Version classiqueVersion mobile

Génération Y et gestion publique : quels enjeux ?

 | 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

Génération Y : approches conceptuelle et technologique

Autour des concepts de « génération » et de « jeunesse »

Claudine Attias-Donfut

Texte intégral

  • 1 Van de Velde (C.), Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, coll. (...)
  • 2 Galland (O.), « Quitter ses parents en France et en Italie : deux modèles culturels contrastés ou d (...)
  • 3 Sgritta (G. B.), « Raisons culturelles et raisons pratiques. La famiglia lunga », in Cavalli (A.), (...)
  • 4 Van de Velde (C.), op. cit.

1La situation de la jeunesse, au regard de l’emploi, apparaît aujourd’hui plus préoccupante qu’elle ne l’a jamais été depuis le début des années 1980, quand la crise a durci durablement les conditions d’entrée sur le marché du travail. Phénomène assez général en Europe, il est particulièrement aigu en France où, davantage que leurs voisins, les jeunes Français ont le sentiment que la société ne leur laisse pas de place, comme le montrent les récentes données comparatives de l’European Social Survey. Leur plus grand pessimisme est en rapport avec des décennies de politiques publiques qui ont contribué à les enfermer dans un ensemble de dispositifs spécifiques qui, comme l’a montré Cécile Van de Velde, induisent en outre le maintien d’une dépendance à l’égard de la famille1. Les jeunes Français se rapprochent en cela des jeunes dans les pays du Sud. Comparant la France à l’Italie, Olivier Galland conclut que, malgré les différences statistiques, les deux modèles de transition à la vie adulte ne sont pas si éloignés2. Car, si les Français semblent partir du domicile parental plus tôt que les Italiens, ils restent néanmoins très proches de leurs parents sur les plans affectif et culturel, durant toute la phase de transition à la vie adulte, menant une « double vie » entre la famille et un logement indépendant (souvent payé ou mis à disposition par la famille). Le départ tardif des jeunes Italiens du domicile tient à la fois à des facteurs culturels et à des causes structurelles d’ordre politique, à savoir « le recul croissant et l’affaiblissement des politiques en faveur des jeunes et de la formation d’une famille »3, même si cette tendance a été renforcée par la prolongation des études et le développement de l’emploi féminin. Ainsi, la plupart des recherches convergent pour souligner l’impact des politiques publiques sur les conditions des jeunes, tant sur le plan familial, que du point de vue des études et de l’entrée dans la vie professionnelle. La transition à la vie adulte qui définit cette phase de vie est « institutionnalisée » par ces politiques, dont les contrastes sont particulièrement marqués entre les pays du nord et du sud de l’Europe, le passage à l’âge adulte étant nettement plus précoce au Nord4.

2Les différences ne tiennent pas seulement au niveau de développement des aides publiques, mais aussi à leurs conceptions. Dans les pays nordiques, les droits étant individualisés, les jeunes bénéficient de prestations sociales indépendamment de la situation de leurs parents. En France, l’attribution de bourses d’études est conditionnée par les revenus des familles, ce qui signifie qu’au regard de la protection sociale, les jeunes ne sont pas autonomes. De même, l’âge et les conditions d’obtention des minima sociaux supposent une présence de la famille. Ces réglementations sont en contradiction avec le désir d’autonomie des jeunes, qui font aussi l’objet d’injonctions paradoxales, par la société et par l’entourage, qui leur demandent d’être indépendants. L’augmentation du taux de suicide des jeunes au cours des dernières décennies est un signe fort de l’aggravation des problèmes qu’ils rencontrent.

  • 5 Baudelot (C.), Establet (R.), « Une jeunesse en panne d’avenir », in CEPREMAP, Une jeunesse diffici (...)

3En effet, les variations dans le temps et entre pays des taux de suicides des différentes classes d’âge se révèlent particulièrement sensibles aux transformations économiques et sociales qui affectent leurs conditions d’existence et de travail5.

4Alors les enjeux d’une gestion publique de la jeunesse paraissent être de taille, mais ils ne sont pas indépendants de celle de l’ensemble des âges et des générations.

Les jeunes de 2012, une génération constituée ?

5On emploie souvent indifféremment les termes de jeunes ou de jeunesse alors que ces notions sont sémantiquement distinctes, la jeunesse désigne une phase de vie alors que les jeunes sont les personnes qui la traversent et qui constituent une classe d’âge ou une génération. Les termes utilisés pour les autres phases de vie, enfance, adolescence ou vieillesse ne sont guère employés pour nommer ceux qui traversent ces étapes, les enfants, les adolescents, les vieux. La puissance symbolique de la jeunesse dans la société moderne est-elle à l’origine de cette concentration sémantique ? Désigner les jeunes, des êtres concrets, situés historiquement, par le terme abstrait de « jeunesse », serait-ce transcender leur caractère éphémère, dans une forme d’intemporalité ? Il est vrai que la jeunesse représente l’avenir et que l’on scrute, à travers elle, les réponses à nos interrogations sur cet avenir…

  • 6 Casilli (A.), « Cultures du numérique ». Présentation, Communications, n° 88, 2011, p. 5-8.
  • 7 Ces seuils d’âge étant arbitraires et flexibles, ils varient quelque peu selon les auteurs.
  • 8 Lobet-Maris (C.), « Âges et usages informatiques », Communications, 2011, p. 19-36.
  • 9 J’y ai aussi joué en qualifiant les jeunes de génération « kangourou » ou encore « désenchantée ».
  • 10 Bréchon (P.) Galland (O.), (dir.), L’individualisation des valeurs, Paris, Armand Colin, 2010.

6Les jeunes de la deuxième décennie du xxie siècle, ces « natifs du numérique »6, forment-ils une génération spécifique, consciente d’elle-même et constituée en force sociale, selon les critères de Mannheim ? On serait tenté de le penser si l’on en juge au regain d’intérêt porté à la jeunesse et à l’engouement médiatique pour l’expression génération Y. Mais cette façon de nommer ceux qui ont en 2012 environ7 entre 18 et 25 ans est surtout diffusée dans le monde du travail, tandis que, par ailleurs, de multiples appellations sont fabriquées à loisir. La Computer generation née entre 1975 et 1987 a été suivie de l’Internet generation née à partir de 19888. Chercheurs, essayistes, médias, tous se prêtent au jeu de dénominations des générations. Ont été ainsi largement diffusées au cours des dernières décennies des appellations le plus souvent éphémères9, telles que génération perdue, sacrifiée, inoxydable, e-génération… La génération 1988, année de la célébration des vingt ans de 1968, semble être tombée dans l’oubli. La génération Tanguy, du nom du film mettant en scène un sympathique jeune qui ne veut pas quitter le domicile parental, est devenue en quelque sorte intemporelle, évoquant un phénomène qui dure depuis des décennies et qui n’est pas propre à une génération spécifique. La génération Y ne serait-elle qu’une mode passagère, comme le laissent supposer les résultats de l’enquête sur les valeurs, qui ne montrent guère de différences vraiment significatives entre jeunes et vieux10 ? Ou présente-t-elle de réelles spécificités de génération ? Ou encore est-elle le symptôme d’une mutation en profondeur de toute une société et qui va affecter progressivement toutes les générations ? C’est cette dernière hypothèse qui sera retenue ici. L’avantage de Y sur d’autres appellations tient probablement à son mystère, car ce nom ne signifie rien d’autre que l’interrogation qu’il suscite. Nous ne sommes plus dans les évocations d’événements historiques dont témoignerait une génération, comme celle de la guerre, de la Résistance ou de 1968, ni dans l’évocation des modes, celle du jean, des blousons noirs, du rock, ni de l’état d’esprit, comme la bof, etc. Y n’est plus qu’une lettre ou une question (WHY ? Pourquoi ?). Serait-ce l’expression du climat actuel de perplexité, voire d’inquiétude, face à l’inconnu de l’avenir ?

7Nommer une génération, c’est créer un symbole, et contribuer aussi à une double illusion : l’uniformisation autour de ce symbole de l’ensemble des hommes et des femmes qui composent une génération, dans sa diversité et ses inégalités et la cristallisation de cette génération en un point du temps, ce qui la situe hors du temps. Alors le symbole devient mythe, un mythe symptomatique de son époque.

Comment est présentée la génération Y ?

  • 11 Dagnaud (M.), Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Pari (...)
  • 12 Lobet-Maris (C.), op. cit., p. 26.

8La génération Y est surtout gratifiée d’innovation dans ses modes de sociabilité. Selon Monique Dagnaud, ces jeunes qui ont baigné dès l’enfance dans la pratique digitale ont pris l’habitude de converser et d’échanger via les réseaux numériques, ce qui valorise la culture des compétences relationnelles, permet de procurer la reconnaissance de ses pairs et contribue à l’intégration sociale11. La sociabilité entre pairs domine, les jeunes ayant sur la toile leurs propres réseaux dans lesquels les adultes ne s’aventurent pas. On observe, en effet, la généralisation de l’inscription sur des sites Internet chez les lycéens, ce qui est signe d’un enrichissement de la sociabilité, mais avec le risque de dilution de l’identité personnelle dans cet effacement apparent de la distance et en raison de la trop grande emprise du présent et de l’immédiateté. « Si la construction de soi impose une prise de distance salvatrice, une remise en question des modèles transmis, la vie de plus en plus connectée dans l’instant pose alors la question des capacités réflexives à mettre en œuvre pour exister en tant que sujet et agir en tant qu’acteur dans un monde toujours plus immédiat et de moins en moins lisible socialement »12.

  • 13 Casilli (A.), op. cit.

9Plus profondément, c’est une nouvelle définition de l’individu qui serait en gestation dans cette culture moderne. « Les usages technologiques actuels influencent non seulement les transformations des pratiques communicationnelles et productives, mais également l’émergence de nouvelles définitions de soi, de nouvelles occasions d’interaction sociale, de phénomènes politiques inédits »13.

  • 14 Granjon (F.), « Fracture numérique », Communications, n° 88, Paris, Le Seuil, 2011, p. 67-74.

10Les questions que la culture du numérique fait surgir, surtout dans les analyses et représentations concernant la jeunesse, vont certainement se poser à terme pour l’ensemble de la société. Ces mutations globales, plus marquées, plus visibles, plus généralisées parmi les jeunes, concernent finalement tous les âges, mais à des niveaux différents et selon une nouvelle fracture sociale, la fracture numérique, que dessinent les inégalités d’accès et d’usage du numérique, qui traversent les générations14.

Les jeunes et leurs rapports aux générations antérieures

  • 15 Attias-Donfut (C.), Les solidarités entre générations. Vieillesse, famille, État, Paris, Armand Col (...)
  • 16 Voir : Baudelot (C.), Establet (R.), Avoir 30 ans en 1968 et en 1998, Paris, Le Seuil, 2000 et Chau (...)

11La société hyperindividualiste et vieillissante a transformé la famille dans sa structure et son fonctionnement. Les rapports entre générations ont été redéfinis, dans une nouvelle articulation entre autonomie, interdépendance et solidarités. Le statut des jeunes dans la famille s’est modifié sous l’effet du développement de la protection sociale et de l’explosion scolaire. Fort objet d’investissement, les jeunes bénéficient des aides des parents et grands-parents, d’autant plus importants que la crise économique a accru leurs besoins à la fois de formation et d’aide matérielle. Selon une enquête réalisée en 1992 sur trois générations familiales, les plus jeunes qui avaient à l’époque entre 18 et 30 ans considéraient majoritairement qu’ils n’allaient pas réussir aussi bien que leurs parents, contrairement à ces derniers (âgés dans l’enquête de 49 à 53 ans) ainsi qu’à leurs grands-parents (âgés en moyenne de 77 ans), qui s’estimaient en grande majorité en mobilité ascendante15. Cette évaluation subjective s’est avérée fondée objectivement, comme l’ont établi par la suite les analyses comparatives de cohortes en termes de salaires ou de carrières professionnelles16. Aujourd’hui, vingt ans après, la descente amorcée par la génération précédente se prolonge dans la nouvelle génération.

12Dans l’entreprise, la durée réduite de la vie active se réduit à la fois par le recul de l’âge au premier emploi (en raison de la prolongation des études et du retard à trouver un emploi) et par la tendance à une sortie précoce, dont l’âge moyen, d’environ 58 ans, tend néanmoins à augmenter légèrement. Cette faible durée de vie active contraste avec la formidable longévité, qui n’a cessé de s’étendre et atteint près de 79 ans pour les hommes et pas loin de 85 ans pour les femmes. Tout se passe comme si l’entreprise, et plus généralement le monde du travail, constituait un microcosme humain, générant une temporalité propre, déconnectée du monde extérieur. En outre, la transmission entre générations semble souvent en panne, quand l’entreprise se modernise, l’expérience des seniors se dévalue et les jeunes nouveaux sont livrés aux machines et à eux-mêmes. Comment concevoir une gestion de l’emploi qui donne toute leur place à tous les âges et favorise leur coopération au sein du milieu professionnel, c’est là un enjeu vital pour l’économie et la cohésion sociale.

  • 17 Attias-Donfut (C.), Segalen (M.), Grands-parents. La famille à travers les générations, Paris, Odil (...)
  • 18 Bantigny (L.), « De Mai 68 au mouvement anti-CPE. Filiations et ruptures dans la mobilisation de la (...)

13Dans la vie familiale, la tendance à l’augmentation des divorces et des séparations s’est amplifiée. Les petits-enfants des baby-boomers, qui composent la génération Y, ont plus souvent vécu dans des familles éclatées que leurs prédécesseurs, mais ils ont été en revanche plus proches de leurs grands-parents que les générations précédentes. Les jeunes de 2012 forment la première génération à avoir bénéficié d’une aide « grand-parentale » accrue sous l’effet de la fragilité des couples et du développement du travail féminin17. Ils ont alors connu dans leur enfance une proximité inédite avec leurs aïeux. Cette proximité favorise-t-elle les transmissions entre ces derniers, les ex-soixante-huitards et la génération Y ? On pourrait le penser, à lire l’analyse que fait Ludivine Bantigny des filiations et transmissions entre Mai 68 et le mouvement anti-Contrat Première Embauche (CPE) du printemps 200618. C’est dans les répertoires d’actions, de revendications et de propositions politiques que se manifeste une telle filiation, tout en coexistant avec un souci fortement exprimé par les jeunes de se démarquer des aînés.

14Mais à la différence de celui de Mai 68, le mouvement anti-CPE n’exprime pas de conflit de générations. Au contraire, les liens entre générations se sont resserrés, comme le montre le développement de leurs solidarités. L’amélioration de la protection sociale et des retraites aurait même contribué à les pacifier, selon notre hypothèse, aux antipodes de l’idée d’une guerre des générations qui résulterait des inégalités entre elles.

Conflits de générations ?

15Les conflits opposant jeunes et adultes, qui ont culminé avec les mouvements de 1968 et dont l’actualité s’est maintenue (bien qu’atténuée) jusqu’aux années 1980, ont fait place à une controverse tout à fait inédite sur l’équité entre générations, opposant non plus deux, mais trois générations, dont celle des retraités. À la différence des années soixante, l’enjeu n’est plus culturel et politique, il est principalement économique. La polémique ne porte plus sur la hiérarchie (ou la domination) entre générations et entre sexes dans les familles ou les universités, mais a pour enjeu l’attribution des ressources publiques et leur répartition entre les générations qui se situent avant, pendant et après la vie active.

16Le ralentissement de la croissance, l’augmentation du chômage, une crise économique majeure ont particulièrement touché les jeunes qui comptent aujourd’hui la plus forte proportion de pauvres. Pour la première fois, les nouvelles générations non seulement ne progresseront pas autant que celles qui les ont précédées, mais aussi auront de moins bonnes conditions de vie qu’elles. Et voici qu’une jeunesse sacrifiée côtoie une vieillesse dorée, qualifiée d’« égoïste » : c’est dans des termes de cet ordre que se présente la controverse actuelle sur « l’équité entre générations ». Elle prolonge un débat, initié dans les années 1980, par des associations américaines liées à des compagnies d’assurances privées, hostiles à la sécurité sociale publique. Elle s’est ensuite largement diffusée dans toutes les sociétés dotées de systèmes de protection sociale. Ce qui est en jeu est en réalité l’avenir de la protection sociale, dans un débat opposant les tenants d’une réduction de la protection sociale au profit du marché, sous couvert d’équité aux défenseurs de la solidarité sociale. Dans ce débat, seuls les transferts publics entre générations avaient initialement été pris en compte, tandis que les flux d’échanges entre générations familiales avaient été totalement ignorés.

17Prenant le contre-pied de cette thèse, nous avons montré, sur la base de données empiriques, l’existence d’un double circuit de transferts publics et privés entre générations, attestant du maintien de fortes solidarités entre elles et réfutant l’hypothèse de conflits ayant pour enjeu la redistribution sociale. Certes, les transferts intergénérationnels, s’ils ont pour effet de réduire les inégalités intergénérationnelles, contribuent aux inégalités d’ensemble de la société, toutes les familles n’ayant pas les moyens de pourvoir aux besoins de leurs membres et des jeunes en particulier. Mais il faut distinguer la question des inégalités sociales, qui traversent toute génération, de la question générationnelle. Celle-ci risque de masquer la question sociale en se substituant à elle. Par ailleurs, inégalités et conflits sont des phénomènes distincts d’autant plus que les sondages d’opinion, en Europe et en Amérique du Nord, n’accréditent pas l’existence d’une lutte des générations dont l’enjeu serait la retraite.

18La protection sociale a, au contraire, renouvelé le pacte intergénérationnel et a contribué à pacifier les rapports entre générations, en instituant une solidarité publique entre elles. Les modes de réciprocité entre générations ont été dénommés des « contrats de générations », contrats implicites qui incluent tant leurs échanges formels (à travers les systèmes de protection sociale) que leurs échanges informels, au sein de la famille. De plus, ces contrats sont fondés sur des contrats tacites entre sexes, qui assurent la reproduction de la société. Ainsi, la question des inégalités sociales ne saurait se limiter à celles qui se situent entre générations, mais doit inclure les inégalités entre hommes et femmes et au sein des générations, dans l’ensemble de la société.

  • 19 Tavoillot (P.-H.), « Pour une philosophie politique des âges de la vie » in Muxel (A.), (dir.), La (...)

19En ce début du xxie siècle, le spectre du conflit intergénérationnel n’a pas disparu, mais le débat est dépersonnalisé, devenu plus technique, en relation avec la crise financière et économique. Et le scénario du conflit est de plus en plus contesté. « La guerre des âges n’aura pas lieu », affirme Pierre-Henri Tavoillot, qui avance deux raisons principales : le fait que la jeunesse actuelle ne s’est pas constituée en classe susceptible de porter un mouvement social et l’intensification de la solidarité intergénérationnelle19.

20Nous sommes entrés dans une période marquée par une plus grande complexité du lien intergénérationnel, combinant à la fois l’accélération des changements de société et l’accentuation du vieillissement démographique et donnant lieu à une diversité de débats et de représentations dans l’espace public.

  • 20 Mead (M.), Le fossé des générations, Paris, Denoël Gonthier, 1971.

21On assiste au retour de l’idée d’un « fossé des générations », selon l’expression de Margaret Mead20, popularisée dans les années 1970, opposant les jeunes à leurs prédécesseurs. Cette idée n’a jamais été complètement absente de l’espace public, le mythe du conflit de générations étant prégnant dans la culture moderne et se nourrissant de la vulgate psychanalytique. Son regain d’actualité tient aussi à plusieurs phénomènes.

  • 21 Dagnaud (M.), 2011, op. cit.

22Les jeunes sont confrontés à de réelles difficultés qui suscitent régulièrement des mouvements de protestation. Les inégalités sociales sont croissantes dans l’ensemble de la population et elles le sont plus particulièrement parmi les jeunes. La volonté d’égalité et de démocratie s’affirme dans de nombreuses formes d’expressions de la jeunesse, que ce soit dans les mouvements de revendication, les manifestations dans la rue, les échanges dans les réseaux sociaux21, ou encore dans les protestations globalisées des « indignés ». La génération née à l’époque du numérique et d’Internet incarne la mutation technologique et culturelle en cours, la transformation du rapport à l’espace et au temps, ce que beaucoup d’observateurs considèrent comme une profonde mutation anthropologique.

23Enfin, on ne peut traiter de la jeunesse en France sans tenir compte de ce qu’on appelle les jeunes des cités, dont certains se sont violemment manifestés au cours des émeutes de 2005 en banlieue parisienne. Il s’agissait d’hommes jeunes généralement en situation de précarité ou au chômage, de familles très modestes originaires principalement du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

  • 22 Kepel (G.), Banlieue de la République, Paris, Institut Montaigne, 2001.

24Cette partie (très minoritaire) de la jeunesse est à replacer dans le contexte urbain et social des événements. Il convient d’éviter les extrapolations hâtives à l’ensemble de la jeunesse immigrée qui échappe en très grande majorité à ces dérives et dont la plus grande partie habite hors des zones urbaines dites sensibles. En outre, un important programme de rénovation urbaine, de formation et d’assistance auprès des populations fragiles des communes concernées a été mis en place, qui devrait leur permettre une meilleure intégration et dont les enjeux politiques et sociaux sont essentiels22.

La jeunesse issue de l’immigration

  • 23 L’analyse qui est présentée ici s’appuie principalement sur les données d’une enquête quantitative (...)

25Loin de se réduire aux populations à risque, les enfants d’immigrés ont des parcours extrêmement variés et appartiennent à des milieux très divers, même s’ils sont surreprésentés dans les familles nombreuses des couches défavorisées. Les familles immigrées ont très souvent une forte culture de solidarité, ancrée dans les traditions familiales des pays d’origine23. On y trouve, par exemple, un taux de cohabitation des générations significativement plus élevé parmi les originaires de pays méditerranéens, notamment d’Espagne, d’Italie et du Maghreb.

26Les enfants d’immigrés, comme l’ensemble des jeunes, bénéficient de l’assistance du réseau familial, selon des modalités qui varient en fonction des traditions et des contacts avec le pays d’origine. À cet égard, un changement important a été apporté par les nouvelles technologies. Médias électroniques et démocratisation des voyages aériens facilitent toujours plus les relations à distance. Téléphones, portables, SMS, Internet, Skype… ont relégué au musée de l’histoire un passé pourtant pas si lointain des échanges épistolaires, de la longue attente de la lettre d’outre-mer, dont l’arrivée constituait un grand événement pour la famille restée au pays comme pour celle qui en était partie. Le contact immédiat entre individus d’un bout à l’autre de la planète, en temps réel, par le texte, la voix ou l’image, produit des communautés virtuelles à distance et bouleverse à la fois les liens sociaux et les diffusions culturelles. À l’ère des communications sans frontières et du cyberespace, les contacts entre générations, sous forme de rencontres, de conversations téléphoniques ou par le Net s’intensifient, les générations ayant désormais la possibilité de demeurer interconnectées, quasiment en permanence. Ces pratiques transnationales inculquées aux enfants d’immigrés, dès leur enfance, favorisent chez eux l’apparition de vocations dans les activités internationales et, en particulier, dans le champ de l’aide au développement, dirigé ou non vers le pays d’origine des parents, même s’il est bien rare qu’ils souhaitent s’y établir. Il serait judicieux de mettre à profit ces vocations et compétences pour les appliquer au développement du champ de l’international, dans le social, le commerce ou l’industrie.

  • 24 Attias-Donfut (C.), Ogg (J.), Wolff (F.-C.), « European patterns of intergenerational financial and (...)

27Les échanges d’argent alimentent les liens familiaux intergénérationnels, mais ils sont aussi tributaires des niveaux de développement du pays d’origine et surtout de son système de protection sociale. L’une des caractéristiques les plus significatives et les plus spécifiques des aides monétaires dans les familles immigrées est le fait qu’elles s’adressent aussi fréquemment (et même un peu plus) aux parents qu’aux enfants. Ce sont essentiellement les immigrés d’origine non européenne qui adressent plus de dons d’argent aux parents, tandis que les Européens les versent davantage aux enfants. Dans la plupart des pays d’Afrique et d’Asie, en l’absence d’État providence, la charge économique des parents âgés incombe aux familles et surtout aux enfants ayant émigré, dont la contribution financière remplit la fonction d’assurance vieillesse. Cette pratique est renforcée par la norme de respect et de valorisation des anciens dans les cultures traditionnelles orientales et africaines. Cela les différencie de l’ensemble des familles de France et d’Europe, dans lesquelles les aides financières descendent très largement les générations, les parents soutenant principalement leurs enfants adultes et très rarement leurs vieux parents24. Les aides aux parents âgés sont modestes tout en étant fréquentes, mais elles représentent néanmoins pour ceux vivant dans des pays émergents une source appréciable de revenus. Ces transferts grèvent les budgets des familles les plus modestes, et réduisent leurs capacités d’aider leurs enfants et de financer leurs études.

28Néanmoins, pour l’ensemble des enfants des immigrés de tout continent, les niveaux d’études sont dans l’ensemble relativement élevés, reflétant l’explosion scolaire des dernières décennies, un phénomène général en France. La scolarisation se prolonge bien au-delà de l’âge obligatoire, la sortie du système scolaire avant l’âge de 20 ans étant très minoritaire, de l’ordre de 15 %.

29Les enfants âgés de 20 à 29 ans comptent davantage de bacheliers et de diplômés d’études supérieures que ceux qui ont entre 30 et 39 ans. Les différences entre ces deux groupes d’âge sont le reflet de l’extension massive de l’éducation au cours des dix années qui les séparent.

30Il reste que le niveau d’éducation des enfants est corrélé à celui des parents, toutes choses égales par ailleurs, un résultat qui ne saurait surprendre. Néanmoins, les trajectoires des fils sont plus entravées que celles des filles dont le potentiel de réussite scolaire leur est supérieur. L’influence des revenus et du niveau de vie des parents sur la réussite scolaire de leurs enfants se vérifie très largement, tant pour les filles que pour les fils. Plus le niveau de vie est aisé, plus forte est la probabilité pour leurs enfants d’atteindre un haut niveau scolaire. C’est de nouveau un résultat attendu. Par ailleurs, et de façon plus étonnante, le niveau de vie que les parents avaient au cours de leur enfance au pays d’origine exerce une influence propre. Ces conséquences à long terme sont notables. Malgré les années écoulées depuis leur adolescence, malgré leur changement de pays et de vie et, quel que soit leur niveau de vie actuel, les conditions de l’enfance des immigrés ont encore un impact sur les trajectoires scolaires de leurs descendants. Une certaine aisance au cours de l’enfance des parents au pays natal favorise, plusieurs décennies plus tard, l’accès de leurs enfants aux études supérieures en France. C’est certainement dû en grande partie aux acquis culturels qui y sont associés, ainsi qu’au capital social hérité. Le fait de n’avoir pas la charge de leurs vieux parents pour ceux qui viennent de milieux aisés contribue très certainement à leur permettre d’investir sur leurs enfants nés en France. L’origine sociale des migrants influence leurs propres destins et a aussi un impact sur le destin scolaire de leurs enfants, illustrant la rémanence d’éléments de continuité familiale, dans le temps et à travers les frontières.

31Les difficultés linguistiques en français des parents résistent, elles aussi, au temps. Malgré un long séjour en France, elles sont encore un véritable handicap pour certains immigrés. Ces difficultés sont aussi un désavantage pour leurs enfants, si on en juge à la forte et négative influence qu’exerce l’incompétence des parents à lire le français sur le niveau d’éducation des enfants. Cette influence affecte toutefois plus fortement les études des fils que des filles. L’affiliation de l’enfant à un couple uni ou dissocié influence ses performances scolaires lorsque l’on prend en compte l’ensemble des enfants des familles recomposées. Ce fait connu se vérifie ici aussi bien pour les fils que pour les filles. La séparation des parents réduit les chances des enfants d’atteindre un niveau d’éducation supérieur. Par ailleurs, les enfants nés hors de France voient également se réduire leurs chances de réussite scolaire par rapport à ceux qui sont nés en France.

32Enfin, l’environnement de l’habitat exerce, et de façon importante, des effets propres sur l’avenir des enfants. Vivre dans les cités et les grands ensembles est clairement défavorable aux parcours scolaires des filles et des fils (et un peu plus pour ces derniers), toutes choses étant égales par ailleurs. Nous avons ici la preuve statistique d’un phénomène que les familles habitant ces cités appréhendent et que les données sur les performances des lycées et collèges confirment. Et, quand les moyens financiers le leur permettent, les familles résidant dans ces cités préfèrent scolariser leurs enfants dans des écoles privées, hors du quartier, pour limiter ces effets négatifs.

33Finalement, une fois identifiés ces multiples facteurs d’influence sur les trajectoires scolaires, et après avoir neutralisé l’ensemble de ces variables significatives, le pays d’origine des parents n’a plus guère d’incidence sur la performance scolaire des jeunes, sinon de façon marginale.

34La prédominance des facteurs socio-économiques sur les facteurs culturels pour expliquer les difficultés scolaires ou d’intégration des enfants d’immigrés démontre, s’il en était besoin, que le problème que pose une partie de la jeunesse des banlieues relève largement des politiques publiques. Il importe aussi de rectifier, dans l’espace public, l’image de la jeunesse issue de l’immigration, trop souvent assimilée à tort à une minorité problématique et stigmatisée avec laquelle elle ne se confond pas.

Conclusion

  • 25 Serres (M.), Temps des crises, Le Pommier, 2009.

35Dans notre « société du travail », où l’individu ne s’accomplit pleinement que par l’intégration professionnelle, il est paradoxal que le monde productif soit fermé à la jeunesse, qui représente l’avenir de la société. Un tel problème ne saurait être traité que dans une politique d’ensemble des âges et des générations. De même que la politique visant spécifiquement les seniors s’est révélée mener à une impasse (leur taux de chômage ne fait qu’augmenter), de même les multiples mesures en direction des jeunes échouent à les intégrer au milieu du travail et en laissent un trop grand nombre à la marge. De par l’interdépendance des générations, les problèmes des uns se répercutent sur les autres, dans la famille, comme dans le travail. Il reste que c’est la jeunesse qui est en première ligne dans les périodes de bouleversements et de déstabilisation sociale. Suivant l’analyse de Michel Serres25, nous vivons une formidable aventure à l’ère de l’information qui abolit les distances et défie le temps. L’homme est en train de changer, la civilisation est en train de changer. La génération Y préfigure ces changements qui vont s’étendre à l’ensemble des générations. Répondre aux besoins des jeunes, les aider à résoudre les difficultés que leur ménage la société et à acquérir une autonomie vraie, peut être une chance pour les politiques publiques de prendre conscience de la nécessité d’inventer avec eux la nouvelle civilisation annoncée.

Notes

1 Van de Velde (C.), Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2008.

2 Galland (O.), « Quitter ses parents en France et en Italie : deux modèles culturels contrastés ou deux variantes ? » in Cavalli (A.), Cicchelli (V.) et Galland (O.), (dir.), Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 32-38.

3 Sgritta (G. B.), « Raisons culturelles et raisons pratiques. La famiglia lunga », in Cavalli (A.), Cicchelli (V.) et Galland (O.), (dir.), Deux pays, deux jeunesses ? La condition juvénile en France et en Italie, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 29.

4 Van de Velde (C.), op. cit.

5 Baudelot (C.), Establet (R.), « Une jeunesse en panne d’avenir », in CEPREMAP, Une jeunesse difficile. Portrait économique et social de la jeunesse française, Paris, éd. ENS, rue d’Ulm, 2007, p. 25-57.

6 Casilli (A.), « Cultures du numérique ». Présentation, Communications, n° 88, 2011, p. 5-8.

7 Ces seuils d’âge étant arbitraires et flexibles, ils varient quelque peu selon les auteurs.

8 Lobet-Maris (C.), « Âges et usages informatiques », Communications, 2011, p. 19-36.

9 J’y ai aussi joué en qualifiant les jeunes de génération « kangourou » ou encore « désenchantée ».

10 Bréchon (P.) Galland (O.), (dir.), L’individualisation des valeurs, Paris, Armand Colin, 2010.

11 Dagnaud (M.), Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Paris, Presses de Sciences-Po, 2011.

12 Lobet-Maris (C.), op. cit., p. 26.

13 Casilli (A.), op. cit.

14 Granjon (F.), « Fracture numérique », Communications, n° 88, Paris, Le Seuil, 2011, p. 67-74.

15 Attias-Donfut (C.), Les solidarités entre générations. Vieillesse, famille, État, Paris, Armand Colin, 1995.

16 Voir : Baudelot (C.), Establet (R.), Avoir 30 ans en 1968 et en 1998, Paris, Le Seuil, 2000 et Chauvel (L.), Le destin des générations, Paris, PUF, 1998.

17 Attias-Donfut (C.), Segalen (M.), Grands-parents. La famille à travers les générations, Paris, Odile Jacob, 1998 (rééd. 2007).

18 Bantigny (L.), « De Mai 68 au mouvement anti-CPE. Filiations et ruptures dans la mobilisation de la jeunesse » in Muxel (A.), (dir.), La politique au fil de l’âge, Paris, Presses de Sciences-Po, 2011, p. 163-179.

19 Tavoillot (P.-H.), « Pour une philosophie politique des âges de la vie » in Muxel (A.), (dir.), La politique au fil de l’âge, Paris, Presses de Sciences-Po, 2011, p. 33-45.

20 Mead (M.), Le fossé des générations, Paris, Denoël Gonthier, 1971.

21 Dagnaud (M.), 2011, op. cit.

22 Kepel (G.), Banlieue de la République, Paris, Institut Montaigne, 2001.

23 L’analyse qui est présentée ici s’appuie principalement sur les données d’une enquête quantitative réalisée en France sur les immigrés et leurs enfants, à travers tout le territoire national. L’échantillon est représentatif de toutes les personnes âgées de 45 à 70 ans, nées à l’étranger (à l’exception des Français de naissance), ainsi que de tous leurs enfants, ceux qui vivent en France comme ceux qui vivent à l’étranger (10 % de l’ensemble des enfants). L’échantillon n’est pas limité aux immigrés originaires de pays en développement, contrairement à la plupart des enquêtes sur ce thème. Notre choix d’inclure aussi les Européens a été motivé à la fois par une vision non ethnicisée de l’immigration et en raison de l’intérêt de comparer des populations vivant l’expérience du déplacement dans les contextes les plus variés. Ce choix était réalisable, compte tenu de la taille de l’échantillon (6 211 immigrés, 19 285 enfants). Malgré l’extrême diversité des composantes de la population immigrée ainsi définie, elle présente des points communs, car la migration produit partout des familles transnationales et introduit une discontinuité spécifique dans les rapports intergénérationnels (Attias-Donfut (C.), Wolff (F.-C.), Le destin des enfants d’immigrés, Stock, 2009).

24 Attias-Donfut (C.), Ogg (J.), Wolff (F.-C.), « European patterns of intergenerational financial and time transfers », European Journal of Ageing, vol. 2, n° 3, 2005, p. 161-173.

25 Serres (M.), Temps des crises, Le Pommier, 2009.

Auteur

Directrice de recherche à la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) et associée au Centre Edgar Morin de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Claudine Attias-Donfut est une spécialiste des questions de relations entre générations. Elle a été rédactrice en chef de la revue Retraite et Société jusqu’en 2011. Elle a publié de nombreux articles et ouvrages. On peut citer : Sociologie des générations (PUF, 1988), Les Solidarités entre générations (Nathan, 1994), Générations et âges de la vie (PUF, 1991), Grands-Parents. La famille à travers les générations avec Martine Segalen (Odile Jacob, 2007) ou encore Le Destin des enfants d’immigrés avec François-Charles Wolff (Stock, 2009).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search