Version classiqueVersion mobile

Génération Y et gestion publique : quels enjeux ?

 | 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

Génération Y : approches conceptuelle et technologique

L’administration en réseau, entre réconciliation participative et sursauts régaliens

Antonio A. Casilli

Texte intégral

L’espace public du Web, par-delà les digital natives

  • 1 Casilli (A.), « «Petites boîtes» et individualisme en réseau. Les usages socialisants du Web en déb (...)

1Au cours des dernières années, une partie croissante de la recherche sur les usages informatiques a souligné la fonction socialisante des technologies de l’information et de la communication. La prolifération de données empiriques portant sur le tournant participatif du Web a réalisé un démarquage radical vis-à-vis des études des décennies précédentes, qui au contraire cherchaient – sans succès – à mettre en avant les effets anomiques et d’isolement social des communications en réseau, caricaturalement opposées à la communication hors-ligne affichant les marques de l’authenticité, voire de la « réalité » même1. Ce tournant social du Web et ses questionnements représentent un point de départ essentiel pour caractériser, au sens large, l’aspect de la vie contemporaine qui nous occupe ici – à savoir le positionnement de l’Administration publique par rapport aux dynamiques citoyennes.

  • 2 Casilli (A.), « Trois idées reçues sur Internet », Sciences humaines, n° 229, 2011, p. 27-29 ; Thom (...)
  • 3 Casilli (A.), Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil, 2010.
  • 4 Relieu (M.), Olszewska (B.), « La matérialisation d’Internet dans l’espace domestique : une approch (...)

2Cependant, la socialisation via le Web ne peut pas être envisagée comme un phénomène récent, lié à l’apparition d’une génération de soi-disant « natifs du numérique ». Non seulement une partie croissante de la communauté scientifique a sérieusement mis en doute cette notion2 de digital natives, mais, de plus, son utilisation semble cantonner à la décennie qui vient de s’écouler la socialité des TIC, alors que celle-ci précède le Web « social » des dernières années et en est indépendante. En fait, elle doit être lue comme une étape d’un processus historique plus étendu dont l’origine se situe dans la deuxième partie du xxe siècle : la constitution d’une véritable coexistence assistée par les ordinateurs, qui découle de la reterritorialisation et de la miniaturisation des technologies informatiques, ainsi que de leur inscription dans la sphère intime des individus3. Depuis la matérialisation des micro-ordinateurs connectés dans l’espace familial, ce n’est pas seulement l’habitat des maisons particulières qui a été révolutionné4. L’espace social tout entier s’en retrouve reconfiguré : des tout premiers terminaux Minitel aux services de networking actuels, les communautés d’usagers se sont pensées comme des espaces hybrides, simultanément publics et privés.

  • 5 Par opposition à intimité. Voir : Tisseron (S.), « Intimité et extimité », Communications, n° 88, 2 (...)

3Une première lecture de la sociabilité du Web nous invite à questionner la dichotomie même public/privé à la lumière de l’une des caractéristiques les plus marquantes de la sociabilité assistée par ordinateur : sa recherche d’un lieu public d’expression d’exigences privées. Le Web actuel se nourrit de tensions réciproques et d’allers-retours incessants portant sur la mise à l’épreuve de cette « extimité »5 (voir les nombreuses polémiques autour du dévoilement de la vie privée en réseau) ou, par contraste, de la domestication des processus ayant jusque-là relevé de l’inscription dans l’espace d’interaction publique (du télétravail au paiement des impôts en ligne, les exemples pourraient se multiplier). Harmoniser les exigences des individus avec les besoins de la collectivité n’est pas un enjeu distinctif de la société en réseau, dans la mesure où cette aspiration caractérise la projectualité sous-jacente à tout groupement humain. La spécificité de la sociabilité d’Internet se dessine plutôt dans la caractérisation de cet espace technologique hybride comme vecteur idéal d’une capacitation citoyenne qui intègre les individus aux dynamiques collectives tout en promettant un accroissement de leur autonomie.

4C’est le deuxième sens de lecture de la sociabilité du Web, et c’est aussi le plus problématique parce qu’il est exposé à tout un ensemble de manipulations, d’appropriations et de détournements politiques. Trop souvent vidée de son sens, cette promesse d’autonomie se réduit à une formule creuse, qui cache une restriction croissante des libertés civiles dans nos sociétés et à l’échelle géopolitique, plus vaste, des pays émergents.

