Version classiqueVersion mobile

Génération Y et gestion publique : quels enjeux ?

 | 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

Valeurs et enjeux managériaux

Postface. Cyberactivistes : les créatifs, les justiciers, les indignés

Monique Dagnaud

Texte intégral

1Au printemps 2011, l’irruption des indignés sur la scène politique européenne a surpris les observateurs. Tant par sa forme, campements sur des lieux symboliques, que par sa matrice intellectuelle, révolte morale contre le monde tel qu’il va, ce mouvement ne cesse d’intriguer. De fait, il incorpore plusieurs traits déjà bien présents dans les chantiers de la contestation sociale, chantiers pour lesquels le Net est à la fois un outil et une source d’inspiration intellectuelle.

2Ces mouvements adoptent des morphologies différentes selon qu’ils relaient des enjeux propres à la galaxie numérique, l’action des Anonymous et des partis pirates, ou qu’ils s’en éloignent, comme les flash mobs, à la connotation souvent plus culturelle que politique. Les indignés nouent des complicités avec ces deux mouvances, celle des justiciers du Net et celle des créatifs culturels, mais comportent des éléments singuliers, comme nous allons le voir. Nous ne traitons pas ici d’autres activités engagées qui usent abondamment de l’Internet pour faire circuler l’information et pour mobiliser, mais qui figurent depuis longtemps dans la typologie des luttes sociales des pays développés – mouvements écologiste, altermondialiste, étudiant, etc.

Un climat : la perception d’un déficit démocratique

3Au point de départ de ces formes protestataires, se croisent le sentiment de déficit démocratique, le pessimisme qui en découle, et les potentialités d’action et d’expression offertes par les outils numériques. La communication horizontale et la puissance du Net stimulent l’innovation en politique.

  • 1 Norris (P.), Democratic Deficit, Cambridge University Press, 2011.
  • 2 Rosanvallon (P.), La société des égaux, Le Seuil, 2011.
  • 3 Perrineau (P.), « Le pessimisme français : nature et racines », revue Le Débat, n° 166, septembre-o (...)

4Saisir les causes à l’origine de ce sentiment de déficit démocratique dans les sociétés qui, précisément, ont déjà connu une longue histoire de pratiques démocratiques, n’est pas chose aisée1. La politologue, Pippa Norris, qui s’est attelée à cette tâche, invoque l’effet cumulatif des attentes croissantes des citoyens, eux-mêmes plus éduqués et acquis à des valeurs d’émancipation, hyperinformés et parfois mal informés, d’une part, le flot des mauvaises nouvelles liées à la crise, de l’autre, et les contre-performances des États pour faire face à ce contexte, enfin. Formulée sous un angle plus critique, cette perte de confiance semble corrélée à l’explosion des inégalités depuis une vingtaine d’années, « cette crise de l’égalité » dénoncée par Pierre Rosanvallon, qui rompt le pacte social établi après la seconde guerre mondiale et creuse l’écart entre « la progression de la démocratie-régime et la régression de la démocratie-société »2. De fait, une grande partie des individus perçoit les sphères de la décision politique comme un théâtre d’ombres où s’opèrent des choix fort éloignés d’une considération de l’intérêt général, un monde d’impuissance face à la mondialisation et à l’emprise de la finance. Le modèle d’organisation de la vie publique est alors considéré comme usé et, en particulier, le bipartisme qui fonctionne dans la plupart des grandes démocraties est tenu pour un échec. Ainsi que le rappelle Pascal Perrineau3 dans un article sur le pessimisme français : « En décembre 2010, 56 % des Français interrogés déclarent n’avoir confiance ni dans la droite ni dans la gauche pour gouverner le pays dans les prochaines années ». Une défiance encore plus prononcée chez les jeunes générations qui ont le sentiment de faire les frais de cette évolution des sociétés développées.

