Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Mexique à l’aube du troisième millénaire

 | 
Marie-France Prévôt Schapira
, 
Jean Revel-Mouroz

Chapitre introductif. Le Mexique en mutation

Marie-France Prévôt Schapira et Jean Revel-Mouroz

Texte intégral

1Dans un monde à la recomposition incertaine, le Mexique est aujourd’hui l’un des pays-clé où se joue l’instauration de nouveaux rapports Nord-Sud, État-marché, démocratie-développement.

2Nouvelles relations avec les États-Unis, changement de modèle économique, évolution du système politique sont au centre d’une mutation à bien des titres exemplaire pour le reste de l’Amérique latine qui émerge difficilement de la “décennie” perdue des années quatre-vingt.

3Placées sous le thème de la “modernisation”, les premières années du gouvernement de C. Salinas de Gortari (1989-1992) ont radicalisé le changement de stratégie générale de développement du pays, entamé sous la pression de la crise financière et économique ouverte en 1982. Stabilisation, ajustement, dérèglementation, privatisations et redéfinition d’un secteur public censé réguler plus qu’intervenir doivent permettre la croissance et la compétitivité de l’économie, avec pour méthode l’ouverture au marché mondial et l’appel aux investissements étrangers.

4Dans un monde interdépendant, la modernisation, passe par l’affirmation d’un nouveau nationalisme, appelant à consolider les liens avec d’autres pays. “Ce n’est pas en fermant nos portes et en essayant d’ignorer ce qui se passe à l’extérieur que nous assurerons une plus grande indépendance économique” affirme le président mexicain. La signature en décembre 1992 de l’Accord de libre échange nord-américain (Alena) entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, soumis encore à ratification, témoigne d’une véritable “révolution culturelle”.

5La modernisation, c’est aussi celle d’un régime politique dont la stabilité et le monolithisme au moins apparent faisaient exception en Amérique latine. La revendication de pluralisme et de démocratie, la redéfinition des rapports État-partis et État-société bouleversent l’organisation sociale, tandis que tombent, les uns après les autres, les repères de "l’Ancien Régime".

6Face à ces changements de cap économique et politique, et aux mutations de la société et du territoire, les différents auteurs de cet ouvrage ont cherché à identifier les défis majeurs qu’affronte le nouveau projet mexicain, ses limites et les incertitudes à l’aube d’un nouveau siècle.

LES DÉFIS DE LA DÉMOGRAPHIE

7Pendant une cinquantaine d’années, le Mexique affrontera inéluctablement le triple défi d’une forte croissance de sa population globale, de celle en quête d’emploi et de ses villes.

8Malgré le net infléchissement des taux de croissance à partir de 1980-1985, et bien que les politiques de population aient permis d’avancer dans la maîtrise de la fécondité, la croissance démographique, comme le démontre Marie Eugénie Zavala de Cosio, demeurera élevée jusqu’à l’an 2000. Le Mexique aura alors trois fois doublé sa population en un siècle et la stabilisation de la population n’est envisagée qu’après un quatrième doublement, à l’horizon du xxiie siècle. Les investissements liés à l’essor démographique vont donc continuer à peser sur l’économie et à limiter la marge d’action de l’État.

9La question de l’emploi se pose quantitativement : comment absorber quelque 15 millions d’actifs supplémentaires entre 1988 et 2000 ? L’impératif de l’emploi est devenu le leitmotiv des dirigeants mexicains et il dicte largement le choix stratégique de la croissance économique à tout prix.

10Cette croissance de la population et des actifs doit se concentrer encore plus dans les villes. Avec 77 % de population urbaine, dont 40 % dans les seules métropoles de Mexico, Guadalajara et Monterrey, le Mexique est d’abord confronté à des problèmes d’approvisionnement, de circulation, de contrôle et d’intégration des périphéries urbaines.

11Le problème majeur est bien entendu celui de l’avenir de l’agglomération de México, qui se joue, selon Claude Bataillon, dans la politique des équipements urbains, en premier lieu celle des transports et de l’eau. Le tremblement de terre de 1985, la détérioration spectaculaire de l’environnement, ainsi que la pression pour une gestion plus démocratique ont déjà infléchi certaines tendances dans une ville à la croissance plus lente que celle projetée par le Conseil national de la population (Conapo). On peut toutefois se demander si une nouvelle vague de migrations internes, déclenchée par les ruptures du système agraire et par l’augmentation du gradient entre un Nord en développement et un Sud laissé pour compte, ne va pas modifier ces perspectives optimistes.