Reconnecter les citoyens et les institutions

  • 6 Monnoyer-Smith (L.), Communication et délibération : enjeux technologiques et mutations citoyennes,(...)

5Les expériences de consultation démocratique en ligne et de prise de décision participative en matière de politiques publiques des dernières années ont été saluées comme des dispositifs capables de réconcilier les citoyens avec les institutions dans le cadre de la délibération démocratique6. Bien que non dépourvues d’une certaine critique, les analyses des développements dans le domaine de la démocratie électronique reconnaissent ces derniers comme porteurs d’un contact plus direct entre administrations et administrés, à travers la mise en place de pétitions, de référendums en ligne, de forums électroniques, de médias sociaux d’orientation civique et de formation aux valeurs de la citoyenneté, ainsi qu’à l’émergence – grâce à Internet – de groupes de réflexion et d’associations de porteurs d’intérêts. Des exemples marquants, tel le travail d’accompagnement de la réforme du système de santé mené par l’administration Obama sur les sites HealthReform.gov et HealthCare.gov, confirment la démocratie participative sur Internet en tant qu’outil de progrès et de justice sociale visant à contrer les distorsions du marché et les inégalités des systèmes socio-économiques contemporains.

6Mais, de manière significative, l’enthousiasme pour la e-participation traverse l’éventail politique, comme le démontrent le recours aux ressources du Web dans la campagne de consultation autour de la Big Society du gouvernement conservateur britannique de David Cameron ou les initiatives du gouvernement hongrois de l’ultranationaliste Viktor Orbán. Si dans le cas des États-Unis, la volonté d’une concertation entre exigences des administrés et agissements de l’administration publique fait surface, les exemples du Vieux Continent illustrent une autre facette de l’administration électronique qui aurait comme effet pervers de diminuer la participation qu’elle cherche à stimuler : du moins, à en croire les accusations, de vouloir encaserner le processus délibératif démocratique en dépouillant les corps intermédiaires, les syndicats et d’autres organisations représentatives de leurs rôles d’interlocuteurs, pour privilégier une consultation sociale directe doublée de lois sur les télécommunications de plus en plus restrictives.

  • 7 Rabouin (L.), « Démocratie participative et justice sociale. Le cas du budget participatif de Porto (...)

7Tantôt envisagés comme ruses régaliennes, tantôt comme « modes de gouvernance exemplaire »7, les dispositifs d’e-government – dont la reconnaissance de l’impact sur les enjeux de société semble dépasser les clivages idéologiques – imposent un rapport renouvelé à la sphère politique en superposant à cette dernière les logiques culturelles propres à l’espace hybride, à la fois public et privé, des échanges en ligne. C’est en esquissant leur généalogie historique que cette caractéristique apparaît clairement.

  • 8 Bauer (C.), « Pre-Agenda. Virtual Reality, Vienna, 1993 », Listserver VIRTU-L, 24 septembre 1993.

8Une dialectique entre le très étendu (la totalité de l’infrastructure des communications) et le très restreint (l’application à l’échelle des micro-communautés locales) caractérise l’histoire même de la participation en ligne. C’est ainsi que ces expériences se mettent en résonance avec les utopies et les imaginaires de sublimation de la cité opérés par les « villes virtuelles » des années 1990, dont la prolifération témoignait de la ferveur avec laquelle la culture du numérique entretenait le fantasme d’une sociabilité idéalisée et régénérée par les TIC. À partir de 1993, date de présentation de Virtual Polis, un projet d’agglomération urbaine digitale « soutenable autant du point de vue politique qu’écologique », les villes virtuelles ont constamment été exhibées comme des « expé-riences sociales grandioses » censées donner, du moins pour la courte
durée d’une séance d’immersion, un avant-goût de l’harmonie sociale à
venir8. Les circonstances où cet imaginaire est sollicité se sont multipliées avec l’essor du Web. Si les doubles 3D de plusieurs grandes villes globales (Paris, Tokyo, Macao) ont été lancés depuis le milieu des années 1990, ces « simulations urbaines » seraient demeurées des exercices fictifs, certes impressionnants mais tout à fait frivoles, s’ils ne s’étaient conjugués idéalement avec des efforts concrets pour stimuler la participation citoyenne au sein d’initiatives attenantes aux « villes en ligne ».

