Dans La Mystique de la féminité, Betty Friedan, féministe libérale, dénonce ce système où les femmes ne peuvent s’épanouir qu’en accomplissant leur rôle d’épouse et de mère, ne devant se préoccuper que du bien-être de leur famille [Friedan, 1965].

5Ce sont les féministes socialistes et marxistes qui vont problématiser la question du travail domestique, en critiquant précisément la différence de classe. Le marxisme considère que le mode de production capitaliste provoque l’exploitation des travailleuses et des travailleurs. Or, l’incorporation des femmes dans le travail salarié et dans la sphère publique de production aurait dû provoquer la disparition de la division sexuelle du travail, puisque toutes les travailleuses et tous les travailleurs auraient pour objectif la lutte pour la libération du prolétariat. Hartmann a alors montré que les catégories du marxisme sont « aveugles au genre » [Hartmann, 1979, p. 86]. Si les catégories du marxisme sont biaisées, il est nécessaire de redéfinir les deux théories, marxiste et féministe, afin de mieux appréhender la situation des femmes par la dialectique que forment la classe et le sexe. Ces féministes critiquent par exemple le fait que la « reproduction » ne soit vue que comme une répétition cyclique de la nature qui n’aurait aucune répercussion sur la sphère de production. Les théoricien·nes marxistes ont naturalisé le rôle des femmes. Les féministes socialistes et radicales ont mis en lumière les relations de pouvoir et les relations économiques présentes dans la « reproduction » : les bases matérielles et les relations à l’intérieur de la famille.

6Christine Delphy est l’une des premières féministes à avoir théorisé l’emploi domestique. Féministe matérialiste, elle introduit le concept de « mode de production domestique » en analysant les relations de pouvoir à l’intérieur de la famille. Ces relations ont, selon elle, des caractères économiques masqués par l’absence d’échange d’argent à l’intérieur de la sphère privée. Le travail domestique n’étant ni rémunéré ni reconnu comme travail, il existe dès lors une dépendance des femmes à leurs maris. « La non-valeur du travail ménager, qui était et reste pour beaucoup un obstacle à la conceptualisation de ce travail, est devenue pour moi une des clés de son élucidation » [Delphy, 1998, p. 10]. Or, si le travail de reproduction de la force de travail est réalisé en dehors de la cellule familiale, il acquiert une valeur, bien que sous-évaluée. La non-valeur du travail à l’intérieur du foyer a donc une fonction cruciale dans le patriarcat. Pour Christine Delphy, deux modes de production coexistent dans nos sociétés : le mode de production capitaliste et le mode de production familial. Dans ce contexte, s’opposeraient la classe des maris et la classe des femmes, puisque les maris s’approprient le travail de leurs femmes par le contrat de mariage.

7De là surgit, surtout en Italie, le « débat sur le travail domestique » afin de déterminer s’il est improductif ou s’il doit être considéré comme générateur de valeur économique. María Rosa Dalla Costa se présente en faveur du paiement d’un salaire aux femmes au foyer [Dalla Costa, 1973]. Mais, comme le montre Dinah Rodriguez-Chaurnet, il faut se demander qui devrait payer ce salaire : l’État, les entreprises ou le mari, et dans quelle proportion ? Selon cette autrice, un des principaux problèmes de la prise en compte économique du travail domestique est de savoir s’il est interchangeable hors de l’unité familiale [Rodriguez-Chaurnet, 2005]. Ces féministes ont fait de nombreuses études pour essayer de valoriser l’apport monétaire du travail domestique. Si ces valorisations ont des limites, comme le fait que l’on ne détermine que la valeur de production et non pas celle du bien-être que cela suppose, elles rendent compte du caractère androcentrique du discours économique, qui s’est constitué sur la base de l’exclusion du travail domestique de la comptabilité nationale par exemple. En effet, une étude du Centre régional de recherche multidisciplinaire (Crim) de l’université nationale autonome du Mexique (UNAM) révèle que si on comptabilisait le travail domestique dans le produit intérieur brut (PIB), il en représenterait 21,7 %2. Si les valorisations monétaires ne peuvent pas à elles seules expliquer de façon adéquate le travail domestique, ce fut la première façon de le prendre en compte.

  • 3 Citation originale : « […] conjunto de relaciones sociales que tiene una base material y en el que (...)

8Développée par Heidi Hartmann, la théorie du « double système » permet de comprendre la relation entre capitalisme et patriarcat. Dans son texte « Un mariage malheureux du féminisme et du marxisme », elle explique comment la structure qui opprime la femme n’est pas seulement psychique, mais aussi sociale et économique. Une alliance se met en place entre patriarcat et capitalisme, puisque l’accumulation du capital s’accommode, d’une certaine manière, de la structure sociale patriarcale. Il existe un véritable contrôle de l’homme sur la force de travail et la sexualité de la femme à l’intérieur de toute classe ou groupe ethnique. Le patriarcat précède la division de classes et est défini comme « […] un ensemble de relations sociales qui a une base matérielle et dans lequel il existe des relations hiérarchiques et de solidarité entre les hommes qui leur permettent de dominer les femmes. La base matérielle du patriarcat est le contrôle des hommes sur la force de travail des femmes3 » [Hartmann, 1979, p. 95]. De plus, le « système sexe/genre » [Rubin, 1998] contribue à perpétuer le patriarcat, puisqu’il associe au social des caractéristiques présentées comme biologiques.

« Chaque société a un certain type d’organisation de l’activité économique. Le sexe est le sexe, mais ce qui est considéré comme sexe est également défini et acquis culturellement. Chaque société a aussi un système de sexe/genre – un ensemble de dispositions par lesquelles le matériel biologique brut du sexe et de la procréation est façonné par l’intervention humaine, sociale et satisfait selon des conventions […]. » [Rubin, 1998, p. 6]

9Le rôle associé à chaque genre dépasse les caractéristiques biologiques, et le patriarcat assied la domination masculine sur une base matérielle, idéologique et sociale.

10Les différents courants féministes ont donc mis en lumière l’oppression des femmes et ont montré que le travail domestique bénéficie aux maris. Néanmoins, ils ne nous permettent pas de comprendre la situation des femmes dont le travail rémunéré est le travail domestique. Une fois rémunéré, le travail domestique perd-il sa dimension de domination ? Cette question a souvent été éludée par les féministes.

La conceptualisation tardive du travail domestique rémunéré

  • 4 Citation originale : « Cuidar es cosa de mujeres y servir es asunto de mujeres pobres. »

11Comme le reconnaît l’enquête de la Commission économique pour l’Amérique latine (Cepal), « prendre soin des autres est une activité de femmes et servir est l’affaire des femmes pauvres4 ». En effet, le travail domestique semble faire partie de la nature féminine comme s’il était un attribut « génétique », ce qui suppose que n’importe quelle femme peut le réaliser. La comparaison à la génétique dans ce cas n’est pas fortuite puisqu’elle met l’accent sur le processus de naturalisation du travail de la femme. Marcela Lagarde explique qu’à partir du moment où l’on attribue tous les éléments de la reproduction aux femmes, leur travail est supposé être naturel, c’est-à-dire sans intention ni conscience. Seul l’homme comme personne de sexe masculin est considéré comme rationnel et faisant un travail productif. C’est une des raisons pour laquelle le travail domestique, présenté comme proprement et « naturellement » féminin, est perçu comme ne nécessitant ni formation ni apprentissage [Lagarde, 2005, p. 111-150].

12Ainsi, même lorsqu’il est effectué par une tierce personne contre rémunération, l’emploi domestique est sous-valorisé, puisqu’il est conçu comme ne nécessitant aucune formation. La dévaluation du travail des femmes devient visible par la diffusion par Danièle Kergoat du concept de la division sexuelle du travail. La division sexuelle du travail correspond à la division du travail qui découle des rapports sociaux de sexe attribuant à l’homme la sphère productive et à la femme la sphère reproductive. Deux principes organisent la division sexuelle du travail : le principe de séparation entre homme et femme – travail d’homme versus travail de femme – et le principe hiérarchique – le travail d’homme vaut plus que le travail de femme [Kergoat, 2000, p. 35-44].

13L’entrée massive des femmes sur le marché du travail ne les a pas libérées de la sphère de reproduction et n’a pas effacé le principe du travail gratuit. Les femmes qui travaillent à l’extérieur du foyer ne sont plus entièrement dépendantes économiquement de leurs maris, mais elles connaissent une certaine détérioration de leurs conditions de vie. Les femmes ayant un emploi doivent faire face à la double journée de travail, dont une partie sera donnée au sein du ménage et une autre payée à l’extérieur du foyer. Les femmes sont toujours contraintes au sein de l’économie familiale de fournir un service gratuitement et leur capacité de participation au marché du travail s’en trouve limitée. On voit donc en quoi la famille apparaît comme le lieu d’une exploitation qui subsiste malgré les changements sociaux et qui n’a pas tendance à évoluer aussi vite qu’on le prétend.

14Néanmoins, certaines femmes peuvent se détacher plus facilement de leurs obligations domestiques que d’autres. Les femmes des classes moyenne ou haute peuvent déléguer les tâches ingrates à des femmes de statut inférieur. En employant une domestique, elles peuvent se distancier de la saleté et disposer de temps pour leur développement personnel. C’est une des explications que nous pouvons donner à la tardive conceptualisation du travail domestique rémunéré. Des contradictions sont manifestes entre le féminisme et le travail domestique. Si les femmes au foyer ne reçoivent pas de salaire, sous prétexte qu’elles réalisent leurs tâches par amour, les employées de maison reçoivent un salaire, même s’il est faible. De plus, la présence de l’employée est gênante pour les féministes puisqu’elle montre l’impossibilité de négocier au sein de la famille la répartition des tâches domestiques. La libération de certaines femmes se fait donc au prix du travail (et de l’exploitation) d’autres femmes. Dans la relation de travail, les intérêts économiques sont divergents, ce qui rend invalide, d’une certaine manière, la conception d’une classe « femme ». Toutes les femmes sont responsables du travail domestique, mais elles ne sont pas toutes obligées de se salir les mains. Dans l’emploi domestique s’exprime une division selon le sexe et selon la classe. Historiquement, les femmes de classe populaire ont dû vendre leur force de travail. Si les études marxistes ont pris en compte l’exploitation des membres de classes populaires, elles ne se sont pas penchées sur le travail domestique, et les féministes, issues majoritairement de classe moyenne ou haute, se sont questionnées d’abord sur leur propre exploitation et celle de leur mère, plutôt que sur la rémunération dérisoire des employées domestiques. C’est pourquoi le travail domestique est resté pendant longtemps dans l’ombre. Les rapports de pouvoir de classe et de sexe sont structurants et subsistent à l’épreuve du temps.

15L’intérêt pour l’emploi domestique s’est accru lorsqu’il a été pris en compte dans le phénomène des migrations internationales. Les féministes qui se sont intéressées à la féminisation des flux migratoires liés à la mondialisation ont montré comment l’accès à l’emploi pour les femmes est restreint aux emplois du care ou à la prostitution, emplois qui restent parmi les plus précaires. Même (ou surtout ?) inscrites dans les flux de la globalisation, la dureté des tâches domestiques et la situation des femmes migrantes envoyant des remises (remesas) à leurs familles sont des préoccupations centrales qui maintiennent les femmes dans une situation d’oppression. En effet, Barbara Ehrenreich et Arlie Russell Hochschild montrent qu’aux États-Unis, l’accès progressif des femmes au salariat ne conduit pas à une répartition plus équitable des tâches au sein du foyer et que les hommes continuent à accorder très peu de temps au travail domestique [Ehenreich & Hochschild, 2003, p. 80]. Elles montrent comment l’économie du care produit un effet de substitution du travail domestique à d’autres femmes salariées, migrantes pour la plupart, percevant de faibles salaires et devant laisser leurs maris et enfants dans leur pays d’origine. S’opère un phénomène de « transnationalisation » des métiers domestiques. D’ailleurs, la recherche consacrée a porté plus d’attention aux Mexicaines actives dans l’emploi domestique aux États-Unis qu’à leurs consœurs au Mexique. Comme le signale Abril Saldaña Tejeda [Saldaña Tejeda, 2011, p. 28],

  • 5 Citation originale : « It comes as no surprise that recent academic interest on paid domestic work (...)

« Il n’est pas surprenant que l’intérêt académique récent pour le travail domestique rémunéré en Europe occidentale et en Amérique coïncide avec l’augmentation de l’immigration féminine dans les pays développés et le développement d’une nouvelle classe de “servantes” dans les pays d’accueil, et de nombreuses études ont porté sur les questions de citoyenneté et d’oppression des femmes immigrées5. »

16Jules Falquet, dans sa réflexion sur la coformation des rapports sociaux de sexe, de classe et de « race » dans la mondialisation néolibérale, propose deux concepts qui nous permettent de penser le travail domestique rémunéré. Ce travail correspond à la catégorie de « travail dévalorisé », dans la mesure où il est délégué aux groupes racisés et où il n’est ni un travail gratuit ni un travail salarié [Falquet, 2009] : au Mexique, il s’agit souvent d’un emploi informel. Il correspond au « travail considéré comme féminin », puisqu’il regroupe deux des trois tâches qui sont généralement dévolues aux femmes : le travail d’entretien des membres du groupe familial, le travail de production et d’« élevage » des enfants. Je n’ai pas inclus le travail sexuel comme une des fonctions des employées domestiques, même si, comme nous pourrons le constater, les abus sont fréquents. Dans mon analyse, je reprends les concepts de Jules Falquet que je tente d’appliquer dans le contexte du Mexique. Les « chaînes de care globales » [Hochschild, 2000] sont en effet plus flagrantes dans le cadre de différences Nord/Sud, sans que l’on ne doive oublier que ces chaînes de soins existent à l’intérieur des frontières des pays du Sud. Le Mexique est un pays qui exporte plus de migrant·es qu’il n’en reçoit. Dans ce cadre, il faut se demander quelle main d’œuvre est poussée vers ce type de travail. En suivant l’hypothèse de Jules Falquet, nous pouvons dire que ce sont les populations racisées, ce qui nous invite à identifier celles qui au Mexique le sont et à comprendre comment s’exprime le racisme dans ce pays.

L’emploi domestique : la perpétuation d’une domination raciale ?

  • 6 Citation originale : « […] [F]inalmente se transformó en un empleo que ocupó mayoritariamente a muj (...)

17En Amérique latine, l’emploi domestique n’est pas seulement conçu comme un emploi pour les femmes pauvres. Il s’inscrit dans la continuité de la colonisation, où les personnes esclavisées étaient soumises à leurs maîtres et à la répartition genrée du travail. Jeanny Posso affirme qu’en Colombie, « […] [le travail domestique] est finalement devenu un emploi occupé majoritairement par des femmes pauvres, indigènes et noires6 » [Posso, 2008, p. 220]. Au Mexique, le racisme n’est ni ouvertement déclaré ni inscrit dans les lois, mais il est latent et diffus dans les représentations sociales. Si toutes les employées domestiques ne sont pas indigènes, ce contexte nous permettra d’expliquer la racisation des classes pauvres, c’est-à-dire l’association du statut d’employée domestique à un groupe racisé et dominé. Les rapports sociaux de « race » se situent dans la continuité des rapports de classe. Utiliser la « race » comme catégorie d’analyse critique permet de désigner les rapports de racisation et les dispositifs de différenciation qui sont stigmatisants ou discriminants. Je n’entends pas entrer sur le débat de la « race », qui n’existe pas biologiquement, mais me pencher sur le concept de racisme.

18Dans son expression actuelle, le racisme peut être défini de façon schématique comme un système de domination d’un groupe considéré comme blanc sur des groupes ou peuples considérés comme non-blancs. Il renvoie à des attitudes et des idéologies d’appui partagées par le groupe dominant, qui rétroalimentent et systématisent des discriminations vers l’autre groupe. Le racisme en Amérique latine a pris naissance dans le colonialisme européen et l’esclavage, puis il a subi des modifications au regard du mélange complexe de populations dans l’histoire de ce continent. Dans ce contexte, le racisme ne se produit pas depuis un groupe identifié comme blanc par rapport à un autre non-blanc, mais plutôt comme un système de valorisation qui attribue des comportements, des aptitudes et des caractéristiques plus valorisées aux personnes de peau claire et d’apparence plus occidentalisée. Selon Verena Stolke, le racisme donne plus d’importance aux différences culturelles qu’aux différences phénotypiques [Stolke, 2000].

19La construction nationale mexicaine s’est réalisée sur le mythe du métissage. Selon l’histoire officielle, la victoire des Espagnol·es sur les populations indigènes a signifié la soumission de ces populations. Durant le régime colonial apparaît la figure du métis, issu de l’union entre un père espagnol et une mère indigène. C’est alors qu’aurait commencé le processus du métissage au Mexique. Avec l’indépendance et la récupération de la souveraineté nationale, les nouveaux gouvernements instaurèrent l’égalité en supprimant les lois et pratiques discriminant les différents groupes ethniques.

  • 7 Personne appartenant au groupe social des descendant·es d’Espagnols né·es dans les Amériques.
  • 8 Citation originale : « El indio vivo, lo indio vivo, quedó relegado en el segundo plano cuando no i (...)

20La construction de la nation mexicaine se réalise à partir des années 1910, durant et après la révolution mexicaine, guidée par le projet politique d’une identité proprement mexicaine. Ce nationalisme se fonde sur la figure du métis, qui met en valeur toutes les vertus du Mexique : à la fois l’orgueil d’une tradition culturelle indigène préhispanique et la modernité que suppose la racine espagnole et occidentale. Ce métissage, autant biologique que culturel, reproduit une différenciation et hiérarchisation entre la partie occidentale – la raison et le fait d’être intellectuel – et la partie indigène – la force physique et l’adaptation au milieu. Le processus du métissage consiste donc à la perte d’identités propres des différents groupes, qu’il/elle soit criollo/criolla7, indigène ou migrant·e, afin de reconnaître la prééminence du·de la métis·se mexicain·e. Cela suppose que le/la seul·e indigène reconnu·e officiellement soit l’indigène mort·e, celui/celle qui existait avant la colonisation, ce qui permet de comprendre que « l’indien vivant, tout ce qui se réfère à l’indien en vie, a été relégué à l’arrière-plan, si ce n’est ignoré ou nié8 » [Bonfil Batalla, 1987, p. 81]. Le projet indigéniste au Mexique, qui naît dans les années 1930, cherche à créer une identité homogène où ses populations, qu’elles soient afrodescendantes, ascendance « oubliée » du mythe racial, ou indigènes, sont acceptées à la condition qu’elles ne revendiquent pas leurs différences et qu’elles adoptent les valeurs de la culture nationale du métissage. Le racisme mexicain est un « racisme assimilationniste » [Masson, 2009, p. 186].

21Choisir d’utiliser le terme de racisme pour parler des relations interethniques au Mexique n’est pas neutre. Circule l’idée que dans la mesure où toute la population est « métissée », le racisme n’existerait pas. Comme l’affirme Mónica Gabriela Moreno [Moreno Figueroa, 2010, p. 391], le déni du racisme va de pair avec sa normalisation. C’est pourquoi il n’y a pas de débat dans la société mexicaine sur ce point. Ce mythe du métissage est, selon Federico Navarrete, construit sur l’idée que l’intégration à la culture nationale s’est faite de manière volontaire et pacifique, sans ségrégation ni discrimination et encore moins extermination [Navarrete, 2004]. L’histoire ainsi reconstruite n’est pas totalement fausse, mais elle cache une réalité beaucoup plus complexe. Navarrete pose une question intéressante : au lieu de parler d’un « problème indigène » incarné par les dix millions d’indigènes au Mexique, il se demande si les métis·ses existent en tant que tel·les. Si le métissage a une performativité en soi, cette catégorie regroupe des origines ethniques – les afrodescendant·es, les descendant·es d’Européen·nes, d’Asiatiques, du Liban ou de Turquie –, des croyances religieuses, des cultures, des niveaux de vie et des classes sociales très différentes. Si la vision unique du « métis » a été promue par des intellectuels comme Octavio Paz, la réalité sociale est plus diverse. De la même manière que les indigènes sont différent·es selon leur groupe ethnique, le groupe des métis·ses est également très hétérogène. Ce qui les rassemble est justement le fait de ne pas être indigènes.

22Or, tout le problème repose sur le faux dilemme entre authenticité indigène et modernité métisse. D’après Federico Navarrete, on admire des indigènes aujourd’hui pour leurs traditions qui seraient inchangées par rapport à celles des peuples préhispaniques. Cette admiration nie leur capacité de transformer leur culture au long de l’histoire. L’indigène, cet·te « Autre », est figé·e dans le passé et discriminé·e dans le présent. Plusieurs autrices et auteurs ont confirmé que les représentations des indigènes restent liées à la pauvreté, à la marginalité ainsi qu’à l’absence de culture et de morale. La démonstration proposée par Cristina Oehmichen concernant leur représentation dans le cadre de la capitale est en effet sans appel [Oehmichen, 2005].

  • 9 Citation originale : « El racismo entre los mestizos no es únicamente fenotípico […] sino que es ta (...)

23Si ce racisme envers les indigènes est indubitable, il est intéressant, dans le prolongement de la pensée de Federico Navarrete, de décrire le racisme développé entre les métis·ses mexicain·es. Il se manifeste d’abord par la division hiérarchique entre pauvres et riches à l’intérieur d’un système mexicain brutalement inégalitaire, où les classes sociales ne sont pas dépourvues d’une dimension ethno-raciale. Ce racisme se développe surtout dans l’espace privé, notamment dans les préférences sociales ou les critères esthétiques, et comme le souligne Federico Navarrete [2004, p. 117], « le racisme entre les métisses n’est pas seulement phénotypique […]. [Il est] aussi culturel, et discrimine ceux qui ont le moins accès à la culture occidentale, tout en exaltant ceux qui en sont le plus familiers et qui ont le plus de pouvoirs9. » Ce racisme est le principe organisateur de la division du travail, de la distribution de la terre et du rapport à l’État entre autres.

24Le cas des travailleuses domestiques doit donc être pensé dans ce contexte. Ces dernières ne sont pas toutes indigènes, mais elles ne sont pour autant pas exemptes d’un racisme « moins biologique, plus “culturel”, mais toujours vif » [Falquet, 2009, p. 179].

De l’intersectionnalité à l’imbrication des rapports de domination

25Par l’exposition des divers systèmes d’oppression, j’avais d’abord pensé que le plan de cette recherche serait d’une facilité déconcertante : montrer chacune des problématiques de manière séparée dans un chapitre. Néanmoins, penser l’intersectionnalité comme méthode analysant chaque problématique à part ne me satisfaisait pas totalement. Il est difficile de séparer les pouvoirs agissant sur les individus eux-mêmes, puisque le pouvoir n’est pas une réalité qui s’impose à elle seule, mais plutôt une relation entre deux – ou plusieurs – personnes ou groupes. De plus, la dichotomie domination/oppression cache des processus complexes sur les libertés et contraintes à l’intérieur d’une société capitaliste, patriarcale et néocoloniale comme le Mexique. Selon Danièle Kergoat, le concept d’intersectionnalité suppose une conception arithmétique et géométrique de la domination, d’abord l’addition et ensuite l’intersection, sans rendre compte de la dynamique des rapports sociaux. Choisir le concept d’articulation permet de penser les catégories sociales ou vecteurs de pouvoir d’une manière plus flexible. Les rapports sociaux de pouvoir, qu’ils soient de sexe, de classe ou de « race », ne sont pas superposés ni additionnés. Je me situe dans la perspective de Jules Falquet, qui pense les rapports sociaux de pouvoir comme imbriqués [Falquet, 2009, p. 72 ; 2020].

26Je fais ainsi l’hypothèse que l’articulation des rapports sociaux de genre, de classe et de « race », démontrée dans le cadre de la mondialisation néolibérale, se déploie aussi au Mexique. Je chercherai donc à analyser comment, dans le contexte du travail domestique rémunéré, cette articulation a des effets sur les expériences des femmes mexicaines. Quelles sont les conditions qui génèrent et perpétuent les inégalités dans la société mexicaine ? Si nous reprenons les axes de domination évoqués dans la partie précédente, il est clair qu’aucune femme n’est absolument déterminée par un de ces axes. Elles ne sont pas totalement déterminées par l’argent et la nécessité, sinon elles pourraient se prostituer ou vendre de la drogue, ce qui leur rapporterait plus d’argent. Elles ne sont pas non plus entièrement déterminées par le fait d’être femmes, sinon elles resteraient chez elle à s’occuper des tâches domestiques et des enfants. Pour celles qui sont indigènes, elles ne sont pas conditionnées par leur appartenance raciale ou ethnique. Une fois de plus, les rapports sociaux de pouvoir sont articulés de façon complexe. Il faudra alors examiner comment ces structures de domination se reproduisent et s’imbriquent dans le travail domestique.

  • 10 L’utilisation de l’expression « employée de maison » est un équivalent de l’espagnol « empleada del (...)

27Ces structures ne sont pas fixes et sont en proie à de possibles changements comme le montre l’apparition des organisations qui défendent les droits des employées de maison10. Nous nous intéresserons au cas des organisations nationales pour comprendre leurs stratégies. Comme nous le verrons, ces organisations tentent de faire valoir des conditions de travail dignes pour la travailleuse domestique rémunérée. Ces voix ont pourtant du mal à se faire entendre, ne serait-ce que par les employées elles-mêmes, particulièrement vulnérables, n’ayant peu de temps disponible et qui, en général, sont difficilement mobilisables. Il faut alors se demander pourquoi les femmes employées domestiques ne s’identifient pas toujours aux discours de ces organisations. Si les structures de domination pèsent si fortement, pourquoi ces femmes ne s’engagent-elles pas pour l’amélioration de leurs conditions de travail ? La question en toile de fond est alors de savoir si ces employées se considèrent comme opprimées dans le cadre de leur travail. J’ai cherché à recueillir le témoignage des femmes qui étaient organisées en collectif d’employées domestiques et de celles qui ne luttent pas directement pour leurs droits. Ces femmes ne seraient-elles que les victimes passives d’un système oppresseur ?

  • 11 Citation originale : « Incorporar las experiencias, expectativas y acciones de los actores sociales (...)

28Toutes ces questions conduisent à se pencher sur les représentations sociales des employées domestiques. Ce n’est pas seulement leur situation économique et sociale qui nous intéresse, mais aussi la manière dont elles se représentent leur propre situation. Il faut prendre en considération les subjectivités des employées, afin de préciser comment elles se situent dans la structure sociale. Tenir compte des subjectivités, c’est chercher notamment les significations que produisent les personnes depuis leur environnement sur leurs actes. D’après Carlos Ímaz [2011, p. 42], « Intégrer les expériences, les attentes et les actions des acteurs sociaux signifie reconnaître que la vie sociale, sa production (en tant que changement) et/ou sa reproduction (en tant que continuité) est le résultat de l’interaction de sujets actifs, capables de modifier leur conduite de manière réflexive11. »

29Prendre en considération les subjectivités de ces femmes conduit à ne pas en faire les simples « victimes » des structures de dominations. Ces femmes ont aussi fait des choix et sont capables de soumission comme de transgression. Toutefois, ne pas les reconnaître comme seules victimes ne signifie pas nier les structures antérieurement mentionnées. La difficulté ici est de ne pas tomber dans le « misérabilisme » ni dans le « populisme » [Grignon & Passeron, 1989]. Si l’un des objectifs de ce livre est de passer au-dessus de l’ethnocentrisme de classe, je ne cherche pas à montrer que les valeurs et représentations des employées domestiques sont les meilleures ni dicter de façon maternaliste comment les employées domestiques devraient agir. J’ai voulu rendre compte des représentations sociales des employées domestiques, sans pour autant croire en leur autonomie absolue, prenant en compte les rapports de force existants. Cette mission était d’autant plus compliquée que je parle de femmes, en étant moi-même une femme. Il s’agit donc de ne pas les concevoir seulement comme des victimes, sans pour autant les montrer comme « complices » ou même coupables de leur ou de notre propre oppression. Dans ce contexte, je reprendrais la réflexion de Raquel Gutiérrez [2010, p. 52] :

  • 12 Citation originale : « Al pensar las cosas como si se tratara meramente de una elección racional en (...)

« En considérant les choses comme un simple choix rationnel entre une attitude et une autre, entre la soumission ou l’autodétermination une fois pour toutes, nous ne faisons que nous accabler d’un complexe de culpabilité pour ne pas avoir réussi à nous retirer radicalement du système, ce qui, à long terme, servira à renforcer, une fois de plus, l’ordre du système dans son ensemble en inhibant nos chances de le démanteler réellement12. »

30Ce travail s’inscrit dans une volonté de rompre avec des dichotomies actuelles de la modernité, à savoir victimes/coupables et campagne/ville, la dernière sous-entendant que la campagne est toujours le lieu de subordination, quand la ville est celui de la libération. Or, l’exode rural peut signifier aussi bien des changements encourageants que la production et la reproduction des inégalités de genre, de classe et de « race ».

31Afin d’éclairer les diverses problématiques, je me suis appuyée sur des recherches d’autrices et auteurs en sociologie, en anthropologie, en science politique et en histoire. Il m’a en effet semblé utile de mobiliser des œuvres issues des différentes disciplines des sciences humaines et sociales. Il m’a également paru cohérent de donner une place importante aux travaux universitaires d’étudiantes réalisés sur le travail domestique ou le travail sexuel.

32De plus, comme le remarque Sabine Masson, « La critique postcoloniale latino-américaine s’ancre dans un héritage marxiste et lie structurellement colonialisme et capitalisme » [Masson, 2009, p. 191]. Il me faut alors me positionner dans une perspective latino-américaine qui reprend des éléments de la théorie de la dépendance et de la théologie de la libération, des principes de l’éducation populaire et de la recherche-action. Cette recherche n’est pas une recherche-action en tant que telle, parce que le temps et les moyens étaient restreints, mais j’ai tenté de poser en termes pratiques ce que je pouvais lire dans la théorie. J’ai réalisé des observations participantes, des entretiens avec des femmes employées domestiques et mené des actions avec les organisations afin de visibiliser leurs conditions. Dans la continuité de cet engagement revendiqué, j’ai aussi décidé de féminiser l’écriture. Lorsque le genre de la personne n’est pas identifiable, j’ai choisi d’utiliser une formule neutre.

Travailler avec les employées domestiques

33Mon étude s’est centrée sur les employées domestiques et leurs discours, et non sur les représentations et discours des employeuses et des employeurs. Même si la relation entre les premières et les second·es est très importante et nécessite d’être étudiée, cela n’a pas été mon objectif dans ce travail. Je reviendrai dans un premier temps sur les difficultés et les stratégies adoptées pour rencontrer des employées domestiques, puis j’examinerai la méthodologie utilisée et fondée sur une démarche réflexive.

L’accès au terrain à Guadalajara et à Mexico

  • 13 « El rechazo a los indígenas en Providencia, reflejo del país », Gazeta de la UDG, no 320, 3 novemb (...)

34Le travail de terrain s’est déroulé entre avril 2012 et juin 2013. La mise en contact avec les femmes travailleuses domestiques n’a pas été facile. Des chercheuses et des chercheurs m’avaient conseillé de centrer mes recherches sur les parcs où se réunissent les employées lors de leur temps libre. Or, ces lieux de rencontre peuvent changer, notamment du fait des dynamiques de quartier (par exemple, les plaintes dans les quartiers plus riches, concernant la présence d’autres actrices et acteurs sur leur territoire13). Entrer en contact avec des femmes dans un lieu public fut d’autant plus difficile dans le contexte de guerre contre le trafic de drogue lancée par le gouvernement de Felipe Calderón (2006-2012) qui a conduit à une augmentation importante de la violence. La méfiance et la peur des inconnu·es renvoyaient pour partie à la peur de la traite des femmes pour ces femmes, souvent migrantes internes, qui ne connaissent pas le contexte urbain. De plus, le taux de féminicides au sein de l’État de Mexico était à l’époque le plus élevé du Mexique, plus qu’à Ciudad Juárez, tristement connue pour ces crimes. C’est finalement grâce à des personnes qui connaissaient ces travailleuses et avec lesquelles elles étaient en confiance, que j’ai pu entrer en contact avec elles. Comprendre les représentations sociales au Mexique, acquérir les contacts et la confiance des interlocutrices, qu’elles soient organisées ou non, furent des processus de longue haleine.

35Les dynamiques ont été un peu différentes à Guadalajara et à Mexico. À Guadalajara, il n’existe aucune association ou organisation qui aborde de manière spécifique le travail de maison. C’est par des contacts personnels que j’ai rencontré Marta, chinanteca d’origine, qui était au centre d’un groupe de femmes venant toutes de son village. Presque toutes travaillaient à demeure et n’avaient pour jours de repos que le samedi après-midi et le dimanche. J’ai rencontré plusieurs femmes individuellement, puis au fur et à mesure, certaines m’invitaient à réaliser des activités en commun pendant leurs temps de loisirs, par exemple jouer au basket, aller au cinéma ou partager un repas. À Guadalajara, les employées domestiques avaient des caractéristiques communes : elles étaient toutes issues du même groupe ethnique (chinantecas), elles étaient jeunes et avaient entre 23 et 32 ans, et presque toutes étaient employées à demeure. J’ai côtoyé une dizaine de ces employées et ai réalisé des entretiens avec sept d’entre elles.

36Au mois de juillet 2012, j’ai dû me rendre à Mexico pour des raisons tant universitaires, un échange à l’Unam, que financières : comme assistante de français, j’avais droit à une bourse. Dans la capitale, c’est par des associations faisant partie du Réseau national des travailleurs de maison (RNTH en espagnol) que j’ai pu nouer des relations avec des travailleuses domestiques et réaliser des entretiens avec elles : le Colmith (Colectivo de Mujeres Indígenas Trabajadoras del Hogar), la Casa Hogar de la Joven, qui fait partie de la congrégation María de la Inmaculada, et Atabal, qui ne fait plus partie du réseau RNTH. J’ai réalisé trois entretiens de membres actives du Colmith, auto-organisation de femmes employées domestiques. Celles-ci travaillaient soit toute la semaine chez les mêmes patron·nes en étant libres le soir (entrada por salida), soit comme journalières. Elles vivaient alors avec leur famille. En plus des entretiens, j’ai réalisé un certain nombre d’activités avec elles (présentation de livre, ciné-débats, enquêtes sur les lieux publics, émission de radio, manifestations). La Casa Hogar de la Joven Vicente María est une institution religieuse qui permet à des femmes migrantes d’être logées en semaine ou le week-end, et qui les aide à trouver un travail. Introduite par Marta-Angelica, personne-ressource de la RNTH, j’ai partagé des moments communs avec ces femmes pendant les week-ends (repas, café, kermesse) et ai pu entrer en contact avec d’anciennes résidentes, des femmes plus âgées, qui ne résident plus à la Casa Hogar mais s’y réunissent chaque dimanche pour la messe et un repas. Cinq entretiens avec de jeunes femmes résidentes (entre 21 et 35 ans) travaillant à demeure (sauf une) et d’anciennes résidentes (de plus de 40 ans) vivant à demeure ont été réalisés. Toutes ces femmes étaient des migrantes internes, mais n’étaient pas toutes issues de communautés indigènes. Atabal, ancien centre de promotion des droits des travailleuses, avait été reconverti en une garderie pour les enfants vivant dans le quartier, accueillant en majorité les enfants de travailleuses domestiques. Un entretien a été réalisé avec deux d’entre elles.

Une enquête qualitative auprès de travailleuses de Mexico et Guadalajara

37J’ai réalisé mon enquête en utilisant des méthodes qualitatives de recherche. Une étude statistique ne m’intéressait que peu, les chiffres ne pouvant rendre compte de la façon dont se perçoivent les employées domestiques.

  • 14 Citation originale : « Las representaciones sociales aparecen cuando los individuos debaten temas d (...)

38Les entretiens réalisés étaient semi-directifs : je commençais par des questions précises, puis laissais cours à une discussion plus libre. J’intervenais si nécessaire dans cette discussion afin de préciser ou d’approfondir les thématiques de mon enquête. Je cherchais, d’une part, à connaître les conditions de travail de ces femmes et leurs relations avec leurs patron·nes, et de l’autre, à comprendre comment elles étaient devenues employées domestiques et pourquoi elles continuaient à l’être. À ces entretiens se sont ajoutés des temps d’échange plus informels autour d’activités de détente diverses, que ce soit de manière individuelle ou collective. Ces conversations m’ont permis de mieux saisir les représentations de ces femmes par rapport à leur travail et leur vie en général. Selon Martín Mora [2002, p. 7], « les représentations sociales émergent lorsque les individus discutent de questions d’intérêt mutuel14. »

39Il me paraît important de revenir sur la relation d’enquête elle-même. La plupart des interlocutrices étaient surprises de constater qu’une étudiante française s’intéressait à elles. A priori, ce n’était pas un avantage : mon origine française (du « premier monde ») et la classe sociale qui m’était attribuée pouvaient avoir une incidence sur le fait que j’avais, à leurs yeux, les moyens de payer les services d’une employée domestique. Néanmoins, le fait de me présenter comme étudiante et travailleuse (comme assistante de français) réalisant les tâches domestiques avec mon colocataire réduisait – un peu – la distance qu’elles pouvaient instaurer entre elles et moi. Si je n’aimais guère que l’on me présente comme « la Française », ma condition de « migrante » me permettait de partager une condition avec ces femmes. Connaître une Française est par ailleurs un fait valorisé dans la société mexicaine. Pour des femmes aux statuts souvent dévalorisés, cela me rendait « attrayante ». Cette curiosité pour une personne « du premier monde » conduisait l’entretien à être un échange d’expériences et pas seulement un monologue. Comme l’a montré Dominique Vidal, la demande de reconnaissance est à la base de la relation d’enquête [Vidal, 2007, p. 31]. Ces échanges d’expériences ont donc facilité la relation d’enquête.

40Mon identité genrée a également eu des incidences sur les interactions. Je pouvais accéder plus facilement qu’un homme au terrain. Ces derniers n’étaient pas autorisés par exemple à entrer à l’intérieur des locaux de la congrégation religieuse. Les femmes originaires de Playa Limón rencontrées à Guadalajara passent leur temps libre presque uniquement entre femmes, sauf lorsqu’elles sont avec leur petit ami, moment durant lequel elles s’isolaient de leurs familles et amies. Certains thèmes de conversation, puisque je suis une femme, semblaient « naturels », comme la séduction, les hommes, l’esthétique, la relation mère-enfants – on me demandait souvent si j’étais mariée et si j’avais des enfants. Néanmoins, comme femme, jeune et blanche, il m’était difficile d’entrer en contact avec des employées domestiques plus jeunes que moi. Peut-être avaient-elles tendance à me considérer comme une rivale ? Ce fut en tout cas mon hypothèse. Être blanche, jeune et d’une certaine manière « exotique », puisque française, est perçu comme un « avantage » dans la recherche d’un conjoint. Se créait plus facilement un climat de complicité avec les femmes ayant au moins cinq ans de plus que moi. Elles ne me considéraient pas comme une rivale dans la mesure où elles étaient mariées, en union libre, divorcées, séparées, ou simplement parce qu’elles avaient perdu leurs illusions quant au prince charmant.

41J’ai par ailleurs essayé de comprendre ce qu’il y avait de commun aux différentes modalités du travail domestique. Une employée à demeure, dite trabajadora de planta au Mexique, est celle qui réside sur son lieu de travail, c’est-à-dire dans la maison de ses patron·nes, pendant la semaine. Elle peut y résider aussi le week-end, ou habiter chez des connaissances ou des institutions, comme la Casa Hogar. Celle qui travaille sur le mode entrada por salida travaille toute la semaine pour le·s même·s patron·nes, mais ne dort pas sur son lieu de travail. Quant à la travailleuse journalière, qui a aussi une résidence propre, elle cumule des journées ou des demi-journées dans certains cas, et peut avoir plusieurs patron·nes.

  • 15 Citation originale : « En 2000, en el Distrito federal, sólo 40 % de las trabajadoras del servicio (...)
  • 16 Dans mon mémoire de master 1, intitulé Les femmes et le zapatisme : des femmes objet du discours au (...)

42Dans ce livre, les femmes qui travaillent à demeure sont surreprésentées, alors que ce n’est pas le cas dans la réalité, comme le remarque Mary Golsmith [2007a, p. 286-287] : « En 2000, à Mexico, seulement 40 % des travailleuses de service étaient à demeure, alors qu’elles ne représentent que 20 % dans les autres régions15. » J’ai rencontré beaucoup de femmes travaillant à demeure parce que, dans un premier temps, je cherchais seulement des femmes indigènes travailleuses domestiques16. De plus, comme l’a montré Séverine Durin, il existe une surreprésentation des travailleuses indigènes dans le travail domestique à demeure [Durin, 2009, p. 222] et les femmes indigènes sont la plupart du temps des migrantes internes. Cependant, toutes les femmes indigènes ne sont pas migrantes et toutes les migrantes ne sont pas indigènes. Finalement, dans cette enquête, les femmes qui travaillaient à demeure étaient toutes migrantes, – quoique pas toutes indigènes – ce qui implique une surreprésentation aussi bien des femmes migrantes que des travailleuses à demeure par rapport aux statistiques réelles.

43Les entretiens ont été réalisés avec des femmes âgées de 21 à 45 ans (voir tableau 1). La plupart des femmes que j’ai rencontrées sont célibataires ou mères célibataires. Je n’ai effectué que peu d’entretiens avec des femmes mariées ou même en union libre et ayant des enfants. Je peux émettre l’hypothèse que, pour les rencontrer, les techniques d’approche changent. Il semble plus judicieux de les chercher dans les quartiers populaires, par le biais de l’école ou des églises. En effet, nous pouvons supposer que les mères et épouses sont celles qui ont le moins de temps libre entre leur travail, leurs rôles de mère et d’épouse, et les temps de transport. De plus, sans l’aide d’une organisation ou d’une association, le contact est plus difficile et plus long à instaurer, même si beaucoup de recherches témoignent de l’effet boule de neige dans l’accès au terrain des employées domestiques.

44Enfin, je ne peux nier que les contextes de Mexico et de Guadalajara sont différents. Néanmoins, j’ai préféré voir les points communs que partagent ces métropoles mexicaines plutôt que leurs différences, qui se situent dans l’aspect législatif de la capitale de l’État de Jalisco et la capitale de la République fédérale, et de leur contexte économique, géographique et politique.

Tableau 1. Caractéristiques des principales enquêtées

Tableau 1. Caractéristiques des principales enquêtées

Plan de l’ouvrage

45Nous étudierons dans cet ouvrage les problématiques liées à l’imbrication des rapports sociaux de genre, de classe et de « race ». Pour étudier cela, l’ouvrage a été divisé en trois chapitres.

46Dans le premier chapitre, j’exposerai les deux imaginaires collectifs de la bonne au Mexique : la servante et l’employée de maison. L’image de servante provient d’un héritage historique. Je chercherai à déterminer les mécanismes qui participent aujourd’hui à la reproduction des inégalités et qui véhiculent une image stigmatisée du travail domestique rémunéré. Cependant, des organisations de différents types luttent contre cette stigmatisation et tentent de diffuser les droits des employées de maison au Mexique. C’est entre ces deux extrêmes que j’aborderai la situation actuelle des travailleuses domestiques rencontrées en 2012-2013.

47Le deuxième chapitre explore ce qui se déroule dans l’espace de travail, qui est l’espace privé des employeuses et des employeurs où travaillent les enquêtées. Nous aborderons à la fois les conditions de travail, mais aussi les violences qui s’y déroulent. Comment s’articulent les rapports de genre, de classe et de « race » dans les relations entre employées, employeurs et employeuses ? Nous chercherons à analyser à la fois l’asymétrie des rapports de pouvoir et les capacités de résistance des employées.

48Dans le troisième chapitre, nous nous intéresserons aux stratégies des employées. La trajectoire professionnelle n’est souvent pas la priorité de ces femmes. Nous tenterons donc de comprendre leurs aspirations, les décisions qu’elles prennent et les difficultés qu’elles traversent, dans le but de les réaliser.

Notes

1 J’utiliserai le terme « race » entre guillemets comme le fait Jules Falquet : « J’utilise la “race” entre guillemets pour en souligner le caractère éminemment social, artificiel et composite – comme on le verra, la “race” regroupe notamment des rapports de pouvoir liés à la “couleur” et à l’ethnicité, mais aussi à la nationalité et au statut légal » [Falquet, 2009, p. 72].

2 [En ligne] https://archivo.eluniversal.com.mx/notas/804989.html

3 Citation originale : « […] conjunto de relaciones sociales que tiene una base material y en el que hay unas relaciones jerárquicas y una solidaridad entre los hombres que les permiten dominar a las mujeres. La base material del patriarcado es el control del hombre sobre la fuerza de trabajo de la mujer. »

4 Citation originale : « Cuidar es cosa de mujeres y servir es asunto de mujeres pobres. »

5 Citation originale : « It comes as no surprise that recent academic interest on paid domestic work in Western Europe and America coincides with the increase in female immigration into developed countries and the development of a new “servant” class in receiving countries, and many studies have focused on issues of citizenship and the oppression of immigrant women. »

6 Citation originale : « […] [F]inalmente se transformó en un empleo que ocupó mayoritariamente a mujeres pobres, indígenas y negras. »

7 Personne appartenant au groupe social des descendant·es d’Espagnols né·es dans les Amériques.

8 Citation originale : « El indio vivo, lo indio vivo, quedó relegado en el segundo plano cuando no ignorado o negado. »

9 Citation originale : « El racismo entre los mestizos no es únicamente fenotípico […] sino que es también cultural, y discrimina a los que menos acceso tienen a la cultura occidental, mientras que exalta a los que mayor familiaridad con ella tiene y mayor de poder ostentan. »

10 L’utilisation de l’expression « employée de maison » est un équivalent de l’espagnol « empleada del hogar ». Malgré tout, l’expression en français ne restitue pas le caractère politique de l’espagnol. Dans ce livre, j’utilise de manière indistincte les termes « de maison » et « domestique ».

11 Citation originale : « Incorporar las experiencias, expectativas y acciones de los actores sociales, significa reconocer que la vida social, su producción (como cambio) y/o reproducción (como continuidad), es resultado de la interacción de sujetos activos capaces de modificar reflexivamente su conducta. »

12 Citation originale : « Al pensar las cosas como si se tratara meramente de una elección racional entre una y otra actitud, entre someterse o autodeterminarse de una sola vez y para siempre, lo único que hacemos es cargarnos con un complejo de culpa por no lograr sustraernos al esquema de manera radical de un solo golpe; lo que a la larga servirá para reforzar, nuevamente, el orden del sistema en su conjunto inhibiendo nuestras posibilidades de realmente desarmarlo. »

13 « El rechazo a los indígenas en Providencia, reflejo del país », Gazeta de la UDG, no 320, 3 novembre 2003.

14 Citation originale : « Las representaciones sociales aparecen cuando los individuos debaten temas de interés mutuo. »

15 Citation originale : « En 2000, en el Distrito federal, sólo 40 % de las trabajadoras del servicio era de planta, mientras que sólo 20 % de estas laboraba en otras entidades del país. »

16 Dans mon mémoire de master 1, intitulé Les femmes et le zapatisme : des femmes objet du discours aux femmes indiennes articulant un nouveau discours ?, je me suis intéressée aux articulations des rapports de pouvoir au Mexique. J’ai ensuite décidé de réaliser mon master de M2 dans un contexte urbain. Je restais toutefois très sensible à l’expérience des femmes indigènes.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Caractéristiques des principales enquêtées
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/10881/img-1.png
Fichier image/png, 333k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search