Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (II)

 | 
Guy Antonetti

Gautier (Jean-Élie)

Texte intégral

1Né à Bordeaux (Gironde) le 6 octobre 1781
Décédé à Paris (IIe arrondissement ancien) le 30 janvier 1858
Fils de Jean-Élie GAUTIER (1743-1828) et de Marie-Émilie LAFFON (†1822)
Ministre des Finances du 31 mars au 12 mai 1839.

2© Lithographie de Desmarais, BN, N2D 150 396.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

31. [aïeul] Élie GAUTIER, négociant à Bordeaux, où il épousa Anne LANDAIS, d’où :

  1. Jean-Élie GAUTIER, qui suit 2.
  2. Pierre-Antoine GAUTIER, qui épousa à Royan (Charente-Maritime) le 7 novembre 1786 Suzanne-Esther MEINADIER, d’où postérité.

42. [père] Jean-Élie GAUTIER, né à Vaux (Charente-Maritime) le 27 septembre 1743, décédé à Bordeaux le 19 juin 1828. Négociant à Bordeaux, anobli sans titre par Louis XVIII par L. P. du 8 août 1816. Marié en premières noces le 28 juin 1773 à Marie-Esther-Louise SAGERAN, décédée à Bègles (Gironde) le 21 mai 1778, puis en secondes noces à Paris le 19 janvier 1781 à Marie-Émilie LAFFON, d’où :

  1. Jean-Élie GAUTIER [sujet de cette notice]
  2. Jean-Jérémie GAUTIER, né à Bordeaux le 21 juin 1788, décédé jeune s.p.
  3. Jules GAUTIER, négociant à Bordeaux, s. p D. Esther-Jenny GAUTIER, mariée le 20 mars 1817 à Bernard-Théodore-Auguste JOURNU, député de la Gironde.

FAMILLE MATERNELLE

  1. [aïeul] Jean LAFFON l’aîné, négociant à Bordeaux, marié à Anne GUITTON, d’où :
  2. [mère] Marie-Émilie LAFFON, décédée à Bordeaux le 22 juin 1822.

MARIAGE

5Jean-Élie GAUTIER épousa le 22 août 1818 à Bordeaux (Gironde) Françoise-Antoinette-Amanda DULAMON, fille de Philippe DULAMON, écuyer, décédé à Bordeaux le 28 mai 1832, et de Marie-Adélaïde DUSSUMIER, décédée à Paris le 13 avril 1856. Françoise-Antoinette-Amanda DULAMON n’avait qu’une sœur, Émilie DULAMON, restée célibataire.

6Du mariage de Jean-Élie GAUTIER et de Françoise-Antoinette-Amanda DULAMON naquirent au moins les cinq enfants suivants, héritiers de leur père en 1858 :

  1. Marie-Thérèse-Émilie GAUTIER, née à Paris en 1820, décédée à Arcachon (Landes) le 10 septembre 1867, mariée le 20 avril 1838 à Paris (IVe arrondissement ancien) au baron Victor-Marie TRAVOT (1810-1882), député de la Gironde au Corps législatif de 1852 à 1869.
  2. Jules-Élie-Philippe GAUTIER, banquier à Paris, s.p.
  3. Charles-Élie-Joseph-Édouard-Auguste GAUTIER, directeur de la succursale de la Banque de France à Amiens, marié le 12 décembre 1853 à Lyon à Joséphine-Camille TEISSIER.
  4. Thérèse-Henriette-Augustine-Marie GAUTIER, née en 1832, mariée le 14 décembre 1850 à Paris (IVe arrondissement ancien) au baron Siméon-Aimé-Henri POISSON, receveur particulier des Finances à Paris, décédée à Monte-Carlo (Monaco) le 17 mars 1892.
  5. Suzanne-Julie-Antoinette-Émilie GAUTIER, mariée le 16 août 1856 à Paris (IVe arrondissement ancien) à Ernest LOCRÉ, sous-préfet à Saint-Amand (Cher).

II. LE PERSONNAGE

L’éducation.

7N’a pas fait d’études supérieures.

La religion.

8Protestant, membre du Consistoire de l’Église réformée de Paris, président du conseil central des Églises réformées.

Les domiciles et résidences.

