Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique à l’aube du troisième millénaire

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Jean Revel-Mouroz

Deuxième partie. Économie et territoire : les enjeux de l'ouverture

Chapitre 7. Le modèle territorial du Mexique vers l’an 2000 : à la recherche d’un scénario viable

Daniel Hiernaux 

Texte intégral

1Après un sexennat assez gris, celui qui commença le premier décembre 1988 laisse entrevoir de fortes possibilités de transformation dans l’économie et la société mexicaine. Il est vrai que les variables qui peuvent produire le changement sont apparues depuis un certain temps : elles obéissent à des modifications substantielles dans le système-monde et à l’évolution même du pays ; des transformations fondamentales se dessinent donc au Mexique, qui mettent en jeu de nouveaux mécanismes de concertation/conflit et qui entraînent des changements profonds dans le binôme stabilité/évolution.

2Il ne fait de doute pour personne que les changements les plus importants se situent dans les sphères de l’économie et de la politique, champs de production de nouvelles conditions générales de fonctionnement du pays. L’hypothèse centrale de cette communication, est que le territoire mexicain est, lui aussi, profondément marqué par les modifications de l’environnement social, politique et économique, mais de plus, qu’il est en passe de devenir un des éléments - clé de ces transformations : support et agent de changement, le territoire est un des éléments en pleine transformation en cette fin de millénaire.

3Dans ce chapitre, nous ébaucherons un bref panorama des conditions actuelles de la structure territoriale du Mexique à l’heure actuelle, pour mettre ensuite en évidence les variables de changement qui impriment une nouvelle dynamique au territoire. La présentation des premières ébauches des transformations du territoire, servira de base pour proposer trois scénarios, qualitatifs, qui peuvent guider la réflexion sur les transformations du territoire dans les quinze prochaines années.

LA STRUCTURE TERRITORIALE MEXICAINE DANS LES ANNÉES QUATRE-VINGT

4Le territoire mexicain, à la fin des années quatre-vingt, commence à se transformer sous le coup de l’intervention de divers facteurs de changements que nous analyserons par la suite, et du fait des potentialités offertes par ce territoire

5Cependant, ces modifications ne se présentent encore que sous la forme de processus embryonnaires, difficilement quantifiables et qu’il est de plus difficile de saisir dans toutes leurs implications. De ce fait, les études actuelles sur le territoire au Mexique, tendent souvent à faire table rase des facteurs de changements, et à s’intéresser essentiellement aux grandes tendances issues du passé. Celles-ci peuvent se résumer en quelques points essentiels :

6- Les facteurs de centralité de tout le système mexicain, tant en économie comme en politique ou pour les affaires sociales, ont forgé un modèle de territoire radial, doté d’un centre de pouvoir écrasant, la ville de Mexico, qui a offert, jusqu’à il y a peu, de maigres possibilités de croissance économique et politique, aux espaces que l’on peut qualifier de “périphériques”. Ce modèle centraliste a toutefois été fonctionnel pour l’ensemble du pays en termes généraux, car le projet politique de la Révolution mexicaine a permis certains mécanismes de redistribution et de cooptation, qui ont maintenu la stabilité dans la centralité : en d’autres termes, le système politique mexicain a su habilement éviter l’éclatement du projet monocentral en réduisant les possibilités d’éclosion de facteurs d’entropie (formations de groupes économiques régionaux trop puissants, éclosion de mouvements de revendications régionales, etc.).

7A notre avis, la formation d’un espace aussi centralisé, n’a pas été seulement le fait d’une imposition permanente du centre sur les périphéries, mais aussi le fruit d’accords entre certains groupes de pouvoir local avec le centre, pour partager les retombées des bénéfices du modèle. Il faut aussi rappeler que la centralité a toujours été présente dans les diverses périodes historiques du pays.

8Cette centralité est aujourd’hui en crise, peut être moins à cause de l’émergence d’une contestation depuis les espaces périphériques, que du fait de l’incapacité et du manque de volonté du système politique et économique, d’assurer la continuité des mécanismes de contrôle imposés pendant plusieurs décennies : les syndicats, le parti unique - ou presque - les dépenses publiques, entre autres...

