Institut de la gestion publique et du développement économique https://books.openedition.org/igpde CC0 recherche.igpde@finances.gouv.fr Pierre Uri Pierre Uri (1911-1992), normalien, agrégé de philosophie et économiste, méritait que son parcours et sa contribution à la reconstruction de la France et à l’édification de l’Europe soient mieux connus. Collaborateur de François Perroux à la Libération, il rejoint Jean Monnet au Plan, où il dresse les premiers comptes de la Nation. Associé dès le début au Plan Schuman, il prend une large part à la négociation du traité de Paris puis dans sa mise en œuvre à la Ceca. Auteur du rapport Spaak, il joue un rôle décisif dans l’introduction du Marché commun à la conférence de Messine puis dans les négociations des traités de Rome qui instituent la CEE et l’Euratom. À partir de là, ses activités se multiplient : expert international, il est l’auteur de nombreux rapports pour la Commission européenne comme pour les Nations unies ; éditorialiste et essayiste, il a été aussi professeur à l’ENA, à l’université Paris Dauphine et membre du Conseil économique et social.
Théoricien et homme d’action, soucieux d’égalité et de justice, Pierre Uri a été membre du Club Jean-Moulin puis du Parti socialiste. Après avoir conçu le programme fiscal de la CGT après la guerre, il a multiplié les projets pour réformer la fiscalité en France comme en Europe et inspiré de nombreux programmes politiques.
Couvrant quatre décennies, l’action de ce fondateur de l’Europe est retracée dans ce volume où sont publiés les actes du colloque qui lui a été consacré en novembre 2021 à l’occasion du 110e anniversaire de sa naissance.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/17151 2023-11-14 Alessandro Giacone Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Financer la Reconstruction de la France En 1950, Pierre Mendès France, qui n’est pas un universitaire mais un homme politique, donne un cours devant les élèves de l’École nationale d’administration (ENA). Intitulé « Problèmes économiques et financiers que pose la politique des investissements et de la reconstruction en France », Pierre Mendès France place ce cours sous les auspices de l’économiste britannique J. M. Keynes qu’il a lu avant la Seconde Guerre mondiale et qu’il a rencontré lors de la conférence de Bretton Woods aux États-Unis en juillet 1944.
Cet ouvrage restitue les 19 leçons retranscrites de ce cours dont le style oral a volontairement été conservé. Pour partie déjà connu et parfois partiellement cité, ce texte demeure l’un des rares inédits de Pierre Mendès France.
Présentées par Alain Chatriot, professeur des universités et chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po, ces leçons permettent de revenir sur la trajectoire intellectuelle et politique de Pierre Mendès France, sur l’ENA de 1950 et ses élèves de la promotion « Europe », et sur la compréhension des questions économiques dans la France de la Libération et des débuts de la IVe République autour notamment des principaux enjeux de la Reconstruction.
Le cours de l’ENA de 1950 apparaît comme une étape signifiante dans la trajectoire politique de Mendès France et dans l’énonciation des convictions économiques qui font de lui l’une des figures majeures de cette période de la Reconstruction.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/17023 2023-10-02 Pierre Mendès France et Alain Chatriot Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Le rôle des ministères des Finances et de l’Économie dans la construction européenne (Tome II) Quel rôle ont joué les ministères des Finances et de l’Économie dans la construction européenne ? Comment ont réagi les différentes administrations, les hauts fonctionnaires face aux nouveautés structurelles, monétaires et fiscales ? Quelles solutions a-t-on trouvé hors de l’Hexagone ? Les trente intervenants réunis lors de ce colloque apportent leurs réponses à ces questions. Leurs communications sont regroupées autour de quatre thèmes : politiques économiques et concertations dans les années soixante et soixante-dix ; administration et culture européenne ; naissance d’une politique monétaire européenne ; négociations de la PAC et du GATT.

Ces Actes sont complétés par la publication du témoignage d’acteurs de la construction européenne autour de l’union monétaire, des plans Barre et Wemer et de l’harmonisation des taxes sur la valeur ajoutée dans les années soixante et soixante-dix.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/12950 2023-09-18 René Girault et Maurice Lévy-Leboyer Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Concurrence et marchés La concurrence est aujourd’hui au premier plan des régulations étatiques nationales ou européennes. Mais elle fait de nouveau l’objet d’un vif débat, en France comme ailleurs : les politiques, les institutions et le droit qui la soutiennent doivent-ils avoir comme objectif exclusif le bien-être des consommatrices et consommateurs ? ou bien ont-ils à limiter les conséquences économiques et sociétales du pouvoir de marché des firmes privées comme publiques et des réseaux sur lesquelles elles s’appuient ? quelle part faire aux libertés fondamentales, aux besoins d’alimentation, de logement et d’énergie, aux enjeux de santé ou de lutte contre le changement climatique, à la souveraineté des nations et de l’Europe ? Les réponses à ces questions passent par la prise en compte de l’histoire des règles qui ont été formulées, des institutions chargées de les faire respecter, des conflits et des crises qu’elles ont suscités, des grandes mutations qui ont modifié l’espace des échanges, des transformations des doctrines applicables, des réformes qui ont réussi ou échoué, mais aussi des initiatives locales, ou des acteurs cachés ou clandestins qui contournent les règles comme des forces qui viennent rompre les consensus établis. Les historiens, sociologues et juristes réunis dans ce livre présentent une histoire des origines, des controverses et des limites de différentes politiques françaises de concurrence du Moyen Âge au xxie siècle. L’objectif est d’aller au-delà des apparences, de cerner les efforts de connaissance et de qualification des produits et des services, d’évaluer les contradictions entre liberté et égalité, entre pénurie et profusion, entre laisser-faire et dirigisme, entre micro-crédit et grands financements, d’expliquer la multiplicité des pratiques anticoncurrentielles en même temps que les implications successives de l’insertion internationale de la France.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/16840 2023-06-12 Patrick Fridenson, François Monnier et Albert Rigaudière Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Encyclopédie du management public Le management public s’est affirmé comme une discipline académique à part entière, au confluent de courants venus du droit, de l’économie, de la gestion, des sciences politiques ou de la sociologie, et au croisement des pratiques des acteurs publics.

Cette Encyclopédie s’adresse à un large public de chercheurs, d’étudiants, de praticiens ou d’élus soucieux d’approfondir et d’élargir leur champ de connaissance, et de trouver une réponse rapide et précise à leurs questionnements. Plus largement, tout citoyen pourra s’y référer pour mieux comprendre comment l’action publique se décide et se conduit.

Rédigées par 150 chercheurs et praticiens spécialistes, ses 220 entrées rendent compte des concepts, des théories, des écoles et des modes qui caractérisent le management public, en France comme à l’étranger. Elles les mettent en situation, décrivent leurs contextes ainsi que les modalités et les limites de leur mise en œuvre, éclairant ainsi toutes les phases de l’action publique, depuis sa conception jusqu’à l’évaluation de ses résultats. Un index détaillé permet de les mettre en résonance et expliciter leurs liens. Chaque bibliographie a été soigneusement concentrée sur les références nécessaires.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/15291 2023-04-28 Manel Benzerafa-Alilat, Danièle Lamarque et Gérald Orange Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
L’État des finances publiques en France Le siècle dernier a connu de grands bouleversements financiers. Les textes de chercheuses et chercheurs de diverses disciplines rassemblés ici retracent, dans un langage accessible à tous, les évolutions majeures des institutions, des normes, des acteurs, des outils et des pratiques qui caractérisent le système des finances publiques en France.

Ce volume met en perspective séculaire la gestion de la dette, le financement étatique de l’économie, la dimension politique du droit financier, l’extension des programmations budgétaires de tout type, mais également les conséquences des guerres et de la construction européenne sur les finances de l’État. À ces analyses s’ajoutent des études de cas sur les modes de financement de la statistique publique et des politiques en matière de culture et d’éducation, respectivement le moins doté et le plus important des postes budgétaires.

Cet ouvrage de synthèse dessine à la fois une histoire de l’État par ses finances publiques et une histoire financière d’un long xxe siècle (des années 1880 aux années 2020). Cette double approche permet notamment de mieux comprendre l’état des finances publiques d’aujourd’hui.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/15216 2022-06-28 Fabien Cardoni et Michel Margairaz Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Le Plan Marshall et le relèvement économique de l’Europe La chute du communisme et l’effondrement économique des pays de l’Est ont donné au Plan Marshall du relief, voire de l’actualité : les responsables économiques et politiques ne se lassent pas d’interroger, à la lumière de la nouvelle donne mondiale, ce transfert financier et idéologique qui contribua, en grande partie, au redressement de l’Europe d’après-guerre.

Quarante-cinq ans plus tard, il était plus que temps de dresser un état sérieux de cette question, jamais traitée dans son ensemble. Les spécialistes - historiens, économistes, responsables politiques - qui ont participé au colloque international qui lui fut consacré à Bercy sous l’égide du Comité pour l’histoire économique et financière, livrent ici leurs études et leurs réflexions. Ne se limitant pas à l’Europe et aux États-Unis, mais débordant aussi sur l’Extrême-Orient, celles-ci couvrent tous les aspects du Plan Marshall : économiques, industriels, financiers, mais aussi politiques, diplomatiques ou idéologiques...

]]>
https://books.openedition.org/igpde/14492 2022-05-31 René Girault et Lévy-Leboyer Maurice Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
La direction du Budget face aux grandes mutations des années cinquante, acteur… ou témoin ? Au cours des années cinquante, la direction du Budget a vu accroître ses responsabilités dans la préparation du Budget et le contrôle de son exécution. Développement de responsabilités lié au contexte économique de ces années de reconstruction et de modernisation du pays en même temps qu’au contexte politique de la IVe République.

Quel rôle la direction du Budget a-t-elle joué dans ce nouveau contexte : acteur ou témoin ? Les 47 communications réunies à l’occasion de la journée d’études qui s’est tenue à Bercy le 10 janvier 1997 tentent d’apporter à cette question des réponses nuancées et variables au fil des secteurs abordés.

En réunissant des acteurs et des universitaires et en confrontant leurs points de vue, le Comité pour l’histoire économique et financière de la France a souhaité rassembler dans ces actes des bases scientifiques solides qui contribueront au développement de l’histoire de la direction du Budget et du ministère de l’Économie et des Finances.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/13422 2022-04-04 Nathalie Carré de Malberg Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Les directeurs généraux des douanes, l’administration et la politique douanière, 1801-1939 En étudiant la politique douanière de la France de 1801 à 1939 et en examinant l’influence des directeurs généraux des douanes sur cette politique, Jean Bordas, ancien receveur principal des douanes, retrace l’histoire de cette Administration et des vingt et un directeurs qui se sont succédé sur cette période.

Beaucoup d’archives de cette direction ayant disparu, Jean Bordas s’est appuyé sur les Lois et règlements des Douanes françaises (LRDF), les Annales des douanes ainsi que la presse syndicale (L’Essor et l’Action douanière). Il a également pu consulter un certain nombre d’archives familiales d’anciens directeurs généraux des douanes.

Grâce à ce patient travail, l’auteur « suit les variations de la politique douanière française à travers le XIXe et la première moitié du XXe siècle » mais offre aussi au lecteur une « étude prosopographique [...] d’une exceptionnelle richesse. On dispose désormais d’un complément essentiel de la belle histoire des douanes de Jean Clinquant. » Jean Tulard.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/13892 2022-02-14 Jean Bordas Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
L’Europe face à la mondialisation. Quelles politiques communautaires pour demain ? 50 ans de construction européenne Cinquante ans d’Europe, c’est avant tout une formidable aventure humaine et politique, avec à la clef les grandes réalisations de l’Europe que sont l’Union économique et monétaire et le Marché commun. Rappeler ces avancées concrètes n’est pas inutile alors que la douzième présidence exercée par la France se déroulera au deuxième semestre 2008.

Quelle place pour la zone euro sur la scène internationale ? Comment se situe le marché intérieur européen face au marché mondial ? Quelle est la stratégie européenne en matière d’énergie et d’environnement ? De quelle manière mobiliser tous les leviers communautaires en faveur de la compétitivité ? À ces questions des personnalités qui ont fait ou font l’Europe politique et économique répondent avec brio et enthousiasme lors de ce colloque organisé par la Direction Générale du Trésor et de la Politique Économique (DGTPE) et l’Institut d’Études Politiques de Paris.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/13180 2022-01-28 Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
La rupture ? La Grande Guerre, l’Europe et le XX<sup>e</sup> siècle La mondialisation économique et financière actuelle est souvent comparée à celle qui se développe au XIXe siècle et culmine en 1914 ; les inégalités retrouvent, dans nombre de pays, leur niveau record de la veille de la Grande Guerre, de même que l’indépendance des banques centrales ou le libéralisme. La Première Guerre mondiale n’a-t-elle donc ouvert qu’une parenthèse dont les effets ont été depuis effacés, et les économies et sociétés européennes sont-elles revenues à un état « naturel » perturbé par des guerres mondiales « accidents » dramatiques du XXe siècle ? Ce livre s’interroge ainsi sur l’impact de long terme de la Grande Guerre : qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Quelles sont ses traces dans l’économie et la société dans lesquelles nous vivons actuellement en Europe ? Quelles institutions sont apparues alors qui jouent encore un rôle important ?

Pour répondre à ces vastes questions, une conférence internationale tenue en novembre 2018 a réuni des chercheurs et chercheuses en sciences sociales spécialistes de l’économie, de la société et des relations internationales. Chacun développe ici sa réponse à partir de son domaine à l’échelle temporelle et spatiale qui lui paraît pertinente. Cette diversité de point de vue permet au lecteur de construire sa propre réponse, et d’abord de découvrir les grandes lignes de tension économiques, sociales et politiques qui se nouent et se renouent depuis la Grande Guerre, pour comprendre ainsi un peu mieux notre temps.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/15117 2021-11-26 Pierre-Cyrille Hautcoeur, Patrick Fridenson, Florence Descamps et Laure Quennouëlle-Corre Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Financer les entreprises face aux mutations économiques du XXe siècle Depuis la fin du XIXe siècle, de nouvelles branches industrielles et de nouveaux produits sont apparus dans les pays développés, ce qui a obligé les entreprises à modifier leur offre et à adapter leur système financier. Quelles sources de financement ont permis ces créations d’entreprises, cette diversification, ce développement et cette internationalisation ? À côté de l’autofinancement, les firmes ont-elles pu trouver des institutions capables de répondre à ces nouveaux défis, dans les périodes de croissance comme dans les périodes de difficultés ? Les pays industrialisés ont-ils répondu de manière convergente ou non à ces mutations économiques ? Ce colloque, qui a réuni des historiens et des économistes de renommée internationale, apporte de nouvelles réponses dans une perspective comparatiste.

Trois secteurs sont particulièrement étudiés ici : l’automobile, le textile et les chemins de fer. Les différentes tailles d’entreprises, de la jeune entreprise à la multinationale en passant par la PME, sont prises en compte. Le rôle des marchés financiers, source de financement pour les entreprises, fait l’objet d’études inédites, tandis que l’autofinancement est réévaluéà l’aune de nouvelles méthodes. L’importance des banques est également revisitée par des approches originales. Cet ouvrage permet de mieux mesurer le poids des chocs conjoncturels dans les changements financiers intervenus tout au long du XXe siècle et constitue une référence indispensable à tous ceux qui s’intéressent au financement des entreprises.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/11588 2021-09-28 Laure Quennouëlle-Corre et André Straus Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Les dynamiques économiques de la Révolution française  L’impact de la décennie révolutionnaire dans l’avènement d’un système de production et d’échange de type capitaliste a eu beau être amplement débattu, les questions économiques et financières sont restées singulièrement peu étudiées depuis les années 1980. Sur la base de ce constat, ce volume collectif vise à rendre compte d’approches renouvelées pour saisir les dynamiques induites par la Révolution ou impulsées sous la Révolution, du point de vue des régimes de propriétés, des mondes du travail, de l’industrie et du négoce, ou encore des circulations monétaires. D’amplitudes variables sur le plan spatial, temporel et sectoriel, ces dynamiques ne dépendent pas seulement de la capacité des autorités politiques à modeler un cadre légal conforme aux attentes et aux besoins des acteurs économiques, dans un contexte fortement marqué par la guerre et l’inflation ; elles résultent aussi des stratégies individuelles et collectives pour contourner ou infléchir ces normes, s’accommoder de ces contraintes, ou exploiter des opportunités nouvelles. Appréhender ces dynamiques comme le produit de la dialectique entre politiques publiques et pratiques des acteurs revient donc à restituer aux « temps composés » de l’économie révolutionnaire leur indéniable inventivité autant que leur irréductible incertitude.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/12740 2021-09-17 Serge Aberdam, Anne Conchon et Virginie Martin Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Emprunts russes et investissements français en Russie Comme l’explique René Girault dans la préface de cette réédition de sa thèse publiée pour la première fois en 1973,« l’histoire des emprunts russes est simple, le mythe est édifiant. À la fin du XIXe siècle les rentiers français ont prêté leur or à l’allié russe ; la révolution bolchevique a brutalement renié les dettes de l’ancien régime, en 1918, sans jamais payer d’indemnités aux anciens créanciers ou investisseurs jusqu’aux récents accords de 1996 qui replacent cette vieille histoire dans l’actualité immédiate. [...] L’ampleur des sommes prêtées, la large diffusion des « papiers russes » dans le public français, le rôle joué par la presse dans la formation d’une conscience collective française vis-à-vis de la Russie tsariste, puis bolchevique, le bouleversement social qui suivit la première guerre mondiale avec la disparition du « rentier »,- personnage symbolique de la Belle Époque [...] - avaient abouti à la création d’un mythe fort et d’une réalité navrante : le petit bourgeois français qui avait prêté son or à la Russie, l’entrepreneur français qui avait investi en Russie, autant par intérêt raisonné que par réflexe patriotique, a été grugé, dépossédé, trompé par des dirigeants sans foi ni loi ; toute morale est ainsi bafouée [...]. »

Mais de son côté, ajoute R. Girault, « l’historien doit raisonner sur les faits et se garder de porter des jugements de valeur sur l’attitude des .épargnants de la Belle Époque. L’histoire des emprunts russes appartient à l’histoire globale des relations internationales avec tout ce que celle-ci comporte d’implications politiques économiques et sociales pour les pays concernés. Il convient de répondre aux trois questions classiques : quand, pourquoi, comment emprunts et investissements français en Russie ? ».

Cette étude donne très clairement bien des réponses. C’est pourquoi, au-delà de l’actualité immédiate qui, avec le lancement de la procédure d’indemnisation a relancé « la vieille affaire » des emprunts russes, le Comité pour l’histoire économique et financière de la France a voulu par cette réédition remettre à la disposition du public un ouvrage fondamental sur l’histoire de la France et de la Russie au début du siècle.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/8923 2021-09-03 René Girault Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
L’argent des campagnes On a longtemps décrit les campagnes d’Ancien Régime comme un monde de l’argent rare, gouverné par le troc et l’auto-consommation. Et bien des études de la « modernisation » rurale ont fait la part belle, par conséquent, au lent développement des échanges monétaires et à la fameuse « ouverture » des campagnes au marché, assimilant celle-ci à une monétarisation progressive des échanges. Or, avec le renouvellement récent de l’historiographie du monde rural, bien des remises en cause sont venues bousculer nos anciennes représentations.

La journée d’études L’argent des campagnes. Échanges, monnaie et crédit dans la France rurale d’Ancien Régime a permis de rouvrir le dossier des formes de l’échange dans le monde rural, en s’attachant à repérer toutes les modalités de micro-circulations de valeurs et de biens, en se plaçant en somme le plus possible « au ras du sol ». L’argent caché, ou masqué, apparaît alors un peu mieux, dans l’étendue de ses multiples canaux d’irrigation. Et l’on aperçoit bien que les pratiques économiques ne peuvent être considérées en dehors de leur signification sociale et des mentalités qui les sous-tendent.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/8756 2021-08-23 Philippe Minard et Woronoff Denis Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
De l’estime au cadastre en Europe. L’époque moderne Deuxième volume d’une ambitieuse enquête sur les cadastres en Europe du Moyen Âge à la période contemporaine, ce livre poursuit aux temps modernes les thématiques traitées précédemment. À travers les documents cadastraux se révèlent des sociétés, des stratégies politiques, des cultures qui se croisent, s’influencent ou divergent à travers tout le continent.

Après les illustres arpentages romains et un essor cadastral au Moyen Âge sur les bords italiens de la Méditerranée, l’horizon s’élargit et couvre une Europe de l’Atlantique à l’Oural, remontant jusqu’à la mer Blanche. Au XVIe et au XVIIe siècles, Hongrie, Moscovie, Pologne et Suède font leur entrée dans le monde des cadastres. Les réalisations cartographiques prennent plus d’importance. Au XVIIIe siècle, les États s’échangent modèles et expériences. Un saut d’échelle s’est produit depuis les initiatives médiévales, prises principalement par les municipalités. Au sein de cette « République des administrateurs » où ne manquent guère que les Anglais, qui échappent à la notion même, se forge une modernité fiscale européenne, autour de l’usage renouvelé de pratiques anciennes, théorisé par les physiocrates, et débouchant, au-delà du fisc, sur des objectifs de développement et d’aménagement du territoire promis à l’avenir.

Des documents suédois, espagnols, poméraniens et ottomans, rares dans la bibliographie française, ainsi qu’une chronologie générale complètent cet ouvrage auquel ont collaboré vingt-quatre des meilleurs spécialistes français et étrangers.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/9578 2021-07-02 Mireille Touzery Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
De l’estime au cadastre en Europe. Les systèmes cadastraux aux XIXe et XXe siècles Troisième et dernière étape de la vaste enquête sur les cadastres du Moyen Âge à l’époque contemporaine, ce volume est consacré au développement des systèmes cadastraux en Europe aux XIXe et XXe siècles.

Consacrant le droit de propriété et l’égalité des citoyens devant l’impôt, les Constituants ont décidé la réalisation d’un cadastre fiscal en mettant à profit les expériences des précédentes décennies.

La loi du 15 septembre 1807 donne au cadastre parcellaire une efficacité supplémentaire en lui permettant de certifier la propriété et d’être un outil d’intérêt général.

Les États européens l’ont inégalement adopté. Les Pays-Bas et les États allemands en font un Grand Livre foncier ; l’Italie et la France pendant longtemps un simple instrument fiscal. D’autres pays s’opposent à sa création, soit parce que les élites veulent rester maîtresses de la répartition de l’impôt comme en Espagne, soit parce que l’ingérence du pouvoir central dans la propriété privée est vécue comme une atteinte à une liberté fondamentale comme en Angleterre. Aujourd’hui, la récente arrivée du cadastre numérisé fait l’unanimité. Elle permet la représentation de la propriété, et plus largement, la gestion des responsabilités qu’elle induit. De plus, les collections anciennes lui confèrent une valeur patrimoniale inestimable.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/10793 2021-06-22 Florence Bourillon, Pierre Clergeot et Nadine Vivier Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
De l’estime au cadastre en Europe. Le Moyen Âge Lancée depuis quelques années, l’ambitieuse enquête sur l’évolution qui a lentement transformé l’Europe méditerranéenne des estimes en Europe des cadastres, est arrivée à son terme avec la publication de trois ouvrages sur le Moyen Âge, l’époque moderne et la période contemporaine.

Dans ce premier volume, vingt-neuf des meilleurs spécialistes français et étrangers s’interrogent sur le vaste mouvement qui, de la fin du XIIe siècle à l’aube de la Renaissance, a conduit villes, princes et états du pourtour méditerranéen à recenser de manière systématique les hommes, leurs terres, leurs maisons et leurs avoirs. Ils en recherchent les origines profondément ancrées dans les permanences d’une romanité tenace, scrutent les savoirs de ceux qui ont présidé à la rédaction de ces livres d’estimes, compoix et « cadastres » d’une infinie variété dont ils suivent la longue genèse, analysent les typologies complexes et tentent de comprendre la subtile construction.

Recenser, situer, délimiter et estimer en vue de saisir la relation de l’homme à la richesse et à l’espace, voilà bien la mission assignée à ces extimatores qui devaient devenir les hommes du cadastre, comme leurs livres d’estimes sont devenus le cadastre. Ce document dont la mission n’est autre que d’inscrire le droit dans la mémoire de la terre et d’en peser la valeur, avant de la dessiner dans ses moindres contours.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/11847 2021-06-10 Albert Rigaudière Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Penser et construire l’État dans la France du Moyen Âge (XIII<sup>e</sup>-XV<sup>e</sup> siècle) Jamais entreprise collective n’a suscité autant de publications que les réflexions conduites autour de la genèse de l’État moderne depuis une quinzaine d’années. Remodelés, intégrés dans un ensemble, liés entre eux par une suite de présentations qui les regroupe en quatre parties, les dix-huit articles ici réunis sont exclusivement consacrés à ce thème pour la période du bas Moyen Âge. L’ouvrage qui s’ouvre par une large rétrospective en manière de bilan et se termine par l’évocation de nouvelles perspectives de recherche, s’interroge en quatre temps sur quatre facteurs déterminants dans la reconstruction de l’État depuis le début du XIIIe siècle jusqu’à l’aube du XVIe siècle.

Convient-il, dans cette évolution, d’accorder à la romanité un rôle aussi déterminant qu’on a bien voulu le dire? Dans quelle mesure le pouvoir royal restauré de faire loi a-t-il constitué un instrument de premier ordre pour redonner vie au politique ? Quelle place revient, dans cette vaste entreprise de reconstruction d’un appareil d’État, à des structures politiques et administratives profondément repensées ? Enfin, et peut-être surtout, comment évaluer à sa juste mesure l’impact d’une fiscalité nouvelle dont on a voulu faire un des facteurs déterminants de la genèse de l’État moderne? À travers elle, c’est tout le problème qui est posé de la puissance de l’argent au coeur de l’État médiéval.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/6256 2021-05-27 Albert Rigaudière Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Le rôle des ministères des Finances et de l’Economie dans la construction européenne (1957-1978) Quel rôle ont joué les ministères des Finances et de l’Économie dans la construction européenne ? Comment ont réagi les différentes administrations, les hauts fonctionnaires face aux nouveautés structurelles, monétaires et fiscales ? Quelles solutions a-t-on trouvé hors de l’Hexagone ? Les trente intervenants réunis lors de ce colloque apportent leurs réponses à ces questions. Leurs communications sont regroupées autour de quatre thèmes : politiques économiques et concertations dans les années soixante et soixante-dix ; administration et culture européenne ; naissance d’une politique monétaire européenne ; négociations de la PAC et du GATT. Ces Actes sont complétés par la publication du témoignage d’acteurs de la construction européenne autour de l’union monétaire, des plans Barre et Werner et de l’harmonisation des taxes sur la valeur ajoutée dans les années soixante et soixante-dix.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/7698 2021-05-17 René Girault et Raymond Poidevin Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Le moment RCB ou le rêve d’un gouvernement rationnel 1962-1978 Lancée en France en 1968, la rationalisation des choix budgétaires, dite RCB, constitue une séquence importante des politiques de réforme de l’État sous la Ve République. Elle est la première tentative d’une introduction généralisée du management dans la gestion des finances publiques.

Croisant les approches d’historiens, de sociologues, de politistes et de juristes, cet ouvrage rassemble des enquêtes originales qui analysent les nombreuses dimensions de cette politique  : la genèse et le développement des savoirs et des techniques de rationalisation des choix budgétaires ; le processus de réforme, les coalitions et les luttes de pouvoir au sein de l’appareil d’État auxquelles il donne lieu ; enfin, son institutionnalisation dans l’administration française, ainsi que les appropriations variées dont la RCB a fait l’objet dans les différents ministères.

Ce livre est le troisième volume d’une série d’ouvrages sur l’histoire de la gestion des finances publiques au xixe et au xxe siècle. Le premier volume (1815‑1914) étudiait le développement intriqué d’un droit public financier et des premiers instruments gestionnaires lui donnant corps dans l’administration. Le deuxième volume (1917‑1967) mettait en évidence la figure dominante du contrôle, sous toutes ses formes, appliqué à la dépense et à la gestion des services publics. En étudiant les dynamiques de réforme rangées sous le nom de rationalisation des choix budgétaires, le présent ouvrage montre comment la RCB se situe à la charnière de deux périodes et de deux conceptions du pilotage de l’État central : celle de la planification et des instruments de programmation de l’action publique ; celle du management public et du développement des méthodes modernes de gestion.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/12487 2021-04-02 Philippe Bezes, Florence Descamps et Sébastien Kott Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Vers le haut de gamme <em>made in France</em> Depuis l’Ancien Régime, la France doit faire face à l’émergence de nouveaux compétiteurs qui attaquent ses productions traditionnelles. La différenciation des produits et l’amélioration de leur qualité vers le haut de gamme peuvent être des solutions efficaces pour réussir dans le cadre d’une libéralisation des échanges internationaux et d’une concurrence mondialisée.

La montée en gamme apparaît comme un enjeu crucial que l’histoire économique peut éclairer. En effet, le made in France évoque l’histoire d’un produit, d’une entreprise, d’un territoire mais également la mobilisation de savoir-faire uniques et ancestraux.

Issu d’un colloque international et pluridisciplinaire, cet ouvrage s’attache à comprendre les spécialités du commerce extérieur français du XIXe au XXIe siècle, en regard du dynamisme de ses voisins, allemand notamment. Il interroge en outre le succès des « articles de Paris », des parfums et vins français, des entreprises familiales françaises du luxe mais également des montres suisses, des créateurs et créatrices de mode italiens et de l’industrie automobile allemande. Enfin, il invite à repenser les notions de terroir, de cluster (réseau d’entreprises locales) ou encore de marque.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/12317 2021-03-26 Bertrand Blancheton Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Jean-Roland Malet premier historien des finances de la monarchie française Les finances de la monarchie française constituent, depuis un certain temps, un des sujets privilégiés des historiens de l’Ancien Régime qui les avaient trop longtemps délaissées. A la faveur de ce salutaire engouement, il a semblé judicieux et même indispensable de rendre accessible l’une des sources les plus complètes de l’histoire des finances.

Jean-Roland Malet eut une étrange destinée, mais peut-être moins rare qu’il n’y paraît. D’origine modeste, il parvint à mourir noble, riche, et « immortel ». Surtout fut-il de 1708 à sa mort, en 1736, premier commis du contrôleur général des finances. C’est à ce poste qu’il rédigea en 1720 ses Comptes-rendus restés inédits jusqu’en 1789. Ceux-ci, avec une exactitude assez remarquable, retracent les finances de la monarchie depuis le début du XVIIe siècle.

Richard et Margaret Bonney ont effectué sur les chiffres de Malet un formidable travail de vérification, de correction et de mise en tableaux et graphiques. Ainsi présentées, les données de Malet permettent de saisir plus facilement les grandes évolutions des finances françaises d’Ancien Régime, l’importance relative des différents impôts, la part qui remontait jusqu’au Trésor Royal... Le présent ouvrage peut à juste titre être considéré comme une somme indispensable à tout historien de l’Ancien Régime.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/9116 2021-02-04 Margaret Bonney et Richard Bonney Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
D’or et d’argent Lors de la préparation du passage à l’euro, le Comité pour l’histoire économique et financière de la France a souhaité accompagner cet événement monétaire par une série de conférences intitulée « Les Français et leur monnaie : le louis, le franc, l’euro et les autres ». Cinq historiens de renom - Jean Favier, Guy Antonetti, Jean Tulard, Alain Plessis et Jean-Charles Asselain - ont répondu à l’invitation en offrant aux auditeurs une réflexion sur la monnaie en France du Moyen Âge à nos jours. Une table ronde, réunissant Raymond Barre, Jacques Delors et plusieurs hauts fonctionnaires acteurs des réformes monétaires des trente dernières années, ainsi qu’une allocution de Laurent Fabius, alors ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, ont clôturé ce cycle le 18 février 2002, lendemain du retrait de la monnaie nationale.

Ces textes accessibles au plus grand nombre, accompagnés de glossaires et d’une chronologie détaillée, offrent des points de repère précis sur l’histoire de la monnaie depuis la naissance du franc en 1360 jusqu’à l’avènement de l’euro. Ces interventions soulignent l’importance de la monnaie comme instrument économique et financier et comme symbole et outil politiques. Elles rappellent également les conséquences des évolutions monétaires successives sur la vie quotidienne des Français. Cet ouvrage, préfacé par Thierry Breton ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, intéressera aussi bien les étudiants en histoire économique et financière que les numismates, et plus largement tous ceux qui auront connu la fin du franc.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/10503 2021-01-22 Comité pour l'histoire économique et financière de la France Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Faire preuve par le chiffre ? L’obtention en 2019 du « Nobel » d’économie par Esther Duflo et ses collègues Abhijit Banerjee et Michael Kremer marque le sacre d’une méthode d’évaluation d’impact : les expérimentations aléatoires. Similaires aux essais cliniques randomisés, elles visent à mesurer l’effet d’un « traitement » à l’aide de la constitution aléatoire de groupes que l’on compare. Pour les promoteurs de cette méthode, elle serait le « gold standard de l’évaluation » Dans cet ouvrage, Arthur Jatteau s’interroge sur la nature de cette « preuve par le chiffre ».

L’histoire – méconnue – des expérimentations aléatoires mérite d’être défrichée, car elle offre des pistes intéressantes pour comprendre leur succès aujourd’hui et, plus encore, leurs limites. Une attention particulière est accordée à la médecine, où la longue et vaste expérience en essais cliniques est riche d’enseignements.

La construction de la « preuve par le chiffre » est explorée, en insistant sur ses effets heuristiques et politiques. Que vaut la preuve produite par les expérimentations aléatoires ? Pour y répondre, l’auteur mobilise une diversité de sources, s’appuyant sur de nombreux entretiens. Il montre qu’il convient d’investiguer comment, en pratique, sont élaborées les expérimentations aléatoires, pour saisir plus justement leur valeur. Les aspects politiques de ces dernières sont également analysés, non sans s’interroger sur le rôle plus général de la quantification dans nos sociétés.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/12229 2021-01-05 Arthur Jatteau Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel Alors que s’achève le beau XIIIe siècle si porteur de croissance, de paix et de bonne monnaie, les années 1300 marquent l’ère d’un temps nouveau. Celui des réalités qui se muent en mythes, celui de la croissance qui se transforme en crise, celui du vassal qui devient sujet. Elles sont aussi celles de l’aménagement du socle à partir duquel s’édifie lentement un État royal que Philippe le Bel sut toujours habilement utiliser comme levier de sa politique. Un État qui se construit autour de schémas intellectuels et de modèles institutionnels. Un État qui utilise la monnaie comme un authentique instrument de pouvoir, sans ne jamais cependant parvenir à définir un outillage conceptuel qui aurait permis d’en maîtriser efficacement les évolutions. Un État qui, plus que d’autres, à la même époque, joue des mutations monétaires lorsque les rentrées fiscales ne suffisent plus. Un État qui peine à faire basculer l’ensemble de la fiscalité dans le camp de la souveraineté en dépit du poids de la guerre, d’une inventivité constante et d’une incontestable avancée dans l’agencement des mécanismes financiers.

Onze spécialistes éclairent de leur savoir cette importante mutation monétaire, fiscale et financière de la France de Philippe le Bel pour laquelle ils souhaitent aussi ouvrir la voie à des interrogations nouvelles.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/10333 2020-12-03 Philippe Contamine, Jean Kerhervé et Albert Rigaudière Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
L’impôt en France aux XIXe et XXe siècles La politique fiscale mise en place en France depuis la Révolution a longtemps eu une mauvaise réputation auprès des historiens. Elle a été jugée archaïque, inefficace sur le plan de la productivité et injuste sur le plan social. Cette dénonciation du système fiscal s’est poursuivie après l’adoption de l’impôt progressif sur le revenu en 1914. En parallèle, force est de constater que ce pan de l’histoire économique et financière n’a pas suscité chez les chercheurs un intérêt majeur.

Afin de contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire fiscale française, économistes, juristes et historiens ont confronté leurs travaux lors de ce colloque international.

Qu’en est-il de l’évolution du poids de la fiscalité française ? Comment les différentes catégories socioprofessionnelles et les différentes sensibilités politiques se sont-elles positionnées face à l’impôt ? Quels ont été les grands débats ayant entouré les principales réformes de la politique et de la législation fiscale ? Sur le long terme, quelles sont les traductions économiques et sociales de la fiscalité française ? Existe-t-il un modèle fiscal français ?

Autant d’approches qui permettent de mieux cerner la question de l’impôt en France aux XIXe et XXe siècles.

Outre les spécialistes d’histoire fiscale, cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire contemporaine. La diversité des thèmes abordés en fait un volume riche et captivant.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/10066 2020-11-27 Maurice Lévy-Leboyer, Michel Lescure et Alain Plessis Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Sully tel qu’en lui-même Les communications rassemblées dans cet ouvrage portent sur Sully lui-même en son temps, sur son héritage et sur la façon dont sa personne et son œuvre ont été perçues à travers les siècles.

Ces interventions permettent de faire le point sur les travaux menés depuis une vingtaine d’années, notamment à l’École des chartes, sur le grand ministre d’Henri IV et de dégager de nouvelles pistes de recherches.

Cette journée d’études, sous la direction scientifique de Jean-Pierre Babelon, membre de l’institut et président de la société Henry IV, a été organisée le 23 octobre 1999 à l’occasion du transfert des cendres de Maximilien de Béthune, duc de Sully, et de son épouse Rachel de Cochefilet, au château de Sully-sur-Loire.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/9921 2020-11-19 Jean-Pierre Babelon Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
État et énergie XIX<sup>e</sup>-XX<sup>e</sup> siècle Ouverture à la concurrence, développement des énergies renouvelables, volatilité des prix du pétrole, réchauffement climatique… Avec la généralisation de la prise de conscience des défis à relever, les questions énergétiques passionnent. Ces défis ne sont pas uniquement économiques mais sont aussi de vrais sujets de société. C’est sur les spécificités « du modèle énergétique français » et du rôle de l’État que se sont penchés, régulièrement durant trois ans, historiens, économistes et acteurs lors d’un séminaire organisé par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

En effet, s’il est bien un domaine industriel dans lequel l’État a été, depuis le début du XIXe siècle, tout à la fois législateur, opérateur, régulateur et financier, c’est celui de l’énergie. Véritable secteur moteur des différentes phases d’industrialisation, l’énergie (charbon, gaz, électricité, pétrole) s’est révélée stratégique tout en étant le champ privilégié de l’émergence de la notion de service public. Quels sont les différents rôles de l’État dans ce domaine ? Comment se sont élaborés, dans la longue durée, ces rapports complexes entre l’État et les opérateurs ? Quelle est la généalogie du modèle de la grande entreprise publique qui mettait son monopole au service de la nation ? Pourquoi l’énergie est-elle un secteur privilégié de l’action publique ?

La trentaine de textes et de témoignages rassemblés dans ces actes retrace, analyse et permet de mieux comprendre les principaux mécanismes de cette histoire.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/6486 2020-11-13 Alain Beltran, Christophe Bouneau, Yves Bouvier, Denis Varaschin et Jean-Pierre Williot Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique
Pour une histoire de la bureaucratie en France Pour une histoire de la bureaucratie II permet d’aller plus loin dans l’exploration de cette histoire qui est encore toute neuve. Comment faire apparaître les histoires à naître ? Comment étudier l’avancement, la passion du pouvoir, les échecs, les conflits ? Comment faire l’histoire du vécu, du mouvant, de l’éphémère ? Que peut-on attendre de l’histoire des épouses de fonctionnaires ? Autant de questions auxquelles dans ces vingt-quatre leçons Guy Thuillier tente d’apporter des réponses, mais on est dans un domaine bien incertain. L’histoire de la bureaucratie est une histoire qu’il faut sans cesse compliquer, elle exige de la souplesse, une certaine expérience de l’administration, de l’esprit d’entreprise, du courage - mais l’historien y jouit d’une étonnante liberté de jeu.

]]>
https://books.openedition.org/igpde/10628 2020-10-15 Guy Thuillier Institut de la gestion publique et du développement économique fr Institut de la gestion publique et du développement économique