9Député de la Gironde, GAUTIER habita à Paris 13 rue de la Paix de 1824 à 1826, rue de Caumartin N° 23 en 1827, rue Neuve des Capucines N° 3 de 1828 à 1830, rue Saint-Augustin N° 54 en 1831-1832, rue de Rivoli N° 26 en 1833-1834. Puis il s’installa à l’hôtel de la Banque de France, où il décéda en 1858, rue de La Vrillière N° 1. Il ne fut jamais propriétaire de son domicile à Paris. De même il n’acheta aucune propriété de campagne aux environs de Paris : il se contenta de louer une maison à Saint-Germain-en-Laye pour 3 000 F par an. Quant au domaine de Bouliac (Gironde), près de Bordeaux, qu’il avait reçu en héritage, il le vendit à son gendre TRAVOT en 1843 et 1851.

Le portrait.

10Le département des estampes de la BN, N 2, conserve un portrait de GAUTIER, député de la Gironde, et une photographie du même, sénateur.

Les distinctions honorifiques.

11Armoiries concédées à son père par Louis XVIII : « D’azur au chevron d’or chargé de deux sabres d’azur et accompagné en pointe d’une bisse d’or, posée en pal ». Officier de la Légion d’honneur (12 mars 1822), Commandeur (30 mai 1837).

Le testament.

12Décédé intestat.

La sépulture.

13À la suite du décès de sa belle-mère en 1856, Jean-Élie GAUTIER avait acquis une concession perpétuelle au cimetière du nord à Paris, dit de Montmartre (25e division, 1re ligne, N° 11), où il fut lui-même inhumé en 1858.

III. LA FORTUNE

LORS DE SON MARIAGE

14Par contrat de mariage (notaire MAILLERES à Bordeaux, 18 août 1818) Jean-Élie GAUTIER et son épouse adoptèrent le régime dotal avec société d’acquêts. Le futur époux reçut de ses père et mère une dot de 300 000 F « dont M. GAUTIER père s’engagea à créditer son fils sur les livres de sa maison de commerce, en s’en débitant. » La future épouse reçut en dot de ses parents 80 000 F, dont 50 000 du chef de sa mère et 30 000 du chef de son père, mais payables seulement au décès des constituants.

ENTRE SON MARIAGE ET SON DÉCÈS

15L’épouse de Jean-Élie GAUTIER recueillit les successions de ses père (1822) et mère (1856), mais la liquidation n’intervint qu’en 1856. L’actif successoral net ne monta qu’à 121 348 F, soit 60 674 F pour chacune des deux filles héritières : la dot de 80 000 F promise en 1818 fut donc réduite à ces 60 674 F. Émilie DULAMON, belle-sœur célibataire de Jean-Élie GAUTIER, laissa entre les mains de son beau-frère sa part de succession, à charge par celui-ci de lui verser 3 600 F d’intérêt annuel à 6 %.

16Pour sa part Jean-Élie GAUTIER procéda le 30 juin 1828, avec son frère et sa sœur, à la liquidation et au partage des successions paternelle et maternelle. Les droits de Jean-Élie GAUTIER, fils aîné institué légataire préciputaire et hors part par son père, s’élevèrent à 898 882 F, soit :

17Dot constituée en 1818 300 000

18Terrains et bâtiments à Bordeaux, sis Fossés de l’Hôtel de Ville, et une maison à Bordeaux, rue de la Vieille Tour 35 000

19Loyers dus de ces immeubles 625

20Le domaine de Bouliac, sur la rive droite de la Garonne, en face de Bordeaux 200 000

21La moitié des créances provenant de la liquidation commerciale de la maison GAUTIER Père et Fils en 1820 41 274

22La moitié de la balance du compte courant de feu GAUTIER Père dans la maison GAUTIER et Cie 217 197

23La moitié des vins et eaux-de-vie 8 298

245 actions du pont de Libourne 5 000

259 actions du pont de Bordeaux 9 000

26En valeurs commerciales 82 487

27Total 898 882 F

28Le mariage des enfants. Par son contrat de mariage (notaire BONNAIRE à Paris, 14 et 17 avril 1838) la fille aînée, la baronne TRAVOT reçut en dot 5 000 F de rente 5 % au cours de 109, soit 109 000 F, en avancement d’hoirie sur les successions paternelle et maternelle, moitié chacune. Les trois autres enfants qui se marièrent reçurent chacun une dot de 100 000 F, mais payables au décès des parents constituants, moitié chacun (notaire DELAPALME à Paris, 9 décembre 1850 et 13 août 1856, notaire TAVERNIER à Lyon, 10 décembre 1853).

29De 1833 à sa mort Jean-Élie GAUTIER perçut les émoluments de sous-gouverneur de la Banque de France, bénéficiant d’un logement au siège de la Banque, et de 1852 à sa mort il bénéficia en plus de 30 000 F de dotation annuelle comme sénateur. D’autre part il était associé dans la maison de commerce de son frère Jules GAUTIER à Bordeaux. En 1836 et 1840 il vendit pour 41 000 F les terrains bâtiments et maison dont il avait hérité à Bordeaux.

30En 1843 il vendit à son gendre TRAVOT pour 140 000 F la moitié du domaine de Bouliac, puis en 1851 l’autre moitié. En 1846 TRAVOT fut élu maire de Bouliac et le resta jusqu’en 1870.

À SON DÉCÈS

31Il ne laissa pourtant pas un actif considérable. Celui-ci consista essentiellement en 103 actions de la Banque de France (321 000 F) et 139 actions de la Société de La Grand-Combe (124 000 F), mais le passif s’élevait à peu près à 200 000 F. L’administrateur de la succession fut autorisé à vendre une partie des actions de la Banque de France pour solder le passif, qui était constitué par des créances de divers membres de la famille : Mme JOURNU [tante] pour 30 848 F, Jules GAUTIER [frère et associé] pour 92 739 F, Mlle DULAMON [belle-sœur] pour 9 900 F, le baron TRAVOT [gendre] pour 8 984 F, et Jules GAUTIER [fils aîné] pour 25 000 F. Au total, en ajoutant le mobilier, prisé à 20 492 F, il resta environ 250 000 F à partager, soit pour chacun des cinq enfants 50 000 F, la moitié de la dot promise lors de leur mariage.

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LE MINISTÈRE DES FINANCES

32À la fin de ses études secondaires, Jean-Élie GAUTIER entra dans la maison de commerce de son père. Membre du Conseil général du département de la Gironde de 1824 à 1829, puis de 1831 à 1833, et de 1839 à 1847. Élu député de Bordeaux le 25 février 1824 par 161 voix sur 243 votants et 275 inscrits, il siégea dans la majorité ministérielle. Il prit part aux débats sur les questions financières et économiques, et il fut plusieurs fois rapporteur du budget. Réélu le 17 novembre 1827 par 134 voix sur 217 votants, contre 78 voix au ministre PEYRONNET. Ayant pris position contre la loi sur la presse, qui avait été qualifiée de « loi de justice et d’amour » du côté ministériel et de « loi vandale » du côté de l’opposition, il figura désormais dans l’opposition libérale.

33Il fut le rapporteur de l’adresse des 221, en réponse au discours du trône de Charles X au début de 1830, et ce fut lui qui en donna lecture au roi le 18 mars. À la suite de la dissolution ordonnée par le roi le 16 mai, les électeurs de Bordeaux lui renouvelèrent leur mandat le 23 juin 1830 par 137 voix sur 245 votants. Au cours de la Révolution de juillet 1830, il contribua à l’établissement du nouveau régime, mais après la dissolution prononcée par Louis-Philippe il ne fut pas réélu aux élections du 5 juillet 1831. De 1830 à 1832, il fut porté à la présidence du tribunal de commerce de Bordeaux, et de 1831 à 1833 à la présidence de la Chambre de commerce.

34Louis-Philippe le nomma pair de France le 11 octobre 1832 : il se fit remarquer au Palais du Luxembourg par sa compétence en matière financière et commerciale. Membre du Conseil supérieur du Commerce et de l’Industrie (1832), il fut nommé en 1833 sous-gouverneur de la Banque de France, HUMANN étant ministre des Finances et BARBÉ-MARBOIS gouverneur de la Banque de France. En 1834 d’ARGOUT succéda à BARBÉ-MARBOIS et resta à ce poste presque jusqu’à sa mort, survenue le 15 janvier 1858. Quant à GAUTIER, il resta sous-gouverneur jusqu’à sa mort même, survenue le 30 janvier 1858 : les deux hommes dirigèrent donc la Banque de France pendant plus de vingt ans, et moururent à quinze jours d’intervalle.

35Au début de 1839, à la suite des élections qui amenèrent la démission du second cabinet MOLÉ, Louis-Philippe ne parvint pas à constituer un ministère susceptible d’obtenir la confiance d’une majorité parlementaire. À la veille de l’ouverture de la session parlementaire, il se résigna donc à constituer un ministère de techniciens, en attendant la solution définitive de cette crise politique. C’est ainsi que le 31 mars 1839 le roi constitua un ministère sans président du Conseil, dans lequel GAUTIER était ministre des Finances : tous les ministres nommés avaient accepté « sous la condition expresse de cesser leurs fonctions aussitôt qu’un ministère définitif serait formé. »

AU MINISTÈRE DES FINANCES

36Appelé au ministère comme technicien des Finances, GAUTIER ne prit que des initiatives limitées, concevant son rôle comme celui d’un intérimaire temporaire, expédiant les affaires courantes en attendant l’arrivée prochaine de son successeur. Il reprit les projets de lois budgétaires que LACAVE-LAPLAGNE avait préparés et déposés en janvier 1839. Le 22 avril il déposa donc à la Chambre des députés les trois projets laissés en suspens : celui du règlement du budget de 1836, celui de l’homologation des crédits supplémentaires et extraordinaires de 1838, et enfin celui du budget de 1840.

37Au premier il ajouta un article, réclamé par la Cour des Comptes qui s’était plaint de ce que toutes dépenses coloniales n’étaient pas soumises à son contrôle. Les deux Chambres votèrent le projet sans difficulté. Il en alla de même pour les crédits supplémentaires (7 millions) et extraordinaires (4 millions ½), demandés par LACAVE-LAPLAGNE en janvier, mais auxquels il fallut ajouter encore 3 millions. D’autre part, le 8 mai 1839 GAUTIER déposa un projet de loi tendant à ouvrir un crédit complémentaire de 12 millions, à prendre sur le fonds extraordinaire des travaux publics et destiné à l’achèvement du réseau de canaux. En effet les lois de 1821 et 1822 avaient affecté à cet objet une somme de 128 millions. Celle-ci s’était révélée insuffisante, et il avait été successivement alloué d’abord 44 millions sur les fonds de l’État, puis 44 millions par la loi des travaux publics de 1833, et enfin 6 millions ½ par la loi du 27 juin 1837. Néanmoins, sur les treize canaux prévus, huit seulement étaient entièrement finis, et cinq étaient inachevés.

38Quant au budget de 1840, GAUTIER se borna à présenter de nouveau, devant la Chambre nouvellement élue, le projet de LACAVE-LAPLAGNE. Cependant il déclara que certaines dispositions devaient être modifiées, mais que dans la situation provisoire qu’il occupait, il n’avait pas la qualité pour en prendre l’initiative, et qu’il laissait donc ce soin à son successeur. Ce fut donc Hippolyte PASSY à qui revint ce rôle. En effet, après un mois et demi de vaines palabres en vue de la formation laborieuse d’un ministère, l’émeute républicaine du 12 mai 1839 détermina le maréchal SOULT à répondre immédiatement à l’appel du roi. Le jour même il forma sous sa présidence un ministère dans lequel PASSY était ministre des Finances.

APRÈS LE MINISTÈRE DES FINANCES

39Jusqu’à la Révolution de 1848, GAUTIER occupa ses fonctions de pair de France, de sous-gouverneur de la Banque de France, de président de la Commission des invalides de la Marine et de membre du Conseil supérieur du Commerce et de l’Industrie. La Révolution le priva de toutes ces fonctions, hormis celle de sous-gouverneur de la Banque de France. Il se tint à l’écart du pouvoir politique sous la Seconde République, mais il publia en 1851 un manifeste qui le situait clairement dans le « parti de l’ordre ». Après le coup d’État du 2 décembre 1851, il fut appelé, dès le 26 janvier 1852, au Sénat de la République présidentielle qui devint le Second Empire le 2 décembre 1852.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

40Jean-Élie GAUTIER a publié en 1839 « Des banques et institutions de crédit en Amérique et en Europe », puis en 1851 « De l’ordre, des causes qui le troublent et des moyens de le rétablir ».

BIBLIOGRAPHIE

41HOEFER, XIX 727-728

42ROMAN d’AMAT, XV, 830

43COUGNY, III, 140

ARCHIVES

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris.

44XCIII-671, 26 mai 1858, Liquidation de la succession de Jean-Élie GAUTIER.

Archives de Paris.

45DQ7 10 223, 17 mai 1858, N° 293, Déclaration de la succession de Jean-Élie GAUTIER.

Archives municipales de Bordeaux.

463E 138, N° 793, Acte de décès de Jean-Élie GAUTIER père, décédé le 19 juin 1828.

47GG 870, N° 35, Déclaration à Bordeaux le 1er mai 1789 du mariage de Jean-Élie GAUTIER et de Marie-Émilie LAFFON, contracté à Paris le 19 janvier 1781.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search