12Au-delà des problèmes de gestion et de la lutte contre un processus d’éclatement de l’agglomération, accompagné d’une ségrégation accrue, les questions qui se posent sont celles de la fonction-même de la capitale et de ses ressources dans un État moins centralisé, de son affirmation comme place centrale financière, technologique, et d’information, dans le nouvel espace de compétition internationale. Vers quelle figure d’agglomération va-t-on, celle d’une tache urbaine de 30 millions d’habitants, ou celle d’un réseau de villes satellites interconnectées constituant une région urbaine métropolitaine ?

ÉCONOMIE ET TERRITOIRE : LES ENJEUX DE L’OUVERTURE

13Au nom d’un nationalisme rénové, fondé désormais sur les valeurs du “libéralisme social”, le gouvernement saliniste justifie sa politique de rupture avec un modèle de développement vers l’intérieur, protectionniste, de substitution d’importations, d’expansion du secteur public, qui avait déjà trouvé ses limites à la fin des années soixante, mais que le boom pétrolier des années 1973-1981 avait artificiellement maintenu en vigueur.

14L’action gouvernementale est confrontée, selon Michel Husson, à trois contraintes principales d’ici à l’an 2000, liées à une très forte dépendance externe vis-à-vis de variables internationales que le Mexique ne contrôle pas : demande extérieure soumise aux phases de récession ou de stagnation de l’économie américaine, grande variation des revenus pétroliers, poids de la dette liée à la fluctuation des taux d’intérêt et volatilité des flux de capitaux. Par ailleurs, l’augmentation substantielle de l’impôt et la baisse des taux d’intérêt, nécessaires au rééquilibrage du budget, risquent de provoquer une nouvelle fuite des capitaux. Si la croissance et l’investissement étranger n’arrivent pas au niveau attendu, l’État, dont la champ d’intervention se rétrécit, aura des difficultés à financer les dépenses publiques nécessaires pour compenser les effets sociaux de l’austérité salariale et pour poursuivre le Programme national de solidarité (Pronasol). Après une amélioration spectaculaire des finances publiques, le phénomène marquant est le mouvement de réendettement en 1990-1991.

15Le projet de modernisation du président Salinas est fondé sur une relation privilégiée avec les États-Unis, dans des domaines comme la dette, les débouchés, les investissements et l’insertion internationale de l’industrie. La relative faiblesse du patronat mexicain accentue cette dépendance et la modernisation industrielle est avant tout centrée sur la “maquiladorisation” de la frontière Nord du pays. Elle s’accompagne d’une polarisation sociale accrue entre un Mexique exportateur et moderne mais circonscrit aux États du Nord et un Mexique traditionnel ne disposant que de faibles ressources de productivité, au Sud d’une ligne Tampico/ Guadalajara.

16Dans ce nouveau modèle économique à la réussite incertaine, que devient la carte pétrolière, si mal jouée à l’époque de la flambée des prix du brut, entre 1973 et 1981 ? La “dépétrolisation” en cours du Mexique, que signale Alain Vanneph tient d’abord à la part désormais minoritaire du pétrole dans les exportations. Le niveau des réserves pétrolières baisse depuis dix ans et dépend des investissements disponibles pour la prospection. Bien que le Mexique ait pu, au nom du respect de sa constitution, conserver symboliquement le secteur pétrolier en dehors des négociations du traité de libre commerce avec les États-Unis et le Canada, on voit se mettre en place dans le secteur de la pétrochimie de multiples formes d’association et de sous-traitance avec le secteur privé national ou étranger. Dans ce domaine aussi, les choix des États-Unis, qui absorbent encore plus de 50 % des exportations mexicaines de brut, sont déterminants et l’intégration croissante avec l’Amérique du Nord devrait renforcer cette dépendance.

17Un traité de libre commerce, rappelle Maria Teresa Gutierrez Haces a déjà été en vigueur entre 1942 et 1950 mais le projet mexicain d’industrialisation resta à l’époque fondé sur le modèle de substitution des importations, qui perdura jusqu’aux années quatre-vingt. Paradoxe, l’industrialisation reposa cependant sur un flux de biens intermédiaires et de capitaux américains, alors que le nationalisme mexicain affichait une politique économique indépendante, largement fictive.

18En politique internationale, l’État mexicain exigeait le respect des principes d’autodétermination et de non intervention, divergeant ainsi, au moins au niveau des déclarations, des positions nord-américaines. Le boom pétrolier fit entrer le Mexique dans une phase de diplomatie active. Sa participation au groupe de Contadora lui permit de sortir du cadre d’une relation bilatérale et de contester habilement l’hégémonie nord-américaine dans la zone.

19Cependant, un retournement du jeu géopolitique mexicain s’opère clairement depuis le début de la présidence de Salinas de Gortari. Recentrée sur le projet interne de modernisation, la stratégie actuelle joue sur l’intégration formelle à l’espace économique de l’Amérique du Nord.

20Il est significatif qu’au contraire des deux décennies passées, quand le Mexique repoussa les idées de marché commun, ce soit le président Salinas qui ait amorcé le processus. Les négociations officielles commençées en mars 1991, ont abouti en décembre 1992 à la signature de l’Accord de libre échange nord-américain, par les présidents Bush et Salinas de Gortari, et le premier ministre canadien, Mulroney.

21Cependant, le débat reste ouvert dans les trois pays sur le contenu et les lacunes de cet accord que les parlements doivent encore ratifier. Au Mexique, du côté de l’opposition du Parti de la Révolution démocratique, on en dénonce le caractère antinational tandis que pour le gouvernement l’accord serait garant d’une nouvelle croissance et de l’entraînement du wagon mexicain par le train du “Premier monde”. Aux États-Unis, les syndicats et les écologistes, qui ont voté pour les démocrates, continuent de dénoncer les délocalisations industrielles encouragées par les bas salaires, la faible protection sociale et l’absence de réglementation en matière d’environnement au Sud du Rio Grande. Il en est de même au Canada, où la crainte d’un déplacement d’activités au bénéfice du Mexique, pèse négativement sur la ratification finale.

22Mais on peut difficilement conclure que le traité sera repoussé ou radicalement modifié, tant la constitution de l’espace économique de l’Amérique du Nord représente une arme de poids pour les États-Unis dans leur compétition avec les pôles japonais et européen.

23L’ouverture internationale et l’intégration économique dans un ensemble régional bouleversent-elles le système territorial ? La frontière Mexique/États-Unis, apparaît, selon Jean Revel-Mouroz comme un espace précurseur de la mutation touchant aujourd’hui l’ensemble de l’économie et du territoire. Dans ce modèle pionnier, les flux de capitaux, de travailleurs et de consommateurs au travers de la frontière internationale ont constitué des réseaux imbriquant des logiques jouant à plusieurs échelles : logique globale du marché nord-américain croisée à celle de la délocalisation mondiale des activités industrielles, logique contradictoire de la demande de travailleurs mexicains et de la lutte contre les migrants, logique de solidarité au niveau local entre villes-jumelles frontalières.

24Le nouveau paradigme de la production flexible à flux tendus a touché la frontière avant de gagner le Nord du Mexique, dont les réseaux productifs sont plus que jamais orientés vers les États-Unis.

25A partir d’un modèle centraliste en crise, où Mexico perd des avantages comparatifs, l’articulation à l’économie mondiale et les investissements étrangers ouvrent donc de nouvelles perspectives aux espaces périphériques du Nord et des côtes. Pour Daniel Hiernaux Nicolas, la modification radicale de la relation État-capitaux privés, place la rationalité de toute une série d’actions structurantes du territoire sous la coupe des secteurs les plus dynamiques de l’économie. On peut abonder dans ce sens en relevant la multiplication des concessions privées pour des réseaux de communication, des équipements énergétiques, et la localisation préférentielle des investissements publics le long des “corridors” d’activités liés à l’extérieur.

26L’autonomie grandissante des gouvernements locaux, dans les États les plus concernés par l’ouverture internationale, permet une promotion concurrentielle des avantages comparatifs de chacun. Tous les États du Nord sont engagés dans cette voie. La privatisation des grandes entreprises publiques et le fractionnement en cours des blocs syndicaux changent le rapport des groupes sociaux avec leur territoire ; une gestion territoriale plus détachée d’une logique corporatiste et centraliste s’instaure au bénéfice des groupes privés et régionaux qui récupèrent les espaces industriels de l’État. Le nouveau territoire qui s’ébauche ainsi, apparaît comme le produit de deux dynamiques : celle de l’extension de la frontière avec le passage de la frontière-ligne à la frontière-zone, et celle de l’appauvrissement du Sud, en termes absolus et relatifs. En dehors des sites touristiques et pétroliers, le Sud ne risque-t-il pas de se “centroaméricaniser” et de connaître une désintégration de ses territoires ?

27À l’échelle nationale la perspective est donc celle d’un pays dual, avec deux éléments, celui de l’espace réticulaire des pôles intégrés dans l’économie mondiale, et celui des zones et régions à la traine de ce processus.

ÉTAT ET SOCIÉTÉ : DE L’USAGE POLITIQUE DE L’AMBIGUITÉ1

  • 1 Nous reprenons l’expression de C. Lomnitz, “Usage politique de l’ambiguïté : le cas mexicain”, janv (...)

28Les communications rassemblées dans la troisème partie de l’ouvrage posent toutes à leur manière la question de la modernisation politique dans les années quatre-vingt. Dans une Amérique latine en plein processus de démocratisation l’emprise du parti-État, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), paraissait à beaucoup comme un système archaïque. Nul pays en Amérique latine -si l’on excepte Cuba- n’a construit un parti-État aussi puissant dont la force reposait sur les mécanismes clientélistes et les formes d’encadrement politique qui structuraient de manière verticale la société mexicaine. C’est avant tout à travers les canaux corporatistes que s’est exercé le welfare state à la mexicaine, et l’on peut dire que la confusion entre démocratie et bénéfice social s’était convertie en une culture politique largement partagée.

29Tant que l’État s’était montré capable de mettre en place des politiques redistributives bénéficiant à une large partie de la population, le carcan qu’il avait fait peser pendant plus de quarante ans avait été tant bien que mal supporté par une société “absente et rachitique”. Ce modèle centraliste et autoritaire montre ses premiers signes d’essoufflement à la fin des années soixante et les événements de 1968 en ont été la manifestation majeure. Mais c’est sans aucun doute, la crise de 1982 et les orientations néo-libérales des deux derniers sexennats qui ébranlent l’édifice national-populaire et posent la question de la redéfinition des rapports entre l’État et la société. On assiste dans les années quatre-vingt à une forte demande de démocratisation, dans une société où la crise des médiations traditionnelles et des identités collectives qui s’étaient forgées au cours de la période populiste a entraîné d’une part désordre et anomie, d’autre part la montée des oppositions.

30Georges Couffignal met l’accent sur la lente et difficile modernisation du système politique, en gestation depuis les années soixante-dix, à un moment où le Mexique fait son entrée sur la scène internationale. De la réforme de 1977 aux élections présidentielles de juillet 1988, le Mexique a vécu sans aucun doute une libéralisation progressive du système politique et l’instauration, par étapes, d’un pluralisme politique est apparue comme le moyen de rompre avec une participation forcée qui avait engendré de plus en plus d’absentéisme et d’hostilité à l’égard du gouvernement. A la veille des élections présidentielles de 1988, la forte mobilisation autour de la défense du vote a pu faire croire à beaucoup que “le monopole virtuel du parti officiel” pouvait être débouté. S’il n’en a pas été ainsi, les élections de 1988 ont été cependant pour le parti au pouvoir un désastre. L’idée que le gouvernement, pour se fabriquer de la légitimité, devait forcément s’engager dans un processus de démocratisation fut alors partagée par beaucoup, au sein même du PRI. Trois ans après la prise du pouvoir, on observe chez nombre d’intellectuels qui avaient appuyé ce processus un certain désenchantement.

31Pour Maria Luisa Tarrès B., le point faible du processus de modernisation aujourd’hui à l’œuvre au Mexique, c’est, semble-t-il, l’impossibilité de l’élite technocratique au pouvoir -en conflit avec son propre parti- de répondre à la forte demande de démocratisation qui a traversé la société mexicaine dans les années quatre-vingt. A partir de l’analyse des élections de 1988 dans deux quartiers de la ville de Mexico, l’un de classes moyennes, l’autre de classes populaires, l’auteur cherche à comprendre la nature de cette revendication. Si dans les deux cas l’opposition a triomphé et qu’il y a eu convergence entre les deux partis -le Parti d’action nationale (PAN) et le Front cardéniste- pour exprimer un vote de protestation contre les méthodes autoritaires et l’imposition des candidats du parti officiel, la mobilisation recouvre des visions différentes de la démocratie. Pour les classes moyennes de Ciudad Satelite, le vote en faveur du PAN est avant tout une défense du système de représentation et du respect du droit de vote, une conception “élitiste et limitée” nous dit l’auteur. En revanche, le vote des classes populaires est celui de la société désorganisée, frappée par l’exclusion, qui en appelle à la justice sociale et reste attachée au modèle antérieur. Dans ce cas, les relations de clientèle demeurent fortes et explicites. A ceci s’ajoutent la culture politique autoritaire et la peur des bouleversements sociaux qui expliquent que les forces de rupture et d’affrontement soient faibles. Le sentiment qu’elles ont plus à perdre qu’à gagner au changement est bien ancré dans les classes populaires. Le défi majeur que doit affronter l’actuel gouvernement, c’est de mener de front la modernisation des formes d’exercice du pouvoir et la mise en place de nouvelles politiques redistributives, dans un pays où il existe 43 millions de pauvres. Par ailleurs l’auteur insiste sur la difficulté de faire fonctionner un système pluraliste et démocratique, car il se heurte au corporatisme qui a structuré la société.

32Or la question du corporatisme est centrale pour comprendre l’évolution du système et les nouvelles relations qui s’instaurent entre l’État et la société. Certes, le gouvernement sait depuis les élections de 1988 qu’il ne peut plus compter sur les structures corporatistes des vieilles centrales ouvrières et paysannes pour reconquérir le terrain perdu. La réforme du parti n’a eu lieu qu’à demi, mais elle a cependant affaibli les secteurs, au profit des structures territoriales.

33Que deviennent les travailleurs organisés et les paysans -principaux acteurs/clients du pacte corporatiste- dans une société qui s’est urbanisée, différenciée, et qui n’inscrit plus ses demandes -logement, services, sécurité-dans ce cadre mais dans des structures plus territorialisées ? A l’évidence, l’actuelle politique signifie un coup sévère porté contre le substrat corporatiste du régime, déjà considérablement affaibli depuis deux décennies.

34Marie-France Prévôt Schapira analyse la crise du syndicalisme mexicain, à un moment où se rétrécissent ses bases principales. Elle rappelle qu’au Mexique, plus que dans tout autre pays d’Amérique latine, l’État a défini le contenu de l’action syndicale et que le mouvement ouvrier avait ouvert peu d’espaces démocratiques. La Centrale des travailleurs du Mexique (CTM) a été le pilier du système corporatiste. Or les nombreuses attaques portées au syndicalisme à la fois par les nouvelles orientations économiques et par les réformes politiques amènent à se demander si l’on n’assiste pas à la fin d’un mouvement ouvrier dont l’action était centrée sur l’utilisation des pressions politiques. Cependant, l’analyse des rapports entre l’État et les syndicats montre qu’il apparaît difficile de casser trop brutalement les corporatismes car le gouvernement ne peut se passer de l’appui des directions officielles, garantes du Pacte de solidarité sur lequel repose largement la reprise économique mexicaine. On a le sentiment que le gouvernement navigue à vue et que l’on assiste à une différenciation de plus en plus grande des formes d’action et d’intervention, en fonction des secteurs et des régions. Le retard apporté dans la modification de la loi fédérale du travail témoigne de la difficulté de faire table rase. Dans ce secteur, la recherche d’une articulation entre le nouveau modèle de développement et le cadre institutionnel n’a pas encore abouti.

35Dans d’autres domaines, il en a été autrement. Après le succès des élections de 1991, le gouvernement s’est attaqué aux grands tabous de la Révolution mexicaine, en reconnaissant les Églises et surtout en mettant fin aux bases de la Réforme agraire. La réforme du statut de l’ejido au début de l’année 1992, ébranle définitivement le corporatisme et la symbolique révolutionnaire. La campagne était restée au Mexique le lieu où le contrôle politique était encore solidement implanté, et le vote paysan avait sauvé la mise aux élections de 1988. Marielle Pépin Lehalleur, dans un article au titre prémonitoire dresse un tableau des grandes évolutions du monde rural et analyse la réorientaion du modèle agricole dans les années quatre-vingt. On est passé d’une politique d’encadrement étatique et d’aide à la production dans les années soixante-dix à celle d’un désengagement à la fois en raison de la crise et au nom des principes de gestion aujourd’hui en vigueur : efficacité et productivité. Il ne s’agit plus de prétendre à l’auto-suffisance alimentaire -le Mexique importe 20 % de sa consommation- mais de stimuler les investissements dans les filières compétitives qu’elles soient pour le marché national ou pour l’exportation. L’auteur montre comment les pratiques dans le secteur de la Réforme agraire, l’inefficacité des politiques étatiques d’aide à la production, la pauvreté croissante dans les campagnes ont fait le lit de la réforme de l’article 27. Cette réforme tourne une page de l’histoire mexicaine -fin de la répartition des terres, location et vente des terres ejidales autorisées- sans qu’elle provoque d’opposition majeure et l’on peut même parler en ce qui concerne la Confédération nationale paysanne (CNC) d’un véritable “retournement idéologique”. On mesure mal encore les conséquences de cette réforme, mais on peut dire d’ores et déjà qu’elle bouleversera la vie politique et sociale des campagnes, largement organisée autour des structures communautaires et politiques de l’ejido. Enfin, le libre jeu laissé aux mécanismes de la concurrence est tempéré par une politique d’assistance. Ici aussi, le Pronasol est à l’œuvre, plus particulièrement dans les régions rurales et dans les zones indiennes et déprimées dont étaient en charge l’Institut national indigéniste et Coplamar.

36Les Indiens sont devenus une population cible du Pronasol, au même titre que d’autres groupes (les jeunes, les enfants, les paysans). François Lartigue s’interroge sur les raisons des nouvelles orientations de la politique indigéniste du gouvernement actuel, c’est-à-dire de la reconnaissance de droits coutumiers ? Est-elle dûe à l’abandon du projet antérieur d’intégration à la societé nationale, comme si les pratiques institutionnelles avaient fait la preuve de leurs limites et que l’idée de la consolidation de l’État-nation n’était plus à l’ordre du jour ? Sur la signification de la politique actuelle, des points de vue opposés s’expriment. Pour les uns, la nouvelle politique indigéniste est une manière de cantonner les Indiens dans leurs régions, dans des “ghettos indigènes”, de mettre en place une sorte de démocratie de l’apartheid pour reprendre l’expression de F. Weffort, tandis que d’autres voient dans “les mesures actuelles un climat favorable à de possibles changements qui permettraient une plus grande participation citoyenne”.

37Dans la victoire électorale d’août 1991, il est difficile de faire la part de ce qui relève des succès économiques et des nouvelles alliances nouées avec les groupes qui avaient été dans le passé marginalisés par la structure corporatiste du parti. La remontée électorale a été attribuée au Pronasol -vaste programme social lancé dès le début du sexennat, à l’adresse des catégories les plus démunies. Projet autant politique que social, il constitue le grand dispositif de légitimation de l’orientation actuelle. Certains ont dénoncé un retour à un style politique populiste et mis l’accent sur la réinvention de nouvelles pratiques clientélaires au profit des nouveaux techniciens. Quoi qu’il en soit, le Pronasol a été mis au service de la restauration de la symbolique politique qui fait du président une figure de bienfaiteur. Il a été aussi un instrument de la modernisation du régime.

  • 2 Cf. A.Warman, Los campesinos, hijos predilectos del régimen. Editorial Tiempo Nuevo, 1972.

38Il est certain que la dynamique en cours est contradictoire. Elle va dans un double sens. En créant de nouvelles structures de base -les comités de Solidarité- qui privent les caciques de leur pouvoir et affaiblissent les médiations traditonnelles, on assiste à un desserrement de l’emprise de l’État mais dans le même temps la dualisation de la société renforce le pouvoir présidentiel. “Moins d’État, plus de présidentialisme” telle a été sans aucun doute l’évolution dominante de ce dernier sexennat. “Modernisation autoritaire” (L. Meyer) “démocratie octroyée” (E. Krauze), “restauration” (G. Zaïd), les jugements portés sur la transition démocratique vont dans le même sens. Le changement contrôlé s’accompagne de tensions fortes et de violences localisées dans des régions et dans des secteurs du monde ouvrier et paysan où l’amertume “des enfants chéris” de la Révolution grandit2. Perestroïka sans glasnost ? Il est certain que la modernisation de la vie politique mexicaine qui avait été présentée comme faisant partie intégrante du projet néolibéral n’avance pas du même pas que les réformes économiques. Et d’ailleurs Salinas s’en est justifié par l’exemple de l’Union soviétique où les réformes politiques ont pris le pas sur les réformes économiques plongeant le pays dans le chaos.

Notes

1 Nous reprenons l’expression de C. Lomnitz, “Usage politique de l’ambiguïté : le cas mexicain”, janv-mars 1992, XXXII (1) L’Homme, pp. 91-102.

2 Cf. A.Warman, Los campesinos, hijos predilectos del régimen. Editorial Tiempo Nuevo, 1972.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

Auteurs

Chargée de recherche au CNRS/CREDAL

Directeur de recherche au CNRS/CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter