Version classiqueVersion mobile

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Préface

Michel Lescure

Texte intégral

1Si l’histoire de l’artisanat n’est plus une terre complètement inconnue, elle reste, dans sa dimension économique, l’objet de débats qui témoignent de l’ampleur de notre ignorance et de la force des présupposés théoriques et idéologiques.

2C’est dire si le livre de Cédric Perrin, issu d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue à l’Université de Tours, arrive à point nommé. Il constitue l’amorce de la troisième étape d’une historiographie qui, partie dans les années 1970 et 1980 de l’étude de la grande entreprise « Chandlerienne » des secteurs modernes de l’économie, a glissé ensuite vers celle des petites et moyennes entreprises (y compris celles des secteurs traditionnels), avant de découvrir aujourd’hui « les structures du quotidien » chères à Fernand Braudel.

3Ce livre n’est pas une étude frontale de l’histoire de l’artisanat ; le problème des sources interdit une histoire d’entreprises de type classique, c’est-à-dire fondée sur les archives de firmes. L’idée de Cédric Perrin a été de voir la place de l’artisanat dans la politique économique de l’État (à travers la politique économique générale et les trois axes du crédit, de la fiscalité et de l’assistance) et les conséquences de la politique économique sur l’artisanat (même quand cette politique économique ne visait pas explicitement l’artisanat).

4Sur le premier point, le livre dégage une chronologie très ferme et souvent très neuve des relations entre l’État et l’artisanat. Cette chronologie se décompose en deux grands mouvements.

5Le premier mouvement (1938-1953) est celui d’un désintérêt croissant de l’État pour l’artisanat, désintérêt qui contraste avec les initiatives de l’entre-deux-guerres (instauration d’un statut fiscal de l’artisanat et du crédit artisanal en 1923, création des chambres des métiers en 1925). On lira avec intérêt les pages écrites sur la période de Vichy, marquée par un double décalage : décalage entre l’image que Vichy se fait de l’artisanat (ruralité, production d’art) et la réalité du secteur, décalage dont découle l’échec des actions lancées dans cette direction. Décalage, aussi, entre le discours de Vichy en faveur de l’artisanat et la réalité quotidienne, marquée par la discrimination que subissent les artisans pour accéder à des ressources rares (main d’œuvre, crédit et surtout matières premières). De là les relations difficiles observées entre les chambres de métiers et les comités d’organisation, entre les institutions artisanales créées par Vichy et les comités d’organisation qui veulent tout contrôler (même si tous les comités d’organisation n’ont pas fermé la porte à une représentation de l’artisanat).

6Et au lendemain de la Libération, la perte de protection de l’État s’étend des pratiques au discours. Le point fort de cette rupture se situe entre 1948 et 1953 (la période du tripartisme étant plus hésitante) et elle s’étend à tous les domaines (fiscalité, crédit, exclusion du Plan, effacement du service de l’artisanat créé en 1940). L’un des intérêts majeurs du livre est de montrer que cette attitude de l’État s’explique moins par des raisons idéologiques ou théoriques (cette politique étant menée par des forces – modérés, radicaux – traditionnellement favorables à l’artisanat) que par des logiques financières, budgétaires et monétaires (réduire les déficits et l’inflation).

7Un autre apport fondamental du livre est de montrer que le changement d’attitude qui inaugure le deuxième mouvement (1953-1970), celui de la reprise d’intérêt de l’État en faveur de l’artisanat, doit moins aux mouvements de contestation (comme le mouvement poujadiste) qu’à l’arrivée au pouvoir d’hommes (E. Faure, P. Mendès France, P. Pflimlin) qui ont une « vision enrichie » de l’artisanat. Sur le fond, le changement s’explique aussi par l’accélération des transformations économiques qui accompagnent la création de la CEE ; l’exode rural et l’aménagement du territoire, par exemple, stimulent la réflexion sur le développement de l’artisanat. Le livre ne se contente pas de disséquer les différents volets de la politique nouvelle en faveur de l’artisanat, ni de tenter une pesée globale des aides publiques, qui souligne les limites de l’évolution. Il montre que l’État ne peut à lui seul organiser la mutation de l’artisanat : pour moderniser ce secteur d’activité, il a manqué notamment à l’État le relais d’élites modernisatrices au sein même de l’artisanat (du style de la JAC chez les agriculteurs).

8C’est cette même réflexion sur les limites de l’action de l’État qui guide les analyses concernant l’évolution de l’artisanat lui-même. Pour l’étude de cette évolution, Cédric Perrin doit s’en remettre aux effectifs, scrupuleusement reconstitués, du secteur ; mais percevant parfaitement les limites de cet indice, il a su le croiser avec des sources variées qui en éclairent la lecture. De 1938 à 1948, la prospérité apparente du secteur, visible dans la croissance des effectifs de l’artisanat, ne doit rien à l’État ; elle est due principalement aux pénuries, au cloisonnement et à la désorganisation des marchés ; la densité des effectifs artisanaux indique ici clairement un sureffectif plus ou moins parasitaire. Le repli du nombre des firmes artisanales qui suit (1949-fin des années 1950) traduit en premier lieu les difficultés réelles de l’artisanat, liées aux inadaptations économiques et sociales ; les entreprises qui se créent sont précaires et leurs équipements sont insuffisants. Seule la période de la fin des années 1950 et des années 1960, caractérisée par une stabilisation des effectifs, marque un réel dynamisme, notamment dans le domaine de l’investissement ; si la politique de l’État vis-à-vis de l’artisanat a pu jouer alors un rôle favorable, elle n’est pas seule à jouer.

9Au total, le livre conteste l’idée d’un déclin de l’artisanat et explique sa survie par son dynamisme interne plus que par l’aide (très relative au regard d’autres secteurs comme l’agriculture) qu’il a reçue de l’État.

10Espérons que ce livre inaugurera de nouvelles recherches sur les autres marges encore peu explorées de la croissance économique (boutique, coopératives…).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search