Version classiqueVersion mobile

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 Cf. R.F. Kuisel Le capitalisme et l’État en France, Gallimard, Paris, 1981, 476 p. R. Delorme, C. (...)

1L’intervention croissante de l’État, en France comme dans la majorité des pays industrialisés, marque l’activité économique au xxe siècle1. La part des dépenses économiques dans le budget global croît. La première guerre mondiale est un tournant, notamment en France. Elle pousse l’État à renoncer au libéralisme. Le conflit génère de grands besoins tant financiers que matériels. Pour les maîtriser et satisfaire aux besoins des armées, l’État s’immisce alors dans la gestion des matières premières, de la main-d’œuvre… Des administrations sont créées pour concevoir et appliquer les politiques économiques qui font leur apparition. Dans l’entre-deux-guerres, l’action économique publique reste empreinte de la « synthèse républicaine » chère à Stanley Hoffman. Pour éviter toute friction sociale trop forte, l’État veille à maintenir un certain équilibre entre les agents économiques. Les secteurs primaire, secondaire et tertiaire s’équilibrent. Dans l’industrie, le degré de concentration reste modéré. La France a une structure industrielle dualiste où se développent quelques grandes firmes à côté d’une myriade de petites entreprises. Ses dirigeants se vantent d’avoir ainsi échappé aux affres du capitalisme américain et de son gigantisme, la progressivité de l’industrialisation et la taille « humaine » des entreprises ayant assuré le progrès économique d’une société fluide et sans tension. Ce fait est, à leurs yeux, de première importance car la stabilité sociale est l’assise de la République. La petite entreprise, et particulièrement la petite entreprise indépendante, profite donc de ce modèle : en vertu du rôle qu’il lui prête, l’État cherche à la préserver. En 1925, par exemple, la création des SARL met à leur disposition la responsabilité limitée, jusque-là l’apanage des grandes sociétés anonymes. Quand la crise émergente de 1929 semble épargner la France, cette organisation économique passe pour une vertu. Et lorsqu’elle finit par gagner le pays, les pouvoirs publics sont soucieux de préserver la petite entreprise. Des lois sont votées pour limiter la création de grandes entreprises commerciales ou pour restreindre leur accès à certains marchés tel celui de la chaussure. De ce point de vue, la petite entreprise artisanale paraît choyée. Elle le paraît plus encore sous Vichy. Le régime du maréchal Pétain en fait plus que jamais un modèle à opposer aux dérives industrielles. L’artisan est, avec le paysan, la figure mise en avant par la propagande du régime. Tous deux incarnent le premier terme de la célèbre devise « travail-famille-patrie ». L’atelier artisanal associe, en outre, le travail à la famille et œuvre, par la qualité de ses fabrications, au renom de la patrie.

  • 2 M. Lescure, PME et croissance économique. L’expérience française des années 1920, Economica, Paris (...)
  • 3 O. Dard, « Henri Queuille face aux questions économiques et budgétaires » dans La direction du bud (...)

2La Libération ouvre sur une rupture. La politique économique de l’État s’établit sur un nouveau paradigme dont le modèle est désormais la grande entreprise. La petite entreprise commerciale ou artisanale passe nettement au second plan. Elle devient même pour certains, l’image d’une France archaïque, celle de Vichy avec laquelle on veut rompre ; l’image d’une France que les modernisateurs de l’après-guerre entendent précisément dépasser. Ceux-ci désirent également en finir avec les faveurs de la Troisième République qu’ils qualifient de malthusianisme économique. Dans ce nouveau contexte, l’attention portée à l’artisanat paraît compromise. Or, les Trente glorieuses correspondent justement à une période difficile pour lui, comme l’atteste la décrue de ses entreprises. Toutefois, dans les années trente aussi la très petite entreprise semble menacée. Il se développe toute une littérature, pas toujours bien renseignée, pour s’inquiéter de la crise de la petite entreprise indépendante commerciale ou artisanale. L’État intervient pour en limiter les effets. Ainsi, deux périodes semblent se dégager. L’entre-deux-guerres et Vichy seraient favorables à l’entreprise artisanale et voudraient la sauvegarder. De ce point de vue, Vichy prolonge la Troisième République. La figure d’Auguste Detoeuf en donne un exemple. Il appartient au groupe du patronat modernisateur de l’entre-deux-guerres fortement influencé par l’exemple américain. Pour lui, ce sont les moyennes entreprises qui doivent disparaître en intégrant les grandes, pas les artisans2. Après 1945, l’État paraît renoncer au rôle de l’artisanat au profit de l’efficacité attribuée aux grandes organisations. Alors qu’Auguste Detoeuf conserve une place aux micro-entreprises, Georges Boris, conseiller de Pierre Mendès France et très présent après la Libération, professe au contraire qu’elles ont disparu3. Cette évolution conduit à s’interroger sur les rapports particuliers que l’État entretient avec l’artisanat au xxe siècle. Plus précisément, quelle place occupe l’entreprise artisanale dans la politique économique de l’État ?

3Si les grandes lignes paraissent suffisamment nettes pour faire émerger cette rupture dans le traitement des artisans que constitue la Libération ; le détail et les déterminants ne le sont pas. De nombreux points restent dans l’ombre quand ils ne vont pas jusqu’à la contradiction. Si la République de l’entre-deux-guerres est réputée favorable à la petite entreprise indépendante, il n’en demeure pas moins que l’interventionnisme issu de la première guerre mondiale retombe et que le libéralisme reprend ses droits. Dans ces conditions, on peut s’interroger sur les mesures destinées aux entreprises artisanales. Ont-elles un contenu réel ? Peuvent-elles en avoir un ? Sont-elles efficaces ou symboliques ? Cet État libéral se donne-t-il les moyens de contrecarrer le déclin pressenti de la très petite entreprise ? Vichy a bien un discours pro-artisanal mais en même temps ses pratiques favorisent les grandes entreprises notamment avec les CO qui leur confèrent le contrôle de leur secteur d’activité. L’après-guerre pose d’autres questions, car si l’État mise sur la grande entreprise, la France n’est pas un pays de grandes firmes. Celles-ci tardent à s’y imposer. Longtemps, le capitalisme français repose plus sur le groupe que sur la grande entreprise. Enfin, les grandes entreprises françaises le sont souvent moins que leurs homologues étrangères. La France est un pays de petites et de moyennes entreprises, plus proche des structures italiennes ou japonaises qu’américaines ou allemandes. On peut donc se demander si l’État n’a pas négligé les potentialités des petites entreprises, en particulier celles des artisans, dans les années 1950 et 1960.

L’artisan, l’opinion, l’économiste.

4Toute la lecture de l’artisanat au xxe siècle repose sur un postulat souvent énoncé, mais jamais vérifié : celui de son déclin continu. La Troisième République et Vichy interviendraient pour l’en sauver, l’État y renoncerait après la Libération. Or, la thèse du déclin de l’artisanat sur la durée du siècle n’est nullement démontrée.

  • 4 K. Marx, F. Engels, Manifeste du parti communiste, Livre de poche, Paris, rééd. 1973, p. 15-16.

5L’histoire de l’artisanat pose problème à partir du moment où l’économie s’industrialise. La révolution industrielle sécrète une nouvelle société dont l’artisanat tend à être éclipsé. Elle relègue progressivement les artisans dans le passé. C’est ainsi du moins que les envisagent les grandes théories économiques nées elles aussi de la révolution industrielle ; qu’elles soient marxistes ou libérales. Pour les unes comme pour les autres, l’artisanat est condamné à disparaître au cours du processus industriel, dépassé qu’il est par l’efficacité de la grande entreprise et de ses productions sériées. La rationalité économique exigerait donc son éviction. Karl Marx et Friedrich Engels peuvent ainsi écrire dans le Manifeste du parti communiste que « les anciennes petites classes moyennes, les petits industriels, commerçants et rentiers, les artisans et les paysans, toutes ces classes sombrent dans le prolétariat, soit que leur petit capital ne suffise pas à pratiquer la grande industrie et ne résiste pas à la concurrence des plus grands capitalistes, soit que leur habileté soit dévalorisée par de nouveaux procédés de production »4. La messe paraît dite. Les artisans seront à terme parmi les vaincus de l’histoire.

  • 5 P. Bourdieu, La distinction, Paris, Éd. de Minuit, 1979, p. 398.
  • 6 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé de la croissance française, Seuil, 1973, p. 108.
  • 7 H. Weber, Le parti des patrons. Le CNPF, Seuil, Paris, 1986.
  • 8 S. Bernstein La France de l’expansion. 1. La République gaullienne, Paris, Seuil, 1989, p. 94.

6Ce finalisme historique a la vie longue. Pierre Bourdieu classe les artisans dans la « petite bourgeoisie en déclin »5. Jean-Jacques Carré, Paul Dubois et Edmond Malinvaud titrent sur « la disparition de l’artisanat »6. Henri Weber voit dans l’artisanat associé aux PME l’aile rétrograde du patronat7. L’idée que les artisans auraient continuellement régressé au xxe siècle est très répandue. Serge Berstein fait de l’artisanat l’un des vaincus de la croissance économique8. Cette lecture est particulièrement présente chez les épigones de Marx.

  • 9 N. Poulantzas, Les classes sociales dans le capitalisme d’aujourd’hui, p. 339. C. Baudelot, R. Est (...)

7C. Baudelot, R. Establet et J. Malemort ou Nicos Poulantzas situent l’artisanat dans les catégories sociales en déclin, à la faveur d’une lecture plus idéologique que réellement scientifique. Ils s’efforcent bien souvent de conformer la réalité à leur théorie. Nicos Poulantzas parle ainsi « d’amoindrissement de cette petite bourgeoisie » depuis l’entre-deux-guerres en extrapolant les chiffres de 1954 et 1968, les seuls dont il dispose9. Ce bref panorama montre qu’il existe une solide et ancienne tradition pour condamner les possibilités historiques de l’artisanat.

  • 10 J. Giono Regain, Grasset, Paris, 1930.
  • 11 R. Barjavel La charrette bleue, Folio, rééd. 1982.

8L’économie classique n’est pas la seule à vouer l’artisanat au statut de souvenir. Les représentations collectives en font elles aussi leur deuil. Elles ne sont pas univoques : certaines expriment de la sympathie, d’autres traduisent une répulsion. L’artisanat séduit quand il renvoie à l’idée d’un travail patiemment et précisément exécuté. L’artisan est alors respecté parce qu’il détient un savoir-faire particulier, synonyme de qualité. Cette sympathie se nourrit de la nostalgie qu’éprouve une société industrielle productiviste envers un passé idyllique où l’on avait du temps. Celle-ci est une source d’inspiration en littérature ou au cinéma. Nombre de créations ont pour toile de fond un passé relativement récent dans lequel la figure de l’artisan fonctionne comme un repère. Chez Jean Giono, par exemple, c’est la forge du père Goubert de Regain-10. Chez René Barjavel, c’est le charron du village et plus encore la boulangerie des parents de La charrette bleue11. Presque chaque été, la télévision diffuse des téléfilms qui relatent la vie de sociétés villageoises où la présence d’artisans situe l’action dans le temps au même titre que celle des paysans. Ce temps est souvent un passé proche, suffisamment en tout cas pour avoir été vécu par une partie des spectateurs qui se retrouvent dans cette évocation d’un temps qui sent bon l’enfance. Le public garde cette image déformée de sociétés passées où les artisans étaient plus présents qu’aujourd’hui. On entend souvent qu’un village ou un quartier qui comptait autrefois plusieurs artisans n’en retient plus aujourd’hui qu’une poignée. Dans cette perspective, l’artisanat émeut par la nostalgie qu’il provoque.

  • 12 R. Barthes Mythologie, Le Seuil, Paris, 1957. Le dessin de Vicky est reproduit dans de nombreux ma (...)
  • 13 Albédo, Les pourritures célestes, Éditions Baleine, 1998.

9Mais le milieu artisanal peut aussi faire l’effet d’un repoussoir quand il rappelle les excès antidémocratiques du poujadisme. L’UDCA (Union de Défense des Commerçants et des Artisans) de Pierre Poujade représente une menace pour la légalité républicaine, bafouée par les méthodes violentes de l’activisme qu’il préconise. Son positionnement politique représente aussi une menace : son dirigeant choisit l’extrême-droite, incitant les observateurs à le décrire comme un leader fasciste. Le caricaturiste Vicky dénonce les harangues démagogiques de « Poujadolf » tout comme Roland Barthes dans Mythologies12. Le mouvement poujadiste apparaît alors comme la révolte désespérée d’une classe sociale rétrograde. C’est l’expression colérique de vaincus de l’histoire. Le qualificatif de poujadiste dans le vocabulaire contemporain est fortement péjoratif. Cette vision dévalorisante pour l’artisanat aurait pu rester cantonnée à une période précise si cet activisme inquiétant n’avait été réactivé par de nouveaux mouvements. À la charnière des années 1960 et 1970, le CID-UNATI (Comité d’Information et de Défense-Union Nationale des Travailleurs Indépendants) de Gérard Nicoud, tout en prenant ses distances avec Poujade, lui reprend ses méthodes. En 1969, dans une épopée rocambolesque, Gérard Nicoud et quelques autres attaquent les locaux d’une perception dans l’Isère avant de retenir prisonniers deux officiers de gendarmerie. En 1970, le mouvement parvient à réunir près de 40 000 individus pour un meeting au Parc des Princes. Enfin, dans les années 1990, Christian Pousset et son CDCA (Comité de Défense des Commerçants et des Artisans) perpétuent la tradition poujadiste. Il s’oppose aux charges sociales avec violence par le saccage de bureaux ou la séquestration d’agents. En 1997, il est arrêté chez lui pour la détention d’un petit arsenal après avoir ouvertement menacé un juge, ce qui lui vaut un an de prison. Il finit assassiné dans les locaux de son entreprise par deux hommes encagoulés le 29 janvier 2001. De nouveau, la littérature diffuse cette image d’un milieu violent et peu respectueux des valeurs démocratiques. Dans le roman policier Les pourritures célestes, par exemple, le Poulpe, héros libertaire et antifasciste, combat les agissements liberticides d’une ADCA, paronyme éloquent des organisations précédemment citées13.

10L’artisanat a ainsi une image complexe. D’une part, cette image est positive quand elle est associée à un savoir faire traditionnel plutôt respecté mais elle a une connotation fortement folklorique qui donne à l’artisanat un visage désuet, surévalue des métiers rares et occulte quelque peu la réalité artisanale. D’autre part, l’artisanat a une image négative quand il est avant tout perçu comme un secteur économique sur le déclin et fondamentalement dépassé. Pour différentes qu’elles soient ces deux visions de l’artisanat ne sont pas contradictoires. Elles sont cohérentes avec elles-mêmes. Toutes deux associent l’artisanat au passé, tantôt pour le regretter, tantôt pour le réprouver. La sympathie est aussi de la compassion. Aucune de ces deux images n’est réellement satisfaisante, ni suffisante. Surtout, elles ne paraissent pas pouvoir rendre compte d’une réalité plus complexe. Elles se heurtent aux faits. Pour partir d’un constat simple, il suffit de se promener dans la rue pour observer que l’artisanat n’est pas qu’un vestige de l’histoire. De toute évidence, il survit à ses détracteurs et résiste. À la fin du xxe siècle, l’entreprise artisanale demeure une réalité. Elle apparaît alors comme une éternelle condamnée et éternelle survivante. Si bien que la véritable question historique n’est pas celle de sa disparition mais celle de sa survie et on se demandera alors si l’État y joue un rôle. Quel est l’impact des politiques économiques sur l’évolution des entreprises artisanales en France ?

L’artisan et l’historien.

  • 14 S. Hoffman, Le Mouvement Poujade, Cahier de la FNSP, 81, 1956.
  • 15 Cf. C. Perrin « Les entreprises artisanales et la politique économique de l’État », thèse, Tours, (...)
  • 16 Colloque, Petite entreprise et croissance industrielle (xixe-xxe), Commission internationale d’his (...)
  • 17 M. Piore et C. Sabel Les chemins de la prospérité. De la production de masse à la spécialisation s (...)
  • 18 B. Zarca donne une bibliographie nourrie des travaux de sociologie consacrés à l’artisanat, dans L (...)

11Depuis la parution du Mouvement Poujade de Stanley Hoffman, l’intérêt des chercheurs pour les artisans et l’artisanat a grandement varié14. Plusieurs années n’ont vu la parution d’aucun livre, ni d’aucun article sur le sujet15. L’historiographie ne prend réellement son essor qu’au milieu des années 1970 au moment où les manifestations du mouvement de Gérard Nicoud mettent la micro-entreprise sous le feu des projecteurs médiatiques. En 1979 et 1980, Le mouvement social publie deux numéros spéciaux sur la petite bourgeoisie. En 1975, la commission internationale d’histoire des mouvements sociaux et des structures sociales choisit la petite entreprise comme thème d’étude16. Outre son actualité, le sujet profite alors de l’ouverture de l’histoire à de nouveaux champs. Jusque-là, l’analyse de la société s’en était tenue à l’histoire du prolétariat, de la bourgeoisie et de la paysannerie à l’image, par exemple, des volumes de l’Histoire économique et sociale de la France dirigés par Ernest Labrousse et Fernand Braudel. Dans cette approche, les classes moyennes trouvaient difficilement leur place. Le renouvellement des problématiques permet de les intégrer. Autre élément favorable à l’apparition d’études dans les années 1970 : la crise économique remet en doute l’efficacité des grandes entreprises concentrées et reconsidère la place des petites. M. Piore et C. Sabel envisagent ainsi la production artisanale (définie comme une production souple en petite série par opposition aux grandes séries industrielles) comme une solution à la crise du système fordiste17. L’historiographie reste assez fournie pendant une quinzaine d’années mais elle s’est un peu tarie depuis la fin des années 1980. Dans cette production, les historiens sont en retrait face aux spécialistes des autres sciences sociales. Les sociologues (J. Maho, E. Morin, F. Gresle, B. Zarca, C. Baudelot…)18, les géographes (M. Coquery, J. Robert, P. Pinchemel, P. Bachelard, R. Lebeau…), les politistes (S. Hoffman, N. Mayer…), les ethnologues (F. Zonabend…) et les psychologues (C. Lévy-Leboyer…) ont davantage exploré le sujet. Leurs travaux servent d’appuis à la recherche historique. En particulier, les thèses des sociologues François Gresle et Bernard Zarca comportent un volet historique dont l’apport est essentiel.

  • 19 Y. Garlan, Les esclaves en Grèce ancienne, La Découverte, Paris, 1984.
  • 20 C. Bodolec, « Les artisans de la construction sous les Ming et les Qing, le bureau de la construct (...)
  • 21 M. Weber, Essai sur la théorie de la science, Paris, Agora. B. Zarca se livre à une analyse précis (...)

12L’étude de l’artisanat est confrontée à des problèmes d’ordre conceptuel. Le sens des termes artisans et artisanat est variable, dans le temps comme dans l’espace. L’artisan contemporain est un petit producteur indépendant de biens ou de services. Mais cette notion d’indépendance, appliquée à l’artisanat, est propre au xxe siècle. L’artisan antique ou médiéval n’est pas forcément un travailleur indépendant19. Ce n’est qu’à la fin du xixe siècle que l’ouvrier professionnel et l’artisan deviennent deux catégories distinctes ; l’un étant un travailleur salarié, l’autre un travailleur indépendant. Ce critère ne se retrouve pas forcément non plus dans d’autres civilisations. Les artisans chinois étudiés par Caroline Bodolec, par exemple, travaillent pour l’État20. Pour Max Weber, l’artisan n’est pas forcément indépendant : « par travail artisanal, nous entendons tout travail qualifié accompli dans quelque mesure que ce se soit d’une façon spécialisée en raison de la différenciation des tâches ou d’une spécialisation technique par des travailleurs indépendants ou non »21.

  • 22 H.G. Haupt, « Petite et grande bourgeoisie en Allemagne et en France à la fin du xixe siècle », da (...)
  • 23 F. Gresle, « Les petits patrons : naissance ou renaissance d’une classe sociale », Bulletin de la (...)
  • 24 B. Zarca, La spécificité de l’artisanat au sein des classes moyennes traditionnelles, Revue frança (...)

13Pour l’époque contemporaine, les artisans sont approchés à partir de catégories différentes, en particulier celle de petite bourgeoisie et de classes moyennes. La première est héritée de la pensée marxiste qui a longtemps imprégné les sciences sociales. Pour H. G. Haupt, elle se définit par « la coexistence du travail personnel de l’entrepreneur ou du commerçant et la détention d’un capital »22. Il souligne qu’à l’inverse, la notion de classes moyennes (qu’il rejette) est connotée par le refus d’une société envisagée à travers des classes antagonistes. La classe moyenne serait le « juste milieu » d’une société. Le concept de petite bourgeoisie pose problème en ce qu’il présuppose l’appartenance des artisans à la bourgeoisie. Or, les recherches sociologiques montrent la proximité entre les artisans et les classes populaires. En outre, il oriente trop souvent les recherches vers des études politiques par l’antagonisme social qu’il suppose. Le concept de classe moyenne n’est pas davantage neutre. Il puise à l’idéal libéral d’une société fluide et non conflictuelle. C’est ainsi qu’il est diffusé en Belgique par le centre catholique à la fin du xixe siècle. Il est plus large que celui de petite bourgeoisie car il ne comprend pas que des indépendants et oblige à distinguer les classes moyennes indépendantes des classes moyennes salariées. Ces deux notions sont inadaptées à la présente étude qui s’intéresse plus précisément aux entreprises artisanales, c’est-à-dire à la dimension économique du sujet ; il ne s’agit pas de faire l’histoire des représentations ou des comportements sociopolitiques des artisans. Surtout, elles ne font pas la distinction qui s’impose entre artisans et commerçants. De nombreuses études parlent globalement du groupe des artisans-comerçants. Dans les statistiques, ces catégories sont souvent ainsi amalgamées. Enfin, des organisations professionnelles comme l’UDCA ou le CID-UNATI rassemblent aussi bien des artisans que des commerçants. François Gresle prend le parti de défendre la nécessité de cette approche globale. Il considère qu’ils forment une seule et même classe sociale23. Ce point de vue peut se concevoir pour une étude sociologique ou politique. Il ne paraît pas opérant au niveau économique. En effet, en termes économiques, le commerçant et l’artisan se livrent à des actes différents. L’un est un vendeur, l’autre un producteur. Ils n’agissent pas au même niveau. L’artisan se situe en amont du commerçant. La gestion de leurs entreprises ne répond pas aux mêmes soucis et impératifs. Leurs intérêts économiques peuvent même être opposés. Le commerçant a intérêt à acheter la production de l’artisan au plus bas prix possible pour améliorer ses marges bénéficiaires. Il importe donc de les distinguer. À l’inverse de François Gresle, Bernard Zarca insiste sur l’autonomie de l’artisanat au sein des classes moyennes. Pour lui, l’identité artisanale ne peut s’y réduire24.

  • 25 J. Fourastié, Les Trente Glorieuses, Pluriel, Paris, 1979, p. 94. S. Berstein, La France de l’expa (...)

14Ces divergences éclairent les différences de données. Toutes les estimations disponibles sur le nombre d’artisans ne coïncident pas entre elles. Par exemple, Jean Fourastié dans les Trente Glorieuses ou Serge Berstein dans la Nouvelle histoire de la France contemporaine annoncent 534 000 artisans en 197525. Ce chiffre est bien inférieur à la réalité, ce qui tient à la source utilisée. Il s’agit du chiffre de l’INSEE dans le classement de la population active par catégories socioprofessionnelles. Or, dans ce classement, l’INSEE comptabilise certains artisans parmi les commerçants (les boulangers, bouchers, coiffeurs…) en privilégiant l’activité commerciale. La population artisanale s’en trouve minorée. L’INSEE elle-même utilise d’autres données, à partir de son fichier des établissements, pour compter les entreprises artisanales et aboutit à des valeurs plus élevées.

  • 26 F. Gresle, « Les petits patrons et la tentation activiste », dans G. Lavau, G. Grunberg, N. Mayer (...)
  • 27 S. Berstein, Histoire du parti radical, Paris, PFNSP, 1980. S. Berstein, « Les classes moyennes co (...)
  • 28 G. Crossick, H.G. Haupt The Petite Bourgeoisie in Europe 1780-1914, Routledge, Londres, 1995, 296 (...)

15L’approche par la petite bourgeoisie ou les classes moyennes a donc conduit à privilégier les études sociales ou politiques au détriment de l’aspect proprement économique. En outre, l’historiographie s’est concentrée sur le xixe siècle (pour ne parler que de la période contemporaine). En dehors de ses dernières décennies, le xxe siècle est moins connu. Les études politiques ont permis de saisir le glissement des artisans de la gauche vers la droite tout en montrant que les origines ouvrières du groupe le font voter plus à gauche que les commerçants. La dimension politique est également à l’honneur lorsqu’il s’agit d’étudier les « tentations activistes »26, notamment celle du nicoudisme et du poujadisme. Inversement, plusieurs travaux ont cherché à déterminer la position des formations politiques face à la petite bourgeoisie. Les liens qui unissent aux classes moyennes indépendantes les radicaux en France ou les partis catholiques en Belgique sont désormais bien connus27. En histoire sociale, les travaux ont montré l’insertion des artisans dans la ville et leur rôle dans la sociabilité urbaine. Enfin, l’historiographie a développé les comparaisons internationales, notamment sous l’impulsion de H. G. Haupt et G. Crossick28. La majorité de ces études, notamment d’histoire sociale, ont pour cadre le xixe siècle (étendu jusqu’en 1914). Sur le xxe siècle, Bernard Zarca et Steven Zdatny ont montré l’autonomisation de l’artisanat depuis l’entre-deux-guerres en s’intéressant aux représentations syndicales du groupe et à leurs rapports avec l’État.

  • 29 M. Lescure, PME et croissance économique. L’expérience française des années 1920, Economica, Paris (...)

16L’histoire économique des artisans au xxe siècle reste donc encore largement à explorer. Il faut pouvoir déterminer précisément l’évolution du nombre d’entreprises artisanales pour dépasser les raisonnements théoriques déterministes. À l’intérieur de cette évolution globale, il faut aussi être capable de distinguer la part de chaque secteur. L’idée d’un déclin de l’artisanat ne tiendrait-elle pas à une identification abusive à quelques métiers anciens, réellement en déclin mais mineurs ? N’a-t-on pas surévalué en particulier la part des métiers d’art et de l’artisanat rural ? Quelles sont les activités de l’artisanat ? Comment a évolué sa structure ? Comment a-t-il absorbé l’apparition de nouveaux métiers et avec quels effets ? Les comportements économiques des artisans sont également mal connus. Comme tout entrepreneur, ils sont confrontés à des choix de gestion et à des prises de décision. Quelle est leur position par rapport à l’investissement ? Comment financent-ils leurs entreprises ? L’histoire économique française a longtemps été envisagée sous l’angle du retard économique imputé notamment à l’archaïsme de ces structures où dominent les petites et moyennes entreprises. Michel Lescure a montré que les PME françaises dans les années 1920 ne sont pas spécialement archaïques29. Le jugement peut-il être étendu aux entreprises artisanales ?

L’artisan et les archives.

17Les artisans ne se laissent pas facilement saisir. Les archives sur le xxe siècle ne sont pas forcément plus abondantes que celles des périodes plus anciennes. La difficulté se précise lorsqu’on veut étudier plus exactement les entreprises artisanales. Les archives de ces structures sont assez rares et surtout insuffisantes pour que l’on puisse s’en satisfaire. La principale raison est que la plupart de ces entreprises n’ont pas produit ou pas laissé d’archives. Il y a bien quelques artisans qui ont déposé leurs papiers aux Archives départementales mais ils sont très peu nombreux. Ces documents constitueraient un corpus insuffisant pour une recherche doctorale. En outre, ils sont inégalement exploitables. Enfin, tous ne sont pas immédiatement accessibles ; les familles dépositaires ayant posé des conditions à leur consultation. Il est donc difficilement envisageable de construire une étude approfondie à partir des entreprises artisanales elles-mêmes. En revanche, l’État est un gros producteur d’archives et celles-ci, à la différence des précédentes, sont généralement bien conservées. C’est à partir de ces documents que l’on peut tenter de savoir si les politiques économiques de l’État favorisent ou non les entreprises artisanales.

  • 30 Max Weber développe cette définition dans Le savant et le politique, Agora, Paris, et dans Économi (...)
  • 31 Rosanvallon, L’État en France, Seuil, Paris, 1990, p. 278.
  • 32 P. Rosanvallon, L’État en France, op. cit., p. 15-16.

18Que faut-il entendre par État ? La seule définition véritablement admise par tous les politistes est celle de Max Weber qui voit dans l’État une entreprise de domination dont la direction administrative revendique avec succès le monopole de la contrainte physique légitime sur un territoire donné30. Elle est malheureusement peu opérationnelle ici. Dans l’État en France, Pierre Rosanvallon pose les cadres d’une histoire de l’État mais sans en donner non plus de définition a priori. Il appréhende l’État comme « forme politique du rapport social »31. Il pose l’existence de quatre types de rapport entre l’État et la société : rapport de constitution, d’institution, de protection et de régulation32. L’État est constitué par la société (dans une démocratie). Il y institue du lien social. En étendant ses compétences au social et au politique, il se fait protecteur ; c’est l’État-Providence. Enfin, depuis la « révolution keynésienne », il agit pour réguler l’économie. Ses deux dernières figures peuvent permettre de recadrer les relations que l’État entretient avec le monde artisanal. On n’aura pas la prétention de donner ici une meilleure définition. L’entreprise dépasserait les objectifs du présent travail. Par État, on entendra d’abord le gouvernement et les administrations centrales qui l’épaulent. Les ministères de l’Industrie et des Finances sont plus particulièrement concernés.

19Les archives du ministère de l’Industrie comprennent notamment le fonds volumineux (96 cotes) du service de l’artisanat durant la seconde guerre mondiale ; ce service ayant été créé par Vichy. Dans ce fonds, plusieurs cotes remontent jusqu’aux années 1920 et offrent un aperçu des problèmes de l’entre-deux-guerres. Le service perdant de son prestige après la guerre, ses archives deviennent plus rares et une grande partie a été perdue au fil des remaniements administratifs. Le ministère des Finances détient également de nombreuses archives relatives à l’artisanat car c’est à lui qu’incombe notamment la gestion de la fiscalité et du crédit artisanal, deux des clefs de toute politique artisanale. La plupart sont regroupées dans un fonds « artisanat » qui couvre la période 1942-1972, mais plusieurs documents débordent ces marges, notamment en amont. Dans la même sphère, le Commissariat général au Plan est important. Il a tardé à intégrer l’artisanat mais à partir du IIIe plan, il existe une commission de l’artisanat. Les papiers de cette commission sont une source d’information essentielle. L’achèvement du Ve plan en 1970 est l’un des éléments qui justifie l’arrêt de l’étude à cette date. Ces documents peuvent être complétés par les archives personnelles de certains dirigeants, par exemple les papiers Mayer.

  • 33 P. Rosanvallon, L’État en France, op. cit., p. 15.

20L’État n’a pas qu’une dimension administrative. Pour suivre le conseil de Pierre Rosanvallon, son histoire doit être celle de ses rapports avec la société ; notamment lorsque cet État est un « Léviathan démocratique », c’est-à-dire lorsqu’il est constitué pour représenter la société33. Au-delà de la sphère administrative, l’État est une expression politique. De ce fait, le parlement est un acteur qu’il ne faut pas négliger. La lecture des débats, retranscrits au Journal officiel, permet de mieux saisir les positions des uns et des autres dans les questions concernant l’artisanat. Le Journal officiel est particulièrement important pour comprendre les débats ayant trait à la fiscalité, par exemple, dans les années 1950 et 1960. C’est également là que peuvent être consultés, les textes des lois, décrets, arrêtés et circulaires concernant les entreprises artisanales.

  • 34 Sur la création de ce registre, voir C. Zalc « Le registre du commerce et les étrangers dans l’ent (...)
  • 35 Ici, ont été consultés directement les registres de Tours et de Bordeaux ; la première correspond (...)
  • 36 L’ancêtre de l’actuel BODAC des juristes. Les données tourangelles et girondines ont ainsi pu être (...)

21Le registre des métiers, devenu répertoire des métiers en 1962, est un bon outil pour connaître les effets des politiques économiques sur les artisans. Après la première guerre mondiale, l’État oblige toutes les entreprises à se déclarer à un registre du commerce34. Les artisans y figurent également et indistinctement. L’autonomisation de l’artisanat entre les deux guerres mondiales conduit à la mise en place d’un registre des métiers où sont inscrits spécifiquement et exclusivement les artisans et leurs entreprises. La décision est inscrite dans la loi en 1934 ; le registre est ouvert en 1936. Il faut environ deux ans pour inscrire tous les artisans en activité et pour que le registre trouve son rythme de croisière. Il ne devient donc pleinement exploitable qu’à compter de 1938. Le registre, croisé avec d’autres documents, montre une rupture vers 1970. La recherche s’inscrit dans un cycle de la démographie artisanale qui débute à la fin des années 1930 pour s’achever à la fin des années 1960. Le registre permet de connaître le nombre global d’artisans, celui des inscriptions et des radiations aussi bien que le solde de ces deux mouvements. Il offre ainsi la possibilité de prendre le pouls de ce corps réputé malade et de voir les effets des politiques économiques sur lui. Mais ces données sont les seules agrégées au niveau national, pour en tirer plus de renseignements, il faut prendre les registres au niveau des arrondissements où ils étaient tenus35. Enfin, ces renseignements ont fait l’objet d’une publication partielle, entre 1949 et la réforme du registre en 1962, dans une annexe du Journal officiel : le bulletin officiel du registre du commerce et du registre des métiers36. En outre, pour la période 1939-1949, l’historien peut se servir des dossiers des demandes d’ouverture d’établissement. Il s’agit là encore d’une procédure imposée par l’État aux entrepreneurs dont les dossiers sont gérés par les préfectures.

  • 37 Voir les travaux de S. Zdatny et de B. Zarca. La thèse de B. Angleraud sur les boulangeries lyonna (...)
  • 38 En revanche, en dépit de démarches répétées, les archives des Banques populaires sont restées inac (...)

22L’information peut-être complétée par des documents extérieurs à l’État. L’Assemblée permanente des chambres des métiers (APCM) publie un bulletin dont les numéros sont conservés à la Bibliothèque nationale. Ils n’ont pas été utilisés pour eux-mêmes. Le but n’est pas de faire une histoire de cette presse professionnelle ou de la représentation de l’artisanat ; d’autres l’ont déjà fait37. Ils servent pour les informations qu’ils ont publiées sur les entreprises artisanales et sur la politique de l’État à leur endroit. Pour prolonger les informations des sources principales, les archives bancaires sont elles aussi intéressantes. Le crédit est, en effet, une question importante. Les archives du Crédit Lyonnais sont particulièrement riches car c’est l’un des premiers grands établissements nationaux à s’engager sur ce marché. Les rapports du Conseil national du crédit ont également été consultés38.

  • 39 Sur les sources orales en histoire économique, voir L. Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor, (...)
  • 40 À titre personnel, j’ajouterai que n’étant pas né à la date où se termine cette étude, cette histo (...)

23Les sources orales ont également été sollicitées mais peu et plutôt in fine, après la consultation des archives écrites39. Il serait néanmoins dommage de ne pas profiter des témoignages d’acteurs encore vivants. Mais, si la source orale a été peu utilisée, c’est parce que les témoins survivants, occupant des postes de responsabilités ou artisans dans la période étudiée, sont peu nombreux ; en dépit de l’impression qu’il pourrait s’agir d’une histoire du temps présent40. Les témoignages récoltés se cantonnent de ce fait aux années 1960 et plutôt à la fin de cette décennie. Tout le problème de la source orale est de savoir ce qu’on en fait. Elle est utile pour tester des hypothèses en les croisant avec les sources traditionnelles. Elle peut mettre à jour des éléments seulement sous-entendus dans la documentation écrite, notamment quand il s’agit de notes administratives qui utilisent une langue volontairement retenue et policée. À l’oral et avec le recul, les témoins se laissent aller à plus de franchise ou de clarté. D’un point de vue administratif, les entretiens sont utiles pour reconstituer l’organisation d’un service et son importance. Ils montrent aussi que l’on n’aborde pas l’artisanat de la même manière selon sa place dans l’appareil d’État, selon que l’on est un fonctionnaire des Finances ou de l’Industrie. Ils permettent en outre d’avoir des renseignements sur des points ponctuels. Par exemple, pour savoir ce qu’est devenu tel ou tel acteur après que sa carrière l’a éloigné de l’artisanat. C’est le cas, entre autres, de ceux qui disparaissent des archives après la Libération. En plus des entretiens consignés, des discussions informelles avec des artisans ou d’anciens apprentis ont permis d’ouvrir des interrogations et de guider la recherche. Ils ont également mis en relief les relations complexes que les artisans entretiennent avec leurs représentants officiels. Les sources orales ne sauraient se suffire à elles-mêmes mais elles sont un complément utile.

24Au sein du cadre chronologique ici défini à partir de l’évolution de l’artisanat et des sources disponibles, trois grands temps peuvent être distingués dans la politique économique de l’État. Le premier est celui de la mise en place des structures. On analysera ainsi les héritages de l’entre-deux-guerres à un moment où l’artisanat commence son essor. Vichy prend place dans cette période avec deux moments spécifiques. Dans un premier temps, le régime tente d’imposer une politique directement inspirée des principes de la Révolution nationale. Dans un second temps, cette politique ayant largement échoué, il s’efforce de faire face aux contraintes du moment, notamment les pénuries. Après la guerre, s’ouvre une période difficile pour les artisans. Alors que la crise surgit, l’État les délaisse. Il manifeste d’abord un volontarisme hésitant. Ensuite, l’abandon devient manifeste. L’artisanat est sacrifié à d’autres priorités. Cette ligne dure finit par s’infléchir vers le milieu des années 1950, ce qui prélude à une troisième période durant laquelle la politique économique de l’État réintègre progressivement la dimension artisanale. Elle le fait notamment, mais non uniquement, avec la commission de l’artisanat du Plan. Elle dessine les grands domaines d’action dans lesquels l’État s’investit avec des succès inégaux.

Notes

1 Cf. R.F. Kuisel Le capitalisme et l’État en France, Gallimard, Paris, 1981, 476 p. R. Delorme, C. André, L’État et l’économie. Un essai d’explication de l’évolution des dépenses publiques en France, 1870-1980, Seuil, Paris, 1983, 757 p.

2 M. Lescure, PME et croissance économique. L’expérience française des années 1920, Economica, Paris, 1996, p. 244.

3 O. Dard, « Henri Queuille face aux questions économiques et budgétaires » dans La direction du budget face aux grandes mutations des années cinquante, acteur ou témoin ?, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1998, p. 15.

4 K. Marx, F. Engels, Manifeste du parti communiste, Livre de poche, Paris, rééd. 1973, p. 15-16.

5 P. Bourdieu, La distinction, Paris, Éd. de Minuit, 1979, p. 398.

6 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé de la croissance française, Seuil, 1973, p. 108.

7 H. Weber, Le parti des patrons. Le CNPF, Seuil, Paris, 1986.

8 S. Bernstein La France de l’expansion. 1. La République gaullienne, Paris, Seuil, 1989, p. 94.

9 N. Poulantzas, Les classes sociales dans le capitalisme d’aujourd’hui, p. 339. C. Baudelot, R. Establet et J. Malemort, La petite bourgeoisie en France, Maspero, Paris, 1974.

10 J. Giono Regain, Grasset, Paris, 1930.

11 R. Barjavel La charrette bleue, Folio, rééd. 1982.

12 R. Barthes Mythologie, Le Seuil, Paris, 1957. Le dessin de Vicky est reproduit dans de nombreux manuels du secondaire, par exemple : terminales Nathan, 1989, p. 309.

13 Albédo, Les pourritures célestes, Éditions Baleine, 1998.

14 S. Hoffman, Le Mouvement Poujade, Cahier de la FNSP, 81, 1956.

15 Cf. C. Perrin « Les entreprises artisanales et la politique économique de l’État », thèse, Tours, 2001, annexes.

16 Colloque, Petite entreprise et croissance industrielle (xixe-xxe), Commission internationale d’histoire des mouvements sociaux et des structures sociales, Paris, Édition du CNRS, 1981.

17 M. Piore et C. Sabel Les chemins de la prospérité. De la production de masse à la spécialisation souple, Paris, Hachette, 1989, 441 p.

18 B. Zarca donne une bibliographie nourrie des travaux de sociologie consacrés à l’artisanat, dans L’artisanat français, du métier traditionnel au groupe social, Paris, Economica, 1986, 290 p.

19 Y. Garlan, Les esclaves en Grèce ancienne, La Découverte, Paris, 1984.

20 C. Bodolec, « Les artisans de la construction sous les Ming et les Qing, le bureau de la construction et le secteur privé dans la construction d’État, Chine (1368-1911) », dans Artisans, Industries. Nouvelles révolutions du Moyen Âge à nos jours, Paris, 2004.

21 M. Weber, Essai sur la théorie de la science, Paris, Agora. B. Zarca se livre à une analyse précise d’un « idealtype » de l’artisanat suivant la méthode weberienne dans L’artisanat…, op. cit., p. 7-8.

22 H.G. Haupt, « Petite et grande bourgeoisie en Allemagne et en France à la fin du xixe siècle », dans J. Kocka (dir.) Les bourgeoisies européennes au xixe siècle, Belin, Paris, 1996. H. G. Haupt, « The petite bourgeoisie in France, in search of the just milieu », dans G. Crossick et H. G. Haupt (dir.) Shopkeepers and masters artisans in Ninetenth century Europe, Methuen, Londres/New York, 1984, 283 p.

23 F. Gresle, « Les petits patrons : naissance ou renaissance d’une classe sociale », Bulletin de la société française de sociologie, II, 1975, p. 14.

24 B. Zarca, La spécificité de l’artisanat au sein des classes moyennes traditionnelles, Revue française de science politique, 31, 1982, p. 210.

25 J. Fourastié, Les Trente Glorieuses, Pluriel, Paris, 1979, p. 94. S. Berstein, La France de l’expansion. 1. La République gaullienne, Paris, Seuil, 1989, p. 194.

26 F. Gresle, « Les petits patrons et la tentation activiste », dans G. Lavau, G. Grunberg, N. Mayer (dir.), L’univers politique des classes moyennes, PFNSP, Paris, 1983, 389 p.

27 S. Berstein, Histoire du parti radical, Paris, PFNSP, 1980. S. Berstein, « Les classes moyennes contre la gauche », L’Histoire, 71, 1984, p. 6-20. « Petite entreprise et politique », Le mouvement social, 114, 1981.

28 G. Crossick, H.G. Haupt The Petite Bourgeoisie in Europe 1780-1914, Routledge, Londres, 1995, 296 p. G. Crossick, H.G. Haupt (dir.), Shopkeepers and masters artisans in Ninetenth century Europe, Methuen, Londres/New York, 1984, 283 p.

29 M. Lescure, PME et croissance économique. L’expérience française des années 1920, Economica, Paris, 1996, 350 p.

30 Max Weber développe cette définition dans Le savant et le politique, Agora, Paris, et dans Économie et société, Agora, Paris.

31 Rosanvallon, L’État en France, Seuil, Paris, 1990, p. 278.

32 P. Rosanvallon, L’État en France, op. cit., p. 15-16.

33 P. Rosanvallon, L’État en France, op. cit., p. 15.

34 Sur la création de ce registre, voir C. Zalc « Le registre du commerce et les étrangers dans l’entre-deux-guerres. Histoire d’une source », Genèse, 31, 1998, p. 99-118.

35 Ici, ont été consultés directement les registres de Tours et de Bordeaux ; la première correspond à un département dont le nombre d’artisans est proche de la moyenne nationale, la seconde fait partie des foyers artisanaux du pays.

36 L’ancêtre de l’actuel BODAC des juristes. Les données tourangelles et girondines ont ainsi pu être croisées avec celles de deux départements pris, cette fois, dans l’Est de la France : le Territoire-de-Belfort qui a l’avantage de permettre des relevés exhaustifs de par sa petite taille, et le Rhône car la région lyonnaise abrite également de nombreux artisans.

37 Voir les travaux de S. Zdatny et de B. Zarca. La thèse de B. Angleraud sur les boulangeries lyonnaises au xixe siècle s’appuie sur la presse professionnelle.

38 En revanche, en dépit de démarches répétées, les archives des Banques populaires sont restées inaccessibles. Celles du Crédit agricole ont aussi été sollicitées mais elles ne contiennent rien de suffisamment exploitable sur l’artisanat.

39 Sur les sources orales en histoire économique, voir L. Quennouëlle-Corre, La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000, 693 p. A. Blanchet, A. Gotman, L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Paris, Nathan, 1992, 128 p.

40 À titre personnel, j’ajouterai que n’étant pas né à la date où se termine cette étude, cette histoire n’a jamais été un présent.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search