Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (II)

 | 
Guy Antonetti

Épilogue

Texte intégral

À quel âge sont-ils arrivés au ministère des Finances ?

1À 33 ans DUCHÂTEL, à 41 ans PASSY et LACAVE-LAPLAGNE : ils furent les trois les plus jeunes. À 59 ans LOUIS et CORVETTO, et à 63 ans LAFFITTE : ils furent les plus âgés. Les neuf autres y arrivèrent entre 42 et 57 ans. La moyenne s’établit à 50 ans et la médiane à 53 ans, chiffres qui sont un peu plus élevés que ceux de la période précédente : sous la Restauration et la monarchie de Juillet un certain vieillissement du personnel se fit sentir. En 1832, LOUIS quitta le ministère à 77 ans, HUMANN mourut à son bureau à 62 ans. Quant aux deux sous-secrétaires d’État, LA BOUILLERIE fut nommé à 52 ans, et THIERS à 33 ans.

Combien de temps sont-ils restés au ministère des Finances ?

2Sur quinze ministres, six seulement gérèrent les Finances pendant plus de trois ans : LACAVE-LAPLAGNE (6 ans 10 mois, en deux ministères), VILLÈLE (6 ans), HUMANN (4 ans 9 mois, en deux ministères), LOUIS (4 ans 5 mois, en cinq ministères), ROY (3 ans 9 mois en trois ministères) et CORVETTO (3 ans 2 mois). Les neuf autres ne firent qu’y passer quelques mois, voire quelques semaines, sans qu’aucun d’eux n’y dépassât un an : de PASSY (près de 10 mois) à GAUTIER (1 mois ½), en passant par DUMON et CHABROL (un peu plus de 9 mois chacun), d’ARGOUT, DUCHÂTEL et PELET de la Lozère (un peu plus de 7 mois chacun), LAFFITTE (un peu plus de 4 mois) et CHABROL (un peu plus de 2 mois). Il y eut deux périodes d’instabilité : de 1829 à 1832, où se succédèrent six ministres (de ROY à HUMANN), et de 1836 à 1840, où se succédèrent huit ministres (de HUMANN, démissionnaire au début de 1836, au retour de HUMANN en octobre 1840).

Quelles furent leurs origines géographiques ?

3À l’inverse de la période précédente ce furent les méridionaux qui furent plus nombreux (11) que les septentrionaux (6). Parmi les méridionaux, il y eut trois Languedociens (VILLÈLE, MONTBEL, PELET de la Lozère), deux Aquitains (GAUTIER, DUMON), un Génois (CORVETTO), un Auvergnat (CHABROL), un Béarnais (LAFFITTE), un Provençal (THIERS), un Dauphinois (d’ARGOUT), un Gascon (LACAVE-LAPLAGNE). Les septentrionaux furent deux Normands (PASSY, DUCHÂTEL), un Lorrain (LOUIS), un Manceau (LA BOUILLERIE), un Champenois (ROY), un Alsacien (HUMANN).

Quelles furent leurs origines sociales ?

4Sur les dix-sept ministres ou sous-secrétaires d’État de cette période, cinq étaient issus de familles qui étaient nobles avant 1789, mais qui toutes appartenaient alors à une petite noblesse relativement récente : les VILLÈLE, anoblis par charge de secrétaire notaire du roi au xviie siècle, les CHABROL, anoblis par Louis XV, les BARON de MONTBEL, entrés dans la noblesse parlementaire toulousaine au xviiie siècle, les d’ARGOUT, parvenus à la noblesse au xviiie siècle par trois générations de capitaines chevaliers de Saint-Louis, et les DUCHÂTEL, parvenus à la petite noblesse de robe au xviie siècle. Sous l’Empire LA BOUILLERIE fut titré baron, puis comte, et le père de DUCHÂTEL comte.

5Sept autres ministres ou sous-secrétaires d’État présentèrent un profil social analogue, mais à un niveau moindre, étant issus de familles de bonne bourgeoisie provinciale, parvenues avant la Révolution à de petits offices de judicature ou de finance, ou au rang d’avocat, mais n’ayant pas accédé à la noblesse : les LOUIS à Metz, les ROY dans le Bassigny, les THIERS à Aix-en-Provence, les PASSY à Gisors, les LACAVE-LAPLAGNE dans l’Armagnac, et les PELET de la Lozère à Florac. Avec une charge de trésorier de France, le père de ROULLET de LA BOUILLERIE était fort avancé sur le chemin qui conduisait à la noblesse, mais dans son acte de mariage en 1753 il était encore qualifié bourgeoisement de « Monsieur » et non noblement de « Messire ».