9L’inégalité exacerbée est aussi une des expressions les plus crues du modèle dominant. Cette inégalité, vue aussi bien dans la perspective des gagnants que dans celle des perdants, atteint un niveau tel, qu’elle met en cause les fondements même du modèle antérieur. Les inégalités imposées par le système mexicain quant aux subsides aux services publics urbains, représentent actuellement un des facteurs de discorde, autant du point de vue des perdants séculaires, les villes de province qui cherchent à améliorer leurs conditions relatives pour “gagner une place” dans le nouveau modèle de territoire qui se dessine, comme du point de vue de la ville de Mexico, qui perd progressivement ses avantages comparatifs comme lieu privilégié de la croissance.

LES FACTEURS DE CHANGEMENTS

10Les modification des relations internationales sont, sans aucun doute, une des variables essentielles dans la compréhension des transformations territoriales en cours au Mexique. L’émergence à partir des années soixante-dix, d’un système mondial hiérarchisé, différent de celui qui s’était imposé dans l’après-guerre, impose la redistribution partielle des cartes à l’échelle mondiale et à la restructuration de l’espace.

11Dans un premier temps, les années soixante-dix, le Mexique, s’est inscrit dans ces modifications en utilisant le pétrole comme un élément moteur de changement. L’image du territoire mexicain vers 1980, reflétait déjà l’importance de la variable pétrolière. Une fois réduite son importance à une dimension plus acceptable pour les pays développés, peu enclins à admettre les impositions issues de ressources naturelles qui ne se trouvent pas sous leur contrôle, le Mexique a dû miser sur d’autres facteurs à l’échelle internationale. En cherchant aussi à réduire ses ancrages dans le modèle antérieur en se mettant, entre autres, à la pointe des négociations pour la restructuration de la dette, le Mexique a pris une série de mesures économiques qui présentent de nouvelles perspectives d’insertion dans l’économie mondiale.

12L’ensemble de ces mesures, — l’ouverture aux investissements étrangers, l’assouplissement des régimes fiscaux aux échanges internationaux, l’entrée dans les grandes arènes de concertation de l’économie mondiale entre autres — sont des facteurs puissants, bien qu’apparemment lointains, dans la nouvelle structuration du territoire mexicain.

13La modification des relations internationales, ouvre de nouvelles perspectives de croissance à des espaces, essentiellement de la périphérie, auxquels on n’attachait qu’une importance secondaire dans les années antérieures. C’est le cas des villes moyennes, mais aussi de certains espaces négligés qui découvrent soudainement leur proximité géographique de centres importants de l’économie d’autres pays.

14Les changements économiques internes ont, eux aussi, un poids significatif dans la restructuration du territoire mexicain. La perte de pouvoir d’achat des classes moyennes, fortement concentrées dans la capitale, réduit par exemple l’intérêt de nouvelles localisations d’unités de production autour de celle-ci, mais joue aussi un rôle dans les pertes d’emploi, nettement plus sensibles dans la ville de Mexico que dans les villes de province, métropoles régionales et villes moyennes.

15D’autres facteurs sont à prendre en compte : le renchérissement des transports pourrait aussi provoquer la réduction progressive des triangulations commerciales par Mexico, qui permettent à celle-ci de bénéficier de prix inférieurs au reste du pays, et cela, non seulement pour les biens publics mais pour l’ensemble des biens commerciaux. Il faudrait s’attacher aussi à l’étude du rôle de la restructuration de la banque nationale en trois temps, d’abord celui de la nationalisation/centralisation, puis la réouverture via les maisons de bourse, puis la reprivatisation en cours, comme un des facteurs de changements quant à l’accès au capital dans les régions du Mexique

16En résumé, on peut observer dans l’économie mexicaine actuelle, une série de transformations dans les formes de production, les marchés, l’accès au capital, les relations capital-travail, entre autres, qui réorientent le fonctionnement du territoire et imposent de nouveaux enjeux.

17Les mutations dans le rôle de l’État sont au centre des grands débats idéologiques de cette fin de millénaire. Toutefois, il est important de ne pas surestimer celui-ci comme agent des processus territoriaux. Les recherches au Mexique, tendent souvent à vouloir démontrer, à tort, le rôle essentiel de l’État dans le processus de production de l’espace.

18Si comme dans l’ensemble des pays capitalistes, l’État mexicain doit être compris comme un des agents importants de la formation du territoire, il n’en est pas moins vrai que ce sont les forces de la production qui ont joué le rôle essentiel, soit directement, soit en orientant les interventions de l’État. La relation entre l’État et les capitaux privés est d’ailleurs en train de se modifier radicalement, dans la mesure où l’État diminue ses prétentions d’orientation de l’économie nationale et des localisations correspondantes, mais continue, par des moyens différents, à appuyer les intérêts privés. Un exemple pourra sans doute illustrer notre proposition. A l’heure actuelle, l’État ne joue plus dans le tourisme, le rôle de promoteur de nouveaux “pôles” comme Cancún ou même plus récemment, Huatulco : il se propose maintenant d’appuyer les propositions des groupes de capitaux privés qui développent de nouveaux centres (non “intégrés” comme on les appelait auparavant, ni planifiés par l’État), comme Punta Diamante, nouvelle étape dans la croissance d’Acapulco.

19Outre cette modification essentielle de la relation État-capital, c’est dans les infrastructures, les équipements collectifs et les biens sociaux comme le logement public, que le changement est le plus sensible pour ce qui a trait à la participation de l’État dans la production de l’espace. La prétention de remettre aux mains du marché la production et les services correspondants, intègre une nouvelle dimension à ces éléments, celle de la rentabilité immédiate et de l’adéquation aux besoins de la restructuration du capital.

20Encore une fois, l’exemple du tourisme peut être d’utilité : un des grands projets d’autoroute est celui de Chilpancingo à Acapulco, dont la construction et le service sont aux mains du secteur privé, mais qui avec l’appui de l’État a commencé à construire à toute vitesse, l’élargissement à quatre voies de la grand-route de Cuernavaca à Chilpancingo. La rationalité des travaux publics est désormais, plus que jamais, sous la coupe des besoins des secteurs dynamiques de l’économie.

21La sphère du politique et des changements sociaux, constitue, elle aussi, une des variables centrales dans la compréhension des phénomènes de transformation du territoire que le pays commence à vivre.

22Le transfert, prudent encore, de responsabilités fédérales vers les pouvoirs locaux (États et municipalités) s’est accompagné de transferts réduits mais réels de ressources. L’usage de ces dernières obéit davantage aux conditions locales que dans le passé, sans pour cela que ne soient éliminées les tendances centralistes.

23Mais il semblerait que les gouvernements locaux retrouvent l’usage de l’initiative, longtemps ankylosée par la pratique du centralisme. Celle-ci se manifeste entre autres, dans une autonomie grandissante pour l’établissement de nouveaux modèles de relations entre économie et territoire : on voit poindre, peu à peu, des initiatives locales importantes qui constituent la base de certaines transformations du territoire. C’est le cas du Yucatán qui a assuré avec un succès certain, la promotion internationale des avantages comparatifs qu’il offre pour l’établissement de maquiladoras le long de la “frontière maritime”.

24L’accès de l’opposition à certains espaces régionaux, comme le cas du gouvernement de l’État de Basse Californie gagné par le Parti d’action nationale (PAN), promet un jeu très différent dans les relations entre territoire et changements économiques. Il est désormais certains, que de nouvelles initiatives et de nouveaux modèles de gestion locale pourront s’imposer, capables de modifier la relation État-territoire.

25Quant aux changements sociaux, les processus en cours comme le fractionnement des blocs syndicaux liés à l’État, ou l’émergence de la société civile comme acteur de plus en plus conscient de son rôle dans le futur du pays, sont des facteurs de changements profonds du territoire, car ils supposent des relations autres, moins médiatisées, des groupes sociaux avec leur territoire-support. L’émergence d’initiatives locales de portée croissante, modifiera non seulement la structure des relations sociales et le modèle social mexicain, mais aussi, la relation entre les mouvements sociaux et le territoire. De façon exploratoire, il faudrait s’interroger sur l’importance que la reconnaissance probable de l’Église ou des églises, par l’État, aura sur la participation grandissante de celle-ci dans les mouvements sociaux locaux, comme c’est le cas pour les églises centraméricaines.

26La relation société-nature est aussi en train de souffrir des changements importants. L’épuisement des ressources est sans doute un des facteurs importants qui est de plus en plus pris en compte, pour les nouvelles croissances ; l’élément eau par exemple, est vital pour le futur de la ville de Mexico, mais aussi pour les perspectives de villes secondaires dans le cadre de la modernisation. C’est le cas de Monterrey par exemple, ou des villes de la Basse Californie.

27D’autre part, nous proposons l’hypothèse que les groupes sociaux et économiques qui maintiennent un pouvoir certain sur le futur de la société mexicaine, sont en passe de devenir les plus fervents défenseurs de la recherche d’un environnement meilleur. Nous ne croyons pas que l’essor des mouvements et des préoccupations écologistes, soit exclusivement le fait des intellectuels et des classes moyennes éclairées. Au contraire, il semblerait qu’une conscience nationale commence à se développer à ce sujet, avec d’ores et déjà une forte inquiétude des groupes dominants, qui, en se tournant souvent vers l’extérieur, perçoivent mieux la dégradation de l’environnement et surtout des conditions de vie, par rapport aux pays étrangers.

28La recherche d’un environnement meilleur et la conscience des risques de l’épuisement des ressources, peut conduire aussi à de fortes transformations dans la relation société-territoire et dessiner de nouvelles conduites sociétales.

29L’émergence de nouvelles technologies est finalement un des éléments clé des transformations du territoire mexicain dans la prochaine décennie. L’accès aux technologies nouvelles apparaît assez facile au Mexique, comparativement à d’autres pays en développement, notamment ceux du continent latino-américain. Avec le Brésil et peut-être le Venezuela, le Mexique est un des rares pays a avoir commencé une révolution technologique importante en l’espace de quelques années.

30Les études se sont multipliées sur la flexibilité de la production et l’introduction de la robotique dans celle-ci. Les cas d’automation sont sans doute encore limités, mais il semblerait que la capacité de diffusion de ces méthodes soit très élevée, ce qui permet de penser qu’en dix ans, la structure de la production peut être profondément modifiée.

31Mais si l’automation productive est sans aucun doute un facteur de changement important, il en est aussi d’autres qui transforment dans leurs bases, les relations économie-société-territoire. Les communications en sont un bon exemple. Les nouvelles technologies de télécommunication, comme l’usage des satellites, la téléphonie cellulaire, les fax, les communications télévideo, entre autres, connaissent une percée rapide au Mexique à un rythme très supérieur à ce que l’état de l’économie et du pays pourrait laisser prévoir, et il semble que cette pénétration soit un des éléments essentiels de la nouvelle intégration territoriale, en relation avec l’économie internationale.

32Finalement il ne faut pas laisser de côté la révolution silencieuse de l’informatisation croissante de la société, à un rythme sans précédent, qui modifie les relations de travail, les niveaux de productivité, et la vie quotidienne (voir les services bancaires par exemple).

L’ÉBAUCHE D’UN NOUVEAU TERRITOIRE

33Les éléments suggérés auparavant, nous semblent être les variables principales des modifications du territoire qui pointent sous l’accumulation des signes manifestes de centralité et d’inégalité dans le territoire.

34Tous ces éléments peuvent difficilement être quantifiés, et il serait exagéré de prétendre en démontrer l’influence par la présence d’un changement profond dans les relations géographiques. Toutefois, il faut aussi essayer de démontrer l’hypothèse que ces changements sont bien réels et que, d’autre part, la vitesse des transformations est susceptible de s’accélérer dans les prochaines années.

35C’est pourquoi nous pensons que le Mexique en l’an 2000 pourrait bien présenter des surprises si nous ne prenons en compte que l’inertie du passé et si nous négligeons le dynamisme et la capacité de modification des économies et même de l’espace à moyen terme.

36Dans les pages qui suivent, nous essaierons d’ébaucher les modifications du territoire qui nous paraissent essentielles et infléchissent les tendances du passé. L’extension de la frontière est un des éléments de changement les plus sensibles depuis quelques années. La frontière a été, durant de longues années, la “ligne” qui a marqué la différence entre México y el otro lado. Les différences économiques, culturelles et en général de modèle de développement, se sont manifestées de façon sensible pendant plusieurs décennies ; il faudrait maintenant s’interrroger sur la transformation de la “frontière ligne” en “frontière zone”.

37La “frontière zone” s’est construite progressivement à cause de la perméabilité des deux composantes territoriales nationales, mais aussi du fait des intérêts mutuels à développer un modèle régional plus intégré. Toutefois, les nationalismes et les protectionnismes de part et d’autre, n’ont pas permis l’approfondissement de cette intégration. A l’heure actuelle, les conditions semblent favorables à une intégration plus complète qui est même souvent souhaitée par les groupes de pouvoir de part et d’autre de la frontière (voir le cas Tijuana/San Diego).

38Les mesures prises à l’échelle nationale en vue de l’ouverture croissante des économies des deux pays et malgré les réticences protectionnistes, permettent aussi de renforcer l’intégration progressive de l’espace autour de la frontière. Dans le territoire, cette tendance est très nette du fait que la frontière n’est plus une ligne, mais une aire transfrontalière de contact entre deux systèmes économiques et politiques, qui tendent progressivement à une intégration inégale et silencieuse, même si le côté mexicain s’en défend à corps et à cris.

39D’une part, la frontière a été pendant très longtemps une zone très réduite en extension et avec peu de contact avec l’intérieur du pays. Actuellement, la zone de contact s’étend de plus en plus et arrive à intégrer des villes moyennes (Chihuahua, Saltillo...) dans des schémas de production spatialement divisée. On devra donc étudier plus en détail le phénomène de progression de la frontière vers le Sud, qui correspond à l’extension de l’aire d’intégration.

40D’autre part, les phénomènes de production propres à la frontière, s’étendent aussi à d’autre villes : la marche de la sous-traitance vers l’intérieur est très claire dans des villes comme Guadalajara et Toluca par exemple, mais aussi un changement que nous considérons comme essentiel dans l’idéologie du territoire au Mexique. Après avoir tourné le dos à la mer pendant des décennies si ce n’est des siècles, le Mexique reconnaît enfin que le littoral est une frontière. Serait-ce l’influence de la pensée insulaire japonaise ? Quoi qu’il en soit, il faut étudier avec attention, l’émergence de nouvelles zones de production comme l’installation de maquiladoras sur la côte du Nayarit ou du Yucatán.

41L’appauvrissement du Sud est sans aucun doute le contre-pied de l’enrichissement progressif du Nord. Le Sud, ensemble d’États très hétérogènes, présente toutefois des caractéristiques communes depuis plusieurs décennies : la pauvreté et le caractère marginal de sa localisation par rapport aux grands mouvements de l’économie et de la société mexicaine.

42Au vu des changements récents, que peut-il arriver aux États du Sud ? Tout paraît indiquer que l’appauvrissement est inéluctable. Un appauvrissement que nous pouvons qualifier d’absolu et de relatif. Absolu car le Sud perd des emplois, et voit décliner sa production traditionnelle. Relatif, car la distance sociale, économique et même géographique avec le reste du pays ne fait que s’agrandir : alors que la modernisation des voies de chemins de fer, les lignes aériennes et les grands routes se multiplient dans le Centre et le Nord, le Sud recule de plus en plus. Pouvons-nous affirmer de façon provocatrice que le Sud se “centraméricanise” ?

43Il ne fait pourtant aucun doute que certains points du territoire seront “touchés par la grâce” de la croissance et de la modernisation ou le sont déjà. Il s’agit de quelques points dans le territoire du Sud, qui offrent des caractéristiques très adéquates pour certains processus internationaux. Nous avons déjà signalé les maquiladoras du Yucatán. Il faut aussi mentionner les centres touristiques comme Cancún ou Cozumel ou les sites d’exploitation, de transformation ou d’embarquement pétrolier comme Coatzacoalcos, Campeche et Salina Cruz. Quant au reste du territoire, sera t-il condamné à la désintégration au cours des prochaines décennies, maintenu comme réserve de ressources naturelles et de main d’œuvre bon marché ?

