Version classiqueVersion mobile

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Première partie. 1938-1944 : Vichy et l'héritage de l'entre-deux-guerres

Chapitre premier. Héritage et essor

Texte intégral

1L’année 1938 est la première pour laquelle le nombre d’artisans en France est mesurable avec suffisamment de précision. C’est la première année de fonctionnement normal du registre des métiers, le principal outil de cette mesure. Ce registre débute en 1936 mais les deux premières années sont consacrées à l’enregistrement de l’ensemble des artisans du pays et ce n’est qu’au terme de cette période qu’apparaît l’importance réelle de l’artisanat français. Jusque-là, les artisans étaient mêlés aux autres entreprises, dans le registre du commerce ou dans les patentes par exemple ; leur effectif précis n’était pas connu avec précision. L’ouverture de ce registre distinct fait apparaître le dynamisme du monde artisanal. Elle coïncide avec le début d’un cycle de la démographie artisanale ; un cycle d’une trentaine d’années jusque vers 1970 où l’artisanat retrouve son niveau de 1938. Le registre permet alors de dresser le tableau des entreprises artisanales au début du cycle afin de mieux comprendre les transformations qui suivent ; afin aussi de connaître le milieu auquel sont destinées certaines mesures de l’État. En revanche, 1938 ne marque pas le début d’une politique économique pour les artisans mais elle reste récente. L’entre-deux-guerres voit la naissance de la notion d’artisanat. Sa reconnaissance s’accompagne de la création d’outils qui sont les bases durables de la politique artisanale. La mise en route du registre des métiers, en comptabilisant de manière autonome les artisans, est l’aboutissement de la reconnaissance publique de l’artisanat. Politiquement, l’héritage de l’entre-deux-guerres est important et même fondamental.

I. LA RÉPUBLIQUE CRÉE L’ARTISANAT

  • 1 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Robert, 1992.

2En 1938, la notion d’artisanat est encore relativement nouvelle ; elle n’existait pas vingt ans plus tôt. Le terme n’apparaît qu’en 1920 sous la plume de Julien Fontègne dans la Gazette des métiers1. C’est une création de l’entre-deux-guerres dans laquelle l’État est pour beaucoup. Ce n’est pas qu’il n’existe pas d’artisans avant la première guerre mondiale mais ils exercent de manière dispersée sans former un groupe clairement identifié. Surtout, ils ne forment pas une entité homogène reconnue par l’État qui, en conséquence, ne leur concède formellement aucun droit particulier.

  • 2 H. Weber, Le parti des patrons. Le CNPF (1946-1986), Le Seuil, Paris, 1986. La proximité des dénomi (...)

3Avant la guerre de 1914-1918, les artisans s’identifient d’abord à leur métier. Leur défense se fait au sein de syndicats professionnels spécialisés ou d’organisation de défense des classes moyennes, où ils y côtoient en particulier des petits commerçants. La distinction entre la boutique et l’atelier est encore peu nette. La première étape est donc l’organisation globale et autonome des artisans. La naissance de la CGAF (Confédération Générale de l’Artisanat Français) en 1922 la réalise, avec le soutien de l’État. À la fin de la guerre, le ministre et sénateur radical Étienne Clémentel reçoit deux représentants de syndicats d’artisans chausseurs, MM. Tailledet et Grandadam, qui sollicitent l’aide de l’État. Suivant la même démarche qu’avec le patronat, qu’il a poussé à se rassembler dans la Confédération Générale du Patronat Français (CGPF), il les incite à créer une confédération artisanale pour ne pas avoir à gérer des demandes dispersées2.

  • 3 On laissera à part les chambres des métiers, acquis plus institutionnel qu’économique.

4Dès lors, l’artisanat existe. Ce syndicat fait pression sur l’État pour faire reconnaître des droits particuliers aux artisans et, en légiférant, l’État contribue fortement à réaliser la notion d’artisanat. Quatre acquis fondamentaux datent de l’entre-deux-guerres : les chambres des métiers, le registre des métiers et la définition de l’artisan, le statut d’artisan fiscal et le crédit artisanal3.

A. LA DÉFINITION CONTROVERSÉE DE L’ARTISAN

5Dans l’entre-deux-guerres, l’artisanat se sépare définitivement des autres catégories auxquelles il a pu être amalgamé jusque-là. Ces années sont celles d’une autonomie que l’artisanat cherche à faire reconnaître. Mais cette naissance est source de débats, de querelles et de divisions. Tous ceux qui prétendent représenter les artisans et l’artisanat n’en ont pas la même conception. C’est à l’État de trancher parmi les prises de position opposées de ses interlocuteurs.

1. Syndicalistes contre corporatistes.

  • 4 R. Tailledet, La doctrine de classe de l’artisanat français, p. 256.

6Les fondateurs de la CGAF sont proches du courant radical-socialiste. Les références politiques de Robert Tailledet sont dans la lignée de la gauche française. Il juge l’individualisme libertaire de Proudhon « sympathique » et le considère comme le principal soutien à sa doctrine de l’artisanat4. Il voit Proudhon comme un partisan de la liberté et de l’indépendance du travail qui voulait la fusion du prolétariat et de la bourgeoisie dans les classes moyennes. Il loue Jean Jaurès d’avoir dépassé Marx en intégrant les classes moyennes dans le socialisme. Enfin, il se rapproche des radicaux en affirmant que le rôle de l’État est de veiller à l’équilibre des classes sociales. Débarrasser la notion de classe de celle de lutte est à ses yeux essentiel car sa pensée repose sur l’affirmation d’une classe artisanale. Il publie en 1937 la doctrine de classe de l’artisanat français où il réfute l’idée d’une organisation globale des classes moyennes, car se serait unir des groupes aux intérêts différents, pour affirmer l’autonomie de l’artisanat. Son but est de faire pression sur l’État, « d’entrer » dans l’État, pour la reconnaissance des droits des artisans. Sa ligne est syndicaliste.

  • 5 Sur le développement du syndicalisme artisanal et la division entre syndicalistes et corporatistes (...)

7La CGAF n’est pas la seule organisation artisanale. Il existe un autre courant, plus à droite, issu notamment d’Alsace. Dans l’entre-deux-guerres, l’Alsace est l’autre pôle de fixation de l’artisanat. Jusqu’à la première guerre mondiale, elle est allemande. Or, en Allemagne, il existe une organisation officielle de l’artisanat depuis la loi du 26 juillet 1897 qui crée des chambres de métiers. Retournée à la France, l’Alsace fait figure de modèle, notamment quand les chambres de métiers sont introduites en France en 1925. Entre chambres de métiers et syndicats apparaît vite un conflit d’intérêt sur la représentation des artisans. Les Alsaciens reprochent à la CGAF sa politisation et son centralisme jacobin. Ils la quittent dès 1924. Le président de la chambre des Métiers d’Alsace, M. Schleiffer, crée alors une organisation concurrente avec l’Union des Artisans Français (UAF) puis son successeur, M. Peter, crée en 1933 le Comité d’Entraide et d’Action Artisanale (CEAA). Ils réfutent l’autonomie d’une classe artisanale pour affirmer la communauté d’intérêt des classes moyennes. Les Alsaciens ne veulent pas non plus « entrer dans l’État ». Ils prêchent, au contraire, pour une gestion autonome des questions artisanales. L’artisanat doit être géré par les artisans eux-mêmes dans leur région ; d’où l’importance des chambres de métiers et de l’autonomie professionnelle et régionale. Leur ligne est corporatiste5.

  • 6 R. Tailledet, op. cit., p. 108-109.
  • 7 R. Tailledet, op. cit., p. 112.
  • 8 B. Zarca, L’artisanat français…, op. cit., p. 38.

8Syndicalistes et corporatistes s’affrontent notamment sur la définition de l’artisan. Pour la CGAF, l’artisan doit être indépendant, travailler personnellement et manuellement (tout en pouvant utiliser la force motrice), il doit connaître son métier à fond, se livrer principalement à la vente du produit de son propre travail, son atelier doit avoir un caractère familial et ignorer la division du travail, le nombre de compagnons et apprentis ne peut être important6. Robert Tailledet insiste sur le critère taille car pour lui, « seul un petit nombre d’aides permet au maître-artisan de gérer et de travailler à la fois : c’est la clé de toute définition ! »7. Pour les corporatistes, cette limite est absurde. Ce qui fait l’artisan est son métier, sa qualification, sa façon de travailler. Là aussi se retrouve l’héritage allemand et alsacien ; la définition allemande (qui reste en vigueur en Alsace) ne limite pas la taille des entreprises. La loi allemande donne aux chambres de métiers un grand rôle dans l’apprentissage. La majorité de leurs élus doivent être des employeurs d’apprentis et sont donc des petits patrons. Pour eux, il ne saurait être question de limiter la main-d’œuvre. Les présidents de la chambre de métiers d’Alsace sont d’ailleurs en général des notables qui emploient plusieurs dizaines d’ouvriers8. Avec la définition de la CGAF, ils ne seraient plus reconnus artisans. Cette conception remet donc en cause jusqu’à leur légitimité ; ce qu’ils ne sauraient admettre. L’opposition est donc tranchée. Pour les uns, l’artisan est un petit travailleur indépendant. Le travail personnel prime et exclut l’emploi d’une main-d’œuvre importante. Pour les autres, c’est le détenteur d’un savoir-faire particulier. Le métier et la qualification personnelle du chef d’entreprise prévalent, quelle que soit la taille de l’entreprise.

2. Le choix de l’État.

  • 9 JO, lois et décrets 26 juillet 1925, relative aux chambres de métiers.

9L’introduction des chambres de métiers en 1925 est l’occasion d’une première définition légale. L’artisan est un travailleur indépendant qui travaille personnellement et manuellement, peut utiliser la force motrice, doit être qualifié ou justifier d’un exercice prolongé de sa profession, et se livrer principalement à la vente du produit de son propre travail9. La définition est purement qualitative et n’utilise aucun critère de taille. Elle reflète l’influence alsacienne dans la reconnaissance des chambres de métiers. La CGAF fait pression pour y introduire le critère quantitatif. Elle y parvient en deux temps. En 1934, d’abord, l’article unique de la loi du 27 mars stipule qu’un artisan, en dehors de sa propre famille, ne peut pas employer plus de dix compagnons et apprentis. Elle prévoit la création d’un registre des métiers. Les artisans sont dès lors enregistrés séparément des commerçants et des industriels. Ensuite, des arrêtés ministériels fixent des limites plus précises en fonction des métiers et des régions. Ce seuil est abaissé à cinq personnes pour tous les artisans en 1938. La définition finalement retenue est une victoire du courant syndicaliste et radical-socialiste incarné par la CGAF.

10Au-delà de ce débat, la politique artisanale bénéficie d’un compromis entre la gauche radicale et la droite modérée. Les deux courants n’ont pas forcément la même conception de l’artisanat mais ils s’accordent pour lui reconnaître un rôle important qui justifie une protection particulière. Pour une majorité de parlementaires, les artisans font partie des classes moyennes qu’il compte particulièrement de préserver car elles sont un pilier de la Nation et un élément de pacification des relations sociales. Ils jouent un rôle tampon entre les classes populaires et la bourgeoisie. Entre ces deux pôles, ils fluidifient la société en permettant la promotion ouvrière. Au nom de la paix sociale, les parlementaires de la IIIe République veillent donc à maintenir l’artisanat et la boutique. Une part de clientélisme électoral entre aussi dans ces considérations. Les artisans ne sont peut-être pas à proprement parler les piliers de la Nation, mais ils sont plus certainement l’un de ceux de l’électorat radical. À ce titre, les députés radicaux ne peuvent pas se permettre de les négliger. La CGAF l’a d’ailleurs bien compris qui maintient la pression sur les parlementaires. C’est sous son influence qu’est fondé le groupe parlementaire de défense artisanale mené par Joseph Courtier, député de Haute-Marne. Lui-même est issu du centre-droit mais le groupe réunit des hommes de gauche comme de droite. Créé en 1922, sous la majorité de droite du bloc national, ce groupe prend son essor sous le cartel des gauches.

  • 10 S. Zdatny, Les artisans…, op. cit., p. 102.
  • 11 Cf. infra, II.

11Est-ce à dire que les autres tendances politiques, en particulier la gauche non-radicale, se désintéressent de l’artisanat ? Dans les années 1930, le groupe parlementaire de défense des artisans est mené par le député socialiste Albert Paulin. Le Front populaire réalise l’alliance républicaine des classes populaires et des classes moyennes. Toutefois, il échoue notamment à cause de la désunion entre les radicaux et les autres sur les classes moyennes. Échec à court terme, il fonde les soutiens des artisans à gauche, notamment chez les socialistes, encore après la seconde guerre mondiale. En outre, les radicaux s’en éloignent à cause des craintes que leur inspirent les lois sociales pour les petits entrepreneurs mais peut-être pas à cause des artisans. Steven Zdatny a montré que, pour sa part, la CGAF approuve la politique sociale du Front populaire10. Enfin, au regard de la démographie artisanale, le Front populaire n’apparaît pas comme une période négative pour les artisans puisqu’il semble que c’est dans ces années que le solde des créations et des disparitions d’ateliers redevienne positif11.

  • 12 M. Lescure, « L’État, l’investissement et la petite entreprise : l’expérience des prêts bonifiés (1 (...)

12Les artisans bénéficient donc dans l’entre-deux-guerres de soutiens politiques assez larges. Comme l’a noté Michel Lescure, des communistes aux conservateurs existent un front commun pour la préservation de la boutique et de la petite entreprise12. Les radicaux et la droite modérée forment le cœur d’appuis qui s’étendent au-delà d’eux. Ce compromis permet aux syndicats d’artisans, et notamment à la CGAF, d’obtenir des réformes fondatrices. En matière économique, naissent alors le statut fiscal des artisans et le crédit artisanal.

B. LES ORIGINES DE LA FISCALITÉ ARTISANALE

  • 13 Certains, comme les bouchers et les boulangers, paient les deux car la loi les oblige à s’inscrire (...)
  • 14 En Autriche, par exemple, les artisans paient la patente, l’impôt sur le chiffre d’affaires et l’im (...)

13La plupart des impôts dont s’acquittent les artisans sont récents en 1938. Ils doivent : l’impôt sur le revenu, les taxes sur le chiffre d’affaires, la patente et la taxe pour frais de chambre de métiers, qui remplace, pour eux, la taxe des chambres de commerce13. Ces obligations fiscales sont sensiblement les mêmes que celles de leurs voisins européens14. Tant que l’artisanat n’a pas d’existence propre, les artisans paient leurs impôts dans les mêmes conditions que n’importe quel entrepreneur. Mais, dans l’entre-deux-guerres, l’État reconnaît leur spécificité. Infléchir les règles de l’impôt devient dès lors le principal moyen de protéger les artisans, notamment pour les radicaux et la droite modérée. Le cadre de la fiscalité artisanale est fixé dans l’entre-deux-guerres.

1. La création d’un statut de l’artisan fiscal.

14L’un des grands combats de la CGAF est d’obtenir une réforme fiscale pour les artisans. L’hostilité aux impôts leur est quasiment une tradition. Dès avant la première guerre mondiale, quand se précisent les projets d’impôt sur le revenu, les artisans s’insurgent contre cette « inquisition fiscale ». Dans l’entre-deux-guerres, la fiscalité est un thème fédérateur. La CGAF obtient l’adhésion des artisans en les mobilisant pour l’égalité fiscale. Le principal argument est qu’avec cette succession de taxes, un travailleur indépendant est plus taxé qu’un travailleur salarié, à niveau de revenu égal. Depuis son instauration en 1917, les artisans paient l’impôt sur le revenu dans les mêmes conditions que les industriels et les commerçants. Tous les entrepreneurs sont inclus dans la cédule des BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux). Le taux est unique sur tous les revenus dépassant un certain plafond, sans décote pour les petites impositions. Il est plus faible dans la cédule des salariés et le plafond de non-imposition y est plus haut. Comme les artisans sont redevables d’autres impôts, leur niveau d’imposition à revenu égal est supérieur à celui des salariés. Pour des catégories de revenus modestes, cette situation est difficile à supporter.

  • 15 Loi du 30 juin 1923. Article 23 du code des impôts. Articles 183, 184 et 184 bis du Code général de (...)
  • 16 Le principe de l’exonération de patente provient des lois du 9 frimaire an V et 7 brumaire an VI re (...)

15La CGAF réussit à obtenir un statut particulier pour les artisans15. Certains députés défendent l’idée d’un allégement d’impôt pour les petits artisans. Leurs motivations n’ont rien d’économiques. Ils cherchent à raffermir le compromis social nécessaire à la Nation en évitant qu’une partie ne passe dans le camp des déçus. Dans le statut de juin 1923, un artisan fiscal, en dehors de sa famille, ne doit pas employer plus d’un ouvrier et d’un apprenti de moins de 18 ans muni d’un contrat. Il ne peut pas employer de machines, ni recourir à des méthodes commerciales. L’alimentation est exclue. L’artisan fiscal est exempt de la taxe sur le chiffre d’affaires et de la patente16. Pour les BIC, il est assimilé à la cédule des traitements et des salaires dont le taux est moins élevé. L’écart entre ouvrier et artisan est ainsi réduit.

2. Les limites du statut.

16À court terme, ce statut est une victoire pour les artisans et surtout pour la CGAF qui ne manque pas de s’en enorgueillir. Cette première grande réussite lui donne une légitimité et lui permet de s’imposer auprès des artisans en parvenant à les convaincre du bien-fondé et de l’utilité de sa démarche. Aussi, le syndicat s’accroche à ce statut et le défend vigoureusement. Mais celui-ci est loin d’être une panacée et contient au contraire de sérieux inconvénients qui, s’ils n’apparaissent pas encore clairement dans l’entre-deux-guerres, deviennent évidents ensuite.

17Le principal défaut est d’être très restrictif. Un entrepreneur peut être reconnu artisan par la loi et inscrit au registre des métiers mais sans en avoir le statut aux yeux du fisc. La taille admise pour y avoir droit est inférieure à celle finalement reconnue pour l’ensemble des entreprises artisanales (un ouvrier contre cinq dans la définition de 1938). Ce statut est déjà passablement archaïque puisqu’il exclut l’usage de machines et de méthodes commerciales. Il ne protège en réalité que les entreprises les moins solides et les plus archaïques. De ce point de vue, il est particulièrement contre-productif. Le développement des entreprises s’en trouve atteint. De protection le statut devient un carcan rigide qui enferme les entreprises artisanales dans une conception obsolète et complique leur adaptation aux évolutions de l’économie et des techniques. Le dépassement de cette situation est l’un des enjeux de l’après-guerre.

  • 17 SAEF B662, note de l’Inspection générale des Finances du 27 octobre 1946.
  • 18 Cf. infra.

18L’entre-deux-guerres introduit une autre particularité durable de la fiscalité artisanale : le forfait. Ce système, copié de la fiscalité agricole, est étendu aux BIC en 193417. Il part du principe que la détermination précise des bénéfices suppose des moyens comptables trop contraignants pour des entrepreneurs isolés. Le bénéfice est alors estimé en commun par l’administration et l’artisan. En deçà d’un certain plafond, l’entrepreneur n’est pas imposé selon son bénéfice réel (réputé inconnu et inconnaissable avec précision) mais selon un bénéfice forfaitaire. À l’origine, il s’agit de simplifier les formalités. Les relations entre les artisans et l’administration sont réduites à la négociation, à intervalles espacés, de ce forfait mais la négociation est souvent âpre18. Là aussi, cette nouveauté devient un sujet de frictions. L’administration voudrait bien la faire disparaître, tout comme le statut d’artisan fiscal.

19La fiscalité artisanale repose donc sur un statut fiscal incomplet et vite dépassé, voulu par les politiques et les syndicats d’artisans, mais mal accepté par l’administration. Les relations entre artisans et Finances s’installent sur de mauvaises fondations. Les conséquences seront importantes après la seconde guerre mondiale.

C. LES BANQUES POPULAIRES ET LES DÉBUTS DU CRÉDIT ARTISANAL

  • 19 M. Lescure, PME et croissance économique…, op. cit., p. 252.

20L’autre grand héritage de l’entre-deux-guerres est bancaire. Jusqu’à la première guerre mondiale, les artisans sont un peu les laissés-pour-compte du capitalisme bancaire. Entre les banques de dépôts et les banques d’affaires, ils ne trouvent pas d’espace. Les hommes politiques de la IIIe République en conçoivent quelques inquiétudes pour l’équilibre social et économique de la Nation. L’État prend donc à sa charge les discontinuités du secteur bancaire par la création d’établissements publics ou parapublics19. Les artisans profitent de cette logique grâce à la création des Banques populaires d’abord et du crédit artisanal ensuite. Mais, si le cadre est posé, le contenu reste des plus modestes.

1. Les Banques populaires.

  • 20 A. Gueslin, « Dynamisme et lenteurs d’un secteur abrité : les banques mutualistes au xxe siècle », (...)

21Les Banques populaires sont créées en 1917 pour répondre aux problèmes de crédit des commerçants, petits industriels et artisans qui ont du mal à trouver l’appui des banques classiques en raison du problème des garanties. Les petits entrepreneurs n’ont pas de garanties financières à apporter aux créanciers pour assurer l’opération de prêt. Ils n’ont pour eux que la confiance qu’ils peuvent inspirer. Ces prêts relèvent du crédit personnel. Avec la loi sur les Banques populaires, l’idée est de créer un organisme spécifique : à clientèle particulière, banque particulière. Selon André Gueslin, le but d’institutions comme le Crédit populaire ou le Crédit agricole est de « financer le secteur lent du capitalisme : agriculture paysanne, artisanat, petits commerçants et industriels » dont la clientèle n’intéresse pas les « banques classiques » à cause de la faiblesse des profits attendus20. Pour Jean Bouvier, les banques hésitent à s’engager auprès des petites entreprises car si l’entrepreneur disparaît, l’entreprise aussi et le prêt devient une créance irrécouvrable.

  • 21 Cf. E. Albert, Les banques populaires en France, Paris, Economica, 1997.
  • 22 M. Lescure, « L’État, l’investissement… », dans P. Fridenson, A. Straus, Le capitalisme français…, (...)
  • 23 22 799 francs en 1930, 17 331 francs en 1938. Certaines opérations dépassent de beaucoup cette moye (...)
  • 24 Le montant moyen des effets escomptés est de 804 francs en 1923, 1 234 francs en 1929, 1 180 francs (...)
  • 25 E. Albert, Les banques populaires…, op. cit., p. 253.
  • 26 A. Plessis, La clientèle des Banques populaires de 1917 à 1939, DES, Paris, 1955.

22Le crédit personnel nécessite une certaine marge de manœuvre et demande une solide assise financière du créancier. Or, dans l’entre-deux-guerres, la situation financière des Banques populaires ne répond pas exactement à ce critère21. De sérieux problèmes de gestion conduisent à rechercher la sécurité et un élargissement de la clientèle. Ces banques accueillent alors de nouvelles entreprises, durcissent leurs conditions, exigent des garanties réelles au détriment du crédit personnel. Progressivement, elles s’éloignent de leurs clientèles et objectifs originels pour glisser vers les PME22. La moyenne des comptes débiteurs (23 416 francs en 1936) montre que les Banques populaires cherchent des affaires plus profitables23. Dès leurs premières années, elles acceptent des effets de plus en plus importants au détriment des petits effets des commerçants ou des artisans24. Ceux-ci ne représentent que 40 % des sociétaires25. Les entreprises artisanales ne forment que 22 % de la clientèle de la Banque populaire de Montrouge, par exemple, et elles n’obtiennent que 6,68 % des autorisations d’escompte alors que les PME (5 à 100 salariés) constituent les trois quarts de sa clientèle et 88 % de l’escompte autorisé26.

  • 27 La loi de finances du 31 décembre 1937. M. Lescure, « L’État, l’investissement… », dans P. Fridenso (...)
  • 28 M. Lescure, « L’État, l’investissement… », dans P. Fridenson, A. Straus, Le capitalisme français…, (...)

23La fin des années 1930 renforce ces tendances. L’État veut se servir d’institutions bancaires réputées proches des classes moyennes afin d’encourager la modernisation de l’outillage des petites et moyennes entreprises. Les prêts Spinasse et la création de la Caisse Centrale de Crédit Hôtelier Commercial et Industriel (CCCHCI) conduisent les Banques populaires à développer leurs contacts avec les moyennes entreprises27. Certains en viennent à vouloir créer une nouvelle institution bancaire pour les petites entreprises qui satisferait à la tâche dont se détournent les Banques populaires. Les socialistes, par exemple, proposent une Caisse nationale de crédit commercial, industriel et artisanal. L’initiative montre la volonté de prendre en compte les problèmes de crédit des artisans mais échoue, notamment à cause de la pression des Banques populaires qui voient d’un mauvais œil l’arrivée d’un concurrent à un moment où elles tentent de redresser leur situation28.

2. Les débuts timorés du crédit artisanal.

24Vis-à-vis des artisans, la mission des Banques populaires est surtout de distribuer le crédit artisanal. Institué par la loi du 27 décembre 1923, celui-ci permet des prêts à court terme (quinze mois) et à moyen terme (sept ans) ; il n’existe pas de prêts à long terme. Le crédit artisanal ne s’adresse qu’aux artisans qui n’ont pas plus de deux compagnons et un apprenti. Sa définition de l’artisan est donc plus restrictive que celle du registre des métiers. La loi de 1923 limite aussi le plafond des prêts (initialement, 7 500 francs à court terme, 25 000 francs à moyen terme). Le crédit artisanal est prévu exclusivement pour l’achat de matériel et d’outillages. L’État ne veut pas couvrir les besoins usuels de fonds de roulements. Le taux est indexé sur celui de la Banque de France pour l’escompte des effets commerciaux. Dans l’entre-deux-guerres, il varie entre 6 et 10 %.

  • 29 Prévu par la loi du 27 décembre 1923.
  • 30 SAEF B42254, rapport Levieux. Au 1er janvier 1924, le fonds est de 5 930 452,20 francs. AN F12 1024 (...)
  • 31 E. Albert, Les banques populaires…, op. cit., p. 69. En 1938, suite au décret du 12 novembre, le pr (...)

25Pour financer ces prêts, un fonds de dotation particulier est créé dont le Trésor verse la contrepartie à la chambre syndicale des Banques populaires. Les Banques populaires font les prêts grâce aux avances sans intérêt de la chambre syndicale. Les demandes d’avances sont étudiées par une commission spéciale des avances auprès du ministère du Travail mais qui ne se réunit qu’une ou deux fois par an. Les dossiers n’avancent donc que très lentement. Parfois, la demande fait l’objet d’un supplément d’enquête qui reporte la décision au trimestre ou à l’année suivante. Le fonds est alimenté par un prélèvement de deux millions sur le reliquat disponible au 31 décembre 1922 du produit de la redevance supérieure de la Banque de France29 puis par le prélèvement du tiers de cette redevance30. Le prélèvement devient annuel et son montant est réévalué. La loi de finance de 1925 verse le tiers des redevances de la banque de France au budget de l’État ; sur le reste, les cinq sixièmes sont alloués au Crédit agricole et le sixième restant aux Banques populaires et au crédit artisanal31. L’inégalité de traitement entre l’agriculture et les petites entreprises est flagrante.

Figure 1. Fonds de dotation artisanal (1924-1941)

Figure 1. Fonds de dotation artisanal (1924-1941)

26Au fil des ans, le fonds grossit progressivement des sommes non employées et des remboursements des prêts. Il augmente fortement une première fois en 1926, puis lentement jusqu’en 1929, de nouveau fortement entre 1930 et 1932. Puis la crise entraîne des difficultés. Moins de prêts sont accordés entre 1932 et 1936, aussi les remboursements qui viennent ensuite réalimenter le fonds sont moins importants et celui-ci ne progresse plus que très lentement jusqu’en 1941. De plus, depuis la loi du 31 mars 1932, une partie du fonds est réservée pour le crédit aux industries d’art. En 1934, son utilisation pour renflouer les Banques populaires a des effets négatifs sur le crédit artisanal. Enfin, à partir de 1939, l’engagement de réformes gèle les versements du Trésor et le fonds n’est plus alimenté que par les derniers remboursements des prêts. Il est de 110 107 396 francs au 21 août 1941. La croissance par rapport à 1923 est spectaculaire mais uniquement à cause d’un niveau de départ très bas. En réalité, le fonds est très insuffisant pour remplir correctement sa mission auprès des artisans.

  • 32 AN F12 12007, P.V. de l’A.G. de l’Union des coopératives d’artisans de Bourgogne et Franche-Comté, (...)
  • 33 De 1923 à la réforme de 1941.
  • 34 AN F12 10247, état des avances consenties antérieurement à la loi de 1941.
  • 35 SAEF B895, états des prêts consentis au titre du crédit artisanal.
  • 36 AN F12 10249, circulaire de la chambre syndicale des Banques populaires du 11 décembre 1944.

27La croissance du fonds permet la croissance des prêts. La Banque populaire de Bourgogne et Franche-Comté, par exemple, reçoit 127 demandes de prêts en 1937, alors qu’elles étaient tombées à 94 en 193632. Cependant, le résultat de la loi de 1923 est dérisoire. En 18 ans33, le montant des prêts atteint 70 475 000 francs en crédit individuel et 11 114 000 francs en crédit collectif34. En moyenne, les prêts individuels représentent seulement 3,9 millions de francs par an. Rapporté au nombre d’artisans de 1938, cela revient à prêter à chacun d’eux 5,20 francs par an. Selon les états annuels des prêts, leur montant varie entre 2 000 et 25 000 francs (le plafond) ; la norme se situe entre 10 000 et 16 000 francs et la moyenne à 13 000 francs35. En 18 ans, 3 855 prêts sont accordés par les Banques populaires36. C’est infiniment peu comparé à l’ensemble des entreprises artisanales. La loi de 1923 ne permet de toucher que moins d’1 % des artisans. L’État dans l’entre-deux-guerres a donc le mérite d’avoir donné un cadre au crédit artisanal mais, faute d’y allouer de véritables moyens, il reste pour l’instant un cadre vide.

3. Les réformes de 1938 et 1939.

28Progressivement, la multiplication des intervenants et des usages rendent le crédit artisanal d’une grande complexité et les prêts ont de plus en plus de mal à parvenir directement aux entreprises artisanales. De 1923 au 1er mai 1929, les Banques populaires sont les seules habilitées à distribuer les prêts. Ensuite, la situation se complique à mesure que les usages du fonds se diversifient. À partir du 1er mai 1929, les unions de coopératives artisanales de crédit agréées par le ministère du Travail peuvent aussi distribuer les prêts artisanaux. Seules deux unions ont l’agrément nécessaire (l’Union Centrale de la Coopération Artisanale Française et le Crédit Artisanal). En 1935, le décret du 8 août autorise les chambres de métiers à bénéficier d’avances afin de mettre sur pieds un système d’assistance aux artisans au chômage. Enfin, en 1938 est créée la Caisse Centrale de Crédit Coopératif (CCCC) qui peut faire des prêts aux coopératives d’artisans ou aux chambres de métiers.

  • 37 Décret du 17 juin 1938.
  • 38 Décret du 29 juillet 1939.
  • 39 AN F12 12013, rapport sur l’UNSCAF, décembre 1929.
  • 40 AN F12 12013. L’UNSCAF est une création de la CGAF. Les rapports d’activité en assemblée générale d (...)
  • 41 AN F12 12007, lettre de Charles Pomaret, ministre du Travail, à S. Grumbach, député du Tarn, 23 déc (...)

29Les décrets du 17 juin 1938 et du 29 juillet 1939 remettent un peu d’ordre et fixent durablement l’organisation du crédit artisanal. Deux canaux sont distingués : la CCCC se charge du crédit collectif (aux coopératives et aux chambres de métiers) et la chambre syndicale des Banques populaires du crédit individuel (aux entreprises artisanales)37. Des comités départementaux émettent un avis sur les demandes de prêts38. Les décisions ne sont plus toutes prises à Paris et sont plus rapides. Les coopératives artisanales de crédit sont supprimées. Il leur est reproché d’avoir manqué de rigueur et d’avoir accordé des prêts à la légère sans rechercher un minimum d’assurances. Ces coopératives ne permettent pas aux artisans d’avoir un meilleur accès au crédit puisque leurs conditions rendent leurs prêts plus onéreux que ceux des Banques populaires39. En outre, certains dirigeants sont soupçonnés de malversations40. Le décret du 29 juillet 1939 prévoit de s’entourer de plus de garanties pour ne pas renouveler ces erreurs. Mais, cette mesure d’assainissement éloigne le crédit artisanal du crédit personnel. Ces réformes, essentielles car elles réorganisent durablement le crédit artisanal, ne sont pas exemptes de contradictions. D’un côté, elles rapprochent les artisans du crédit en simplifiant l’organisation et en raccourcissant la chaîne de décisions. D’un autre, elles les en éloignent en exigeant davantage de garanties. Le déclenchement de la guerre en retarde l’application. Les comités départementaux ne sont pas créés. Les Banques populaires qui envoient des demandes d’avances à la chambre syndicale sont priées d’attendre le règlement d’administration de la loi de 1939 en étude au Conseil d’État41. Paradoxalement, ces lenteurs gèlent complètement le crédit artisanal pour de longs mois alors que les décrets de 1938 et 1939 visent à le fluidifier.

4. Une géographie très inégale.

  • 42 AN F12 10249, tableau du crédit artisanal. Ce document contient un tableau bilan des prêts de la lo (...)

30Le manque de moyens et la modestie des prêts ne sont pas les seuls défauts, la distribution régionale est très inégale. Les principaux bénéficiaires sont les départements de l’Est42. La frange des départements frontaliers, de la Moselle au nord des Alpes, concentre de forts volumes de prêts. La région parisienne et le Limousin font également partie des régions où les prêts sont les plus nombreux. Au second rang, avec des concentrations un peu moins fortes ou plus isolées, se trouvent la région lyonnaise, la Touraine, le Berry, le Languedoc et une partie de la Bretagne. Les régions qui reçoivent le moins sont la Provence, le sud du Massif Central et la Champagne. La Normandie et le pôle des Charentes, du Poitou et de l’Anjou sont à peine mieux lotis.

31Cette carte diffère sensiblement de celle des artisans. Les inégalités et les contrastes sont très marqués, quasiment poussés à l’extrême. L’Est de la France, qui compte parmi les régions ayant le moins d’artisans, est le mieux loti en crédit. Inversement, la Provence qui concentre beaucoup d’artisans est au dernier rang des récipiendaires du crédit artisanal. Au niveau des départements, le Finistère qui est dans les premiers au nombre d’artisans est dans les derniers au nombre de prêts artisanaux (seulement 3 en 18 ans). L’Anjou, la Normandie, la Bretagne, le Nord et la Gironde sont mal pourvus en crédit en regard des fortes concentrations d’artisans qui s’y trouvent. À l’inverse, la Beauce, le Val-de-Loire et le Berry, où le nombre d’artisans n’est que moyen, sont relativement surreprésentés. Ainsi, paradoxalement, les régions les moins artisanales reçoivent souvent plus de prêts et inversement.

  • 43 E. Albert, Les banques populaires…, op. cit., p. 225.

32Plusieurs facteurs expliquent ce paradoxe. Quand le crédit artisanal est institué, le réseau des Banques populaires est encore embryonnaire et à la fin des années trente il reste très incomplet. La distribution des prêts en est tributaire. Les Banques populaires sont nombreuses dans l’Est et la région parisienne. Cette densité leur permet d’être bien irrigués en crédit artisanal. De plus, l’Alsace et la Moselle profitent de l’antériorité d’un réseau hérité de la période allemande. À l’inverse, dans l’Ouest et le Sud, il est fréquent qu’une banque couvre deux départements, voire plus. C’est le cas des banques Eure-Calvados, Anjou-Vendée, Tarn-Aveyron ou Gard-Cévennes. Dans ces zones mal couvertes, le crédit artisanal arrive plus difficilement. La Banque populaire de Haute-Vienne rayonne sur la Creuse et la Charente, sans Banque populaire, ainsi que sur la Corrèze dont la Banque doit aussi couvrir le Cantal. De plus, les restructurations du réseau à la fin des années 1930 la conduisent à absorber la Banque populaire de Charente-Maritime43. La Banque populaire de Limoges supplée aux faiblesses régionales du réseau en couvrant une vaste zone. Elle se retrouve ainsi parmi les plus importantes distributrices de crédit artisanal. De même, la banque de l’Isère étend son influence sur la Drôme, les Hautes-Alpes et jusqu’en Ardèche.

  • 44 SAEF B895, états des prêts consentis au titre du crédit artisanal.
  • 45 Elles acceptent plus de la moitié des demandes reçues ; AN F12 12007, P.V. de l’A.G. de l’Union des (...)
  • 46 AN F12 10249, tableau du crédit artisanal.
  • 47 AN F12 10249, tableau du crédit artisanal.
  • 48 Par exemple pour imposer des organes centraux telle la chambre syndicale en 1929. E. Albert, op. ci (...)
  • 49 E. Albert, Les banques populaires…, op. cit., p. 158.

33Le réseau ne suffit pas à rendre compte des inégalités. Un département comme la Loire qui dispose pourtant de deux Banques populaires, l’une à Roanne, l’autre à Saint-Étienne, ne profite que de cinq prêts pour un montant total de 73 000 francs. La Haute-Saône a également deux Banques populaires mais qui ne distribuent que dix prêts. Si l’importance de la Banque de la Haute-Vienne peut s’expliquer par celle de sa zone d’influence, d’autres sont dans des situations comparables et n’ont pas les mêmes résultats. C’est donc que la politique de chaque Banque populaire compte beaucoup. Alors, par exemple, que la Banque populaire de Bordeaux suit 12 prêts et Alès 5, Blois en gère 46 et Tours 4144. Certaines Banques populaires décident de faire des prêts moins importants pour en faire plus. Alès prête, en moyenne, 30 000 francs et Blois 13 043 francs. Mais Blois dispose aussi d’une avance de l’État qui lui permet ces largesses (600 000 francs et Alès 150 000). L’Union des coopératives d’artisans de Bourgogne et Franche-Comté cite « les Banques populaires du Doubs, du Jura et de Touraine » qui « ont libéralement participé à l’application de la loi du 23 décembre 1923 »45. Cette politique explique pourquoi dans ces départements où le nombre d’artisans n’est que moyen autant de prêts sont réalisés. Au contraire, dans l’Anjou ou dans l’Yonne, le peu de prêts est la conséquence d’une politique restrictive fondée sur des critères orthodoxes, peu adaptés aux entreprises artisanales46. Dans la Loire, l’Anjou ou la Gironde, la même orthodoxie pousse les Banques populaires à se désintéresser de la clientèle artisanale47. Elles ne font pas la publicité de la loi de 1923. Ces variations rappellent que les Banques populaires sont autonomes et, de surcroît, assez jalouses de cette autonomie alors que leurs difficultés poussent l’État à intervenir plus fréquemment48. La banque de Rodez, par exemple, refuse d’adhérer à la chambre syndicale et n’applique pas la loi sur le crédit artisanal49.

34Un autre facteur joue : l’organisation locale de l’artisanat. Là où le syndicalisme artisanal est développé et où des chambres de métiers sont créées, les artisans parviennent mieux à attirer le crédit. Les chambres de métiers comme les Banques populaires sont d’origine allemande et ont pénétré la France par les départements recouvrés. L’Alsace est aussi le berceau d’une des deux grandes tendances qui traversent le syndicalisme artisanal naissant. L’autre grande tendance est d’origine parisienne, région elle aussi bien pourvue de crédit artisanal.

5. Le Crédit agricole et les artisans ruraux.

  • 50 À l’origine, les artisans ne pouvaient prétendre qu’aux prêts courts. Ils n’ont accès aux prêts à l (...)

35La mission du Crédit agricole est d’abord de financer le monde agricole. Depuis 1921, la loi l’autorise à faire des prêts aux artisans ruraux (sans dire ce qu’il faut entendre par artisans ruraux) et aux coopératives d’artisans constitués en conformité avec les règles en vigueur pour les coopératives agricoles. Le Crédit agricole a pris l’habitude de comprendre par artisans ruraux tous ceux qui font des travaux pour des agriculteurs. Ses critères sont restrictifs ; le seuil habituel des cinq salariés est rabaissé à deux. Sa gamme de prêts artisanaux est plus étoffée que celle des Banques populaires. En plus des prêts à court et moyen terme, le Crédit agricole propose des prêts à long terme ainsi que des prêts spéciaux aux jeunes ménages ou pour le logement rural50. Les prêts à court terme (12 mois) sont là pour couvrir les achats d’instruments et les dépenses courantes, ceux à moyen terme (15 ans) pour l’aménagement des ateliers et l’outillage et ceux à long terme (30 ans) pour les aménagements et l’outillage également mais surtout pour l’installation.

  • 51 D’après les chiffres annuels donnés par A. Gueslin, Histoire des crédits agricoles, Economica, Pari (...)
  • 52 A. Gueslin, Histoire des crédits agricoles…, op. cit., p. 129.

36Du fait des faiblesses des Banques populaires, le Crédit agricole représente pour l’artisanat un appoint non négligeable. Jusqu’en 1937, ses prêts lui apportent 62,4 millions de francs51, presque autant que les Banques populaires (70,4 millions de francs de 1923 à 1938). Par contre, l’introduction des artisans ruraux dans le Crédit agricole, première ouverture vers des non-agriculteurs, reste longtemps symbolique. Dans les années 1920, le Crédit agricole ne prête que 22 millions de francs aux artisans qui ne représentent que 0,57 % des prêts52. Ce type de prêts se développe au début des années 1930 mais en restant modeste. En 1930, il passe à dix millions dans l’année, soit 0,76 % des prêts, pour un montant moyen de seulement 8 700 francs. L’apogée est atteint en 1932 avec treize millions de francs. Les caisses du Crédit agricole ne cherchent pas véritablement à se développer dans cette direction. La crise provoque au contraire un repli sur la clientèle d’origine. Les prêts aux artisans chutent fortement. En 1937, ils ne totalisent plus que 3,8 millions de francs, c’est-à-dire seulement 0,06 % de tous les prêts. Ce symbole de l’ouverture aux non-agriculteurs est encore négligeable.

II. VERS DIX ANS D’ESSOR

37Les économistes qui réfléchissent, et souvent s’impliquent, dans le relèvement de la France après la seconde guerre mondiale ont beaucoup critiqué la politique économique de l’État de l’entre-deux-guerres. Ils lui reprochent notamment son malthusianisme économique dont les aides aux petites entreprises font partie. L’État serait coupable d’avoir voulu cristalliser des structures économiques dépassées. Il aurait prolongé artificiellement la survie d’agents qui, livrés à eux-mêmes, auraient disparu. Il aurait donc retardé le développement économique du pays. Le reproche n’est pas dépourvu de fondements. Il est certain, par exemple, que la loi Paulin-Fèvre de 1936 en interdisant la réparation de chaussures aux boutiques de plus de six salariés soutient une activité en profond déclin. Mais, peut-on étendre ce constat à l’ensemble de l’artisanat ? Les cadres instaurés dans l’entre-deux-guerres servent-ils un milieu moribond en 1938 ? Le dynamisme de l’artisanat en 1938 et dans la décennie suivante semble prouver le contraire.

A. ESTIMATION EN 1938

  • 53 Par exemple, l’enquête administrative de 1944 (700 547 entreprises artisanales en activité hors ter (...)

38Pour mesurer le nombre d’entreprises artisanales, l’historien peut s’appuyer, principalement, sur trois séries : le registre des métiers, la taxe pour frais de chambres des métiers et le fichier des établissements de l’INSEE. Malgré cela, il est presque impossible de savoir très précisément combien d’entreprises existent à une date donnée. Ces indicateurs ne donnent jamais le même chiffre pour une même date et leur fiabilité varie dans le temps. Une approche aussi précise que possible ne peut venir que de leur croisement et de quelques données complémentaires mais ponctuelles53. Pour les premières années, seul le registre des métiers peut être utilisé. Les deux autres séries ne débutent qu’après la guerre.

  • 54 Bureau Artisanal des Matières. Cf. note précédente et chapitre III.

39Le registre des métiers n’est pas également fiable de sa création en 1936 à sa clôture en 1962. À l’état brut, il l’est même assez rarement et nécessite des corrections. Toutefois, il est impossible de s’en passer, en particulier pour la période 1936-1946 où c’est la seule série existante. Par un heureux hasard, c’est aussi la période pour laquelle les corrections sont les mieux assurées. Sa fiabilité pêche plus particulièrement lors de son ouverture et après 1948. Lors de sa mise en route, il a fallu beaucoup de temps pour inscrire tous les artisans. Normalement, toutes les opérations devaient être bouclées en 1937 mais beaucoup d’artisans ne se sont toujours pas fait inscrire à cette date. Selon Henri Mourier, ce sous-enregistrement entraîne une vague de régularisation en 19411942 (pour profiter des répartitions de matières premières). Le nombre d’inscrits au registre devient alors à peu près fiable. Le chiffre de 1943 correspond assez bien avec celui des BAM54. Pour Henri Mourier, ces régularisations expliquent quasiment à elles seules l’augmentation du nombre total d’inscrits. De facto, les demandes d’autorisations d’ouvertures gérées par les préfectures montrent bien des artisans qui régularisent leur situation mais il ne faut pas négliger les nouvelles installations de 1941 et 1942.

1. Avant le registre des métiers.

  • 55 M. Debré, L’artisanat, classe sociale, Paris, 1934.
  • 56 H. Mourier, « Essai de statistiques artisanales », in J. Hamel, M. Byé, op. cit., p. 73.
  • 57 Chiffres cités par S. Zdatny, The politic of…, op. cit., p. 67
  • 58 AD33 6M1121 et AD37 6M1023.

40Il est bien difficile de savoir combien d’artisans travaillent avant l’ouverture du registre des métiers. Depuis les années 1920, la CGAF revendique le chiffre de 800 000 artisans en France. Selon Michel Debré, il y a 1 025 000 entreprises artisanales en 1926 mais il inclut dans le compte des isolés qui sont probablement des salariés ouvriers à domicile55. Pour Henri Mourier, les artisans sont entre 850 000 et 900 000 entre les deux guerres56. La réalité se situe vraisemblablement dans cette fourchette vers 1930 et semble avoir été précédée d’une hausse dans les années 1920. Les établissements industriels employant de un à cinq salariés sont 415 785 en 1921 puis 457 689 en 192657. Cette hausse constitue une reprise par rapport à une tendance à la diminution depuis les dernières décennies du xixe siècle. Dans la boulangerie, par exemple, les effectifs ont fondu entre le xixe siècle et les années 1920. La Gironde abrite 1 201 boulangers en 1847. En 1929, ils ne sont plus que 960 ; soit une baisse de 20 % en 82 ans. L’Indre-et-Loire qui comptait 494 boulangers en 1886 en perd 11,5 % en 35 ans pour arriver à 437 en 192158.

  • 59 C’est le point de vue exprimé, par exemple, dans l’Histoire des Français, p. 324.
  • 60 D’après les chiffres d’A. Gutersohn, in J. Hamel, M. Byé, op. cit., p. 11.

41Dans le courant des années trente, la part de la population active travaillant dans des établissements de moins de dix salariés augmente de nouveau. Il est devenu traditionnel d’expliquer ce regain par les créations d’ateliers d’ouvriers au chômage59. Que faut-il en penser ? La crise a-t-elle provoqué une augmentation du nombre d’entreprises artisanales ? En Suisse, par exemple, ce nombre passe de 85 941 en 1929 à 97 354 en 1939, soit 13 % de mieux en dix ans60. En France, 77,9 % des établissements industriels employant du personnel ont entre un et cinq salariés en 1931 et 80,6 % en 1936. Les établissements de moins de cinq personnes emploient 28 % de la main-d’œuvre en 1931 et 33 % en 1936. Si dans ces statistiques, la part des entreprises artisanales augmente, leur nombre n’augmente pas pour autant. Il est nécessaire de distinguer les entreprises de la part qu’elles prennent dans les structures économiques. En 1931, 394 840 établissements industriels ont entre un et cinq salariés. Ils sont 360 556 en 1936. Donc, les entreprises artisanales subissent la crise comme les autres entreprises mais, toutefois, elles résistent mieux ; d’où leur croissance en pourcentage des établissements. Les établissements industriels de un à cinq salariés diminuent de 8,6 % entre 1931 et 1936 alors que ceux de plus de cinq salariés diminuent de 22,7 %. Les micro-établissements diminuent simplement moins vite que les autres.

2. De 1936 à 1939.

  • 61 SAEF B893, rapport L. Bergeon du 12 juillet 1939.

42En juillet 1939, Louis Bergeon, président du Groupement intercorporatif du commerce, affirme que « l’accroissement des charges sociales et autres est devenu si lourd que des dizaines d’entre eux ont dû quitter leur boutique, perdant tout leur patrimoine »61. Les charges visées sont celles des lois sociales de 1936 qui auraient déstabilisé les finances des petites entreprises au point de les mener à la cessation. Une telle affirmation amène une question : les lois du Front Populaire provoquent-elles des disparitions croissantes d’entreprises artisanales ?

  • 62 ASF, 1951.
  • 63 AN F12 11970, École des Hautes Études Artisanales.
  • 64 J.-C. Asselain, « La semaine de 40 H, le chômage et l’emploi », Mouvement Social, 54, 1966.

43La réponse paraît bien être négative. Le nombre d’artisans recensés croît sans arrêt de l’ouverture du registre des métiers jusqu’à la guerre. Sans compter les régularisations ultérieures, il y a 39 477 inscrits supplémentaires en 1938 et encore 23 872 en 1939 malgré la mobilisation. Les statistiques des patentes confortent ce constat puisque la décrue visible depuis 1933 cesse entre 1936 et 193862. Les lois sociales ne poussent pas à la faillite un nombre croissant d’artisans. La majorité ne sont pas des employeurs et n’en subissent pas les conséquences. L’artisanat pourrait même en profiter. C’est ce que pense Jean Grundler pour qui les lois de 1936 ont poussé les patrons à licencier leurs ouvriers qui se sont alors mis à leur compte63. Pour Jeanne Gaillard, le rôle refuge de la petite entreprise pendant la crise explique pourquoi nombre de chômeurs ne retournent pas à l’usine à la fin des années 1930. La croissance du nombre d’artisans à la fin de la décennie rend crédibles ses hypothèses. Selon Jean-Charles Asselain, le chômage qui subsiste en 1937 est résiduel, c’est-à-dire que restent au chômage les personnes difficilement intégrables dans les entreprises. Dans le même temps, les patrons se plaignent au contraire des difficultés qu’ils rencontrent pour embaucher des ouvriers professionnels64. Or, les artisans viennent précisément de cette catégorie. Il est vraisemblable qu’une partie des ouvriers professionnels qui font défaut en usine sont devenus artisans et ne souhaitent pas redevenir ouvriers.

  • 65 Cf. supra.

44Combien d’artisans exercent en 1936 ? Leur recensement au registre des métiers s’étale sur de longs mois et il est difficile d’en tirer une estimation complète avant 1938. Cette année-là, le registre compte officiellement 617 540 inscrits mais certains attendent 1941-1942 pour se faire inscrire65. En 1941, le registre a un solde positif de 116 511 unités et de 74 293 en 1942. Toutes les inscriptions de 1941 et 1942 ne sont pas des régularisations. Il faut ôter ce qui est propre au mouvement de ces deux années, soit, en se fondant sur les années qui les encadrent, entre 55 000 et 60 000 personnes. Les régularisations sont alors entre 130 000 et 135 000. Ajoutées au chiffre officiel de 1938, on obtient 750 000 personnes. Encore est-ce un maximum puisque les régularisations de 1941 et 1942 concernent certainement aussi des inscriptions qui auraient dû être faites en 1939 et 1940. Le nombre réel d’artisans en 1938 doit donc se situer entre 730 000 et 740 000.

B. LES PREMIÈRES ANNÉES DE CROISSANCE

45La guerre modifie le cours de l’évolution économique. Elle bouleverse la conjoncture économique, remet en cause le fonctionnement usuel des entreprises, mobilise les hommes vers d’autres urgences. Elle met aussi fin à la liberté d’entreprise avec le décret du 9 septembre 1939. Elle apporte donc un contexte plus contraignant mais en même temps elle mène au pouvoir un régime qui plus encore que la République survalorise l’artisanat. Entre ces contraintes économiques et ses faveurs idéologiques comment l’artisanat parvient à traverser le conflit ?

1. Le décret du 9 septembre 1939.

46Désormais, pour se mettre à son compte et créer sa propre entreprise ou modifier son activité, il faut l’autorisation du préfet du département où celle-ci est située. Les auteurs du décret veulent « protéger les commerçants mobilisés contre la concurrence d’établissements qui viendraient à se créer ou profiteraient des circonstances actuelles pour étendre leur activité ». La loi met les petits entrepreneurs appelés à servir le pays à l’abri d’une concurrence déloyale. Mais il ne s’agit pas de geler les structures du pays. Le préambule prévoit de permettre les « ouvertures ou extensions nécessaires au ravitaillement du pays ». Ces deux soucis sont contradictoires car pour ravitailler le pays, il faut autoriser des installations et donc créer des concurrents à ceux que la loi entend protéger. L’application de cette loi est prise entre ces deux objectifs.

  • 66 AN F12 11957, circulaires aux chambres de métiers.

47Malgré son discours pro-artisanal, Vichy ne supprime pas l’autorisation. Pétain veut créer une élite. Maintenir la procédure d’autorisation est un moyen de filtrer les installations et de contrôler le secteur, voire de l’orienter. En cohérence avec le retour à la terre, la circulaire du 15 février 1941, par exemple, demande d’examiner les demandes rurales « avec bienveillance » et de leur accorder des avis « particulièrement favorables »66.

  • 67 Cette analyse se fonde sur le dépouillement sur dérogation des dossiers traités par la préfecture d (...)
  • 68 Une fois la décision prise, elle est envoyée à la mairie du demandeur où elle est affichée pendant (...)
  • 69 CACIL 103W40 et AN F12 10792, note du service de l’artisanat pour la direction du commerce intérieu (...)

48Les autorisations sont gérées par les préfets. Les maires, les chambres de métiers et les CO (Comités d’Organisation) concernés émettent un avis67. Il est extrêmement rare qu’un maire s’oppose à une installation. Les maires soutiennent leurs concitoyens dans une période troublée. Les chambres professionnelles (chambre des métiers et chambres de commerce et d’industrie) veillent à ne pas engorger des professions, à ne pas introduire de concurrence supplémentaire à cause notamment des pénuries, à ne pas accepter d’entreprise peu solide mais leurs positions semblent aussi mues par un brin de corporatisme et la protection de positions acquises. Leurs avis sont souvent négatifs. La décision appartient au préfet qui peut aller contre ces avis. Le préfet peut accepter un dossier économiquement faible pour des raisons humanitaires (situation familiale, nombre d’enfants…). Le plus souvent, il se contente de transformer les avis en décision finale68. Au début de la guerre, les préfets donnent assez facilement leur accord. Entre septembre et novembre 1940, par exemple, 78 % des demandes sont accordées en Indre-et-Loire. Dans l’Indre, de septembre 1939 au 1er octobre 1941, 250 demandes sont traitées par la préfecture avec seulement 53 refus69.

2. La croissance.

49La drôle de guerre tient les jeunes artisans loin de leur atelier. Pour les plus âgés, non mobilisés, ce sont les clients qui manquent. Le manque de travail pousse certains à mettre leur activité entre parenthèses ou à trouver des revenus complémentaires. Aussi, si en 1939 le solde reste positif, les radiations du registre des métiers augmentent plus vite que les inscriptions. En 1940, l’activité démographique est au plus bas. Le nombre d’inscriptions chute de 37 % mais les radiations diminuent encore plus aussi l’artisanat continue sa croissance mais à un rythme ralenti.

  • 70 ASF, 1951.
  • 71 CACIL, 103W40.

50La défaite maintient hors de leurs ateliers les prisonniers et ceux qui en sont morts. Seuls ces derniers sont radiés ; les prisonniers protégés par la loi du 9 septembre 1939, gardent le privilège de leur inscription au registre des métiers. Cette particularité provoque un décalage entre les statistiques des patentes et du registre des métiers. Les patentes diminuent fortement en 1940 et 1941 (-15 % en deux ans) alors que le registre des métiers gonfle70. La différence vient de la nature fiscale de la source. Une baisse des patentes signifie que le nombre de personnes qui paient la taxe baisse et non pas une chute du nombre d’entreprises. Simplement, un nombre important d’entrepreneurs ne paie plus la taxe sans pour autant être radié du registre du métier (ou du commerce). C’est le cas des prisonniers. Les patentes rendent compte d’une baisse de l’activité économique mais pas d’une rétractation du nombre d’entreprises. Une polémique entre le préfet de Tours et l’administration des contributions directes en novembre 1942 atteste que les patentes et le registre ne se recoupent pas. Le préfet reproche à cette administration d’avoir délivré des patentes à des personnes non autorisées par lui71.

  • 72 AN F12 11970. En 1943, les Bureaux artisanaux des matières (BAM) dénombrent 904 000 artisans dans l (...)

51Du fait de la guerre, certaines entreprises industrielles n’ont plus qu’une activité réduite, tombent dans le domaine de l’artisanat et sont souvent obligées de s’inscrire au registre des métiers. Par ailleurs, la démobilisation laisse beaucoup de monde sans emploi. Des usines sont fermées, d’autres n’ont plus assez de travail pour reprendre tous leurs salariés d’avant-guerre. Aussi, ces personnes songent-elles à la petite entreprise commerciale ou artisanale pour gagner leur vie. À l’automne 1940, beaucoup de démobilisés qui sollicitent l’autorisation de faire les chiffonniers, d’être crémiers (les fameux « beurre œufs-fromage »), de faire les marchés… ou d’exercer un métier artisanal. En conséquence, les inscriptions au registre des métiers augmentent : 22 649 en 1940, 57 166 en 1943. Cependant, il ne suffit pas de s’inscrire, il faut réussir son installation. Or, nombreux sont ceux qui n’y parviennent pas… de plus en plus nombreux : 5 535 en 1940 et 24 131 en 1943. Les échecs restant moins fréquents que les établissements, les artisans sont chaque année un peu plus nombreux : 735 000 en 1938, 849 330 en 1942 et 895 000 en 194472.

  • 73 Cf. supra.

52La croissance est progressive. En 1940, elle est encore timide. Les inscrits augmentent moins que l’année précédente. Le solde n’est positif que de 17 114 unités. Il s’étoffe ensuite pour atteindre 33 035 personnes en 1943. Le pic de 1941 et 1942 est dû au mouvement de régularisations, il masque une progression plus régulière73. De 1938 à 1943, les effectifs du registre des métiers augmentent de 20 %. Le nombre annuel d’installations n’est toutefois pas exceptionnellement élevé. Il sera bien plus haut après la Libération. En revanche, les radiations sont à leur étiage. Donc, si le nombre d’artisans augmente en France durant la seconde guerre mondiale, ce n’est pas principalement à cause d’un flux exceptionnel d’installations mais avant tout à cause du très faible nombre de radiations.

Figure 2. Mouvements au registre des métiers (1938-1943)

Figure 2. Mouvements au registre des métiers (1938-1943)

53Les artisans prisonniers en Allemagne ne peuvent pas être radiés afin de pouvoir reprendre leur activité après leur captivité. Néanmoins, tant qu’ils sont retenus, ils n’exercent évidemment plus. Or, les populations ne peuvent pas se passer de leurs services pendant toute la durée du conflit. En conséquence, il est nécessaire que de nouveaux artisans s’installent. C’est la grande limite du décret de 1939, dernière tentative de la IIIe République pour accorder une protection spéciale à l’atelier et à la boutique. En soumettant de nouvelles installations à une autorisation préalable, le gouvernement pense protéger les artisans et commerçants mobilisés contre une concurrence déloyale. Il ne prévoit pas que leur absence puisse durer et provoquer un manque pour les populations. Fortement teinté de malthusianisme, le décret protège les acquis, les yeux rivés sur le passé, sans prévoir le développement à venir. Cet oubli pousse les préfets à une lecture très ouverte de la loi. Pour subvenir aux besoins de la population, ceux-ci donnent leur accord aux trois-quarts des demandes qui leur parviennent mais cet impératif crée une situation explosive. Ces nouveaux artisans s’ajoutent aux anciens, absents mais non radiés. Le marché est potentiellement en surnombre.

III. UNE FORTE MOBILITÉ SOCIALE ET GÉOGRAPHIQUE

54L’imaginaire collectif fait de l’artisan un enraciné. La publicité, par exemple, use et abuse du mythe du métier transmis de génération en génération et du tour de main professionnel patiemment transmis du père au fils dans le secret de l’atelier familial. De même, sur le plan géographique, cette imagerie suppose une grande fixité. L’atelier artisanal est réputé exister au même emplacement depuis des générations. L’artisan est l’homme de son quartier ou de son village. Si l’artisanat est ce modèle de fixité ou de non-mobilité, alors il devrait être profondément perturbé par la guerre qui bouscule les individus et génère de la mobilité. Or, il n’en est rien puisqu’au contraire la guerre est une période d’expansion. Elle invite donc à revisiter le mythe générationnel pour voir qu’au contraire, l’artisanat se nourrit de son dynamisme social et géographique et qu’il est en perpétuelle recomposition.

A. LA SOCIÉTÉ ARTISANALE

  • 74 Enquête sur la mobilité professionnelle (1965-1970) cité par F. Gresle, L’univers…, op. cit., p. 22

55Contrairement au mythe du métier transmis de père en fils, la condition d’artisan se perpétue rarement dans une lignée. Elle se cantonne à une génération. Selon une enquête de l’INED, seulement 28 % des fils d’artisans reprennent l’activité parentale74. L’artisan est souvent un nouveau venu dans ce milieu et ses enfants le suivent rarement sur cette voie. L’artisanat doit donc continuellement attirer de nouvelles personnes pour continuer d’être. Pour autant, il ne puise pas à des sources très variées. La classe ouvrière est la principale pourvoyeuse d’artisans. La guerre modifie cette filiation en l’ouvrant à de nouvelles catégories sociales.

1. Des origines populaires.

  • 75 M. Boyer, Les métiers de la viande à Lyon de 1860 à 1914 (une étude sur la petite bourgeoisie), Thè (...)
  • 76 Les commerçants et les artisans qui apparaissent dans les dossiers correspondent à des demandes d’e (...)
  • 77 CACIL 103W60.
  • 78 F. Gresle, L’univers de la boutique. Les petits patrons du Nord (1920-1975), Presses universitaires (...)
  • 79 Cf. infra.

56Les origines familiales des artisans sont assez difficiles à connaître. Le registre des métiers ne les mentionne pas. Les quelques données disponibles montrent que la grande majorité des artisans provient d’autres catégories sociales. Le phénomène dynastique est minoritaire. À Lyon, par exemple, sur les 197 boucheries de 1844, seulement 31 sont dans les mains des mêmes familles à la fin du siècle75. L’image des familles d’artisans de père en fils paraît largement erronée. Durant la seconde guerre mondiale, les principales origines, citées dans les dossiers d’autorisation, sont celles d’ouvrier, d’employé, de commerçant ou d’artisan76. Les ouvriers arrivent au premier rang. Assez souvent ce sont d’anciens ouvriers d’entreprises artisanales qui exercent pour eux-mêmes leur métier d’origine ; la mobilité est sociale mais pas professionnelle. Souvent, ils ont appris leur métier en apprentissage chez un artisan déjà ; leurs liens avec leur métier et avec l’artisanat sont bien ancrés. L’installation personnelle relève d’une certaine logique professionnelle. Elle s’inscrit dans un parcours. C’est le cas, par exemple, de cette tapissière, originaire d’Aubusson, apprentie dès treize ans puis ouvrière jusqu’à la guerre à Paris et qui s’installe à son compte, en 1942, à Chinon où elle s’est réfugiée77. La guerre précipite un certain nombre d’installations qui sans cela se seraient sans doute faites mais plus tardivement. Les ouvriers forment le noyau dur des nouveaux inscrits, ceux qui renonceront le moins facilement après la guerre. Ils sont très attachés à l’indépendance qu’ils ont choisie. François Gresle parle, au sujet des artisans du Nord, « d’anarchisme banalisé » et d’un « ethos » du travail indépendant78. La mise à son compte procède souvent d’un refus de l’autorité patronale ; laquelle peut aller jusqu’à refuser de devenir soi-même un patron en prenant un ouvrier79.

  • 80 Pour ces petits secteurs, la méthode du sondage dans le registre affaiblit la valeur des résultats.

57L’installation se fait assez jeune. À Tours, en 1938, la moyenne d’âge est de 33 ans et 31,4 % des installations se font avant 30 ans. À Bordeaux, elle est de 36 ans et ils sont 36 % à ne pas avoir plus de 30 ans alors que 3,4 % ont plus de 60 ans. L’établissement n’est donc pas l’aboutissement d’une carrière professionnelle. L’artisanat attire des hommes jeunes. L’âge à l’installation varie selon les activités. Dans l’alimentation, le bâtiment, les réparations et les activités diverses, il est proche de la moyenne. L’ameublement et la confection connaissent un vieillissement déjà plus marqué. Dans le cuir et la coiffure, les artisans s’installent avec de petits moyens et peuvent ainsi le faire précocement. La moyenne d’âge est basse aussi dans les métaux80.

2. La guerre : de nouvelles origines sociales.

58La guerre mène vers l’artisanat de nouvelles catégories sociales. Dans ces cas, l’installation n’est pas prévue mais contrainte par les événements. Ces nouveaux artisans retourneront plus facilement au salariat lors du retour à la normale de l’économie. Ils sont moins attachés à l’indépendance. Ces installations contraintes fragilisent l’essor de l’artisanat. Ces artisans proviennent des classes moyennes salariées mais aussi des classes aisées. Quelques agriculteurs apparaissent aussi. Il y a surtout beaucoup de femmes au foyer. Pour ces femmes et ces salariés, c’est la nécessité de trouver des ressources qui motive l’installation. La guerre a fait chuter l’activité des entreprises qui limitent leur main-d’œuvre. Des démobilisés se retrouvent ainsi sans emploi à leur retour à la vie civile. C’est le chômage qui les contraint. À l’automne 1940, les chômeurs sont nombreux parmi ceux qui demandent une autorisation d’établissement. Sans emploi, ces salariés se replient vers le petit commerce ou vers l’artisanat. L’installation n’est pas un choix et d’ailleurs beaucoup renonce avant même d’avoir une réponse de la préfecture. Probablement ont-ils trouvé entre-temps un emploi salarié qui leur convient mieux. Beaucoup de ceux qui persistent espèrent probablement en faire de même après la guerre.

  • 81 CACIL 103W170.
  • 82 CACIL 103W170.
  • 83 CACIL 103W60.

59Ces artisans venus de catégories sociales inhabituelles tentent l’installation en utilisant leur patrimoine matériel ou culturel. Issus de milieux plus riches, beaucoup possèdent un véhicule et veulent s’en servir pour faire le taxi par exemple81. Ces nouveaux artisans cherchent encore à valoriser un savoir-faire professionnel ; un ingénieur chimiste veut fabriquer des détergents82. Quant aux femmes, elles s’installent pour faire vivre leur famille. Beaucoup ont leur mari prisonnier et doivent compter sur elles-mêmes pour entretenir leur foyer. Elles deviennent alors artisanes, parfois en reprenant un métier exercé avant le mariage ou appris en apprentissage. Elles choisissent souvent d’être couturières. En novembre 1942, par exemple, le préfet de Tours reçoit la demande d’une jeune femme dont le mari est prisonnier et qui se retrouve seule pour élever leur fille de 29 mois. Elle a fait un apprentissage de couturière à Loudun mais elle n’exerce pas sa profession. C’est sa nouvelle situation qui la pousse à prendre une activité. L’installation n’était pas dans ses projets. Elle n’est d’ailleurs pas en mesure de préciser avec quels moyens elle compte travailler83. Là aussi, l’apport à la croissance de l’artisanat est précaire. La guerre finie, le mari rentré, ces femmes pourront cesser cette activité et l’époux le voudra souvent.

  • 84 AD 37 6U1, registre des métiers, CM Bordeaux.

60La guerre fait ainsi croître le nombre de femmes dans l’artisanat. Habituellement, c’est un milieu très masculin. Seulement, un artisan sur cinq est une femme avant la guerre. À Bordeaux comme à Tours, 21,4 % des inscriptions au registre des métiers sont faites par des femmes en 193884. En outre, elles ne sont présentes que dans quelques branches. Très rares dans le bois, le cuir ou le bâtiment, elles sont cantonnées dans trois secteurs : la confection, l’entretien des vêtements (teinturière, lingère…) et les soins de la personne (coiffure, manucure…). De façon ponctuelle, dans l’espace comme dans le temps, elles sont nombreuses dans une autre activité, par exemple, dans la photographie à Bordeaux en 1938. Les femmes artisanes sont souvent des femmes seules. Elles sont 47 % à ne pas être mariées en Gironde en 1938. L’entreprise indépendante et le mariage semblent incompatibles avant la guerre.

  • 85 JO, lois et décrets. Décret du 8 août 1935. La genèse de cette décision est racontée par S. Zdatny, (...)
  • 86 AN F12 11957, circulaires.
  • 87 L’antisémitisme de l’occupant et de Vichy pose la question des artisans juifs. Les sources utilisée (...)

61Les étrangers sont également peu nombreux. En 1938, seulement 1,14 % des artisans qui s’inscrivent au registre de Bordeaux sont nés hors de France ; tous sont naturalisés et donc Français. À Tours, les inscriptions d’artisans étrangers sont encore plus rares. La crise économique a conduit le gouvernement français à renforcer le contrôle de l’immigration. L’État cherche à décourager les installations d’étrangers. Depuis 1935, ces derniers sont soumis à une autorisation particulière85. Ils doivent posséder une carte d’artisan étranger pour pouvoir exercer et elle leur est demandée au moment de l’inscription au registre. Le procédé est efficace puisqu’effectivement très peu d’étrangers parviennent encore à s’installer à la fin des années 1930. Les seuls artisans étrangers sont ceux qui se sont établis plus anciennement. Cette décision reste plus que jamais valable après juin 1940. Le gouvernement de Vichy entend bien conserver un artisanat français. Les préfets sont priés d’y veiller. Le cas des étrangers est l’objet de la circulaire du 13 février 194286. Des artisans étrangers parviennent à obtenir en préfecture l’autorisation de s’installer. Leurs dossiers profitent d’un avis favorable des préfets et des organismes professionnels consultés car il n’y a pas d’autres artisans de même profession dans la zone. Or, le service de l’artisanat constate que, dans les mêmes métiers dans d’autres zones, des autorisations sont refusées à des Français car leur zone est saturée. Le directeur du commerce intérieur propose de suspendre les décisions sur les étrangers afin que soit étudiée à chaque fois la possibilité d’installer un Français à la place87.

B. LA GÉOGRAPHIE ARTISANALE

62En termes géographiques, les relations des artisans à l’espace sont complexes. Elles peuvent s’appréhender à deux niveaux : celui des individus et celui de l’artisanat dans son ensemble. Au niveau individuel, il faut s’interroger sur les rapports particuliers de chacun à l’espace ; c’est-à-dire poser la question de leur insertion dans un territoire et de leur mobilité. Au point de vue historique, là aussi la guerre joue sur la mobilité traditionnelle des artisans. Au niveau du groupe, il s’agit de délimiter les foyers et les angles morts de l’artisanat dans l’espace français.

1. Une forte mobilité avant l’installation.

63Les origines et la mobilité géographiques sont plus faciles à saisir. Le registre des métiers donne le lieu de naissance, le domicile et l’adresse de l’entreprise. Ces informations sont aussi habituellement dans les dossiers d’autorisation d’ouverture. Une fois installé, l’artisan déménage rarement son atelier. Il risquerait d’y perdre sa clientèle et de compromettre sa réussite. Bouger c’est souvent repartir à zéro. En revanche, la mobilité est importante avant. Les artisans s’installent rarement dans leur commune d’origine. À la veille de la guerre, ils ne sont que 21,4 % à s’installer dans leur commune native en Indre-et-Loire et 28,7 % dans l’arrondissement de Bordeaux. Les trois-quarts des établissements se font avec mobilité.

64Les mobiles ne se contentent pas de changer de commune, beaucoup changent de département. En 1938, 43 % des artisans d’Indre-et-Loire et 40 % de Gironde sont nés dans un autre département. Ces départements sont souvent assez proches. À Bordeaux, ces artisans viennent du grand sud-ouest : Lot, Dordogne, Charente, Pyrénées-Atlantiques et Lot-et-Garonne. Peu, par contre, viennent des départements immédiatement voisins des Landes et de la Charente-Maritime. En Touraine, l’aire de provenance est moins étendue. La majorité est issue des départements voisins. Les autres viennent du reste du Val-de-Loire, du Poitou et de la région parisienne. Une minorité non négligeable (20,5 %) a parcouru plus de cent kilomètres. La majorité (52,2 %) est à plus de trente kilomètres de leur lieu de naissance. En moyenne, il y a 68,3 kilomètres entre les communes d’origine et d’installation.

  • 88 CACIL 103W40.

65La guerre accroît la mobilité. Beaucoup d’autorisations d’ouverture sont sollicitées par des réfugiés. L’exil est la cause de leur installation. Déracinés, ils se font artisans pour subsister. Des artisans aussi se réfugient et demandent à reprendre leur activité dans leur région d’accueil, comme ce fourreur de Valenciennes dont l’atelier a été détruit par les combats, qui s’est réfugié en zone libre à Reignac-sur-Indre et qui veut s’installer à Tours88.

2. L’atelier et le domicile.

66Si les artisans bougent beaucoup pour s’installer, en revanche, ils le font peu pour aller travailler. La règle est la confusion entre le domicile et l’atelier, situés, en général, à la même adresse. Pour les femmes notamment, l’artisanat est un moyen commode d’avoir des revenus sans quitter le foyer. En Touraine, à la fin des années 1930, seulement 11,4 % des artisans ne vivent pas à la même adresse que leur atelier. Ils se trouvent presque tous à Tours, le cas est rarissime à la campagne. Dans la plupart des cas, l’atelier reste dans la même ville ou dans une commune limitrophe. Le plus souvent, il est dans le même quartier. La séparation n’implique pas de grands déplacements journaliers. En général, l’entreprise est en centre-ville dans une rue animée et l’artisan demeure dans une rue plus éloignée et plus calme.

  • 89 CACIL 103W100.

67Pour certains, le domicile est devenu trop exigu pour poursuivre leur activité. D’autres possèdent plusieurs locaux. Un menuisier du centre de Tours possède ainsi un atelier dans une rue secondaire et un magasin d’exposition dans une grande avenue voisine. Son domicile est voisin de l’atelier89. Ces dossiers montrent aussi que ces séparations ne sont pas simples à réaliser. Elles sont faites par des artisans installés depuis plusieurs années. Elles ne se font pas dès le démarrage. Certains le prévoient mais doivent renoncer. Elles interviennent dans un second temps, motivées par le développement de l’entreprise. Au-delà de ces raisons, cette séparation topographique traduit celle qui s’effectue entre la famille et l’entreprise. L’entreprise devient une entité autonome. La séparation permet de rechercher le lieu le plus intéressant pour l’atelier. L’esprit d’entreprise se diffuse dans l’artisanat.

3. La France artisanale.

68La répartition des artisans dans l’espace français est difficile à connaître car elle est mal renseignée. Les registres des métiers ne font pas l’objet d’exploitation nationale. Pour la période de la guerre, des recensements faits par les BAM comblent imparfaitement cette lacune. Leur résultat global est connu dès la guerre ; par contre, aucune synthèse sectorielle ou géographique n’a été faite. D’un point de vue sectoriel, le recensement est fait par les CO. Il y a donc autant de catégories que de comités et celles-ci ne se révèlent pas toujours pertinentes. L’exploitation demanderait beaucoup de temps et de patience. Surtout, elle pourrait devenir vaine car, si les résultats d’ensemble sont crédibles, la précision et la véracité deviennent douteuses à l’échelon du métier, notamment parce que les concepteurs du recensement ont introduit de subtiles différences dans leur grille de récolement qui localement laissent perplexes ceux qui doivent les remplir. Ensuite, les données manquent pour de nombreux départements. Pour certains, le questionnaire est tout simplement absent, pour d’autres, il est incomplet.

  • 90 Cf. annexe 4.
  • 91 Le congrès de Nice en 1942 rend la rupture publique. Cf. S. Zdatny, The politics of survival…, op. (...)
  • 92 C’est du moins ce qu’il affirme à la Libération. AN F12 11987, rapport sur l’artisanat du délégué r (...)
  • 93 M. Ferro, Pétain, op. cit.

69Ces départements non renseignés ne sont pas distribués de façon aléatoire. Ils sont au contraire concentrés dans deux zones : un vaste Midi toulousain d’une part et la zone Rhône-Alpes d’autre part. Les deux sont en zone sud, non occupée jusqu’à l’automne 1942. La carte montre une zone occupée où la quasi-totalité des départements est renseignée et une zone libre avec de vastes blancs90. Les questionnaires du recensement sont remplis par le personnel des chambres de métiers. Or, les relations ne sont pas toujours au beau fixe entre elles et le service de l’artisanat. Elles ont même sérieusement tendance à se dégrader91. Ces blancs apparaissent alors comme les zones où l’autorité de l’administration de l’artisanat est la moins bien assise. Dans le Midi toulousain, c’est le délégué régional qui aurait pris l’initiative de ne pas faire ces recensements afin qu’ils ne puissent pas renseigner les officines du STO et servir à des déportations92. Ces différences correspondent aux analyses de Marc Ferro sur les différences de popularité du régime entre le nord et le sud du pays93.

70Là où les chiffres existent, ils ne sont pas exempts de critiques. Dans chaque département, le nombre total d’artisans est l’addition de deux colonnes : celle des artisans déjà recensés et celle de l’estimation de ceux non encore recensés. De ce fait, le résultat final est lui aussi une estimation. Dans certaines zones, le nombre des artisans non recensés est probablement exagéré, notamment dans les départements picards où le nombre de non-recensés est supérieur à celui des recensés mais il est vrai que le total des recensés y est assez faible pour que les non-recensés soient plus nombreux. Dans cette zone, l’occupation allemande entravait les relations normales entre les artisans et l’administration et entravait ce genre de travail. Une lettre du président de la chambre des métiers de l’Aisne témoigne de ces difficultés. Pour autant, le nombre des non-recensés est probablement exagéré. D’ailleurs, les chambres de métiers y ont intérêt afin d’obtenir de meilleurs contingents de matières lors des répartitions, mais, dans l’ensemble, ces surestimations sont peu nombreuses. Le service de l’artisanat vérifie dans le détail les résultats et n’hésite pas à renvoyer le questionnaire pour vérification et correction quand certaines données lui paraissent douteuses. De ce fait, pour passer inaperçu, le gonflement des chiffres se doit d’être modéré. Au contraire, d’autres départements, notamment l’Aude, ne veulent pas remplir la colonne d’estimation des non-recensés et se contentent de retourner le nombre connu au moment du recensement. Le nombre d’artisans connus est alors un minimum.

71Malgré ces insuffisances, ce recensement fait apparaître quelques tendances nettes. Les artisans sont relativement plus nombreux dans le sud du pays que dans le nord mais cette distinction n’est pas la plus apparente. Six départements ont plus de 15 000 artisans : le Nord, la Seine, le Finistère, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire et la Gironde. Quatre sont des départements de l’Ouest ou du Sud-Ouest qui apparaissent ainsi comme les plus importantes concentrations d’artisans du pays. La région parisienne, la vallée de la Seine ainsi que le Nord sont aussi au premier rang. Viennent ensuite la façade méditerranéenne et les départements proches de Lyon. À l’autre bout de l’échelle se trouvent également six départements : la Meuse, les Vosges, Belfort, les Alpes-de Haute-Provence, la Lozère et la Corse. Le Nord-Est du pays est la région qui concentre le moins d’artisans.

72Cette distribution dément l’association de l’artisanat à une économie rurale et préindustrielle. En effet, elle n’oppose pas une France industrialisée avec peu d’artisans à une France moins développée avec beaucoup d’artisans. L’artisanat n’est pas florissant là où l’industrie est marginale. Il ne remplit pas les fonctions de l’industrie là où elle est absente. Les régions industrialisées comme le Nord et Paris, loin de repousser les artisans les attirent. Le facteur explicatif le plus important paraît être l’importance de la population. Les artisans sont nombreux dans les départements vastes, comme la Gironde, et surtout densément peuplés (région parisienne, façade maritime). À l’inverse, les départements montagneux et peu peuplés comme la Corse ou le sud des Alpes ont peu d’artisans. Les entreprises artisanales, comme n’importe quelles autres, ont besoin d’une zone d’achalandage fournie, et même plus que les autres puisque leur rayon d’action est restreint. L’importance de l’urbanisation favorise aussi l’implantation d’artisans. Les régions de Paris, Lille, Marseille, Bordeaux, Nantes et Lyon sont celles qui ont les plus fortes concentrations d’artisans.

IV. UN DÉVELOPPEMENT OPPORTUNISTE

  • 94 R. Delille, « Situation et perspectives de l’artisanat », Économie et politique, 39, 1957, p. 10.
  • 95 Les données des registres des métiers ne sont pas encore centralisées. Le recensement des BAM n’est (...)

73Pour de nombreux analystes, l’artisanat devrait inévitablement décliner à cause notamment de ses activités. En premier lieu, il est considéré comme le soubassement d’une économie pyramidale dans laquelle il souffrirait de la concurrence de l’industrie94. En second lieu, il serait le refuge des activités traditionnelles, vestiges d’une économie agricole pré-industrielle. Il n’existe pas de statistiques nationales par secteur sur cette période pour vérifier ces analyses95. Le profil sectoriel de l’artisanat peut-être approché localement par sondage dans différents registres. Hormis quelques écarts attribuables aux variations locales et annuelles, les registres d’Indre-et-Loire et de Gironde en 1938 s’accordent pour faire émerger quelques tendances claires. D’une part, l’artisanat n’existe que dans quelques secteurs ; la concurrence de l’industrie est limitée. Il n’y a pas d’artisanat dans certaines branches purement industrielles comme les mines, la métallurgie, etc. D’autre part, il n’est pas ce refuge d’activités dépassées. Les registres permettent de dégager trois groupes : trois branches concentrent la majorité des artisans en 1938, à l’inverse certaines paraissent déjà affaiblies, enfin il y a des activités secondaires ou en émergence dont les autorisations d’ouvertures montrent qu’elles profitent de la guerre.

Tableau 1. Les inscriptions au registre des métiers par secteur en 1938 (en pourcentage)

Tableau 1. Les inscriptions au registre des métiers par secteur en 1938 (en pourcentage)

Sources : AD37 ; CM Bordeaux.

A. LES MÉTIERS DYNAMIQUES

1. Les trois piliers de l’artisanat.

  • 96 F. Braudel, E. Labrousse (dir.), op. cit., p. 259.
  • 97 In M. Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, 1996, p. 208.
  • 98 Chiffres cités par D. Voldman, « Le bâtiment, une branche sollicitée » in A. Beltran, R. Franck, H. (...)

74En 1938, trois secteurs concentrent la majorité des artisans : l’alimentation, la confection et surtout le bâtiment. Ils représentent 51,3 % des installations à Tours et 56,7 % à Bordeaux. Ils demeurent les plus fréquents dans les autorisations d’ouverture. L’alimentation et le bâtiment sont des secteurs dominés par la micro-entreprise. Au début du siècle, 62 % des établissements de l’alimentation employaient moins de dix salariés96. Les artisans contrôlent 85 % des entreprises du bâtiment. Cette part reste extrêmement stable. Elle se maintient à ce niveau depuis beaucoup longtemps puisque selon Gabriel Désert 82 % des établissements du B.T.P. avaient moins de cinq ouvriers en 189697. En septembre 1942, 80 % des entreprises recensées par le COB.T.P. ont moins de cinq salariés98, et compte tenu des imperfections de ces recensements, notamment pour les petites entreprises, la réalité se situe certainement légèrement au-delà.

  • 99 Le gros œuvre recouvre le terrassement, la charpente et la maçonnerie. Le second œuvre englobe la p (...)

75Le bâtiment est le secteur le plus important. Il concentre près de 27 % des inscriptions au registre des métiers en Indre-et-Loire et 32,2 % en Gironde. Les caractères propres à cette activité font obstacle à une véritable industrialisation. En premier lieu, les séries sont impossibles. C’est évident pour l’entretien, c’est vrai aussi pour le neuf ; chaque construction est particulière. Surtout, il est impossible de concentrer géographiquement la production. La règle est la dispersion. Les hommes du bâtiment ne travaillent pas dans des ateliers (et encore moins en usine) mais sur des chantiers. Les producteurs dispersés, et a fortiori les artisans, sont donc les mieux placés. Ils le sont aussi car la plupart des chantiers sont de faibles ampleurs et le déploiement de moyens industriels n’y serait pas rentable et n’aurait le plus souvent aucun sens. L’importance du bâtiment dans l’artisanat tient aussi à la multiplicité de ses métiers. Les activités du bâtiment sont classiquement divisées entre le gros œuvre et le second œuvre99. C’est un milieu exclusivement masculin où les installations se font en moyenne à 34 ou 35 ans, soit près de la moyenne globale ; par son importance, le bâtiment tend à donner à l’ensemble de l’artisanat ses propres caractéristiques. Les autorisations d’ouverture montrent que les nouveaux artisans travaillent dans des entreprises artisanales avant de se mettre à leur compte. Pour eux, l’établissement est un projet, l’indépendance économique un modèle. Ils y sont très attachés. Pour ces raisons aussi, les artisans du bâtiment forment le noyau dur de l’artisanat.

  • 100 Toutes les études sur l’artisanat confirment l’importance de l’alimentation. C’est un secteur essen (...)

76L’artisanat s’assure une position dominante dans les métiers de l’alimentation grâce à la nature des produits. Il fabrique des produits frais qui doivent aller rapidement du producteur au consommateur. La dispersion des artisans sur le territoire leur permet d’être au plus prêt des consommateurs et ainsi les mieux placés sur ce marché. Cet artisanat abrite essentiellement quatre métiers : des boulangers, des charcutiers, des pâtissiers et des bouchers. On y trouve aussi des confiseurs, des tripiers, des fabricants de biscuits et de quelques autres produits de bouche, des tueurs de bestiaux… Les quatre principaux métiers sont le plus souvent exercés par paire : boucher-charcutier et boulanger-pâtissier. Les bouchers et boulangers simples sont plus fréquents que les charcutiers ou pâtissiers simples. Quand un pâtissier ne fait pas boulangerie, il se déclare souvent confiseur. En 1938, l’alimentation fournit près de 12,5 % des installations100.

77L’habillement est le troisième secteur dominant. Des trois, il est celui qui profite le plus du développement des années 1940. Il est aussi celui qui souffrira le plus ensuite. En 1938, il rassemble 19,5 % des créations en Gironde et 12,2 % en Touraine, par exemple. Le textile et l’habillement cachent aussi un foisonnement de métiers. À côté des « classiques » tailleurs, couturières ou modistes, on trouve des casquetières, voiliers, guimpières, fourreurs, layettiers, chemisiers… Certains artisans se spécialisent sur une partie de la clientèle (homme, femme, enfants) ou dans une partie du processus de production (apprêteur, coupeur, dévideur de soie, tisseur…). Certaines de ces spécialités paraissent déjà dépassées et sans avenir comme les remailleuses de bas ou les tricoteuses qui surgissent durant la guerre avec un grand succès.

78Ce secteur a quelques caractéristiques très nettes. Dans un artisanat très masculin, le textile et la confection sont très féminins. En 1938, 81 % de ces artisans sont des artisanes à Tours et 84 % à Bordeaux. L’âge moyen à l’installation est assez élevé, il est de 41 ans. Il s’explique par la faiblesse de installations de trentenaires. Les installations se font à deux âges de la vie : soit assez jeunes, soit tardivement, et les femmes âgées sont plus nombreuses que les jeunes, d’où une moyenne élevée. Près de 40 % des installations se font après 45 ans. C’est un effet de la féminisation du secteur : les jeunes s’installent avant le mariage, les femmes âgées sont souvent des veuves ; peu s’installent en étant mariées et en âge d’élever des enfants. Autre caractéristique très nette, ces artisanes se concentrent en ville. Toutes les inscriptions relevées dans les registres de Gironde et de Touraine sont urbaines, dont à chaque fois les trois quarts dans la ville-centre, le reste se répartit en banlieue et dans les autres villes. Pourtant, les recensements montrent des artisans de la confection en milieu rural. Deux hypothèses peuvent expliquer la différence. Premièrement, les artisans ruraux de la confection sont âgés et ce que montrent les registres est la concentration des nouvelles installations en ville aux dépens des villages. Deuxièmement, l’activité est moins formelle à la campagne et ces artisanes sont sous-enregistrées. Le cas d’une couturière relevé dans le registre de Tours est intéressant. Née à Vaumas dans l’Allier en 1901, elle s’installe d’abord à Saint-Pourçain, un gros bourg rural distant de cinq kilomètres de Vaumas, puis à Tours en 1931. Elle illustre le mouvement de l’artisanat de la confection du milieu rural vers la ville. La guerre modifie un peu ce profil. Il y a plus d’installations entre 30 et 35 ans et de nouveau des installations enregistrées à la campagne. Les femmes qui deviennent artisanes pendant la guerre le font souvent pour combler l’absence de revenus d’un mari retenu par le conflit, d’où la plus forte part des 30-35 ans. Elles habitent aussi bien en ville qu’à la campagne. Pour elles, la confection apparaît plus facilement accessible. Le développement du secteur se fait donc à contre-courant de ses caractères habituels.

2. Des activités qui profitent de la guerre.

  • 101 12,2 % des inscriptions en Touraine et 10,5 % en Gironde en 1938. Voir aussi S. Zdatny, Coiffure, f (...)
  • 102 Cf. C. Perrin, Les entreprises artisanales et la politique économique de l’État en France, thèse, 2 (...)
  • 103 Ainsi, en juin 1940, le préfet d’Indre-et-Loire refuse un coiffeur à la retraite qui veut reprendre (...)

79Derrière ces branches maîtresses, plusieurs groupes de métiers se trouvent dans une position moyenne. Ils ne sont pas aussi développés que les précédents mais sans être marginaux. Plusieurs sont récents et en développement. La guerre accélère souvent cet essor en attirant de nouvelles personnes vers ces métiers neufs. Ainsi, la coiffure donne déjà beaucoup de créations dans les années 1930101. C’est un secteur attractif, jeune et mobile. La moitié des installations sont faites par des femmes. Le métier reste très urbain mais son développement est nourri par une multiplication de salons ruraux ; 37,5 % des installations se font dans des villages. Durant la guerre, les demandes d’installation sont nombreuses bien que le secteur soit déjà très encombré. Les préfets en refusent beaucoup pour cause d’incompétence102. La coiffure est perçue comme aisément accessible. Une glace, un jeu de peignes et de ciseaux semblent suffire. Nul besoin d’un local spécialisé, n’importe quelle pièce peut faire l’affaire. Ainsi, on voit un peu tout le monde s’y essayer. L’engorgement est tel que les préfets en viennent à refuser des demandes présentant toutes les qualités exigibles103. Il explique aussi que plusieurs qui ont pourtant eu l’accord de la préfecture ne donnent pas de suite à leur projet. Les refus ne suffisent pas à désengorger le secteur. Les refusés se retrouvent sur un marché noir très important.

  • 104 Ils représentent déjà 9,7 % des installations tourangelles et 12,6 % des girondines par exemple.
  • 105 J. P. Burdy, Le soleil noir…, op. cit., p. 22. M. Perrin, Saint-Étienne et sa région économique, op (...)

80Les métiers de la mécanique, du matériel électrique et de la réparation sont également en pleine émergence en 1938104. Ces industries de la seconde industrialisation nécessitent d’être accompagnées par de nouveaux artisanats qui les complètent. L’automobile notamment suscite beaucoup d’établissements de garagistes ou d’électriciens spécialisés. La TSF également attire les artisans mais aussi les machines à écrire, les installations d’usine… En 1938, les artisans ne se contentent pas d’installer et de réparer les produits des grandes entreprises. Il y a encore beaucoup d’artisans producteurs. À Caudéran (Gironde), par exemple, un jeune artisan crée en 1938 une entreprise spécialisée dans la mécanique des hélices de marine. À Saint-Étienne, la première guerre mondiale a provoqué un essor d’artisans métallurgistes qui sous-traitent la fabrication d’obus. Ceux-ci se sont recyclés dans l’entre-deux-guerres dans la fabrication de cycles105. Ils se montrent très inventifs et déposent beaucoup de brevets. Ces nouvelles activités témoignent de la capacité d’adaptation de l’artisanat et montrent sa faculté à se renouveler. Elles compensent le déclin d’anciens métiers. Elles sont donc fondamentales pour comprendre la survie de l’artisanat.

  • 106 CACIL 103W100.
  • 107 CACIL 103W170.
  • 108 CACIL 103W170.
  • 109 CACIL 103W170.

81Néanmoins, ces nouveaux métiers sont perturbés par la guerre. Les grands constructeurs ne produisent plus que de manière irrégulière, les pénuries d’essence font que beaucoup de voitures ne roulent plus et les garagistes se trouvent privés de travail. Certains, sans se faire radier du registre des métiers, font autre chose en attendant, à l’image de ce mécanicien de la banlieue de Tours qui se fait maraîcher de sa démobilisation à 1944106. Un autre, près de Loches, se tourne vers la torréfaction d’orge car la mécanique automobile est « vouée au chômage, surtout au village »107.A contrario, ces pénuries profitent aux fabricants et aux réparateurs de bicyclettes. L’administration encourage d’ailleurs les installations dans ce secteur, notamment en milieu rural. En octobre 1940, la Chambre de commerce de l’Indre explique que « la bicyclette est de première utilité vue la pénurie d’essence »108. Ces pénuries profitent aussi aux fabricants, installateurs et réparateurs de moteurs utilisant une autre énergie que le pétrole. Par exemple, en février 1941, un résident d’Argenton-sur-Creuse demande l’autorisation d’installer une station de montage d’appareil à acétylène pour automobile109.

  • 110 CACIL 103W176.

82Il n’y a pas que l’essence qui est rare et chère en ses temps de pénurie, les pneus le sont aussi. Cette rareté suscite l’apparition de réparateur de pneumatiques. Des mécaniciens ajoutent à leur spécialité la vulcanisation afin de récupérer ce marché. Les pénuries poussent à faire réparer tout ce qui peut l’être. La guerre et la Libération voient ainsi fleurir en ville des réparateurs en tout genre, à l’exemple de cette artisane réparatrice de stylos110. Ces artisans particuliers sont les symboles d’une économie de récupération où l’on fait du neuf avec de l’ancien. Les produits sont rares, ils ne sauraient être question de les gâcher ou de jeter hâtivement. On fait donc réparer des produits autrefois banals et bon marché mais devenus rares. De telles entreprises ne tiennent qu’à cause du contexte de pénuries. Elles tiennent plus de la débrouillardise, du système D, que de l’innovation et du progrès technique. Le retour à une conjoncture normale promet de les balayer.

83Les installations se multiplient aussi dans les transports. C’est un secteur refuge pour des personnes sans travail qui demandent à faire du transport avec leur voiture personnelle. La désorganisation du secteur incite des propriétaires de camions de faible tonnage à devenir artisan transporteur. La conjoncture du transport de personnes n’est pourtant pas très bonne. Certains artisans du secteur réorientent leur activité. Cette conjoncture difficile provoque quelques refus des préfets.

B. DES MÉTIERS DÉJÀ RARES OU EN DÉCLIN

84À côté de ces métiers fondamentaux, parce qu’ils représentent la majorité de l’artisanat, et de ces valeurs montantes, l’artisanat rassemble d’autres activités, moins importantes par rapport à ces premières. Chacune n’est exercée que par peu d’artisans. Leur situation n’est cependant pas semblable. Certains de ces métiers n’ont jamais nourri un artisanat important, notamment dans des secteurs très industrialisés comme la chimie ou la transformation des métaux. Ils n’en sont pas pour autant menacés. D’autres, au contraire, ont été plus importants et voient leur ciel s’assombrir dans l’entre-deux-guerres. Ils sont déjà en déclin. C’est le cas notamment des métiers ruraux.

1. Les activités diverses.

85L’artisanat a la particularité d’abriter des métiers rares : photographes, imprimeurs, horlogers, bijoutiers, prothésistes, graveurs, opticiens, auto-écoles, coloristes, luthiers, reprograveurs, fabricants d’appareils scientifiques, d’objets religieux, de matériel publicitaire, d’objets en plastique ou en celluloïd ou d’articles de ménages. Pris individuellement, chacun de ces métiers est de peu de poids. Rassemblés, ils représentent 7,3 % des inscriptions au registre des métiers d’Indre-et-Loire et 9,1 % de celles de Gironde en 1938.

  • 111 CACIL 103W40.
  • 112 CACIL 103W40.
  • 113 CACIL 103W 100.

86La guerre et son cortège de pénuries donnent naissance à une série d’activités marginales. Les fabricants de savonnettes et de produits d’entretien, par exemple, pullulent. Ils prétendent souvent avoir inventé un produit fantastique pour remplacer le savon. En novembre 1940, par exemple, un chômeur de la banlieue de Tours prétend avoir créé un produit décrassant pour remplacer le savon « capable d’aider les ménagères à supporter la crise du savon ». Pour certains, cette crise est une aubaine car elle offre une opportunité de reconversion dans leur spécialité comme pour ce chimiste parisien, employé par un laboratoire du bâtiment sans travail depuis l’été 1940, qui profite de ces « connaissances de chimistes pour fabriquer des produits d’entretien »111. Pour la ménagère, peu importe que le substitut soit révolutionnaire si elle dispose d’un produit de nettoyage. Les préfets et les élus locaux l’ont bien compris. Le 28 novembre 1940, le maire de Marcilly-sur-Maulne, au sud de la Touraine, écrit au préfet pour lui signaler l’arrivée dans sa commune d’un Italien venant de Paris qui veut s’installer comme savonnier112. Il y est favorable car le savon est une donnée rare et contingentée. Il espère probablement qu’avec cette installation son village ne sera plus en peine de savons. Cette éclosion de savonniers dure. De telles installations se retrouvent jusqu’en 1948. Tous ne demandent pas l’autorisation ; certains préfèrent travailler clandestinement pour le marché noir. En octobre 1944, la gendarmerie nationale découvre ainsi un stock de 3,6 tonnes chez un revendeur qui écoule les produits de plusieurs fabricants clandestins de Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire)113.

2. Les artisans des districts industriels.

87Certains de ces métiers rares se concentrent dans les centres urbains où ils bénéficient d’une clientèle plus importante, notamment les photographes, les imprimeurs ou les bijoutiers. Ils sont localement concentrés mais restent assez dispersés au niveau national. D’autres, au contraire, sont extrêmement concentrés dans une même région où ils contribuent à la formation de districts industriels, tels par exemple les plasturgistes d’Oyonnax ou les couteliers de Nogent-en-Bassigny.

  • 114 R. Lebeau, La vie rurale…, op. cit., p. 466.

88Les artisans sont peu nombreux à travailler le plastique au niveau national. C’est une activité essentiellement industrielle dont les artisans ne représentent qu’une faible part. Pareillement, ils sont très minoritaires dans l’ensemble de l’artisanat. La région d’Oyonnax, dans le sud du Jura, concentre ces artisans plasturgistes114. Ce district s’est formé dès le xviiie siècle sur la fabrication de peignes. Celle-ci représente alors une activité complémentaire facile d’accès pour une agriculture pauvre. Elle s’industrialise à partir des années 1820-1830 et les ateliers artisanaux (les entreprises ont en moyenne trois salariés) se multiplient. Oyonnax compte 41 ateliers en 1873 et 360 en 1900. Le métier change avec le remplacement de la corne par le plastique dans les années 1890. La taille des ateliers croît avec en moyenne dix salariés en 1900. Toutefois, le celluloïd est une matière relativement peu coûteuse (moins que la corne) et facile à travailler et la grande majorité des ateliers restent artisanaux. L’activité, jusqu’alors concentrée à Oyonnax, se diffuse dans les environs. Les années 1930 sont difficiles. Le district produit des objets de luxe ou de demi-luxe qui se vendent moins bien dans ces années de crise. Cependant, les artisans savent réagir en se réorientant vers des produits plus courants et moins sensibles aux variations de la mode. Ils profitent des propriétés du plastique pour diversifier leur production notamment en direction du marché masculin (cendrier…). Plus de 80 % des producteurs du district sont toujours des artisans vers 1938.

  • 115 AN F12 11999, rapport de l’inspecteur général de la circonscription de Dijon sur l’artisanat de la (...)

89Les archives du service de l’artisanat de Vichy renferment une enquête approfondie sur le cas de la coutellerie de Nogent-en-Bassigny115. L’activité est partagée entre l’industrie, qui emploie 880 ouvriers, et environ 200 artisans ou façonniers assimilés dont tous ne sont pas inscrits au registre des métiers. Il est rare que ces artisans exécutent la totalité du produit. Beaucoup se sont spécialisés dans une partie du cycle de fabrication et revendent leurs produits à un autre qui les termine. La forge et l’estampage sont du domaine de l’industrie. Les artisans interviennent en aval et se fournissent dans les usines d’estampage de la région. Seuls quelques artisans savent forger eux-mêmes les ébauches nécessaires. Après la transformation de l’estampe, le polissage et le chromage sont souvent confiés à un autre artisan. Le cycle de fabrication met les artisans en relation avec d’autres ateliers artisanaux aussi bien qu’avec des entreprises de plus grandes tailles. Leurs relations y sont plus complémentaires que concurrentes.

90Pour les artisans, la concurrence vient autant des façonniers et de leurs courtiers que des établissements industriels. Sur ce marché, les courtiers s’assurent un pouvoir en fournissant une matière première qu’ils payent eux-mêmes. De ce fait, il existe à côté des artisans proprement dits, une foule de façonniers non inscrits au registre des métiers, à mi-chemin entre l’ouvrier à domicile et l’artisan indépendant. Ces courtiers complètent leurs emprises sur les façonniers grâce aux prêts personnels qu’ils leur consentent. Ce type de production permet aux courtiers de bénéficier d’avantages fiscaux, aux marges de la légalité.

91Après l’entrée en guerre, les artisans concentrent leur activité sur les instruments de chirurgie pour répondre aux besoins prévisibles des services de santé, démontrant ainsi qu’ils savent s’adapter et faire preuve de sens commercial. Néanmoins, cette stratégie est contrariée par l’état du marché. Toutes les commandes ne peuvent être satisfaites car la main-d’œuvre et les matières premières font défaut depuis qu’elles sont orientées préférentiellement vers les industries d’armement. Après la défaite, ces couteliers conservent un bon niveau de production car il faut résorber les nombreuses commandes de coutellerie traditionnelle qui n’ont pu être satisfaites pendant la période précédente. L’inspecteur qui réalise l’enquête constate notamment une forte demande venant de l’étranger, en particulier de Belgique.

92Les problèmes d’approvisionnement se font plus pesants à compter de 1941 et gênent la régularité du travail et le rythme des livraisons. Les stocks s’épuisent et leur renouvellement est difficile à assurer. En outre, certains artisans sont envoyés en usine à la déclaration de guerre. Mobilisés comme affectés spéciaux, ils remplacent les ouvriers mobilisés. Mais, après la défaite, les industries finissent par manquer de main-d’œuvre et retiennent ces artisans alors qu’ils souhaitent reprendre la direction de leur entreprise. Les difficultés d’approvisionnement et l’irrégularité du travail provoquent des tensions sur les trésoreries et font que certains ouvriers qui ont économisé pour s’installer et ont obtenu l’autorisation préfèrent reporter leur projet car ils craignent de perdre leur capital et espèrent dans ce contexte gagner davantage comme ouvrier d’usine.

3. Des métiers en difficulté.

93Aujourd’hui encore, l’artisanat est facilement associé aux métiers d’art ou aux métiers ruraux. Il a ainsi une image gentiment archaïque et fait partie d’un certain folklore. Il est l’héritage d’une société pré-industrielle où le travail se faisait manuellement et à la campagne. Entre 1940 et 1944, Pétain use et abuse de cette image où l’artisanat est réduit aux maréchaux, charrons, tonneliers, potiers… Pourtant, beaucoup de ces métiers traditionnellement associés à l’artisanat sont en réalité déjà rares dans les années trente. Ils appartiennent à des secteurs eux-mêmes peu développés dans l’artisanat : les métaux, le cuir et l’ameublement.

94Dans les métaux, se retrouvent des métiers « traditionnels » (maréchaux, forgerons, ferblantiers, taillandiers) et des métiers plus industriels (polisseurs, tôliers, fileteurs, lamineurs, tourneurs, décolleteurs…) Ces activités plus récentes restent peu nombreuses. Elles se développent dans l’ombre du secteur industriel dans quelques niches particulières où les artisans complètent l’industrie. Elles ne suffisent pas à contrebalancer le déclin des vieux métiers ruraux. En 1938, le travail des métaux ne rassemble que 4,9 % des installations en Touraine et 3,6 % en Gironde. Le bois et l’ameublement n’attirent que 4,9 % des nouveaux artisans en Indre-et-Loire, 5,5 % en Gironde en 1938. Dans le secteur du cuir, les métiers sont peu nombreux : cordonniers, chausseurs, bourreliers, maroquiniers, selliers. Cet éventail limité est certainement une faiblesse. Les possibilités de reconversion et de renouvellement sont limitées. Le travail du cuir illustre bien les atermoiements de ces vieux secteurs dès avant la guerre. Les installations ne sont plus que très ponctuelles et irrégulières. En 1938, elles parviennent encore à rassembler 9,7 % du total des inscriptions au registre des métiers en Touraine mais seulement 2 % au registre de Bordeaux. Certains de ces secteurs donnent déjà des signes de vieillissement. À Bordeaux, l’âge moyen des nouveaux artisans des métaux est déjà de 37,5 ans. En Touraine, il est de 51 ans dans le travail du bois.

  • 116 M. Chollet-Varagnac, La mort de la forge…, op. cit., p. 398.

95Ces secteurs subissent d’une part les transformations du secteur agricole auquel ils sont liés et d’autre part la concurrence croissante de l’industrie. Les débuts de l’automobile et du machinisme agricole ont d’abord donné un regain d’activité aux maréchaux et forgerons. Les premières Citroën A et B, par exemple, ont été conçues pour pouvoir être réparées par les artisans de village avec leur outillage. Mais, la complexification de ces matériels les écarte progressivement116. Ces métiers dépendent d’autre part de matériaux dont l’usage est progressivement délaissé. Les sabots ne sont déjà plus qu’une survivance. Les tonneaux en bois commencent à céder la place aux cuves métalliques. Les ébénistes et les chaisiers voient se développer à leurs dépens des meubles industriels de bas ou moyen de gamme peu onéreux.

  • 117 R. Tailledet, op. cit., p. 145.

96Le cuir subit tous ces problèmes à la fois : son usage diminue, il est lié à des pratiques agricoles en pleine transformation, la fabrication des chaussures est de plus en plus un marché industriel. Avec 50 000 représentants, quatre artisans du cuir sur cinq sont cordonniers (en 1944). Dans l’entre-deux-guerres, ils s’accrochent à la fabrication mais le développement des productions industrielles rend les chaussures artisanales trop chères et la cordonnerie tend à se reconvertir vers la réparation. Cette stratégie n’est pas viable. Les industriels cherchent à baisser le coût des produits neufs pour dynamiser le marché. Les artisans de la chaussure comme Robert Tailledet ne peuvent que pester contre ceux qui offrent de « la camelote »117. Cette diminution des prix rend de moins en moins intéressante la réparation des chaussures usagées. Une paire neuve ne vaut progressivement pas plus chère qu’une bonne réparation. En 1938, le coût des chaussures neuves est encore suffisant pour assurer une clientèle aux cordonniers mais la tendance du marché joue contre eux.

  • 118 G. Désert, « Artisanat et industries rurales », dans M. Lévy-Leboyer, Histoire de la France industr (...)
  • 119 D’après une enquête effectuée par le service de l’artisanat. AN F12 12000, meuniers.

97La pluriactivité apparaît comme une autre stratégie de survie dans ces métiers déclinants. La meunerie en donne un exemple. Vers 1850, 81 000 meuniers étaient en activité en France et déjà seulement 35 000 en 1896. Dans la seconde moitié du xixe siècle, leur effectif chute de plus de 56 %. Dans le canton de Rivesaltes, par exemple, les meuniers disparaissent dès le troisième quart du siècle118. En Normandie, la plupart des cantons sont sans meuniers119. La Manche et le Calvados n’en abritent, chacun, que six en 1941. En Seine-Inférieure, les artisans n’exploitent que 21 des 50 meuneries recensées ; l’artisanat est donc minoritaire. La meunerie est devenue une activité industrielle. Exploitée artisanalement, elle ne dégage plus suffisamment de bénéfices et il est rare qu’elle permette d’employer un salarié. Les deux tiers des artisans meuniers exercent parallèlement une autre profession, assez souvent celle d’agriculteur ou d’artisan auxiliaire de l’agriculture (mécanicien agricole…), voire un commerce proche comme une graineterie. La seconde profession n’a parfois rien à voir avec la meunerie. Beaucoup sont parallèlement menuisiers ou tourneurs. La deuxième activité n’est parfois pas plus développée que la première et les deux ont des allures d’activités complémentaires qui s’épaulent l’une l’autre pour permettre à l’artisan de survivre chichement.

  • 120 JO, débats.

98La Troisième République défend ces petits producteurs menacés. Ainsi, la loi du 22 mars 1936 protège les fabricants et les marchands de chaussure. Elle est devenue un symbole du malthusianisme économique du régime. Elle protège les acquis contre le développement menaçant des nouvelles productions, notamment étrangères. Mais, en réalité, cette mesure est exceptionnelle. La chaussure est la seule production (et la seule branche de l’artisanat) à en bénéficier. À l’origine, elle est provisoire. Elle est pourtant prorogée à trois reprises avant la guerre. Lorsqu’elle est reconduite pour la troisième fois en 1939, Paul Laffont, rapporteur du projet de loi au Sénat, explique encore que le but de cette loi est de préparer la transition. Il affirme la volonté de revoir la protection de 1936 qui est « peut-être outrancière »120. Pourquoi protéger le secteur de la chaussure et pas un autre ? Il faut certainement y voir un effet de la politique de lobbying parlementaire de la CGAF Ses deux principaux fondateurs, M. Tailledet et Grandadam, sont des petits patrons de la chaussure.

***

99L’entre-deux-guerres est fondamental car il donne naissance aux outils de la politique artisanale. Mais, cette politique est concernée par les critiques adressées au malthusianisme économique d’un État qui protège des petites structures jugées dépassées. Ces critiques sont peu valables pour deux raisons. Premièrement, la Troisième République finissante crée un cadre mais sans se donner de moyens. Il y a contradiction entre les interventions souhaitées et le libéralisme. Aussi, cette politique reste bien trop modeste pour avoir une influence profonde. Si l’artisanat avait été en mauvaise santé ce ne sont pas les modestes remèdes de l’État qui l’aurait sauvé. Deuxièmement, l’ouverture du registre des métiers en 1936 ne montre pas un secteur à bout de souffle mais un milieu dynamique qui entame une décennie de croissance.

100Avant la guerre, les artisans sont des hommes qui s’installent jeunes, qui rejettent l’autorité patronale et affirment leur indépendance économique. Ils sont mobiles socialement et géographiquement. Ils sont nouveaux dans l’artisanat et dans leur lieu d’établissement. Le développement de l’artisanat repose ainsi sur sa capacité à se renouveler en attirant des individus neufs. La guerre renforce ce modèle en faisant de l’artisanat un refuge mais en fragilisant sa croissance. Le conflit passé, le refuge risque de perdre de son intérêt. Au point de vue économique, la prospérité artisanale est ambiguë. Elle bénéficie d’une conjoncture difficile, du cloisonnement des marchés. La croissance de l’artisanat apparaît ainsi comme un symptôme d’une économie de pénuries. Elle est quasiment une croissance parasite. Elle repose sur un effet d’aubaine autant que sur le dynamisme des artisans. Elle est donc fragile car le retour à la normale risque de la remettre en cause mais, en même temps, l’artisanat n’est pas dépourvu d’atouts. Il a la capacité de mieux résister aux crises. Il le montre dans les années trente et durant la guerre. Il réussit là où l’industrie échoue. Au sein du capitalisme, l’artisanat et l’industrie se complètent autant qu’ils se concurrencent.

Notes

1 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Robert, 1992.

2 H. Weber, Le parti des patrons. Le CNPF (1946-1986), Le Seuil, Paris, 1986. La proximité des dénominations souligne la parenté des origines.

3 On laissera à part les chambres des métiers, acquis plus institutionnel qu’économique.

4 R. Tailledet, La doctrine de classe de l’artisanat français, p. 256.

5 Sur le développement du syndicalisme artisanal et la division entre syndicalistes et corporatistes dans l’entre-deux-guerres, voir : B. Zarca, L’artisanat français…, op. cit., et S. Zdatny, Les artisans en France…, op. cit.

6 R. Tailledet, op. cit., p. 108-109.

7 R. Tailledet, op. cit., p. 112.

8 B. Zarca, L’artisanat français…, op. cit., p. 38.

9 JO, lois et décrets 26 juillet 1925, relative aux chambres de métiers.

10 S. Zdatny, Les artisans…, op. cit., p. 102.

11 Cf. infra, II.

12 M. Lescure, « L’État, l’investissement et la petite entreprise : l’expérience des prêts bonifiés (1937-1939) » in P. Fridenson et A. Straus (dir.), Le capitalisme français XIXe-XXe siècle, Fayard, Paris, 1987, p. 227.

13 Certains, comme les bouchers et les boulangers, paient les deux car la loi les oblige à s’inscrire aussi au registre du commerce à cause de leur boutique. La taxe sur le chiffre d’affaires, payée tous les mois, englobe en réalité quatre taxes : la taxe locale, la taxe sur les prestations de service, la taxe sur les transactions et la taxe locale additionnelle à la taxe sur les transactions. Ces impôts et taxes sont perçus à trois niveaux. L’impôt sur le revenu et les taxes sur le chiffre d’affaires vont à l’État. La patente et la taxe locale vont aux collectivités locales. Les taxes des chambres de métiers ou de commerce vont aux organismes consulaires professionnels.

14 En Autriche, par exemple, les artisans paient la patente, l’impôt sur le chiffre d’affaires et l’impôt sur le revenu W. Heinrich, « Enquêtes au service de la recherche professionnelle », dans J. Hamel, M. Byé (dir.), « Aspects de l’artisanat en France et à l’étranger », Annales de droit économique, 4, Sirey, 1953, p. 53.

15 Loi du 30 juin 1923. Article 23 du code des impôts. Articles 183, 184 et 184 bis du Code général des impôts après la seconde guerre mondiale.

16 Le principe de l’exonération de patente provient des lois du 9 frimaire an V et 7 brumaire an VI reprises par celles du 25 avril et 7 mai 1844. Les règles étaient alors très contraignantes. Elles ne s’appliquaient qu’à l’artisan travaillant chez lui, sans compagnon, enseigne, ni boutique et qui n’utilise pas d’autres concours que celui de sa femme, de ses enfants et d’un manœuvre. Ces règles furent assouplies ensuite. Depuis 1862, l’artisan peut avoir enseigne et boutique. Depuis 1868, il peut avoir un apprenti.

17 SAEF B662, note de l’Inspection générale des Finances du 27 octobre 1946.

18 Cf. infra.

19 M. Lescure, PME et croissance économique…, op. cit., p. 252.

20 A. Gueslin, « Dynamisme et lenteurs d’un secteur abrité : les banques mutualistes au xxe siècle », dans P. Fridenson, A. Straus, Le capitalisme français…, op. cit., p. 211. J. Bouvier, Un siècle de banques françaises…, op. cit., p. 145.

21 Cf. E. Albert, Les banques populaires en France, Paris, Economica, 1997.

22 M. Lescure, « L’État, l’investissement… », dans P. Fridenson, A. Straus, Le capitalisme français…, op. cit., p. 227.

23 22 799 francs en 1930, 17 331 francs en 1938. Certaines opérations dépassent de beaucoup cette moyenne. La Banque populaire de Gironde va jusqu’à faire un prêt de 100 000 francs, qui lui en a rapporté 8 500. E. Albert, Les banques populaires…, op. cit., p. 112. Sauf indication contraire, toutes les données monétaires seront présentées en francs courants.

24 Le montant moyen des effets escomptés est de 804 francs en 1923, 1 234 francs en 1929, 1 180 francs en 1938. E. Albert, Les banques populaires…, op. cit., p. 256.

25 E. Albert, Les banques populaires…, op. cit., p. 253.

26 A. Plessis, La clientèle des Banques populaires de 1917 à 1939, DES, Paris, 1955.

27 La loi de finances du 31 décembre 1937. M. Lescure, « L’État, l’investissement… », dans P. Fridenson, A. Straus, Le capitalisme français…, op. cit., p. 232.

28 M. Lescure, « L’État, l’investissement… », dans P. Fridenson, A. Straus, Le capitalisme français…, op. cit., p. 227.

29 Prévu par la loi du 27 décembre 1923.

30 SAEF B42254, rapport Levieux. Au 1er janvier 1924, le fonds est de 5 930 452,20 francs. AN F12 10247, lettre du 30 mai 1924 du ministre du Travail au ministre des Finances.

31 E. Albert, Les banques populaires…, op. cit., p. 69. En 1938, suite au décret du 12 novembre, le prélèvement atteint sept millions de francs. Au 31 décembre 1936, les Banques populaires ont reçu 50 475 000 francs d’avances au titre du crédit artisanal ; AN F12 12004, lettre du 8 octobre 1937 du ministre du Travail au ministre des Finances.

32 AN F12 12007, P.V. de l’A.G. de l’Union des coopératives d’artisans de Bourgogne et Franche-Comté, octobre 1937.

33 De 1923 à la réforme de 1941.

34 AN F12 10247, état des avances consenties antérieurement à la loi de 1941.

35 SAEF B895, états des prêts consentis au titre du crédit artisanal.

36 AN F12 10249, circulaire de la chambre syndicale des Banques populaires du 11 décembre 1944.

37 Décret du 17 juin 1938.

38 Décret du 29 juillet 1939.

39 AN F12 12013, rapport sur l’UNSCAF, décembre 1929.

40 AN F12 12013. L’UNSCAF est une création de la CGAF. Les rapports d’activité en assemblée générale dressent des bilans satisfaisants. Mais plusieurs rapports faits pour l’État mettent en doute leur sincérité et celle des dirigeants du syndicat, notamment M. Grandadam.

41 AN F12 12007, lettre de Charles Pomaret, ministre du Travail, à S. Grumbach, député du Tarn, 23 décembre 1939. AN F12 12004, lettre de la chambre des métiers de l’Aude du 15 février 1940.

42 AN F12 10249, tableau du crédit artisanal. Ce document contient un tableau bilan des prêts de la loi de 1923 par Banque populaire. Il n’est pas daté mais a vraisemblablement été établi en 1942 soit un an après la réforme de 1941. Voir les cartes 4 et 5 en annexes.

43 E. Albert, Les banques populaires…, op. cit., p. 225.

44 SAEF B895, états des prêts consentis au titre du crédit artisanal.

45 Elles acceptent plus de la moitié des demandes reçues ; AN F12 12007, P.V. de l’A.G. de l’Union des coopératives d’artisans de Bourgogne et Franche-Comté, octobre 1937.

46 AN F12 10249, tableau du crédit artisanal.

47 AN F12 10249, tableau du crédit artisanal.

48 Par exemple pour imposer des organes centraux telle la chambre syndicale en 1929. E. Albert, op. cit., p. 4.

49 E. Albert, Les banques populaires…, op. cit., p. 158.

50 À l’origine, les artisans ne pouvaient prétendre qu’aux prêts courts. Ils n’ont accès aux prêts à long terme que depuis la loi du 1er mars 1931. A. Gueslin, Histoire des crédits agricoles…, op. cit., p. 129.

51 D’après les chiffres annuels donnés par A. Gueslin, Histoire des crédits agricoles, Economica, Paris, 1984, p. 468.

52 A. Gueslin, Histoire des crédits agricoles…, op. cit., p. 129.

53 Par exemple, l’enquête administrative de 1944 (700 547 entreprises artisanales en activité hors territoire sous contrôle allemand), le recensement des bureaux artisanaux des matières en 1943 ou les Données sociales de l’INSEE d’après les recensements.

54 Bureau Artisanal des Matières. Cf. note précédente et chapitre III.

55 M. Debré, L’artisanat, classe sociale, Paris, 1934.

56 H. Mourier, « Essai de statistiques artisanales », in J. Hamel, M. Byé, op. cit., p. 73.

57 Chiffres cités par S. Zdatny, The politic of…, op. cit., p. 67

58 AD33 6M1121 et AD37 6M1023.

59 C’est le point de vue exprimé, par exemple, dans l’Histoire des Français, p. 324.

60 D’après les chiffres d’A. Gutersohn, in J. Hamel, M. Byé, op. cit., p. 11.

61 SAEF B893, rapport L. Bergeon du 12 juillet 1939.

62 ASF, 1951.

63 AN F12 11970, École des Hautes Études Artisanales.

64 J.-C. Asselain, « La semaine de 40 H, le chômage et l’emploi », Mouvement Social, 54, 1966.

65 Cf. supra.

66 AN F12 11957, circulaires aux chambres de métiers.

67 Cette analyse se fonde sur le dépouillement sur dérogation des dossiers traités par la préfecture d’Indre-et-Loire. CACIL 103W 33 à 175. Les préfectures reçoivent les demandes par courrier ou sur place. Elles envoient alors un dossier de demande d’ouverture au candidat, en général par l’intermédiaire de sa mairie. Au besoin, elles le conseillent, notamment s’il s’agit d’un mineur. Le demandeur doit renvoyer son dossier à la préfecture en passant par sa mairie. Dans quelques cas, un supplément d’enquête est réalisé. Un enquêteur se rend chez le demandeur pour juger d’après des éléments plus précis. Quand, il s’agit de demandes d’extension ou modification d’activité, il examine la comptabilité.

68 Une fois la décision prise, elle est envoyée à la mairie du demandeur où elle est affichée pendant quinze jours, sauf dans quelques cas, assez rares, où le préfet précise qu’elle ne donne pas lieu à affichage, notamment quand elle concerne simplement une modification d’une entreprise. La transmission de la décision au demandeur est faite par le maire. Elle n’est valable en général que pour trois mois ; au-delà, il faut refaire une demande. En cas de refus, le postulant a quinze jours pour faire appel de la décision du préfet devant le ministre du Commerce.

69 CACIL 103W40 et AN F12 10792, note du service de l’artisanat pour la direction du commerce intérieur, 1er octobre 1941. Au final, les demandes sont habituellement traitées dans un délai de deux à trois mois mais dans des cas plus compliqués, il peut s’allonger. Par exemple, en 1942, le cas d’un mineur émancipé est traité en cinq mois, CACIL 103W60.

70 ASF, 1951.

71 CACIL, 103W40.

72 AN F12 11970. En 1943, les Bureaux artisanaux des matières (BAM) dénombrent 904 000 artisans dans le pays (587 000 inscrits auxquels est ajoutée une estimation de 317 000 non recensés), chiffre peu supérieur à celui du registre des métiers pour la même année (882 365). La différence tient au mode de calcul. Les BAM prennent pour définition de l’artisan la loi de 1925 qui ne retient pas le seuil de cinq salariés. Il est donc normal que leur résultat soit supérieur. Les deux sources se confortent.

73 Cf. supra.

74 Enquête sur la mobilité professionnelle (1965-1970) cité par F. Gresle, L’univers…, op. cit., p. 22.

75 M. Boyer, Les métiers de la viande à Lyon de 1860 à 1914 (une étude sur la petite bourgeoisie), Thèse, Lyon, 1985.

76 Les commerçants et les artisans qui apparaissent dans les dossiers correspondent à des demandes d’extension.

77 CACIL 103W60.

78 F. Gresle, L’univers de la boutique. Les petits patrons du Nord (1920-1975), Presses universitaires de Lille, p. 61 et 62.

79 Cf. infra.

80 Pour ces petits secteurs, la méthode du sondage dans le registre affaiblit la valeur des résultats.

81 CACIL 103W170.

82 CACIL 103W170.

83 CACIL 103W60.

84 AD 37 6U1, registre des métiers, CM Bordeaux.

85 JO, lois et décrets. Décret du 8 août 1935. La genèse de cette décision est racontée par S. Zdatny, The politics…, op. cit.

86 AN F12 11957, circulaires.

87 L’antisémitisme de l’occupant et de Vichy pose la question des artisans juifs. Les sources utilisées ici ne permettent pas de bien cerner leur place dans l’artisanat, ni le sort que leur réserve l’antisémite État Français. Cf. C. Perrin, Les entreprises artisanales..., op. cit.

88 CACIL 103W40.

89 CACIL 103W100.

90 Cf. annexe 4.

91 Le congrès de Nice en 1942 rend la rupture publique. Cf. S. Zdatny, The politics of survival…, op. cit.

92 C’est du moins ce qu’il affirme à la Libération. AN F12 11987, rapport sur l’artisanat du délégué régional de Toulouse à l’inspecteur général provisoire de la production industrielle, 13 octobre 1944.

93 M. Ferro, Pétain, op. cit.

94 R. Delille, « Situation et perspectives de l’artisanat », Économie et politique, 39, 1957, p. 10.

95 Les données des registres des métiers ne sont pas encore centralisées. Le recensement des BAM n’est pas exploitable sur ce point. Cf. supra.

96 F. Braudel, E. Labrousse (dir.), op. cit., p. 259.

97 In M. Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, 1996, p. 208.

98 Chiffres cités par D. Voldman, « Le bâtiment, une branche sollicitée » in A. Beltran, R. Franck, H. Rousso (dir.), La vie des entreprises sous l’Occupation, p. 114.

99 Le gros œuvre recouvre le terrassement, la charpente et la maçonnerie. Le second œuvre englobe la plomberie, l’électricité, la peinture, la menuiserie, les plâtres, la serrurerie, le chauffage, la fumisterie. Les charpentiers et les menuisiers sont comptés ici et non dans le bois, sauf quand ils se déclarent d’abord ébénistes. De même, les serruriers sont comptés ici et non dans les métaux. Les tailleurs de pierres, marbriers, carriers, métreurs et puisatiers sont aussi intégrés à la catégorie bâtiment.

100 Toutes les études sur l’artisanat confirment l’importance de l’alimentation. C’est un secteur essentiel de l’artisanat. Pourtant, son intégration ne s’y fait pas sans mal dans les années 1930. Sur ce point, cf. C. Perrin, Les entreprises artisanales..., op. cit.

101 12,2 % des inscriptions en Touraine et 10,5 % en Gironde en 1938. Voir aussi S. Zdatny, Coiffure, famille, patrie…, op. cit.

102 Cf. C. Perrin, Les entreprises artisanales et la politique économique de l’État en France, thèse, 2001.

103 Ainsi, en juin 1940, le préfet d’Indre-et-Loire refuse un coiffeur à la retraite qui veut reprendre son activité pour assister sa famille. CACIL 103W40.

104 Ils représentent déjà 9,7 % des installations tourangelles et 12,6 % des girondines par exemple.

105 J. P. Burdy, Le soleil noir…, op. cit., p. 22. M. Perrin, Saint-Étienne et sa région économique, op. cit., p. 245.

106 CACIL 103W100.

107 CACIL 103W170.

108 CACIL 103W170.

109 CACIL 103W170.

110 CACIL 103W176.

111 CACIL 103W40.

112 CACIL 103W40.

113 CACIL 103W 100.

114 R. Lebeau, La vie rurale…, op. cit., p. 466.

115 AN F12 11999, rapport de l’inspecteur général de la circonscription de Dijon sur l’artisanat de la coutellerie de Nogent-en-Bassigny.

116 M. Chollet-Varagnac, La mort de la forge…, op. cit., p. 398.

117 R. Tailledet, op. cit., p. 145.

118 G. Désert, « Artisanat et industries rurales », dans M. Lévy-Leboyer, Histoire de la France industrielle…, op. cit., p. 207. G. Gavignaud, Approches méthodologiques…, op. cit.

119 D’après une enquête effectuée par le service de l’artisanat. AN F12 12000, meuniers.

120 JO, débats.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Fonds de dotation artisanal (1924-1941)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2. Mouvements au registre des métiers (1938-1943)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/991/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau 1. Les inscriptions au registre des métiers par secteur en 1938 (en pourcentage)
Crédits Sources : AD37 ; CM Bordeaux.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/991/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search