  • 9 Silver (D.M.), « The Soil of Cyberspace : Historical Archaeologies of the Blacksburg Electronic Vil (...)
  • 10 Beckers (D.), « Research on virtual communities : an empirical approach », PDC ‘98 / CSCW ‘98 Works (...)

9Ces collectivités urbaines où les foyers sont connectés entre eux par un réseau local, et où la municipalité est le fournisseur d’accès à Internet, ont été révélatrices d’une détermination politique, émanant des administrations publiques ainsi que d’une pluralité d’acteurs (entreprises, universités, instances locales, monde associatif), de propulser la coopération sociale en encourageant la communication entre citoyens et institutions. Historiquement, les premières expérimentations sur les villes en ligne ont souvent été menées dans de petites villes-pilotes où l’apport des technologies informatiques a engendré des résultats inattendus. Depuis 1991, après l’expérience pionnière du Blacksburg Electronic Village (BEV) – projet, révolutionnaire pour l’époque, ayant réussi à donner accès à Internet à la moitié des citoyens d’une petite bourgade en Virginie –, on a assisté à plusieurs tentatives de reproduire à d’autres endroits cette initiative de community informatics promue par une administration locale9. En France, déjà en 1996, la ville de Parthenay se déclarait « ville numérisée » à l’occasion du lancement d’un programme ambitieux de formation informatique pour ses résidents, ainsi que des offres de services publics en ligne. Les citoyens recevaient tous une adresse électronique, les écoles étaient équipées d’Internet, et la mairie commençait à distribuer des certificats et des attestations par voie électronique10.

  • 11 Paul (C.), Ronai (M.), Tronc (J.-N.), (dir.), « Vers la Cité numérique », Les Notes de la fondation (...)

10Tiraillé entre les imaginaires grandioses des villes « virtuelles » et les réalités locales des villes « numérisées », ces avant-postes de la démocratie participative assistée par ordinateur ont préfiguré les programmes beaucoup plus ambitieux d’e-gouvernement des années 2000, visant à rendre les services des administrations publiques plus accessibles aux citoyens11. C’est dans la compénétration entre échelle micro et macro de la gouvernance publique qu’elles manifestent leur trait distinctif. Il ne s’agit donc pas seulement d’améliorer le confort d’utilisation des services publics en réduisant les files d’attente, en fournissant de l’information rapide et adaptée aux exigences des usagers, mais, en principe, de réconcilier l’État et la communauté et de démanteler la logique opaque des bureaucraties modernes pour imposer à l’échelle collective l’esprit de participation directe, apanage traditionnel des consultations locales, ainsi qu’une plus grande transparence de l’administration à travers le suivi des procédures et la consultation des données publiques. Le vaste mouvement transnational pour les données ouvertes, prônant la mise en place de politiques pour la libération des données brutes, dans le droit fil du Open Government Act états-unien de 2007, n’est qu’une autre hypostase de cette logique de renforcement de la démocratie via l’ouverture des procédures des gouvernements et des administrations.

Fractures numériques et ruses régaliennes

  • 12 Denis (J.), Pontille (D.), Petite sociologie de la signalétique : les coulisses des panneaux du mét (...)
  • 13 Granjon (F.), « Fracture numérique », Communications, n° 88, 2011, p. 67-74.

11Face à l’essor de ces nouvelles opportunités technologiques, l’espace public se retrouve non pas sublimé dans un empyrée de données, mais assorti à une infrastructure cognitive qui semble englober les infrastructures physiques auxquelles les citoyens se confrontent habituellement dans nos sociétés : les routes, les systèmes d’éclairage public, l’eau, le gaz et les panneaux de signalisation12. D’où la nécessité de garantir à tout citoyen les mêmes chances de profiter de ces ressources. Tout projet de gouvernement s’appuyant sur les réseaux numériques doit faire face aux problématiques de l’universalisation de l’accès à l’information contenue sur Internet. Et ce n’est pas un hasard si les grandes campagnes publiques des vingt dernières années se sont organisées autour de mots clés empruntés aux politiques sociales. La formule « fracture numérique », qui a fini par s’imposer dans le débat politique, n’est qu’un écho de la « fracture sociale » évoquée à la fois par la gauche et par la droite européenne depuis deux décennies13. Les concepts mêmes d’« inclusion électronique », l’opposition entre riches et pauvres en information (information rich et information poor) marquent les terminologies des programmes sociaux. Les politiques de l’accès digital sont pour la société de l’information ce que le welfare state a été pour la société industrielle. Dans la mesure où la redistribution sociale des richesses, la solidarité et l’assistance passent désormais par les réseaux, toute restriction de l’accès à Internet se traduirait pour les sujets exclus par une perte d’informations et de ressources.

  • 14 Habermas (J.), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la soci (...)

12L’accent mis sur la fracture numérique trahit le souci principal de notre manière de faire société dans le contexte des réseaux numériques actuels. Combler ce fossé veut dire aussi savoir souligner les éléments de continuité entre deux espaces – l’un physique et l’autre informationnel. Il faudrait d’ailleurs pousser l’analyse encore plus loin. Le Web participatif, avec son espace collectif structuré autour des médias sociaux et son accent sur la coopération et l’échange ouvert, peut être lu comme une stratégie culturelle qui s’est mise en place pour répondre à la fermeture progressive des lieux de confrontation démocratique et à l’opacité des modalités de participation à l’espace public moderne. Ce concept vaste et fugace, qui pour le philosophe Jürgen Habermas qualifie un contexte de discussion dans lequel les individus peuvent se rencontrer et atteindre un consensus sur des sujets relatifs au bien commun14, semble désormais idéalement prendre consistance dans les échanges en ligne. La vie citoyenne hors-ligne s’en retrouve dépossédée, entraînant ainsi le risque d’accompagner – voire de déclencher – des dynamiques de désinvestissement matériel.

  • 15 Wojcik (S.), « Le débat en ligne à l’échelle municipale : une dépolitisation sous contrainte ? », i (...)

13Il est peut-être encore trop tôt pour juger si ces risques sont réels. Il est toutefois déjà possible de constater l’appréhension, manifestée par un nombre croissant d’acteurs de la vie publique, que le rêve de la démocratie électronique ne cache un pouvoir politique qui, en se mettant en toile de fond, devienne insaisissable et non questionnable. Cette crainte pousse certains chercheurs à avancer l’hypothèse que la nouvelle donne soit caractérisée non pas par une désintermédiation totale de la représentation politique, mais au contraire par la montée en puissance de nouveaux intermédiaires, autant à l’échelle nationale qu’à l’échelle locale. En se technologisant, le débat politique en ligne se dépolitiserait15. Les institutions, les collectivités politiques, les organismes de gouvernement, qui agissaient traditionnellement comme un filtre visible entre les citoyens et les lieux de la prise de décision politique, s’effacent progressivement. Ils se confinent à une fonction de gouvernance, d’entretien technique sur une structure dont l’agencement et le fonctionnement ne sont que rarement saisissables par les usagers.

14Cela met les analystes de la société en réseau face à un impératif de réalisme politique qui reviendrait à montrer à quel point, derrière les utopies d’un Internet « harmonisateur social », les expériences d’e-démocratie subissent souvent une récupération étatique qui en fait des discours d’accompagnement, voire des cache-misère de politiques néolibérales de plus en plus poussées. Ce sont tendanciellement les décideurs publics les plus proches des positions d’État minimal qui font figure de thuriféraires zélés des consultations électroniques et des expériences d’informatique communicante citoyenne. Si ces dernières sont envisagées en tant que panacée pour tout problème d’intégration sociale et politique, c’est aussi parce que cela permet de passer parfois sous silence le déficit en termes de politiques d’inclusion plus onéreuses. Dans plusieurs domaines de la vie publique, le retrait patent de l’État des politiques sociales s’accompagne d’un détournement administratif des modalités d’interactions politiques autonomes assistées par les TIC qui avaient été bâtis avec effort par les collectivités sociales et les expérimentateurs des décennies précédentes.

  • 16 Bauman (Z.), Liquid Modernity, Cambridge, Polity Press, 2000.
  • 17 Ibid.

15Le revers de la démocratie directe via le Web serait alors un déplacement, vers le corps social des administrés, des coûts et des responsabilités relatives à l’administration publique. Cette démarche s’accompagnerait potentiellement d’une polarisation régalienne et d’un durcissement des prérogatives de contrôle et de coercition des États – de plus en plus renonciataires sur le plan de l’assistance et de plus en plus sensibles à des logiques de réglementation. Ce double mouvement (déplacement des coûts et des responsabilités sur les citoyens, concentration régalienne auprès des institutions) fait écho à la prophétie de la « fin du salut par la société » avancée par Zygmunt Bauman16. L’aménagement actuel du politique, auquel les dispositifs de démocratie directe électronique participent, met les usagers de services publics face à une prise de risque sur leurs existences mêmes (en termes de pertes possibles de bien-être matériel et de prérogatives politiques et socio-économiques). Pour minimiser ces risques, les structures et services classiques de l’État s’avèrent inadaptés – parce que systématiquement affaiblis par les politiques néolibérales ou parce que pris au piège d’une obsolescence précipitée. C’est donc en négociant sur Internet l’accès à des communautés d’entraide, à des réseaux de coopération, à des ressources cognitives et matérielles de plus en plus variées qu’ils compensent ce retrait étatique en collectivisant et, finalement, en distribuant le risque. L’alternative, continue Bauman, serait de voir ce risque s’individualiser, se concentrer dangereusement sur les seuls citoyens17.

  • 18 Hlebec (V.), Lozar Manfreda (K.), Vehovar (V.), « The Social Support Networks of Internet Users », (...)
  • 19 Xie (B.), « Multimodal Computer-Mediated Communication and Social Support among Older Chinese Inter (...)

16Ce dernier constat s’accorde, par ailleurs, avec l’évidence empirique à notre disposition : l’impact des politiques en ligne est plus important auprès des usagers évoluant dans des cadres de vie sensibles ou à risque. Des enquêtes récentes ont démontré qu’en Europe les parents divorcés ou les personnes ayant un niveau de scolarité bas sont ceux qui profitent davantage du Net pour accéder à des services de renseignement ou d’entraide18. La situation n’est pas dissemblable dans les pays émergents. En Chine, où la pyramide des âges révèle une population vieillissante, ce sont les usagers de plus de 50 ans ou les seniors qui ont davantage recours aux TIC19.

  • 20 Goby (V.), « Physical Space and Cyberspace : How do they Interrelate ? A Study of Offline and Onlin (...)
  • 21 Fuchs (C.), « Social Networking Sites and the Surveillance Society. A Critical Case Study of the Us (...)

17Les mêmes considérations s’adaptent aux jeunes générations d’utilisateurs autant des services publics que des ressources en ligne. Partout, le succès actuel des sites de networking social chez les adolescents et les jeunes étudiants témoigne du fait que ces réseaux numériques sont perçus, à tort ou à raison, comme des compensations au manque de services et d’espaces d’expression personnelle ou collective. Dans une étude parue dans Cyberpsychology and Behavior, la sociologue Valerie Goby montre que la quantité de temps passé en ligne est inversement proportionnelle à la surface des espaces physiques privés (maisons et chambres) et des espaces physiques publics (lieux de rencontres publics fréquentés) dans lesquels les utilisateurs évoluent20. L’usage intensif de médias sociaux concerne de façon particulière les jeunes gens à plus faible revenu, mais dont les parents ont des emplois qualifiés et un bon niveau socioculturel21. Le décalage entre le statut social des parents et les perspectives sombres pour le futur professionnel de leurs enfants joue ici un rôle central : les médias sociaux finissent par être vécus principalement comme des moyens pour contrer le risque d’une descente dans l’échelle économique. L’opinion courante peut bien répéter que ces services sont des jouets de riches. La réalité est qu’ils sont plutôt le symptôme d’une nouvelle « misère en milieu étudiant » (et dans bien d’autres milieux). C’est cette misère que les usagers chercheraient à contrecarrer par voie informatique. Pour les générations dont les perspectives d’ascension sociale sont minées par la précarité ambiante et par la concurrence accrue autour de prestations publiques (soins de santé, assistance, retraite) toujours plus rares et incertaines, la constitution de réseaux de solidarité et de coopération alternatifs aux services étatiques s’avère capitale.

Quelques mises en garde conclusives

  • 22 Nora (S.), Minc (A.), L’informatisation de la société, Paris, La Documentation française, 1978.
  • 23 Bergeron (J.), « L’informatisation de la société : une réflexion critique autour de quelques ouvrag (...)
  • 24 Nora (S.), Minc (A.), op. cit., p. 124.

18Depuis le rapport Nora-Minc de 197822, coup d’envoi de la réflexion au sein de l’Administration publique française autour de l’impact des technologies communicantes sur le corps social, la reconnaissance du pouvoir structurant des ordinateurs connectés sur les formes de la coexistence citoyenne a eu pour conséquence d’interroger le rôle de l’État en tant que porteur d’une responsabilité de promouvoir des « incitations actives » dans ce domaine. « Dans la mesure où », commentait Johanne Bergeron peu après la parution de cet ouvrage, « l’État est capable d’orienter les évolutions sociales et d’équilibrer les pouvoirs, il semble que la démocratie passe aussi par l’informatisation… »23. Le souci des deux auteurs du célèbre rapport étant de désigner les scénarios possibles, ils proposent trois « étages » du développement possible des évolutions sociétales et de l’intervention étatique : un étage proprement régalien dans lequel revient aux pouvoirs publics de hiérarchiser les contraintes subies par la société ; un étage de marché, dans lequel s’articulent les mécaniques de consommation et d’offre marchande ; un troisième étage, qualifié d’« agora informationnelle », où « s’organiseront les projets relationnels et culturels »24.

  • 25 Nora (S.), Minc (A.), op. cit., p. 125.
  • 26 Ibid.

19Une manière de lire la réalité contemporaine des sociabilités numériques consisterait à reconnaître que ce dernier étage a – avec le Web et sa visée participative – pris une importance inattendue par rapport aux deux autres et qu’il provoque des répercussions et des interférences de plus en plus considérables. C’est là que la démocratie électronique laisse inexorablement sa place à une certaine anarchie numérique, inévitable. Le Web de Facebook et de la centralisation de l’information est aussi le Web du piratage généralisé, du hacktivisme radical de Wikileaks et d’Anonymous. Les administrations publiques actuelles perçoivent ce désordre créateur comme un surdéploiement périlleux d’expériences hors du contrôle étatique. Elles ne sont que peu capables de reconnaître, derrière ces formes d’autonomie outrancière, l’esprit même de l’« agora informationnelle ». Sans doute sommes-nous face au type de configuration que Nora et Minc avaient qualifié de « poussées irresponsables des aspirations conviviales et culturelles, incompatibles avec les contraintes »25. Face au risque de voir le projet étatique d’une société de l’information « civilisée » mis en question par les désirs et les exigences des acteurs de la société civile d’Internet, on assiste à un véritable « sursaut des prêtres de l’ordre régalien »26. Ce sursaut régalien s’exprimerait, dans sa forme la plus aiguë, au travers d’une concentration de l’activité administrative de l’État dans un « cœur de métier » de contrôle et de répression, dont les occurrences se multiplient de manière inquiétante. Les mesures liberticides de restriction et d’embrigadement de la communication en réseau – de la loi française LOPPSI 2 aux propositions de censure du Net à la suite des émeutes britanniques de 2011 – dessinent un durcissement progressif des dispositifs d’articulation entre les trois étages. La démocratie électronique finit par épouser les teintes sombres de ce tableau. En participant, comme nous l’avons vu, au déplacement progressif des risques sociaux sur les citoyens, elle favorise ce recentrage répressif de l’État en accompagnant le sursaut régalien.

20Des conflictualités et des contradictions traversent les formes actuelles du politique dans les réseaux informatiques. Le fait de ne pas vouloir prendre en compte le caractère proprement contradictoire de ce processus historique transforme les expériences d’e-démocratie en des leurres, des écrans de fumée qui cachent une opacité grandissante des mécanismes décisionnels et qui, tout en berçant les citoyens dans une illusion d’inclusion, annoncent des spirales répressives et inégalitaires de plus en plus prononcées.

Notes

1 Casilli (A.), « «Petites boîtes» et individualisme en réseau. Les usages socialisants du Web en débat », Annales de l’école des Mines - Réalités industrielles, 2010, vol. 216, n° 4, p. 54-59.

2 Casilli (A.), « Trois idées reçues sur Internet », Sciences humaines, n° 229, 2011, p. 27-29 ; Thomas (M.), (ed.), Deconstructing Digital Natives. Young People, Technology, and the New Literacies, Routledge, Londres, 2011 ; Hargittai (E.), « Digital Na(t)ives ? Variation in Internet Skills and Uses among Members of the Net Generation », Sociological Inquiry, 2010, vol. 80, n° 1, p. 92-113.

3 Casilli (A.), Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil, 2010.

4 Relieu (M.), Olszewska (B.), « La matérialisation d’Internet dans l’espace domestique : une approche située de la vie domestique », Réseaux, vol. 1, n° 123, 2004, p. 119-148.

5 Par opposition à intimité. Voir : Tisseron (S.), « Intimité et extimité », Communications, n° 88, 2011, p. 83-92.

6 Monnoyer-Smith (L.), Communication et délibération : enjeux technologiques et mutations citoyennes, Paris, Hermes Science, 2010.

7 Rabouin (L.), « Démocratie participative et justice sociale. Le cas du budget participatif de Porto Alegre », Nouvelles pratiques sociales, vol. 19, n° 1, 2006, p. 164-175.

8 Bauer (C.), « Pre-Agenda. Virtual Reality, Vienna, 1993 », Listserver VIRTU-L, 24 septembre 1993.

9 Silver (D.M.), « The Soil of Cyberspace : Historical Archaeologies of the Blacksburg Electronic Village and the Seattle Community Network », in Schuler (D.), Day (P.), Shaping the Network Society : The New Role of Civil Society in Cyberspace, Cambridge, MIT Press, 2004, p. 301-324.

10 Beckers (D.), « Research on virtual communities : an empirical approach », PDC ‘98 / CSCW ‘98 Workshop on Designing Across Borders : The Community Design of Community Networks, Seattle, 1998.

11 Paul (C.), Ronai (M.), Tronc (J.-N.), (dir.), « Vers la Cité numérique », Les Notes de la fondation Jean-Jaurès, n° 29, 2002.

12 Denis (J.), Pontille (D.), Petite sociologie de la signalétique : les coulisses des panneaux du métro, Paris, Presses de l’école des Mines, 2010 ; Bowker (G.C.), Baker (K.S.), Millerand (F.), Ribes (D.), « Towards Information Infrastructure Studies : Ways of Knowing in a Networked Environment », in Hunsinger (J.D.), Allen (M.), Klastrup (L.), (dir.), International Handbook of Internet Research, Berlin, Springer, 2009.

13 Granjon (F.), « Fracture numérique », Communications, n° 88, 2011, p. 67-74.

14 Habermas (J.), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, trad. de l’allemand par M. B. de Launay, Paris, Payot, 1978 [Strukturwandel der Öffentlichkeit. Untersuchungen zu einer Kategorie der bürgerlichen Gesellschaft, Francfort, Suhrkamp, 1962].

15 Wojcik (S.), « Le débat en ligne à l’échelle municipale : une dépolitisation sous contrainte ? », in Lefebvre (R.), Roger (A.), (dir.), Les partis politiques à l’épreuve des procédures délibératives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 69-85.

16 Bauman (Z.), Liquid Modernity, Cambridge, Polity Press, 2000.

17 Ibid.

18 Hlebec (V.), Lozar Manfreda (K.), Vehovar (V.), « The Social Support Networks of Internet Users », New Media & Society, vol. 8, n° 1, 2006, p. 9-32.

19 Xie (B.), « Multimodal Computer-Mediated Communication and Social Support among Older Chinese Internet Users », Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, n° 3, 2008, p. 728-750.

20 Goby (V.), « Physical Space and Cyberspace : How do they Interrelate ? A Study of Offline and Online Social Interaction Choice in Singapore », CyberPsychology and Behavior, vol. 6, n° 6, 2003, p. 639-644.

21 Fuchs (C.), « Social Networking Sites and the Surveillance Society. A Critical Case Study of the Usage of StudiVZ, Facebook, and MySpace by Students in Salzburg in the Context of Electronic Surveillance », Salzbourg/Vienne, Research Group UTI, 2009.

22 Nora (S.), Minc (A.), L’informatisation de la société, Paris, La Documentation française, 1978.

23 Bergeron (J.), « L’informatisation de la société : une réflexion critique autour de quelques ouvrages récents », Politique, vol. 1, n° 2, 1982, p. 153-165.

24 Nora (S.), Minc (A.), op. cit., p. 124.

25 Nora (S.), Minc (A.), op. cit., p. 125.

26 Ibid.

Auteur

Antonio A. Casilli est maître de conférences en Digital Humanities à TELECOM Paris-Tech et chercheur en sociologie au centre Edgar Morin de l’EHESS. Ses recherches portent principalement sur le corps, la santé et les usages informatiques. Il a mené de nombreuses enquêtes de terrain internationales (notamment aux États-Unis, en Chine et au Brésil) sur ces sujets. Depuis 2009, il coordonne plusieurs projets de recherche sur les réseaux sociaux en ligne, la santé et la vie privée. Il a récemment publié Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Le Seuil, 2010), une étude sur la façon dont le Web reconfigure les formes du vivre ensemble dans les sociétés contemporaines.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search