44Au milieu des deux processus, le sud qui décline et le Nord qui s’étend quel est le rôle de l’espace central ? Une définition du Centre est la seule affirmation valable que l’on puisse établir à l’heure actuelle. En effet la région centrale, où se situent les anciens espaces de pouvoir, passe par des changements profonds.

45Des pertes d’emploi sont très sensibles surtout dans la ville de Mexico (pertes dans l’aire métropolitaine mais sans doute gain dans les États des alentours). S’agirait-il de la reconstitution de l’espace central en une grande région métropolitaine ou d’une perte nette d’emploi ? L’étude doit en être faite.

46D’autre part, on ne voit pas encore clairement si la modernisation s’impose dans le système productif central comme dans le Nord. Il est bien certain que des innovations technologiques ont déjà pu être détectées dans les entreprises de l’aire métropolitaine, ou que des changements technologiques sont présents dans la ville (informatique, téléphones cellulaires...), mais il n’est pas évident que l’impact relatif soit aussi important que dans le Nord, du fait de l’inertie de la structure productive mais aussi sociale du Centre. A ce sujet, il n’est pas négligeable de prendre en compte que, lors des élections présidentielles de 1988, le Centre a voté davantage pour le maintien du système d’économie mixte (Cárdenas) que pour le changement (Salinas).

47Finalement, la réticulation du territoire et la formation de complexes territoriaux d’innovation est, à notre avis, une des caractéristiques les plus marquantes de ce nouveau territoire qui se précise de plus en plus.

48Les années soixante-dix ont été marquées par l’apparition de pôles de croissance promus par l’État. Las Truchas, Coatzacoalcos-Minatitlán, Cancún entre autres, se sont constitués comme des centres de production de biens et services, dans le cadre d’une politique de développement régional, mais aussi de la recherche de solutions à des nécessités bien définies. Ces pôles, essentiellement soutenus par l’initiative publique, sont en train de devenir des pôles d’intégration à l’économie mondiale. La privatisation des entreprises parapubliques dans l’acier, le pétrole et le tourisme, permet une plus ample ouverture de ces pôles à l’économie mondiale, au lieu de les voir obligés de dépendre du marché national. Il faut bien sûr faire des distinctions entre les cas, mais la tendance est uniforme.

49D’autre part, de nouveaux pôles d’intégration à l’économie mondiale commencent à apparaître, soit des centres touristiques nouveaux ou complémentaires (Acapulco, Mazatlán, Manzanillo...), soit des grands centres de production automobile, soit des sites miniers réhabilités par le capital privé, ente autres.

50Il y a, sans aucun doute, une différence essentielle entre ces divers centres de croissance et ceux des années soixante-dix, même si certains se trouvent en chevauchement des localisations antérieures : leur dynamique est imposée par l’économie mondiale, par le jeu des grands pays (le Japon et les États Unis surtout), et leur intégration régionale est limitée ou n’est même pas envisagée.

51Comme hypothèse de travail, nous pouvons considérer l’apparition d’un espace réticulaire : les relations s’établissent prioritairement entre les complexes territoriaux d’innovation et d’intégration à l’intérieur du pays, et entre ceux-ci et le reste de l’économie mondiale. Les relations de ces complexes avec l’espace environnant est minime, et se réduisent aux nécessités impératives, dont celle d’une force de travail disponible.

52Bien que le terme “dualisme” ait mauvaise presse dans les études du développement latino-américain, il n’en est pas moins vrai que la “distance” s’amplifie entre les centres d’intégration à l’économie mondiale (y compris les villes de la frontière), et les zones ou régions qui ont une intervention minime dans ces processus. Ce serait donc à une sorte de dualisme rénové que l’on assiste, ou peut-être à une bipolarisation de l’espace national.

LES SCÉNARIOS POUR LE TROISIEME MILLÉNAIRE

53Dans le point antérieur, nous avons mis en évidence une série de processus en cours. Certains sont plus clairs que d’autres. Il faudrait aussi rechercher une base quantitative de démonstration de ces observations, qui sont souvent plus senties que vérifiées. Nous allons nous attacher finalement à la construction, en quelques phrases, de trois scénarios possibles : la transformation radicale du modèle actuel de territoire, l’échec de la restructuration, et finalement un scénario moyen, conservateur, mais qui admet le changement. C’est sans doute ce dernier qui est le plus réaliste.

Scénario 1 : “La redistribution des cartes”

54Le premier scénario part de plusieurs hypothèses : La proposition du gouvernement actuel serait admise par la société mexicaine en termes généraux. Cela voudrait dire que le PRI arriverait à éliminer ou pour le moins contrôler les courants internes qui cherchent à maintenir les tendances du passé dont ils ont tiré force et bénéfices. Il s’agirait de contrôler les vieux politiciens et de laisser libre cours aux courants internes de démocratisation partielle. Cela permettrait de “raccrocher” ceux qui sont aller rejoindre le Parti de la Révolution démocratique (PRD), mais sans trop d’ancrage dans une opposition véritable. Du coup, la stabilité du système politique autour du PRI garantirait, paradoxalement, le changement de la société mexicaine.

55L’économie contrôlée par l’État se réduirait à sa plus simple expression, tout en conservant certaines interventions de régulation, sous couvert de la “solidarité”, pour maintenir la cohésion sociale.

56L’économie ouverte augmenterait avec une forte pénétration de capitaux étrangers qui s’associeraient aux capitaux nationaux qui n’auraient pas quitté le pays, ou à des capitaux rapatriés. L’ouverture serait complète, et de ce fait les entreprises traditionnelles seraient mises en demeure de se transformer ou de disparaître face à la compétition du libre marché. Beaucoup d’entreprises traditionnelles du Centre du pays disparaîtraient.

57La crise s’étendrait dans le Centre et le Sud, mais l’État interviendrait par le biais d’une certaine redistribution solidaire, pour laisser le temps aux régions en recul, de s’adapter soit en déployant de nouveaux talents, soit en transférant sa population vers les zones de croissance.

58Les deux phénomènes pourraient avoir lieu en même temps : une forte migration vers les centres de croissance extérieurs et du Nord, et l’apparition de nouvelles initiatives locales qui stabiliseraient partiellement les régions en déclin. Les villes moyennes seraient en pleine croissance.

59La ville de Mexico perdrait sa primauté et sa capacité économique, en raison entre autres du coût supérieur de la vie au fur et à mesure que les prix des services publics et privés augmenteraient. Des courants migratoires, de la ville de Mexico vers la province, se mettraient en place. Il s’agirait surtout des groupes les plus favorisés, attirés par les nouveaux emplois, les appuis aux universités de province, repoussés par les problèmes non résolus de la ville : pollution, trafic, pauvreté et délinquance.

Scénario 2 : L’échec de la restructuration

60Ce second scénario est basé sur les hypothèses contraires et des conditions adverses. Tout d’abord, la politique de modernisation du parti officiel n’aurait pas de succès. Les forces de la tradition s’imposeraient et le PRI serait balayé dans beaucoup d’États. Le Centre et le Sud démontreraient par les élections leur accord pour maintenir un système à forte participation de l’État en votant en masse pour le néocardénisme, qui finirait ainsi par gagner les élections présidentielles de l’an 2000.

61Entre temps, les États qui ressentiraient davantage la proximité de la modernisation, ceux du Nord, voteraient pour la droite traditionnelle qui deviendrait peu à peu l’équivalent du parti républicain alors que Cárdenas, éliminant les résidus de l’extrême gauche, aurait viré à la social-démocratie. Mais de 1990 à 2000, l’affrontement sans vainqueur absolu, ne permettrait pas de suivre un modèle clair d’intégration du Mexique dans l’économie mondiale. Tiraillée entre les besoins internes et la volonté d’ouverture, l’économie mexicaine stagnerait et de ce fait l’appauvrissement de la population irait croissant.

62Les initiatives de croissance avorteraient bien vite et de nombreuses entreprises qui étaient venues s’installer dans le pays, renonceraient aux soi-disant avantages de la localisation au Mexique, pour rejoindre des cieux plus cléments et stables, soit dans d’autres pays d’Amérique latine soit en Asie.

