Version classiqueVersion mobile

Génération Y et gestion publique : quels enjeux ?

 | 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

Préface

Mylène Orange-Louboutin

Texte intégral

1Le présent ouvrage est issu, en grande partie, des 10e Rencontres internationales de la gestion publique (RIGP) organisé par l’IGPDE les 27 et 28 juin 2011.

2Le thème retenu, Génération Y et gestion publique : quels enjeux ?, s’inscrit pleinement dans la vocation de l’IGPDE qui est de suivre les évolutions de la société et de réfléchir à leurs incidences en termes de gestion publique.

3La génération Y est une génération à la fois inquiète quant à son avenir, donc en recherche de stabilité, et une génération mobile (génération ERASMUS) : quelles perspectives la fonction publique peut-elle lui proposer pour concilier ces deux aspirations contradictoires ?

4La génération Y est une génération « hyperconnectée » : comment adapter l’environnement technologique et juridique pour qu’elle se sente à l’aise ?

5S’agissant des perspectives, la fonction publique doit être capable d’offrir aux agents un cadre professionnel stable. En même temps, il faut encourager et satisfaire leur besoin de mobilité, y compris en développant les échanges avec le secteur privé et les administrations d’autres États. L’administration, comme les entreprises, devrait trouver avantage à cette fertilisation croisée. Ces « carrières », revisitées, permettraient d’atteindre un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, notamment grâce au télétravail.

6S’agissant de l’organisation et du management, les valeurs qu’on associe à la génération Y appellent l’accélération d’un certain nombre d’évolutions déjà bien engagées :

  • les jeunes semblent reconnaître plus difficilement l’autorité formelle que leurs prédécesseurs ; il est donc essentiel que les managers puissent mobiliser leurs équipes autour de projets ;

  • dans le même esprit, les managers se doivent d’être réactifs et de faire preuve de disponibilité immédiate. À l’ordre hiérarchique se substituerait le pouvoir de conviction et d’entraînement ;

  • pour faciliter cette mutation, la structure des administrations elles-mêmes pourrait s’orienter vers des organigrammes plus horizontaux, adaptés au mode projet ;

  • dans ce contexte, l’adaptation des processus de décision à ce rythme nouveau devrait s’imposer…

7À l’origine, la mise en réseau des ordinateurs, sur les campus américains, reflétait les valeurs de coopération, de solidarité, d’échanges de données. Les jeunes de la génération Y semblent perpétuer ces valeurs. Ceci invite à l’adaptation de l’environnement technologique des administrations :

  • en interne, peut-être en s’appuyant sur le développement du web 2.0 qui permet de tisser des réseaux collaboratifs de fonctionnaires ;

  • en externe, en renforçant le dialogue avec les usagers qui ont de nouvelles attentes.

8La génération Y se caractérise en particulier par le fait qu’elle a accès à toutes les sources d’information et qu’elle est habituée à « zapper » d’un sujet à un autre. Dans ces conditions la formation ne peut rester hors de ces évolutions. L’IGPDE, comme nombre d’opérateurs, a déjà commencé à intégrer cette nécessaire évolution en adaptant ses méthodes et ses supports pédagogiques, comme en témoignent le développement de l’e-learning, l’usage des « serious games » et un usage croissant des supports dématérialisés.

Auteur

Administratrice civile hors classe, Mylène Orange-Louboutin a rejoint le ministère chargé de l’économie et des finances en 1994, dès sa sortie de l’Ena (promotion « Antoine de Saint-Exupéry »). Diplômée de l’Institut d’Études Politiques de Paris, elle avait auparavant passé quelques années au ministère de la Justice en tant qu’attachée d’administration centrale. En 1994, elle rejoint la direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI) dans laquelle elle fera une bonne partie de sa carrière, d’abord en tant que chef du bureau des affaires communautaires générales et de la coopération internationale puis, en 2002, comme chef du bureau de la politique générale du personnel. En 2011, elle a été nommée directrice générale de l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE), toujours au sein des ministères économique et financier.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search