La culture du rire et de la dérision

5Le Net fournit un outil d’expression et d’action à une génération assez désenchantée mais réactive. Dans le tumulte des échanges du cyberspace, qu’observe-t-on ? La navigation sur les blogs et les réseaux sociaux fait découvrir un horizon, celui d’un espace mental fondé sur le rire, les jeux de sens, la délectation de l’absurde. La culture lol (laughing out loud, rire aux éclats) apparaît comme un marqueur de l’époque, un produit des interactions de la jeunesse avec les médias et des fragments d’images récupérées et souvent détournées – films cultes, cartoons, mangas, jeux vidéo, séries, infotainment, émissions humoristiques. Ici, les jeunes brassent, expérimentent et reformulent des valeurs, des façons d’être, de vivre ensemble et de regarder le monde qui se dégagent comme une riposte à une société à l’avenir incertain.

  • 4 Voir son site : www.nimportequi.com.
  • 5 « Mobilisation éclair » est le rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y ef (...)

6Tout élément visuel ou sonore apte à alimenter l’hilarité ou la bonne humeur se recycle dans l’effervescence des réseaux. À commencer, bien entendu, par les extraits de programmes de télévision : bredouillages, lapsus, poses solennelles, emportements, moments de relâchement, propos contradictoires de responsables politiques, journalistes ou vedettes de cinéma. Dans ce registre, les séquences du Petit Journal de Canal + offrent un vivier, au même titre que les vidéos de spectacles comiques, les séries et les longs métrages. Un bout de film peut fournir une vidéo culte sur laquelle se jetteront les rieurs. Regardez les sketches de François l’embrouille ou les vidéos de Rémi Gaillard4(« c’est en faisant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui »), ces humoristes popularisés par le Net. Observez les séquences détournées des vidéos publicitaires (ex. : pub de la MAIF) ou les fragments insolites de match de foot (ex. : le gardien de but qui refuse d’arrêter un penalty pour protester contre l’arbitre). Regardez les Lolcats, phénomène de la Web culture qui consiste à photographier des chats dans les poses les plus inattendues et qui les fait ressembler à des humains confrontés aux difficultés de la vie quotidienne. Regardez les flash mobs, ces happenings organisés dans des lieux publics5 (à Chicago, aux fêtes de Bayonne, sur le parvis de Notre-Dame avec des rappeurs, en hommage à Michael Jackson à Montréal, etc.) et recyclés sur le Net. Bien des blogs de jeunes adultes sont fondés sur l’humeur décalée du lol, tels les sites « Geeks and girls » ou le site féministe « Les entrailles de mademoiselle », preuves que ce regard oblique est partagé au-delà de l’adolescence. Dans les réseaux sociaux, les internautes se moquent abondamment les uns des autres, la vanne est un langage commun, et les photos de soirées privées arrosées ou les virées de vacances offrent une source inépuisable de réjouissance, surtout si elles renvoient elles-mêmes l’image d’un groupe joyeux, abonné au rire collectif. Le Net des jeunes opère comme une centrifugeuse dans laquelle se brassent et se diffusent des milliards d’images destinées à fortifier un regard ironique et sarcastique sur le monde tel qu’il est. Un regard qui n’épargne personne : ni les internautes eux-mêmes, ni les politiques, et encore moins les médias, à la fois vecteurs et objets de cette critique.

7Or, les formes expressives qui traversent le Web ne sont pas destinées à s’y enfermer. Elles irriguent aussi des actions de nature politique.

Les créatifs culturels

  • 6 Crouzet (T.), Le cinquième pouvoir, éd. Bourin, 2007.
  • 7 Rheingold (H.), Les communautés virtuelles, Addison-Wesley France, 1996.

8La cyberculture est galvanisée par un imaginaire politique. Certains entrepreneurs du Net apparaissent comme les héritiers du mouvement autogestionnaire des années soixante-dix : ils appartiennent aux mêmes catégories sociales, sont mus par les mêmes valeurs, et souvent les mêmes utopies. Dans un livre intitulé Le cinquième pouvoir6, le blogueur Thierry Crouzet trace le programme de ces cybermilitants. Né de la conscience de la mondialisation et de l’interdépendance entre les sociétés à l’échelle planétaire, ce projet en appelle à une philosophie de partage et de solidarité ; il propose l’émergence d’un pouvoir décentralisé et non hiérarchisé né des échanges coordonnés d’expertises et d’expériences, s’inspirant ainsi des préceptes de Howard Rheingold sur l’intelligence collective des communautés virtuelles7.

  • 8 Ray (P.H.), Anderson (S.R.), L’émergence des créatifs culturels, Enquête sur les acteurs d’un chang (...)

9Les plus motivés de ces internautes ressemblent aux créatifs culturels décrits dans le livre culte de Paul H. Ray et Sherry Ruth Anderson, L’émergence des créatifs culturels8. Ceux-ci préconisent le lancement de portails Web destinés à valoriser l’expérimentation sociale : éco-consommation et autre modèle de croissance, rapport différent au travail, expressions des minorités, innovations dans les modes de vie, etc. Le Net serait ainsi un vecteur de réactivation de combats anciens dont la visibilité a disparu des grands médias, mais qui continuent de « courir » dans les têtes et dans la vie. Il offrirait aussi une voie pour affronter les défis récents. Contrairement au militantisme d’autrefois, la rentabilité financière n’est pas absente de ces initiatives. Ces portails sont souvent dotés d’un « quartier commercial », référençant des magazines en ligne ou des ouvrages partageant les valeurs et visions du monde de cette communauté. En effet, les créatifs culturels entendent réconcilier activités lucratives et démarche altruiste, commerce et mouvements sociaux. Autrement dit, fonctionner dans une économie de marché équilibrée – épurée de ses dérives et ses extravagances.

10Sous l’égide du club de Budapest créé en 1993, aujourd’hui présidé par le philosophe des sciences, Ervin Laszlo, le mouvement des créatifs culturels s’est constitué pour jeter les bases d’une nouvelle civilisation. Il réunit, en France, des personnalités comme Edgar Morin, Matthieu Ricard, Patrick Viveret, etc. et ambitionne de réajuster la pensée rationnelle en polarisant sa réflexion sur le développement durable et une conception humaniste de l’économie. Au final, les créatifs culturels forment une mouvance qui conjugue vision écologique, implication sociale et développement personnel.

  • 9 Cardon (D.), Granjon (F.), Médiactivistes, Les Presses de Sciences-Po, 2010.

11Dans cette filiation intellectuelle, mais initiés par différents groupes d’anonymes qui se coordonnent dans les réseaux sociaux, ont surgi des opérations spectaculaires (danses, gestuelles diverses) déboulant inopinément dans des lieux publics, comme pour casser le cours des choses et faire réagir, souvent sur un mode espiègle, face à des valeurs bafouées ou des questions de société. Ces guérillas sémiotiques9, ces happenings porteurs de messages qui concernent l’avenir de la planète sont filmés et ensuite reversés dans le fleuve des images du Net. Ces expériences visuelles s’apparentent à une contestation soft, créative, plus délirante, voire poétique, que classiquement politique.

12Ainsi le mouvement La pelle et la pioche organise des pique-niques dans les supermarchés pour protester contre les marges de la grande distribution. La mouvance Sauvons les riches, liée à Europe Écologie engage, elle, plutôt des actions juridiques (contre les projets de forage sur le gaz de schiste, pour l’instauration d’un salaire maximum de trente fois le salaire minimum). Elle invente aussi des événements : « Dans ce but, les jeunes contestataires, armés de baguettes de pain et de paquets de spaghetti, interpellent à leur manière nos amis les riches, accros à un mode de vie destructeur, non généralisable, et finalement tellement triste ». Un groupe activiste de gauche de Séville (Flo6X8) fait parler de lui sur le Net au printemps 2011 : les militants pénètrent dans des banques lors d’horaires d’ouverture et se lancent dans un flamenco, au son d’une rumba devenue célèbre en Espagne, La rumba del banquero. On a observé des opérations facétieuses du même type lors des premières élections libres en Tunisie : affichage de grands portraits de Ben Ali qui suscitent l’incrédulité des passants et qui, lorsqu’on les déchire, font apparaître l’injonction : « Si vous ne voulez pas qu’ils reviennent, votez ». Plusieurs de ces « délires » collectifs ont été menés également au cours des vingt dernières années par des commandos antipublicité.

13Ont surgi, enfin, des flash mobs explicitement politiques : en janvier 2010, les jeunes socialistes de Marseille organisent un rassemblement avec casquette à l’envers pour protester contre la venue d’Éric Besson ; le 25 juin 2011, le mouvement antinucléaire « Freez-la-bombe » a organisé une démonstration choc – soudain, après trois coups de bombe simulés, une partie des gens déambulant sur l’esplanade du Trocadéro se sont laissés tomber comme des morts. Ces happenings, annoncés sur Facebook et organisés avec son aide, sont accompagnés sur la plateforme par les commentaires des supporters.

Les justiciers, sentinelles de la Net-Société

14La mouvance des hackers engage des actions d’une nature différente, puisqu’ils ne jouent pas de l’image et de la symbolique, mais de leur capacité technique de nuisance. Leur esprit est belliqueux et ils ne font pas appel à la pédagogie.

15À l’acronyme du lol s’oppose le lulz. Le premier a une connotation espiègle, alors que le second, qui s’est construit au fil des interactions entre internautes signifie rire aux dépens d’autrui (I did it for the lulz). Le premier spécifie l’humeur récréative du Web adolescent, le second conduit parfois à des lynchages médiatiques. Le mouvement hacker, issu à l’origine du site américain 4chan mais aujourd’hui dispersé dans le monde, oscille entre ces deux polarités et conjugue alternativement humour potache et humeur vengeresse. Surtout, il a déployé une dimension politique.

  • 10 Ce système, dit Low Orbit Ion Canon, procède par « déni de service », empêche une procédure informa (...)
  • 11 Je relate cette affaire de lynchage médiatique dans mon livre Génération Y, Les jeunes et les résea (...)

16Les hackers se présentent comme les gardiens du temple de l’esprit du Net des origines, ce que l’on nomme la Net-éthique. En quoi consiste-t-elle ? Faciliter l’accès de tous aux ressources informatiques pour améliorer l’opérabilité technique tout en promouvant des valeurs sociales (travail coopératif au sein des entreprises, solidarité, égalitarisme, valorisation des échanges désintéressés) ; étendre la liberté d’expression ; garantir la protection des données personnelles. Les hackers, souvent sous l’appellation des Anonymous, conduisent des attaques ciblées. Munis de leur expertise informatique, ils sont capables d’agir brutalement et sans scrupule, en menant des intrusions dans la vie privée de leurs « ennemis » ou en faisant sauter des verrous informatiques et en s’infiltrant dans des sites. Quelles furent leurs principales victimes ? Ils ont lancé des actions contre des gouvernements qui pratiquent la censure, contre des sites d’hommes politiques adeptes d’une régulation forte du Net, contre des organisations ou des syndicats de défense des droits artistiques, etc. Ils sont d’ardents soutiens de WikiLeaks et ils ont attaqué des sites financiers (Mastercards, PayPal) qui avaient bloqué les comptes de Julian Assange. Dans certains pays où Internet est (ou a été) bâillonné lors de mouvements sociaux (Tunisie, Égypte), ils distribuent des kits informatiques (LOIC)10 pour déjouer les systèmes de contrôle étatiques. Leurs raids peuvent aussi viser des individus isolés qui ne leur plaisent pas (affaire Jessi Slaughter, par exemple11) ou des personnalités politiques (Sarah Palin, par exemple). Ces opérations profitent des conditions favorables créées par l’univers numérique : l’anonymat de leurs auteurs, des outils informatiques assez faciles à maîtriser, une puissance de propagation virale inégalée.

  • 12 Le parti pirate suédois, le plus offensif en Europe, avait obtenu 7,1 % des voix aux élections euro (...)

17Sur la scène institutionnelle, l’esprit hacker bénéficie d’une très faible visibilité. Les partis pirates, qui tentent de l’incarner, peinent pour le moment à percer en France, voire subissent un reflux électoral12. Toutefois aux dernières élections pour le Parlement de Berlin en septembre 2011, les pirates ont obtenu 8,9 % des voix, et des instituts de sondages leur prédisent un avenir dans le contexte nord-européen. Leurs militants sont dans l’ensemble issus du sérail professionnel du Net : informaticiens, ingénieurs, webmestres ou Web journalistes, graphistes.

Les indignés, un mouvement hybride

18Enfin, il y a les actions des indignés. De Madrid à Athènes, en passant par New York, Bruxelles et Paris : toutes les capitales occidentales ont vu naître au cours de 2011 des mouvements de protestation de populations qui expriment leur crainte d’un no future. Née le 15 mai à la Puerta del Sol de Madrid, la mobilisation a rapidement trouvé écho en Grèce en juin, sur la place Syntagma avec le Mouvement des 700 (baptisé ainsi en référence au salaire mensuel minimum de 700 euros). Elle s’est ensuite répandue, tout au long de l’été et de façon sporadique, dans plusieurs capitales du monde. Le campement américain, Occupy Wall Street, s’est installé le 17 septembre dans le Zuccotti Park, et la mairie de New York l’a forcé à déménager le 17 novembre : ce mouvement a reçu le soutien des Anonymous, d’une part, et de plusieurs syndicats, de l’autre. D’autres regroupements d’indignés se sont installés dans des villes européennes (Londres, Paris), mais aucun n’égale l’ampleur de la contestation en Espagne en mai-juin et de celle des États-Unis en septembre-octobre.

19Ces actions réunissent des traits communs, déjà présents à la Puerta del Sol à Madrid. D’une part, les protestataires sont issus de la jeunesse éduquée et s’attachent à exprimer leur indignation contre une société qu’ils jugent injuste et corrompue et qui les accueille mal. Au départ, réside donc une jeunesse désillusionnée, pour laquelle le diplôme du supérieur a cessé d’être un sésame pour l’emploi. Des chômeurs, des précaires, des personnes plus âgées au statut fragilisé ont rejoint ensuite ces collectifs. Les différents mouvements opèrent également sur le même mode d’organisation : occupation de lieux symboliques pour une durée plus ou moins longue, forte visibilité sur les réseaux sociaux pour appeler au rassemblement, absence de leader, participation de tous aux tâches les plus diverses. Ces manifestants partagent les valeurs issues de l’expérience égalitaire du Net : ils s’organisent entre eux, délibèrent, prennent des décisions à l’unanimité (ou presque), etc. Enfin, ils empruntent aux créatifs culturels le caractère visuel de leur action (installation de tentes, mise en scène de la vie quotidienne, déguisements, masques des Anonymous issus de la BD, V pour vendetta, slogans humoristiques, etc.). Ils élaborent un spectacle de l’indignation que les caméras captent, et que l’on peut « re-twitter » à l’infini. En ce sens, ils usent de toutes les possibilités offertes par les industries de l’image et de la communication en fil continu, avec l’objectif de rendre visible ce que pourrait être une société exemplaire. Occupywallstreet en fournit le modèle le plus abouti13.

20Le village new-yorkais aujourd’hui démonté reposait sur une organisation matérielle coopérative : distribution de vêtements et de couvertures, fabrication et distribution de plusieurs milliers de repas par jour, mise en place d’une bibliothèque, lavage des vêtements, balayage des ordures. Dans un pays rompu aux hearings et à la démocratie décentralisée, le mode de décision par consensus a trouvé naturellement à s’exercer. Les conférences de consensus obéissaient à des règles précises : on ne vote pas, on délibère longuement et on adopte, sauf si intervient un veto qui bloque tout. Elles ont même fait l’objet d’un groupe de réflexion de 175 membres, appelé facilitation, qui visait à en améliorer le processus. Une multitude de groupes s’activaient sur les sujets les plus divers, des plus concrets (confort des militants, demandes, types d’action à engager, etc.) aux plus intellectuels (économie alternative, art et culture, réformes politiques, etc.). Se confortaient mutuellement réunions « sur le terrain » et groupes de discussions sur le site Web Occupywallstreet. Enfin, comme chez les indignés européens, fidèles à une éthique égalitariste, ne se profilait aucun leader.

  • 14 Viveret (P.), Pourquoi ça ne va pas plus mal, Fayard, 2005.
  • 15 « Élaboration de normes (ou de projets collectifs) à partir d’un processus discursif entre individu (...)
  • 16 « Seule une éthique communicationnelle garantit l’universalité des normes admissibles et l’autonomi (...)

21Les conférences de consensus ne constituent pas vraiment une nouveauté, puisque depuis plusieurs années elles figurent dans la panoplie militante, et sont utilisées dans des mouvements d’éducation populaire ou par les créatifs culturels. Elles visent à pallier le déficit démocratique, à améliorer la qualité participative, à combattre les insatisfactions sécrétées par la démocratie représentative – même si elles n’entendent pas s’y substituer intégralement. Elles conduisent à éclairer les citoyens sur des choix collectifs, à faire émerger les désaccords avec la finalité ultime d’opérer un dépassement selon un processus dynamique14 pour faire converger les opinions. Elles rejoignent l’idée de l’élaboration d’une intelligence collective grâce aux communautés virtuelles, puisqu’elles combinent les groupes de délibération au sein de réseaux communautaires, et des séances ritualisées dans le monde physique. Les théoriciens de ce mode de décision y voient, d’ailleurs, une illustration de l’agir communicationnel décrit par Habermas. Cette délibération conduite dans un cadre indépendant, sans interférence du monde marchand, sans être animée par des professionnels du pouvoir, vise à l’exemplarité démocratique : un moment où des esprits de bonne volonté tentent de se coordonner pour prendre des décisions adaptées au bien commun15, en agissant selon une éthique communicationnelle16.

22Les indignés, d’Amérique ou d’ailleurs, refusent de se mêler à la scène politique institutionnelle, ils fustigent le bipartisme et reculent farouchement devant toute tentative de récupération, même par des groupes comme les altermondialistes, les écologistes ou les anarcho-syndicalistes avec lesquels, pourtant, ils entretiennent des affinités. Leurs modes d’action rompent dans la forme avec les mouvements de protestation traditionnels de la jeunesse, comme celui de Mai 1968 ou des luttes étudiantes : pas de leader, pas d’idéologie structurée, pas de liaisons avec les partis existants.

  • 17 Lors d’une conférence donnée à Paris, le 28 juin 2011, et évoquant le mouvement des indignés, Manue (...)

23Enfin, les villages des indignés cultivent cette vitalité du partage qui traverse le Net. La précarité économique sécrète ses antidotes et un mode de survie qui a pour nom la débrouille. Internet ouvre ainsi un vaste chantier au profit du système D, des « bons plans » pour consommer pas cher, et instaure une solidarité générationnelle par les échanges gratuits, notamment sous la forme du peer-to-peer. Comme dans les réseaux sociaux, les villages des indignés fonctionnent selon des logiques de troc et d’entraide – des pratiques qui sont aussi à l’œuvre dans les zones touchées par la crise dans les villes espagnoles, si l’on en croit le sociologue Manuel Castells17.

Modes d’action post-démocratiques

24La culture du Web inspire davantage des actes réactifs, sous forme d’événements visuels, happenings dans des lieux publics ou raids au sein du cyberespace, que des engagements réflexifs au long cours. Les mobilisations coopératives entre anonymes, sans véritables coordinateurs, peinent à s’inscrire dans la durée, elles entendent surtout créer des électrochocs et marteler les esprits.

  • 18 Isaacson (W.), Steve Jobs, éd. Jean-Claude Lattès, 2011.

25Sur quoi déboucheront ces nouvelles formes politiques issues du Net et articulées aux réseaux sociaux ? Ces modes d’action sont hybrides et métissent des valeurs et des méthodes post-démocratiques ; ils sont fort éloignés des figures habituelles du populisme, mais, en écho avec elles, ils mènent une dénonciation des élites et des choix qu’elles ont conduits. La virulence et la détermination de ces militants interrogent les adultes et inquiètent les pouvoirs en place. La crise des sociétés occidentales étant destinée à durer, nul ne sait, en effet, si ces mouvements inspirés de la galaxie numérique demeureront dans « un champ de distorsion de la réalité » – jolie formule utilisée à maintes reprises à propos du mental de Steve Jobs par son biographe18 –, ou s’ils seront capables de se rattacher à une matrice politique en trouvant des relais dans le monde physique.

26Tout en constituant un rouage de base des sociétés modernes, Internet possède une force d’attraction centripète et les modèles utopiques qui ont pris racine en son sein ont du mal à s’extirper de l’underground numérique. L’interrogation demeure : les cyberactivistes sont-ils prêts à s’investir aussi dans les actions à long terme qui concernent la vie de la cité ?

Notes

1 Norris (P.), Democratic Deficit, Cambridge University Press, 2011.

2 Rosanvallon (P.), La société des égaux, Le Seuil, 2011.

3 Perrineau (P.), « Le pessimisme français : nature et racines », revue Le Débat, n° 166, septembre-octobre 2011.

4 Voir son site : www.nimportequi.com.

5 « Mobilisation éclair » est le rassemblement d’un groupe de personnes dans un lieu public pour y effectuer des actions convenues d’avance via Internet, avant de se disperser rapidement.

6 Crouzet (T.), Le cinquième pouvoir, éd. Bourin, 2007.

7 Rheingold (H.), Les communautés virtuelles, Addison-Wesley France, 1996.

8 Ray (P.H.), Anderson (S.R.), L’émergence des créatifs culturels, Enquête sur les acteurs d’un changement de société, éd. Yves Michel, 2001.

9 Cardon (D.), Granjon (F.), Médiactivistes, Les Presses de Sciences-Po, 2010.

10 Ce système, dit Low Orbit Ion Canon, procède par « déni de service », empêche une procédure informatique de s’appliquer.

11 Je relate cette affaire de lynchage médiatique dans mon livre Génération Y, Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, paru aux Presses de Sciences-Po en 2011.

12 Le parti pirate suédois, le plus offensif en Europe, avait obtenu 7,1 % des voix aux élections européennes de 2009, et seulement 1 % des voix aux législatives de septembre 2010. Le parti pirate français a obtenu 2 % en 2009, puis moins de 1 % en 2010 à l’élection législative partielle de Rambouillet. Voir Dagnaud (M.), « Y a-t-il un vote pirate ? », 4 juillet 2010, http://www.telos-eu.com/fr/article/y-at-il-un-vote-pirate.

13 Voir mon article du 4 novembre 2011 dans Telos-eu, « Les indignés d’Amérique », http://www.telos-eu.com/fr/article/les-indignes-d-amerique.

14 Viveret (P.), Pourquoi ça ne va pas plus mal, Fayard, 2005.

15 « Élaboration de normes (ou de projets collectifs) à partir d’un processus discursif entre individus sans contraintes au service d’une élaboration de la volonté ».

16 « Seule une éthique communicationnelle garantit l’universalité des normes admissibles et l’autonomie des sujets agissant uniquement par l’acceptation discursive des prétentions à la validité que présentent les normes. Cela signifie que seules peuvent prétendre à la validité les normes sur lesquelles se mettent ou se mettraient d’accord tous les gens concernés, en tant que participants à une discussion (sans contraintes), si elles apparaissent (ou si elles apparaissaient) dans un processus discursif de formation de la volonté » in Habermas (J.), Raison et légitimité, Payot, 1988, p. 125.

17 Lors d’une conférence donnée à Paris, le 28 juin 2011, et évoquant le mouvement des indignés, Manuel Castells indique qu’existent de nombreuses pratiques sociales non capitalistes, non monétaires plus précisément, dans la société espagnole : 33 % des individus prêtent de l’argent sans intérêt à des personnes hors du cercle familial, 22 % cultivent des légumes pour leur propre consommation en zone urbaine, 30 % prennent soin régulièrement d’enfants ou de personnes âgées hors du cercle familial, etc. (enquête effectuée à Barcelone).

18 Isaacson (W.), Steve Jobs, éd. Jean-Claude Lattès, 2011.

Auteur

Docteur en sociologie, Monique Dagnaud commence sa carrière en tant que chargée d’études dans le domaine de l’aménagement et de l’urbanisme. Elle rejoint le CNRS en 1980 en tant que chargée de recherches. Entre 1991 et 1999, elle est membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Depuis 1999, Monique Dagnaud est directrice de recherches au CNRS au Centre d’étude des mouvements sociaux de l’EHESS (devenu Institut Marcel Mauss en 2006). Ses domaines de recherches couvrent le champ de la régulation des médias (analyses sur les politiques publiques autour de l’exception culturelle, médias et violence, enfants et publicité…). Elle est notamment l’auteur de Génération Y Les jeunes et les réseaux sociaux de la dérision à la subversion (Presses de Sciences Po, 2011).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search