6Également de bonne bourgeoisie du négoce (les GAUTIER à Bordeaux, les DUMON à Agen) ou des professions libérales (CORVETTO, fils d’architecte). Seuls deux ministres eurent des origines familiales très modestes, LAFFITTE, issu d’un charpentier de Bayonne, et HUMANN, issu d’un maître tailleur de Strasbourg, lui-même issu d’une famille paysanne d’Alsace.

7Sous l’Empire avaient été anoblis et titrés LOUIS (baron) et CORVETTIO (comte), ainsi que le père de PELET de la Lozère (comte). ROY le fut sous la Restauration, par Charles X, qui le fit comte. On notera que Louis-Philippe n’a anobli ni titré aucun de ceux de ses ministres ou sous-secrétaires d’État des Finances qui étaient plébéiens et qui le restèrent : LAFFITTE, THIERS, HUMANN, LACAVE-LAPLAGNE, GAUTIER, PASSY, DUMON. Louis-Philippe affirmait que les Français concevaient pour la noblesse les sentiments que l’eau inspire à l’hydrophobe : à la différence de Napoléon, Louis XVIII et Charles X il n’a concédé anoblissements et titres que parcimonieusement.

Combien eurent-ils de frères et sœurs, et combien eurent-ils d’enfants ?

8Sur les dix-sept pères de ministres ou sous-secrétaires d’État, un seul, le père d’Adolphe THIERS, eut une vie conjugale des plus irrégulières et fut un père indigne des plus abjects. Ces dix-sept couples parentaux eurent moins d’enfants que les couples parentaux de la période précédente. Trois d’entre eux seulement eurent au moins dix enfants : il s’agit des mariages les plus anciens, relevant de la démographie archaïque (LOUIS, mariage de 1739, 15 enfants ; LAFFITTE, mariage de 1754, 10 enfants ; HUMANN, mariage de 1765, 13 enfants). Les parents de CORVETTO, mariés avant 1756, furent probablement dans le même cas : les biographes disent qu’ils eurent de « nombreux » enfants, mais sans préciser ni le nombre, ni l’identité, ni le sort ultérieur. Les parents de LA BOUILLERIE, mariés en 1753, ne laissèrent à leur mort que deux fils, mais peut-être avaient-ils eu d’autres enfants morts jeunes. Le père de THIERS constitue un cas particulier : il eut cinq enfants légitimes, par deux mariages, et trois enfants adultérins.

9Quant aux onze autres couples parentaux (mariages conclus entre 1763 et 1802), ils eurent entre 7 et 2 enfants : 7 chez les PASSY, 6 chez les CHABROL et chez les LACAVE-LAPLAGNE, 5 chez les VILLÈLE et chez les DUMON, 4 chez les ROY et chez les GAUTIER, 3 chez les MONTBEL, chez les DUCHÂTEL et chez les PELET de la Lozère, 2 chez les d’ARGOUT.

10Sur les dix-sept ministres ou sous-secrétaires d’État de cette période, un seul resta célibataire, le baron LOUIS. Les seize autres eurent une vie conjugale régulière. Se remarièrent après veuvage : MONTBEL (3 mariages), CHABROL, HUMANN, peut-être LA BOUILLERIE (2 mariages). Les douze autres ne contractèrent qu’un mariage. Trois seulement de ces ministres mariés eurent de nombreux enfants : ils appartenaient soit à la noblesse légitimiste (VILLÈLE, 10 enfants, dont 6 morts en bas âge, MONTBEL, 9 enfants), soit à la bourgeoisie catholique d’Alsace (HUMANN, 8 enfants, dont 2 morts en bas âge). Peut-être GAUTIER, appartenant à la bourgeoisie protestante de Bordeaux, fut-il dans le même cas, car il eut au moins 5 enfants parvenus à l’âge adulte. Pour CORVETTO, on ne sait combien il eut d’enfants, mais seules 2 filles parvinrent à l’âge adulte. Huit des seize ministres ou sous-secrétaires d’État mariés eurent entre 4 et 2 enfants (4 pour LA BOUILLERIE et pour LACAVE-LAPLAGNE, 3 pour CHABROL et pour d’ARGOUT, 2 pour ROY, PASSY, DUCHÂTEL et DUMON). LAFFITTE eut 2 filles, mais l’aînée mourut le lendemain de sa naissance. THIERS n’eut aucun enfant, et PELET de la Lozère, s’il en eut, n’en laissa aucun vivant à son décès.

Les épouses ont-elles exercé une influence sur l’accession de leur mari au ministère ou au sous-secrétariat d’État des Finances ?

11Seul le mariage de THIERS fut conclu en relation avec le déroulement de sa carrière politique, mais il fut postérieur à son passage au sous-secrétariat des Finances : ce fut grâce à Mme DOSNE, que le mari de celle-ci finança en 1830 les débuts politiques de THIERS, ce qui lui permit d’accéder au sous-secrétariat d’État des Finances, et ces liens d’intérêt aboutirent au mariage de 1833.

Quels furent les études et les débuts professionnels des futurs ministres ou sous-secrétaires d’État des Finances ?

12Sept sur dix-sept de ces personnages obtinrent la licence en droit : LOUIS (Paris, 1779), CORVETTO (Gênes ?), ROY (Paris ? 1785), THIERS (Aix-en-Provence, 1818), DUCHÂTEL (Paris, 1822), LACAVE-LAPLAGNE (Toulouse, 1819, après avoir été un mauvais élève à l’École polytechnique en 1811-1813 et avoir fait une brève carrière d’officier d’artillerie), DUMON (Paris, 1818). À ce groupe des licenciés en droit, on peut ajouter vraisemblablement MONTBEL qui, après avoir fréquenté l’atelier d’un peintre sculpteur et avoir préparé sans succès le concours de l’École polytechnique, fut avocat, ce qui supposait la licence en droit.

13Deux ministres, indépendamment de LACAVE-LAPLAGNE, commencèrent une carrière militaire : VILLÈLE, comme officier de marine, PASSY, comme officier de cavalerie. L’un comme l’autre interrompirent cette carrière d’officier pour des raisons politiques opposées (VILLÈLE en 1793, PASSY en 1814).

14Trois futurs ministres ou sous-secrétaires d’État des Finances entrèrent dans une administration des Finances au sortir du collège : LA BOUILLERIE à 17 ans, d’ARGOUT à 20 ans, sans que l’on connaisse le cours de ses études, et PELET de la Lozère à 15 ans. Trois futurs ministres entrèrent dans la vie active au sortir de l’école primaire : LAFFITTE entré à 12 ans comme troisième clerc dans une étude de notaire, HUMANN entré à 14 ans comme apprenti dans une manufacture de tabac, et GAUTIER entré à 15 ans dans la maison de commerce paternelle.

15Reste enfin le cas atypique de CHABROL : séminariste se destinant à la prêtrise, il quitta le séminaire en 1791 pour ne pas se soumettre à la Constitution civile du clergé. Emprisonné en 1793, libéré après la fin de la Terreur, il vécut grâce à la fortune familiale et entra au Conseil d’État en 1801 par la protection d’un de ses frères.

Quelles furent leurs convictions religieuses ?

16Sur les dix-sept personnages de cette période, quinze furent baptisés catholiques, et deux protestants. Dans l’ensemble, la proportion des observants fut plus forte qu’à l’époque précédente. Il y eut au moins trois catholiques fervents (CORVETTO, MONTBEL et HUMANN), et les deux protestants le furent également (GAUTIER et PELET de la Lozère). ROY et d’ARGOUT firent des legs pieux dans leur testament. Six autres furent des catholiques fidèles (LA BOUILLERIE, VILLÈLE, CHABROL, DUCHÂTEL, LACAVE-LAPLAGNE, DUMON).

17En revanche, le catholicisme de LAFFITTE, de THIERS et de PASSY ne fut qu’une religion de convenance sociale, principalement exprimée dans la cérémonie des obsèques religieuses. Seul le baron LOUIS, prêtre défroqué non réconcilié avec l’Église, se singularisa par une rupture définitive (à la différence de son compère TALLEYRAND). Cas unique donc au cours de cette période, contre trois au cours de la période précédente.

Quel fut leur niveau de fortune ?

18Un premier groupe de neuf personnages se détache, qui laissèrent à leur mort une très grande fortune, supérieure au million de francs. À l’exception de VILLÈLE, de THIERS et de d’ARGOUT, tous les autres devaient leur richesse aux largesses du gouvernement impérial (LOUIS, DUCHÂTEL, PELET de la Lozère) ou aux fructueuses opérations réalisées sous l’Empire (ROY, LAFFITTE, HUMANN).

19Le plus riche de tous fut de loin ROY : ayant hérité, comme LOUIS, d’une fortune de quelques dizaines de milliers de livres, il réalisa sous la Révolution et l’Empire une immense fortune, comme fournisseur de produits sidérurgiques aux ministères de la Guerre et de la Marine. Veuf, il laissa à sa mort une fortune de 20 à 30 millions.

20THIERS et PELET de la Lozère peuvent être classés ensemble, après ROY. Ils présentent tous les deux les particularités communes d’avoir été mariés sans enfant, d’avoir adopté le régime matrimonial de communauté et d’être décédés peu avant leur épouse (1877 et 1880 pour THIERS, 1871 et 1874 pour PELET de la Lozère). C’est donc la fortune du ménage qu’il convient de prendre en considération. Et même pour THIERS, en ce qui concerne le patrimoine, il s’agit d’un « ménage à trois », incluant la belle-sœur célibataire. Pour les THIERS-DOSNE comme pour les PELET de la Lozère, le patrimoine commun au décès de l’ancien ministre ou secrétaire d’État montait au niveau de 5 à 7 millions. THIERS, issu d’une famille bourgeoise déclassée, sans fortune héritée, réussit à se constituer jeune un premier capital grâce à ses droits d’auteur à succès, puis à partir de 1830 il reçut le soutien financier des DOSNE, accumula les gros traitements de conseiller d’État, de sous-secrétaire d’État, puis de ministre, et réalisa de fructueuses spéculations immobilières et boursières. Sa succession personnelle s’éleva à près d’un million ½, ce qui le situait au niveau atteint par GAUDIN ou MOLLIEN. Mais, en plus la fortune personnelle de Mme THIERS devait lui être supérieure, ainsi que celle de sa belle-sœur, Mlle DOSNE. Comme le trio vivait en communauté, cela lui assurait de somptueux revenus. Quant à PELET de la Lozère, richement doté par ses parents en 1812 (320 000 F) et leur unique héritier, il fit un riche mariage avec une fille unique (dotée de 315 000 F). Par héritage et par épargne, ils amassèrent une très grande fortune de 7 millions qu’ils partagèrent entre leurs neveux et nièces.

21HUMANN, veuf qui laissa en 1842 une succession de 4 millions ½, arrive en quatrième position. Issu d’une famille paysanne et d’un père qui s’était naguère hissé au niveau de la petite bourgeoisie, il ne bénéficia guère d’une fortune héritée, ayant un grand nombre de frères et sœurs. Il s’engagea tout jeune dans d’heureuses et fructueuses spéculations en denrées coloniales, sous le Consulat et l’Empire, puis il participa à des entreprises industrielles (Audincourt, Decazeville) et ferroviaires. Sous la Restauration il fut étroitement lié aux affaires du baron LOUIS, de TALLEYRAND, des ROTHSCHILD, de PARAVEY…

22LAFFITTE, à son décès en 1844, se trouvait probablement au même niveau qu’HUMANN, après avoir égalé ROY vingt ans plus tôt. Figure typique du self-made-man, né dans une famille d’artisans sans fortune, mais qui n’était point misérable : l’hagiographie du personnage (comme d’ailleurs dans le cas de ROY) a accentué l’humilité de l’origine, pour majorer l’importance de l’écart accompli par le parvenu. Au sommet du succès, dans les années 1820, sa fortune a peut-être atteint le niveau de plusieurs dizaines de millions, mais sa gestion hasardeuse le conduisit à une faillite qu’il s’obstina à présenter comme la conséquence de la Révolution de 1830 dont il avait été le patriotique promoteur. Sur la dot royale de 4 millions, constituée à sa fille unique en 1828, il n’en paya que 2 800 000 F. Sa succession fut évaluée à l’Enregistrement à 2 200 000 F, mais l’actif comportait d’importantes non-valeurs, ce qui ramena l’héritage reçu par sa fille aux environs de 4 millions.

23La fortune de LOUIS, de DUCHÂTEL et de d’ARGOUT se montait à leur décès à 2 millions ½ environ. LOUIS, qui avait reçu de ses parents une petite fortune de quelques dizaines de milliers de livres, fut ruiné par la Révolution, mais, sous le Consulat et l’Empire, le cumul de fonctions publiques très lucratives et, sous la Restauration, le succès de spéculations immobilières, permirent à ce brasseur d’affaires (toujours lié à cet autre brasseur d’affaires que fut son compère TALLEYRAND) d’amasser la grande fortune qu’il laissa à son décès. DUCHÂTEL reçut de son père en 1844 un majorat évalué à 350 000 F environ, plus une part successorale de 136 000 F. La succession de sa mère lui valut 92 000 F. Sa femme, épousée en 1837 sous le régime dotal assorti d’une société d’acquêts, apporta une énorme fortune : en 1837 même, 2 millions ½ du chef de son feu père et 1 million du chef de sa feue grand-mère maternelle, puis en 1864, du chef de sa feue mère, 5 millions. Longtemps ministre sous Louis-Philippe, DUCHÂTEL bénéficia pendant plus de dix ans du traitement annuel de 100 000 F ramené ensuite à 80 000 F. À son décès l’actif net de la société d’acquêts s’élevait à 4 millions ½, moitié pour la veuve, moitié pour les deux enfants. En ajoutant le majorat, la succession personnelle de l’ancien ministre se montait à un peu plus de 2 millions ½. Quant à d’ARGOUT, la succession de son père lui valut le château de Veyssilieu et des terres dans le Dauphiné : le tout ne devait pas dépasser 100 000 F. De la succession de sa mère (1821), il reçut mes deux tiers, soit au moins 200 000 F. Dans son contrat de mariage (1817) il avait adopté le régime de la séparation de biens. Ce fut, à partir de 1806 jusqu’à sa mort en 1857, qu’il put amasser une grande fortune, grâce aux copieux traitements et émoluments de haut fonctionnaire d’abord, de ministre ensuite, et enfin de gouverneur de la Banque de France et de sénateur du Second Empire.

24Avec une fortune évaluée à la fin de sa vie à 1 370 000 F, VILLÈLE ferme le cortège des millionnaires. Jeune officier de marine démissionnaire à l’Île Bourbon en 1793, il y acheta à crédit une plantation, qu’il mit en valeur avec succès, puis il fit un riche mariage avec une créole. À son retour en France en 1807 son père lui céda la propriété du domaine familial du Lauragais, évaluée à 300 000 F, mais le bien était grevé de lourdes charges au profit du père, des tantes et des sœurs du donataire. Celui-ci géra le bien de manière fructueuse, mais si le montant de ses contributions directes (supérieures à 1 000 F) le rendirent éligible à la députation sous le régime de la Charte de 1814, ses revenus ne furent pas suffisants pour lui permettre de supporter sans quelque gêne, en l’absence de toute indemnité parlementaire, les frais occasionnés par la carrière politique. De 1821 à 1826, les fonctions ministérielles lui valurent pendant six ans le somptueux traitement annuel de 150 000 F, sur quoi il économisa environ 350 000 F, et il reçut du roi un don de 100 000 F. C’est ainsi, en ajoutant 247 000 F des biens de sa femme, 100 000 F reçus par diverses successions et 250 000 F de créances récupérées à l’Île Bourbon et autres, que VILLÈLE arriva à cette évaluation comptable du patrimoine familial, de 1 370 000 F.

25Après le groupe des millionnaires, six autres ministres ou sous-secrétaires d’État ont laissé une succession de quelques centaines de milliers de francs. LA BOUILLERIE, ayant hérité de ses parents d’une fortune supérieure à 100 000 F, augmenta considérablement son patrimoine grâce à ses lucratives fonctions de caissier, de payeur ou de receveur sous le Consulat et l’Empire. Il laissa une succession évaluée, pour le paiement des droits à l’Enregistrement, à plus de 800 000 F, ce qui, compte tenu de la sous-évaluation habituelle de ce genre de déclaration, laisse supposer une fortune qui devait probablement atteindre le million. DUMON en revanche reçut de ses parents une importante succession, qu’il partagea avec ses trois frères et sa sœur : 1 250 000 F, soit 250 000 F pour chacun des cinq cohéritiers. Il s’agissait d’une grande fortune foncière dans l’Agenais. Il épousa en 1824, sous le régime dotal assorti d’une société d’acquêts, une fille unique qui hérita également de ses parents d’un riche patrimoine foncier de même nature. DUMON et son épouse dotèrent leurs deux filles de 101 000 F chacune. À sa mort DUMON laissa une fortune qui atteignait presque le million. PASSY apporta en 1827 lors de son mariage 100 000 F environ, et en 1834 il partagea avec ses cinq frères et sœurs la fortune de leur père qui avait réalisé d’heureuses spéculations dans l’acquisition de biens nationaux. À son décès, en 1880, il laissa à ses deux enfants, qu’il avait dotés en 1863, une succession de 450 000 F environ, mais il détenait en plus 162 000 F provenant de la vente de biens fonciers, qui faisaient partie de la succession de sa femme prédécédée et qui appartenaient donc à leurs enfants. GAUTIER avait reçu de ses parents une promesse de dot de 300 000 F, lors de son mariage en 1818, et en 1828 la succession de son père et de sa mère lui rapporta près de 900 000 F, y compris les 300 000 F de dot. Lors des mariages de quatre de ses enfants, il promit une dot de 109 500 F à l’aînée, 100 000 F à chacun des trois autres, payables au décès des parents constituants. Malgré rémunérations élevées reçues en tant que sous-gouverneur de la Banque de France, de 1833 à sa mort, et en tant que sénateur (de 1852 à sa mort), il ne laissa finalement qu’un actif net médiocre de 250 000 F, à partager entre les cinq enfants, soit 50 000 F chacun, la moitié seulement de la dot qui avait été promise à ceux qui s’étaient mariés. En ce qui concerne MONTBEL, sans que l’on connaisse exactement le montant de sa fortune, on constate qu’il n’a jamais exercé une profession quelconque : il a vécu « noblement », de ses revenus fonciers, à la cour de Charles X, qu’il suivit en exil, et après la mort du roi auprès du duc d’ANGOULÊME, puis du comte de CHAMBORD. Son élection à la députation en 1827 prouve qu’il payait alors au moins 1 000 F d’impôts directs. De même pour LACAVE-LAPLAGNE, la composition et l’évolution de sa fortune n’ont pu être reconstituées. Le fait que ses contributions directes aient tout juste dépassé le cens d’éligibilité sous la monarchie de Juillet (500 F) laisse supposer une fortune foncière qui ne devait pas être supérieure à quelques centaines de milliers de francs. La succession mobilière de LACAVE-LAPLAGNE, déclarée à l’Enregistrement à Paris, ne s’éleva qu’à 65 000 F, celle de sa femme à 200 000 F. La déclaration de la succession immobilière de l’un et de l’autre, faite à l’Enregistrement dans le Gers, n’a pu être retrouvée. Ayant quatre enfants, ils dotèrent la fille mariée en 1845 de 80 000 F.

26Restent enfin CORVETTO et CHABROL, qui laissèrent une succession pratiquement nulle. Sans fortune héritée, CORVETTO apparaît d’ailleurs comme un cas exceptionnel à cette époque : il ne fit pas fortune dans l’exercice de ses hautes fonctions au Conseil d’État, ni au ministère. Ce sont les pensions généreuses de Louis XVIII qui lui assurèrent, à lui et à sa veuve, une retraite confortable. Le cas de CHABROL présente une particularité différente : le partage en 1822 de la grande fortune paternelle, qui se montait à près de 2 millions ½, lui procura près d’un million. Malgré les fonctions ou les dignités très lucratives exercées ou revêtues de 1803 à sa mort, il connut des difficultés financières à la fin de sa vie et laissa une succession nette de… 15 000 F ! Cette énigme est restée inexplicable.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search