63Mais la structure productive du pays ne se sauverait pas pour autant : détruite en bonne partie dès les premières années du “salinisme”, ce qu’il en resterait ne serait pas capable de se moderniser face à l’ouverture du commerce qui ne pourrait être remise en question du fait des pressions de l’extérieur, et surtout des États-Unis.

64Les villes de province perdraient pied à cause des fermetures d’usines. La population émigrerait ou continuerait à vivre dans la misère. C’est la ville de Mexico qui continuerait à concentrer les migrations et qui passerait le cap des 30 millions d’habitants contrairement à ce que croyait la majorité des chercheurs en 1989.

65Quand Cárdenas prendrait le pouvoir en 2000, il ressentirait le poids d’un pays divisé, avec une structure économique détruite. Que faire ?

Scénario 3 : Une vision plus réaliste

66Entre les deux extrêmes, et en conclusion à ce petit essai de prospective qualitative et volontairement provocatrice, on peut essayer de penser en termes moyens et de construire un scénario aussi peu fondé sur des chiffres que les deux précédents, mais plus viable, bon sens oblige.

67Partons encore une fois de la politique qui, le lecteur l’a déjà observé, est un des facteurs clé pris en compte par l’auteur de ces pages. Démocratisation partielle du PRI, partage des pouvoirs entre le parti officiel et l’opposition : le PRI aurait encore gagné les élections présidentielles de 1994 (fraude ou réalité ?), mais il inclurait maintenant des personnalités de l’opposition dans une espèce de gouvernement d’union nationale qui ne voudrait pas dire son nom

  • 1 Fidel Velazquez, leader "à vie" nonagénaire de la Confédération des travailleurs mexicains (CTM).

68Fidel Velasquez1 étant bien enterré, les syndicats seraient plus indépendants mais aussi plus enclins à prendre le tournant de la modernisation. L’aile gauche du PRD ferait sécession et la gauche se balkaniserait une fois de plus (il s’agit d’un scénario réaliste).

69La conduite de l’économie n’aurait pas viré dans le néolibéralisme absolu. L’opposition admise dans le gouvernement serait en charge de la gestion de la crise et des questions sociales, alors que les grandes questions d’industrie, de commerce et même la modernisation du secteur primaire, resteraient au mains des économistes-entrepreneurs. Les entreprises étrangères, étonnées par ce compromis “à la mexicaine”, y verraient finalement le reflet des grandes tendances social-démocrates qui se seraient imposées dans le monde avec le virage si important des pays auparavant dits de l’Est, à la fin des années quatre-vingt.

70Les capitaux afflueraient enfin vers le Mexique et s’investiraient surtout dans les villes de province qui offriraient des atouts pour ce faire. Mais la ville de Mexico et les villes les moins privilégiées recevraient des appuis importants de l’État qui redistribuerait ainsi la croissance. Une nouvelle division inter régionale du travail s’établirait, avec bien sûr des pôles de croissance orientés vers l’économie internationale, mais aussi avec des centres de production plus traditionnels qui seraient devenus capables d’alimenter le marché interne en croissance, avec des produits compétitifs par rapport aux produits importés. Quelques années plus tard, il serait même possible d’envisager l’exportation de ces biens dans des conditions avantageuses par rapport aux prix internationaux, entre autres vers le marché latino-américain.

71Le sort du pays serait loin d’être décidé en 2000. Mais toutefois, il semblerait assuré que la croissance économique et territoriale, serait mieux distribuée dans le futur que ce qu’elle ne l’était à la fin des années quatre vingt. La ville de Mexico aurait connu des améliorations certaines, mais elle ne serait cependant plus le centre du pays, sinon une grande ville qui aurait beaucoup de mal à se reconvertir aux nouvelles conditions de la croissance et au nouveau pacte social de la “deuxième Révolution mexicaine” : celle de la modernisation silencieuse.

72Janvier 1990

Notes

1 Fidel Velazquez, leader "à vie" nonagénaire de la Confédération des travailleurs mexicains (CTM).

Auteur

Professeur à l’Université autonome métropolitaine (UAM-Xochimilco)/CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter