Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (II)

 | 
Guy Antonetti

Thiers (Marie-Louis-Joseph-Adolphe)

Texte intégral

1Né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 26 Germinal an V-15 avril 1797
Décédé à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) le 3 septembre 1877
Fils de Pierre-Louis-Marie THIERS (1759-1843) et de Marie-Madeleine AMIC (1774-1852)
Sous-secrétaire d’État aux Finances du 4 novembre 1830 au 13 mars 1831
Ministre de l’Intérieur du 11 octobre au 31 décembre 1832, du 4 avril au 10 novembre 1834, et du 18 novembre 1834 au 22 février 1836
Ministre du Commerce et des Travaux publics du 31 décembre 1832 au 4 avril 1834
Président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du 22 février au 6 septembre 1836 et du 1er mars au 29 octobre 1840
Chef du pouvoir exécutif du 17 février au 31 août 1871
Président de la République du 31 août 1871 au 24 mai 1873

2© BN, N2D 269 714.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

3Vraisemblablement venus du Queyras, les THIERS s’installèrent à Aix-en-Provence au xvie siècle. L’aïeul du président, qui était avocat, se fixa à Marseille.

41. [bisaïeul] Charles THIERS, né vers 1665, commis aux archives d’Aix-en-Provence, marié en premières noces le 19 septembre 1702 à Anne PUGET, et en deuxièmes noces le 26 octobre 1706 à Melchiorine EYSSAUTIER, d’où :

52. [aïeul] Louis-Charles THIERS, né à Aix-en-Provence le 20 novembre 1714, avocat au parlement de Provence en 1734. Établi à Marseille, où il devint procureur de la sénéchaussée, il y épousa le 25 avril 1752 Marie-Marguerite BRONDE, née et décédée à Marseille (1734-14 décembre 1806), fille de Joseph BRONDE, négociant aisé, qui dota sa fille de 24 000 livres. En 1770 Louis-Charles THIERS quitta sa charge pour devenir archiviste-secrétaire de la ville de Marseille, avec 4 000 livres d’appointements annuels. Plaçant des fonds dans le négoce marseillais, il faisait bonne figure dans la bourgeoisie locale lorsque survint la Révolution. Son emploi ayant été supprimé en 1790, il reçut une pension annuelle de 1 000 livres et se retira chez une de ses filles, Mme PRETTI, à Menton qui appartenait alors au prince de Monaco : c’est pourquoi Louis-Charles THIERS et sa femme furent inscrits sur la liste des émigrés en 1793 et leurs biens furent confisqués. Venus à Aix chez leur autre fille, Mme GAFFRAN, ils furent arrêtés et incarcérés, et ils ne furent libérés qu’après la chute de ROBESPIERRE. Ruiné, Louis-Charles THIERS retourna à Menton, annexé entre-temps par la République française, et il y mourut le 30 novembre 1795. Il avait eu neuf enfants, dont trois seulement parvinrent à l’âge adulte, un garçon et deux filles :

  1. [père] Pierre-Louis-Marie THIERS, qui suit en 3.
  2. [tante] Virginie THIERS, née à Marseille le 17 septembre 1762, mariée le 27 décembre 1785 à Jacques GRAFFAN.
  3. [tante] Marie-Marguerite THIERS, née à Marseille le 22 décembre 1768, mariée le 28 juillet 1789 à Horace PRETTI.

63. [père] Pierre-Louis-Marie THIERS, né le 9 septembre 1759 à Marseille. Il eut pour parrain (baptême à la paroisse des Accoules) un receveur général des finances, Pierre NOGUIER. Élève peu studieux au collège de Sorèze, il entra à dix-sept ans dans une des meilleures maisons de commerce de Marseille, mais son inconduite obligea son père à l’éloigner de Marseille, et à l’envoyer chez un cousin qui tenait comptoir de commerce en Morée. À mi-chemin le jeune homme dissipa à Malte tout l’argent que son père lui avait confié, et il revint en cachette à Toulon où il continua à mener une vie de débauche. Son père obtint en 1777 une lettre de cachet pour le faire interner dans une maison de correction chez les Cordeliers de Saint-Pierre de Canon à Aurons, près de Salon. Un an après le père demanda en août 1778 la libération du jeune dévoyé pour le placer à la Martinique comme subrécargue, c’est-à-dire secrétaire comptable. Capturé par les Anglais, retenu prisonnier, puis libéré après le traité de Versailles (1783), il revint à Marseille où son père, faute de pouvoir obtenir une seconde lettre de cachet, le prit dans ses bureaux. Incorrigible, il commit des indélicatesses de comptabilité, que son père régularisa pour sauver l’honneur familial. C’est à cette époque qu’il épousa Claudine FOUGASSE. Sous la Révolution, Pierre-Louis-Marie THIERS s’agita beaucoup, fut incarcéré plusieurs fois, et il finit, on ne sait comment, par se faire nommer, à la faveur de la réaction thermidorienne, accusateur public au tribunal criminel de Marseille. C’est ainsi qu’il fit libérer Lucien BONAPARTE, qui devint son protecteur. Sa première femme, Claudine FOUGASSE, décéda à Marseille le 1er mars 1797, et il épousa le 13 mai 1797 Marie-Madelaine AMIC, qui venait d’accoucher le 15 avril du jeune Adolphe : celui-ci, né bâtard adultérin, fut donc légitimé par le mariage subséquent de ses parents. Cependant Pierre-Louis-Marie THIERS abandonna aussitôt, et définitivement, sa seconde épouse et son enfant, et il se désintéressa complètement de celui-ci, jusqu’au jour où Adolphe THIERS devint un personnage célèbre : ce père indigne devait exercer alors sur son fils d’odieux chantages pour lui extorquer de l’argent !

7Lucien BONAPARTE l’emmena avec lui en Italie : fournisseur de l’armée, THIERS père reçut bientôt la ferme des jeux de Milan et amassa une petite fortune. En 1798 il vint s’installer à Paris. Il avait ramené d’Italie non seulement une fortune, mais aussi deux maîtresses, deux sœurs, Thérèse et Louise CAVALIERI, dont il eut trois enfants, eux aussi adultérins. Il avait acheté dans la Manche deux beaux domaines nationaux, provenant de l’abbaye de Lessey. Menant grand train de vie avec son petit harem, il ne tarda pas à se trouver ruiné. Une fois de plus les BON APARTES intervinrent pour le tirer de là : le 24 mars 1803 il fut nommé receveur des contributions à Beaucaire. Moins de deux ans après un mandat d’arrêt fut lancé contre lui le 11 avril 1805 : il manquait 44 000 F dans sa caisse. Arrêté à Bologne en juillet 1805, il fit solliciter Lucien BONAPARTE, qui était alors à Pesaro et qui, de nouveau, intervint en sa faveur et le fit libérer. Arrêté de nouveau à Marseille en juillet 1806, transféré à Nîmes en août, il fut acquitté par la cour d’assises de Nîmes, mais, reconnu débiteur de 30 000 F, il fut maintenu en prison pour dette, d’abord à Nîmes, puis à Aix. Il ne fut libéré qu’en 1811 et continua à vivre d’expédients, à Paris ou à Nîmes.

8Après 1830 il se mit à poursuivre son fils Adolphe, devenu un homme politique en vue, le menaçant par un chantage au procès en demande d’aliments, et les créanciers du père se retournèrent contre le fils, sachant que celui-ci paierait pour éviter le scandale. Son fils lui servit une pension annuelle de 1 200 F, à la condition expresse qu’il résidât à Carpentras sous la surveillance du sous-préfet. Le 14 juillet 1832, le fils répondit à une des nombreuses lettres de son père : « Je vous répète d’abord que je ne vous dois rien, absolument rien, que des aliments, et ensuite les sentiments que vous méritez et vous savez lesquels. Quant aux aliments, il est facile de deviner ce qu’ils doivent être. J’ai 12 000 F d’appointements [ceux de conseiller d’État : en juillet 1832 il n’était pas ministre] ; je donne 2 400 F à ma mère, quelque fois 3 000 F. Je vous donne à vous 1 200 F. Il me reste tout au plus 8 000 F, pour moi, à Paris, sur lesquels j’ai tous les jours quelques secours à donner à Germain [son frère légitime consanguin] ou à Ripert [le mari d’une de ses sœurs adultérines consanguines]. Avec pareille situation, je puis compter sur tous les tribunaux du monde […] Si vous quittez Carpentras pour venir à Paris me compromettre de nouveau, je vous réduis sur le champ de 1 200 F à 600 F, et j’use des facultés que la loi m’accorde de vous donner des aliments dans la maison qu’il me plaira de désigner. De plus j’abandonne Louiset [son autre frère légitime consanguin] et sa femme à leur triste sort. Un procès me donnera l’occasion de vous désavouer publiquement et de me soustraire pour l’avenir à toute solidarité avec des gens comme vous. » Pierre-Louis-Marie THIERS mourut à Carpentras le 23 février 1843. Ce père abject et encombrant dota Adolphe THIERS d’une nombreuse fratrie, tant légitime qu’illégitime, non moins indigne que son géniteur : « En vérité, peu d’hommes politiques de l’envergure de THIERS ont eu une famille plus compromettante et ont traîné un aussi lourd boulet » (GUIRAL).

9[Frères et sœurs consanguins légitimes] : Nés de la première femme de Pierre-Louis-Marie THIERS, Claudine-Marie FOUGASSE, fille d’Étienne-Matthieu FOUGASSE et de Marie-Madeleine JAUFFRET, née en 1752, épousée à Marseille le 7 septembre 1784, décédée à Marseille le 11 Ventôse an V-1er mars 1797.

  1. Claude-Charles THIERS, né et décédé à Marseille le 18 juillet 1785.
  2. Marie-Charlotte-Rosalie-Victoire THIERS, née à Marseille le 21 juillet 1786, mariée à Marseille le 29 juillet 1807 à Jean-Pierre-Félix PANON, magasinier, né à Toulon le 10 mai 1781, veuf de Marie-Anne-Antoinette PONS, décédée à Marseille le 20 décembre 1806.
  3. Louis-Alexandre-Frédéric, dit Louiset, THIERS, né à Marseille le 29 septembre 1789, décédé à Cadillac (Gironde) le 4 décembre 1840. Engagé le 22 août 1805 dans le 2e régiment d’infanterie de ligne, il déserta en 1812. Amnistié par Louis XVIII et réincorporé. En garnison à Colmar, puis à Belfort, il servit d’agent provocateur lors de la conspiration de Belfort qui se termina par l’exécution du lieutenant-colonel CARON. Déshonoré aux yeux de ses camarades, et quoique muté à Carcassonne, il fut mis en quarantaine par les militaires qui refusèrent toute relation avec lui, ce qui le contraignit à la démission. Passé dans la gendarmerie en 1822, il fut nommé commissaire de police à Tours en 1830. En 1835, grâce à son frère Adolphe, qui préférait l’éloigner de France, il fut envoyé à Karikal, comptoir français de l’Inde, comme juge de paix. Il avait épousé à Beaucaire (Gard) le 27 mars 1816 Marie-Laurette-Jeanne BIALLEZ, née à Beaucaire en 1793, d’où une fille [nièce], mariée à Karikal à Julien LE POULPIQUEN. Atteint d’une maladie cérébrale, Louiset THIERS fut ramené en France où, par égard pour son frère Adolphe, on le soigna dans une maison proche de l’asile de Cadillac, où il décéda le 4 décembre 1840. Adolphe THIERS fit donner à sa veuve le bureau de poste de Carpentras, à la charge de surveiller, en accord avec le sous-préfet, l’incorrigible beau-père de celle-ci.
  4. Germain-Alexandre-François THIERS, né à Marseille le 31 juillet 1791, fut d’abord apprenti orfèvre, puis son père lui obtint un emploi à l’octroi de Beaucaire. En 1832, son demi-frère Adolphe, excédé par ses incessantes demandes de secours, le fit nommer entreposeur des Tabacs à Montargis. Les irrégularités de sa comptabilité le contraignirent à démissionner. Il vint s’installer à Paris, où il ouvrit une maison de peinture en bâtiment, affichant pour enseigne « THIERS, peintre en bâtiment et frère de M. le ministre de l’Intérieur ». Tout Paris s’esclaffa, et l’incartade faillit provoquer un incident diplomatique, car lady GRANVILLE, femme de l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, snoba Adolphe THIERS d’une manière si apparente que « M. le ministre de l’Intérieur » s’en plaignit à Louis-Philippe, lequel dut intervenir pour obtenir que la noble dame modérât l’excès de ses préventions aristocratiques… Le ministre de l’Intérieur s’empressa de faire expédier le peintre en bâtiment à Pondichéry, autre comptoir français de l’Inde, lui aussi comme juge de paix ! Il avait épousé à Beaucaire (Gard) le 11 octobre 1813 Marie-Colombe FERRANTI, née le 22 mai 1790 à Florence (Toscane), d’où une fille [nièce] mariée à Pondichéry le 5 juin 1835 à Louis-Auguste-Gaspard MORAS.

10[Frères et sœurs consanguins adultérins] : La liaison de Pierre-Louis-Marie THIERS et des deux sœurs CAVALIERI date de 1798, lors de son séjour à Bologne. Ayant été toutes les deux les maîtresses du père d’Adolphe THIERS et ayant eu chacune un ou deux enfants, il est impossible de savoir avec certitude quelle est la filiation maternelle de ces trois enfants, dont les actes de naissance et de mariage ont été rédigés sur de fausses déclarations. Thiers père ramena ses deux concubines à Paris en 1799, mais Louise CAVALIERI repartit pour l’Italie, tandis que sa sœur Thérèse, qui avait francisé son nom en CHEVALIER, suivit son amant à Beaucaire, à Nîmes, puis à Carpentras, où elle se fit passer pour l’épouse légitime.

  1. Élisabeth-Louise-Marie THIERS, née à Paris le 1er septembre 1799, décédée le 16 septembre 1870, mariée à Marseille le 13 décembre 1821 à Jean-François-Cyprien RIPERT, capitaine de la Légion du Tarn en garnison à Antibes : par ce mariage les époux légitimèrent un fils [neveu], prénommé comme son père, né à Marseille le 27 juin 1820. Le ménage s’installa à Paris, où il tenait une pension de famille, rue de La Ville-L’Évêque N° 28, et où cette demi-sœur adultérine utilisa le nom (abusivement porté) de THIERS.
  2. Charles-Louis-Marie THIERS, né à Paris le 11 mars 1801, décédé le 25 mai 1870. Attaché à la maison de la reine Hortense, grâce aux relations de son père, il suivit celle-ci en exil, puis il fut militaire en Hongrie. Grâce à son demi-frère Adolphe, il fut nommé directeur des postes à Carpentras après 1830, puis chancelier du consulat de France à Ancône (où il avait de la famille maternelle), le 27 octobre 1840, à la veille du départ d’Adolphe THIERS de la présidence du Conseil. Mis en disponibilité à la suite de la Révolution de 1848, il fut réintégré le 2 janvier 1849 peu après la formation du ministère BARROT. Il fut nommé vice-consul à Girgenti [Agrigente] le 9 janvier 1856 sous Napoléon III. Il y resta jusqu’au 20 octobre 1868. Il prit alors sa retraite, rentra en France et mourut peu après. De toute la fratrie d’Adolphe THIERS, Charles et Virginie, qui suit 3, furent les seuls qui ne compromirent pas l’honorabilité de la famille par actes délictueux ou des démarches inconvenantes.
  3. Virginie THIERS, née en 1803, mariée en 1827 à Emmanuel BRUNEL, fonctionnaire au ministère de la Justice, directeur de la maison centrale de Haguenau, puis de celle de Riom.

FAMILLE MATERNELLE

11Originaire de Bouc-Bel-Air (Bouches du Rhône), près d’Aix-en-Provence, les AMIC parvinrent à un rang notable parmi les négociants marseillais au xviiie siècle.

121. [bisaïeul] Pierre AMIC, négociant, marié à Bouc-Bel-Air le 18 novembre 1710 à Claire IMBERT, d’où au moins un fils qui suit en 2.

132. [aïeul] Claude AMIC, né à Bouc-Bel-Air le 22 novembre 1721. Il fut envoyé vers 1750 à Constantinople pour y tenir le comptoir de la maison de commerce SEYMANDI, l’une des plus importantes du négoce marseillais. Il épousa à Constantinople vers 1763 Marie LHOMAKA, et il revint à Marseille avec les siens vers 1770. Il mourut avant le mariage de sa fille Marie-Madeleine en 1797. Les LHOMAKA étaient originaires de Chio (Grèce) et catholiques : ils prétendaient être d’origine « franque », c’est-à-dire française. Le père de Marie LHOMAKA, Antoine LHOMAKA (1705-1793), riche joaillier à Constantinople et fournisseur du harem impérial, drogman de l’ambassade de France auprès de la Sublime Porte, avait accompagné en 1721 MEHMET-EFENDI lors de son ambassade en France. Il avait épousé une grecque originaire de Mycènes, Zephira-Élisabeth PETRI, de confession orthodoxe, qui se convertit au catholicisme. Parmi les nombreux enfants nés de ce mariage, outre Marie LHOMAKA, l’épouse de Claude AMIC, il y eut Élisabeth LHOMAKA (1729-1808), qui épousa Louis de CHENIER, consul de France à Constantinople (d’où André CHENIER, 1762-1794 et Marie-Joseph CHENIER, 1764-1811, qui étaient donc les cousins germains de la mère d’Adolphe THIERS), et Ange-Auguste LHOMAKA, né en 1748, qui apostasia et, devenu musulman, fit souche aux Indes sous le nom de HADJ MESSAOUD.

14C’est Marie LHOMAKA, sa grand-mère maternelle, née à Constantinople le 29 septembre 1740, décédée à Bouc-Bel-Air le 4 avril 1824, qui assuma la charge de l’éducation de son petit-fils Adolphe THIERS et celui-ci lui conserva toujours une profonde affection. Claude AMIC et Marie LHOMAKA eurent deux enfants :

  1. [mère] Marie-Madeleine AMIC, qui suit en 3.
  2. [oncle] Jean-Antoine AMIC.

15[mère] Marie-Madeleine AMIC, née à Bouc-Bel-Air le 6 juillet 1774, décédée à Paris le 4 janvier 1852. Elle accoucha d’Adolphe THIERS chez ses parents, qui possédaient une belle maison bourgeoise rue des Petits-Pères [de nos jours rue Adolphe THIERS] à Marseille. Abandonnée par son mari après la naissance du jeune Adolphe, Marie-Madeleine AMIC put élever son fils grâce aux revenus d’une petite ferme que la famille AMIC avait dans les environs de Marseille. Puis elle demanda en justice à sa belle-mère, Marie-Marguerite BRONDE, une pension alimentaire, et elle obtint une rente de 400 F par an : en effet Pierre-Louis-Marie THIERS avait abandonné à sa mère une partie de l’héritage paternel, moyennant le versement d’une rente. C’est sur celle-ci que fut prélevée la pension du jeune Adolphe, et c’est de cette manière indirecte et involontaire que le père, coupable d’abandon de famille, participa parcimonieusement aux frais d’entretien de son fils. Celui-ci fut élevé par sa mère et sa grand-mère maternelle, auxquelles il resta très attaché. Lorsqu’il s’établit à Paris, sa mère l’y suivit et tint son ménage pendant quelques années, puis elle se retira à Aix dans une maison, rue des Chartreux, que son fils avait achetée pour l’y loger, mais elle revint plus tard à Paris où elle mourut, ayant vécu discrètement de la rente que lui versait son fils. Il la fit inhumer au cimetière de Bouc-Bel-Air, chez les AMIC.

MARIAGE

16Adolphe THIERS épousa à Paris (IIe arrondissement ancien) le 6 novembre 1833 Eulalie-Élise DOSNE. La famille DOSNE, originaire de Saint-Germain-en-Beauce (diocèse de Sens) était près d’être anoblie quand survint la Révolution.

17Le grand-père d’Élise DOSNE, Jean-Pierre DOSNE (1740-1803), fut notaire au Châtelet de Paris de 1774 à son décès. Il acquit en 1785 une charge de secrétaire notaire du roi, qui conférait la noblesse héréditaire à condition que le titulaire mourût en charge, ou qu’il l’eût exercée pendant vingt ans et qu’il eût obtenu des lettres de vétérance. Les offices ayant été supprimés en 1790, Jean-Pierre DOSNE ne put donc remplir ni l’une ni l’autre de ces deux conditions (les généalogistes parlent de nos jours dans ce cas de « noblesse inachevée »). Marié à Paris (paroisse Saint-Étienne-du-Mont) le 30 novembre 1775 à Adélaïde-Geneviève SAILLANT, veuve d’André-Jean LEROUX, procureur au Châtelet, Jean-Pierre DOSNE eut trois fils (Alexis-André DOSNE, le père d’Élise, Charles DOSNE et Adrien DOSNE) et deux filles : Adélaïde-Marie DOSNE (mariée 1° à Paris le 11 Fructidor an V-28 août 1797 à Athanase-Antoine-Nicolas POUSSEPIN, puis 2° à Jean-Baptiste-Guillaume BOSCHERON SAINT-ANGE, receveur général des finances, d’où au moins une fille mariée à Fortuné DELAVIGNE, frère du poète Casimir DELAVIGNE), et Félicie DOSNE (mariée au général MELINET, d’où un fils, Charles MELINET).

18Le père d’Élise DOSNE, Alexis-André DOSNE, né à Paris le 19 mai 1781, décédé à Paris le 6 février 1849, fut agent de change à Paris, promoteur immobilier du quartier Saint-Georges à Paris (IXe arrondissement de nos jours) dans les années 1820, en association avec un ancien notaire, SENSIER, et un propriétaire, LOISON. Nommé receveur général des finances à Brest (1830), puis à Lille (1834-1847), il fut également régent de la Banque de France (1836). Marié à Paris le 26 janvier 1811 à Eurydice MATHERON, née à Paris le 2 mars 1794, décédée à Paris le 27 août 1869, fille d’un riche marchand parisien d’origine auvergnate, et sœur de Sophie MATHERON, mariée au général CHARLEMAGNE. Alexis-André DOSNE et Eurydice MATHERON eurent deux filles :

  • Eulalie-Élise DOSNE, l’épouse d’Adolphe THIERS, née à Paris le 2 novembre 1818 (IIe arrondissement ancien), décédée à Paris le 11 décembre 1880 (IXe arrondissement nouveau), sans postérité. Ce mariage fit jaser car THIERS était reçu depuis des années chez les DOSNE, et la rumeur le donnait pour l’amant de Mme DOSNE, mais évidemment de cela il n’y a aucune preuve. Après le mariage, la belle-mère, l’épouse et la belle-sœur formèrent un trio tout entier dévoué au succès et à la gloire d’Adolphe THIERS. Ce mariage le desservit pourtant dans les milieux de l’aristocratie dirigeante : celle-ci s’amusait à la rigueur de l’esprit, de la faconde, de l’entregent de THIERS, mais elle refusa de recevoir et de faire bonne figure aux « dames THIERS ». Ainsi, la reine des Belges, la princesse Louise d’ORLÉANS, fille de Louis-Philippe, écrivait à son père : « Nous avons à dîner ce soir une partie du corps diplomatique, les THIERS, Mme DOSNE (ce dont j’ai un peu pesté attendu qu’elle n’est littéralement reçue qu’aux Tuileries…), bref toute la séquelle des THIERS […] Je me réjouis fort peu de me trouver en pareille compagnie […] Si je ne méprisais pas tant cet homme, il m’amuserait, car ce n’est pas l’esprit qui lui manque. » D’après RÉMUSAT, Élise DOSNE « est toujours restée froide et dédaigneuse, [gardant au milieu des siens] une froideur, une sécheresse, une égalité d’humeur sans bienveillance assortie de l’aridité de ses opinions […] Son mari prétend qu’elle est athée. Il est certain qu’elle ne parle pas de la religion comme d’un préjugé, mais plutôt comme d’une convenance hypocrite. »
  • Félicie DOSNE, la belle-sœur d’Adolphe THIERS, née à Paris le 2 août 1823, décédée à Paris le 16 janvier 1906, consacra toute sa vie au culte de son beau-frère de son vivant, puis à la défense de sa mémoire. Seule héritière de sa sœur et de son beau-frère, elle créa la Fondation THIERS, à laquelle elle légua l’hôtel qu’elle s’était fait construire avenue Bugeaud à Paris.

II. LE PERSONNAGE

Les études.

19Études primaires dans une pension privée à Marseille. Entrée au Lycée de Marseille [de nos jours Lycée THIERS] en 1808, grâce à une demi-bourse, payée par un ami de la famille et par le parrain du jeune Adolphe. L’année suivante la fraction de bourse fut portée aux trois-quarts. D’un niveau moyen dans les premières classes, Adolphe THIERS se révéla brusquement un brillant élève dans les dernières années, étonnant ses maîtres par l’étendue de ses connaissances et de ses curiosités, emportant tous les premiers prix et affirmant déjà des talents d’orateur. La gêne de boursier pauvre qu’il a alors connue au milieu de condisciples qui étaient issus de milieux aisés lui a inspiré, non une aigreur envieuse, mais la volonté de parvenir à la fortune. Le proviseur du lycée conseilla à sa mère et à sa grand-mère maternelle de lui faire faire son droit à Aix, pour en faire un avocat.

20En 1815 il partit seul pour Aix-en-Provence, où sa mère et sa grand-mère le rejoignirent en 1818, après qu’il eut obtenu la licence en droit, à l’unanimité des examinateurs (29 août 1818). Au cours de ces trois années d’études à Aix il fréquenta assidûment la Bibliothèque Méjanes, où il lut ROUSSEAU, MONTESQUIEU, VAUVENARGUES, André CHENIER, FÉNELON, BERNARDIN de SAINT-PIERRE, les Idéologues (DESTUTT de TRACY, CABANIS, Benjamin CONSTANT), et même CHATEAUBRIANT. Il participa en 1820 au concours ouvert par l’Académie d’Aix-en-Provence sur l’éloge de VAUVENARGUES : il obtint le premier prix (500 F).

La religion.

21Élevé par une mère et une grand-mère catholiques dévotes, Adolphe THIERS adopta, sous l’influence de ses études au lycée impérial et de ses lectures, un agnosticisme tranquille, sans hostilité à l’égard de la religion. Quand il était député et ministre sous la monarchie de Juillet et qu’il se rendait à Aix, le cardinal archevêque, Mgr BERNET, ne manquait jamais d’être le premier à lui faire visite et à l’inviter à un grand dîner à l’archevêché. Lorsqu’il fut président du Conseil en 1840, le nonce apostolique, Mgr GARIBALDI, mandait : « Le nouveau cabinet est assez bien disposé pour la religion […] M. THIERS est en admiration devant la religion catholique considérée même philosophiquement. Il ne veut pas entendre parler du protestantisme, il l’appelle une absurdité et une religion bâtarde […] Il professe une grande admiration pour le pape Grégoire XVI, par qui il a été reçu deux fois avec bienveillance et dont il parle dans les termes les plus respectueux. »

22Lorsque la question de la liberté de l’enseignement, relancée au début des années 1840 par les catholiques contre le monopole de l’Université, bastion du laïcisme militant, THIERS prit pourtant la défense de l’enseignement public, dont il était issu, mais l’insurrection de juin 1848 opéra chez lui un revirement : il vit dans les 37 000 instituteurs des écoles publiques les principaux propagateurs du socialisme. Inversement, il avait acquis la conviction que l’Église catholique était une école de respect, un facteur d’ordre, une force de conservation. D’où son ralliement à la loi FALLOUX sur l’enseignement (1850) et son attitude favorable au parti catholique. Si, en 1864, il déplora le Syllabus de Pie IX, il n’en déclara pas moins que « le catholicisme n’empêchait de penser que ceux qui n’étaient pas faits pour penser. »

Le portrait.

23THIERS était desservi par son physique : très petit (1,55 m), il avait une voix aigrelette peu agréable et un fort accent de Marseille. Pourtant il fut unanimement considéré comme un grand orateur (« éblouissant » pour ses admirateurs, « bavard » pour ses détracteurs). Jouissant d’une excellente santé, il mourut presque subitement à 80 ans, d’une défaillance cardiaque.

24Plusieurs portraits, par RAFFET, DELAROCHE, BONNAT (Musée du Louvre). Nombreuses photographies à partir du Second Empire.

Les domiciles et résidences.

25Enfant il habita la maison de ses grands-parents maternels, où il était né rue des Petits-Pères (de nos jours rue Adolphe-Thiers N° 40). À Aix-en-Provence, pendant ses trois années d’études à la Faculté de droit, il habita chez de modestes artisans (en 1815 chez un menuisier, rue des Pénitents Noirs, en 1817 chez un maçon rue Adanson). En 1818 sa mère et sa grand-mère s’installèrent avec le jeune avocat rue Silvacane, à Aix. Arrivé à Paris le 25 septembre 1821, il s’installa dans une modeste chambre du Passage Montesquieu, puis il résida trois moins au château de Liancourt chez le duc de LA ROCHEFOUCAULD. De retour à paris, il quitta le Passage Montesquieu pour la rue de Choiseul. En 1830 il s’établit au N° 5 de la rue Neuve Saint-Georges, dans la maison achetée (fictivement) aux DOSNE. Entre 1832 et 1840, plusieurs fois ministre ou président du Conseil, il habita les hôtels ministériels, mais garda toujours sa résidence de « l’hôtel THIERS », place Saint-Georges. Pendant la Commune de 1871, les insurgés ordonnèrent la confiscation du mobilier et la démolition de l’édifice. THIERS s’était installé à la préfecture de Versailles, où il continua de résider après la défaite de la Commune. Élu président de la République, il se borna à venir au Palais de l’Élysée à Paris pour y donner quelques réceptions, mais il n’y habita pas. Après avoir démissionné de la présidence de la République en 1873, il se consacra à la reconstruction de son hôtel particulier de la place Saint-Georges, et en attendant il s’établit provisoirement, d’abord chez le général CHARLEMAGNE, oncle de sa femme, au N° 40 boulevard Malesherbes, puis il loua l’hôtel BAGRATION, rue du Faubourg saint-Honoré N° 45. En août 1877 il était en villégiature à Dieppe, mais se sentant indisposé il se rendit à Saint-Germain-en-Laye, au Pavillon Henri IV, où il avait l’habitude de faire de courts séjours. C’est là qu’il mourut peu après son arrivée.

Les distinctions honorifiques.

26Dans un armorial marseillais composé en 1778, l’aïeul d’Adolphe THIERS portait « d’azur à deux croissants d’or, accompagnés en pointe d’une étoile du même, au chef d’or à la rose de gueules accostée de deux étoiles d’azur. » Louis-Philippe lui aurait proposé un titre de baron, qu’il aurait refusé, déclarant à sa femme : « Quand on est Madame THIERS, on est duchesse ou rien du tout ! »

27Légion d’honneur : chevalier (1830), officier (27 avril 1833), commandeur (8 septembre 1836), grand-officier (27 avril 1840).

28Décoré de plusieurs ordres étrangers, notamment de l’Ordre de Léopold (Belgique, grand-croix), de l’Ordre de Charles III (Espagne, grand-croix), de l’Ordre du Lion (Pays-Bas, grand-croix), de l’Ordre de Saint-Ferdinand (Deux-Siciles, grand-croix). Au cours de son règne éphémère en Espagne (1870-1873), Amédée de Savoie lui conféra l’Ordre de la Toison d’Or.

29Élu à l’Académie Française le 20 juin 1833, par 17 voix sur 25 suffrages exprimés. Élu à l’Académie des sciences morales et politiques le 26 décembre 1840, à l’unanimité.

30Contrat de mariage du 5 novembre 1833 honoré de la signature du roi Louis-Philippe et de la reine Marie-Amélie.

Les testaments.

31Un premier testament fut rédigé le 21 novembre 1852 (le jour du plébiscite relatif au rétablissement de l’Empire), pour demander à ses proches et à ses amis de défendre sa mémoire. Un autre testament fut rédigé le 28 octobre 1870 à Tours, avant de partir avec COCHERY et RÉMUSAT, munis de sauf-conduits délivrés par les Prussiens, pour aller à Paris assiégé consulter le gouvernement de la Défense nationale sur l’éventualité d’un armistice : « Mon ingrate patrie, qui ne m’a jamais voulu croire, et qui s’en est mal trouvée, ne suivra peut-être pas encore cette fois mes conseils, et je m’y attends. Mais lorsque ma famille m’élèvera un tombeau à côté de celui où ma belle-mère est ensevelie, au-dessus on écrira mon nom, l’année de ma naissance et de ma mort, avec ces deux inscriptions latines sur chacune des faces latérales : patriam dilexit, veritatem coluit. »

La sépulture.

32Mme THIERS refusa les obsèques nationales, ne voulant pas qu’elles fussent présidées par le maréchal de MAC-MAHON, successeur de THIERS en 1873 et responsable de la crise politique ouverte le 16 mai 1877. Obsèques religieuses à Notre-Dame-de-Lorette. Convoi accompagné de près de quatre cents couronnes, envoyées par les municipalités des villes les plus importantes en hommage au « libérateur du territoire ». Inhumation au cimetière parisien de l’Est, dit du Père-Lachaise, 51e division, où Mme THIERS acquit une concession de 144 m2 et où elle fit édifier le plus grand mausolée du cimetière (sculptures de CHAPU), avec sur les deux faces latérales les inscriptions latines du testament du 28 octobre 1870. En 1892 Mlle DOSNE, sa belle-sœur, s’opposa au transfert de ses cendres au Panthéon.

III. LA FORTUNE

LA RÉUSSITE DU JEUNE JOURNALISTE ÉCRIVAIN (1821-1830)

33En 1821, jeune avocat sans fortune, THIERS décida d’aller tenter sa chance à Paris. Il dut emprunter le prix onéreux du voyage (huit jours de diligences et d’auberges). Il avait obtenu, sur recommandation, une place de secrétaire chez le duc de LA ROCHEFOUCAULD-LIANCOURT, grand seigneur libéral et philanthrope, aux appointements de 1 500 F par an, mais il n’y resta qu’un trimestre, ayant gagné 375 F, le temps de se faire introduire par MANUEL, député libéral, auprès du banquier Jacques LAFFITTE et du publiciste ÉTIENNE, l’un des directeurs du Constitutionnel, la principale feuille d’opposition libérale sous la Restauration.

