Version classiqueVersion mobile

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Deuxième partie. 1945-1955 : des incertitudes à la crise

Chapitre IV. Le retournement de l’économie artisanale

Texte intégral

  • 1 O. Dard, « Henri Queuille face… », op. cit., p. 15.

1La Libération ouvre des interrogations sur l’avenir de l’artisanat à l’heure de profonds changements tant politiques qu’économiques et sociaux. Politiquement, la démocratie doit gérer l’héritage complexe de la politique artisanale de Vichy alors que les radicaux, soutiens traditionnels de l’atelier et de la boutique, reviennent affaiblis et qu’une partie des dirigistes de la Libération a déjà fait son deuil de la petite entreprise. Le 25 juin 1943, dans un déjeuner où Henri Queuille s’inquiète des conséquences électorales de certaines mesures prônées, Georges Boris répond : « mais le petit commerce a disparu »1. Économiquement, les perturbations engendrées par la guerre, et qui n’ont pas épargné les artisans, persistent dans l’immédiat, puis la priorité est donnée à la modernisation des structures économiques en tablant sur la productivité. Or, dans l’entre-deux-guerres, l’artisanat a été défini selon une conception inverse (limitation de la main-d’œuvre, des outillages…). Socialement, enfin, le développement du salariat marque la naissance d’une nouvelle société française dans laquelle la place des indépendants, qu’ils soient artisans, commerçants ou paysans, ne paraît plus assurée. En 1944, l’avenir de l’artisanat n’est pas déterminé. Il peut profiter de la disparition des contraintes politiques et économiques de la guerre pour poursuivre son développement et s’épanouir. Inversement, la transformation du contexte peut arrêter cet essor. Quel visage présente l’artisanat au sortir de la guerre ? Comment évolue-t-il ?

I. L’APOGÉE ET LE REPLI

  • 2 Pour Henri Mourier, ses chiffres doivent dépasser d’environ 20 % la réalité. C’est certainement exc (...)

2Pour compter les artisans, le registre des métiers redevient douteux à la fin des années 1940. Ses chiffres sont exagérés en raison d’un mauvais enregistrement des radiations dû au fait que les artisans qui cessent leur activité n’ont pas toujours le réflexe de se faire radier. De plus, cet acte est payant, ce qui n’incite pas à le faire. Le registre des métiers s’encombre d’artisans qui ne sont plus en activité et qui tardent à se faire radier : il perd donc sa valeur statistique2. C’est une source fiscale qui permet de combler la défaillance du registre. Les artisans doivent payer la taxe pour frais de chambre des métiers. Ils apprécient d’autant moins cet impôt supplémentaire que l’utilité de ces chambres en laisse beaucoup perplexes. La tentation de l’oublier doit parfois être la plus forte. Elle n’échappe pas au travers de l’évasion fiscale. En outre, comme tout impôt, elle a ses exemptés. Les motifs d’exemption, et avec eux le nombre d’exemptés, croissent progressivement. En conséquence, la taxe fournit des minima. Le fichier des établissements de l’INSEE permet de consolider ces informations. La commission de l’artisanat s’en sert pour parer aux déficiences du registre des métiers. La méthode consiste à y relever tous les établissements de moins de cinq salariés dont l’activité est susceptible d’être exercée par un artisan. À la différence des précédents, cet indicateur ne provient pas directement des institutions artisanales. Il n’est pas exempt de défauts. Il se fonde sur la notion technique et géographique d’établissement et non sur la notion économique et juridique d’entreprise. Un établissement de moins de cinq salariés peut ne pas être artisanal s’il appartient à une entreprise possédant d’autres établissements qui la font passer au-delà de ce seuil. Il surestime ainsi le nombre d’artisans. En revanche, il oublie d’autres établissements qu’il range parmi les commerces. Selon que l’un ou l’autre de ces défauts domine, la série se trouve soit sous-évaluée (c’est le cas en 1946), soit surestimée (comme en 1960). Toutefois, assez souvent, ils s’annulent pour approcher au plus près la vérité. La combinaison de ces divers indicateurs permet de suppléer aux faiblesses de chacun d’eux pour mesurer l’évolution du stock d’entreprises artisanales après la seconde guerre mondiale.

A. UNE DÉMOGRAPHIE CONTRASTÉE

  • 3 Dans Histoire des Français, op. cit., p. 562.

3Après la guerre, le commerce connaît une certaine embellie. Certains observateurs, comme Louis Bergeron, vont même jusqu’à parler de période faste3. L’après-guerre serait un âge d’or boutiquier. En l’absence d’études plus approfondies sur le petit commerce, il est difficile de savoir si l’expression est abusive ou pas. On sait simplement que le nombre de boutiques croît progressivement jusqu’en 1952. Dans cette lecture, la crise poujadiste marque donc la fin des temps faciles. Le sort des artisans est habituellement assimilé à celui des petits commerçants. Traversent-ils ces années de la même façon ? En réalité, l’évolution de l’artisanat est beaucoup plus brutale. L’après-guerre est le temps de l’apogée et du repli.

1. L’apogée de 1948.

4La guerre laisse, dans l’artisanat, une situation à risque. En théorie, les installations sont bloquées pour protéger d’une concurrence déloyale les artisans qui n’exercent plus car ils sont mobilisés mais, pour satisfaire les besoins de la population, les préfets ont néanmoins dû autoriser de nombreux nouveaux établissements. Quand la guerre prend fin et que les anciens artisans peuvent reprendre une activité normale, le marché est proche de la saturation. La population française n’augmente pas mais diminue, au contraire, de 41,6 millions d’habitants en 1936 à 40,5 millions en 1946. Cette population réduite est également moins riche. Son niveau de vie a considérablement diminué. Son pouvoir d’achat est grignoté par l’inflation qui ne s’améliore pas avec la Libération. Les artisans sont donc plus nombreux pour servir une population diminuée et au pouvoir d’achat restreint. Le déséquilibre est clair. Pourtant, la croissance de l’artisanat ne s’arrête pas là.

Figure 5. Immatriculations et radiations au registre des métiers (1944-1949)

Figure 5. Immatriculations et radiations au registre des métiers (1944-1949)
  • 4 CACIL 103W100.
  • 5 P. A. Dessaux, « Entrepreneur de la pénurie : la formation d’une entreprise durant les années quara (...)
  • 6 Article 42 de la loi de finances du 31 décembre 1945.

5En 1944, les préfets du gouvernement provisoire sont beaucoup plus stricts. Alors, par exemple, qu’à l’automne 1940, le préfet de Tours acceptait 78 % des demandes d’ouverture, il en refuse plus de la moitié en 19444. À Montpellier, Bordeaux, Nice ou Clermont, plus de 60 % des demandes sont refusées5. À travers eux, l’État veut profiter des circonstances pour ne faire redémarrer que des entreprises saines. La croissance du nombre d’artisans ralentit donc en 1944. Elle n’est que de 1,44 % après avoir été de 3,8 % en 1943. Cette sévérité n’a qu’un temps et le nombre d’inscriptions au registre des métiers s’affole à partir de 1945. De 28 809, il passe déjà à 59 418 avant de plus que tripler en un an pour grimper à 195 162 en 1946. En décembre 1945, la loi de septembre 1939 est abolie6. La liberté d’entreprise rétablie entraîne un vif essor des créations dont la masse atteint des sommets inégalés. Jusqu’alors, la barre des 100 000 inscriptions au registre n’avait été dépassée qu’une seule fois en 1941 et à cause des régularisations. Cette fois, dans un contexte normal, elles vont presque deux fois au-delà. Toutefois, ce flot retombe dès 1947. En 1948, 57 934 installations d’artisans sont enregistrées, soit moins qu’en 1945, mais, pour l’instant, elles restent supérieures aux disparitions.

  • 7 Du fait du sous-enregistrement des cessations, ce taux doit être considéré comme un maximum. La réa (...)
  • 8 En appliquant le taux de croissance annuel de 3,1 % à la série et en partant de 740 000 artisans en (...)
  • 9 Le taux de croissance moyen de la série est calculé d’après la formule Vn =V0 (1 + t) n où V représ (...)
  • 10 Exactement 22,7 ans selon la formule log2/log (1 + t).
  • 11 La France compte 19,5 millions d’actifs en 1938 et en 1948 d’après J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malin (...)

6Les radiations augmentent aussi mais beaucoup moins vite (même si elles sont sûrement sous-évaluées). Certaines sont un effet de l’épuration. Localement, les dossiers d’autorisations d’ouverture montrent que certains artisans sont frappés d’indignité nationale par les tribunaux d’épuration mais ces mesures n’entraînent pas un surplus massif de radiations. En 1944, celles-ci ne sont que 28 219. Elles doublent presque en 1945 puis progressent lentement jusqu’en 1948 où elles atteignent 50 875. La différence avec les créations accélère la croissance du stock d’entreprises, déjà à 3,4 % en 1945. En 1946, celle-ci est à son zénith avec 16,2 % d’artisans de plus que l’année précédente7. Elle est moins forte ensuite à cause de la retombée des créations mais se poursuit jusqu’en 1948 (3,8 % en 1947 et 0,6 % en 1948). Le registre des métiers et la taxe pour frais de chambre des métiers s’accordent pour compter un peu plus d’un million d’artisans en France en 19488. C’est le maximum. Numériquement, l’artisanat est à un apogée. En dix ans, le pays gagne plus de 270 000 entreprises artisanales. Depuis 1938, le registre des métiers s’est étoffé de plus d’un tiers. Il croît au rythme moyen de 3,1 % par an9. C’est une croissance soutenue puisqu’à ce taux il ne faudrait qu’une vingtaine d’années pour que la population d’artisans double en France10. Comme la population active est restée stable, la part des artisans y augmente11. Ceux-ci en représentent 3,8 % en 1938 et 5,1 % en 1948. La croissance de l’artisanat se vérifie en valeurs absolues comme en valeurs relatives.

  • 12 M. Laloire, « Problèmes de l’artisanat européen », Revue internationale du travail, 1955, p. 263.

7Le développement de l’artisanat dans les années 1940 n’est pas propre à la France. Il se retrouve ailleurs en Europe. Il est avéré en Allemagne et aux Pays-Bas. Il est vraisemblable au Luxembourg et en Suisse. En Belgique, le nombre d’artisans diminue légèrement (de 164 575 à 159 264) entre 1937 et 1947 mais il y a néanmoins une forte augmentation après la guerre12. Si la croissance semble être générale en Europe, à quelques exceptions près, son rythme semble toutefois distinguer la France. En Allemagne fédérale, le nombre d’entreprises artisanales croît de 9 % entre 1939 et 1949. La croissance annuelle n’est que de 0,8 % contre 3,1 % en France. Le nombre d’artisans augmente donc près de quatre fois plus vite en France qu’en Allemagne entre la fin des années 1930 et la fin des années 1940.

2. Le retournement de 1949.

  • 13 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé…, p. 37.
  • 14 Rapport Lavergne, JO, document 5845, décembre 1948.
  • 15 AN F12 10017, revue de la presse artisanale, été 1949.

8En 1949, l’économie française subit un ralentissement. De presque 10 % en 1947, le taux de croissance du PIB grimpe à 13,2 % en 1948 puis redescend soudain à 7,5 % en 194913. Le ralentissement est flagrant et il est immédiatement perçu. Les entreprises artisanales le ressentent très fortement. Les rapports et les revues de presse du service technique de l’artisanat changent alors nettement de tonalité. Dès 1948, la presse artisanale évoque une crise dans plusieurs secteurs. En décembre, un rapport parlementaire relève que de nombreux artisans ne font vivre leurs ateliers qu’au prix de « nombreuses difficultés », voire de « difficultés insurmontables » qu’il attribue aux problèmes de ravitaillement et de transport mais aussi à l’outillage14. La situation se détériore. L’humeur des artisans devient maussade. La façon dont le compilateur de la revue de presse du service de l’artisanat commence sa synthèse de l’été 1949 est parlante : « L’artisanat compte un million de sujets… sans compter les sujets de mécontentement… »15.

  • 16 AN F12 10015, revue de la presse artisanale, janvier 1949.
  • 17 AN F12 10017, rapport artisanat, avril 1949, délégué départemental de Nancy.
  • 18 AN F12 10018, enquête sur les exportations de produits artisanaux, circonscription de Bordeaux, 11 (...)
  • 19 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Strasbourg.

9La crise fait son apparition dans les branches les plus fragiles. Elle se manifeste de différentes façons. La « mévente » est l’aspect le plus souvent cité. Dès 1948, le Moniteur de la cordonnerie remarque une forte chute des ventes qui n’ont atteint que la moitié de celles de 194716. Au début de l’année 1949, il s’inquiète car « nos cordonniers n’ont actuellement pas de travail ». Les cordonniers ne sont pas les seuls à sentir le retournement. Le Journal des maroquiniers déplore la mauvaise situation du métier en janvier 1949. Ses rédacteurs voient avec inquiétude se multiplier les cessions de fonds et les suspensions d’activité. Les journaux d’artisans se mettent aussi à parler de crise dans l’ameublement en 1949. Les rapports des délégués départementaux du service de l’artisanat confirment cette détérioration mais, rapidement, ils ne font plus de distinctions sectorielles, sinon pour désigner des activités plus sérieusement touchées. En avril 1949, par exemple, le délégué de Nancy juge que les métiers d’art sont parmi les plus touchés17. Un rapport de 1950 sur les exportations relève aussi une crise de mévente dans la tonnellerie. Il la qualifie de « très sérieuse » dans la conserverie18. À Strasbourg et à Rouen, les rapports reprennent le thème de la mévente19. En juillet 1949, le délégué de Rouen parle de la faiblesse des affaires qui réduit les moyens financiers des entreprises artisanales et de la mévente qui fragilise les trésoreries. En Lorraine, les trésoreries sont dans des situations difficiles à cause des délais de paiement demandés par les clients. La crise s’est généralisée. Pas plus que la croissance précédente, ce retournement n’est particulier à la France. La revue de presse du service de l’artisanat rapporte les mêmes problèmes dans d’autres pays d’Europe, notamment en Suisse et en Belgique.

10Ces difficultés ne sont pas une simple crise. Elles ne cessent pas avant la fin des années 1960. Dans l’artisanat, contrairement au petit commerce, le retournement s’opère dès 1949. Dès avant, des signes existent. La croissance est ralentie depuis 1947. Elle est très faible en 1948. Jusqu’en 1946, l’évolution du registre des métiers est dominée, et nettement, par l’augmentation des installations mais à partir de 1947, et pour longtemps, ce sont les radiations qui la déterminent. Elles ont été maintenues à un niveau exceptionnellement bas durant la guerre et elles retrouvent maintenant un rythme normal. En 1947 et en 1948, elles restent encore inférieures aux créations mais elles progressent déjà plus vite, d’où le ralentissement de la croissance. À partir de 1949, elles deviennent plus nombreuses et, en conséquence, le solde annuel du registre des métiers devient négatif et le nombre d’artisans diminue. À partir de cette date, l’artisanat français est confronté à un grave problème de renouvellement. Les nouvelles installations ne sont plus assez nombreuses pour couvrir les départs en retraite et les cessations. L’enregistrement des radiations est défaillant et cette défaillance ne fait que croître à mesure qu’elles se multiplient. Faut-il penser pour autant que si leur enregistrement était meilleur, le retournement serait visible avant 1949 ? Probablement non. En effet, les données de la taxe pour frais de chambre des métiers confirment celles du registre des métiers. Là aussi, le maximum est atteint en 1948 et la chute commence en 1949.

  • 20 Au taux annuel de – 3,9 %, il faudrait néanmoins 220 ans pour que l’artisanat disparaisse, c’est-à- (...)

11Ce retournement est-il brutal ? Selon le registre des métiers, la chute est de 2,6 % en 1949 et 1,9 % en 1950. Selon la taxe des chambres des métiers, elle est de 1,9 % en 1949 et 3,9 % en 1950. Il n’y a donc pas de période de transition. Le renversement est assez net et violent20. Le nombre d’artisans recule presque aussi violemment qu’il avait augmenté dans les années précédentes. Ensuite, d’après la taxe pour frais des chambres des métiers, le rythme de la régression est cyclique. Les années de baisse rapide alternent avec des ralentissements. Trois phases se distinguent jusqu’en 1962 : 1952-1954, 1955-1958 et 1959-1962. En 1951, l’ampleur de la diminution est en retrait par rapport au taux fort de 1950. Un nouveau cycle s’ouvre en 1952. Le taux de décroissance remonte alors à 1,57 % et diminue ensuite jusqu’à 0,95 % en 1954. Le cycle suivant est le plus violent. L’artisanat perd 2,79 % de ses effectifs en 1955 et encore 2,19 % en 1956. Ces deux années sont les plus difficiles. Le cycle se termine avec une baisse de 0,05 % en 1958. En dix ans, l’artisanat a déjà perdu 16,5 % de ses effectifs, soit un rythme moyen de – 1,7 % par an.

  • 21 Cf. par exemple : A. Gueslin, Nouvelle Histoire de la France Économique, op. cit., p. 32.
  • 22 Ce coefficient (r2) qui varie entre 0 et 1 doit être supérieur à 0,75 pour être significatif.
  • 23 Cf. chapitre X.

12Cette périodicité n’est pas s’en rappeler celle des Trente glorieuses avec ses quatre phases dans la croissance : 1948-1953, 1954-1959, 1960-1967 et 1968-197321. Les deux premières phases de diminution de l’artisanat s’insèrent dans la première. Les années les plus difficiles s’inscrivent totalement dans la deuxième. Enfin, la troisième phase de croissance débute quand la régression numérique de l’artisanat s’amortit nettement. Ce parallèle pose la question des relations entre croissance économique et déclin de l’artisanat. L’indice de la production industrielle croisé avec le nombre d’artisans qui paient la taxe pour frais des chambres des métiers donne sur la période 1947-1962 un coefficient de corrélation linéaire de – 0,91. Il y a donc bien dans cette période un fort lien entre la production industrielle et le nombre d’artisans22. Celui-ci joue contre l’artisanat. Plus la production nationale augmente, plus les effectifs d’artisans diminuent. Plus la croissance s’installe, moins elle a besoin des artisans. L’artisanat trahit une incapacité à profiter de la croissance économique dans les années 1950. Pour la seule période 1949-1959, r2 est encore plus fort (– 0,94). C’est quand il est au plus mal que l’artisanat est le plus lié à la production industrielle. Inversement, le lien se desserre à partir de la fin des années 1950, au moment où le déclin de l’artisanat s’amoindrit23.

  • 24 Les démographes nomment mortalité juvénile celle des enfants de moins de cinq ans pour la distingue (...)
  • 25 F. Gresle, L’univers…, op. cit., p. 136.
  • 26 Cette fragilité chronique se retrouve dans les listes nominatives de recensements. Beaucoup des art (...)

13La forte régression des années 1950 est liée à un surcroît de mortalité juvénile24. En effet, si les installations annuelles ont tendance à diminuer (57 934 en 1948 et 47 934 en 1951), elles restent à un niveau assez élevé. Elles sont quasiment aussi nombreuses que durant la guerre mais de plus en plus elles n’arrivent pas à se pérenniser. Les disparitions augmentent ; en particulier, celles de jeunes entreprises. En Gironde, 10,3 % des artisans inscrits en 1938 n’exercent pas plus de cinq ans. Ce taux de mortalité juvénile grimpe à 30 % en 1953. Dans le Nord, 36 % des radiations observées par François Gresle se font avant la cinquième année25. Le constat est clair, les nouvelles entreprises artisanales manifestent une très grande instabilité. Dans les années 1950, les nouvelles installations alimentent la croissance des cessations. Le problème de l’artisanat est donc double : non seulement les créations d’entreprises artisanales ne sont pas assez nombreuses pour contrebalancer les disparitions mais en plus ce renouvellement est de mauvaise qualité26.

B. DES SIGNES DE FAIBLESSES

14La démographie artisanale se renverse en 1949 très brutalement. Un simple problème conjoncturel n’aurait sans doute pas des conséquences aussi graves et surtout aussi durables. La violence du retournement conduit donc vers la recherche de motifs plus profonds mettant en cause les structures de l’économie artisanale. En 1948, l’artisanat est certes à un apogée mais la croissance qui l’y a conduite est labile. C’est en elle qu’il faut rechercher les sources du problème. À partir de 1949, l’artisanat paie le prix de ces faiblesses.

1. Les faiblesses économiques.

  • 27 CACIL 103W100, lettre de l’inspecteur des Transports et des Ponts et chaussées d’Indre-et-Loire du (...)

15La surmortalité des nouvelles entreprises invite à s’interroger sur les conditions de leur création. L’exceptionnelle croissance qui dure jusqu’en 1948 se nourrit d’une conjoncture particulière. Le retour de la paix ne ramène pas immédiatement un fonctionnement normal de l’économie nationale. La désorganisation des infrastructures de transport est importante. Les pénuries persistent. L’inflation s’installe. Le gouvernement veut supprimer le rationnement mais doit rétablir la carte de pain le 28 décembre 1945. Ces problèmes gênent particulièrement les grandes entreprises qui tardent à rétablir une production régulière. Quand elles peuvent produire, les problèmes de transport les empêchent d’atteindre leur clientèle et d’irriguer la totalité du marché. Pour un temps, les marchés restent cloisonnés. Ce cloisonnement et ces pénuries profitent aux petits producteurs locaux qui suppléent aux défaillances des firmes plus importantes tout en étant à l’abri de leur concurrence. À l’automne 1944, par exemple, la préfecture d’Indre-et-Loire reçoit de nombreuses demandes d’autorisations de petits transporteurs. L’inspecteur des Transports et des Ponts et chaussées s’inquiète de la création de ces entreprises de « tonnage très faible ». Pour lui, « tous ces petits transporteurs sont appelés à disparaître dès qu’il y aura des camions neufs d’assez gros tonnage »27. En outre, puisque leur activité n’est pas encore importante, les grandes sociétés n’ont pas de gros besoin de main-d’œuvre. En conséquence nombre de travailleurs sont sans emploi à leur démobilisation ou à leur retour de captivité. S’installer à son compte est pour eux une solution. L’inflation crée sûrement aussi l’espoir de quelques gains rapides. À la Libération, l’artisanat continue donc de profiter des particularités du marché qui l’ont avantagé durant la guerre.

  • 28 CACIL 103W150.

16Mais cette croissance est fragile. En premier lieu, elle dépend d’une conjoncture qui ne dure pas et dont la fin détériore la situation de ceux qui se sont mis à leur compte pendant cette période. En second lieu, elle à va à l’encontre du marché, déjà potentiellement surchargé. Toutes les installations de l’immédiat après-guerre viennent s’y surajouter. L’artisanat est très encombré. Les dossiers d’autorisation en témoignent sans équivoque. En novembre 1945, par exemple, des ébénistes reçoivent l’autorisation d’exercer malgré l’avis du CO du bois qui juge la profession « très encombrée »28. Le cas se retrouve dans d’autres activités. Il est donc clair que la situation de l’artisanat à la fin des années 1940 n’est pas viable. L’importante croissance qu’il vient de vivre ne s’appuie pas sur des fondations sûres. Ces faiblesses deviennent des handicaps. Les installations précaires des années 1940 font les disparitions nombreuses des années 1950. Leur manque de viabilité est à l’origine du surcroît de mortalité juvénile.

  • 29 AN F12 10015, revue de la presse artisanale, décembre 1948.
  • 30 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Strasbourg.

17Quand les problèmes apparaissent en 1949, les artisans mettent en cause trois facteurs : l’État, la faiblesse du pouvoir d’achat mais aussi eux-mêmes. Les mauvais résultats sont mis au compte de la politique financière globale de l’État. Des plaintes s’élèvent plus particulièrement contre le contrôle des prix et la hausse des charges. À Strasbourg, les boulangers se plaignent des prix imposés et le délégué départemental met en cause l’excès d’impôts et de charges sociales. L’Artisan Comtois, dès 1948, explique que les chiffres d’affaires ne montent qu’artificiellement, que les charges augmentent plus vite encore et qu’en conséquence les bénéfices ont tendance à diminuer de plus en plus. Ce journal professionnel pointe aussi la différence entre les prix de revient et les prix imposés29. Les artisans alsaciens du bâtiment critiquent l’insuffisance des crédits à la reconstruction30. La crise dans l’ameublement est interprétée comme une suite de la crise du logement car ainsi les logements à meubler manquent. Cette première série de facteurs relève d’une lecture libérale de la crise. Elle consiste à en faire porter la responsabilité aux contraintes que l’État impose aux entreprises. Elle suppose que libérées de ce carcan, elles réussiraient mieux. Les entreprises artisanales ne seraient pas fondamentalement en cause.

  • 31 AN F12 10017, revue de la presse artisanale, été 1949.
  • 32 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Strasbourg.
  • 33 AN F12 10017, revue de la presse artisanale, été 1949.
  • 34 AN F12 10017, rapport artisanat, août-septembre 1949, délégué départemental de Rouen.
  • 35 H. Mourier, « Enquête… », dans J. Hamel, M. Byé, Aspects…, op. cit., p. 90.
  • 36 AN F12 10017, rapport artisanat, décembre 1949-janvier 1950, délégué départemental de Nancy.

18L’État n’est pas seul mis en cause. Les artisans s’inquiètent aussi de l’état du marché. La détérioration de 1949 est vue aussi comme une conséquence de la faiblesse du pouvoir d’achat des consommateurs. Le Journal des bijoutiers croit pouvoir parler d’une rétention des achats et d’un « parti pris de n’acheter que le nécessaire »31. La faiblesse du pouvoir d’achat se retrouve aussi dans les rapports des délégués, par exemple à Strasbourg en juin 194932. Elle pousse une partie des artisans à se demander si, dans ces conditions, leurs prix ne seraient pas trop élevés. La Voix artisanale pense que la différence de prix de revient entre les artisans et l’industrie tourne les consommateurs vers les séries industrielles au détriment de produits de meilleures qualités en période de faible pouvoir d’achat. La Revue de l’ameublement délaisse la rengaine habituelle sur la qualité et écrit franchement : « nous sommes trop chers, beaucoup trop chers ». Ces artisans-là appellent leurs confrères à baisser les prix de revient et à se mécaniser, à mettre la machine « à notre service » et à améliorer les méthodes. Pour eux, il faut « serrer les prix, vérifier les factures, les temps passés, les frais généraux… »33. Ils désignent ainsi l’une des faiblesses fondamentales de l’artisanat : la croissance des années quarante s’est faite sans souci de modernisation. Quand les artisans accusent l’État, ils le font rarement au sujet du crédit artisanal. Seul le délégué de Rouen le signale34. Les artisans méconnaissent cette possibilité et sous-estiment la faiblesse de leurs investissements ; le défaut de crédit est donc peu ressenti. Il est plus rare que la concurrence de l’industrie soit mise en cause. À Strasbourg, les tailleurs vitupèrent l’industrie de la demi-mesure mais leur exemple reste isolé dans les rapports et les revues de presse. Au contraire, les syndicats interrogés par le Centre d’études internationales de l’artisanat signalent que la concurrence de l’industrie n’est pas en cause car personne ne remplace les artisans partis, ni les industries, ni les autres35. Des plaintes apparaissent aussi contre le travail au noir, notamment dans la couture36. Elles sont certainement justifiées dans ce secteur mais c’est aussi une accusation symptomatique de période de crise. Elle existait déjà dans les années trente et avait disparu depuis.

2. Un statut moins attirant.

  • 37 M. Lescure, « Créateurs et créations d’entreprises : les enjeux d’un questionnement », dans J. Mars (...)

19Michel Lescure a montré que la vitalité des PME dépend de leur renouvellement. Contrairement aux grandes organisations chandleriennes, les petites entreprises n’ont pas de vie propre. Elles sont liées à la famille fondatrice. Les performances diminuent en vieillissant car les cadres ne se renouvellent pas. Selon les schémas d’A. Marshall, l’entreprise disparaît souvent avec la troisième génération familiale qui n’a plus le « feu sacré » de l’aïeul créateur37. Il faut donc que de nouvelles firmes viennent la remplacer. C’est encore plus vrai de l’artisanat. L’entreprise artisanale est intimement liée à la personne de son créateur, plus encore qu’à sa famille. L’artisanat ne retient pas ses enfants. Quand l’artisan cesse son activité, l’entreprise disparaît. Elle est l’affaire d’une seule personne et d’une seule génération. Le renouvellement de l’artisanat dépend donc de sa capacité à attirer de nouvelles personnes. Durant la guerre et l’après-guerre, ce modèle profite de la conjoncture et l’artisanat se développe mais ce système se grippe progressivement. Le statut d’artisan devient moins attirant. Deux éléments en particulier jouent contre lui : l’évolution des revenus et la protection sociale.

  • 38 Cf. supra et C. Jaeger, Artisanat et capitalisme. L’envers de la roue de l’histoire, Paris, Payot, (...)
  • 39 F. Gresle, L’univers de la boutique…, op. cit., p. 124.
  • 40 Chiffres cités par N. Mayer, G. Michelat, « Les choix électoraux des petits commerçants et artisans (...)

20En terme de revenus, l’artisanat devient moins intéressant que le salariat. Le niveau des salaires industriels a un impact sur les flux démographiques artisanaux. Il peut tarir les installations tout en précipitant les cessations. Les créateurs d’entreprises artisanales sont avant tout des ouvriers professionnels38. Dans la mesure où les salaires industriels augmentent dans une période où, au contraire, les perspectives de gains dans l’artisanat se contractent, ces ouvriers professionnels ont moins intérêt à s’installer à leur compte. D’après le CERC, entre 1946 et 1967, les revenus des indépendants augmentent de 88 % alors que ceux des salariés progressent de 189 %39. L’attrait de l’indépendance s’en trouve atteint. Sans compter qu’en restant salariés, ces ouvriers travaillent moins et n’ont pas à assumer les tâches administratives. A contrario, pour des artisans en difficulté, ces arguments incitent à quitter l’artisanat pour gagner un emploi industriel. Il devient plus intéressant pour eux de renoncer à une indépendance où ils vivotent au profit d’un emploi qualifié dans l’industrie où les salaires augmentent. La comparaison des conditions d’ouvrier qualifié et d’artisan ne joue pas en faveur de l’artisanat dans les années cinquante. La situation s’améliore dans les années suivantes. Entre 1965 et 1970, les revenus des artisans augmentent de 47 % contre 57 % pour les employés40. L’écart entre artisans et salariés se réduit.

  • 41 SAEF B662, protestation des syndicats d’artisans du Cher.
  • 42 SAEF B663, rapport du directeur des contributions directes du Lot-et-Garonne, 10 février 1950.
  • 43 ASF, annuaire rétrospectif 1948-1988, p. 92.
  • 44 SAEF B664, note pour le ministre, 19 février 1955.
  • 45 Données sociales, 1987.

21Les données sur les revenus des artisans restent rares et dispersées mais s’accordent pour montrer une certaine modestie. En 1946, le directeur des contributions directes du Cher considère que les forfaits des artisans de son département correspondent aux revenus moyens d’un ouvrier qualifié41. En 1949, sur les cinquante tonneliers du Lot-et-Garonne, vingt ont des revenus inférieurs à 120 000 francs et ne sont pas imposables, soit 40 %, quand, à l’inverse, un seul dépasse le plafond des forfaits et est imposé au réel. Leur forfait moyen est de 135 000 francs, soit peu au-delà du minimum imposable42. En 1951, les cordonniers parisiens acceptent en moyenne un forfait de 219 000 francs. La même année, le salaire net annuel des ouvriers est en moyenne de 256 000 francs43. En 1952, ceux de Béziers ont un forfait de 192 000 francs en moyenne. Toutefois, la tonnellerie et la cordonnerie sont des métiers en déclin et en crise profonde, non représentatifs de l’ensemble de l’artisanat. Sur l’ensemble du pays, le forfait moyen des artisans français est de 230 000 francs en 194944. En 1953, il est de 399 000 francs alors que le salaire net annuel ouvrier s’établit en moyenne à 380 500 francs45. Les revenus des artisans dépassent peu ceux des ouvriers. Dans certaines branches en difficulté, ils sont même inférieurs. L’attrait de l’artisanat s’en ressent. En se mettant à son compte, un ouvrier s’astreint à des journées plus longues pour une rémunération à peine supérieure. A contrario, les artisans les plus pauvres ont financièrement intérêt à renoncer à leur indépendance pour un emploi d’ouvrier. De même, ceux qui à la Libération espèrent obtenir des gains rapides en s’établissant à leur compte grâce à l’inflation ne peuvent qu’être déçus et penser leur retour au salariat. Enfin, les catégories sociales inhabituelles (cadres, ingénieurs…) que la guerre a menées vers l’artisanat gagnent à retourner dans leur sphère d’origine où les rémunérations sont supérieures.

  • 46 Chaque année, la direction générale des impôts réalise des estimations de l’évolution des chiffres (...)

22Avec le retour de la paix, l’artisanat connaît un important regain d’activité. En moyenne, les chiffres d’affaire doublent pratiquement par rapport à l’année précédente mais en 1944 l’activité était dans un creux, ce qui relativise la progression de 194546. La fin des années 1940 est marquée par un important ralentissement. La croissance des chiffres d’affaires est en fort recul par rapport à l’immédiat après-guerre. Le point bas est atteint en 1950. Une amélioration survient en 1951 mais le ralentissement est à nouveau sensible dans les années suivantes. Il est d’autant plus notable qu’il est exprimé en francs courants. Or, une part de cette croissance est due à l’inflation. Elle en est parfois le principal facteur. Si on défalque le taux d’inflation du taux de croissance du chiffre d’affaires, le solde est parfois minime, par exemple en 1950 et 1953. On obtient une image plus juste du niveau d’activité. Un très fort ralentissement apparaît alors entre 1945 et 1950. Ensuite, le niveau d’activité se ressaisit un peu mais sans retrouver celui de la fin des années quarante. La stabilisation est contrariée par de mauvaises années comme 1953. Cette évolution est parallèle à celle du registre des métiers. Donc, l’évolution de l’activité a des conséquences directes sur celle du nombre d’entreprises artisanales. L’artisanat fait preuve d’une très forte sensibilité. Il supporte très mal les aléas de la conjoncture. Une baisse d’activité se traduit par une diminution du nombre d’artisans. Elle traduit la présence dans l’artisanat d’entreprises très fragiles, incapables de supporter les variations de la conjoncture. Enfin, ces enquêtes confirment que l’artisanat est une activité moins rémunératrice.

  • 47 Le seul travail disponible à ce jour sur la sécurité sociale des indépendants est : F. Gresle, « In (...)
  • 48 Les artisans peuvent cotiser selon cinq classes. À chacune correspond un nombre de points. En 1958, (...)

23La protection sociale devient l’autre point faible du statut d’artisan. L’instauration de la sécurité sociale pour tous, par l’ordonnance du 4 octobre 1945, est l’un des grands acquis de l’après-guerre47. Elle contribue à réaliser le vœu de démocratie sociale du programme de la Résistance mais cette nouveauté n’est pas pareillement acceptée par tous. Quatre catégories sociales refusent cette obligation : les agriculteurs, les commerçants, les professions libérales et les artisans. Ils craignent d’être minoritaires et ignorés dans la gestion du système. Ils redoutent aussi une augmentation des charges qui remettrait en cause leur rentabilité. Ils veulent leurs propres caisses fonctionnant sur un principe de capitalisation et non de répartition. Ils obtiennent gain de cause puisque quatre régimes autonomes d’assurance vieillesse sont institués. Les artisans créent la CANCAVA (Caisse Autonome Nationale de Compensation des Assurances Vieillesse des Artisans) en 1949. C’est un système autonome mais obligatoire et fonctionnant par répartition. Une dose de capitalisation est introduite puisque chacun a la possibilité de cotiser plus pour avoir une meilleure retraite. Les cotisations obligatoires sont à payer tous les trimestres jusqu’à la cessation d’activité (et au maximum jusqu’à 65 ans). L’autonomie permet aux caisses de fixer elles-mêmes le montant des cotisations48.

  • 49 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Clermont-Ferrand. AN F12 10017 (...)

24L’autonomie ne tarde pas à devenir un piège. Les prestations sont insatisfaisantes. La couverture des risques est moins large que dans le régime général puisque seule la retraite est prise, non la maladie. Les retraites versées sont assez modestes. D’un côté, les retraités n’ayant jamais cotisé alourdissent la gestion. De l’autre, le nombre d’artisans, donc de cotisants, diminue. Le rapport actifs-inactifs se détériore continuellement. Il est de 1 retraité pour 3,53 actifs en 1958 et de 1 pour 1,75 en 1969. L’écart entre la qualité des prestations du régime général et celle du régime artisanal grandit constamment. En 1965, 40 % des artisans et des commerçants reçoivent moins de 165 francs par mois contre 12 % des salariés du privé. Le problème du régime artisanal est de ne disposer que d’une seule source de financement. Seuls les artisans cotisent alors que dans le régime général les salariés et leurs employeurs cotisent. L’équilibre des caisses devient précaire. Le déficit augmente. L’État propose assez vite de les secourir contre un droit de regard sur la gestion. Arc-boutés sur leur autonomie, les administrateurs refusent cette solution, minimisent les difficultés et enchaînent année après année les auto-satisfecits. Cette attitude provoque des critiques. Tous les artisans ne sont pas partisans de l’autonomie. Dans la région de Clermont-Ferrand, par exemple, ils se distinguent en rejetant le principe d’un régime autonome artisanal. Dès 1949, ils protestent contre les différences de traitements entre eux et les salariés dans les lois sociales. Ils veulent les mêmes avantages et jugent qu’il ne faut pas se limiter à la couverture de la vieillesse mais aussi prévoir les maladies49. Les artisans sont de plus en plus nombreux, notamment au sein du bâtiment, à vouloir le rattachement au régime général. Cependant, les autres fédérations d’artisans ne veulent pas de cette solution. Les assureurs privés non plus car pour l’instant ce sont eux qui assurent les artisans contre le risque maladie. Les administrateurs s’accrochent à leur autonomie.

  • 50 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Nancy.
  • 51 AN F12 10017, rapport artisanat, juin-juillet 1949, délégué départemental de Rouen.
  • 52 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Limoges.

25Cette attitude pose la question du prix de cette autonomie. Les artisans ne payeraient-ils pas très cher l’entêtement de leurs représentants ? Ce système coûteux pour des prestations médiocres ne précipiterait-il pas quelques artisans vers la sortie ? En refusant le régime général les représentants de l’artisanat commettent certainement une erreur. Isolés et coupés de la solidarité nationale, les artisans bénéficient d’une protection moins complète et au coût élevé. En conséquence, la comparaison avec le salariat défavorise encore une fois l’artisanat. Les salariés jouissent d’une meilleure couverture sociale. Ce déséquilibre retient les ouvriers de passer artisans et incite les artisans à devenir salariés. À Nancy, dès 1949, le délégué départemental rapporte que des artisans renoncent à leur indépendance pour un poste de salarié dans l’industrie où les avantages sociaux les attirent50. En juillet 1949, à Rouen, des artisans se font radier du registre des métiers depuis la mise en recouvrement des cotisations des assurances vieillesses51. À Limoges, les adhésions se font mal et la constitution des caisses préoccupe les artisans52. Certains se font radier pour ne pas payer mais continuent de travailler en marge de la légalité.

3. Un handicap durable.

  • 53 J. Malassigné, « L’artisanat : vestige du passé, utilité économique, nécessité sociale », Droit soc (...)

26Ce problème ne se limite pas aux années 1950. Il pénalise durablement l’artisanat. Dans la décennie suivante, les observateurs s’inquiètent encore des conséquences de cette mauvaise couverture sociale. Jean Malasigné, par exemple, craint qu’à terme la mauvaise protection sociale des artisans ne joue contre l’artisanat en faisant renoncer certains jeunes à s’installer53. Il souligne que les artisans sont surtout défavorisés pour les assurances sociales. Beaucoup d’artisans y ont cotisé lorsqu’ils étaient ouvriers mais bien peu continuent de le faire ensuite.

  • 54 P. Suet, L’artisan, Sirey, 1965, p. 122 à 135.
  • 55 La classe normale est la classe D. Les classes A, B et C sont des classes d’exonération aux cotisat (...)
  • 56 G. Nicoud, Les dernières libertés, menottes aux mains, Denoël, Paris, 1972, p. 100.

27Le régime de retraite des artisans est refondu par les décrets du 17 et 24 septembre 1964 pour revaloriser les pensions et fixer un minimum de retraite pour les artisans ayant trente ans d’activité54. Ces décrets entraînent une augmentation des cotisations. Leur montant annuel est obtenu en multipliant la valeur du point par le nombre de points de la classe choisie par l’artisan55. Une pension minimale existe qui est alors 1 320 francs. En 1969, selon Gérard Nicoud, la retraite avec trente ans de cotisations est de 5 338 francs par an à la CANCAVA contre 7 920 francs à la sécurité sociale. Les commerçants s’en tirent encore moins bien avec 3 705 francs56.

  • 57 J. Duclain, « Le monde des métiers en pleine mutation », Économie et humanisme, 1970, 191, p. 12. G (...)

28Le système pâtit de l’évolution démographique de l’artisanat. Du fait de la diminution du nombre d’artisans, il y a peu de nouveaux cotisants alors que chaque année une nouvelle génération se met à la retraite et prétend au versement de sa pension. En 1970, Joseph Duclain recense 2,7 actifs pour 1 retraité contre 4,2 dans le régime général. Gérard Nicoud parle d’un rapport de 1,74 en 1969 contre 3,53 en 195857. En conséquence, les cotisations doivent continuellement augmenter pour maintenir le régime à flot. Le choix initial de l’autonomie devient une erreur chaque année plus évidente puisqu’elle prive les artisans du bénéfice de la solidarité nationale en œuvre dans le régime général. Dans un régime unique, la diminution du nombre des indépendants aurait été compensée par la croissance du salariat.

29Jusqu’à la loi de 1966, il n’existe pas de véritable couverture contre la maladie. Les artisans ont jusqu’à cette date deux possibilités : s’affilier volontairement au régime général ou souscrire une assurance privée. L’affiliation volontaire est plus généralement choisie par les jeunes artisans. Le plus souvent ex-ouvriers, ils continuent simplement de cotiser à ce régime. La possibilité de souscrire une assurance privée a le défaut de la virtualité puisque les compagnies n’acceptent que les biens portants. Ce système est donc inégalitaire, d’autant plus que ce sont ceux qui ont le plus besoin d’une couverture, les vieux artisans ou les malades, qui y accèdent le moins facilement ou à un coût supérieur.

  • 58 G. Nicoud, Les dernières libertés…, op. cit., p. 31.
  • 59 La liste de ces maladies devient un motif supplémentaire de récriminations puisqu’y figurent des ma (...)

30La loi du 12 juillet 1966 a vocation à faire cesser cette situation mais mal conçue et mal négociée, elle provoque un tollé général dans lequel s’illustre bientôt le cafetier Gérard Nicoud qui parle d’une loi votée « à la sauvette ». Celui-ci juge l’ancien système plutôt mauvais et se dit favorable à une loi-cadre mais, à ses yeux, celle du 12 juillet 1966 est « un véritable foutoir » dont il accuse la CGPME d’être responsable58. Il est vrai que sous la pression des organisations professionnelles (mais pas seulement de la CGPME), la loi est minimaliste. Seul le gros risque est couvert selon une liste de 21 maladies longue durée. Elles sont remboursées à 80 % et les autres maladies sont peu (pour les enfants et les vieillards) ou pas remboursées (pour les adultes)59. L’adhérent est libre de choisir la caisse à laquelle il adhère. Le système est autonome. Les défauts sont évidents. La liberté de choix de la caisse d’affiliation provoque leur multiplication (on en recense vite 55) ; d’où un fonctionnement compliqué avec des frais de gestion importants. L’autonomie exclut la solidarité nationale au profit d’une solidarité strictement intraprofessionnelle avec pour conséquence des cotisations élevées pour une couverture réduite. Pour être bien couvert, il faut une assurance complémentaire qui en alourdit encore le coût. Selon Gérard Nicoud, le nouveau système est deux fois plus onéreux que l’ancien.

  • 60 Cité par G. Nicoud, Les dernières libertés…, op. cit., p. 104.
  • 61 G. Nicoud, Les dernières libertés…, op. cit., p. 93 et 97.
  • 62 Économie et humanisme, 191, 1970.
  • 63 L. Clerc, « L’artisanat face à son avenir, éléments d’une politique », Économie et humanisme, 191, (...)
  • 64 G. Nicoud, Les dernières libertés…, op. cit., p. 95-96 et 115.

31La responsabilité accablante des représentants de l’artisanat leur vaut de nombreuses critiques. En 1967, un rapport de la cour des comptes pointe les frais de gestion inutiles dus à l’organisation irrationnelle des caisses de retraite60. Gérard Nicoud dénonce « la gabegie ou l’incapacité de nos administrateurs » et l’autofinancement intégral comme une prétention démagogique des dirigeants de l’artisanat et du commerce61. Les auteurs de la revue Économie et humanisme critiquent les organisations artisanales et l’État62. Aux premières, ils reprochent de mener une « politique strictement défensive et protectionniste » à l’origine de ces difficultés ; au second, d’avoir trop facilement suivi ces organisations et le « laisser-faire » qui permet d’instituer un tel système qu’il faut ensuite réformer. Elle donne une audience aux revendications du Centre des Jeunes Artisans (CJA) ou du Comité Interconfédéral de Coordination de l’Artisanat (CICA.) qui propose la création d’un fonds national de retraite auquel cotiserait l’ensemble des Français et qui verserait à tous dans le cadre du régime de base une allocation minimum vitale. Le régime complémentaire resterait aménagé selon les groupes socioprofessionnels63. La Fédération Nationale des Artisans du Bâtiment (FNAB), est partisane du rattachement au régime général. Gérard Nicoud est attaché au système de la répartition, « le plus juste », et pense que « la capitalisation est inadmissible » mais il refuse l’intégration des artisans au régime général car il craint que, noyés dans la masse des représentants, ceux du commerce et de l’artisanat ne puissent s’y faire entendre64. Il préfère une réorganisation des caisses pour en diminuer le nombre avec une fusion de l’ORGANIC et de la CANCAVA. Les artisans sortiraient probablement perdants d’une telle fusion puisque le régime des commerçants est encore plus déséquilibré que celui des artisans. Une vingtaine d’années après l’instauration de la sécurité sociale, le régime des artisans reste un problème dont ils sont les premiers à pâtir. Malgré quelques améliorations, la comparaison avec la protection des salariés lui est toujours défavorable. Ce handicap freine les passages du salariat à l’artisanat.

C. DES DIFFÉRENCES SECTORIELLES

  • 65 M. Laloire, Problèmes…, op. cit., p. 264. Pour l’Espagne : A. Plasencia, dans J. Hamel, M. Byé, Asp (...)

32Dans les années 1950, la hiérarchie des activités artisanales est assez comparable dans les pays européens. Quasiment partout, les trois plus importants secteurs sont l’alimentation, le bâtiment et la confection. Entre ces trois, l’ordre peut varier. En Belgique ou en Pologne, l’alimentation arrive en tête suivie de la confection. En Allemagne, la confection précède le bâtiment. Elle est également en tête en Espagne65. En France, la détérioration qui apparaît à partir de 1949 a des conséquences importantes sur la composition de l’artisanat. Les difficultés ne sont pas ressenties avec la même intensité dans tous les métiers. Pour certaines activités, les difficultés ne sont pas nouvelles ; leurs problèmes ne font que se confirmer, voire s’aggraver. Par contre, des secteurs jusque-là prometteurs et les secteurs forts ne sont pas épargnés. La crise généralise les problèmes. Les artisanats de production souffrent plus que les services et seul le bâtiment poursuit son développement. Le déclin produit une recomposition de la hiérarchie des métiers artisanaux.

Tableau 4. Répartition des artisans par secteur d’activité en 1944 et 1955

Tableau 4. Répartition des artisans par secteur d’activité en 1944 et 1955
  • 66 Les données brutes ont été retravaillées pour pouvoir comparer les deux années et les ramener en po (...)

Sources : AN 80AJ24 et H. Mourier66.

1. Des situations critiques.

  • 67 Cf. infra.
  • 68 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan.
  • 69 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan.
  • 70 H. Mourier, « Essai de statistiques artisanales », dans J. Hamel, M. Byé, Aspects…, op. cit., p. 90
  • 71 M. Dumas, L’évolution de l’artisanat dans les métiers de la mode féminine, Centre international d’é (...)

33Les secteurs déjà en difficulté et minoritaires dans les années 1930 sont les plus sérieusement touchés et les premiers à ressentir la détérioration67. Ce déclin est caractérisé par une diminution des artisans et par leur vieillissement. Le cuir devient le secteur le moins important. À la Libération, c’est encore près d’un artisan sur dix qui exerce dans cette branche. Dix ans plus tard, la proportion n’est plus que d’un sur vingt. De 1955 à 1960, la France perd 1 500 bourreliers et 1 200 sabotiers68. Avec la confection, la dégradation touche l’une des principales activités de l’artisanat. Celle-ci entre dans le groupe des secteurs les plus en difficulté. Ce secteur est l’un des plus bouleversés. Il est devenu très nettement déficitaire. Dans la seconde moitié des années 1950, il y a 12 000 disparitions de plus que de créations69. Son déclin a de fortes conséquences sur l’ensemble de l’artisanat. La confection contribue fortement à son recul. En outre, tous ces métiers vieillissent. En 1953, 50 % des ébénistes ont plus de 50 ans et 60 % des bourreliers et des tonneliers (dont 30 % plus de 60 ans)70. En 1957, 55 % des artisans du cuir ont l’âge de la retraite. En 1936, près du tiers des couturières ont entre 30 et 50 ans. En 1954, 40 % ont entre 45 et 65 ans71.

  • 72 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 115.
  • 73 M. Dumas, L’évolution de l’artisanat…, op. cit., p. 44.

34Ces chutes ne sont pas propres à l’artisanat. Ces artisans subissent le recul de l’ensemble de leur branche. C’est l’ensemble de l’industrie du cuir qui est en difficulté. Plus du quart des entreprises du textile et de la confection imposées au réel disparaissent dans la décennie 195072. L’artisanat y souffre un peu moins que les autres entreprises. Entre 1954 et 1958, le nombre d’établissements chute de 18 % mais « que » de 17 % dans l’artisanat. En particulier, la baisse est moins accentuée chez les sans-salariés où elle est de 14 % contre 32 % chez les artisans employant entre deux et cinq salariés73. Dans la corseterie, les établissements de plus de cinq salariés chutent de 40 % contre 27 % pour l’ensemble. Selon Marie Dumas, les artisans diminuent leur main-d’œuvre pour diminuer leur prix de revient. Chez les modistes, la part des sans-salariés passe de 66 % à 70 % entre 1954 et 1958. Les artisans détiennent 86 % des entreprises d’habillement. Toutefois, les couturières sont handicapées par rapport aux grandes entreprises. Elles ne bénéficient pas des mêmes conditions, notamment des mêmes rabais et délais de paiement, que les grandes maisons de couture auprès des fournisseurs de tissu.

35Ce déclin, à l’allure inéluctable, a plusieurs causes. Ces métiers subissent l’évolution des techniques. La tonnellerie perd ses débouchés devant l’apparition de cuves en verre ou en métaux spéciaux et devant le développement du transport en citerne. Les artisans ne se maintiennent que dans les vignobles de qualité où le développement des arômes du vin réclame des tonneaux en bois. Toutefois, ils y sont confrontés à la propension des grands domaines à avoir leurs propres tonneliers salariés. Les cordonniers subissent le développement de l’usage des matières plastiques dans la fabrication des chaussures ou du caoutchouc pour les bottes.

  • 74 Données sociales, 1987, p. 388 et suivantes. M. Dumas, L’évolution de l’artisanat…, op. cit.
  • 75 M. Dumas, L’évolution de l’artisanat…, op. cit., p. 106.

36L’évolution des marchés est aussi défavorable. Le marché textile se développe (12 % par an jusqu’en 1961, 4 % entre 1964 et 1970)74. Les enquêtes habillement de 1953 et 1972 montrent un doublement des achats par personne, porté par l’essor des dépenses féminines et pour les enfants. Les achats des femmes croissent de 145 % contre 71 % pour celles des hommes. Alors qu’en 1953 un homme dépense 30 % de plus qu’une femme, les achats féminins progressent au point d’inverser la tendance. Or, les hommes font deux fois plus appel à un tailleur que les femmes. L’évolution du marché marginalise ensuite les tailleurs. Les femmes jouent désormais un rôle directeur sur ce marché. Or, elles ont moins l’habitude de s’adresser aux artisans. En outre, les tenues féminines se simplifient et les progrès du prêt-à-porter permettent de satisfaire cette clientèle sans recourir à une couturière. En corseterie, l’apparition de nouveaux tissus permet à l’industrie de varier la gamme des tailles et des modèles et diminue les besoins en sur-mesure. Les artisanes ne conservent que la clientèle âgée et celle des fortes tailles. Elle joue aussi sur la concurrence par les prix. Une gaine artisanale sur-mesure vaut en 1958 entre 12 000 et 16 000 francs contre 2 000 à 3 000 francs en prêt-à-porter75. L’évolution du marché joue en défaveur de l’artisanat. De même, les vêtements sont plus souvent renouvelés car les ménages les font moins réparer. Là aussi, c’est un marché qui disparaît pour les couturières. Leur fonds de clientèle est constitué par des femmes aisées mais souvent aussi âgées des grandes villes qui leur suffisent de moins en moins pour survivre.

37Dans la cordonnerie, la reconversion de la fabrication vers les services est compromise par l’évolution du marché. Quelques artisans font l’effort de s’équiper pour diversifier leurs réparations. Malheureusement, cet effort est de plus en plus difficile à fournir pour une rentabilité de plus en plus aléatoire. Les nouvelles matières et la diversification des modèles rendent le matériel de plus en plus coûteux. Or, la clientèle ne suit pas. Compte tenu du faible prix des chaussures neuves, il est moins intéressant de faire réparer les anciennes. Quand elles sont usées, elles sont remplacées. Pour faire face, les réparateurs devraient considérablement réduire leur prix mais ils ne le peuvent pas en raison des frais engagés pour s’équiper. La cordonnerie se trouve donc dans une impasse. La majorité des ateliers est techniquement obsolète mais le marché de la réparation n’est pas suffisant pour supporter le coût de leur rénovation. En outre, les nouvelles machines sont inadaptées à la situation personnelle de nombreux cordonniers car le secteur est occupé par une part importante d’infirmes et de vieillards qui ne supportent pas la station debout qu’elles imposent. Au sortir de la première guerre mondiale, l’État avait encouragé les mutilés à s’installer dans ce secteur qu’il s’engageait à protéger (d’où aussi les lois de 1936). Les artisans installés alors constituent l’essentiel des actifs des années cinquante. Le secteur ne se renouvelle plus. La moyenne d’âge augmente.

  • 76 Artisans et ouvriers d’Alsace, p. 341.

38L’évolution des marchés est encore en cause dans la disparition de métiers apparus durant la guerre. Le métier de tricoteur, par exemple, apparaît durant la guerre et connaît un grand succès mais entre rapidement en déclin ensuite. Le retour à la normale de l’activité économique, la fin des pénuries et du rationnement des matières premières a raison de ce nouveau métier. En Alsace, son chiffre d’affaires décroît rapidement. Après être monté à 250, le nombre de ces artisans n’y est plus que d’une quinzaine au milieu des années 195076. L’existence et l’essor auront été éphémères. De même, les nombreuses femmes qui s’étaient mises à leur compte dans la confection pour survivre durant la guerre quittent l’artisanat.

39Ces secteurs souffrent enfin d’être peu diversifiés et d’offrir peu de possibilités de reconversion ; d’autant moins que les autres activités ne se portent guère mieux. Dans le cuir, par exemple, la sellerie vit des transformations toutes aussi dramatiques que la cordonnerie. Auxiliaires de l’agriculture, les selliers-bourreliers fournissent aux cultivateurs les harnais et les selles dont ils ont besoin mais la révolution agricole renvoie la traction animale au rayon des souvenirs et les objets en cuir qui allaient de paire dans ceux des écomusées. Ils ne gardent une raison d’être qu’avec la pratique hippique de loisirs encore trop peu développée pour enrayer la tendance. Dès l’entre-deux-guerres, quelques bourreliers, de même que quelques tapissiers, tentent une diversification dans l’aménagement automobile mais l’expérience ne se développe pas. La maroquinerie n’a jamais été très importante. En 1944, il n’y a que 850 artisans maroquiniers en France (hors régions encore sous contrôle allemand). En réalité, notamment dans les campagnes, les bourreliers font souvent office de maroquiniers. L’activité propre du maroquinier est donc limitée. Le marché des productions courantes leur échappe en grande partie. Quand ce ne sont plus les bourreliers qui les concurrencent, l’usine produit en plus grand nombre et à des prix unitaires plus intéressants pour le consommateur. Leur activité est donc limitée à quelques produits peu communs ou de grandes valeurs.

  • 77 Artisans et ouvriers d’Alsace, p. 340.
  • 78 R. Lebeau, La vie rurale dans les montagnes du Jura méridional, Paris, 1955, p. 462.

40Les artisans qui s’en tirent sont ceux qui ont su trouver un créneau (une niche) particulier. En Alsace, le registre des métiers ne compte plus que cinq tisserands au début des années 1950 mais ils ne semblent pas en péril selon le témoignage de Paul Hunsinger. L’un d’eux, par exemple, s’est spécialisé dans la fabrication de trousseau de mariage. Il dispose d’un atelier bien équipé et son activité lui assure « un gagne-pain très honorable »77. Dans le territoire de Belfort, le travail du bois reste un des secteurs les plus attirants et les pertes n’y dépassent que de peu les créations. Dans le Jura méridional, la tournerie et la tabletterie font vivre 180 artisans dans 45 communes autour de Saint-Claude78. Ces artisans n’avaient que deux concurrents dans le monde : les Allemands et les Tchèques qui se sont effondrés avec la guerre. Le district est donc prospère au début des années 1950.

2. Des difficultés modérées.

  • 79 AN 80AJ95, note d’information 5, juillet 1955.
  • 80 SAEF B662, rapport Barriller.
  • 81 AN 80AJ113, dossier 11/b, rapport du 17 décembre 1956.

41Dans les autres secteurs, le recul est d’importance variable mais plus limité. L’alimentation perd des artisans mais dans une proportion modeste. Le nombre de boulangeries passe de 61 969 à 61 201 entre 1951 et 195479. En moyenne, la baisse n’est que de 0,4 % par an. L’artisanat garde la maîtrise de ses marchés. En 1948, l’administration des Finances estime que la coiffure comprend environ 60 000 entreprises et emploie 120 000 personnes (patrons et ouvriers confondus), soit en moyenne un seul salarié par unité80. L’activité est donc nettement dominée par l’artisanat. Le nombre de salons artisanaux reste quasiment stable dans les années cinquante. Sur les 48 223 boucheries recensées en 1955, seulement 2,9 % ont plus de cinq salariés81. La saturation du secteur s’estompe avec la disparition des entreprises les moins viables.

42Contrairement à la confection, l’alimentation reste aux premiers rangs de l’artisanat. À la Libération, elle profite des déséquilibres du marché. La priorité est donnée aux biens d’équipements lourds et, au moins jusqu’en 1947, les industries de consommation ne peuvent satisfaire la demande des ménages qui utilisent leur pouvoir d’achat dans l’alimentation. Toutefois, les artisans subissent les pénuries agricoles qui contraignent parfois à fermer boutique plusieurs jours par semaine. Le secteur craint peu la concurrence de l’industrie. En boulangerie, les tentatives pour vendre du pain industriel en dépôts spécialisés sont des échecs. Le public ne suit pas et reste fidèle à ses boulangers habituels. Sur ce produit alimentaire de consommation quotidienne, les artisans ont pour eux la confiance qu’ils inspirent au consommateur alors que le pain industriel apparaît encore comme un produit anonyme, d’origine mal connue et dont on se méfie. Avec des produits périssables, l’artisanat semble prémuni contre une concurrence acharnée de l’industrie. La proximité de la clientèle, la simplicité du circuit de distribution (puisque l’artisan vend directement sa production au consommateur final) qui évite les transports dommageables aux produits et réduit le prix de revient et enfin l’image de qualité permettent aux entreprises artisanales de rester les mieux placées sur le marché. Cet aspect joue moins pour les produits moins quotidiens comme la charcuterie où la concurrence des salaisons industrielles est déjà notable. Les artisans charcutiers n’apparaissent pas pour autant menacés grâce à une grande capacité d’adaptation. Pour contrebalancer la concurrence qui se développe sur les produits traditionnels, ils se diversifient. Ils sont de plus en plus nombreux à proposer des plats cuisinés. Ils savent aussi résister dans leur métier de base. À Lyon, par exemple, en 1957, ils se regroupent pour exploiter en coopérative un séchoir à saucisson. Cette coopérative permet d’être bien équipés et de réduire les coûts, donc de tenir sa place face aux salaisons industrielles tout en conservant l’indépendance.

  • 82 AN 80AJ108
  • 83 SAEF B 662.

43Les métaux et la mécanique sont traversés par des flux différents qui laissent assez peu de pertes. Le secteur des métaux subit deux mouvements inverses : les productions traditionnelles vivent de plus en plus mal la concurrence industrielle alors que dans des secteurs plus récents le développement industriel nourrit l’artisanat. Les produits traditionnels, dont la fabrication artisanale se concentre dans quelques points du territoire, trouvent de moins en moins de débouchés. Les artisans couteliers de Thiers, fragilisés financièrement, en viennent même à éprouver des difficultés pour s’approvisionner82. L’industrie est plus à même de satisfaire cette demande en temps et en quantité et pour un moindre coût. Les artisans ne continuent qu’en exploitant leur image de fabricants de produits régionaux de qualité mais ils ne peuvent plus toucher que les marchés limités du tourisme et du demi-luxe. Exclus des marchés les plus intéressants, ils sont de moins en moins nombreux. Dans le Doubs, les artisans horlogers qui fabriquent encore font surtout du montage et construisent rarement leurs pièces83. Ils emploient peu d’ouvriers et travaillent pour une clientèle de grossistes et de détaillants, grossie de quelques particuliers. Leur marché s’est retourné dès 1948 provoquant une mévente et des problèmes de trésorerie.

  • 84 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.
  • 85 M. Chollet-Varagnac, « La mort de la forge de village », Annales ESC, 1969, p. 396.

44L’autre point faible de l’artisanat des métaux est la part des métiers ruraux. En 1960, ces activités rurales occupent 8 500 artisans de moins qu’en 1955. En 1945, il y a 39 000 maréchaux en France ; presque exclusivement des ruraux (95 % sont établis dans une commune de moins de 2 000 habitants)84. Le métier donne des signes d’usure avec une moyenne d’âge de 51 ans ; près du quart des artisans a plus de 60 ans. L’entretien des chevaux ne suffit plus à les faire vivre et ils sont de plus en plus souvent polyvalents. La quasi-totalité (94 %) sont aussi forgerons. Seuls quelques rares départements comme les Landes ou la Vendée conservent une proportion appréciable de maréchaux-ferrants purs (c’est-à-dire ne s’occupant que du ferrage des animaux). Ils sont assez souvent aussi charron ou menuisier et 60 % font l’entretien du matériel agricole. Ils diversifient leur activité dans les différents métiers de la transformation du fer, proche de leur compétence d’origine. Marthe Chollet-Varagnac cite l’exemple d’un maréchal de Château d’Olonne (Vendée)85. À la fin de la guerre, il refuse un poste qu’on lui offre à la SNCF mais la diminution de l’usage du cheval dans l’agriculture fait chuter ses affaires. Il tente de se diversifier dans la vente et la réparation de cycles mais la proximité des magasins urbains, notamment des Sables-d’Olonne lui laisse peu de travail. En moyenne, 30 % ont une activité commerciale en 1945 : 20 % sont cafetiers, 10 à 15 % sont épiciers ou quincailliers (dans ce dernier cas, on retrouve le fer). Bien que travaillant essentiellement pour l’agriculture, ils ne sont que 8 % de cultivateurs ; dans le Nord, ils ne sont que 1 % mais dans un département montagnard comme la Savoie, ils sont 39 %.

  • 86 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.
  • 87 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan.

45Le déclin de la production et des métiers ruraux n’est pas contrebalancé par les nouvelles activités de réparation et de dépannage. En 1946, il y a 5,5 millions de postes de radio déclarés en France, soit environ un pour 2,5 foyers, et 4 600 artisans radio-électriciens dont 550 constructeurs86. Ces artisans sont en diminution puisqu’une enquête recensait environ 1 500 fabricants en 1936. L’activité qui se développe rapidement, c’est le dépannage. L’ISEA compte 4 050 artisans dépanneurs en 1946 alors que le CO concerné n’en comptabilisait que 1 868 en 1943. Les listes du CO n’étaient probablement pas à jour, néanmoins il est possible que leur nombre double presque après la Libération. Les constructeurs sont en mesure de fournir 10 à 12 % des besoins du marché. Face aux grands constructeurs, ils se préoccupent moins des capacités de production ou du perfectionnement des appareils que des méthodes commerciales, particulièrement des ventes à crédit à long terme car sur ce terrain ils ne se sentent pas capables de suivre. Quant aux dépanneurs, ils ont eu du mal à faire face à la demande pendant la guerre et sont encore passablement débordés. En outre, la télévision qui n’en est encore qu’à ses balbutiements ouvre de nouvelles perspectives. Mais, la réparation est traversée par des tendances inverses. Si elle se développe dans l’automobile, elle subit une très forte diminution dans les cycles (-7 000 entre 1955 et 1960)87. Les activités en déclin l’emportent sur celle en essor, moins nombreuses et dont le dynamisme n’est pas encore suffisant pour inverser la tendance.

3. Une exception : le bâtiment.

  • 88 M. Lescure, Histoire d’une filière…, op. cit., p. 48.

46Le bâtiment est le seul artisanat à poursuivre sa croissance. Les autres secteurs étant en recul, il renforce nettement son emprise sur l’ensemble de l’artisanat. Vers 1955, près d’un tiers des artisans travaille dans le bâtiment. L’atonie du marché immobilier dans l’entre-deux-guerres a consolidé une structure disséminée entre une multitude d’entreprises de petites tailles. Après la seconde guerre mondiale, quand ce marché commence à se réveiller, le bâtiment répond en mobilisant au maximum les capacités de cette structure sans la modifier. Les entreprises capitalistes naissantes n’ont pas intérêt à évincer les artisans car sur un marché potentiellement instable elles jouent des relations de sous-traitance. En externalisant la production, elles ne subissent pas directement les variations du marché et elles contournent et évitent certaines charges sociales et fiscales. Elles ont donc intérêt au maintien d’une structure relativement atomisée. Toutefois, il ne faudrait pas en conclure que l’artisanat ne se maintient que parce que cela arrange quelques entrepreneurs capitalistes. Les artisans qui entrent dans cette logique de sous-traitance deviennent dépendants et très fragiles. La majorité n’est pas concernée. Le développement des grandes entreprises concerne essentiellement le gros œuvre. En 1955, l’artisanat emploie 55 % de la population active du second œuvre88. Le gros œuvre est déjà beaucoup plus concentré ; l’artisanat n’y emploie que 18,8 % des salariés. Toutefois, 85 % des entreprises du bâtiment sont artisanales et cette proportion reste absolument stable. Le nombre d’artisans croît aussi vite que celui des plus grandes entreprises.

47La bonne santé exceptionnelle de l’artisanat du bâtiment peut s’expliquer par l’importance des besoins sur ce marché. Le blocage des loyers en 1914 a rendu l’activité languissante dans l’entre-deux-guerres. Le parc de logement a donc vieilli. En outre, la guerre en a détruit une partie importante, notamment dans le centre des grandes villes, bien que cette réalité soit très variable selon les régions. La conjonction de ces deux faits suffit potentiellement à développer les besoins d’investissements immobiliers. Le baby-boom y ajoute ses effets. En outre, l’exode rural est alors au plus fort ; la population urbaine passe de 53 % à 62 % entre 1946 et 1962. Les besoins sont donc considérables.

  • 89 Cf. annexes 7 et 8.

48La maçonnerie est l’activité la plus importante avec près du tiers des artisans du bâtiment en 1950 comme en 195789. Elle se développe constamment pour passer de 57 000 à 61 600 maçons. Avec 52 600 représentants, les artisans du bois sont presque aussi nombreux que les maçons en 1950. Ils connaissent les déboires des autres métiers du bois. Leur évolution est plus hésitante. Ils ne sont plus que 50 000 en 1954 mais remontent à 51 000 en 1957. Le bois est concurrencé par de nouveaux matériaux (plastique, aluminium…). Le métier du menuisier se transforme. La pose de produits standardisés prend le pas sur la fabrication. La couverture et la plomberie connaissent un grand essor au début des années 1950. Ces artisans sont 26 800 en 1950 et 29 100 en 1956 mais leur nombre retombe dès l’année suivante à 28 800. Leur part oscille autour de 15 % des artisans du bâtiment. La branche peinture-aménagement connaît un petit passage à vide au début des années cinquante. Mais, ensuite, elle entame un développement rapide. La branche occupe 32 300 artisans en 1957. De 1954 à 1957, sa part dans le bâtiment passe de 15 % à 17 %. Les artisans du fer et les chauffagistes sont les moins nombreux. La branche « fer » se développe dans un premier temps (9 450 artisans en 1950, 10 400 en 1954) mais ce développement ne dure pas. L’évolution devient ensuite plus chaotique et ils retombent à 10 100 en 1957. L’activité chauffage a du mal à s’imposer et n’emploie que 2 900 artisans en 1950 et 2 600 en 1957.

II. DES MOYENS LIMITÉS

49Au moment où l’économie artisanale se retourne, les observateurs attachent plus d’importance au lancement du Plan Monnet. Le Plan met en avant et diffuse la notion de productivité. Appliqué à l’artisanat, le concept paraît flou mais il invite à s’interroger sur les conditions de production dans les entreprises artisanales. N’y aurait-il pas là l’une des faiblesses principales de l’artisanat ? Quand les difficultés apparaissent tous les artisans ne se contentent pas d’accuser l’État de leurs malheurs ou de déplorer les faiblesses du marché. En désignant les moyens de production, certains comprennent bien qu’il faut aussi rechercher en eux-mêmes les raisons de la dégradation de leur situation et ils appellent les artisans à se moderniser et à mettre les machines à leur service. Ce faisant, ils signalent l’un de leurs handicaps majeurs. L’essor des années 1940 laisse un artisanat aux moyens fragiles dont le foisonnement couvre un ensemble disparate où le pire côtoie le meilleur.

A. DES INSTALLATIONS PRÉCAIRES

  • 90 AN 80AJ32.

50Les conditions d’installation sont difficiles à connaître. Contrairement aux sociétés, les entreprises individuelles n’ont pas à déclarer de capital social et le registre des métiers ne donne aucune information à ce sujet. À sa création en 1956, la commission de l’artisanat du CGP tente de faire quelques estimations dans lesquelles elle relève trois postes dans le passif : le capital et les ressources propres, les versements provisionnels des clients et les créances privilégiées90. Elle en conclut à la faiblesse des ressources propres. Les seules informations disponibles sont données par les dossiers d’autorisations d’ouvertures entre 1939 et 1950. En l’absence de données nationales, l’exemple choisi ici est celui de l’Indre-et-Loire.

1. Des entreprises faciles d’accès.

  • 91 CACIL 103W100.

51Les demandeurs d’une autorisation d’ouverture doivent préciser leur capital, dire quelles sont leurs machines, avec quelle énergie ils comptent fonctionner, dans quels locaux, quels sont leurs besoins en matières, où ils iront se fournir… Les anciens artisans, qui déplacent leur atelier ou reprennent une activité après une interruption, chiffrent le plus facilement leurs besoins : un garagiste peut estimer son capital à 300 000 francs, une couturière signale qu’elle a 20 000 francs de capital qu’elle compte employer essentiellement pour acheter des marchandises91

  • 92 Les valeurs en francs courants sont transformées en francs constants afin de gommer l’effet de l’in (...)
  • 93 Il comprend quatorze cas qui reçoivent tous un avis positif. Pour chaque entreprise, le lieu, l’act (...)

52Ces cas permettent d’estimer les capitaux de départ des artisans. S’installer nécessite un capital relativement limité ; entre 15 000 et 60 000 francs en 1942 puis entre 45 000 et 300 000 francs (courants) à la fin de l’année 1945. Le coût d’installation a tendance à augmenter. En francs constants (de 1938), il faut entre 8 570 et 34 285 francs en 1942 puis entre 11 450 et 50 890 francs en 194592. Les limites de la fourchette se déplacent vers le haut. Les archives du service de l’artisanat, dont un dossier contient les avis émis par le délégué régional de Rouen sur des réouvertures d’ateliers artisanaux entre novembre 1945 et janvier 1946, donnent un élément de comparaison93. La valeur de l’entreprise varie entre 20 000 et 450 000 francs pour une moyenne de 126 269 francs. L’éventail est un peu plus ouvert qu’en Touraine mais les capitaux des artisans tourangeaux et normands sont tout à fait comparables. L’intensité capitalistique des métiers de l’artisanat est globalement assez faible. Il est financièrement assez facile de s’installer.

  • 94 CACIL 103W150.

53Les renseignements sur les revenus du demandeur permettent de s’interroger sur le rassemblement du capital initial. L’un des peintres qui s’installe en 1946 gagnait auparavant 30,40 francs de l’heure comme ouvrier. Son capital de 60 000 francs représente donc 1 973,6 heures de travail, soit de dix à onze mois de travail (à raison de 45 à 50 heures de travail hebdomadaire). D’autres artisans qui s’installent en Indre-et-Loire en 1946 gagnaient entre 5 000 et 6 000 francs par mois lorsqu’ils étaient ouvriers94. Le capital de lancement équivaut donc à quelques mois d’un salaire ouvrier. Cette faible intensité capitalistique est assurément l’un des atouts qui permet à l’artisanat de se renouveler. En 1946, le capital nécessaire pour s’installer représente entre moins d’un an et trois ans et demi de salaires pour un ouvrier. Dans l’hypothèse basse, ses économies personnelles peuvent suffire. Sinon, il aura besoin d’un soutien. Dans le cas des artisans qui déplacent ou reprennent leur activité, le capital déclaré peut être confronté aux chiffres d’affaires. Un garagiste de Suresnes, par exemple, réalise un chiffre d’affaires annuel de 50 000 francs et son capital est de 60 000 francs. Avec un taux de rentabilité entre 25 et 30 %, ce montant représente de trois à quatre années de bénéfices. Donc, si le capital des entreprises artisanales peut paraître faible, il n’en représente pas moins une charge financière conséquente en regard de leur volume d’affaires.

2. Des moyens insuffisants.

54La grande majorité est incapable de répondre au questionnaire des demandes d’ouverture. Ces artisans ignorent quels sont leurs besoins initiaux. À peine un artisan sur dix parvient à chiffrer son capital de départ. La relative accessibilité de l’artisanat conduit à sous-estimer les moyens nécessaires. Beaucoup tentent leur chance sans disposer d’un minimum de ressources.

  • 95 CACIL 103W176.

55Souvent, le capital n’est pas évalué parce que l’artisan ne sait pas le faire ou parce qu’il est sans grande valeur. Certains savent avec quels outils ils vont travailler mais sont incapables d’en estimer le montant. Un boulanger, par exemple, détient, notamment, un pétrin mécanique, un véhicule, un four au mazout mais la valeur de l’ensemble lui est inconnue95. Les dossiers montrent aussi des artisans qui ne déclarent aucun capital particulier, qui n’ont pas de machine et pas de moyen de transport. Ils ne possèdent que du petit outillage qu’ils ne chiffrent pas. C’est fréquent notamment dans la confection ou la coiffure. Des ciseaux ou des aiguilles suffisent souvent pour démarrer. Donc dans ces cas, les artisans déclarent ne pas avoir de capital ou ne l’évaluent pas car il est très modeste ; il n’est pas réellement absent. Les installations sans grands moyens ne sont pas rares non plus dans le bâtiment, dans le gros œuvre comme dans le second œuvre. L’incapacité à renseigner ces rubriques trahit une certaine approximation comptable. Il ne faut pas négliger non plus une volonté de dissimuler sa situation personnelle.

  • 96 CACIL 103W150.

56Cette incapacité cache assez souvent une absence de capitaux. Beaucoup de candidats à l’installation n’ont pas de matériel, pas de moyen de déplacement, pas de trésorerie… Ils n’ont que leur bras, leur volonté de travailler et leur logement personnel pour tout local. Cette absence n’est pas propre aux métiers peu exigeants ; elle se retrouve dans des activités qui nécessitent habituellement des investissements plus élevés. C’est la situation, par exemple, d’un ébéniste qui s’établit en avril 1946 dans le centre de Tours en n’envisageant de faire que de l’entretien et de la réparation et aucune fabrication96. La comparaison avec d’autres entreprises laisse perplexe sur ses chances de réussite. En février de la même année, par exemple, un autre ébéniste a déclaré 100 000 francs de capital investis dans trois machines-outils électriques. Cette précarité est à l’image de la majorité des installations des années 1940. Elle n’est pas uniquement liée au contexte.

  • 97 CACIL 103W40.
  • 98 CACIL 103W40.
  • 99 CACIL 103W40.

57L’absence de moyens n’est pas simplement un défaut de déclaration : elle est en général bien réelle. La plupart se préoccupent d’obtenir l’autorisation avant de s’assurer de la faisabilité de leur projet. Ils font leur demande sans disposer du matériel nécessaire. Le contexte les y incite. Les pénuries raréfient les équipements disponibles sur le marché. En septembre 1940, par exemple, le préfet de Tours autorise l’installation d’un jeune électricien qui finalement renonce car il a trouvé du travail et car, selon lui, « on ne peut pas trouver du matériel pour travailler »97. Une autre cause à cette négligence est la nécessité de la mise à son compte. La guerre génère des installations de personnes privées de revenus réguliers. Dans ces cas-là, on s’installe d’abord et on voit après. C’est ce que fait cette jeune mère, dont le mari est prisonnier en Allemagne, en s’établissant comme couturière en mai 1940. Elle a la qualification nécessaire puisqu’elle a fait un apprentissage dans ce métier mais jusqu’à présent elle ne l’exerçait pas. C’est l’urgence de sa situation qui la pousse à vouloir travailler. Elle est incapable de préciser comment elle fera fonctionner son entreprise98. En novembre 1940, un chômeur de Tours demande à s’installer pour fabriquer des produits de nettoyage. Il n’a aucune ressource personnelle et pense, sans certitude, pouvoir s’installer dans un local en banlieue qu’on lui prêterait99.

58La modestie des capitaux est liée aux origines des artisans et aux circonstances des créations des années quarante. Traditionnellement, la majorité sont d’anciens ouvriers. Ils viennent de milieux modestes et n’ont pas de fortune à investir dans leur entreprise. La guerre ne fait que renforcer cette caractéristique en menant vers l’artisanat des chômeurs, des femmes au foyer à la recherche d’un revenu pour combler l’absence du mari, des retraités qui reprennent une activité pour faire vivre leur famille… Ils n’ont généralement pas de gros revenus. Beaucoup n’en ont même aucun et c’est bien ce qui motive leur installation. Les circonstances des créations expliquent aussi la simplicité des capitaux. Beaucoup se font dans l’urgence ; elles ne sont pas la réalisation d’un projet longuement mûri. Ces artisans n’ont pas eu le temps d’économiser le capital nécessaire. Ils sont évidemment fragiles et risquent vite de péricliter. N’ayant pas misé beaucoup dans leur affaire, ils n’ont pas grand-chose à perdre en l’abandonnant et ils ont intérêt à le faire rapidement quand apparaissent les difficultés. Les circonstances de la croissance des années quarante renforcent donc la précarité des entreprises artisanales.

59Dans l’immédiat après-guerre, les artisans se répartissent en trois groupes selon l’importance de leur capital. Dans le premier, le capital est très faible, au point souvent de ne pas être chiffré par l’artisan. Trois types d’entreprises s’y retrouvent. Il y a d’abord la masse des artisans qui ne savent pas estimer leurs besoins et ceux (voire les mêmes) qui s’engagent avec des moyens trop faibles. Viennent ensuite certains secteurs qui souffrent de la faiblesse structurelle des capitaux de leurs entreprises comme le cuir et la confection. C’est parmi les couturières et les blanchisseuses que se trouvent les plus petits des capitaux connus (entre 20 000 et 35 000 francs en Normandie). Enfin, ce premier groupe rassemble des métiers qui peuvent s’exercer avec peu de matériel, notamment des services issus de l’industrialisation, à l’exemple des électriciens dépanneurs. Toutefois, ce cas n’exclut pas une certaine fragilité car la plupart de ces artisans se retrouvent dans le second groupe.

60Dans le second groupe, numériquement plus important, le capital moyen tourne entre 45 000 et 60 000 francs. Il est assez diversifié sectoriellement. Certaines activités s’y concentrent, notamment des artisans du second œuvre du bâtiment, des dépanneurs… Ce sont des métiers qui ne demandent pas de gros investissements et n’exigent pas un capital fixe important. L’essentiel du matériel est constitué de petits outillages. Les machines sont rares. La plus grosse immobilisation est souvent un véhicule nécessaire pour aller d’un lieu d’intervention à un autre. Enfin, dans le dernier groupe le capital varie entre 100 000 et 200 000 francs, parfois plus. Ce groupe est plus restreint et moins diversifié. Il ne concerne que quelques secteurs qui nécessitent plus de matériel et d’espace ; essentiellement les métiers du bois, des métaux et de la mécanique. Le maximum de 450 000 francs dans l’échantillon normand correspond au capital d’un artisan chaudronnier de Cléon (Seine-Inférieure). L’alimentation demande aussi de plus gros capitaux (fournils, frigorifiques…). Le temps nécessaire pour les rassembler est forcément plus long. De tels capitaux représentent de seize à quarante mois d’un salaire ouvrier en 1946. Ces secteurs sont théoriquement moins accessibles que d’autres. Toutefois, dans tous les secteurs (où des données sont disponibles) le capital initial connaît de grandes variations. Parmi les mécaniciens, par exemple, certains s’installent avec très peu de moyens quand la plupart ont un capital supérieur à 100 000 francs. Cette différence est parfois justifiée par la spécialité. Les réparateurs en cycles ont ainsi des capitaux inférieurs aux garagistes automobiles. Ces différences ne suffisent pas à expliquer ces écarts intrasectoriels. Le plus souvent, ils laissent comprendre que certains s’installent avec des moyens insuffisants.

61Nombre des installations des années 1940 sont donc fragiles et précaires. Le marché est occupé par beaucoup d’artisans aux moyens insuffisants. L’artisanat est réputé accessible et beaucoup se lancent sans même avoir un véritable capital de départ. L’administration préfectorale a sa part de responsabilité, qui donne son feu vert à ces entrepreneurs dépourvus de capitaux. Cette fragilité explique l’aggravation de la mortalité juvénile des entreprises artisanales. Les nouveaux artisans disparaissent rapidement parce qu’ils ne se sont pas dotés de moyens suffisants. La croissance numérique de la guerre et de la Libération repose sur du sable et alimente la déprise des années suivantes.

B. DES ÉQUIPEMENTS DISPARATES

62Avoir un capital ne suffit pas, il faut l’immobiliser à bon escient. Or, précisément, les artisans sont soupçonnés de ne pas savoir le faire puisque les accusations d’archaïsme qui les touchent tiennent aux techniques utilisées. L’artisanat est censé être le refuge de la production manuelle, ce qui devient une tare majeure à l’heure où le Plan loue le productivisme et soutient le développement de grands équipements récents et modernes. Les dossiers d’autorisation permettent de connaître les équipements utilisés par les artisans. Or, ils montrent une situation très bigarrée. À la fin des années 1940, l’artisanat est un monde où les établissements viables cohabitent avec les plus précaires. Certains artisans sont bien équipés mais beaucoup n’ont qu’un outillage léger et insuffisant, quand il n’est pas obsolète, dans des locaux souvent modestes. Il y a bien une prise de conscience qui s’opère dans les années 1950 mais sans parvenir à une amélioration notable de la situation.

1. Des entreprises sous-équipées vers 1950.

  • 100 CACIL 103W170.
  • 101 CACIL 103W100.
  • 102 CACIL 103W176.
  • 103 En 1925, par exemple, l’un d’eux à Chinon acquiert un pétrin mécanique pour 8 000 francs avec un mo (...)

63Dans les définitions, l’artisan reste souvent décrit comme un travailleur manuel en dépit de la mécanisation. À l’heure du machinisme, borner l’artisanat à la production manuelle est assurément le condamner à un certain archaïsme. C’est ce que fait longtemps l’administration fiscale dont la définition de l’artisan tarde à autoriser l’usage des machines. Quelles machines utilisent les artisans ? En janvier 1941, un artisan torréfacteur a investi son capital dans une installation qui lui permet de transformer 250 kilogrammes (d’orge) par jour avec l’aide de deux employés100. Une fabricante de drapeaux et d’articles de fête déclare une machine à coudre en avril 1944101. Les artisans savent tirer profit du progrès technique en adoptant des machines de petite taille adaptée à la superficie de leur activité. Non contents d’avoir mécanisé leur atelier, certains utilisent même plusieurs machines102. L’usage de machines est répandu depuis longtemps dans certaines professions. Les années 1920 ont vu les pétrins mécaniques se généraliser chez les boulangers qui y investissent une part parfois importante de leur bénéfice103.

  • 104 CACIL 103W 100.
  • 105 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

64L’artisanat s’est donc mécanisé. Il n’est pas resté le domaine de la production manuelle de l’image d’Épinal. L’ébénisterie, la mécanique, l’alimentation sont habituellement consommateurs de gros matériels. Le problème est ailleurs vers 1950. Ces machines peuvent souvent être limitées ou anciennes et vétustes. Il n’y a parfois qu’une machine pour plusieurs travailleurs ; comme chez cette couturière qui n’a qu’une machine à coudre pour trois employées104. Ailleurs, une seule partie de l’atelier est mécanisée. L’adoption de ce matériel lourd renchérit le coût d’installation en même temps qu’il fragilise la masse des entreprises qui se créent encore en deçà de cette norme technique. En 1946, l’ISEA estime à 140 000 francs la valeur du matériel d’un atelier de maréchal-forgeron. Celle-ci aurait plus que triplé, voire quadruplé depuis 1938 où le même matériel ne devait, selon l’enquête, pas valoir plus de 40 000 francs. L’outillage est estimé entre 80 000 et 120 000 francs pour les radio-électriciens dépanneurs et 150 000 à 200 000 chez les fabricants105. Ce gros matériel représente la plus grande part du capital. Il englobe souvent la moitié de la mise initiale et parfois la totalité.

65Nombre de professions de l’artisanat n’exigent pas de matériel lourd. Les artisans ne sont pas tous des producteurs et le sont même de moins en moins. De plus, il ne faut pas négliger que ces installations se font en période de pénuries et que ce petit outillage est parfois le seul disponible sur le marché. Néanmoins, certains se lancent avec très peu d’équipements… trop peu. Dans la plupart des créations, le capital correspond uniquement à du petit matériel. Au fil des dossiers, apparaissent un fumiste qui n’a que de l’outillage à main, un mécanicien qui déclare du « petit matériel », une couturière avec un petit outillage manuel, un dépanneur avec plusieurs appareils électriques qu’il a lui même conçus, prouvant son « ingéniosité »…

  • 106 CACIL 103W176.
  • 107 CACIL 103W150.
  • 108 J. Laloum, op. cit., p. 151.

66Beaucoup d’anciens ouvriers professionnels s’installent avec seulement leur boîte à outils : une tricoteuse qui n’a que des aiguilles, de la laine et du fil, un entrepreneur de travaux agricoles qui n’a pas encore d’outillage106… Ils sont assez nombreux à se lancer dans la coiffure avec une paire de ciseaux, des peignes et une glace pour tout matériel. Cette simplicité ne concerne pas que les nouveaux artisans. En novembre 1945, un artisan est autorisé à faire la réparation de cycles et de la soudure automobile alors qu’il ne possède en tout et pour tout qu’un poste de soudure bien qu’il ait déjà exploité un établissement107. En 1944, un ancien plâtrier, qui avait cessé de travailler en 1940, demande l’autorisation de redémarrer. Son dossier précise qu’il n’a ni installation, ni machine, ni source d’énergie, ni moyen de transport. Il n’a que ses jambes pour aller sur ses chantiers et que les quelques outils qu’il peut ainsi transporter. Même d’anciens artisans n’ont donc qu’un équipement minimum. Les dossiers d’aryanisation prouvent aussi la faiblesse des moyens. Jean Laloum, dans son étude des entreprises juives de l’Est parisien, cite le cas d’un tailleur de Bagnolet qui n’a qu’une table à coupe, deux mannequins, un fer à repasser et sa planche, une petite table ; encore paraît-il bien équipé car il a aussi une machine à coudre Singer. Le plus souvent, l’administrateur désigné constate qu’il n’y a pas de véritable matériel108.

  • 109 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.
  • 110 CACIL 103W150.

67La possession d’un véhicule paraît encore peu courante. Les maréchaux ne sont que 20 % par exemple à posséder une automobile, un camion ou une moto en 1946109. La possession d’un bon équipement suppose d’avoir les moyens de le transporter avec soi. L’absence de moyen de transport est donc un indice de la modestie du matériel dans de nombreux cas et la marque d’un certain archaïsme. De plus en plus d’artisans le comprennent et investissent dans ce sens. Les camions, les voitures et même les motos se répandent progressivement. Dès avant la guerre, 70 à 80 % des radio-électriciens ont un véhicule. Avoir un moyen de transport personnel est quasiment indispensable aux dépanneurs. Les automobiles se trouvent, sans surprise, principalement chez les camionneurs et les taxis. Mais, l’utilisation d’un véhicule n’est pas une marque suffisante de modernité. Ceux cités ne sont pas tous motorisés. En 1945, par exemple, un fumiste utilise une voiture à bras pour transporter ses machines110. Les véhicules au charbon de bois, à acétylène, les gazogènes sont fréquents dans les dossiers. La firme Imbert, par exemple, a sorti un petit camion GMC gazobois qui connaît un certain succès chez les artisans. Tous ces véhicules deviennent vite périmés quand l’usage des énergies de substitution imposé par les pénuries disparaît. Ils représentent autant d’équipements à renouveler qui confirment l’urgence d’investir caractéristique de l’artisanat.

68Il ne suffit pas de dire que l’industrialisation de certaines productions élimine naturellement les petits producteurs dont les moyens deviennent inadaptés. Dans la confection, beaucoup de couturières et de tailleurs continuent à travailler à l’aiguille et au dé en dépit de l’existence ancienne de machines à coudre. Les artisans n’ont pas toujours fait l’effort d’adopter les nouveaux moyens de production, se laissent dépasser techniquement et se condamnent à ne faire que des petites interventions. Souvent, le futur artisan précise qu’il n’envisage de faire que de la réparation et pas de fabrication et, de facto, la modestie de l’installation interdit de prévoir davantage. Mais, ces artisans se privent des commandes les plus rémunératrices. Par exemple, un plombier qui n’a que sa boîte à outils peut faire des dépannages mais il ne peut pas assumer l’installation complète dans une maison neuve. Bien que l’artisanat ne soit pas gourmand en matériel, beaucoup des entreprises créées dans les années 1940 paraissent sous-équipées et mal armées pour aborder la crise qui éclate en 1949.

2. Les bâtiments vers 1950.

  • 111 CACIL 103W100.

69Les locaux des artisans sont de nature variable. Ils servent le plus fréquemment à installer l’atelier. Quelques-uns ont aussi besoin de locaux spéciaux pour leur approvisionnement ou pour stocker des produits. Certaines professions réclament aussi un magasin, dont celles de boucher et de boulanger, mais d’autres également111. Enfin, beaucoup d’artisans n’utilisent ni atelier, ni magasin, notamment ceux du bâtiment (qui sont les plus nombreux) qui, par nature, travaillent à l’extérieur sur des chantiers dont l’emplacement varie à chaque nouveau client. Ils n’ont besoin que d’un local pour stocker leur matériel. Beaucoup n’ayant qu’un outillage des plus modestes, un coin de cave ou de remise peut leur suffire. Les transporteurs et les taxis peuvent éventuellement aussi se passer d’un local particulier.

  • 112 CACIL 103W150.
  • 113 À Paris, en 1951, le loyer moyen des locaux professionnels des cordonniers est de 6 200 francs. À l (...)

70Le local peut être loué. C’est le cas en particulier de chômeurs ou d’ouvriers qui vivent en appartement quand ils deviennent artisans et qui ne peuvent utiliser ce lieu pour travailler, soit que le propriétaire s’y oppose, soit qu’il ne se prête pas à leur activité professionnelle, le plus souvent parce qu’il est trop exigu. À la Libération notamment, alors que les bombardements ont raréfié les locaux professionnels disponibles, plusieurs candidats à l’installation précisent qu’ils cherchent un endroit à louer. L’atelier est parfois loué à un membre de la famille comme le fait cet ébéniste qui en novembre 1945 prend la succession de son oncle décédé en louant son local112. Dans les grandes villes, les artisans sont nombreux à vivre en appartement et à devoir louer des locaux qui peuvent représenter une charge relativement importante113.

  • 114 CACIL 103W150.
  • 115 CACIL 103W176.

71La plupart du temps, les artisans utilisent leur logement personnel. L’atelier est installé dans une pièce de la maison familiale. La mention « en appartement » est fréquente dans les dossiers de couturière ou de coiffeuse114. Dans tous ces cas, le local n’est pas un coût. Les entreprises artisanales tirent ainsi un avantage appréciable de leur caractère familial. Mais cet usage du domicile pose parfois problème. L’artisan n’est pas toujours propriétaire des murs et ce dernier ne voit pas toujours d’un bon œil cette utilisation à des fins professionnelles. En décembre 1947, le propriétaire d’un meublé écrit au préfet d’Indre-et-Loire pour se plaindre qu’une de ses locataires a pu s’inscrire au registre des métiers comme réparatrice de stylos car il considère qu’il n’est pas « dans les usages » pour une maison « faite bourgeoisement » d’en faire un « fonds artisanal »115.

  • 116 CACIL 103W100.
  • 117 S. Francès, Où va l’artisanat français ? Enquête sur le mode de vie et l’idéologie des artisans ébé (...)
  • 118 CACIL 103W100.
  • 119 CACIL 103W100.

72Ces locaux personnels ne sont pas toujours bien adaptés à un usage professionnel. La fabricante de drapeaux tourangelle qui reprend son activité en 1944 travaille seule désormais mais avant la guerre elle employait trois ouvrières. Ces quatre personnes et le matériel cohabitent dans 20 m2 seulement116. Vers 1960, un tiers des ateliers des ébénistes de la Seine font moins de 50 m2, un autre tiers se situe entre 50 et 100 m2, 23 % entre 100 et 200 m2 et 11 % font plus 200 m2. Le plus souvent, il est situé dans une cour ou au rez-de-chaussée mais il n’est pas rare qu’il soit à l’étage, ce qui pose alors de sérieux problèmes de manutention et de transport117. En outre, Simone Francès souligne que ces locaux sont souvent vétustes, mal éclairés et mal aérés. La solution de l’atelier à domicile n’est que partiellement satisfaisante. En particulier, elle pose problème quand l’affaire se développe. La place vient alors à manquer. Des artisans à l’étroit dans leurs locaux cherchent à louer ou acquérir des murs plus vastes. En septembre 1944, un mécanicien en cycle demande l’autorisation d’occuper un local fermé en 1940 puis réquisitionné car son propre logement est devenu trop petit118. À la Libération, les préfectures sont submergées par les demandes de transfert d’atelier d’artisans victimes des bombardements. Ils ont aussi à traiter les plaintes des artisans relogés et mécontents comme ce tailleur dont l’appartement qu’on lui a attribué est trop petit : il « ne me permet pas de prendre le personnel voulu et me fait chaque jour refuser du travail »119. La pénurie conduit beaucoup d’artisans à poursuivre leur activité dans des locaux vétustes, étroits et inadaptés. La modestie de leurs revenus retarde les travaux de réfection nécessaires.

3. L’évolution dans les années 1950.

  • 120 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Nancy.
  • 121 SAEF B42254, rapport Levieux.
  • 122 CL 129AH75, compte rendu de l’entretien du 20 avril 1954.
  • 123 Il s’agit des réponses à un questionnaire envoyé par le Centre international d’études de l’artisana (...)
  • 124 L. Buquet, J. Bossan « Résultats d’une enquête sur le crédit artisanal en France », in J. Hamel, L. (...)

73Les artisans commencent à prendre conscience de l’archaïsme de leurs installations dès le début de la crise et cherchent à y remédier. En 1949, le délégué départemental de Nancy note une amélioration de l’équipement120. Malgré cela, la situation n’évolue que lentement. Le sous-équipement ou l’obsolescence reste les marques de l’artisanat des années 1950. En 1951, le rapport Levieux considère que les locaux sont souvent vétustes et inadaptés et que leur réfection nécessite des crédits121. La remarque n’a rien d’un lieu commun puisque son auteur est le président de la CANCAVA et lui-même artisan. En 1954, G. Juris, secrétaire d’un syndicat de bouchers, considère que « l’équipement des boutiques est vieillot et désuet ». Hormis les frigos, il n’aurait pas été renouvelé depuis un siècle122. Son syndicat voudrait moderniser 600 à 800 boutiques par an. En 1955, selon Jacques Bossan et Léon Buquet, l’accord est « unanime » parmi les artisans consultés pour reconnaître les insuffisances d’équipement des ateliers123. Certains métiers déplorent les difficultés qu’ils rencontrent pour obtenir du matériel moderne. Ces deux auteurs citent notamment le cas des horlogers qui ne disposent pas des appareils de mesure mécaniques ou électriques récents. Les jeunes artisans n’ont souvent qu’un outillage rudimentaire. Ce constat recoupe les informations sur l’importance croissante du matériel d’occasion. L’enquête dévoile aussi l’insuffisance du fonds de roulement dans la quasi-totalité des cas, notamment dans le bâtiment où les délais de paiement sont plus longs et les débutants nombreux124.

  • 125 M. Boeda, « La situation de l’industrie française », Collections INSEE, E30, 1975, p. 43.

74D’après l’enquête de 1955, l’âge des équipements varie entre 5 et 60 ans. Les plus nombreux ont entre 15 et 30 ans. C’est assurément beaucoup… beaucoup trop. En effet, cela signifie que la plupart des artisans travaillent avec du matériel acquis dans l’entre-deux-guerres. L’ancienneté est plus grande en milieu rural qu’en ville. Dans le Doubs, elle est estimée entre 10 et 15 ans dans le bâtiment. Les forges des maréchaux ont entre 20 et 25 ans et les fours des boulangers entre 30 et 40 ans. En comparaison, en 1955, 45,5 % des machines-outils de l’industrie automobile ont moins de 10 ans, 34,7 % ont entre 10 et 30 ans et 19,8 % plus de 30 ans. L’âge moyen des équipements recule dans les années 1950 de 8,3 à 6,6 ans dans les industries d’équipements, de 8,9 à 7,1 dans les industries intermédiaires et de 12,1 à 7,6 dans les industries de consommation125. Les secteurs de l’artisanat les plus en difficulté sont ceux qui ont le matériel le plus archaïque et le plus obsolète. À l’inverse, les artisans du bâtiment travaillent avec du matériel plus récent et ce secteur est florissant. Il y a donc un lien indéniable entre l’âge des équipements et la vitalité d’un secteur d’activité. Le sens de cette liaison est moins évident. L’âge moyen des équipements est un indicateur d’archaïsme ou de modernité. Ainsi, les artisanats qui se modernisent sont en bonne santé et ceux qui ne le font pas dépérissent. L’ancienneté des équipements est alors la cause des difficultés mais la causalité inverse est également recevable. Certains secteurs ne se modernisent pas car ils sont en difficulté et ils n’ont pas suffisamment de moyens financiers pour investir. Dans cette hypothèse ce sont les difficultés d’un secteur qui sont la cause du non-investissement et du vieillissement des équipements et non plus l’inverse. Ces deux hypothèses sont plus complémentaires que contradictoires. Elles composent une sorte de cercle vicieux : un secteur traverse des difficultés, les capitaux viennent à manquer pour investir, l’équipement vieillit et répond de moins en moins aux normes du marché, les commandes sont moins nombreuses, les bénéfices stagnent ou diminuent, les capitaux manquent… Les difficultés s’accumulent ainsi.

75Ces résultats font apparaître une autre corrélation : l’âge moyen des équipements est plus élevé dans les métiers où l’âge moyen des artisans est lui aussi plus élevé. Dans le bâtiment, où les installations sont nombreuses et l’âge moyen des artisans peu élevé, l’ancienneté des équipements est faible. Dans la maréchalerie, où l’âge moyen des artisans est élevé, l’ancienneté des forges est importante. Les gros investissements semblent faits une fois pour toutes dans les premières années de l’entreprise et ne sont pas renouvelés par la suite. Les artisans âgés continuent de travailler avec le matériel avec lequel ils ont débuté. Ce constat, déjà inquiétant en soi, l’est encore plus lorsqu’on considère que tous n’ont pas débuté avec du matériel neuf. Ainsi perdurent des équipements très anciens. Nombre de boulangers comtois travaillent jusqu’au milieu des années 1950 avec des fours allumés la première fois lors de la première guerre mondiale ou son après-guerre.

  • 126 CACIL 103W100

76L’outillage et les locaux peuvent représenter des frais lourds pour des entreprises de cette taille et englober une très grosse partie du capital initial. Il ne reste ensuite pas beaucoup pour les frais courants et la trésorerie. Les jeunes artisans peuvent se trouver vite déstabilisés. Par exemple, un garagiste de la banlieue est de Tours a 300 000 francs de capital ; le bâtiment en représente 130 000 et l’outillage la moitié, soit 150 000 francs. Il ne reste que 20 000 francs pour la trésorerie sur lesquels il va devoir payer les premiers frais de fonctionnement (matériaux, pièces, énergie…)126. Il ne lui reste donc pas grand-chose et il est impératif que l’affaire soit rentable très rapidement. Dans ces conditions, investir pour renouveler ou compléter le capital fixe peut devenir un problème difficile. Pourtant, c’est l’une des entreprises financièrement les mieux dotées de la période dans ce département.

Figure 6. Fonction coût-volume de production

Figure 6. Fonction coût-volume de production

Source : M. J. Piore, C. F. Sabel Les chemins de la prospérité…, op. cit.

77La modestie du capital fixe est un atout de l’artisanat. Le modèle proposé par les historiens économistes Michael Piore et Charles Sabel permet de le montrer (figure 6). Les auteurs veulent prouver la supériorité, en termes de coûts, des PME dans les séries limitées. Leur modèle montre aussi les atouts des artisans. Le coût élevé des machines spécialisées génère des frais de mise en service très lourds dans la production en série mais le volume de production les réduit et à terme, sur des longues séries, ce système est le plus compétitif. Sur des séries plus courtes, les PME, qui travaillent avec des machines programmables, produisent à des coûts moins élevés car elles peuvent adapter les machines à la nouvelle production sans avoir à changer la machine elle-même. Mais, dans une série très courte, proche de l’unité, le coût reste supérieur à celui de l’artisanat dont l’outillage est polyvalent et ne nécessite pas de véritable modification. L’entreprise artisanale reste donc la mieux placée pour tous les marchés à série très courte et les produits uniques. Toutefois, cet atout nécessite de porter attention à son renouvellement et à son adaptation pour éviter l’obsolescence. Il pose le problème des investissements.

  • 127 SAEF B42254, note de la direction des programmes économiques relative à la répartition des crédits (...)
  • 128 SAEF B34143, rapport sur les opérations de crédit artisanal en 1954.
  • 129 SAEF B42254, rapport Levieux.
  • 130 L. Buquet, J. Bossan, « Résultats d’une enquête sur le crédit artisanal en France », in J. Hamel, L (...)

78L’étude de la composition du capital des entreprises montre un artisanat bigarré vers 1950. Des entreprises aux moyens désuets et dépassés cohabitent avec des entreprises mécanisées et motorisées. L’artisanat a un important besoin d’investir pour se moderniser. En 1950, une enquête réalisée par les Banques populaires auprès des chambres de métiers estime les besoins justifiés « dans les professions reconnues intéressantes » supérieurs à un milliard de francs127. En 1954, les besoins de crédit de l’artisanat sont estimés à deux milliards de francs128. À titre de comparaison, en treize ans, entre 1941 et 1954, les Banques populaires n’ont réussi à prêter que 1,5 milliard. Or, le rapport Levieux juge que les équipements sont devenus trop coûteux pour l’autofinancement129. L’enquête de 1955 met clairement en cause l’insuffisance du crédit artisanal dans l’obsolescence de l’équipement des ateliers artisanaux. Les jeunes qui ont suivi une formation désirent s’installer avec du matériel moderne mais ils doivent trop souvent y renoncer faute de crédit130.

  • 131 Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 142.
  • 132 Aux prix de 1956. Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 168.
  • 133 Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 150.

79Ce défaut d’investissement se retrouve ailleurs que dans l’artisanat. Jean-Jacques Carré, Paul Dubois et Edmond Malinvaud reviennent à plusieurs reprises sur l’idée que l’effort d’investissement des entreprises françaises après la guerre et particulièrement au début des années 1950 est « assez modeste »131. Jusque vers 1955, il se concentre dans les secteurs de base de l’industrie, ceux que l’État contrôle. Les investissements légers (par opposition à ceux des secteurs lourds) tombent à 5,9 % du PIB en 1952 contre 6,2 % en 1949132. Le niveau de 1949 n’est retrouvé qu’en 1954. On peut y voir une conséquence de la concentration des premiers plans, tout particulièrement du premier, sur quelques secteurs clés ainsi que de l’importance prise alors par les financements publics dans les investissements. De ce fait, la modernisation de certaines branches est assez tardive. Le besoin d’investissement demeure globalement important dans les années 1950. La dépression des années trente ne permit pas d’assurer correctement le renouvellement des équipements. La guerre et son cortège de pénuries le stoppèrent totalement. En 1946, les besoins sont donc considérables. La priorité donnée aux secteurs de base diffère leur satisfaction dans les autres branches où elle ne devient réelle qu’après 1955133. Le constat semble pouvoir être étendu à l’artisanat. Les investissements sont longtemps bloqués et la modernisation est retardée. L’intégration des artisans dans le Plan va favoriser l’essor des investissements.

C. UNE MAIN-D’ŒUVRE PLUS NOMBREUSE

80Produire ne demande pas qu’un capital, il faut aussi du travail. L’artisanat est souvent défini par la primauté du second sur le premier. Dans la première définition légale de l’artisan, le critère essentiel est l’exercice indépendant d’une activité manuelle. La main-d’œuvre salariée n’est limitée à cinq personnes que depuis 1936. Cette limite doit garantir la participation directe de l’artisan à la production. Le code de l’artisanat rendu public en 1955 est toujours dans cet esprit. La pratique est en parfait accord avec cette règle puisque le nombre de salariés employés dans des entreprises artisanales est assez faible. Cependant, il ne cesse de croître après la guerre. C’est là l’une des grandes caractéristiques de cette période. Aussi, l’artisanat n’échappe pas au problème général de main-d’œuvre. Toutefois, il est plutôt inattendu dans un secteur économique en crise. L’artisanat perd des entreprises mais emploie plus de salariés. Cette complexité montre que, plus qu’une simple crise, l’artisanat entame une mutation.

1. Les salariés.

  • 134 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

81À la Libération, la croissance des salariés est très forte. Les effectifs doublent (tableau 18). L’essor de la main-d’œuvre est plus que proportionnel à celui des entreprises. Plus il y a d’artisans et plus ils embauchent. Autant que la prospérité de l’immédiat après-guerre, ce développement vérifie qu’il y avait bien un manque de main-d’œuvre durant la guerre. Il y a un phénomène de rattrapage à la Libération. Par contre, le nombre de salariés augmente très peu à la fin des années 1940. Le retournement de la conjoncture artisanale ne s’y prête pas. Les artisans en difficulté ne cherchent plus à employer. Les entreprises plus solides, inquiètes du contexte, retardent leurs recrutements. La multitude d’artisans qui s’installent alors dirige de toutes petites entreprises qui manquent de moyens au point de ne pas pouvoir embaucher. L’ISEA évoque une autre hypothèse : la persistance des pénuries retiendrait les artisans de recruter134.

82Après ce temps d’incertitude, la croissance reprend. Paradoxalement, c’est quand l’artisanat entre en crise que le nombre de ses salariés croît le plus rapidement. Il passe de 478 330 à 701 354 entre 1950 et 1955 avec une croissance moyenne de 7,9 % par an. Puis, de nouveau, ce développement ralentit assez nettement mais les données de la seconde moitié des années 1950 sont moins certaines. Pour 1955 et 1960, les sources ne donnent pas toujours les mêmes chiffres. Pour 1955, elles évoquent tantôt 701 354 salariés, tantôt 706 821. Pour 1960, elles parlent de 784 147 ou de 704 169 salariés. À chaque fois, les différences ne sont pas énormes mais elles débouchent sur deux hypothèses inverses selon la manière de les accorder. L’hypothèse minimaliste donnerait une légère décrue entre 1955 et 1960. La plus optimiste donnerait une hausse légèrement supérieure à 2 % par an. La comparaison avec les données disponibles pour 1950 et 1962 conduit à rejeter les deux chiffres les plus hauts pour 1955 et 1960. Dans ces conditions, le nombre de salariés paraît quasiment stable entre 1955 et 1960. Vraisemblablement, il croît très légèrement de 701 000 à 704 000 mais une légère diminution n’est pas exclue, qui précéderait celle constatée entre 1960 et 1962.

  • 135 L’enquête a malheureusement disparu des archives du ministère mais ses résultats sont donnés par H. (...)
  • 136 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.
  • 137 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

83En dépit de cette augmentation, le nombre de salariés par entreprise artisanale reste peu élevé. En 1944, d’après une enquête du ministère de la Production industrielle, il y a 0,5 compagnon pour 1 artisan. La chute du nombre d’artisan, alors que l’emploi se développe, fait passer ce coefficient à 0,7 en 1955135. Les variations régionales sont assez fortes. Pour les maréchaux, par exemple, la moyenne nationale est de 0,4 en 1946 mais elle va de 0,2 dans la région de Toulon à 1,05 en Alsace136. Le Nord, le centre du pays et le Midi se situent sous la moyenne tandis que l’Ouest, le Lyonnais, l’Alsace et la région parisienne sont au-dessus137.

  • 138 Cf. annexe 9.
  • 139 H. Mourier, « Enquête du Centre d’études internationales de l’artisanat sur la situation économique (...)

84Les artisans de l’alimentation, de la réparation, du bâtiment et de la confection demeurent les principaux employeurs138. Les coiffeurs restent dans une situation en retrait. Les artisans du bois et des métaux n’emploient presque jamais de main-d’œuvre régulière. Par contre, ceux des métaux semblent réduire leurs embauches. Selon Henri Mourier, les métiers nouveaux et le bâtiment manquent plutôt d’ouvriers alors que les anciens en perdent139. Une enquête INSEE recoupe l’essentiel de ces constats pour le début des années 1950 (tableau 5). Les métiers qui emploient le plus de salariés par entreprise sont issus de la confection, de l’alimentation, du bâtiment et de la mécanique. L’enquête montre que dans la confection, l’emploi est essentiellement le fait des hommes alors que la profession est plutôt féminine. Les tailleurs ont presque tous un salarié alors que les couturières apparaissent dans les derniers rangs des employeurs. Dans le bâtiment, les salariés sont recrutés principalement par les artisans du gros œuvre. Dans le second œuvre, les artisans travaillent plus souvent seuls. D’une manière générale, les plus gros employeurs sont les secteurs qui ont aussi les plus gros besoins en capital fixe. Les imprimeurs, les mécaniciens, les ébénistes et l’alimentation arrivent en tête.

  • 140 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.
  • 141 AN 80AJ108, rapport de la commission de l’artisanat, d’après le fichier des établissements de l’INS (...)

85La proportion d’artisans seuls commence à diminuer. En 1946, 62 % des maréchaux et forgerons travaillent seuls et environ 60 % des radio-électriciens140. Selon les estimations d’Henri Mourier, vers 1950, 67 % des artisans travaillent seuls. Ils ne sont déjà plus que 55 % en 1955141. Le registre des métiers confirme cette tendance sur le long terme. À leur installation, 78,5 % des artisans bordelais n’emploient ni compagnon, ni apprenti en 1953. Ils étaient 80,9 % en 1938. Si les artisans bordelais sont un peu plus souvent des patrons en 1953 qu’en 1938, c’est avec une moyenne de salariés inférieure. Les employeurs n’ont en moyenne que 1,4 compagnon. L’entreprise artisanale reste donc vraiment une très petite entreprise. Quand les artisans se font patrons, ils n’ont habituellement qu’un seul compagnon. En 1938, 10 % des Bordelais avaient plusieurs salariés à leur inscription. Il n’y en a plus aucun en 1953. En 1946, 33 % des maréchaux et des forgerons ont un seul salarié et seulement 5 % en ont davantage. Les entreprises artisanales fonctionnent donc avec un seul travailleur (l’artisan lui-même) ou en binôme (l’artisan et un compagnon). Les autres situations sont exceptionnelles.

Tableau 5. Coefficient de compagnons par artisan

Tableau 5. Coefficient de compagnons par artisan

Source : Enquête INSEE, 1951.

2. Les apprentis.

  • 142 M. Laloire, Problèmes de l’artisanat européen, op. cit., p. 279.

86À la Libération, le nombre d’apprentis suit la hausse des artisans. Il passe de 106 000 en 1942 à près de 126 000 en 1944 (figure 20). En 1950, l’artisanat emploie 133 000 apprentis en France. La hausse atteint presque 10 % en 1944 mais redescend à environ 1 % par an entre 1944 et 1950 (figure 20). À terme, elle est moins importante que celle des salariés. L’emploi d’apprentis reste relativement limité en France, notamment par rapport à d’autres pays européens. En Allemagne fédérale, en 1949, 500 000 apprentis travaillent dans des entreprises artisanales142. C’est presque quatre fois plus qu’en France alors que le nombre d’artisans est presque aussi important.

  • 143 AN F12 10018, rapport artisanat, décembre 1949-janvier 1950, délégué départemental de Clermont-Ferr (...)
  • 144 M. Laloire, Problèmes de l’artisanat européen, op. cit., p. 279.

87La dégradation des années suivantes atteint l’apprentissage. Les apprentis sous contrat diminuent jusqu’en 1956. Ils ne sont plus alors que 125 000. En Auvergne, les rapports parlent de diminution nette dès 1950143. Ailleurs en Europe, leur situation n’est pas toujours très assurée non plus. En Belgique, ils sont 10 205 en 1947 mais ils tombent brutalement à 7 746 l’année suivante144. Il remonte ensuite à 10 109 en 1950 avant de rediminuer. En 1952, 9 283 apprentis sont recensés. L’évolution suit ainsi des cycles de trois ans, durée qui correspond en général à celle des contrats d’apprentissage. Tous les trois ans le nombre d’apprentis diminue brutalement à mesure qu’une génération d’apprentis achève sa formation puis les effectifs se recomposent progressivement. Toutefois, d’un cycle sur l’autre, la totalité des effectifs n’est pas remplacée. Il y a bien comme en France, une tendance à la diminution après la seconde guerre mondiale. La France n’est pas un cas isolé. Le déclin est moins rapide que celui des artisans. Aussi, le coefficient d’apprentis par entreprise artisanale s’améliore un peu. Il demeure cependant très faible. Il n’est que de 0,14 en 1956. Il est encore plus faible en Belgique où il ne dépasse pas 0,05. À l’inverse, il est supérieur à 0,5 en Allemagne mais c’est la situation allemande qui paraît exceptionnelle (les entreprises artisanales n’y connaissent pas de limite de personnel et, traditionnellement, les chambres de métiers sont très fortement impliquées dans la formation professionnelle).

  • 145 S. Francès, Où va l’artisanat…, op. cit., p. 45.
  • 146 AN 80AJ187, étude du secteur des métiers de la circonscription d’action régionale du Centre, APCM.

88De même qu’ils n’ont en général qu’un seul compagnon, les artisans n’ont habituellement qu’un seul apprenti. Ils sont quelques-uns à en employer deux ; presque jamais plus. À la fin des années 1950, la grande majorité des artisans n’a pas d’apprenti. À titre d’exemple, 90 % des ébénistes parisiens n’en ont pas145. L’emploi d’apprentis est circonscrit à certains métiers. En Gironde, par exemple, l’alimentation, la réparation et le secteur divers (dont l’imprimerie) sont quasiment les seuls à prendre régulièrement des apprentis en 1953. En 1959, dans la région Centre, les secteurs qui forment le plus d’apprentis sont la pâtisserie (0,77 par artisan), la réparation automobile (0,45) et l’imprimerie (0,44)146. À long terme, l’évolution est peu perceptible. En 1953 comme en 1938, les artisans qui viennent s’inscrire au registre des métiers n’ont que 0,1 apprenti en moyenne. Cette moyenne est sensiblement la même que celle de l’ensemble des entreprises artisanales. Les artisans ne deviennent donc pas plus facilement maîtres d’apprentissage quand leurs entreprises se sont développées. Bien au contraire, l’expérience semble les inciter à se retirer de l’apprentissage. Selon une enquête réalisée par la Chambre des Métiers de la Sarthe en 1955, 50 % des maîtres d’apprentissage sont de jeunes artisans (c’est-à-dire installés depuis moins de cinq ans). Les artisans plus anciennement installés participent peu à la formation d’apprentis. La prise d’un apprenti apparaît donc comme une expérience tentée par des artisans débutants et non renouvelée par la suite. Entre 1945 et 1955, 3 902 artisans sarthois ont formé un ou plusieurs apprentis. Sur ce total, ils ne sont que 1 382 à avoir encore un apprenti en 1955. La majorité a donc renoncé. Ces retraits sont durables. En 1955, 26,5 % ne prennent plus d’apprentis depuis plus de cinq.

  • 147 S. Francès, Où va l’artisanat…, op. cit., p. 45.
  • 148 AN 80AJ108, rapport de la commission de l’artisanat, juillet 1957.

89La raison la plus souvent évoquée pour justifier cette réticence est le coût. Elle arrive en tête dans l’enquête de Simone Francès avec 40 % des réponses ; viennent ensuite : le manque de place (19 %), la difficulté de trouver des apprentis (16 %), la mauvaise qualité de leur travail (16 %) ou la perte de temps (14 %)147. Pourtant, ce coût est assez faible. Un apprenti ébéniste touche, vers 1957 à Paris, 13 francs de l’heure en début d’apprentissage et 53 francs à la fin. Il coûte quatre à cinq fois moins cher qu’un ouvrier qualifié. L’apprenti ne touche souvent aucun salaire fixe. Il est fréquent que les contrats mentionnent que la rémunération dépendra du travail fourni. Mais, si un apprenti coûte moins cher qu’un ouvrier, il n’en représente pas moins un coût réel et non négligeable, pour un travail dont la qualité n’est pas immédiatement intéressante. D’après les données des chambres des métiers, un apprenti coûte 5 000 francs par an à son employeur en 1957 même s’il n’est pas rémunéré148. S’il faut le loger et le nourrir, le coût monte à 105 000 francs par an. S’il est rémunéré il coûte de 70 000 à 250 000 francs (selon les conventions en vigueur dans chaque métier) et de 170 000 à 350 000 francs si, en plus, il est nourri et logé. Rapportée à la surface des entreprises artisanales et aux chiffres d’affaires moyens, la prise d’un apprenti peut alors devenir une charge effectivement trop lourde pour une majorité d’artisans. Enfin, les complications fiscales et administratives rebutent les artisans.

  • 149 R. Barjavel, La charette bleue, op. cit., p. 50.

90Les évolutions du nombre d’apprentis et de salariés suivent un parallélisme frappant. L’emploi de salariés se développe vivement au début des années cinquante alors que le nombre d’apprentis diminue. Dans le Calvados entre 1942 et 1945, le nombre de compagnons augmente plus fortement que la moyenne tandis que le nombre d’apprentis diminue. Dans cette partie de la Normandie, les artisans semblent substituer les apprentis par plus d’ouvriers. Les employeurs de compagnons et d’apprentis sont-ils les mêmes artisans ? Dans la charrette bleue, René Barjavel raconte que quand Paul Paget cherche à employer son père comme ouvrier boulanger, son maître d’apprentissage est prêt à le laisser partir car il ne peut pas lui offrir un salaire d’ouvrier. Si l’apprenti est intéressé par l’offre, il en cherchera un autre149. Cet artisan boulanger ne gagne pas assez pour se payer les services d’un ouvrier. Dans les registres des métiers, la part des artisans employant les deux reste inférieure à un tiers. Les répartitions sectorielles ne se recoupent pas tout à fait. En Gironde, dans le bâtiment, tous ceux qui ont un ouvrier n’ont pas un apprenti mais ceux qui ont un apprenti ont aussi un ouvrier. Dans d’autres régions, les maîtres d’apprentissage sont majoritairement des artisans qui ont des ouvriers. La répartition régionale donne des résultats plus nuancés, la région qui emploie le plus d’apprentis, l’Alsace, est aussi celle qui emploie le plus de salariés mais l’Alsace a un statut à part qui ne permet pas de trancher. Ailleurs, les situations sont extrêmement variées. Dans certaines, les artisans emploient aussi peu d’ouvriers que d’apprentis. Dans d’autres, ils emploient plus les uns ou les autres. Il est difficile d’en tirer une règle générale.

***

91L’après-guerre marque le terme d’une dizaine d’années de croissance dans l’artisanat. La Libération voit se poursuivre l’essor des années précédentes. Celui-ci connaît en 1945 et 1946 une vigoureuse accélération. Le retour à la liberté d’installation dans un contexte toujours perturbé encourage cet essor. La petite entreprise artisanale attire plus que jamais. En 1948, plus d’un million de travailleurs français sont artisans mais cette prospérité apparente est un arbre qui masque une forêt de points faibles. Ceux-ci passent au premier plan dès la fin des années quarante et l’artisanat entame alors une longue période de repli. Ce dernier est assez brutal. Les années cinquante sont les plus difficiles. En premier lieu, l’artisanat cesse d’être attirant. Il est peu rémunérateur. À l’heure où la Sécurité sociale est instaurée, il se choisit un régime autonome moins protecteur. Il souffre donc de la comparaison avec le salariat qui lui prend des hommes alors qu’il attire moins les siens. En second lieu, il est surdimensionné et mal positionné par rapport à ses capacités et au marché. Tous les secteurs connaissent des difficultés, à l’exception du bâtiment. Il est encore trop présent dans des secteurs de production en déclin comme le cuir et surtout la confection. Ailleurs, l’évolution vers les services ne compense pas encore la disparition des entreprises en surnombre et trop fragiles. Enfin, trop d’entreprises sont précaires. Les installations en masse qui ont nourri la croissance se sont trop souvent faites sans grands moyens. En conséquence, vers 1950, l’artisanat est globalement sous-équipé et l’entrée dans la crise ne permet pas d’amélioration notable. L’investissement et la modernisation s’imposent comme des urgences. Or, dans cette période, l’artisanat n’est pas une priorité pour l’État.

Notes

1 O. Dard, « Henri Queuille face… », op. cit., p. 15.

2 Pour Henri Mourier, ses chiffres doivent dépasser d’environ 20 % la réalité. C’est certainement excessif ; la différence avec la taxe pour frais de chambre des métiers n’est que de 10 %.

3 Dans Histoire des Français, op. cit., p. 562.

4 CACIL 103W100.

5 P. A. Dessaux, « Entrepreneur de la pénurie : la formation d’une entreprise durant les années quarante », dans J. Marseille (dir.), Créateurs et créations d’entreprises de la révolution industrielle à nos jours, Association pour le développement de l’histoire économique, Paris, 2000, p. 561.

6 Article 42 de la loi de finances du 31 décembre 1945.

7 Du fait du sous-enregistrement des cessations, ce taux doit être considéré comme un maximum. La réalité se situe certainement légèrement en-deça.

8 En appliquant le taux de croissance annuel de 3,1 % à la série et en partant de 740 000 artisans en 1938, il y a 1 004 196 artisans en France en 1948.

9 Le taux de croissance moyen de la série est calculé d’après la formule Vn =V0 (1 + t) n où V représente les valeurs de la série, n le nombre d’année et t la croissance annuelle moyenne.

10 Exactement 22,7 ans selon la formule log2/log (1 + t).

11 La France compte 19,5 millions d’actifs en 1938 et en 1948 d’après J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé de la croissance…, op. cit., p. 51.

12 M. Laloire, « Problèmes de l’artisanat européen », Revue internationale du travail, 1955, p. 263.

13 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé…, p. 37.

14 Rapport Lavergne, JO, document 5845, décembre 1948.

15 AN F12 10017, revue de la presse artisanale, été 1949.

16 AN F12 10015, revue de la presse artisanale, janvier 1949.

17 AN F12 10017, rapport artisanat, avril 1949, délégué départemental de Nancy.

18 AN F12 10018, enquête sur les exportations de produits artisanaux, circonscription de Bordeaux, 11 mars 1950.

19 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Strasbourg.

20 Au taux annuel de – 3,9 %, il faudrait néanmoins 220 ans pour que l’artisanat disparaisse, c’est-à-dire le temps nécessaire pour passer d’un million d’artisans à moins de un.

21 Cf. par exemple : A. Gueslin, Nouvelle Histoire de la France Économique, op. cit., p. 32.

22 Ce coefficient (r2) qui varie entre 0 et 1 doit être supérieur à 0,75 pour être significatif.

23 Cf. chapitre X.

24 Les démographes nomment mortalité juvénile celle des enfants de moins de cinq ans pour la distinguer de la mortalité infantile qui ne concerne que ceux de moins d’un an.

25 F. Gresle, L’univers…, op. cit., p. 136.

26 Cette fragilité chronique se retrouve dans les listes nominatives de recensements. Beaucoup des artisans qui apparaissent pour la première fois en 1945 ne sont déjà plus là lors des recensements suivants.

27 CACIL 103W100, lettre de l’inspecteur des Transports et des Ponts et chaussées d’Indre-et-Loire du 24 novembre 1944.

28 CACIL 103W150.

29 AN F12 10015, revue de la presse artisanale, décembre 1948.

30 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Strasbourg.

31 AN F12 10017, revue de la presse artisanale, été 1949.

32 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Strasbourg.

33 AN F12 10017, revue de la presse artisanale, été 1949.

34 AN F12 10017, rapport artisanat, août-septembre 1949, délégué départemental de Rouen.

35 H. Mourier, « Enquête… », dans J. Hamel, M. Byé, Aspects…, op. cit., p. 90.

36 AN F12 10017, rapport artisanat, décembre 1949-janvier 1950, délégué départemental de Nancy.

37 M. Lescure, « Créateurs et créations d’entreprises : les enjeux d’un questionnement », dans J. Marseille (dir.), Créateurs et…, op. cit., p. 27.

38 Cf. supra et C. Jaeger, Artisanat et capitalisme. L’envers de la roue de l’histoire, Paris, Payot, 1982, p. 130.

39 F. Gresle, L’univers de la boutique…, op. cit., p. 124.

40 Chiffres cités par N. Mayer, G. Michelat, « Les choix électoraux des petits commerçants et artisans en 1967 », Revue Française de Sociologie, 22, 1981, p. 506.

41 SAEF B662, protestation des syndicats d’artisans du Cher.

42 SAEF B663, rapport du directeur des contributions directes du Lot-et-Garonne, 10 février 1950.

43 ASF, annuaire rétrospectif 1948-1988, p. 92.

44 SAEF B664, note pour le ministre, 19 février 1955.

45 Données sociales, 1987.

46 Chaque année, la direction générale des impôts réalise des estimations de l’évolution des chiffres d’affaires pour fixer sa politique des forfaits. Elles sont conservées seulement pour la période 19451954. Elles proviennent d’enquêtes effectuées auprès des services fiscaux. La méthode est progressivement améliorée pour devenir plus fiable et représentative. En 1945, l’enquête n’inclut que les résultats de Paris et de sa région puis elle est élargie. La liste des métiers artisanaux inclus dans l’enquête a varié. Globalement, le panel s’est étoffé. Le nombre d’activités considérées passe de quinze en 1945 à vingt en 1953. La série issue de ces enquêtes n’est donc pas parfaitement homogène mais les tendances qui en ressortent sont suffisamment claires et significatives pour ne pas être négligées.

47 Le seul travail disponible à ce jour sur la sécurité sociale des indépendants est : F. Gresle, « Indépendance professionnelle et protection sociale. Pratiques de classes et fluctuations idéologiques du petit patronat », Revue Française de Sociologie, 18, 1977, p. 577-599.

48 Les artisans peuvent cotiser selon cinq classes. À chacune correspond un nombre de points. En 1958, les cotisations sont de 15 000 francs par an dans la première classe, 20 800 francs dans la seconde, 31 000 francs dans la troisième, 41 600 francs dans la quatrième et 52 000 francs dans la cinquième. Il existe quatre autres classes où les cotisants peuvent s’ils le veulent verser plus pour recevoir ensuite une retraite plus élevée.

49 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Clermont-Ferrand. AN F12 10017, rapport artisanat, février 1949, délégué départemental de Clermont-Ferrand.

50 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Nancy.

51 AN F12 10017, rapport artisanat, juin-juillet 1949, délégué départemental de Rouen.

52 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Limoges.

53 J. Malassigné, « L’artisanat : vestige du passé, utilité économique, nécessité sociale », Droit social, 1966, 12, p. 614.

54 P. Suet, L’artisan, Sirey, 1965, p. 122 à 135.

55 La classe normale est la classe D. Les classes A, B et C sont des classes d’exonération aux cotisations moins importantes pour les revenus faibles. L’artisan peut volontairement cotiser dans une classe supérieure à D pour s’assurer de meilleurs droits. À condition d’avoir cotisé pendant au moins cinq années, il peut racheter des points sans toutefois que le total des rachats puisse dépasser le nombre de points qui aurait été acquis en cotisant toute sa carrière en classe J. Le choix de la classe est fait pour deux ans et il est reconduit tacitement. En 1965, un point vaut 40 francs. La cotisation de base (D) est de 640 francs par an et la cotisation maximale permise (J) de 2 400 francs. Elle est versée par trimestre et d’avance. Chaque point acquis donne droit à 4,40 francs de pension.

56 G. Nicoud, Les dernières libertés, menottes aux mains, Denoël, Paris, 1972, p. 100.

57 J. Duclain, « Le monde des métiers en pleine mutation », Économie et humanisme, 1970, 191, p. 12. G. Nicoud, Les dernières libertés…, op. cit., p. 95.

58 G. Nicoud, Les dernières libertés…, op. cit., p. 31.

59 La liste de ces maladies devient un motif supplémentaire de récriminations puisqu’y figurent des maladies devenues extrêmement rares en France, telle la lèpre, et les artisans peuvent avoir l’impression que l’on se moque d’eux. Cf. G. Nicoud, Les dernières libertés…, op. cit., p. 43.

60 Cité par G. Nicoud, Les dernières libertés…, op. cit., p. 104.

61 G. Nicoud, Les dernières libertés…, op. cit., p. 93 et 97.

62 Économie et humanisme, 191, 1970.

63 L. Clerc, « L’artisanat face à son avenir, éléments d’une politique », Économie et humanisme, 191, 1970, p. 23.

64 G. Nicoud, Les dernières libertés…, op. cit., p. 95-96 et 115.

65 M. Laloire, Problèmes…, op. cit., p. 264. Pour l’Espagne : A. Plasencia, dans J. Hamel, M. Byé, Aspects de…, op. cit., p. 168.

66 Les données brutes ont été retravaillées pour pouvoir comparer les deux années et les ramener en pourcentage. Pour 1955, il n’a pas été possible de distinguer les activités diverses qui sont dispersées dans les autres catégories. Les chiffres de chacune d’elles sont donc légèrement supérieurs à la réalité.

67 Cf. infra.

68 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan.

69 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan.

70 H. Mourier, « Essai de statistiques artisanales », dans J. Hamel, M. Byé, Aspects…, op. cit., p. 90.

71 M. Dumas, L’évolution de l’artisanat dans les métiers de la mode féminine, Centre international d’études de l’artisanat, Institut de droit comparé, Université de Paris, 1961, p. 77.

72 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 115.

73 M. Dumas, L’évolution de l’artisanat…, op. cit., p. 44.

74 Données sociales, 1987, p. 388 et suivantes. M. Dumas, L’évolution de l’artisanat…, op. cit.

75 M. Dumas, L’évolution de l’artisanat…, op. cit., p. 106.

76 Artisans et ouvriers d’Alsace, p. 341.

77 Artisans et ouvriers d’Alsace, p. 340.

78 R. Lebeau, La vie rurale dans les montagnes du Jura méridional, Paris, 1955, p. 462.

79 AN 80AJ95, note d’information 5, juillet 1955.

80 SAEF B662, rapport Barriller.

81 AN 80AJ113, dossier 11/b, rapport du 17 décembre 1956.

82 AN 80AJ108

83 SAEF B 662.

84 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

85 M. Chollet-Varagnac, « La mort de la forge de village », Annales ESC, 1969, p. 396.

86 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

87 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan.

88 M. Lescure, Histoire d’une filière…, op. cit., p. 48.

89 Cf. annexes 7 et 8.

90 AN 80AJ32.

91 CACIL 103W100.

92 Les valeurs en francs courants sont transformées en francs constants afin de gommer l’effet de l’inflation et de permettre les comparaisons entre deux années différentes. Pour effectuer cette opération, on utilise la formule suivante : Ft = (Ft’/It’) * 100 où Ft désigne la valeur en francs constants, t l’année de référence, Ft’la valeur en francs courants à la date t’et I l’indice des prix à la même date. Ainsi pour transformer 15 000 francs de 1942 en francs de 1938, on divise 15 000 par 175 (l’indice des prix de 1942 quand 1938 = 100) et on multiplie ce produit par 100. On obtient alors 8 570 francs. L’indice des prix retenu est celui publié par l’INSEE dans son Annuaire rétrospectif de la France 1948-1988, p. 286.

93 Il comprend quatorze cas qui reçoivent tous un avis positif. Pour chaque entreprise, le lieu, l’activité et la valeur de l’entreprise sont donnés. AN F12 12002, dossier reconstruction.

94 CACIL 103W150.

95 CACIL 103W176.

96 CACIL 103W150.

97 CACIL 103W40.

98 CACIL 103W40.

99 CACIL 103W40.

100 CACIL 103W170.

101 CACIL 103W100.

102 CACIL 103W176.

103 En 1925, par exemple, l’un d’eux à Chinon acquiert un pétrin mécanique pour 8 000 francs avec un moteur de 2 500 francs, soit 41 % de ses bénéfices annuels. Cette diffusion va jusqu’à susciter la création d’une société à Tours qui fabrique ce matériel pour la clientèle des artisans. AD37 6M1083.

104 CACIL 103W 100.

105 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

106 CACIL 103W176.

107 CACIL 103W150.

108 J. Laloum, op. cit., p. 151.

109 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

110 CACIL 103W150.

111 CACIL 103W100.

112 CACIL 103W150.

113 À Paris, en 1951, le loyer moyen des locaux professionnels des cordonniers est de 6 200 francs. À l’année, la charge s’élève à 74 400 francs. En moyenne, leur chiffre d’affaires est de 318 400 francs. La location représente donc 23 % du chiffre d’affaires. SAEF B 663, rapport Divay.

114 CACIL 103W150.

115 CACIL 103W176.

116 CACIL 103W100.

117 S. Francès, Où va l’artisanat français ? Enquête sur le mode de vie et l’idéologie des artisans ébénistes de la Seine, Paris, CNRS, 1961, p. 38.

118 CACIL 103W100.

119 CACIL 103W100.

120 AN F12 10017, rapport artisanat, juin 1949, délégué départemental de Nancy.

121 SAEF B42254, rapport Levieux.

122 CL 129AH75, compte rendu de l’entretien du 20 avril 1954.

123 Il s’agit des réponses à un questionnaire envoyé par le Centre international d’études de l’artisanat (cf. chapitre VI) aux chambres de métiers, aux syndicats d’artisans et aux banques populaires. Les résultats sont publiés par L. Buquet, J. Bossan « Résultats d’une enquête sur le crédit artisanal en France », in J. Hamel, L. Buquet, op. cit., p. 9.

124 L. Buquet, J. Bossan « Résultats d’une enquête sur le crédit artisanal en France », in J. Hamel, L. Buquet, op. cit., p. 11.

125 M. Boeda, « La situation de l’industrie française », Collections INSEE, E30, 1975, p. 43.

126 CACIL 103W100

127 SAEF B42254, note de la direction des programmes économiques relative à la répartition des crédits du FME affectés aux investissements sociaux. Et SAEF B42254, rapport Levieux.

128 SAEF B34143, rapport sur les opérations de crédit artisanal en 1954.

129 SAEF B42254, rapport Levieux.

130 L. Buquet, J. Bossan, « Résultats d’une enquête sur le crédit artisanal en France », in J. Hamel, L. Buquet, op. cit., p. 10.

131 Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 142.

132 Aux prix de 1956. Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 168.

133 Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 150.

134 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

135 L’enquête a malheureusement disparu des archives du ministère mais ses résultats sont donnés par H. Mourier, op. cit. Une autre source donne 0,72 salarié par entreprises artisanales en 1956. Artisans et ouvriers d’Alsace, op. cit., p. 269.

136 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

137 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

138 Cf. annexe 9.

139 H. Mourier, « Enquête du Centre d’études internationales de l’artisanat sur la situation économique de l’artisanat en France », dans J. Hamel, M. Byé, Aspects…, op. cit., p. 65.

140 Enquête sur l’artisanat français, op. cit.

141 AN 80AJ108, rapport de la commission de l’artisanat, d’après le fichier des établissements de l’INSEE.

142 M. Laloire, Problèmes de l’artisanat européen, op. cit., p. 279.

143 AN F12 10018, rapport artisanat, décembre 1949-janvier 1950, délégué départemental de Clermont-Ferrand.

144 M. Laloire, Problèmes de l’artisanat européen, op. cit., p. 279.

145 S. Francès, Où va l’artisanat…, op. cit., p. 45.

146 AN 80AJ187, étude du secteur des métiers de la circonscription d’action régionale du Centre, APCM.

147 S. Francès, Où va l’artisanat…, op. cit., p. 45.

148 AN 80AJ108, rapport de la commission de l’artisanat, juillet 1957.

149 R. Barjavel, La charette bleue, op. cit., p. 50.

Table des illustrations

Titre Figure 5. Immatriculations et radiations au registre des métiers (1944-1949)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 4. Répartition des artisans par secteur d’activité en 1944 et 1955
Crédits Sources : AN 80AJ24 et H. Mourier66.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 6. Fonction coût-volume de production
Crédits Source : M. J. Piore, C. F. Sabel Les chemins de la prospérité…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 5. Coefficient de compagnons par artisan
Crédits Source : Enquête INSEE, 1951.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/995/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search