Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'instabilité politique de l'Amérique latine

 | 
Jean-Pierre Lavaud

Première partie. Les cycles de l'instabilité

Chapitre premier. Le movimiento (1952-1964)

Texte intégral

1Le 9 avril 1952, les habitants de la Paz apprennent par la radio que des insurgés appartenant au Mouvement Nationaliste Révolutionnaire (MNR), dirigés par Hernán Siles Zuazo, avec l’appui des carabineros, ont évincé la junte militaire qui s’était installée au gouvernement à peine un an auparavant, précisément pour faire barrage au candidat du MNR qui venait de gagner les élections présidentielles. Victor Paz Estenssoro avait, en effet, obtenu 54 049 voix contre 52 940 à l’ensemble de l’opposition traditionnelle éclatée en diverses tendances rivales.

2Comment en est-on arrivé là ? On peut résumer simplement l’histoire politique bolivienne qui, de la guerre du Chaco contre le Paraguay (1932-1935), mène le pays à la révolution d’avril 1952, comme celle de la naissance, puis du renforcement d’une contre-élite civile et militaire (intellectuels, enseignants, employés, jeunes officiers) devenant à terme capable d’abattre l’oligarchie des patrons miniers, soutenue par les hacendados, les importateurs et la majorité des officiers.

3Depuis 1936, les gouvernements favorables à l’une ou l’autre de ces deux élites alternent : socialiste militaire d’abord (1936-1939), puis conservateur militaire (1939-1943), nationaliste réformiste militaire-civil (1943-1946) et enfin réactionnaire civil-militaire (1946-1952).

4Chacun de ces gouvernements adopte des politiques contrastées en ce qui concerne les règlements et les prélèvements étatiques d’une part, et pour ce qui est du traitement réservé aux organisations syndicales d’autre part. En période réformiste, prélèvements et règlements étatiques se multiplient, affaiblissant d’en haut les forces oligarchiques, et les organisations ouvrières sont encouragées et soutenues, qui minent d’en bas le pouvoir patronal. Les “barons” de l’étain et leurs épigones se trouvent ainsi pris en tenaille entre les gestionnaires de l’Etat et leurs alliés ouvriers. A l’inverse, pendant les périodes conservatrices, l’oligarchie tend à reconquérir ses positions en allégeant les contrôles et les ponctions étatiques au nom du libéralisme.

5Les nationalistes du MNR s’installent finalement au pouvoir parce qu’ils sont les seuls capables de coaliser la contre-élite civile et militaire d’une part, et les ouvriers, principalement les mineurs, d’autre part. Cette coalition est rendue possible par le discrédit qui frappe la principale organisation politique de l’après-guerre implantée en milieu populaire, le Parti de la Gauche Révolutionnaire (PIR), marxiste, du fait de sa collaboration avec les gouvernements conservateurs du sexenio (1946-1952), et par le rapprochement qui s’opère entre le Parti Ouvrier Révolutionnaire (POR), trotskyste, et l’aile gauche des nationalistes, par le truchement des syndicats de mineurs. Elle se manifeste avec éclat entre le 9 et le 11 avril 1952 quand le coup d’Etat du MNR menace d’échouer : le peuple des faubourgs de la Paz aussi bien que les mineurs d’Oruro joignent alors leurs forces à celles du movimiento pour assurer son succès définitif.

6Le MNR se constitue entre 1936 et 1944 ; son premier programme politique est rédigé en 1942. Il incorpore plusieurs noyaux : une loge d’anciens combattants de la guerre du Chaco, la Estrella de Hierro, conservatrice (Victor Andrade) ; un cercle de journalistes et d’intellectuels regroupés dans le journal La Calle, très virulents à l’égard des barons de l’étain et anti-impérialistes (Augusto Céspedes, Carlos Montenegro) ; enfin un ensemble d’avocats, de professeurs d’université, de hauts fonctionnaires (Paz Estenssoro, Guevara Arze, Siles Zuazo). Ce groupe initial est remarquablement homogène : tous ses membres, ou presque, sont issus de familles en vue déjà engagées dans la vie politique, et 10 ans seulement séparent les plus âgés (Céspedes, 37 ans en 1941) des plus jeunes (Monroy Block).

  • 1 Cf. Mario Rolon Anaya, Política y partidos en Bolivia, La Paz, Juventud, 1966.
  • 2 Hochschild, un des trois barons, était d’origine juive allemande. Avant le déclenchement de la Deu (...)

7On peut donner un aperçu de la doctrine du mouvement en résumant les Bases y principios del MNR publiés en juin 19421. Les malheurs de la Bolivie sont attribués à des ennemis étrangers : les “barons” de l’étain (les deux qui sont d’origine bolivienne s’étant en quelque sorte expatriés) et les juifs. De ce fait, le parti recherche “le consensus pour extirper les grands monopoles privés et pour que le petit commerce soit exclusivement aux mains des Boliviens”2 ; il demande en outre que soit mis fin à l’immigration juive. L’envers de cette xénophobie est un nationalisme teinté d’indigénisme au nom duquel les prérogatives de l’Etat doivent être élargies de telle sorte qu’il devienne le principal artisan de la construction nationale ; un Etat dont l’agent privilégié est l’individu de race indo-métisse.

8Le movimiento a une première occasion de mettre en œuvre ses idées politiques à la fin de l’année 1943 quand un groupe de jeunes réformistes militaires, menés par le lieutenant Villaroel s’empare du pouvoir et inclut dans son cabinet plusieurs membres du MNR, dont Victor Paz Estenssoro, nommé ministre des Finances. Ce gouvernement prend effectivement des mesures destinées à renforcer le pouvoir de l’Etat (augmentation des impôts sur les exportations minières, obligation de dépôt des devises au Banco Central, grands travaux lancés par de nouvelles entreprises d’Etat...). D’autre part, il promeut une importante législation sociale. Enfin il encourage l’expression des revendications populaires : la Fédération Syndicale des Travailleurs des Mines (FSTMB) voit le jour en juin 1944 et un premier congrès paysan, organisé en mars 1945, aboutit à la suppression des services personnels gratuits (pongueaje).

9Chassés du pouvoir en juillet 1946 à la suite d’un coup d’Etat, les movimientistas sont ensuite persécutés et beaucoup sont contraints à la clandestinité ou à l’exil. Ils engrangent dès lors les bénéfices du mécontentement populaire. Bien qu’en position difficile, ils présentent des candidats à toutes les élections mais lorsqu’ils gagnent, on invalide les résultats. Il ne leur reste alors que la conspiration, à laquelle ils s’essayent une douzaine de fois entre 1946 et 1952.

10Pendant cette traversée du désert, ils abandonnent leurs positions fascisantes et xénophobes, déjà largement atténuées pendant leur passage au gouvernement et, en 1946, ils optent pour une révolution nationale non marxiste, seule à même de créer les conditions de la démocratie bolivienne.

11A partir de 1952, le MNR assure trois présidences successives en respectant les normes constitutionnelles - une série exceptionnelle dans le contexte troublé de la vie politique bolivienne. Mais il est chassé du pouvoir par un coup d’Etat militaire en 1964. Il faut donc analyser aussi bien les raisons de sa longévité que celles de son échec.

12Pour des raisons de clarté d’exposition, je centrerai l’analyse de l’enracinement du movimiento sur la période gouvernementale qui va de 1952 à 1956 (première présidence de Paz Estenssoro), et celle de sa chute en suivant les difficultés politiques et sociales de la période suivante 1956- 1964 (présidence de Siles Zuazo, puis seconde et troisième présidences de Paz Estenssoro).

Le succès movimientista

  • 3 COB, Programa ideológico y estatutos de la Central Obrera Boliviana aprobados por el Congreso Naci (...)

13Les gouvernements de la pré-révolution représentaient les intérêts limités de ce qu’il est convenu d’appeler la Rosca : “Trois barons de l’étain et leurs sectateurs, pas plus de 524 latifundistes et environ 50 “gros” capitalistes de l’industrie et du commerce”3. Une emprise rendue possible par le jeu combiné d’élections limitées (211 000 électeurs en 1951) et de coups d’Etat périodiques.

14La révolution change radicalement les règles du jeu. D’abord en instituant le suffrage universel dès le 21 juillet 1952, mais aussi en institutionnalisant la présence des secteurs ouvrier et paysan, tant au gouvernement qu’au sein du parti, et en contrôlant le jeu syndical.

15L’inclusion des secteurs populaires dans les instances politiques assure pour un temps une large reconnaissance au régime, et donc sa continuité. Mais elle contient aussi les ferments de sa perte. C’est pourquoi il est fondamental d’entrer dans les détails de l’organisation de la représentation politique et syndicale.

16La mobilisation révolutionnaire amène d’abord une vague de syndicalisation en même temps qu’une restructuration totale des organisations syndicales. La Centrale Ouvrière Bolivienne (COB) est créée dès le 17 avril. Impulsée par la FSTMB et menée par elle, la nouvelle centrale balaye la Confédération Syndicale des Travailleurs Boliviens (CSTB) influencée par les marxistes du PIR, intègre les syndicats de cheminots auparavant concurrents, et absorbe bientôt l’ensemble des organisations syndicales du pays. Centrale unique, elle se transforme en une véritable tribune populaire, où les partis politiques concurrents plus ou moins favorables à l’élan révolutionnaire, nationaliste et marxiste, peuvent débattre entre eux.

17La prééminence des mineurs dans la confédération se traduit par le fait que le secrétaire exécutif de la FSTMB, Juan Lechín, devient aussi le secrétaire exécutif de la COB, et par la forte représentation des mineurs au 1er congrès national de la COB en octobre 1954 : 60 délégués sur 310 ; un tiers des délégués ouvriers.

18C’est sous la pression de la FSTMB, épaulée par la COB que le gouvernement décrète la nationalisation des mines des trois “barons”, le 31 octobre 1952, à Catavi. Elle est suivie d’une autre mesure qui symbolise clairement le nouveau pouvoir des mineurs : le contrôle ouvrier avec droit de veto mis en vigueur le 16 décembre 1953 au sein de la toute nouvelle compagnie minière bolivienne (COMIBOL) qui regroupe les mines nationalisées. En vertu de cette disposition, les syndicats des divers districts miniers et la fédération à l’échelon national élisent des représentants aux diverses directions de la compagnie qui ont un droit de veto sur les décisions qu’ils estiment contraires aux intérêts des mineurs ou à celui de la nation.

19Cependant, la plus étonnante structuration syndicale est celle des paysans, plus précisément celle des colonos d’hacienda. Dès les lendemains de la révolution, des grèves et mouvements d’occupation des terres éclatent dans la vallée de Cochabamba. Au départ, ils échappent au contrôle du MNR, mais une fois réglé le problème de la nationalisation des mines, et alors que l’agitation gagne d’autres régions, le ministère des Affaires paysannes, créé le 12 avril 1952, décide de prendre en main le processus de syndicalisation. Dès lors, l’organisation des syndicats de paysans est confiée à un état-major d’employés du ministère, principalement composé d’anciens mineurs, qui parcourent la campagne pour sélectionner des cadres, et installer officiellement des syndicats locaux. Des fédérations départementales sont mises sur pied (La Paz, Cochabamba, dès le second semestre 1952), et la Confédération Nationale des Travailleurs paysans de Bolivie (CNTCB) voit le jour le 15 juillet 1953. De cette façon, non seulement la syndicalisation paysanne gagne du terrain, mais encore les partisans d’une “révolution agraire” par appropriation directe des terres, appuyés par les trotskystes, sont noyés dans la vaste clientèle du MNR.

20La vague d’allégeance au movimiento est encore renforcée par la mise en application du décret de réforme agraire le 2 août 1953. Ce décret permet l’expropriation des latifundios (grandes propriétés exploitées extensivement) et la consolidation dans leurs droits des possédants de petites et moyennes propriétés, ou d’entreprises agricoles. Par ailleurs, la propriété communautaire est reconnue. Les colonos d’hacienda peuvent ainsi devenir propriétaires des parcelles dont ils avaient jusqu’ici l’usufruit, et les comunarios sont confortés dans leurs droits. Cette reconnaissance les incline à se conformer aux directives gouvernementales et à entreprendre les démarches qui aboutissent à la détention effective d’un titre de propriété. Elle calme donc l’agitation à la campagne, ou plutôt elle la canalise.

21La grande habileté du MNR consiste alors à lier toutes les demandes de titres de propriété à l’appartenance syndicale, faisant ainsi des syndicats des intermédiaires obligatoires. De cette façon, le movimiento tisse, depuis le ministère des Affaires paysannes, un filet d’allégeances qui couvre progressivement tout le campo.

22Cependant, la CNTCB est rattachée à la COB au même titre que l’ensemble des autres syndicats professionnels. Au premier congrès de la COB, les paysans sont représentés par 50 délégués sur 310 ; une faible proportion en regard de celle des mineurs si on la rapporte au nombre des représentés, mais qui n’en reflète pas moins l’émergence du syndicalisme paysan.

  • 4 Antonio Garcia, “Los sindicatos en el esquema de la revolución nacional : el sindicalismo en la ex (...)
  • 5 COB, Programa ideológico y estatutos... op. cit.

23La lame de fond syndicale touche aussi les autres branches du travail : les ouvriers (fabriles), mais aussi l’ensemble des salariés et notamment les fonctionnaires. En 1956, le nombre des syndiqués de l’ensemble des secteurs non agricoles atteint 150 000 personnes. Si on leur ajoute les 600 000 paysans organisés en syndicats entre 1952 et 1956, on approche la moitié de la population active bolivienne4. Or, s’il est clair que la COB se considère comme la majorité de soutien du gouvernement, elle n’en prétend pas moins jouer un rôle de surveillance afin d’empêcher des “manœuvres contre-révolutionnaires” et l’affaiblissement, ou l’arrêt de la révolution, d’où son, “appui critique et conditionnel” à la politique du parti5. Pour contrôler, canaliser, voire utiliser à son profit cette mobilisation syndicale, le gouvernement institutionnalise d’une double manière la bruyante irruption des couches populaires sur la scène politique. D’une part, il crée des instances représentatives nouvelles ou il élargit les compétences de celles qui existent déjà (ministère des Affaires paysannes, ministère des Mines et du Pétrole, ministère du Travail, Caisse nationale de sécurité sociale..), d’autre part, il confie quatre ministères à des responsables de la COB : Juan Lechin se voit attribuer celui des Mines et du pétrole ; German Butrón, secrétaire exécutif de la Confédération des travailleurs fabriles boliviens (CGTFB) obtient le ministère du Travail, Angel Gomez, secrétaire exécutif de la Confédération syndicale des employés des chemins de fer et des transports aériens (CSTFRATA) reçoit le ministère des Travaux publics ; enfin Nuflo Chavez Ortiz, secrétaire exécutif de la CNTCB est aussi ministre des Affaires paysannes. C’est cette fusion - voire cette confusion - des statuts directifs que l’on a appelée co-gouvernement MNR-COB.

  • 6 Christopher Mitchell, Reformers as revolutionaries : the tragedy of Bolivia’s Movimiento Nacionali (...)

24Dans la mesure où l’attache du syndicalisme au MNR par son seul sommet est menacée de cassure, le parti se propose aussi d’incorporer les militants syndicalistes. Mais il a un double handicap : son organisation pré-révolutionnaire n’est pas adaptée pour recevoir le flot des nouveaux syndiqués et, accaparé par les tâches gouvernementales, il a laissé les syndicats le précéder en matière d’encadrement des couches populaires mobilisées. Lorsqu’il entérine enfin ses nouveaux statuts en décembre 1954, la COB a déjà approuvé les siens depuis trois mois. Elle a adopté une structure centralisée par branches dans laquelle les centrales ouvrières départementales (COD) n’ont qu’un rôle secondaire. Or cette architecture interne ne convient guère à un parti dont la visée est avant tout d’encadrement territorial. Finalement, le movimiento met en place une organisation bâtarde qui recouvre le territoire national, mais englobe aussi, telles quelles, les confédérations syndicales. Le schéma circulaire élaboré par Christopher Mitchell6 illustre bien cette imbrication.

25Au centre, el jefe, Victor Paz Estenssoro. Autour de lui, le Comité politique national (CPN) composé de dix membres et d’un secrétaire exécutif. Puis les comandos du parti qui sont de deux types : territorial et fonctionnel. L’organisation territoriale est calquée sur le découpage administratif du pays : il y a donc neuf comandos départementaux auxquels sont subordonnés des comandos zonales qui constituent les cellules de base. Des comandos especiales sont installés dans certains gros bourgs isolés, principalement des camps miniers et des noeuds ferroviaires. Quant aux comandos fonctionnels, ils correspondent à chaque branche importante du monde du travail (fabriles, mineurs, employés des chemins de fer...), les comandos fonctionnels nationaux coiffant l’ensemble des comandos fonctionnels locaux.

26Selon les statuts, les comandos départementaux et spéciaux dirigent et représentent tous les comandos qui appartiennent à leur zone géographique. En réalité, leur rayon d’action ne dépasse guère leur agglomération d’implantation : ils ont des contacts fugaces avec les syndicats paysans et ne réussissent pas à encadrer les organisations ouvrières. Dans les mines, les comandos especiales coexistent avec les syndicats plus qu’ils ne les incluent véritablement ; ils recrutent plutôt au sein du personnel d’encadrement et de maîtrise de la mine qu’à l’intérieur du groupe des mineurs. Le MNR se présente donc comme une coalition d’organisations qui restent relativement indépendantes et mal intégrées bien que centralisées ; le parti en tant que tel ne recrutant qu’une fraction urbaine des couches moyennes : artisans, employés, fonctionnaires surtout.

Diagramme de la structure du MNR (1952-1956)

Diagramme de la structure du MNR (1952-1956)

Source : Christopher Mitchell, Reformers as revolutionaries : the tragedy of Bolivia's Movimento Nacionalista Revolucionario (1952-1964), Ph. D., Harvard University, 1971, p. 99.

  • 7 Ibid., p. 101.
  • 8 Ibid.

27L’adhésion ouvrière est indirecte, ou sectorielle, selon la conceptualisation de Christopher Mitchell, le secteur étant défini comme : “une organisation sociale à laquelle l’adhésion est directe, exclusive et unique. Dans ce modèle idéal, les individus appartiennent directement à un secteur (généralement selon leur place dans le système économique). Tous les individus ayant la même place dans ce système y ont accès et seulement eux. De nombreux secteurs sont représentés à l’échelon national (par exemple les fédérations ouvrières nationales) tandis que d’autres se limitent au niveau local (par exemple les syndicats paysans).”7. Si les paysans et les ouvriers sont sans aucun doute les plus représentatifs d’une adhésion au MNR sur la base sectorielle, ils ne sont pas les seuls : les profesionales, les universitaires, les militaires... et même les commerçants importateurs adhèrent au parti sur cette même base. Dans ces derniers cas, cependant, l’organisation sectorielle n’est pas toujours un syndicat. Et souvent ce ne sont que des fractions plus ou moins représentatives d’une branche du travail qui entrent au parti. Le MNR ne morcelle donc pas les secteurs, au contraire il les épouse8. Il est tributaire de leur mobilisation, mais a des difficultés à les mobiliser à son profit.

28Cependant, à cette époque, pour de nombreux ouvriers et paysans, les frontières entre les deux types d’organisations ne sont pas claires. Elles sont d’autant plus difficiles à cerner qu’aussi bien les leaders "plutôt" syndicalistes que les cadres “plutôt” politiques ont intérêt à entretenir la confusion : les premiers pour bénéficier de la reconnaissance du gouvernement révolutionnaire, les seconds pour engranger les profits de l’adhésion à des groupements jusqu’alors spécifiquement populaires. Et dans la mesure où syndicalistes et militants du parti adhèrent aux idéaux du nationalisme révolutionnaire et se reconnaissent des chefs communs qui sont à la fois dirigeants syndicaux, membres du CPN et ministres, les divers morceaux du movimiento tendent à se fondre en un vaste bloc de soutien au gouvernement.

  • 9 André Siegfried, Amérique latine, Paris, Armand Colin, 1934, p. 89.
  • 10 Sauf une, celle de 1878, de brève durée. L’expression “régime de prépondérance présidentielle” est (...)

29“Dans le domaine de la politique, le Nouveau Monde s’est montré créateur, il a inventé le président”, écrivait André Siegfried en 19349. La Bolivie n’échappe pas à la règle, dont les 14 constitutions élaborées entre 1825 et 1967 consacrent des "régimes de prépondérance présidentielle”10

30Quand Paz Estenssoro devient président, il est donc l’héritier de cette longue tradition que non seulement il assume mais encore accuse en gouvernant sans congrès de 1952 à 1956. Fort de sa légitimité révolutionnaire, il décide en effet de se passer du congrès élu en 1949, en majorité hostile au MNR.

31Qui est donc cet homme que la foule pacénienne porte en triomphe le 15 avril 1952, à son retour d’exil ? Né le 2 octobre 1907, à Tarija, dans une famille de propriétaires terriens qui compte déjà des hommes politiques dans ses rangs, il fait des études de droit à l’université de La Paz et obtient le titre d’avocat.

32En 1929, il est nommé rédacteur à la Chambre des députés. Il fait la guerre du Chaco dans l’artillerie. Puis il est un temps oficial mayor (secrétaire d’Etat) du ministère des Finances, pendant la présidence du colonel Toro (mai 1936-juillet 1937). Il travaille ensuite comme avocat de l’entreprise minière Patiño. Sous la présidence du lieutenant-colonel Busch (juillet 1937-août 1939), il est élu député de Tarija ; il est réélu en 1940 dans l’opposition au général Peñaranda. C’est alors qu’il se lie aux membres fondateurs du futur MNR.

  • 11 Cf. Richard W. Patch, “The last of Bolivia’s MNR ? Tensions between personalism and party in polit (...)

33Dès cette époque, Paz Estenssoro émerge grâce à divers talents : ses dons oratoires11, ses capacités de travail, son ordre et sa méthode, ses connaissances juridiques et financières. Et il est promu et mis en avant par ses amis du MNR.

  • 12 Richard W. Patch, The last of Bolivia’s MNR ?... op. cit.

34A 36 ans, il devient ministre des Finances du gouvernement de Villaroel “dans un gouvernement de son choix, à vrai dire de son fait”12. Après la fin tragique de Villaroel, le 21 juillet 1946, il s’exile à Buenos Aires. Puis, candidat aux élections présidentielles de 1959, il arrive en tête des suffrages bien que contraint de demeurer à l’étranger et ainsi empêché de faire campagne.

35N’ayant pas participé aux journées d’avril, il reçoit cependant un accueil populaire enthousiaste. Non seulement l’exil ne lui a pas nui, mais l’éloignement dans lequel il a été tenu a contribué à faire de lui une figure mythique, une sorte de messie dont le peuple attend des miracles.

  • 13 Lilo Linke, Viaje por la revolución, Quito, Casa de la Cultura ecuatoriana, 1956, p. 42.
  • 14 Mario Pando Monje, op. cit. p. 219.

36Ses amis du MNR continuent de travailler à son auréole : “Il est nécessaire de faire de lui une figure d’autorité unique, que cela lui plaise ou non. Le movimiento doit avoir un dirigeant indiscutable, pour des raisons évidentes”, déclare Guevara Arze à une journaliste étrangère, en 195313. Paz Estenssoro bénéficie donc d’une situation politique éminemment favorable : “Appui populaire fanatique, élan révolutionnaire immémorial... sympathie continentale, opposition interne presque nulle ; en somme toutes les circonstances, toutes les exigences, toutes les conditions furent offertes par les foules à ce caudillo plus chéri qu’aucun autre“14.

  • 15 René Zavaleta Mercado, Bolivia, el desarrollo de la conciencia nacional, Montevideo, Dialogo, 1967 (...)

37Avec René Zavaleta Mercado, on peut soutenir qu’en dépit de son organisation partisane, le MNR s’apparente à une montonera : “... Résurrection d’un mode guerrier traditionnel et local, la montonera des analphabètes boliviens ne peut s’organiser de manière scientifique et ne le cherche pas..."15 ; les foules mobilisées s’agglomèrent derrière celui qui s’impose comme el jefe.

  • 16 Ibid.

38En somme, Paz Estenssoro tire sa force de son charisme de caudillo révolutionnaire : il incarne et symbolise la révolution. Comme par ailleurs, il coiffe l’appareil exécutif gouvernement - parti - COB avec l’accord des autres grandes figures du MNR, il réalise l’unité et maîtrise ce “formidable démiurge à la peau populaire”16 qu’est alors le MNR. Tant qu’il est président, il est à même de s’opposer par sa seule présence aux périls d’une dislocation centrifuge et l’avenir de la révolution est en quelque sorte garanti.

39Après son humiliation d’avril, l’armée se désintègre spontanément Des officiers s’enfuient ou se cachent et les soldats désertent en grand nombre. Plusieurs régiments sont désarmés par les insurgés et des casernes pillées.

  • 17 La loge militaire Razón de Patria (RADEPA) est fondée en 1935 par un groupe d’officiers prisonnier (...)
  • 18 Le MNR organise un coup d’Etat le 27 août 1949 qui aboutit à la création de juntes révolutionnaire (...)
  • 19 Cf. A. Camacho Peña, “Los militares en la política boliviana” in Fuerzas armadas, poder y cambio, (...)
  • 20 Manifeste du 27 décembre 1952.
  • 21 Lucha Obrera, La Paz, 3 août 1952.

40Malgré tout, l’armée subsiste et son destin est pris en main par les officiers fidèles au MNR, anciens partisans de Villaroel membres de la loge Razón de patria17 ou insurgés de la guerre civile de 194918 ; 53 d’entre eux limogés devant le sexenio, sont réintégrés dès le 19 avril. Mais ces officiers, à la tête d’une armée défaite et disloquée, se débattent dans un climat extraordinairement hostile. Ils sont pris en tenaille entre leurs collègues vaincus par la révolution et les insurgés d’avril pour lesquels l’armée ne peut être autrement perçue qu’au service de l’oligarchie. La COB est d’abord d’avis que l’armée soit remplacée par des milices syndicales, puis finit par admettre des militaires utilisant des outils de production et non plus des mitraillettes19. Le parti communiste, encore jeune et clairsemé, affirme que le pays ne nécessite pas d’autre force armée que celle qui a surgi de l’insurrection du 9 avril20. Quant aux trotskystes du POR, ils entendent liquider l’armée pour armer le peuple21. Cependant, l’aile modérée du MNR, guidée par Paz Estenssoro, opte pour le maintien d’une force armée nationale, contrôlée par le parti. Aussi, dès le 7 mai 1952, le gouvernement annonce la réorganisation du collège militaire de La Paz pour l’année suivante et, le 31 mai, il inaugure à Santa Cruz le collège militaire d’aviation Germán Busch destiné à former les officiers de l’armée de l’air.

  • 22 Cf. James M. Malloy, Bolivia : the uncompleted revolution, Pittsburgh, University of Pittsburgh Pr (...)
  • 23 Charles D. Corbett, “Military institutional development and socio-political change : the Bolivian (...)
  • 24 Une documentation abondante sur le sort des militaires emprisonnés figure dans les livres-témoigna (...)

41Comprenant qu’il est nécessaire de prouver leur foi en la révolution nationale et leur engagement à l’égard du gouvernement les nouveaux chefs de l’armée décident alors de l’épurer22 : sur les 26 officiers promus généraux ou colonels en 1949, seulement 2 sont maintenus après 195223. Une prison militaire est ouverte à La Paz et par la suite d’autres lieux de réclusion sont aménagés dans des casernes désaffectées : Corocoro, Uncia, Catavi, Curahuara de Carangas24.

  • 25 Manifiesto del Sr. teniente-coronel Milton Delfín Cataldi, Jefe de Estado-Mayor del Ejercito a los (...)

42Le haut commandement militaire décide aussi de substituer à l’image honnie de "l’armée assassine", celle d’une armée soucieuse du développement national25, prête à prendre en charge des activités de production et de formation technique. Un décret du 24 juillet 1953 légalise l’existence de cette nouvelle armée de la révolution, chargée de contribuer au “bien être de la population bolivienne”.

43Pendant quelques années, les militaires consacrent effectivement la majeure partie de leur temps à ouvrir des routes, à entreprendre des travaux de défrichage dans les zones de “colonisation”, à la construction de bâtiments publics, de pistes d’aviation, etc. Toutes ces tâches civiles les éloignent des villes. Outre leur éventuelle utilité pour le développement du pays, il est évident qu’elles ont aussi pour but manifeste d’empêcher les officiers de rêver à de nouvelles aventures golpistas, et surtout de les rendre impossibles.

  • 26 Cf. Cl. Francisco Barrero, RADEPA y la revolución nacional, La Paz, Urquizo, 1976. Robert J. Alexa (...)
  • 27 Gal. Gary Prado Salmon, Poder y fuerzas armadas 1949-1952, La Paz, Los amigos del libro, 1984, p. (...)

44Dans ce même but, l’armée est maintenue dans un état de pauvreté extrême : la part du budget qui lui est allouée ne cesse de baisser jusqu’en 1957. De ce fait, non seulement elle ne peut reconstituer son armement, mais encore les militaires sont contraints de vivre dans des conditions frugales et précaires26. Tout en maintenant l’armée en place le MNR la neutralise donc complètement Réussit-il pour autant à cimenter une véritable allégeance de l’armée au parti ? Un pas de géant dans cette direction est apparemment accompli lorsque des officiers décident d’adhérer au MNR. Une première cérémonie d’inscription est organisée, le 30 juin 1953, en présence du président de la République et, le 31 octobre 1953, les nouveaux adhérents créent une cellule militaire. Mais selon le général Gary Prado, de nombreux officiers entrent au MNR pour assurer leur permanence dans l’armée27 et contractent ainsi davantage une assurance chômage qu’ils n’adhèrent à l’idéologie nationale révolutionnaire.

  • 28 Robert J. Alexander, op. cit., p. 158.

45Toujours dans le but de créer un corps d’officiers fidèles un soin particulier est apporté au recrutement des nouveaux officiers. Les cadets du collège militaire Gualberto Villaroel, ouvert le 22 septembre 1952, sont admis sur la base de leur allégeance politique et de leur origine sociale selon les quotas suivants : “30 % de fils d’ouvriers, 20 % de fils de paysans et 50 % de membres de la classe moyenne appartenant au MNR depuis au moins six ans”28. De plus, une partie d’entre eux rentrent avant la fin de leurs études secondaires. A l’évidence, si on les veut jeunes, d’extraction populaire ou de la même famille idéologique, c’est pour mieux les modeler durablement dans l’esprit révolutionnaire et en faire des fidèles du parti. Cependant, inexplicablement, le contenu de la formation est laissé à l’entière appréciation des militaires et il change peu relativement à celui de la période pré-révolutionnaire.

46Au total, il est donc très difficile de juger de l’audience réelle du MNR au sein de l’armée. Et il semble bien que le succès du MNR pour étouffer les contre-offensives militaires soit dû davantage à l’état d’extrême faiblesse auquel il les contraint qu’à un véritable engagement de ceux-ci dans les voies de la révolution.

47Cette armée, qui parvient malgré tout à survivre et obtient une reconnaissance officielle, est flanquée de deux forces rivales : la police et les milices.

  • 29 Cf. Hugo Roberts Barragán, La revolución del 9 de abril. La Paz, Burillo, 1971.
  • 30 Guillermo Bedregal, Los militares en Bolivia : ensayo de interpretación sociológica. La Paz, Los a (...)

48L’école nationale de police, qui voit le jour en 1937, compte un corps d’officiers et de troupes entraînées et efficaces. Cependant elle est placée sous la tutelle d’officiers supérieurs de l’armée et sa mission n’est pas clairement définie, car les militaires se chargent aussi de tâches policières. Et les policiers, mal payés, se sentent un peu comme des sous-militaires. Une animosité existe entre les deux corps, qui se transforme en rivalité ouverte29. Et si l’on ajoute que les officiers de police se distinguent des militaires par leur origine plus humble30, on comprend que la police ait participé au coup d’Etat d’avril 1952.

  • 31 Dirección de informaciones, 1956.

49En conséquence, le corps des carabineros est favorisé par le gouvernement révolutionnaire. Bien que la police ne soit pas épargnée par les purges et que les policiers soient utilisés, comme les militaires, pour des tâches productives31, elle gagne son indépendance - une école nationale de carabineros forme des officiers spécialisés dans les tâches de maintien de l’ordre -, son budget avoisine celui de l’armée, et ses effectifs augmentent sensiblement Aussi, la police se retrouve-t-elle en position égale, sinon dominante, par rapport à sa rivale armée.

50Au chapitre de la police il faut encore ajouter la création de la Ofîcina du control politico, dépendant directement de la présidence, chargée de surveiller et de punir les opposants politiques civils et militaires. Après que les premières tentatives contre-révolutionnaires eurent placé le gouvernement dans la position de mater les résistants, c’est elle qui peuple les prisons et les camps de concentration.

  • 32 Cf.René Lopez Murillo, Los restaurados. La Paz, Novedades, 1966.
  • 33 Cf. Luis Antezana Ergueta, “La revolución campesina en Bolivia”, Cuadernos de Hoy, 1 (4), p. 91.
  • 34 Cf. René Lopez Murillo, op. cit., et Juan Lechin, déclarations à la revue Ercilla, Santiago de Chi (...)
  • 35 Cf. United States Army Handbook for Bolivia, Washington, The American University, 1963. Lechin ava (...)

51Mais la véritable force armée révolutionnaire, celle qui est véritablement issue de la révolution, ce sont les milices populaires. Elles naissent dans le feu de l’action, obtiennent leurs premières armes de la police, juste avant l’affrontement, et gagnent les suivantes sur le champ de bataille. Par la suite, elles désarment certaines unités militaires, pillant même plusieurs casernes32. Le gouvernement arme certaines d’entre elles, notamment en zone rurale. D’autres se constituent ou se renforcent en acquérant des armes au marché noir33. C’est ainsi que sont créés 15 régiments de miliciens paysans, 8 de mineurs, 5 d’employés des chemins de fer et 3 d’ouvriers (fabriles)34. En 1956, à l’apogée de leur puissance, les milices comprennent entre 50 000 et 70 000 hommes ; masse imposante face à une armée réduite à 8 000 hommes35.

  • 36 En juin 1953, la COB crée un comando national des milices et des comandos départementaux, et le co (...)

52Ces milices sont loin de former un ensemble unique. Au prix d’une certaine simplification, on peut les classer en trois groupes : les milices du parti placées sous la tutelle du président de la République, rapidement encadrées par des officiers de l’armée (régiment d’escorte Waldo Ballivian et régiment Jose Félix Soria) ; les unités plutôt dirigées par la COB, ouvrières pour la plupart36 ; les milices paysannes enfin, relativement autonomes, plutôt marquées par la personnalité politique de leurs dirigeants.

  • 37 René Lopez Murillo, op.cit., p. 54.
  • 38 Cf. Gal. Gary Prado Salmon, op. cit., p. 54.

53Initialement, l’émulation - compétition entre la COB et le MNR se traduit surtout par une sorte de course à l’armement dont l’armée fait les frais37. Mais après la réorganisation de l’armée, cette compétition tourne de plus en plus en faveur de cette dernière qui est d’ailleurs associée aux milices paysannes dans l’ensemble fidèles au MNR, pour lutter contre la subversion contre-révolutionnaire. Progressivement, l’armée réussit aussi à s’infiltrer dans les milices de la COB et à en atténuer le potentiel subversif38.

54Finalement, l’image que l’on peut retenir est celle d’une pluralité de milices, fortement armées, peu coordonnées entre elles, mais dans l’ensemble acquises au régime et à son président.

55L’assise du gouvernement de Paz Estenssoro tient donc au double fait que, d’une part, il est soutenu par un ensemble de groupements mobilisés et armés d’origines diverses (l’armée elle-même, épurée et contrôlée ; la police ; et surtout les milices) et que, d’autre part, ces divers groupements se méfient les uns des autres et se neutralisent entre eux, réalisant ainsi une sorte d’équilibre.

56Venons en maintenant à l’opposition au MNR en commençant par le parti qui rassemble les spoliés du régime : la Falange socialista boliviana (FSB). Créée au Chili en 1936, la phalange tient son premier congrès en 1942. A cette occasion, elle se donne à la fois un chef (Oscar Unzaga de La Vega) et un programme très inspiré de celui de sa cousine espagnole. Elle s’attaque au communisme sous toutes ses formes, se veut avant tout un parti de combattants et prône la violence pour régénérer le pays. Elle recrute alors presque exclusivement chez les lycéens et les étudiants. Mais, après 1952, elle se grossit des adhérents représentant traditionnellement l’oligarchie (principalement ceux du Partido de la Unión Republicana Socialista (PURS) et du Partido Liberal, divisés et discrédités) : ex - latifundistas, gros commerçants, entrepreneurs, officiers exclus de l’armée...

  • 39 Pour une description de la tentative de coup d’Etat, Cf. René Canelas Lopez, Teoría del motín y la (...)

57Le première tentative de coup d’Etat phalangiste a lieu dès novembre 1953. A La Paz, elle est rapidement déjouée. Mais à Cochabamba les insurgés réussissent à prendre la préfecture et le siège de la police faisant prisonnier Lechin, un des principaux dirigeants de la vallée, et plusieurs officiers. Les milices interviennent alors spontanément et reprennent le dessus sur les insurgés. Des défilés d’intimidation qui remuent des foules considérables sont ensuite organisés dans les grandes villes39.

58Cet épisode révèle une situation politique entièrement nouvelle. Il ne suffit plus, pour gagner un coup d’Etat, de prendre l’ennemi par surprise, d’occuper quelques lieux stratégiques, de faire prisonniers certains responsables, il faut encore s’opposer avec succès au peuple en armes. Neuf conspirations succèdent à ce premier essai. Toutes échouent qui apparaissent, après coup, comme autant de tentatives suicidaires. Mais la révolution n’est pas seulement assaillie de l’extérieur ; elle est aussi menacée de l’intérieur. Le MNR étant un rassemblement, des points de vue opposés s’y expriment, marxisants matérialistes à gauche, et nationalistes chrétiens à droite : une droite idéologiquement proche de la phalange et dont plusieurs membres sont d’ailleurs d’anciens phalangistes. Aussi quand il devient clair que Paz Estenssoro, en politicien habile, décide de s’appuyer sur les masses mobilisées et donc de céder à certaines de leurs revendications, tout en modérant autant que possible la portée des réformes - en vérité, toute autre issue aurait été pour lui suicidaire -, la droite du parti se lance dans la sédition ouverte. Celle-ci éclate le 6 janvier 1953, menée par certains ministres du gouvernement, des militaires prestigieux (dont les chefs d’Etat-major de l’armée de terre et de l’aviation), des officiers de police, etc. Elle a pour but avoué de stopper “l’avance communiste” (le plan comprend l’arrestation de Lechin et d’autres leaders de gauche), mais certains ont aussi à l’esprit d’écarter Paz de la présidence. La trahison d’un officier et la rapide riposte populaire organisée par la gauche du MNR font avorter le coup d’Etat.

59Les deux tentatives golpistas de 1953 ont pour conséquence de conforter les tendances de gauche au sein du parti et du gouvernement. Elles inclinent aussi ce dernier à plus de sévérité et conduisent à de nouvelles épurations au sein de l’armée et de la police.

60En parodiant Marx dans Les luttes de classes en France, on pourrait dire que c’est en faisant surgir la contre-révolution, en se créant un adversaire, que le MNR s’affirme au pouvoir, améliore son appareil coercitif, et se rapproche des ouvriers et des paysans - à cette différence près, considérable, que dans le cas bolivien la révolution est effectivement gagnante, les paysans ayant basculé du “bon” côté.

61Dans la logique marxiste, toutefois, le mouvement aurait dû continuer jusqu’à la prise en main totale du pouvoir par la classe ouvrière. Or nous savons déjà que les ouvriers et leurs alliés paysans et employés soutiennent massivement le parti, même s’ils se dotent d’une organisation politico-syndicale propre, la Centrale ouvrière bolivienne. Ce qui revient à dire que les autres partis de gauche, marxisants, sont impuissants à canaliser la mobilisation populaire.

62On comprend aisément pourquoi le Parti communiste récemment créé, héritier du PIR, dans sa majorité constitué de jeunes universitaires, a une si faible audience : ses ancêtres se sont trop discrédités pendant le sexenio en gouvernant avec la Rosca.

63Quant au POR, mieux ancré dans le monde ouvrier, il tente bien de convertir la COB en soviet pour radicaliser la révolution, ravir le pouvoir au “Kerensky” Paz Estenssoro, et le confier à un gouvernement des ouvriers et des paysans. Mais il est victime de l’élan populaire en faveur du MNR : c’est le movimiento qui a pris le pouvoir et réalisé les premières grandes réformes, et non le POR. D’autre part, le MNR, installé au pouvoir, dispose de l’argent et des armes, nerfs de la guerre qui lui permettent de réduire à l’impuissance divers bastions “poristes”.

64Il faut encore ajouter que plusieurs cadres “poristes” entrent au MNR et que, par la suite, le POR se fractionne en divers groupes. Si les courants de pensée trotskystes continuent d’inspirer certaines actions ouvrières, ils perdent donc toute possibilité d’organiser le prolétariat. On mesure leur déclin à ce simple chiffre : le candidat du POR aux élections présidentielles de 1956 n’obtient que 2 529 voix sur un total de 955 412 suffrages exprimés.

65Au total, le MNR parvient donc assez facilement à canaliser les secteurs populaires mobilisés. C’est à peine s’il use de la force à leur égard, alors qu’il châtie durement les représentants de la réaction.

66Si le MNR parvient à asseoir son pouvoir, c’est aussi parce qu’il répond à diverses demandes sociales et politiques pressantes, et donc parce qu’au moins un temps ses arbitrages satisfont les divers groupes mobilisés. En effet, les grandes réformes se succèdent rapidement - nationalisation des mines des trois barons de l’étain (31 octobre 1952), suffrage universel (21 juillet 1952), réforme agraire (2 août 1953), réforme de l’enseignement (25 janvier 1955), code de sécurité sociale (14 décembre 1956) - au bénéfice des groupes sociaux défavorisés jusque-là, les paysans, principalement, qui accèdent d’un coup à la terre, au droit de suffrage et à l’éducation.

67De plus, le gouvernement satisfait les secteurs sociaux mobilisés en permettant une large politique redistributive qui s’opère à la fois par les canaux du parti et du syndicat.

68De nombreux emplois sont créés. C’est ainsi que dans les mines nationalisées le nombre d’emplois passe de 28 973 en 1952 à 36 558 en 1956. Et l’administration s’ouvre à de nombreux postulants redevables au parti.

  • 40 Antonio García, op. cit.
  • 41 Décret du 7 février 1944 qui garantit les dirigeants syndicaux contre les licenciements et contre (...)
  • 42 Cf. Antonio García, op. cit.
  • 43 Ibid.

69Le syndicalisme ressemble bientôt à une gigantesque entreprise de promotion sociale. Selon une statistique du ministère du Travail, “pour 5 100 syndicats de non paysans, comptant 150 000 adhérents, il y a près de 51 000 dirigeants syndicaux, soit 10 par syndicat”40, qui bénéficient bien entendu, des prérogatives de leur charge : fuero sindical41, décharges de travail, accès à des coupons (cupos) d’importation à prix réduit, gestion des économats dans les mines, etc. On jugera mieux des bénéfices annexes qu’ils peuvent tirer de leurs activités à l’aide d’un exemple : “Entre 1957 et 1958... les marchandises libérées de droits de douanes en faveur de plusieurs syndicats étaient composées de 6 168 machines à coudre, 700 radios et 612 bicyclettes ; les syndicats de mineurs de Siglo xx et Huanuni et celui des employés de chemin de fer d’Uyuni eurent la disponibilité de 42 % des machines à coudre et un seul syndicat - celui des mineurs de Catavi - obtint la totalité des bicyclettes”42. L’ensemble de ce procédé de promotion sociale provoque l’hypertrophie de la “bureaucratie” syndicale et “une corruption cancéreuse”43, mais tant que des ressources peuvent être dégagées l’appareil et les troupes syndicales soutiennent le régime.

  • 44 Cf. Dwight B. Heath, “Land reform in Bolivia”, Interamerican Economic Affairs, 12 (4), 1959.

70Les salariés ne sont pas les seuls destinataires de cette redistribution. Les commerçants importateurs organisés en secteur spécifique du parti reçoivent aussi leur lot d’argent public. Et les paysans sont loin d’être les plus maltraités qui accèdent à la propriété, au pouvoir local y compris sur certains bourgs dont ils ont chassé les vecinos et aussi aux fameux coupons44. Au total “l’arrosage” ainsi pratiqué profite à une large majorité de la population.

  • 45 La littérature concernant les relations de clientèle est très fournie. Pour une analyse fouillée d (...)

71Une même modalité relationnelle règle cette redistribution des ressources nationales et les rapports que les meneurs révolutionnaires entretiennent avec leurs troupes : la relation de clientèle. Les mesures révolutionnaires les plus marquantes sont certes universalistes dans leur principe, mais leur application est discrétionnaire et le bénéfice que le public peut en retirer est limité par des procédures semi-institutionnalisées selon lesquelles des clients abandonnent leur autonomie d’accès à ces droits à la médiation de patrons45.

72Mais les relations de clientèle imprègnent la vie sociale et politique bolivienne pré-révolutionnaire et elles sont encore omniprésentes de nos jours, cependant le pays est passé par des phases contrastées de stabilité relative et d’instabilité. Plus encore, le clientélisme semble freiner l’instabilité politique à certains moments, et à d’autres il paraît la nourrir.

  • 46 Cf. Vincent Lemieux, Le patronage politique, une étude comparative, Laval, Presses de l’Université (...)

73Pour sortir de ce dilemme, et tenter de comprendre l’effet contrasté du clientélisme sur la vie politique, reprenons les analyses de Vincent Lemieux relatives à cette catégorie particulière du clientélisme qu’est le patronage politique46. Il retient deux notions centrales : la notion de connexité - à laquelle il lie celle d’autorité -, et la notion de cohésion. Pour comprendre la notion de connexité, il faut assimiler les relations patron-clients à des graphes. Il y a forte connexité dans un graphe lorsqu’on peut aller de tout point à un autre dans un seul sens, une connexité quasi forte lorsque d’un point et d’un seul, on peut aller à tout couple d’autres points, et une non-connexité lorsqu’un point est isolé. Mais la force de la connexité exprime seulement la densité des relations ; nous importe aussi la source de la connexité. Lemieux utilise donc la notion d’autorité. L’autorité est plus ou moins centrée selon les types de graphes. En cas de connexité forte, l’autorité est acentrée. En cas de connexité semi-forte, elle sera dite semi-acentrée. Et elle est centrée en cas de connexité quasi forte puisqu’alors il n’y a plus qu’un acteur qui peut induire l’action de tout couple d’autres acteurs. La non-connexité correspond à l’absence d’autorité.

74Le concept de cohésion sociale qui se réfère à l’équilibre au sein d’un ensemble social, est quant à lui, emprunté à Ribeill. Il signifie qu’au sein de cet ensemble, il y aura tendance à "la jonction de 1, 2, 3... n blocs qui, d’une part, seront ou bien individuels, ou bien coalisés à l’intérieur d’eux-mêmes par des relations coopératives". Moins il y a de blocs, plus la cohésion est grande.

Connexité et autorité

Connexité et autorité

Clientélisme et stabilité (1952-1956)

Clientélisme et stabilité (1952-1956)

1) Selon Vincent Lemieux pour qu’il y ait relation de patronage, il faut qu’entre deux clients potentiels A et B et un patron P, la relation qui s’établit concerne soit A et P, soit B et P, soit (A et P) et (B et P), c’est-à-dire que la relation soit disjonctive. C’est bien sûr l’aspect discrétionnaire, informel, de la relation qui est ainsi mis en relief ; le traitement préférentiel du client.
2) La relation de patronage change le rapport de pouvoir entre deux personnes. “Il y a pouvoir de A envers B lorsque A fait faire à B une certaine action, ou encore quand il ne fait pas une action que B lui demande”. Partant de cette définition, Lemieux distingue 4 modèles de relations de pouvoir :
- les relations de co-puissance marquées par le pouvoir positif des deux acteurs (=) ;
- les relations de suprapuissance ou, à l’inverse d’infrapuissance, quand un des deux acteurs exerce du pouvoir positif ou négatif envers l’autre celui-ci, étant réduit à du non-pouvoir (>, <) ;
- les relations de surpuissance ou, à l’inverse de sous-puissance, “quand un des acteurs exerce généralement le pouvoir positif ou négatif envers l’autre, celui-ci exerçant à l’occasion le pouvoir positif sans qu’il réussisse généralement à imposer du pouvoir négatif” (>, <) ;
- les relations de co-impuissance, “généralement marquées par le pouvoir négatif, sans plus, de chacun des deux acteurs” (=).
La relation d’infrapuissance dans laquelle se trouve le candidat à la clientèle est transformée en relation de sous-puissance par celle-ci. En d’autres termes, le client en situation d’indigence de pouvoir acquiert une parcelle de celui-ci par la relation de clientèle.
3) L’opération de clientèle sert au patron à transformer ses relations de pouvoir avec ses rivaux ou, plus exactement, “le patron grâce aux moyens obtenus du client tente de transformer sa non supra-puissance par rapport à des rivaux en supra-puissance”. L’ensemble des conditions du patronage est résumé dans la définition suivante : “le patronage est une opération créant des relations disjonctives de patron à client, par laquelle le patron transforme une relation d’infrapuissance du client en une relation de sous-puissance par rapport à lui, le patron, qui, grâce aux moyens obtenus du client, tente de transformer sa non supra-puissance par rapport à des rivaux en supra-puissance”.

75Avec ces outils - au demeurant difficiles à manier -, essayons maintenant de voir quelles sont les transformations qui s’opèrent au tournant de l’année 1952.

76Sans aucun doute, l’arrivée du MNR au pouvoir renforce la connexité et l’autorité : des segments sociaux entiers, particulièrement la paysannerie, se trouvent rattachés au centre par des réseaux de clientèle. On peut arguer qu’auparavant les paysans colonos se trouvaient aussi indirectement rattachés au centre, en ce sens qu’ils entretenaient des relations de clientèle avec les hacendados qui étaient clients des gouvernants à moins qu’ils ne soient co-gouvernants. Mais le patron hacendado n’utilisait pas le client colono dans son jeu politique. Il n’en avait nul besoin puisque ce dernier ne votait pas. Il pouvait cependant se servir de lui pour engager des batailles contre des hacendados ou comuneros voisins. Il est évident aussi qu’un hacendado tirait une partie de son pouvoir de son contingent de colonos : plus il en "possédait", plus il était puissant. Mais ces dernières observations jouent plutôt contre la connexité envisagée à l’échelon national, et en faveur d’une acentration de l’autorité. Le MNR au contraire, qui renforce le centre - symbolisé par la figure de Paz -, qui élimine les intermédiaires hacendados et en institue d’autres plus dépendants (appointés pour beaucoup) installe une autorité centrée.

77Il assure aussi une plus grande cohésion dans la mesure où le pays est partagé en deux blocs ennemis, et seulement deux : la montonera favorable au MNR très largement majoritaire, rattachée à Paz par les liens clientélistes, et l’opposition, minoritaire mais suffisamment agissante pour provoquer un surcroît de connexité dans le camps des tenants du pouvoir.

78Reprenons un à un l’ensemble des arguments de la démonstration, non sans faire observer qu’ils sont intimement liés les uns aux autres. Le gouvernement du MNR se maintient au pouvoir et renforce ses positions :

  1. parce qu’il représente la majorité de la population du pays, et particulièrement les couches populaires mobilisées (ouvriers, employés, paysans...) dont il marque l’entrée en matière politique en créant de nouvelles institutions chargées de prendre en compte leurs revendications spécifiques : syndicats, comandos, milices à la base, et co-gouvernement au sommet ;
  2. parce qu’après avoir brisé l’appareil coercitif de la Rosca il dispose d’un nouvel appareil coercitif dévoué à sa cause, certes composite, mais dont les divers membres se neutralisent entre eux ;
  3. parce qu’il arrive à combattre toutes les tendances centrifuges en son sein par une stratégie clientéliste qui consiste à relier chaque segment social organisé à la figure charismatique du président Paz Estenssoro, par le truchement du parti ;
  4. parce qu’il répond aux diverses aspirations populaires en promouvant certaines réformes fondamentales (nationalisation des mines, réforme agraire, suffrage universel...) et, plus largement, parce qu’il décloisonne la société bolivienne et ouvre donc de nouvelles voies à la mobilité sociale.

79Cet équilibre est néanmoins fragile et la première période présidentielle contient aussi en germe les graines des divisions qui conduisent à la chute du parti. Certaines, implicites, sont faciles à déceler dans l’argumentation précédente : comment la transition présidentielle pourrait-elle réussir étant donné l’éclat de Paz Estenssoro et sa position centrale dans l’édifice clientéliste ? Les grandes réformes étant déjà réalisées, qu’adviendrait-il si le gouvernement ne pouvait plus parvenir à satisfaire les demandes des secteurs mobilisés ? N’auraient-ils pas alors tendance à renforcer leur autonomie voire à passer à l’opposition ? Et comment réagirait l’appareil coercitif ?

Le populisme en échec

80Le 17 juin 1956 Siles Zuazo est élu président de la République pour 4 ans en obtenant 82 % des suffrages exprimés. Le premier congrès de l’après-révolution, élu en même temps, ne compte que cinq députés d’opposition, tous phalangistes ; le Sénat est intégralement composé de movimientistas.

81Apparemment, Siles Zuazo est donc placé dans d’excellentes conditions pour exercer son mandat. En fait, sa candidature à la présidence est le résultat d’un affrontement entre deux tendances clairement marquées du parti, celle de Guevara Arze, partisan déclaré d’une économie de marché et celle de Lechin, favorable aux nationalisations. Le compromis entre les deux courants a consisté à désigner Siles Zuazo, plutôt proche de Guevara Arze, comme candidat à la présidence et Chavez Ortiz, ex-militant trotskyste, plutôt proche de Lechin, comme candidat à la vice-présidence. Et la position de Siles Zuazo est d’autant plus inconfortable que Lechin et la COB ont réussi à imposer les noms d’une large majorité des candidats du parti au congrès et qu’ils noyautent aussi le CPN.

82De plus, le nouveau président hérite d’une situation économique délicate caractérisée par une production stagnante, voire déclinante dans le secteur minier, et par une inflation galopante. L’indice du coût de la vie ramené à la base 100 en 1952 passe à 2 270 à la fin de l’année 1956, la hausse affectant surtout les produits alimentaires et les vêtements.

  • 47 Cf. Robert J. Alexander, op. cit., p. 215.

83L’inflation est généralement attribuée à la détérioration de l’industrie minière47 : la production diminue et le prix de l’étain baisse alors que les dépenses sociales augmentent. En conséquence la COMIBOL doit emprunter de plus en plus à la Banque centrale qui, dans le même temps, sert de “vache à lait” à toutes les institutions étatiques et imprime donc chaque jour plus de monnaie.

  • 48 Cornelius Zondag, La economía boliviana (1952-1965), La Paz, Los amigos del libro, 1968, p. 85.

84La différence entre le change officiel et le change au noir est telle qu’elle encourage tous les trafics et que de plus en plus de personnes abandonnent le travail productif pour des activités douteuses48. Et toute une kyrielle de parasites est intéressée à la poursuite de l’inflation : contrebandiers, trafiquants de coupons, fonctionnaires véreux...

85Pour trouver un remède à la crise économique, Paz Estenssoro s’adresse au FMI et au gouvernement des Etats-Unis. Ce dernier subordonne son aide à l’application des directives d’une commission technique dirigée par un fonctionnaire nord-américain, Jackson Eder, mise en place à la veille de la prise de fonction de Siles Zuazo. Son travail débouche sur un train de mesures économiques, décrétées le 15 décembre 1956.

86Résumons rapidement les principales. On laisse flotter le peso bolivien (jusque-là il y avait un change officiel avec des taux différents pour certains produits d’importation). On s’efforce d’équilibrer le budget (en réduisant de 40 % les dépenses budgétaires et en augmentant les impôts), et d’éliminer les déficits des agences autonomes de l’Etat. Le contrôle des prix est supprimé ainsi que toutes les restrictions à l’importation et à l’exportation. Le crédit bancaire est étroitement limité. Le système d’économat des mines est supprimé. En compensation, les salaires sont augmentés mais ils sont gelés pendant un an. Un fonds de stabilisation de 25 millions de dollars accordé par le FMI et les Etats-Unis sert à financer l’ensemble du plan.

87Ce plan nettement libéral heurte de front les parasites du secteur public et de la classe politique qui s’enrichissent grâce à l’inflation, mais aussi les salariés, principalement les mineurs dont les salaires augmentent de 50 %, mais dont le niveau de vie décroît de façon brutale. Siles Zuazo se trouve donc rapidement en butte à une opposition farouche des syndicats, soutenus par l’aile gauche du parti et menés par Lechin.

88Outre le fait qu’il hérite d’une situation économique délicate qui lui laisse une faible marge de manoeuvre, Siles Zuazo doit s’imposer à un parti et à un pays pour lesquels Paz Estenssoro est plus que jamais sans doute la figure dominante. Entreprise d’autant plus périlleuse que Siles, malgré les qualités qu’on s’accorde à lui reconnaître : courage, audace - ne fut-il pas la principale figure de la lutte clandestine du parti pendant le sexenio, et le chef de l’insurrection d’avril ? - et honnêteté, n’a pas le charisme du jefe. Le maestro Lechin le précède en popularité. Et le penseur, l’idéologue Guevara Arze, qui a su attirer au pays les bonnes grâces nord-américaines, ne mérite-t-il pas, lui aussi, d’accéder à la magistrature suprême ? Enfin, Paz Estenssoro s’est bien envolé à Londres pour y représenter la Bolivie, mais il n’en a pas abandonné pour autant toute prétention d’influencer le destin du parti et du pays. En conséquence, la présidence de Siles marque le point de départ d’une guerre des chefs de plus en plus ouverte, faite de trahisons en chaîne.

  • 49 Richard W. Patch, “The last of Bolivia’s MNR ?”, op. cit.

89Guevara Arze, dont on a vu qu’il s’est attaché à servir le jefe, aurait eu l’assurance de celui-ci qu’il serait le candidat du MNR à la présidence en 1956. Trompé et déçu, il s’en prend à la fois à Paz et au "couple" Siles-Lechin, alliés conjoncturels en dépit de leurs désaccords idéologiques49. Par la suite, Siles Zuazo, obligé d’affronter Lechin, rappelle Guevara Arze pour l’installer au ministère de l’Intérieur (août 1958-février 1960). A ce poste idéal pour organiser les élections, Guevara Arze croit enfin son heure venue d’accéder à la présidence. Mais Paz Estenssoro, dont l’ascendant subsiste au sein du MNR, entend se représenter. Il offre la vice-présidence à Guevara qui la refuse en vertu d’un accord tacite de rotation entre les leaders historiques du parti dont apparemment il est le seul à se soucier. Paz Estenssoro s’allie alors avec Lechin et obtient facilement la majorité à la Convention du parti de 1960. Guevara Arze en est réduit à fonder son propre parti et il se présente à la présidence contre Paz.

  • 50 A la mi-1962, les manifestations d’appui à Lechin se multiplient. C’est alors qu’une intense campa (...)

90Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Il semble que Paz Estenssoro ait obtenu l’appui de Lechin contre la promesse que le maestro serait le prochain candidat à la présidence, en 1964. Lechin en tout cas est convaincu que son heure approche. Mais Paz, ayant obtenu ce qu’il veut cherche à se défaire de Lechin en l’attaquant durement50. Et à l’aube des élections de 1964, il ne reste plus au maestro qu’à créer son propre parti.

91Pour son troisième mandat, Paz tente d’imposer à ses côtés un fidèle serviteur, Federico Fortún, secrétaire exécutif du CPN de 1960 à 1964. Les militaires en décident autrement et c’est en définitive le “duo” Paz Estenssoro - Barrientos qui se présente aux élections.

92Enfin, cette dernière échéance passée, les “lieutenants” Siles, Guevara, Lechin et le nouveau vice-président Barrientos unissent leurs efforts pour abattre le jefe.

93Comment le président Siles s’y prend-il pour s’affirmer à la direction du movimiento ? Sa tactique consiste principalement à placer ses fidèles aux postes clefs de l’appareil du parti. Tout d’abord à la tête des comandos départementaux. Pour ce faire, il utilise un texte des statuts votés par le parti en 1954 qui lui accorde le droit de nommer des interventores à la place des dirigeants élus. C’est ainsi que, successivement, les comandos départementaux de La Paz, Chuquisaca, du Beni, d’Oruro, de Cochabamba, puis de Santa Cruz sont intervenidos. Mais pour que cette prise en mains soit durable il faut encore qu’il modifie la composition interne du Comité politique national (CPN) majoritairement acquis à Paz et à Lechin. Dans ce but, il encourage l’organisation de courants au sein du parti. Et c’est en assurant la représentation de ces courants au sein du CPN qu’il parvient à le rééquilibrer en sa faveur.

  • 51 Christopher Mitchell, op. cit., p. 183-184.

94Un premier courant “siliste”, Acción de defensa del MNR, plutôt conservateur, associe des membres du parti qui ont participé avec Siles à la révolution de 1952, puis se sont soulevés contre Paz en 1953 à d’autres militants prestigieux, tandis qu’un second courant, toujours siliste, la Izquierda nacional del MNR, réunit des personnalités dont aucune auparavant n’a manifesté un goût particulier pour les idées de gauche51.

95Lechin ne peut rester sans réagir à cette offensive et met alors en place le Sector de izquierda qui inclut de nombreux militants connus et l’ensemble des députés appartenant à la COB

  • 52 Ibid. p. 182.

96Selon la terminologie proposée par Christopher Mitchell cette réorganisation se fait par factionnalisme : la politique interne du “parti est dominée par des coalitions de leaders aux faibles racines sociales voire privées de celles-ci”52. Les factions ne représentent pas les intérêts des secteurs sociaux organisés par ailleurs, mais ceux de la faction en tant que telle. “Et les leaders se regroupent uniquement pour faire nombre afin d’obtenir des avantages, des positions, des emplois”.

97La stratégie factionnelle consiste soit à soutenir le puissant en place, de façon à obtenir la charge, les responsabilités et les honneurs convoités, ou, si l’on n’y parvient pas, ce type de sinécure étant un bien rare, à intégrer une faction rivale, voire à en créer une avec d’autres laissés pour compte, vociférer avec suffisamment d’ardeur pour être entendu, grappiller ainsi quelqu’emploi prestigieux ou lucratif, puis éventuellement, par le jeu des intrigues et des allégeances, se retrouver bientôt aux premiers plans de la vie politique.

98Les chefs de factions ne s’engagent qu’à contrecœur dans la recherche d’alliés sectoriels et, s’ils obtiennent leur appui, ils ne cherchent pas à cimenter cette alliance par une organisation ; cette basse besogne leur répugne et ils ne veulent pas se trouver liés aux masses en cas de conflits sociaux. En bref, ils cherchent avant tout la voie la plus rapide pour acquérir le prestige et la richesse.

99Le Sector de izquierda se distingue des autres en ce qu’il ne constitue pas seulement une faction, mais puise sa force dans le secteur social ouvrier, et peut aussi compter avec quelques troupes paysannes, dans la région d’Achacachi et, un temps, dans la haute vallée de Cochabamba. Mais, en considération de la nouvelle donne politique instituée par Siles Zuazo, la création du Sector de izquierda n’est qu’un pis-aller qui permet aux lechinistes de se maintenir en tant que groupe de pression, alors que le CPN ne remplit plus ses fonctions de régulation et de coordination, que le secteur ouvrier n’est plus représenté au gouvernement, et que les syndicats, divisés, recourent à des démonstrations de force, souvent inefficaces, pour se faire entendre. Et si les liens de la faction lechiniste avec le syndicalisme ouvrier sont évidents, il faut pourtant bien se garder de confondre COB et Sector de izquierda, syndicats et parti. Le Sector de izquierda est constitué d’une sorte d’élite politicienne dans laquelle les représentants ouvriers sont en réalité sous-représentés.

100Au fur et à mesure que s’intensifie la factionnalisation, que les rivalités internes et les rancœurs s’accumulent, le parti perd son ancrage populaire, et la vie politique tend à devenir de plus en plus l’affaire d’un groupe réduit de professionnels.

101C’est à l’occasion des élections que le factionnalisme s’accuse au point de mener aux premières scissions du movimiento. En 1960, Walter Guevara Arze, pensant son heure venue d’accéder à la présidence, organise sa propre faction depuis le ministère de l’Intérieur, : le MNR autentico. Puis, expulsé du MNR, il fonde le Partido del MNR Auténtico (PMNRA), avec lequel il entre dans la compétition présidentielle.

Le MNR et la société bolivienne en 1960

Le MNR et la société bolivienne en 1960

Source : Christopher Mitchell, Reformers as revolutionnaries : the tragedy of Bolivia’s Movimiento Nacionalista Revolucionario (1952-1964), Ph. D. Harvard University, 1971, p. 199-

102La troisième candidature de Paz à la présidence amène la rupture définitive entre le MNR et Lechin qui transforme le Sector de izquierda en un parti indépendant, le Partido Revolucionario de la Izquierda Nacional (PRIN).

103Entre 1960 et 1964, d’autres factions sont induites par le jeu présidentiel : celles qui appuient Paz Estenssoro, le Frente de la unidad nacionalista, le Sector pazestenssorista, la “machine” du CPN dirigée par Fortún Sanjines, le groupe des jeunes ministres técnicos, le Sector intransigente (animé par Chavez Ortiz), et celles qui s’opposent à lui le Sector socialista (favorable à Siles), le groupe des viejos militantes....

  • 53 Ibid., p. 212.

104On imagine facilement que cette “factionnalisation” du MNR, non seulement le prive de soutien populaire véritable, mais encore entraîne le découragement et la démobilisation des militants. Selon un rapport de l’époque : “... il règne une grande confusion à cause de la mise en place du FUN (le Frente de Unidad Nacionalista de Fellman) et du groupe Intransigente, alors que la gauche a une organisation parfaitement coordonnée... Les militants du parti sont dispersés et désorientés... Il y a des districts dans le pays où le remplacement des membres âgés atteint des proportions insoupçonnées. Oruro et Potosi représentent deux cas typiques de l’abandon dans lequel se trouvent les membres ayant une tradition de lutte et une orientation partisane ferme”53.

105Deux des conditions de la stabilité des gouvernements du MNR, l’unicité du commandement d’un chef incontesté et un large soutien populaire sont de moins en moins remplies au fil des ans.

106Si la mobilisation des premières années de la post-révolution a considérablement renforcé le pouvoir des secteurs ouvriers et paysans, elle s’est cependant opérée de manière hétérogène : dans le monde ouvrier, les mineurs sont les mieux organisés et les mieux armés - parmi les mineurs, ceux de Siglo xx assument le rôle d’avant-garde -, et seules quelques enclaves paysannes sont véritablement mobilisées : le valle alto de Cochabamba et la région d’Achacachi sur l’Altiplano étant les plus connues. Les segments sociaux mobilisés sont dominés par des leaders le plus souvent charismatiques, caciques paysans ici, dirigeants des mines là, caudillos urbains ailleurs, rattachés au centre par des liens de clientèle.

107Les luttes de factions ne peuvent donc que se répercuter en cascade jusqu’à la base des diverses instances partisanes et syndicales. Elles dégénérent en affrontements de clientèle et en batailles de clocher de telle sorte que le pays se trouve pris dans un méli-mélo d’élections truquées et annulées, d’escarmouches et d’attaques armées, de golpes et contra-golpes, d’homicides même pour le contrôle des comandos du parti, des syndicats et des bourgades. Souvent les divisions factionnelles se greffent sur des querelles locales anciennes qu’elles contribuent à raviver : problèmes de limites à la campagne, antagonismes entre localités, rivalités familiales, etc.

108Avant d’aboutir à la chute du parti, les luttes de faction et le combat des chefs amènent donc d’abord une sorte de guérilla civile, avec ses épisodes de fièvre et ses phases de repos. Autrement dit, le déclin du MNR passe par une phase de segmentarisation du parti et par voie de conséquence de segmentarisation du pays, divisé en enclaves plus ou moins autonomes et plus ou moins rivales.

  • 54 Cf. Nazario Pardo Valle, Calendario histórico de la revolución nacional, La Paz, Universo, 1957, p (...)

109Après la promulgation du plan de stabilisation monétaire, Lechin, poussé par la FSTMB, demande au gouvernement d’aménager la loi. Le président Siles rejette cette demande. Aussitôt les mineurs de Siglo xx entrent en grève. Siles répond par une spectaculaire grève de la faim, montrant ainsi sa détermination à ne pas céder à leurs pressions54. Mais il ne parvient qu’à freiner et à retarder momentanément leur action revendicative. Et à la suite du 8ème Congrès de la FSTMB (Pulacayo, avril 1957), puis du 2ème Congrès de la COB (juin 1957), une grève générale est décidée pour obtenir une juste compensation salariale aux mesures monétaires. Lors du Congrès de la COB, les mineurs obtiennent aussi qu’un comité exécutif, opposé au gouvernement, dirige la Centrale. Mais cette victoire, acquise à une très faible majorité, provoque, en conséquence, l’élimination de la représentation de diverses fédérations ouvrières dans la plus haute instance syndicale : celles des ouvriers du bâtiment, des fabriles, des travailleurs du pétrole, des chauffeurs... De plus, les syndicats à tendance pro-communiste (PCB) décident de ne pas combattre de front le gouvernement. En conséquence, le comité exécutif de la COB est obligé d’annuler son mot d’ordre de grève générale.

  • 55 Le Bloque reestructurador est supervisé par le ministre de l’Intérieur, José Cuadros Quiroga, qui (...)

110Profitant de son avantage, le président de la République incite à une restructuration de la COB. Un Bloque reestructurador est mis en place, auquel adhèrent les syndicats pro-gouvernementaux et ceux qui sont contrôlés par le PCB55. Lechin se trouve alors dans une position délicate : allié contraint des trotskystes, il ne peut plus compter que sur sa base minière.

111Dès le début de l’année 1958, les partisans de Siles s’attaquent à ce dernier bastion de la résistance antigouvernementale en créant un comité de réorganisation de la FSTMB. On comprend donc aisément que le 9ème Congrès de la FSTMB, tenu à Colquiri en juillet, se soit déroulé dans une ambiance très tendue. Les comandos especiales du MNR, armes à la main, attaquent les délégués qui sont obligés de se replier dans la mine de San José pour continuer leurs débats. Ces derniers, à l’issue du congrès, demandent l’abrogation totale du plan Eder, fustigent le gouvernement “anti-populaire” et “pro-impérialiste” de Siles et déclarent une guerre ouverte aux milices movimientistas au nom d’un syndicalisme “démocratique et débureaucratisé”. Enfin, ils se veulent les fers de lance d’un mouvement révolutionnaire de classe.

112Dans cette conjoncture, le jeu combiné des scissions factionnelles et des mesures économiques de rigueur amène donc le secteur le plus mobilisé du monde ouvrier à un repli sur ses positions sectorielles de classe, en franche opposition avec un gouvernement présenté comme simple relais de l’impérialisme. On semble être revenu à une situation comparable à celle de la pré-révolution : le “baron” étatique figure l’ennemi de classe.

113A la fin de l’année 1959, l’opposition radicale gagne les élections syndicales à Huanuni. Cet événement a une haute portée symbolique dans la mesure où Huanuni, important centre minier proche de Siglo xx, n’a pas échappé jusque-là à la tutelle gouvernementale. Au moment de l’installation des nouveaux élus, le chef du comando especial du MNR blesse d’un coup de pistolet un mineur de l’assistance. Les autorités syndicales nouvellement élues demandent alors que l’agresseur soit arrêté et jugé. L’inertie des autorités amène les syndicats à déclencher une grève de 24 heures quelques jours plus tard. C’est ce moment que choisit le leader "siliste" de Huanuni, Celestino Guttierez, pour convoquer une assemblée qui décide le remplacement de la direction syndicale élue par celle des battus (1 300 voix contre 700) et attaque le local syndical, arme au poing. Le lendemain, une manifestation de protestation de l’opposition radicale est dispersée par des rafales de mitrailleuses. Les mineurs de Siglo xx accourent à la rescousse des opposants de Huanuni. A la suite d’un combat de trois heures qui laisse 12 morts et 32 blessés, la coalition des syndicalistes de Siglo xx et du Huanuni l’emporte enfin. Le cadavre de Celestino Gutierrez, mort dans la bataille, est pendu par les femmes de Huanuni.

114Après cet affrontement au sommet, une paix relative s’installe dans les mines, principalement en raison de l’approche des élections. L’opposition lechiniste fait campagne pour Paz Estenssoro - Lechin étant lui-même candidat à la vice-présidence - et, un temps, les mineurs et leurs dirigeants espèrent retrouver les avantages économiques et la place politique dont ils bénéficiaient entre 1952 et 1956.

115Mais leurs espoirs sont très vite déçus. Et on ne peut qu’être frappé par le parallélisme entre l’évolution de la situation politique et sociale du pays sous cette seconde présidence de Paz et celle des quatre années du mandat de Siles.

116Paz s’oriente en effet résolument vers une économie libérale au nom de laquelle il sollicite l’investissement de capitaux privés nationaux et étrangers, et l’aide accrue des Etats-Unis. Dans les mines, cette orientation se traduit par la mise en vigueur, en août 1961, d’un plan de réhabilitation de la COMIBOL, nommé Plan triangulaire en raison de son triple financement par les gouvernements des Etats-Unis et de l’Allemagne fédérale, et celui de la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Le versement en trois annuités de 37,8 millions de dollars est destiné à l’exploration de nouveaux gisements, à la modernisation des opérations de préconcentration et de concentration des minerais, au remplacement de l’outillage... à la condition que la COMIBOL réforme son administration, impose une plus grande discipline de travail et licencie sa main-d'œuvre surnuméraire.

  • 56 Cf. Laurence Whitehead, “Estados Unidos y Bolivia : un caso de neo-colonialismo”, Letras boliviana (...)
  • 57 Cf. Jaime Ponce García, Thomas Shanley, Antonio Cisneros, Breve historia del sindicalismo bolivian (...)

117L’application de ce plan ne peut que susciter l’hostilité des mineurs et placer Lechin en porte à faux. En 1963, l’affrontement devient inévitable. En juin, le président de la COMIBOL impose un lock-out à Siglo xx, pour procéder aux licenciements prévus par le Plan : la seule entreprise Catavi licencie environ un millier de mineurs. Puis, le 3 août, le droit de contrôle ouvrier avec possibilité de veto est aboli. Aussi en décembre 1963, lors du 12ème Congrès de la FSTMB à Colquiri, Lechin, réélu secrétaire exécutif de la FSTMB, rompt avec le MNR. A la fin du Congrès, le gouvernement fait arrêter deux dirigeants syndicaux de Siglo xx. La FSTMB riposte en appelant à la grève et, à Siglo xx, les syndicalistes prennent en otages divers techniciens et des employés de l’ambassade des Etats-Unis. Aussitôt le gouvernement décrète les mines zones militaires, et le complexe Catavi-Siglo xx est encerclé par les forces combinées des militaires et des milices. Finalement, la FSTMB capitule pour éviter le choc armé. Les mineurs défaits, le gouvernement Paz, calquant son attitude sur celle de Siles en 1957, s’empresse de favoriser la structuration d’une contre-organisation syndicale ouvrière, la Centrale ouvrière d’unité révolutionnaire (COBUR) qui conteste la légitimité de la direction de la COB élue au 3ème Congrès de 1962. Dirigée depuis le ministère du Travail, cette nouvelle centrale reçoit de l’argent de l’ambassade des Etats-Unis56 grâce auquel elle parvient à se gagner les faveurs de divers secteurs ouvriers57.

  • 58 Cf. Richard Thorn, “The economic transformation”, in Beyond the revolution : Bolivia since 1952, M (...)
  • 59 Dans son discours-bilan de fin de mandat, Siles Zuazo se plaint qu’à certains moments de sa présid (...)

118Les quelques données statistiques disponibles58 sur les mouvements de grève entre 1956 et 1964 permettent d’avoir une vue plus synthétique de l’ampleur de la protestation ouvrière et de ses mouvements de flux et de reflux. L’année 1958 est bien l’année la plus mouvementée, tout le pays entre en effervescence ; en 1959, les mineurs sont presque les seuls à poursuivre le mouvement, et en 1960, l’année électorale, une sorte de trêve générale intervient59. En 1961, l’agitation reprend dans les mines après la mise en application du Plan triangulaire ; elle atteint son sommet en 1963, puis, en 1964, le nombre de grèves diminue à nouveau, la bataille proprement politique redevenant prépondérante.

  • 60 Guillermo Lora, Movimiento obrero contemporaneo, op. cit., p. 67.

119Au total, la politique économique libérale des gouvernements du MNR aussi bien que les querelles de factions qu’ils fomentent et entretiennent ont pour effet de braquer contre eux une fraction de la classe ouvrière conduite par les mineurs, tandis qu’ils réussissent, à grand peine, pour de courtes périodes, à maintenir une clientèle dans quelques secteurs de cette même classe ouvrière. Si la rupture n’est pas plus profonde entre le gouvernement et la classe ouvrière, si la classe ouvrière ne parvient pas véritablement à une mobilisation de classe, c’est en grande partie à cause du rôle ambigu que jouent Lechin et ses partisans. En effet, ils oscillent continuellement entre une position de participation au gouvernement - tentant de rétablir la situation de co-gouvernement de la première période - et une lutte frontale60. Mais cette faction lechiniste, soumise au dur régime de la douche écossaise, est plus prisonnière que meneuse de ses bases minières : Lechin étant continuellement contraint d’épouser et de faire siennes leurs revendications malgré son ambition de figurer au gouvernement. Autrement dit, on se trouve dans une situation bâtarde dans laquelle, progressivement, pas plus le gouvernement que la “bureaucratie” de la COB ne contrôlent véritablement des troupes ouvrières fragmentées mobilisées tantôt selon des schémas de classe, tantôt selon des schémas clientélistes, et qui en arrivent à se combattre les unes les autres.

120Les retombées des luttes de factions dans le monde paysan sont évidemment plus difficiles à analyser dans la mesure où il s’est mobilisé de manière très inégale, et selon des modalités différentes, suivant les régions. Etant donné que la vallée de Cochabamba est la première à se soulever et à s’organiser après la révolution d’avril, et que les syndicats paysans sont parvenus à se rendre maîtres de l’ensemble du monde rural dans cette vallée, y compris des bourgades, il est logique de la prendre comme référence. Cette démarche est d’autant plus justifiée qu’il ne s’agit pas ici de comprendre les ressorts de la mobilisation paysanne, mais d’expliquer l’instabilité politique ; il faut donc sélectionner les segments paysans susceptibles de jouer un rôle politique effectif et laisser de côté ceux dont le degré d’organisation et de mobilisation est trop faible pour prétendre à ce rôle.

121Soit, donc, le paysannat de la vallée de Cochabamba et plus précisément celui de la haute vallée contrôlé par le leader José Rojas dont le centre d’opérations est le hameau d’Ucureña, celui-là même où a été signé, puis fêté, le décret de la réforme agraire. José Rojas est secrétaire exécutif de la fédération de Cochabamba depuis 1954, occupe un secrétariat à la confédération depuis cette même année, et est élu député en 1956. La milice d’Ucureña placée sous son commandement direct ne dépasse pas 500 hommes, mais, en quelques heures, il peut convoquer 10 000 hommes armés supplémentaires. C’est dire qu’il est assisté de “lieutenants” dans toute sa zone d’influence.

  • 61 Selon Zondag, le secteur agricole bénéficia de la réforme monétaire dans la mesure où il reçut imm (...)
  • 62 Les Crucéniens ne pardonneront jamais à Siles Zuazo de leur avoir envoyé cette “horde sanguinaire”

122Quand, à la suite des mesures de stabilisation monétaire prises par Siles, il s’opère une rupture entre la COB et le Bloque reestruclurador, les paysans d’Ucureña, plutôt avantagés par ces réformes61, restent fidèles au gouvernement. Les syndicats et les milices de la vallée sont donc réorganisés dans le cadre de ce nouveau bloc. Et entre 1956 et 1959, il deviennent un des instruments privilégiés de l’ordre gouvernemental. C’est ainsi qu’associés à l’armée, ils sont envoyés à Santa Cruz, en mai 1958, pour mater une tentative insurrectionnelle de la Phalange62.

123Afin de sceller la nouvelle alliance paysans-gouvernement, Siles nomme José Rojas ministre des Affaires paysannes en mars 1959. Une des premières mesures du nouveau ministre est d’envoyer ses troupes intimider les mineurs de Siglo xx et d’autres centres proches d’Oruro, alors en grève. En somme, la tactique réussie de Siles consiste à s’appuyer sur les paysans mobilisés et à transformer ceux-ci en gendarmes du régime.

124Mais l’approche de l’échéance électorale de 1960 complique et altère les liens qui unissent le gouvernement aux paysans de la vallée car la lutte des factions au sommet ravive les rivalités paysannes à la base. Et celles-ci aboutissent à un affrontement sanglant, la “guerre de la vallée”, entre les deux bourgs voisins du Cliza et d’Ucureña.

  • 63 Cf. Jorge Dandler, “La champa guerra” de Cochabamba : un proceso de desgregación polìtica”, in Fer (...)

125Jorge Dandler détaille ainsi les raisons conjuguées qui opposent localement les deux bourgades63 :

  1. Juste après la révolution, la vallée de Cochabamba est partagée entre deux domaines d’influence concurrents : celui de Rojas dans la haute vallée et celui de Sinforoso Rivas dans la vallée basse. Mais Rojas n’arrive pas à se gagner d’emblée tous les syndicats de sa zone : en 1953, il se constitue à Cliza une organisation rivale, la Central 2 de Agosto, liée à Sinforoso Rivas.
  2. Cliza est un bourg traditionnel, vieille capitale provinciale qui souffre de la remuante concurrence que lui fait Ucureña, ex-rancheria promue au rang de centre national de la réforme agraire.
  3. L’opposition à Rojas se grossit au fil des ans de l’adhésion des piqueros, (petits propriétaires locaux qui n’ont pas bénéficié de la redistribution des terres). A la mi-1959, à peu près la moitié des syndicats associés à la centrale de Cliza sont constitués de piqueros, tandis que ceux d’Ucureña encadrent plutôt d’ex-colonos d’haciendas.
  • 64 Paz abandonne son poste d’ambassadeur à Londres pour revenir en Bolivie en juillet 1959.

126Quand Guevara Arze - originaire de Cochabamba - commence à promouvoir sa candidature présidentielle au début de l’année 1959, il obtient l’appui de la majorité des organisations paysannes de Cochabamba. Mais quand il devient clair que Paz Estenssoro compte revenir au pouvoir, les syndicats de la vallée se divisent en deux camps rivaux64. José Rojas soutient Paz Estenssoro tandis que Miguel Veizaga, un de ses ex-”lieutenants”, appuie Guevara Arze. Les partisans de Rojas contrôlent la Fédération, mais Veizaga se retranche à Cliza où il réorganise le Central2 de Agosto” à laquelle il coordonne tout le réseau d’opposition de la vallée.

  • 65 Cf. les témoignages romancés de Nestor Taboada Teran, Indios en rebelión : hechos de la revolución (...)

127La tension monte au fur et à mesure qu’approchent les élections (juin 1960). Le premier accrochage armé a lieu en octobre 1959 ; il dure quatre jours et fait des morts dans chaque camp. Puis, entre Cliza et Ucureña, on creuse une tranchée de plusieurs kilomètres et une frange de cent mètres est déclarée “terre de personne”. Les affrontements sont extrêmement violents et les habitants de la région vivent dans la terreur65. En mars 1960, pour mettre fin aux hostilités, le gouvernement déclare zone militaire les provinces Jordan et Punata, puis il ordonne à l’armée de rétablir l’ordre ; une armée dont les chefs prennent ostensiblement partie pour Paz Estenssoro.

128Mais l’histoire de la “guerre de la vallée” ne s’arrête pas là, et sa suite va nous permettre d’éclairer encore mieux les mécanismes des allégeances entre les figures nationales du movimiento et les caciques paysans.

  • 66 Cf. Jorge Dandler, “La champa guerra... ”, op. cit.

129Le Sector de izquierda du MNR et les syndicats ouvriers favorables à Lechin profitent de la campagne électorale de 1960 pour récupérer leurs forces. Dans la vallée, un reclassement politico-syndical s’opère donc qui amène la constitution d’une base politique favorable au nouveau vice-président, formalisé en 1961 par un pacte ouvrier-paysan, connu sous le nom de Pacte du Morro66. Des alliés de Lechin contrôlent la fédération de Cochabamba et Miguel Veizaga passe du camp de Guevara, vaincu, à celui de Lechin qui fait alors figure de vainqueur. Et en 1962, la lutte recommence entre Veizaga, cliceño gagné à Lechin, et Rojas, ucureño favorable à Paz Estenssoro. L’armée intervient à nouveau. Et peu à peu le secteur de gauche perd ses appuis et ses leaders.

130En juillet 1963, alors qu’on assiste aux premières “proclamations” en faveur du “ticket” présidentiel Paz Estenssoro - Barrientos, la chasse aux cliceños est organisée, et leurs bastions sont démantelés. Puis le 6 septembre, l’armée s’installe à Cliza, de nouveau transformée en zone militaire.

131Que retenir de cette narration ? J’ai déjà mentionné l’engrenage des luttes locales aux querelles de factions. On mesure aussi combien la clientèle “officielle”, celle qui suit le puissant du moment, en l’occurrence le président de la République, a toutes les chances de l’emporter. On voit enfin avec quelle facilité les caciques-clients changent de patron, au gré des circonstances politiques, et au mépris de l’idéologie dudit patron. Mais il est vrai que l’on peut difficilement discerner des différences idéologiques entre les grands chefs historiques du MNR : Paz Estenssoro, Siles Zuazo et Guevara Arze sont très proches les uns des autres, et Lechin n’en est guère éloigné, qui se démarque toujours des partis inspirés du marxisme, même s’il s’allie quelquefois avec eux.

132Simplifiée à l’extrême, cette version des faits rend mal compte de l’existence de cohortes de leaders locaux reliés aux caciques d’envergure ou à leurs lieutenants, en lutte les uns avec les autres et qui cherchent allégeance aux niveaux supérieurs en même temps qu’ils monnayent leurs appuis. En somme, il existe des chaînes de clientèle fluctuantes qui descendent jusqu’au plus petit village et qui sont activées dans les phases aiguës de la guerre de la vallée de Cochabamba.

133Bien que cette vallée soit le théâtre des affrontements les plus violents et les plus durables, elle n’est pas la seule à subir les conséquences disloquantes et fratricides de l’affrontement des factions. Des combats d’une ampleur comparable se produisent dans la région d’Achacachi, et autour des mines de Siglo xx - Catavi.

134A Santa Cruz, ville dominée par une oligarchie à caractère rural la révolution fait surgir plusieurs axes conflictuels dont les pôles sont en opposition plus ou moins aiguë selon les moments, qui s’entrecroisent, se combinent et finalement expliquent l’extraordinaire crise d’autorité que la ville affiche pendant la période des gouvernements du MNR. De 1952 à 1964, 19 préfets et 19 maires différents se succèdent à la tête du département et de la ville ; certaines de ces successions entraînant une débauche de violences.

  • 67 Pour plus de détails sur les problèmes politiques crucéniens. Cf. Ronald Bruce Palmer, Politics an (...)

135Quels sont donc ces axes conflictuels67 ? En premier lieu, ici comme ailleurs, le MNR local s’oppose à l’oligarchie traditionnelle ; les grandes familles et ce qui leur reste de clientèle soutenant la Phalange socialiste bolivienne. En second lieu, il faut mettre en scène l’opposition pouvoir central - pouvoir régional. Le gouvernement MNR a des projets pour Santa Cruz. Il veut faire de la région un pôle de développement agricole en même temps que le premier palier de la colonisation des terres vierges de l’Orient bolivien. A cet effet, il cherche moins à affronter l’oligarchie locale qu’à se la concilier. De fait, quelques familles collaborent avec le gouvernement.

  • 68 Cf. Ronald Bruce Palmer, op. cit.

136Evidemment, cette stratégie gouvernementale heurte de front un MNR local dont les bases militantes se recrutent plutôt dans les couches moyennes et populaires très largement majoritaires. Une sorte d’équilibre très précaire est trouvé qui se manifeste par le choix des préfets parmi les familles traditionnelles - à moins que ce ne soient des militaires, dont la plupart sont d’origine colla -, et par celui de maires de la ville dans un éventail social d’extraction plus modeste, représentatif de la population mobilisée en faveur du parti68.

137Enfin le courant favorable à la révolution est structuré, comme à l’échelon national, en deux instances associées - rivales : le parti et le syndicat. Et, sur place, la compétition dégénère très vite en opposition ; une opposition qui prend la forme d’une rivalité entre familles. La famille Barbery Justiniano fonde la Centrale ouvrière départementale (COD) avec les syndicats de chauffeurs, de typographes, de travailleurs du pétrole, d’artisans aussi - à la vérité la classe ouvrière à proprement parler était alors infime à Santa Cruz -, et elle crée la Fédération départementale des travailleurs paysans. Tandis que les frères Sandoval Moron organisent l’appareil du parti, les comandos zonales, et prennent la tête du Comando départemental. D’autres familles (Velarde, Roca, Julio) viennent encore compliquer les luttes internes au camp révolutionnaire.

138Examinons maintenant l’affaire des royalties du pétrole, si importante qu’elle influence aussi bien le destin économique et politique du département que celui du pays tout entier pendant de longues années. Elle démarre en octobre 1957, alors que le jeu des factions, la bataille des chefs et les effets des mesures monétaires se conjuguent pour accroître les tensions politiques et sociales et saper l’audience du MNR.

139Selon une loi antérieure à la révolution, modifiée à plusieurs reprises, 11 % du produit des hydrocarbures doivent revenir au département producteur afin de promouvoir des travaux publics. C’est évidemment une aubaine pour Santa Cruz qui produit la quasi-totalité des hydrocarbures. Mais le nouveau code du pétrole promulgué par le MNR, le 26 août 1955, reprend seulement l’obligation du concessionnaire de verser à l’Etat un montant équivalent à 11 % de la production brute, sans autre précision. Le flou de cette formulation et les interprétations contradictoires qu’elle permet servent de catalyseur au conflit.

  • 69 Cf. Alfredo Ibañez Franco, Dr Melchor Pinto Parada : arquetipo y vigia de la Cruceñidad, Santa Cru (...)
  • 70 Le CPSC compte alors en son sein 46 organisations, dont la Chambre de commerce et d’industrie, la (...)

140Le Comité Pro-Santa Cruz prend la tête du combat. Ce comité fondé le 30 octobre 195069 à l’initiative de la Fédération universitaire locale (FUL) pour contribuer à résoudre les problèmes de l’urbanisation crucénienne alors fort en retard, reste très discret pendant les premières années des gouvernements du MNR. Mais toujours sous l’impulsion de la FUL, le comité est revitalisé en 1957 - les statuts sont révisés, et un nouveau président est élu70. En réalité, c’est la Phalange qui se cache derrière ces organisations, une phalange qui comprend aussi une fraction armée : La Unión juvenil Cruceñista. Toute l’habileté du Comité consiste à lier les travaux d’urbanisation dont la ville a un urgent besoin au versement du fameux 11 %. Il est vrai qu’il n’y a pas besoin de beaucoup d’imagination pour inventer un tel lien, puisque c’est bien à cela que les royalties sont destinées.

  • 71 A l’époque coloniale, le cabildo est un corps de magistrats qui s’occupent de l’administration de (...)

141Des négociations sont entreprises avec le gouvernement, qui échouent, le président Siles faisant remarquer aux Crucéniens qu’ils ont déjà reçu beaucoup plus que les autres départements (en matière de distribution d’eau potable, en équipements routiers et ferroviaires, en investissements agro industriels, etc) et que leur céder reviendrait à déclencher une réaction en chaîne puisque les autres départements producteurs de richesses exigeraient des clauses semblables. A la fin du mois d’octobre, le CPSC réunit un cabildo abierto71 sur la grand place de Santa Cruz, qui décide de paralyser la ville par une grève générale à partir du 1er novembre et de s’approprier du matériel lourd de l’entreprise nationale Yacimientos petrolíferos bolivianos pour amorcer des travaux dans les rues. Le 1er novembre, les bureaux de la municipalité et ceux du Control político sont pris d’assaut par des membres de la Unión juvenil. Un des assaillants est tué. Le CPSC tient son premier martyr. Siles Zuazo fait le voyage de Santa Cruz pour essayer de calmer les esprits, mais il est conspué par la foule. Il finit par accéder à la demande du CPSC et Santa Cruz obtient que les 11 % lui soient concédés par un décret du 12 décembre 1957.

  • 72 Cf. Luis Sandoval Moron, Revolución y contrarrevolución en el oriente bolivano, Santa Cruz, ronéo, (...)

142Comment la Phalange peut-elle, par CPSC interposé, surgir ainsi sur les devants de la scène politique crucénienne ? Principalement en raison des dissensions internes au movimiento. Les mesures de stabilisation monétaire qui opposent les partisans du président au Sector de izquierda se traduisent non seulement par la division de la COB, et la marginalisation de Lechín, mais encore par la démission du vice-président Nuflo Chavez Ortiz, un crucénien, dont le frère est sénateur du département. Il semble bien que le vice-président démissionnaire ait alerté le Comité Pro-Santa Cruz du problème des royalties : un comportement pour le moins paradoxal de la part de celui qui, en sa qualité de président du Sénat, avait dirigé les sessions parlementaires de 1956 au cours desquelles le code des pétroles (code Davenport) avait été transformé en loi72.

143En fait, la gauche du MNR dans son entier, après sa défaite au sein de la COB (annulation du mot d’ordre de grève de juillet, création du Bloque reestructurador), trouve là un nouveau cheval de bataille pour amoindrir le pouvoir du président. Aussi, la COD crucénienne reste-t-elle silencieuse pendant le conflit et certains de ses syndicats appuient-ils franchement le CPSC, les camionneurs et les chauffeurs de taxi, notamment.

144Quant à Sandoval Moron, alors que se noue la crise crucénienne, au début du mois d’octobre 1957, il est envoyé à New-York comme ambassadeur auprès de l’ONU. Faut-il voir, dans cette nomination-promotion une des mesures par lesquelles Siles tente, tant bien que mal, d’asseoir sa domination sur le parti ? Ou bien faut-il la comprendre comme une tentative d’amadouer le CPSC ? Quoi qu’il en soit, pour l’heure, le MNR crucénien se trouve donc à la fois divisé et privé de son leader le plus puissant.

  • 73 Ibid., p 147.

145Il faut aussi souligner le fait que toutes les tendances du MNR local sont alors en porte à faux. La crise, puis les mesures de stabilisation monétaire, ont réussi à mécontenter de larges secteurs sociaux et, par ailleurs, les demandes d’aménagements urbains sont si légitimes que le parti, toutes tendances confondues, ne peut que les soutenir. Même Sandoval Moron est partisan du versement des 11 % au département73. Mais ce sont les battants du CPSC qui engrangent tous les bénéfices de la victoire.

146Une victoire d’autant plus éclatante qu’elle se double de l’affaiblissement et de l’éloignement de Luis Sandoval Moron. Ce dernier, alerté par le durcissement de la situation crucénienne, revient de son exil doré new-yorkais dès les premiers jours de novembre. Il est retenu à La Paz par le gouvernement pendant presque un mois, puis se résoud à passer outre les directives gouvernementales pour récupérer son pouvoir à Santa Cruz. Arrivé dans la capitale orientale le 29 novembre, il en est délogé après une semaine d’escarmouches avec les milices de la Unión juvenil.

147Son échec est dû au fait qu’il se heurte à l’hostilité conjuguée du gouvernement représenté sur place par le préfet, du CPSC manipulé par la Phalange et du Sector de izquierda qui pactise avec le CPSC. A son départ, les frères Barbery et les frères Julio reprennent la tête du Comando départemental du MNR. Mais Santa Cruz aux mains de la Phalange devient une sorte de “republiqueta” de la Rosca.

  • 74 Cf. Alfredo Ibañez Franco, op. cit., p. 41.

148Outre le rétrécissement des bases de soutien au MNR et au gouvernement qui résulte de cet imbroglio et la subséquente montée de la Phalange locale, l’enseignement le plus éclairant pour notre propos que l’on puisse tirer de cet épisode crucénien concerne la nature des alliances conjoncturelles qui se nouent à cette occasion. La plus étonnante, aussi apparemment contre nature que celle de la carpe et du lapin, associe le CPSC, donc la Phalange, au Sector de izquierda, c’est-à-dire à des individualités comme Lechin, Ayala Mercado (ex-trotskyste), Nuflo et Omar Chavez Ortiz, etc.74. Une association qui montre à quel point, au fond, l’idéologie passe au second plan des luttes tactiques de chaque faction pour conserver ou prendre la part de pouvoir qu’elle estime devoir lui revenir, au plan local comme au plan national.

  • 75 Cf. Lawrence Whitehead, National and Local power op. cit.

149Enfin, n’oublions pas le caractère régionaliste de la reprise en main phalangiste. C’est en exaltant la bannière crucénienne, anti-centralisatrice, à un moment de crise politique et économique que la réaction se fraye un chemin et parvient à mobiliser de larges fractions de la population. Dans cette dialectique complexe du centre pacénien avec sa périphérie crucénienne, l’affaire des royalties marque une étape importante : Santa Cruz majoritairement regroupée derrière son comité prend conscience de sa force ; désormais il faut compter avec elle. De fait, jusqu’en 1964, la vie crucénienne continue d’être agitée. Les phalangistes essayent d’accentuer leur emprise locale et nationale. Sandoval Moron ne se tient pas pour définitivement battu et les reclassements qui s’opèrent au sein du MNR rejaillissent au plan local75.

150En somme, à partir de 1957, et jusqu’en 1964, une véritable guérilla civile agite le pays avec ses épisodes aigus et ses phases de repos relatif. Les cas d’affrontements présentés ci-dessus ont été très schématisés : dans les régions sélectionnées, de nombreux leaders secondaires interviennent dans des batailles dont bien des péripéties ont été passées sous silence et qui affectent jusqu’au plus petit village et jusqu’au moindre syndicat. De plus, d’autres secteurs, d’autres parties du territoire aussi, subissent les conséquences de la “factionnalisation”.

151En guise de conclusion provisoire, il faut d’abord insister sur la puissance de dislocation des luttes de factions. Dans cette bataille incessante pour gagner des positions - ou ne pas en perdre -, aucune organisation ne résiste. En effet, la "factionnalisation" peut dresser un secteur contre un autre (paysans d’Ucureña et du Nord-Potosi contre les mineurs), opposer syndicats ou comandos fonctionnels du parti et comandos territoriaux (mines, Santa Cruz), amener l’alliance d’un comando local ou d’une faction avec un parti ennemi (affaire des royalties à Santa Cruz), couper un secteur en deux (COB opposée au Bloque reestructurador puis à la COBUR) ; même le segment minier le mieux structuré du secteur ouvrier se trouve un moment scindé en deux camps rivaux.

152En second lieu, il est clair que la “factionnalisation” met en vedette les caciques, les caudillos et les dirigeants syndicaux locaux. Dans cette conjoncture où le centre ne dispose pas des moyens de maintenir l’ordre sur le territoire autrement qu’en s’en remettant plus ou moins aux milices, le contrôle de celles-ci revêt une importance stratégique considérable, tandis qu’il confère à leurs commandants un rôle politique de premier plan. C’est pourquoi l’on assiste à des luttes constantes entre milices opposées ou fractions de milices et que les caciques, du plus petit au plus grand, sont ainsi mis en vedette. L’armée renaissante réduit peu à peu leur influence dans les zones les plus chaudes sans jamais toutefois arriver vraiment à l’éliminer.

  • 76 Cf. Richard C. Bath, The Bolivian MNR and the Mexican PRI : a structural functional comparative an (...)
  • 77 Ibid., p. 341.

153Dans ces conditions, les prises de positions politiques et les demandes syndicales sont le plus souvent appuyées par des démonstrations de force : grèves, défilés, barrages de route, etc. Le même usage de la force marque les querelles intrasectorielles, aucun arbitrage, aucune norme de négociation n’arrivant jamais à régler les problèmes de représentation et de succession des responsables : c’est ainsi que l’on assiste aussi bien à des rixes entre étudiants76 ou à des batailles entre mineurs qu’à des guerres paysannes. En somme, chacun pour promouvoir ses intérêts ou défendre ses acquis est obligé à manifester bruyamment sinon violemment : "Les paysans, les mineurs, les employés des chemins de fer, des pétroles, des sucreries, et de toutes les autres industries ; et aussi les étudiants, les professeurs, les fonctionnaires, les ménagères, les membres de comités civiques comme celui de Cochabamba, les joueurs de football et les balayeurs de rue ; et encore les médecins, les hommes de loi, les dentistes et les membres du cabinet à l’occasion ; finalement le président lui-même, quand Siles se lança dans une dramatique grève de la faim pour défendre le plan de stabilisation"77. Autrement dit, la démonstration de force est la norme ; qui s’y soustrait n’a aucune chance de se faire entendre.

154Le problème est donc constant de maintenir la suprématie du centre sur la périphérie. La crise d’autorité est profonde. Et les gouvernants ne peuvent que la déplorer sans avoir jamais les moyens d’y faire vraiment face.

  • 78 Cf. Gal. Gary Prado Salmon, op. cit., p. 85-99.

155A partir de la présidence de Siles Zuazo, l’armée est à nouveau utilisée pour maintenir l’ordre dans le pays. Le président fait appel à elle pour contrer, un à un, l’ensemble des autres groupes armés qui lui sont hostiles ou qui engendrent des désordres sociaux : les phalangistes, à Santa Cruz, en mai 1958, puis à nouveau en juillet 1959, les milices paysannes de la vallée de Cochabamba à partir d’avril 196078. Paz Estenssoro continue sur cette lancée puisqu’il utilise à nouveau l’armée à Santa Cruz en août 1961 (contre Sandoval Moron), dans la vallée de Cochabamba (à partir de juin 1963) et dans les mines (décembre 1963).

156Le retour en force de l’armée sur le devant de la scène politique se traduit aussi par le fait que tour à tour, différentes régions sont décrétées “zone militaire” (vallée de Cochabamba en avril 1960, puis en septembre 1963 ; Santa Cruz en août 1961 ; mines en décembre 1963) ; des autorités militaires sont ainsi substituées aux autorités civiles pour des périodes plus ou moins longues.

157Bien que dans un premier temps l’armée ne soit pas engagée dans des chocs frontaux contre les milices ouvrières, il n’en demeure pas moins que c’est surtout pour contrebalancer le pouvoir de ces milices-là que l’armée est peu à peu renforcée et en quelque sorte réarmée.

  • 79 Cf. Charles D. Corbett, op.cit., p. 85-99.
  • 80 En mai 1960, des préfets militaires sont nommés dans chaque département. Cf. le témoignage du géné (...)

158A la lumière de son rôle dans la vallée de Cochabamba en 1960, C. Corbett montre qu’elle n’est pas encore assez forte pour désarmer les milices paysannes (ce qu’elle fera après avoir conquis le pouvoir en 1964) et qu’elle doit négocier pour tenter de maintenir la paix entre les bandes rivales79, tâche dont elle a d’autant plus de mal à s’acquitter qu’elle prend parti pour Paz Estenssoro contre Guevara, pour Rojas contre Veizaga, autrement dit qu’elle met la puissance d’organisation de son secteur à la disposition d’une faction80. Etant donné la division factionnelle du parti, l’armée est donc de plus en plus inextricablement mêlée aux affrontements politiques nationaux et elle se retrouve bientôt en position d’influencer profondément et durablement le jeu politique jusqu’à s’y imposer.

  • 81 Il est toutefois important de signaler que l’aide militaire américaine n’a jamais vraiment cessé. (...)
  • 82 Cf. Gal. Gary Prado Salmon, op.cit, deuxième partie, chap. I.

159Evidemment, ses interventions successives, toutes victorieuses, sont rendues possibles non seulement parce que le gouvernement les sollicite, mais encore parce que, peu à peu, passé les difficiles premières heures de l’après-révolution, les militaires récupèrent leur puissance de feu, notamment grâce à l’assistance américaine. Celle-ci démarre en 1956 (d’abord sous couvert de l’aide civile canalisée par USAID), mais c’est en 1959 que son augmentation est vraiment significative81, le nouvel armement étant destiné en priorité aux régiments engagés dans des opérations de maintien de l’ordre. De plus, chacune des offensives de l’armée pour rétablir l’ordre “révolutionnaire” menacé amène une modification dans la composition des forces armées et aboutit à leur renforcement82.

160Le nombre des cadets double, de plus en plus d’officiers sont envoyés à l’extérieur pour leur perfectionnement, le collège militaire est restauré et enfin une Ecole des Hautes études militaires, appelée à recevoir des officiers de haut rang et des civils occupant des postes de responsabilité, est inaugurée.

  • 83 Décret 0741-65, décembre 1961. Le conseil se réunit pour la première fois le 25 mai 1962.
  • 84 Selon James Wilkie, “US foreign policy and economic assistance in Bolivia, 1948-1976”, in Jerry R. (...)

161A partir de 1960, Paz Estenssoro continue dans la voie tracée par Siles d’une restauration progressive des prérogatives de l’armée ; une armée qui se voit à nouveau confier officiellement la tâche de maintenir l’ordre : un chapitre spécial de la nouvelle loi organique des forces armées promulguée le 20 décembre 1963 fixe le cadre de leur intervention “policière” éventuelle. De plus, elle reprend sa place dans l’appareil de pouvoir. A cet égard, la création du Consejo supremo de defensa nacional, qui institue un lieu permanent de dialogue entre les forces armées et le gouvernement, symbolise bien le nouveau crédit dont jouissent les militaires83. Grâce à l’aide des Etats-Unis, l’armée continue aussi d’accroître sa puissance de feu. La comparaison entre le budget militaire bolivien et les sommes que les Etats-Unis destinent à l’armée bolivienne fait apparaître que la contrepartie américaine, encore infime en 1958, 3,3 % du total, atteint 34,9 % en 1964, ce qui est évidemment considérable84. Elle quintuple de 1961 à 1962, une progression qui concorde très exactement avec l’augmentation la plus spectaculaire, d’une année à l’autre, de la part du budget nord-américain destinée à l’entraînement de troupes et d’officiers étrangers.

  • 85 Robert P. Case, “El entrenamiento de los militares latinoamericanos en los Estados Unidos”, in Vir (...)

162La manne dont bénéficie la Bolivie n’est donc pas uniquement le fruit d’une décision du gouvernement de Paz Estenssoro, mais bien la conséquence de la politique extérieure des Etats-Unis qui, après l’affaire cubaine, s’orientent délibérément vers un renforcement des armées sud-américaines. C’est le point de départ des entraînements à la contre-guerilla dans la zone du canal de Panama : le premier cours de contre-insurrection dispensé à Fort Gulick (Panama) débute au mois d’octobre 196185. Et, dès le mois de mai 1962, un premier groupe de Bérets verts dispense un enseignement de lutte anti-guérilla au Collège militaire de La Paz. En même temps, l’Action civique démarre sous la forme d’une aide des militaires à des tâches civiles de développement dans les campagnes, dans le but de modifier le visage de l’armée, et de rapprocher civils et militaires.

  • 86 Robert P. Case, op.cit.
  • 87 Charles D. Corbett, op.cit,. Fort Bragg est une école spécialisée dans la propagande, le contrôle (...)

163Les officiers boliviens bénéficient donc massivement des programmes d’entraînement américains. Selon Robert P. Case, 1 273 officiers et sous-officiers sont entraînés de 1950 à 1965. Si la moyenne annuelle des années 50 était d’environ 25 par an, celle des années 60 s’élève à 16086. A la fin de l’année 1963, la Bolivie compte plus de diplômés de Fort Bragg (US Army Special Warfare School) que n’importe quel autre pays d’Amérique latine87.

  • 88 Cf. William H. Brill, Military civic action in Bolivia, Ph. D., University of Pennsylvania, 1965.

164Toujours en 1963, la plus grande partie des officiers sortant du Collège militaire sont envoyés à Panama, à la Jungle Warfare School. Cette pratique devient ensuite systématique : chaque année une promotion de cadets va faire un stage à Panama, dans le cadre de sa formation. Enfin, Brill note qu’au début de l’année 1964, sur les 23 officiers qui occupent les plus hauts rangs dans l’appareil militaire, 20 ont reçu un entraînement à Panama ou aux Etats-Unis88.

  • 89 Il faut considérer ces chiffres avec beaucoup de prudence. Selon Brill, op.cit., il n’y avait que (...)
  • 90 Cf. la lettre du général aux chefs et officiers de l’armée reproduite in Revista Militar, 294, 196 (...)

165Le nombre d’élèves officiers augmente ; le total des troupes aussi : en 1963, le nombre des militaires atteint 12 00089 et de nouvelles unités sont créées : régiments motorisés, parachutistes, forces navales et lacustres, groupes de combat aérien... Selon le général Ovando, la remontée de l’armée se fait derrière le dos du chef de l’Etat et des généraux du MNR90. Le général souligne aussi l’esprit de réserve et de sacrifice dont font preuve les officiers qui se donnent pour tâche la reconstruction de l’armée ; il est évident, à la lumière des faits précédemment exposés, que, sans l’aide américaine, elle aurait pourtant été impossible - du moins en aussi peu de temps.

166Entre le 26 juillet et le 2 août 1962, l’ensemble des unités de l’Altiplano et des vallées entreprennent de grandes manœuvres d’entraînement (les premières depuis l’époque du gouvernement de Villaroel). Quelques jours plus tard, le 7 août, fête anniversaire des forces armées, elles défilent à La Paz, étalant ainsi au grand jour leur superbe retrouvée.

167Avec des équipements neufs, des armements modernes, de nouvelles unités, l’armée est donc à nouveau installée au cœur de la vie politique nationale. Et Paz Estenssoro joue les apprends sorciers en lui imposant des tâches de maintien de l’ordre qui sont en même temps des lâches partisanes, en ce qu’elles visent à renforcer la position des alliés du président au sein du MNR, au détriment des autres factions.

168A première lecture, la période 1956-1964 agitée par les luttes incessantes et violentes entre factions, l’éclatement des secteurs, les changements de patrons des leaders intermédiaires, semble marquée par une recrudescence du clientélisme. Mais cette vision est trompeuse, voire erronée, même si les affrontements révèlent ou rendent plus visibles les trames des réseaux concurrents.

169Pour y voir plus clair, revenons sur l’organisation de la pyramide clientéliste. On peut schématiquement distinguer trois niveaux reliés entre eux par des allégeances. Le client de la base est relié personnellement à un leader local intercesseur, lui-même client d’une des figures centrales du parti. Cette distinction reflète parfaitement l’agencement des factions urbaines du parti organisées en comandos departamentales et zonales. Elle vaut dans ses grandes lignes pour le secteur paysan, à cette différence près que le syndicat efface le parti à la base et que l’intercesseur se considère donc le plus souvent, avant tout, comme un leader syndical. Mais, dans le cas des ouvriers -des mineurs surtout -, la relation de base du syndicaliste à son représentant est moins verticale qu’horizontale, moins clientéliste que “classiste”.

170Chaque nouveau président manœuvre depuis le centre où il est installé pour que les leaders intermédiaires, lui fassent allégeance, tandis que ces mêmes intermédiaires forts de leur clientèle cherchent à monnayer au mieux leurs services. Si l’on voulait résumer d’un mot les manœuvres des intermédiaires, on pourrait dire qu’ils pratiquent la tactique de l’entonnoir : leur jeu consiste en effet à rétrécir les options possibles de leur client et de leur patron, afin de s’instituer en intermédiaires obligatoires. En d’autres termes, ils ne cherchent pas plus à représenter qu’à administrer mais à s’établir en médiateurs ; à cette charnière, ils recueillent subsides, pouvoirs et honneurs.

171Dans le cas de figure le plus purement clientéliste, celui des comandos urbains du parti, la position de médiateur n’est tenable que si celui-ci reçoit du centre suffisamment de ressources pour pouvoir les redistribuer. Il est vrai qu’il peut aussi représenter une promesse de ressources mais sa situation est alors très précaire car, en compétition avec d’autres, il doit plus ou moins rapidement répondre aux attentes de postes, de prébendes, de salaires, dont il incarne la promesse ; sinon il doit céder sa place. Il cherche donc toujours à se rapprocher d’une figure clef du gouvernement, ou à obtenir pour lui-même un poste important dans l’appareil d’Etat lui permettant d’assumer les charges de son leadership : présidence d’une entité publique, municipalité, secrétariat d’Etat, ministère... Son lien d’intérêt au centre est donc très fort et il aura toutes les chances de changer d’allégeance quand changera le président.

172Le dirigeant d’un secteur mobilisé est moins dépendant du centre en ce qu’il est avant tout l’expression de sa base. Il est évident, cependant, que plus il s’inscrit dans le jeu clientéliste, plus il a besoin d’être en liaison étroite avec le centre afin de pouvoir redistribuer des faveurs à la base. Mais il peut aussi bien choisir une tactique d’opposition au centre, menacer celui-ci, le harceler jusqu’à l’obliger à céder à ses exigences. Lechin et les dirigeants syndicaux qui lui sont fidèles oscillent sans arrêt entre ces deux conduites suivant la conjoncture politique.

173La “factionnalisation” du MNR, puis son atomisation, sont la résultante de ces tactiques complexes, individuelles ou collectives, dans un contexte de relative pénurie et de combat des chefs. Un réseau de clientèle peut en effet se trouver du jour au lendemain privé de ses ressources, coupé de ses liens avec le centre. C’est ce qui arrive aux grands réseaux “lechinistes” (après 1957), “guevaristes” (en 1959) et “silistes” (en 1960) qui se défont alors partiellement. De nombreux leaders secondaires (intermédiaires) les abandonnent pour rejoindre le réseau officiel, tandis que les opposants d’envergure nationale sont conduits, avec ce qui reste de leurs suiveurs, à organiser des partis d’opposition pour lutter de front contre le réseau officiel. A chacune de ces réorganisations, le MNR perd une partie de ses troupes. Et c’est en ce sens que l’on peut soutenir l’idée qu’il n’y a pas recrudescence du clientélisme, mais au contraire affaiblissement ou reflux de celui-ci.

174En outre, non seulement le clientélisme ne joue plus en faveur de la stabilité gouvernementale, mais il va à son encontre. En effet, la connexité diminue puisque le réseau des clients du MNR se rétrécit du fait de la baisse des ressources disponibles pour l’entretenir et du fait de la désaffection entraînée par les luttes de factions. La bataille des chefs entraîne aussi une crise d’autorité. Si Paz réussit, en 1960, à recentrer l’autorité du MNR dispersée sous Siles - la relation de Siles et Lechin s’étant traduite en co-impuissance -, c’est seulement pour un temps. Les dernières années de son exercice, il maintient son autorité sur le parti par les manipulations du secrétaire exécutif du CPN, et sur le pays par le recours à la force, en utilisant l’armée reconstituée, jusqu’à ce que celle-ci décide d’agir pour son propre compte. De plus, la cohésion s’affaiblit Ce ne sont pas deux clans ou trois, bien structurés et isolables, qui s’affrontent, mais des clientèles fluctuantes en perpétuelle décomposition ou recomposition au gré des péripéties politiques : qui est avec Guevara Arze un jour peut suivre Lechin le lendemain à l’instar des paysans alliés de Veizaga à Cochabamba ; qui est avec Siles peut se retrouver avec Paz comme José Rojas dans cette même vallée de Cochabamba. Par ailleurs, le MNR voit son secteur ouvrier, les mineurs surtout, se mobiliser de plus en plus selon des modalités “classistes”, horizontales, au fur et à mesure que le jeu des factions se développe. Le lien clientéliste du leader politique aux troupes syndicales devient, dans ces conditions, de plus en plus difficile, conjoncturel et éphémère. Seul le maestro Lechin est en mesure, par moments, de réussir ce tour de force. Son expulsion du parti signe la fin des allégeances du secteur ouvrier au parti de la révolution.

Clientélisme et stabilité (1956-1960)

Clientélisme et stabilité (1956-1960)

175Au fond, l’échec du MNR dans sa tentative d’instaurer une cohésion et une stabilité par un système de patronage tient à trois raisons fondamentales, interdépendantes les unes des autres. En premier lieu au gaspillage des ressources. Ce n’est pas tant que les ressources manquaient ; leur rareté relative provient de l’incurie et de la rapine d’une “nouvelle bourgeoisie”, revancharde et pressée de s’enrichir. Il faut donc moins mettre l’accent sur les pénuries - elles n’affectent pas du tout le monde - que sur le comportement des dirigeants pressés d’accaparer des biens, certes en quantités limitées, mais d’accès facile, disponibles pour ceux qui sont situés là où ils transitent. Ceci explique aussi les grandes inégalités, les intermittences, les aléas de la redistribution de ces ressources à la base. Ce mauvais pli est pris pendant les premières années. Lorsqu’obligé de redresser la situation économique, Siles s’attaque à la fois aux avantages acquis par les nouveaux “bourgeois d’Etat” - y compris les bureaucrates syndicaux -, et à la corruption, il multiplie les mécontents.

176L’échec du MNR est également dû au combat de ses chefs. Il est imputable, enfin, à la mobilisation sectorielle. Les syndicats ouvriers - surtout les mineurs -, demeurent, malgré toutes les tentatives pour les inclure dans le moule clientéliste, puis ensuite pour les briser, soit en usant de cette même tactique, soit par la force, une puissance à part, irréductible, mobilisée par une base “classiste”, égalitaire dans son principe.

  • 91 Vincent Lemieux, op.cit., p. 212.

177Le patronage politique n’a pas la force suffisante pour “atomiser la société de façon à éliminer toutes les relations transductives (intermédiaires entre gouvernants et sujets) autres. Il laisse subsister des relations de type différent qui peuvent empêcher que se réalise la cohésion forte à laquelle il tend”91. Ces relations peuvent sécréter des coalitions qui, en se composant avec les coalitions du patronage, produisent des défauts de cohésion menant à une grande instabilité. L’armée offre l’exemple d’un autre type d’organisation sectorielle, de domination hiérarchique, qui ne se laisse pas véritablement casser par le clientélisme movimientista. Dans les premiers temps de l’après-révolution, des officiers font allégeance au MNR ; c’est le seul moyen pour eux de se maintenir en poste et de faire carrière. Mais il n’y a pas de véritable transfert de loyauté de l’armée au parti. Peu à peu, l’armée se ressoude, édicte ses propres normes, récupère puis augmente son armement jusqu’à ce que, disposant d’un réseau "cohésif et puissant, alors que le parti est en état de décomposition factionnelle, elle prenne sa place à la tête de l’Etat.

178Progressivement les deux types de relations opposées que sont la relation hiérarchique (atomisante) et la relation égalitaire (communautaire) supplantent le clientélisme pour coaliser les secteurs ; ces secteurs qui vont bientôt occuper le devant de la scène politique et reléguer au second plan les politiciens et leurs clientèles de plus en plus clairsemées.

  • 92 Alfonso Camacho Peña, op.cit., p. 343.
  • 93 Gal. Gary Prado Salmon, op.cit., p. 131.
  • 94 Jorge Dandier, “La champa guerra... ”, op.cit..

179Au terme de ce processus d’effritement du MNR, le retour des militaires au pouvoir semble d’autant plus inéluctable qu’ils constituent la seule force dont l’organisation et la puissance paraissent à même de s’imposer à l’ensemble du pays. Ce retour s’opère en deux temps. Tout d’abord, le général Barrientos manœuvre pour être le candidat de Paz Estenssoro à la vice-présidence de la République aux élections de mai 1964. Puis, installé à cette place, il organise le coup d’Etat du 4 novembre 1964. Officier d’aviation, le général est un sympathisant du MNR de vieille date qui s’illustre dès 1946 en défendant le président Villaroel. Devenu homme de confiance du jefe, il est chargé de diverses missions dont il s’acquitte avec brio. C’est lui que Paz envoie s’attaquer à Sandoval Moron, le caudillo crucénien, en juillet 1961. Ensuite, en 1963, il a pour mission de “pacifier” la vallée de Cochabamba quand la lutte fait rage entre les partisans de Juan Lechin et ceux qui sont acquis au jefe, entre Cliza et Ucureña92. Mais sa carrière politique commence véritablement en février 1960 alors qu’il est chef d’état-major de l’armée de l’air, quand il représente la cellule militaire du MNR à la 8ème convention nationale du parti. Quelques mois plus tard, en juin 1960, à peine désigné commandant en chef de l’armée de l’air, il organise une cérémonie d’adhésion au MNR d’un groupe d’officiers d’aviation, en présence des ministres de la Défense et de l’Intérieur, qui rappelle par sa solennité celles qui avaient eu lieu l’année 1953. Bientôt cet activisme enthousiaste lui vaut de représenter l’armée au sein du Comité politique national (CPN). Il devient en quelque sorte le porte-parole des forces armées. Aussi n’est-il pas étonnant que le 28 août 1963, la cellule militaire du MNR décide d’appuyer sa candidature à la vice-présidence93. Mais c’est l’action qu’il mène dans la vallée de Cochabamba qui permet au général d’acquérir la stature d’un homme politique national. Au début de l’année 1964, ayant réduit à l’impuissance les opposants paysans lechinistes, il réussit à obtenir la signature d’un pacte de non-agression entre les bourgs rivaux de Cliza et Ucureña, mettant ainsi fin à quatre années de conflits sanglants ; un coup de maître qui l’auréole du titre de “pacificateur de la vallée”94.

  • 95 Robert McNamara, cité par Philippe Meyer, Critique, 363-364, août-septembre 1977.
  • 96 Gal. Gary Prado Salmon, op.cit., p. 132.
  • 97 Gal. Gary Prado Salmon, op.cit., p. 130.

180Il ne se gagne pas seulement une fraction des états-majors syndicaux, il conquiert aussi le peuple des campagnes et réussit à se constituer une véritable clientèle paysanne. C’est que l’armée n’est pas arrivée dans la vallée les mains vides. Elle dispose des fonds que les Etats-Unis versent depuis 1961 au titre de l’Action civique. Conçue comme un des volets de la stratégie contre-insurectionnelle élaborée par le grand voisin du nord pour lutter contre les guérillas communistes, celle-ci consiste à montrer “aux populations indigènes que leur gouvernement et leurs forces armées agissent concrètement pour le bien-être du citoyen moyen”95 en construisant des écoles, des ponts, des postes de santé (postas sanitarias), des puits, etc. Il gagne aussi des adeptes dans les villes comme en témoigne la participation populaire aux grandes manifestations en sa faveur qui précèdent la Convention du MNR de 196496. Une audience que l’on peut expliquer pour partie par la personnalité du général. Jeune (né en 1915), beau parleur, il a de la prestance, un grand sens du spectacle, plaît aux dames et ne manque pas de bravoure sinon d’audace. Derrière Barrientos, se profile une autre figure militaire, plus réservée, voire énigmatique, mais non moins capitale dans la genèse du coup d’Etat, celle du général Ovando. Nommé chef d’Etat-Major de l’armée de terre en 1957, puis commandant en chef de cette même arme en 1960, Ovando est sans nul doute le principal inspirateur et le principal artisan de la réorganisation et de la consolidation de l’armée : “Sa personne était auréolée de prestige. En raison de sa capacité personnelle et de sa simplicité, tous les officiers, particulièrement les plus jeunes voyaient en lui un vrai conducteur militaire et aussi l’ami qu’ils pouvaient approcher pour lui faire connaître leurs inquiétudes et leurs problèmes”97. Aussi, quand, en 1963, il est désigné commandant en chef de l’armée, sa promotion est unanimement saluée. La conspiration ne peut s’organiser sans lui.

  • 98 Ibid., p. 153-155.
  • 99 Ibid., p. 156-157.

181C’est donc conjointement, que dès 1963, les deux généraux préparent les officiers à l’opportunité d’un retour de l’armée aux avant-postes de la politique nationale98. Selon le général Gary Prado, “le général Ovando était indubitablement l’artisan de toute cette mise en œuvre. Il accroissait ainsi son influence sur les officiers. Barrientos était utilisé comme fer de lance pour amoindrir le pouvoir du chef du MNR. A ce sujet, on expliquait aux officiers que le général aviateur, avec son attitude populiste, érodait les bases politiques de soutien du régime qui, le jour venu, basculeraient du côté des forces armées”99.

182Barrientos est donc la figure visible de l’offensive militaire alors qu’Ovando en est l’artisan caché ; tandis qu’elle permet à Barrientos de se constituer une clientèle civile, elle renforce encore l’emprise d’Ovando sur l’armée. Même si cette direction bicéphale engendre plus tard des tensions entre les deux hommes, pour l’heure, elle favorise sans nul doute leurs desseins respectifs d’abattre Paz Estenssoro et d’en finir ainsi avec le MNR.

  • 100 Cf. outre le Gal. Gary Prado Salmon, William H. Brill, Military intervention op.cit. ; Christopher (...)

183Il serait fastidieux de raconter les nombreuses et diverses péripéties qui de janvier à novembre 1964 conduisent à la chute de Paz Estenssoro - au demeurant, divers auteurs ont déjà assumé cette tâche100. Après en avoir rappelé brièvement les grandes étapes, je m’attacherai surtout à montrer comment les divers processus de décomposition du movimiento, mis en évidence dans le chapitre précédent, conduisent finalement à l’isolement de Paz Estenssoro, les conspirateurs n’ayant plus qu’à cueillir le pouvoir comme un fruit mûr.

184En janvier 1964, la convention du MNR désigne Federico Fortún, secrétaire exécutif du CPN et fidèle de Paz, comme candidat à la vice-présidence aux élections de mai et écarte du même coup la candidature de Barrientos. Mais en février, Barrientos est victime d’un mystérieux attentat. La légende veut que la balle qui lui était destinée ait heurté un insigne ailé de la Force aérienne des Etats-Unis qu’il portait sur la poitrine ; elle fut ainsi déviée, ne lui causant qu’une blessure superficielle. Transporté dans un hôpital nord-américain de la zone du canal de Panama, il se rétablit rapidement. "L’insigne magique" ajoute encore au charisme héroïque du général aviateur et Paz Estenssoro, harcelé par les militaires et le Bloque de defensa del MNR animé par Siles Zuazo, n’a d’autre ressource que d’inviter Barrientos à être le candidat du parti à la vice-présidence.

185Les élections qui ont lieu en mai donnent une majorité d’autant plus écrasante au “duo” Paz-Barrientos que l’opposition, de droite comme de gauche, décide de ne pas présenter de candidats et d’appeler à l’abstention. Les deux élus prennent leurs fonctions le 6 août, date de la fête nationale, comme le veut la tradition. Leur mésentente devient vite publique et Barrientos s’installe à Cochabamba, là où il compte ses alliés les plus sûrs.

  • 101 Gal. Gary Prado Salmon, op.cit., p. 152.

186L’insurrection est amorcée le 3 novembre à La Paz lorsque la garnison du Quartier général de Miraflores fait (soi-disant) prisonnier le général Ovando. Aussitôt le général Barrientos soulève les militaires et les civils de Cochabamba. Et dans la nuit du 3 au 4 novembre, les principales garnisons du pays se déterminent à leur tour en faveur d’un gouvernement militaire. A La Paz, la police et les milices contrôlent encore la situation, mais Barrientos menace de lancer ses troupes à l’assaut. Le 4, à 9 h 30, Paz, “conseillé” par Ovando, abandonne le pays. Comme le souligne à juste titre Gary Prado, “les citoyens accueillirent l’intervention des forces armées avec allégresse. L’appui indubitable que reçurent les soldats et les officiers pour contrôler les villes en fournit la preuve : excepté à Laïkacota (une colline de La Paz où un groupe de miliciens affronta l’armée), il n’y eut pas de résistance en faveur du MNR”101.

187A observer la situation politique pendant les mois qui précèdent le coup d’Etat militaire, on s’aperçoit que le “héros” militaire Barrientos prend de l’assurance jusqu’à s’opposer de front au jefe sur le déclin. Un caudillo se trouve donc en mesure de succéder à l’autre. Et, sans nul doute, le fait qu’il existe une solution politique de remplacement aussi visible précipite la chute de Paz. D’une part, les opposants politiques de quelque bord qu’ils soient (à l’exception de certains trotskystes) se tournent vers lui pour demander une intervention de l’armée, d’autre part, divers secteurs de la population civile s’offrent à lui servir de clientèle, ou simplement l’acclament, comme une sorte de sauveur.

188En outre, Paz Estenssoro est de plus en plus isolé face à une opposition “boule de neige” qui unit dans un même élan transfuges, expulsés et “factionnels” du MNR (civils et militaires), partis politiques de droite (la phalange bien sûr, le PSD, et le parti libéral qui se réveille à l’occasion) et partis politiques de gauche (staliniens et trotskystes).

189Pour ce qui est des factions movimientistas opposantes à Paz Estenssoro elles sont momentanément regroupées dans le Bloque de defensa del MNR à l’instigation de Siles Zuazo. Mais cette union n’est porteuse d’aucun autre projet commun que celui d’abattre le jefe. Elle est donc annonciatrice d’un nouvel éclatement.

190Cette opposition tous azimuts, plus convergente que véritablement concertée use de tous les moyens, légaux et illégaux, violents et non violents, pour arriver à ses fins. Et une sorte de division du travail par “spécialité” aboutit à ce que les secteurs à l’origine ralliés au MNR sont détachés les uns après les autres de l’appareil du parti contrôlé par Paz Estenssoro, et reliés à l’un de ses rivaux. Lechin encadre les mineurs, Barrientos les paysans, le parti communiste les fabriles, la phalange les étudiants et les enseignants, Siles Zuazo et Guevara Arze le reste des couches moyennes.

191Paz Estenssoro ne dispose donc plus d’aucune base sociale d’appui excepté quelques groupes de fonctionnaires et des franges de la paysannerie qui demeureront néanmoins passives au moment du coup d’Etat. Mais il lui reste encore des forces armées : des milices, la police et notamment le puissant Control politico, et enfin le régiment d’escorte présidentiel Waldo Ballivián, puissamment armé, commandé par des officiers directement appointés par la présidence.

  • 102 Cf. Gal. Gary Prado Salmon, op. cit., p. 154, William H. Brill, op. cit., p. 154, Sergio Almaraz P (...)

192Il faut encore mentionner le contexte international dans lequel se déroule le coup d’Etat. Les Etats-Unis sont englués dans la guerre du Vietnam et, sous la présidence de Johnson, le Pentagone et la C.I.A. jouent un rôle important dans la formulation de la politique extérieure. Leur souci majeur est d’éviter que la guérilla prospère en Amérique Latine. Leurs émissaires incitent les officiers à intervenir plus activement dans la vie politique. Les visées de certaines agences gouvernementales nord-américaines coïncident donc avec les ambitions des conspirateurs locaux qui sont ainsi confortés dans leurs actions102.

  • 103 A la fin du mois d’octobre, les manifestations qui ont lieu dans les villes et dans les mines, rép (...)

193L’action militaire proprement dite démarre alors que les plus bruyantes des oppositions politico-sectorielles, à la suite de manifestations plus ou moins engrenées les unes aux autres, ont réussi à provoquer un début de guerre civile103. Et la bataille est facilement gagnée parce que - en grande partie grâce à l’habileté manœuvrière d’Ovando - l’appareil coercitif gouvernemental se disloque. Seules les milices civiles résistent quelques heures à La Paz.

Notes

1 Cf. Mario Rolon Anaya, Política y partidos en Bolivia, La Paz, Juventud, 1966.

2 Hochschild, un des trois barons, était d’origine juive allemande. Avant le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, il y eut un afflux de migrants juifs fuyant l’Allemagne et l’Autriche : 7 595 juifs allemands et 1 402 juifs autrichiens en 1938 et 1939.

3 COB, Programa ideológico y estatutos de la Central Obrera Boliviana aprobados por el Congreso Nacional de Trabajadores, La Paz, brochure, 1954, p. 21.

4 Antonio Garcia, “Los sindicatos en el esquema de la revolución nacional : el sindicalismo en la experiencia boliviana de nacionalización y desarrollo”. El trimestre económico, 33 (132), oct.-déc. 1966.

5 COB, Programa ideológico y estatutos... op. cit.

6 Christopher Mitchell, Reformers as revolutionaries : the tragedy of Bolivia’s Movimiento Nacionalista Revolucionario (1952-1964), Ph.D., Harvard University, 1971, p. 99.

7 Ibid., p. 101.

8 Ibid.

9 André Siegfried, Amérique latine, Paris, Armand Colin, 1934, p. 89.

10 Sauf une, celle de 1878, de brève durée. L’expression “régime de prépondérance présidentielle” est de Jacques Lambert in Amérique latine : structures sociales et institutions politiques, Paris, Presses Universitaires de France, 1963, p. 304 et chap. IV de la 4ème partie.

11 Cf. Richard W. Patch, “The last of Bolivia’s MNR ? Tensions between personalism and party in politics”, West Coast South America Series XI (5), 1964 ; Mario Pando Monje, Los movimientistas en el poder, La Paz, El Siglo, 1969 : Victor Paz Estenssoro, Discursos parlamentarios, La Paz, Canata, 1955.

12 Richard W. Patch, The last of Bolivia’s MNR ?... op. cit.

13 Lilo Linke, Viaje por la revolución, Quito, Casa de la Cultura ecuatoriana, 1956, p. 42.

14 Mario Pando Monje, op. cit. p. 219.

15 René Zavaleta Mercado, Bolivia, el desarrollo de la conciencia nacional, Montevideo, Dialogo, 1967, p. 149.

16 Ibid.

17 La loge militaire Razón de Patria (RADEPA) est fondée en 1935 par un groupe d’officiers prisonniers au Paraguay. Elle professe un réformisme nationaliste et moralisateur proche du fascisme.

18 Le MNR organise un coup d’Etat le 27 août 1949 qui aboutit à la création de juntes révolutionnaires départementales fusionnant en un gouvernement révolutionnaire le 3 septembre à Santa Cruz. Les insurgés céderont finalement, le 14 septembre, aux assauts des troupes loyalistes.

19 Cf. A. Camacho Peña, “Los militares en la política boliviana” in Fuerzas armadas, poder y cambio, Caracas, Tiempo Nuevo, 1971.

20 Manifeste du 27 décembre 1952.

21 Lucha Obrera, La Paz, 3 août 1952.

22 Cf. James M. Malloy, Bolivia : the uncompleted revolution, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1970.

23 Charles D. Corbett, “Military institutional development and socio-political change : the Bolivian case”, Journal of Interamerican Studies of World Affairs, 14 (4), novembre 1972.

24 Une documentation abondante sur le sort des militaires emprisonnés figure dans les livres-témoignages de divers opposants au régime de Paz Estenssoro, eux-mêmes arrêtés et jetés en prison. Voir notamment H. Landivar Flores, El infierno en Bolivia, La Paz, Burillo, 1964 ; H. Barriga Antelo, Laureles de un tirano, La Paz, Burillo, 1965 ; Alberto Ostria Gutierrez, Un pueblo en la cruz, op. cit., etc.

25 Manifiesto del Sr. teniente-coronel Milton Delfín Cataldi, Jefe de Estado-Mayor del Ejercito a los señores jefes y oficiales del Ejercito nacional, La Paz, brochure, 20 mai 1952.

26 Cf. Cl. Francisco Barrero, RADEPA y la revolución nacional, La Paz, Urquizo, 1976. Robert J. Alexander, La revolución nacional boliviana, La Paz, Dirección nacional de informaciones, 1961 ; Revista militar de 1953 à 1956, notamment les n° 183 et 217-218 ; “Carta Mensaje del general Ovando a los JJ OO de las FF AA”, Revista Militar, avril-juin 1968.

27 Gal. Gary Prado Salmon, Poder y fuerzas armadas 1949-1952, La Paz, Los amigos del libro, 1984, p. 55.

28 Robert J. Alexander, op. cit., p. 158.

29 Cf. Hugo Roberts Barragán, La revolución del 9 de abril. La Paz, Burillo, 1971.

30 Guillermo Bedregal, Los militares en Bolivia : ensayo de interpretación sociológica. La Paz, Los amigos del libro, 1971.

31 Dirección de informaciones, 1956.

32 Cf.René Lopez Murillo, Los restaurados. La Paz, Novedades, 1966.

33 Cf. Luis Antezana Ergueta, “La revolución campesina en Bolivia”, Cuadernos de Hoy, 1 (4), p. 91.

34 Cf. René Lopez Murillo, op. cit., et Juan Lechin, déclarations à la revue Ercilla, Santiago de Chile, 9 août 1955.

35 Cf. United States Army Handbook for Bolivia, Washington, The American University, 1963. Lechin avançait le chiffre de 30 000 hommes, Ercilla, op. cit.

36 En juin 1953, la COB crée un comando national des milices et des comandos départementaux, et le comité exécutif de la COB comprend un secrétaire national des milices.

37 René Lopez Murillo, op.cit., p. 54.

38 Cf. Gal. Gary Prado Salmon, op. cit., p. 54.

39 Pour une description de la tentative de coup d’Etat, Cf. René Canelas Lopez, Teoría del motín y las sediciones en Bolivia, La Paz, Los amigos del libro, 1983, p. 239-242 et Manuel Frontaura Argandoña, La revolución boliviana, La Paz, Los amigos del libro, 1974, p. 311.

40 Antonio García, op. cit.

41 Décret du 7 février 1944 qui garantit les dirigeants syndicaux contre les licenciements et contre les transferts de postes non consentis. Les dispositions de ce décret furent maintes fois violées par la suite.

42 Cf. Antonio García, op. cit.

43 Ibid.

44 Cf. Dwight B. Heath, “Land reform in Bolivia”, Interamerican Economic Affairs, 12 (4), 1959.

45 La littérature concernant les relations de clientèle est très fournie. Pour une analyse fouillée de cette notion ainsi qu’une bonne sélection bibliographique, Cf. S.N. Eisenstadt et Louis Roninger, “Patron client relations as a model of structuring social exchange”. Comparative Studies in Society and History, 22 (1), janvier 1980, p. 42-77.

46 Cf. Vincent Lemieux, Le patronage politique, une étude comparative, Laval, Presses de l’Université de Laval, 1977 et Georges Ribeill, Tensions et mutations sociales, Paris, P.U.F., 1979, notamment les pages 192 à 202.

47 Cf. Robert J. Alexander, op. cit., p. 215.

48 Cornelius Zondag, La economía boliviana (1952-1965), La Paz, Los amigos del libro, 1968, p. 85.

49 Richard W. Patch, “The last of Bolivia’s MNR ?”, op. cit.

50 A la mi-1962, les manifestations d’appui à Lechin se multiplient. C’est alors qu’une intense campagne est déclenchée contre lui. On l’accuse même de trafic de cocaïne. Envoyé à Rome comme ambassadeur, il en revient en juin 1963.

51 Christopher Mitchell, op. cit., p. 183-184.

52 Ibid. p. 182.

53 Ibid., p. 212.

54 Cf. Nazario Pardo Valle, Calendario histórico de la revolución nacional, La Paz, Universo, 1957, p. 143-144.

55 Le Bloque reestructurador est supervisé par le ministre de l’Intérieur, José Cuadros Quiroga, qui lui assure une rente mensuelle de 10 millions de bolivianos. Quand celui-ci renonce à sa charge à la mi-1958, Walter Guevara Arze, nouveau ministre de l’Intérieur, assume à son tour cette responsabilité. Les activités du Bloque sont coordonnées avec celles des milices et des comandos du MNR. Cf. Guillermo Lora, Movimiento obrero contemporaneo (1952-1979), La Paz, Masas, 1979, p. 464-470.

56 Cf. Laurence Whitehead, “Estados Unidos y Bolivia : un caso de neo-colonialismo”, Letras bolivianas, Il (9), juin 1970.

57 Cf. Jaime Ponce García, Thomas Shanley, Antonio Cisneros, Breve historia del sindicalismo boliviano. La Paz, IBEAS, ronéo., 1968, p. 99-104.

58 Cf. Richard Thorn, “The economic transformation”, in Beyond the revolution : Bolivia since 1952, Malloy, James M., and Thorn, Richard S., (eds), Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1971, p. 187. Pour ce qui est des mines, Cf. René Canelas O., Mito y realidad de la corporación minera de Bolivia, La Paz, Los amigos del libro, 1966, p. 93 et 97.

59 Dans son discours-bilan de fin de mandat, Siles Zuazo se plaint qu’à certains moments de sa présidence, il y avait jusqu’à 50 conflits par jour. Hernán Siles Zuazo, Cuatro años de gobierno, Mensaje al Honorable Congreso nacional, 6 de Agosto 1956-1960, La Paz, Burillo, 1960.

60 Guillermo Lora, Movimiento obrero contemporaneo, op. cit., p. 67.

61 Selon Zondag, le secteur agricole bénéficia de la réforme monétaire dans la mesure où il reçut immédiatement un meilleur prix pour ses productions. Cornelius H. Zondag, op. cit., p. 90.

62 Les Crucéniens ne pardonneront jamais à Siles Zuazo de leur avoir envoyé cette “horde sanguinaire”.

63 Cf. Jorge Dandler, “La champa guerra” de Cochabamba : un proceso de desgregación polìtica”, in Fernando Calderon, Jorge Dandler, eds., Bolivia : la fuerza historica del campesinado, Cochabamba, CERES/UNRISD, 1984, p. 201-241.

64 Paz abandonne son poste d’ambassadeur à Londres pour revenir en Bolivie en juillet 1959.

65 Cf. les témoignages romancés de Nestor Taboada Teran, Indios en rebelión : hechos de la revolución boliviana, La Paz, Los amigos del libro, 1968.

66 Cf. Jorge Dandler, “La champa guerra... ”, op. cit.

67 Pour plus de détails sur les problèmes politiques crucéniens. Cf. Ronald Bruce Palmer, Politics and modernization in Bolivia : a case study of Santa Cruz de la Sierra, 1935-1964, Ph.D., University of California, Los Angeles, 1979, et Lawrence Whitehead, “National and local power : the case study of Santa Cruz de la Sierra, Bolivia”, Latin American Urban Research, 3 (73), p. 23-46.

68 Cf. Ronald Bruce Palmer, op. cit.

69 Cf. Alfredo Ibañez Franco, Dr Melchor Pinto Parada : arquetipo y vigia de la Cruceñidad, Santa Cruz, Los Huerfanos, 1978, p. 23-25.

70 Le CPSC compte alors en son sein 46 organisations, dont la Chambre de commerce et d’industrie, la Chambre d’agriculture orientale, la Fédération des transporteurs, des gremios d’artisans, des associations de profesionales, des clubs sportifs.

71 A l’époque coloniale, le cabildo est un corps de magistrats qui s’occupent de l’administration de la ville et font office de juges de paix. Il comprend des regidores (échevins) qui sont désignés par cooptation ou achètent leur office et des alcaldes que les regidores élisent au début de chaque année. En temps de crise, on réunit le cabildo abierto qui n’est plus un corps de magistrats, mais l’assemblée du peuple, c’est-à-dire des vecinos.

72 Cf. Luis Sandoval Moron, Revolución y contrarrevolución en el oriente bolivano, Santa Cruz, ronéo, s.e., p. 141.

73 Ibid., p 147.

74 Cf. Alfredo Ibañez Franco, op. cit., p. 41.

75 Cf. Lawrence Whitehead, National and Local power op. cit.

76 Cf. Richard C. Bath, The Bolivian MNR and the Mexican PRI : a structural functional comparative analysis within the context of their respective political Systems, Ph. D., Tulane University, 1970, p. 316 et 349. Il examine notamment le cas de l’Université de Cochabamba entre 1954 et 1964, où il y a autant d’accrochages publics entre groupes étudiants que de manifestations anti-gouvernementales.

77 Ibid., p. 341.

78 Cf. Gal. Gary Prado Salmon, op. cit., p. 85-99.

79 Cf. Charles D. Corbett, op.cit., p. 85-99.

80 En mai 1960, des préfets militaires sont nommés dans chaque département. Cf. le témoignage du général David Padilla Arancibia, désigné à cette occasion préfet du département du Pando, in Decisiones y recuerdos de un general, La Paz, Boliviana, 1981.

81 Il est toutefois important de signaler que l’aide militaire américaine n’a jamais vraiment cessé. Elle a notamment pris la forme d’une aide aux instituts de formation militaire et de bourses aux futurs officiers et sous-officiers. Dès 1954, certains sont reçus à L’U.S. Army School of the Americas (Panama). Le nombre des boursiers augmente ensuite chaque année. Cf. Charles Corbett, op.cit.

82 Cf. Gal. Gary Prado Salmon, op.cit, deuxième partie, chap. I.

83 Décret 0741-65, décembre 1961. Le conseil se réunit pour la première fois le 25 mai 1962.

84 Selon James Wilkie, “US foreign policy and economic assistance in Bolivia, 1948-1976”, in Jerry R. Ladman (ed.), Modern day Bolivia : Legacy of the Revolution and Prospects for the Future, Tempe, Arizona State University, 1981, entre 1957 et 1958, 22, 8 % des aides américaines ont été absorbées directement par le budget national. On peut supposer qu’une partie de ces fonds est allée grossir le budget de l’armée.

85 Robert P. Case, “El entrenamiento de los militares latinoamericanos en los Estados Unidos”, in Virgilio Rafael Beltran, El papel político y social de las Fuerzas Armadas en America latina, Caracas, Monte Avila, 1970, p. 333-350.

86 Robert P. Case, op.cit.

87 Charles D. Corbett, op.cit,. Fort Bragg est une école spécialisée dans la propagande, le contrôle des mutineries, les opérations tactiques de contre-guérilla, l’espionnage et le contre-espionnage, le maintien de l’ordre public.

88 Cf. William H. Brill, Military civic action in Bolivia, Ph. D., University of Pennsylvania, 1965.

89 Il faut considérer ces chiffres avec beaucoup de prudence. Selon Brill, op.cit., il n’y avait que 7 000 à 8 000 hommes, et ce en début d’année ; ensuite, vu la pauvreté du budget, une partie des conscrits fut renvoyée dans ses foyers et l’armée se retrouva avec un total de 4 à 5 000 hommes.

90 Cf. la lettre du général aux chefs et officiers de l’armée reproduite in Revista Militar, 294, 1968.

91 Vincent Lemieux, op.cit., p. 212.

92 Alfonso Camacho Peña, op.cit., p. 343.

93 Gal. Gary Prado Salmon, op.cit., p. 131.

94 Jorge Dandier, “La champa guerra... ”, op.cit..

95 Robert McNamara, cité par Philippe Meyer, Critique, 363-364, août-septembre 1977.

96 Gal. Gary Prado Salmon, op.cit., p. 132.

97 Gal. Gary Prado Salmon, op.cit., p. 130.

98 Ibid., p. 153-155.

99 Ibid., p. 156-157.

100 Cf. outre le Gal. Gary Prado Salmon, William H. Brill, Military intervention op.cit. ; Christopher Mitchell, op.cit., chap. V ; Mario Pando Monje, op.cit., chap. XIV et XV ; Luis Antezana Ergueta, Hernán Siles Zuazo..., op.cit., chap. V et VI ; Jaime Otero Calderón, “Dilucidación histórica (4 de noviembre de 1964) ”, El diario, 1er novembre 1970.

101 Gal. Gary Prado Salmon, op.cit., p. 152.

102 Cf. Gal. Gary Prado Salmon, op. cit., p. 154, William H. Brill, op. cit., p. 154, Sergio Almaraz Paz, Requiem para una republica, La Paz, Universidad mayor de San Andrés, 1969, p. 22.

103 A la fin du mois d’octobre, les manifestations qui ont lieu dans les villes et dans les mines, réprimées par la police font 35 morts et plus de 100 blessés. Cf. Trifonio Delgado Gonzales, 100 años de lucha obrera en Bolivia, La Paz, Isla, 1984, p. 341.

Table des illustrations

Titre Diagramme de la structure du MNR (1952-1956)
Légende Source : Christopher Mitchell, Reformers as revolutionaries : the tragedy of Bolivia's Movimento Nacionalista Revolucionario (1952-1964), Ph. D., Harvard University, 1971, p. 99.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Connexité et autorité
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Clientélisme et stabilité (1952-1956)
Légende 1) Selon Vincent Lemieux pour qu’il y ait relation de patronage, il faut qu’entre deux clients potentiels A et B et un patron P, la relation qui s’établit concerne soit A et P, soit B et P, soit (A et P) et (B et P), c’est-à-dire que la relation soit disjonctive. C’est bien sûr l’aspect discrétionnaire, informel, de la relation qui est ainsi mis en relief ; le traitement préférentiel du client.2) La relation de patronage change le rapport de pouvoir entre deux personnes. “Il y a pouvoir de A envers B lorsque A fait faire à B une certaine action, ou encore quand il ne fait pas une action que B lui demande”. Partant de cette définition, Lemieux distingue 4 modèles de relations de pouvoir :- les relations de co-puissance marquées par le pouvoir positif des deux acteurs (=) ;- les relations de suprapuissance ou, à l’inverse d’infrapuissance, quand un des deux acteurs exerce du pouvoir positif ou négatif envers l’autre celui-ci, étant réduit à du non-pouvoir (>, <) ;- les relations de surpuissance ou, à l’inverse de sous-puissance, “quand un des acteurs exerce généralement le pouvoir positif ou négatif envers l’autre, celui-ci exerçant à l’occasion le pouvoir positif sans qu’il réussisse généralement à imposer du pouvoir négatif” (>, <) ;- les relations de co-impuissance, “généralement marquées par le pouvoir négatif, sans plus, de chacun des deux acteurs” (=).La relation d’infrapuissance dans laquelle se trouve le candidat à la clientèle est transformée en relation de sous-puissance par celle-ci. En d’autres termes, le client en situation d’indigence de pouvoir acquiert une parcelle de celui-ci par la relation de clientèle.3) L’opération de clientèle sert au patron à transformer ses relations de pouvoir avec ses rivaux ou, plus exactement, “le patron grâce aux moyens obtenus du client tente de transformer sa non supra-puissance par rapport à des rivaux en supra-puissance”. L’ensemble des conditions du patronage est résumé dans la définition suivante : “le patronage est une opération créant des relations disjonctives de patron à client, par laquelle le patron transforme une relation d’infrapuissance du client en une relation de sous-puissance par rapport à lui, le patron, qui, grâce aux moyens obtenus du client, tente de transformer sa non supra-puissance par rapport à des rivaux en supra-puissance”.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Le MNR et la société bolivienne en 1960
Légende Source : Christopher Mitchell, Reformers as revolutionnaries : the tragedy of Bolivia’s Movimiento Nacionalista Revolucionario (1952-1964), Ph. D. Harvard University, 1971, p. 199-
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1041/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Clientélisme et stabilité (1956-1960)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1041/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540