34Le capital originel du Constitutionnel avait été réparti en quinze actions de 500 F, et le succès grandissant du journal assura de copieux dividendes aux actionnaires : 12 000 F par action sous le second ministère RICHELIEU, 28 000 sous VILLÈLE. THIERS comprit qu’il fallait réussir à se faufiler d’une manière ou d’une autre parmi les heureux bénéficiaires de ce pactole. Par l’intermédiaire d’un riche libraire allemand, SCHUBART, auquel il s’était lié, THIERS fut introduit auprès du baron COTTA, fondateur de La Gazette d’Augsbourg. Double avantage pour THIERS : d’une part il devint le correspondant de La Gazette d’Augsbourg à Paris, ce qui lui rapporta environ 200 F par mois, et d’autre part il fut pris comme représentant du baron dans la part d’intérêt que celui-ci prit alors dans le capital du Constitutionnel. En effet CAUCHOIS-LEMAIRE, qui possédait une action du Constitutionnel, en vendit le 10 mars 1824 la moitié au baron COTTA, moyennant 50 000 F, étant convenu que ni l’un ni l’autre ne siégerait au conseil d’administration, mais qu’ils s’y feraient représenter par THIERS. À la fin de 1824 CAUCHOIS-LEMAIRE vendit la demi-action qu’il possédait encore, moitié à SCHUBART, moitié à COTTA, moyennant une rente annuelle de 3 000 F. D’autre part, THIERS serait intéressé aux bénéfices : le baron COTTA prendrait entièrement le bénéfice de sa demi-action initiale, mais il ne prendrait que 40 % du bénéfice du troisième quart d’action, laissant les 60 % à THIERS. Quant à SCHUBART, il recevrait le bénéfice afférant à son quart d’action, mais il en ristournerait une partie à THIERS. En évaluant le bénéfice de l’action à 25 000 F en 1825, cela procurait à Thiers un revenu de 4 000 F au moins par an, quatre ans après être arrivé à Paris sans fortune ni revenu.

35À quoi s’ajoutèrent les rétributions reçues pour ses articles (plus de 500 pour le seul Constitutionnel de 1821 à 1828) et ses droits d’auteur pour ses écrits, en particulier l’Histoire de la Révolution, dont la parution commença en 1823 et dont le succès assura la notoriété à son auteur. Par contrat du 22 février 1822 les éditions LECOINTE convinrent avec THIERS les conditions suivantes pour la publication de cette Histoire de la Révolution : l’auteur toucherait 1 000 F pour chaque volume édité. En octobre 1824, alors que le succès était assuré, les éditeurs consentirent à porter à 1 500 F le forfait versé pour chaque volume à partir du troisième, et d’autre part à le fixer à 700 F par volume pour les rééditions (chacune devant être limitée à 2 000 exemplaires in-8° ou 3 000 exemplaires in-12). Or, au lieu de quatre prévus à l’origine, l’Histoire de la Révolution atteignit dix volumes. La première édition rapporta donc à son auteur 2 000 F pour les deux premiers volumes, 1 500 pour chacun des huit derniers, plus 700 F par volume pour les 2e, 3e et 4e éditions, et enfin 15 000 F pour refaire les deux premiers volumes et y joindre l’introduction, soit au total 50 000 F. Fort de ce succès éditorial, THIERS vendit également au libraire SCHUBART une Histoire de l’Empire, pour laquelle il toucha d’avance 3 500 F par volume pour la première édition (limitée à 2 000 exemplaires), et toucherait 2 000 ou 2 500 F par volume pour les rééditions, selon qu’elles seraient de 2 000 ou 2 500 exemplaires. En 1827 il vendit encore aux Éditions LECOINTE une Histoire du Consulat, mais ni l’Histoire de l’Empire, ni l’Histoire du Consulat ne virent alors le jour, et en 1828 il dut rembourser à SCHUBART et à LECOINTE les 12 500 F d’acompte qu’il avait reçus.

36En additionnant les revenus du journaliste et ceux de l’écrivain, on peut conjecturer que THIERS disposa au moins de 4 000 à 5 000 F par an à partir de 1824, et certainement de plus de 10 000 à 15 000 F par an à la veille de la Révolution de 1830. Dès qu’il commença à vivre largement THIERS servit une pension alimentaire à sa mère (entre 1 000 et 1 500 F par an), et il manifesta ce goût pour la vie à grandes guides qu’il mena au cours de son existence, dépensant à profusion pour la garde-robe, le mobilier, l’écurie, les collections d’objets d’art, les voyages… Toute sa vie il prit sa revanche sur la gêne de l’enfance.

LES AVANTAGES DU POUVOIR (1830-1840)

37La Révolution de 1830 fit du journaliste écrivain un homme d’État, à qui les fonctions publiques procurèrent de somptueux revenus. Dès le 12 août 1830 il fut nommé conseiller d’État (à 33 ans !), au traitement annuel de 10 000 F, plus une indemnité comme secrétaire général du ministère des Finances.

38Il voulut se faire élire député. Des élections complémentaires furent organisées à l’issue de la Révolution de 1830, pour remplacer ceux des députés qui avaient refusé de reconnaître la monarchie du 9 août. Or, pour être éligible il fallait justifier d’un cens de 1 000 F d’impôts directs, qui serait bientôt réduit à 500 F. André DOSNE, ancien agent de change à Paris, dont la femme était l’amie de THIERS, se prêta à l’opération suivante : il était l’un des fondateurs de la Société immobilière de Saint-Georges, propriétaire des terrains et immeubles autour de la rue Neuve Saint-Georges, où se construisait alors un nouveau quartier de Paris. Par acte du 18 octobre 1830 la Société immobilière de Saint-Georges vendit à THIERS l’immeuble sis au N° 5 de la rue Neuve Saint-Georges, pour 100 000 F payables en deux ans. Sur cette acquisition THIERS emprunta 25 000 F à FLORET, préfet du Var, moyennant constitution d’hypothèque. Trois jours avant cette vente, DOSNE avait été nommé receveur général des finances du Finistère à Brest. Trois jours après cette vente, THIERS fut élu député d’Aix-en-Provence, le 21 octobre, par 177 voix sur 302 inscrits et 220 votants.

39Sous-secrétaire d’État des Finances le 4 novembre 1830, THIERS reçut pour ces fonctions jusqu’au 13 mars 1831, un traitement mensuel de 2 500 F. Sans emploi public rémunéré du 13 mars 1831 au 11 octobre 1832, il devint alors ministre et le resta jusqu’au 6 septembre 1836 (exception faite du « ministère de trois jours » en novembre 1834), puis de nouveau du 1er mars au 29 octobre 1840 : il reçut donc pendant près de quatre ans et demi le traitement annuel de 100 000 F, que l’ordonnance royale du 23 janvier 1831 avait fixé pour les ministres, plus l’indemnité de 12 000 F pour frais de premier établissement, soit près de 500 000 F au total.

40En novembre 1833 il épousa Élise DOSNE. Le contrat de mariage, conclu le 5 novembre 1833, adopta le régime de la communauté réduite aux acquêts.

41THIERS déclara se constituer personnellement en dot 1° ses meubles meublants et effets mobiliers estimés à 10 000 F, 2° 60 000 F en deniers comptants, 3° la maison située rue Saint-Georges N° 5 achetée le 18 octobre 1830, et 4° une maison à Aix-en-Provence, rue des Chartreux. Le futur époux fit également mention de ses dettes : 100 000 F dus à la Société immobilière de Saint-Georges, et l’hypothèque de 25 000 F, consentie à Joseph FLORET, préfet du Var. Les parents de la future épouse lui constituèrent en dot un trousseau de 20 000 F, plus une somme de 300 000 F, sur laquelle 100 000 seraient prélevés pour acquitter le prix d’acquisition de l’hôtel de la rue Neuve Saint-Georges, qui n’avait toujours pas été payé. Cette stipulation prouve, s’il en était besoin, le caractère fictif de la vente de 1830.

42En 1834 il obtint le rattachement du télégraphe à son ministère, celui de l’Intérieur, contre le maréchal SOULT, président du Conseil et ministre de la Guerre, qui réclamait le rattachement à son ministère. À partir de là les ennemis de THIERS l’accusèrent d’utiliser la primeur des renseignements que lui procurait le télégraphe pour spéculer à la Bourse. Évidemment, accusation sans preuve aucune… Peut-être a-t-il ainsi mis son beau-père à même de réaliser parfois quelques fructueuses opérations en Bourse, mais la fortune des DOSNE, les gains de THIERS littérateur et les traitements du ministre, et plus tard du président de la République, suffisent largement à rendre compte de la fortune qu’il a laissée à son décès, sans qu’il soit nécessaire d’évoquer de prétendus tripotages à la Bourse. Pourtant il fut victime d’insinuations tenaces qui inspirèrent la verve méchante des humoristes. Ainsi La Caricature publiait des entrefilets tels que : « Le nouveau préfet de police se prépare à ordonner une grande battue afin de faire une rafle générale de tous les voleurs de Paris. M. Thiers est fort content d’être à Rome », ou encore « Le petit foutriquet [c’était le surnom que lui donnait le maréchal SOULT] court les grandes routes. En voyage comme en politique, il ne marche pas. Il vole. » C’est sa caricature que DAUMIER a dessinée pour sa gravure intitulée « LE VOLEUR ».

LES BONHEURS DE LA TRAVERSÉE DU DÉSERT (1840-1871)

43En 1839 THIERS reprit le projet avorté de 1825-1827, la publication d’une Histoire du Consulat et de l’Empire, suite naturelle de son Histoire de la Révolution. Il signa le contrat d’édition le 6 juin 1839 avec PAULIN, successeur de LECOINTE et associé d’Alphonse CERFBEER. Pour dix volumes il recevrait 500 000 F, plus 10 000 F pour achats d’ouvrages et frais de recherches. En raison de l’immense enquête qu’il mena, la publication fut ralentie et s’échelonna de 1845 à 1862. Ce fut un immense succès de librairie, marqué par de nombreuses rééditions et couronné par le prix que lui décerna l’Académie Française. Les 500 000 F encaissés par l’auteur lui servirent à payer les nombreux et dispendieux voyages qu’il fit à travers toute l’Europe, mais une partie fut consacrée à un important placement, qui fit de THIERS un riche actionnaire de la grande industrie.

44Il eut la chance de procéder à cet investissement au moment où justement allait commencer une période de vingt-cinq ans de hausse de la rentabilité des entreprises houillères, de 1848 à 1873. Par acte des 9 et 15 avril 1847 THIERS acquit, avec jouissance au 1er janvier 1845, un denier du capital de la Compagnie des mines d’Anzin, la grande entreprise houillère fondée en 1757. Suivant l’usage de l’époque, le capital avait été divisé en 24 sols de France, et chaque sol en 12 deniers : un denier représentait donc 1/288e du capital. THIERS acheta ce denier au marquis de NARBONNE-LARA, qui l’avait lui-même acheté en 1840 à Charles-Fortunat-Paul PERIER, lequel le tenait de son père, Casimir PERIER, le président du Conseil des ministres décédé en 1832. THIERS paya ce denier 145 000 F. Le dividende de 1847 s’éleva à 8 000 F, soit 5 ½ % du prix payé. Le dividende de 1848 tomba à 6 000 F, puis après s’être stabilisé pendant quelques années à 7 000 F, le dividende annuel s’éleva sensiblement : 8 500 en 1853, 9 000 en 1854, 12 000 en 1855, 14 000 en 1857, soit alors un rendement de près de 10 % du capital investi.

45Par actes du 27 février 1856 THIERS acquit une fraction de denier (118 577 millionièmes de denier), et le 22 octobre 1859 encore 6 423 autres millionièmes, ce qui porta sa part dans le capital à 1 denier 1/8. Nommé régisseur de la Compagnie dès 1849, il fut toujours assidu aux conseils d’administration, chacun de ceux ci donnant droit à de substantiels jetons de présence : 4 500 F pour trois assemblées annuelles jusqu’en 1851, 5 000 F pour quatre assemblées annuelles à partir de 1852. Au total Anzin rapporta à THIERS entre 15 000 et 20 000 F par an sous le Second Empire.

46Le 20 avril 1872 la Compagnie procéda à une augmentation de capital par incorporation des réserves sur la base de 75/1 000, ce qui porta la part de THIERS de 1 125 000 millionièmes (1 denier 1/8) à 1 209 375 millionièmes. Pour arrondir ce chiffre il acquit encore le 20 juin 1872 37 500 millionièmes, puis le 27 juillet 1872 3 125 millionièmes, ce qui le rendit propriétaire de 1 denier ¼. Le dividende du denier s’éleva à 27 000 F en 1872, soit un revenu de près de 34 000 F pour THIERS cette année-là. Entre août et décembre 1875 il vendit son quart de denier, sur la base de 1 million le denier, ce qui lui rapporta 250 000 F. On a conjecturé que la vente du quart de denier devait être mise en relation avec les frais occasionnés par la reconstruction de son hôtel particulier de la place Saint-Georges (voir infra). Le denier conservé par THIERS figura bien dans l’actif de sa succession en 1877, mais il fut estimé à 680 000 F, alors qu’en 1875 la vente du quart de denier s’était faite sur la base d’un million le denier. Cependant, comme THIERS avait acheté le denier initial pour 145 000 F, le placement avait quand même été fructueux.

L’APOTHÉOSE POLITIQUE ET LA SUCCESSION (1871-1877)

47D’août 1871 à mai 1873, THIERS reçut, comme président de la République une dotation annuelle de 500 000 F, plus 162 000 F pour frais de représentation. Comme député, élu en février 1871 et réélu jusqu’à sa mort, il toucha 15 000 F par an. Mais il dut régler l’opération de reconstruction de son hôtel particulier et de reconstitution de ses collections d’œuvres d’art.

48En effet, un arrêté de la Commune de Paris du 10 mai 1871 avait ordonné la saisie des meubles de son hôtel de la place Saint-Georges, et la destruction de l’hôtel. Celui-ci fut démoli, les meubles furent entreposés au Garde-meuble national, mais les objets d’art déposés aux Tuileries disparurent dans l’incendie du Palais. Dès le 26 mai 1871, avant même la fin de l’insurrection, l’Assemblée nationale vota une loi ordonnant la reconstruction de l’hôtel de la place Saint-Georges aux frais de l’État. Une Commission d’expert fixa à 1 600 000 F le montant du dommage subi par THIERS (frais de reconstruction de l’hôtel et indemnisation de la perte des collections d’œuvres d’art). Les députés regimbèrent, trouvant la facture trop élevée. Au terme de marchandages, l’Assemblée vota une indemnisation de 1 053 000 F pour le tout. D’après les calculs de l’intéressé, cette indemnisation fut inférieure aux frais de reconstruction et de reconstitution des collections d’œuvres d’art : c’est pour pourvoir au complément qu’il aurait vendu en 1875 pour 250 000 F un quart de denier d’Anzin.

49La déclaration de la succession de THIERS, faite à l’Enregistrement le 2 mars 1878, donne un tableau très clair et très précis de sa fortune, qui contredit l’affirmation de Jean AUBERT, reprise depuis par les biographes du personnage : « Hors la fortune immobilière, certes importante, la communauté THIERS-DOSNE ne possédait presque rien. » Qu’on en juge ! À lui seul, l’actif brut de la communauté s’élevait à près de 3 millions, indépendamment des biens propres de chacun des époux, mariés sous le régime de la communauté réduite aux acquêts :

50Moitié du mobilier commun avec Mlle DOSNE, belle-sœur 20 000

51Mobilier personnel de M. et Mme THIERS 20 000

52Argenterie 2 000

53Chevaux et voitures 20 000

54Objets d’art 500 000

55Deniers comptants 10 000

56Un denier de la Société des mines d’Anzin 680 000

57Reliquat du compte d’intérêt avec ladite société 94 625

5820 actions de la Compagnie des assurances générales 600 000

59100 actions de la Société LESAGE et Cie 26 500

6050 actions de la Banque de France 155 250

6120 000 F de rente 5 % à 105,72 422 900

62607 obligations de la Compagnie des chemins de fer du Nord à 329,97 199 920

6336 actions au porteur de la Compagnie des houillères de La Grand’Combe 82 800

64Prorata des loyers de la moitié des immeubles de Passy et des deux maisons, rue d’Aumale N° 12 et 14, appartenant en propre à Mme THIERS 8 100

65Prorata des loyers de la maison rue Saint-Georges, appartenant en propre à M. THIERS 2 187

66Indemnité due par la succession de M. THIERS à la communauté 58 000

67Total 2 902 204

68On ne peut quand même pas tenir pour « presque rien » les investissements dans la Société d’Anzin (680 000), dans la Compagnie des assurances générales (600 000), en obligations de la Compagnie des chemins de fer du Nord (199 930), en actions de la Banque de France (155 250), plus une rente de 20 000 F en 5 % (422 900) ! Le seul portefeuille de rentes et de valeurs mobilières de la communauté correspondait à un revenu annuel de plus de 100 000 F, et en y ajoutant les loyers des immeubles propres de chacun des deux époux, THIERS et sa femme devaient certainement dépasser les 120 000 F de revenu annuel lors du décès du mari. À quoi il conviendrait d’ajouter les revenus personnels de Mlle DOSNE, puisque le ménage de THIERS vivait pratiquement en communauté avec celle-ci. Au décès de THIERS sa succession fut estimée de la manière suivante : sur l’actif brut de la communauté (2 902 204 F), Mme THIERS exerça ses reprises pour 469 771 F, correspondant à tout un ensemble de terrains de la plaine de Passy [quartier de l’avenue Foch et de l’avenue Bugeaud de nos jours], qui lui étaient des propres paternels (vendus entre 1850 et 1864) et des propres maternels (expropriés après 1869). Restait donc pour la part de THIERS dans la communauté la moitié de 2 902 204, moins 469 771, soit 1 216 216, à quoi s’ajouta, comme propre du mari, acquis avant le mariage, l’hôtel de la place Saint-Georges, évalué à 250 000 (!), soit au total 1 466 216 F.

69Mais là-dessus le défunt avait des reprises à exercer dans la communauté et des récompenses à lui compter. La succession du défunt reprenait en nature l’hôtel de la place Saint-Georges, mais la communauté devait lui restituer les 60 000 F apportés en deniers comptants lors du mariage, plus 7 000 F prix auquel avait été vendue la maison qu’il avait achetée à Aix, rue des Chartreux, pour y loger sa mère et qu’il avait revendue en 1852 après le décès de celle-ci. Total des reprises : 67 000 F. Inversement il devait tenir compte à la communauté des 125 000 F de la dot qui avaient servi au paiement de l’hôtel de la place Saint-Georges et au remboursement du prêt hypothécaire. La succession de THIERS était donc redevable à la communauté de 125 000 moins 67 000, soit 58 000 F. Finalement l’actif net de la succession s’établit à 1 466 216 moins 58 000, soit 1 408 216 F pour lesquels la veuve héritière paya 52 808 F de droits de succession (3,75 % !) : en effet par les articles 12 et 13 de leur contrat de mariage du 5 novembre 1833 les futurs époux s’étaient fait donation réciproque de tous biens à cause de mort. Comme il n’y avait pas d’enfant, la veuve n’eut pas à liquider la communauté, ni à partager : elle recueillit le tout.

70Mme THIERS, qui mourut peu après en 1880 laissa pour unique héritière sa sœur Félicie : elle dut lui laisser plus de 3 millions, auxquels s’ajouta la propre fortune de Félicie. Célibataire, Félicie DOSNE, fit don au Louvre des collections d’objets d’art de THIERS et des bijoux de sa sœur. Sur un des terrains de la plaine de Passy, elle fit construire un hôtel particulier, avenue Bugeaud, où elle se retira et où elle mourut en 1906 : elle créa la Fondation THIERS dans l’hôtel de l’avenue Bugeaud, destinée à offrir à des jeunes gens sans fortune la possibilité de poursuivre des études supérieures, et elle créa la Bibliothèque THIERS dans l’hôtel de la place Saint-Georges qu’elle légua à l’Institut de France.

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LE SOUS-SECRÉTARIAT D’ÉTAT DES FINANCES

71À Paris le jeune THIERS fut introduit par le député libéral Jacques-Antoine MANUEL (qui devait être expulsé de la Chambre en 1823) auprès du banquier Jacques LAFFITTE, et du publiciste ÉTIENNE, le patron du journal Le Constitutionnel. Sous l’égide d’Étienne il se lança dans la carrière de journaliste. Par LAFFITTE, il fut également introduit auprès du baron LOUIS et de TALLEYRAND. Tout en publiant des articles de critique artistique (il contribua au succès de DELACROIX et soutint INGRES), il s’intéressa aux questions financières. Dès 1824, lors du grand débat ouvert par VILLÈLE avec son projet de conversion du 5 %, LAFFITTE prit THIERS comme porte-plume ; il lui commanda une étude sur la question, qui fut publiée sous le nom de LAFFITTE, Réflexions sur la réduction de la rente et sur l’état du crédit, mais l’identité véritable de l’auteur fut connue et lui valut déjà une réputation de compétence en matière financière.

72Dans cet opuscule, il traita successivement des questions que posait le projet de conversion [voir la notice de VILLÈLE] : était-elle légitime ? Équitable ? Opportune ? À ces questions, il répondit que le droit de l’État n’était pas douteux, que les rentiers devaient subir les effets de la baisse du taux de l’intérêt, comme tous les autres capitalistes, et que dans la situation du marché des capitaux la conversion n’était donc pas intempestive. Puis il contesta la contre-proposition qui avait été faite, de réduire l’amortissement plutôt que de convertir la rente : une telle mesure entraînerait « la complète désorganisation du système du crédit, l’affaiblissement de la puissance de l’État et la ruine des contribuables. » Ce serait « une erreur grave ». En conclusion il préconisait la conversion du 5 % en 4 %. Or ce fut cela que proposa HUMANN dans le débat à la Chambre des députés. HUMANN était lié au banquier PARAVEY, qui était le banquier du baron LOUIS et de TALLEYRAND. HUMANN, PARAVEY, LAFFITTE et maintenant THIERS appartenaient à cette même constellation qui gravitait autour de l’ex-évêque et de l’ex-abbé, et qui allait bientôt tirer les ficelles de la « glorieuse révolution » [voir la notice de LAFFITTE].

73En 1826 THIERS publia dans l’Encyclopédie progressive une notice sur Law et son système de finances, qui consacra sa notoriété. Par le rôle qu’il joua en 1830 dans le lancement et le succès du journal Le National, feuille d’opposition financée par TALLEYRAND et LAFFITTE, il figura parmi les protagonistes de la Révolution de 1830. Nommé conseiller d’État dès le 12 août 1830, décoré de la Légion d’honneur, il fut pris par le baron LOUIS comme secrétaire général du ministère des Finances, pour le décharger de la gestion administrative de ce ministère. Après la démission de LOUIS et la formation du ministère LAFFITTE, le président du Conseil, qui était également ministre des Finances, maintint THIERS dans ce rôle, mais en lui donnant une promotion qui confirmait sa stature d’homme politique : élu député le 21 octobre 1830, THIERS fut nommé sous-secrétaire d’État au département des Finances le 4 novembre.

AU SOUS-SECRÉTARIAT DES FINANCES

74Était-il sincère quand il écrivait au baron COTTA le 12 décembre 1830 : « On m’avait offert le portefeuille des Finances que j’avais refusé parce que je ne voulais pas essuyer les intempérances des libéraux et que je ne voulais pas arriver aux affaires que dans un moment où il serait permis de les bien faire. Cependant M. LOUIS m’ayant désigné comme le seul qui pût diriger pour le moment la grosse machine des Finances, le roi exigea que j’entrasse pour quelque temps auprès de M. LAFFITTE afin de le soulager » ?

75À propos des quatre dossiers que LAFFITTE traita en matière financière au cours de son bref ministère, de novembre 1830 à mars 1831 [voir la notice de LAFFITTE], THIERS n’eut pas à intervenir dans l’affaire de l’emprunt d’Haïti, mais il se manifesta, avec plus ou moins de bonheur, dans les trois autres.

76Dans le débat sur l’affectation du surplus de l’indemnisation des émigrés, THIERS parut pour la première fois à la tribune le 9 décembre 1830 pour soutenir le projet de loi qu’il jugea comme un acte de haute justice, mais comme une faible réparation pour un des plus grands dommages causés au pays. Il proclama que les lois qui avaient frappé les émigrés avaient été nécessaires et suffisamment justifiées par leurs « entreprises parricides contre la patrie ». Il lut son intervention, ennuya ses auditeurs et ne reçut pas le moindre applaudissement. Ce fut LAFFITTE qui emporta l’adhésion des députés. THIERS confiera plus tard à MERIMÉE : « J’avais fait fausse route : j’écrivais mes discours et les apprenais par cœur, si bien que la moindre interruption me faisait perdre le fil. Du moment que je me suis persuadé qu’un discours politique ne devait être qu’une causerie d’affaires et qu’il fallait parler à une assemblée comme on le fait dans un salon, j’ai été tout étonné moi-même de la facilité à exprimer ce que je voulais dire. J’ai médité mes discours, mais je ne les ai plus appris par cœur et surtout je n’ai plus visé à l’éloquence. Voilà ma recette pour parler en public. »

77Dans le débat sur la réforme de la contribution mobilière, il commença le 19 janvier 1831 par susciter des rires ironiques en déclarant : « L’impôt est un art qui se perfectionne tous les jours, et avec le temps on parviendra à le rendre tout à fait parfait. » Mais bientôt des murmures, des interpellations interrompirent l’orateur quand il en vint à soutenir que dans les communes les répartiteurs ne se mêlaient pas du travail de l’assiette de l’impôt, ou du moins s’y livraient avec la plus grande insouciance, puis ensuite, qu’il serait préférable de confier cette tâche aux contrôleurs, qui avaient l’habitude des répartitions, plutôt qu’à des répartiteurs qui n’avaient aucun intérêt à y apporter le même soin. Les interpellateurs malmenèrent tellement le malheureux sous-secrétaire d’État que le ministre dut voler à son secours, se plaignant que l’on fît retomber sur le commissaire du roi des reproches qui pouvaient être formulés à l’égard de la loi. Cette fois encore LAFFITTE l’emporta et son projet fut entériné.

78Dans le débat sur l’amortissement, lorsque MAUGUIN et MOSBOURG demandèrent que le partage de la dotation de l’amortissement se fît proportionnellement à la somme des arrérages annuels (la part du 5 % étant de 60 millions, celle du 3 % de 18 millions), THIERS, soutenu par HUMANN qui était rapporteur du projet de loi, répliqua qu’il fallait considérer le capital et non les arrérages payés (la part du 5 % étant dans ce cas de 52 millions, et celle du 3 % de 27 millions). Mais, sur cette question, LAFFITTE ne parvint pas à faire passer son projet, repoussé par les pairs le 28 février, et peu après il fut remplacé par Casimir PERIER à la présidence du Conseil (13 mars 1831). Ce dernier rappela le baron LOUIS aux Finances, mais THIERS ne fut pas reconduit dans ses fonctions : probablement Casimir PERIER le jugeait-il trop lié à LAFFITTE.

79Tel fut donc le maigre bilan du bref passage de THIERS au ministère des Finances. Ce premier poste ministériel, exercé dans un sous-secrétariat d’État des Finances, fut suivi d’une brillante carrière ministérielle, mais jamais THIERS ne devint ministre des Finances, quoiqu’il eût bénéficié de la réputation d’un excellent spécialiste de ces questions. Sa propension à la dépense et sa prodigalité dans le train de vie inspiraient la méfiance. Pourtant jusqu’à la fin de sa carrière politique, il intervint constamment dans les grands débats financiers, et parfois de manière décisive, en particulier comme défenseur du protectionnisme douanier et comme adversaire résolu et efficace de l’impôt sur le revenu. En forçant quelque peu le trait, CORMENIN, sous le pseudonyme de TIMON, émit à son propos ce jugement en forme de boutade : « Confiez-lui, si vous voulez, la marine, la guerre, l’intérieur, la justice, la diplomatie, mais ne mettez pas à sa disposition des millions, et surtout des centaines de millions, car ils passeraient comme l’eau dans le crible de ses doigts. À sa facilité de dépenser l’argent, il joint une certaine manière de rendre compte qui n’est pas celle de tout le monde, et appelle cela, très spirituellement l’art de grouper les chiffres. »

APRÈS LE SOUS-SECRÉTARIAT DES FINANCES

80En raison de la position délicate où l’affaire KESSNER avait placé le baron LOUIS, celui-ci se fit discret lors des délibérations budgétaires au début de 1832 [voir la notice du baron LOUIS], et ce fut THIERS qui, indépendamment de son rôle de rapporteur du budget des dépenses, assuma le rôle qui aurait dû être tenu par le ministre pour la justification du projet de budget qu’il avait présenté le 19 août 1831. La Commission du budget ne mit pas moins de quatre mois pour parvenir aux conclusions que THIERS présenta le 30 décembre 1831 dans son rapport sur les dépenses. Le rapporteur commença par justifier ce délai en faisant observer que c’était le premier budget du nouveau gouvernement et qu’il convenait de dissiper « tant d’assertions contradictoires [qui] avaient été avancées sur [son] administration, sur son système, sur ses dépenses. » Ayant tout à la fois à examiner la loi des comptes de 1829, le budget de 1831 et celui de 1832, la Commission avait été surchargée de travail, et de plus pour assurer le sérieux de ses investigations, elle avait adopté une procédure en sections et assemblées générales qui avait ralenti le cours de ses délibérations.

81En réalité le rôle ingrat de la Commission et de son rapporteur tenait à la considération suivante : avant la Révolution de 1830 l’opposition avait accrédité dans l’opinion publique la conviction que les gouvernements de la Restauration avaient surchargé les budgets de folles prodigalités. Par conséquent on attendait naïvement du nouveau régime une forte baisse des dépenses publiques, et donc des impôts. Or, sur un budget ordinaire présenté par le gouvernement à 955 millions, au même niveau donc que ceux de la Restauration, la Commission n’avait trouvé, après cet examen attentif, que 10 millions d’économies possibles ! Il fallait donc bien justifier de manière précise un chiffre que l’opinion publique n’était pas prête à accepter.

82Dès le début des délibérations, commencées le 16 janvier 1832, le député AUDRY (dit) de PUYRAVEAU, figure emblématique de la Révolution de 1830, ne proposa pas moins de 500 millions d’économies sur le budget ! L’excès de telles exagérations les condamnait d’avance. En revanche le député républicain Étienne GARNIER-PAGÈS formula des critiques plus convaincantes. Il attaqua d’abord tous les onéreux privilèges qui étaient attachés aux rentes de l’État : l’amortissement, l’exonération de tout impôt et droit de mutation. Puis il s’en prit aux pensions, à la dotation de la pairie (au moyen de laquelle « la grande aristocratie française vivait d’une taxe payée par les pauvres », et alors que les députés ne recevaient aucune indemnité parlementaire), et enfin aux dépenses des huit ministères (jugées « au-dessus des forces actuelles de la nation »). Traduites en économies, ces critiques permettraient de réduire le budget de 150 millions, ce qui le ramènerait à son niveau de l’Empire et au niveau du budget de la Grande-Bretagne, compte tenu des revenus des deux pays combinés avec le chiffre de leur population.

83Ce discours, écouté avec une approbation marquée, produisit une si forte impression que, dès le lendemain, contrairement aux usages parlementaires qui n’appelaient de nouveau le rapporteur à la tribune que pour résumer la discussion à la fin de celle-ci, THIERS jugea nécessaire de répondre immédiatement à GARNIER-PAGÈS. Le rapporteur contesta les chiffres de celui-ci à propos des pensions, mais surtout il se fit l’avocat véhément du statut privilégié des rentes. Le 19 janvier, le député GAVARET attaqua le gouvernement sur les traitements de la haute fonction publique, en particulier ceux des ministres (80 000 F, plus 20 000 F de frais de représentation) et ceux des préfets (entre 36 000 et 50 000 F selon l’importance de la préfecture). La discussion générale se termina par un duel oratoire entre Jacques LAFFITTE et Casimir PERIER, duel qui transforma le débat budgétaire en discours de politique générale, axé sur le sens à donner à la Révolution de 1830 : LAFFITTE soutint la thèse du mouvement, PERIER celle de la résistance, et tous les deux s’éloignèrent du sujet du débat !

84Dans la discussion particulière des articles du budget présenté par le gouvernement, deux questions suscitèrent les échanges les plus vifs : l’amortissement et les pensions. Les adversaires du gouvernement demandaient que les rentes rachetées par la Caisse d’amortissement fussent annulées, au lieu d’être conservées pour renforcer la puissance de l’amortissement. En cas d’annulation, l’État n’aurait plus à payer les arrérages des rentes rachetées, mais la capacité d’amortissement serait affaiblie puisque la Caisse ne disposerait plus de ces arrérages annulés. À propos des pensions, la gauche demandait avec insistance l’annulation des pensions accordées depuis 1814 pour services militaires accomplis dans les armées de la Vendée et celles de l’émigration. Une fois encore, ce fut THIERS qui tint tête à ces revendications, soutenu pour les pensions par trois ministres (BARTHE, PERIER et SOULT), mais sans que le baron LOUIS, pourtant titulaire du département des Finances, s’en mêlât. Ce dernier ne parut que dans la discussion des crédits de son ministère, et encore ses interventions n’eurent pas grand succès. Finalement, le budget des dépenses fut voté avec 10 millions d’économies, mais avec 3 ½ millions d’augmentations…

85Du 11 octobre 1832 au 22 février 1836, THIERS fut ministre, soit de l’Intérieur, soit du Commerce et des Travaux publics. Deux fois président du Conseil, en 1836 et en 1840, il fut sans discontinuer député de 1830 à 1851. Écarté de la vie politique à la suite du coup d’État du 2 décembre 1851, il redevint député en 1863 et fut constamment réélu jusqu’à son décès. Chef du parti orléaniste sous le Second Empire, il désapprouva la déclaration de guerre en 1870. Après le désastre militaire et la chute de Napoléon III, il fut appelé à assumer le rôle ingrat de négociateur de l’armistice du 28 janvier 1871, et de signataire du traité de Francfort du 10 mai 1871. À la suite de l’armistice eurent lieu les élections du 8 février : THIERS fut élu dans 26 départements, par deux millions d’électeurs, parce qu’il était l’homme de la paix, contre GAMBETTA, partisan de la poursuite du combat. Réunie à Bordeaux, l’Assemblée conféra le pouvoir à THIERS le 17 février, avec le titre de « chef du pouvoir exécutif de la République française ». Il dut affronter l’insurrection parisienne de la Commune (mars-mai 1871), puis, investi des fonctions de président de la République par la loi RIVET du 31 août 1871, il se consacra principalement à obtenir la libération anticipée du territoire, qui était subordonnée au paiement de l’indemnité de 5 milliards mise à la charge de la France par le traité de Francfort. Pour faire face au paiement rapide de celle-ci, THIERS procéda à l’émission d’emprunts qui furent très facilement couverts, et il obtint l’évacuation anticipée le 15 mars 1873.

86Pour payer l’énorme dette qui avait été ainsi contractée, de nombreux députés et des personnalités éminentes du monde des affaires comme Henri GERMAIN, Jean CASIMIR-PÉRIER, Louis WOLOWSKI, se déclarèrent favorables à l’établissement d’un impôt progressif sur le revenu. Dans le débat les socialistes furent absents, réduits au silence à la suite de l’écrasement de la Commune. Les grands bourgeois libéraux, qui réclamèrent alors l’établissement de l’impôt progressif sur le revenu, le firent, entre autres raisons, pour éviter que le gouvernement ne recourût plutôt au relèvement des droits de douane, ce qui mettrait un terme à l’expérience libre-échangiste entreprise en 1860. Ce projet se heurta à l’opposition farouche de THIERS, pour qui l’impôt sur le revenu, qualifié d’« atroce », était une ressource odieuse, un instrument d’oppression, une résurrection de la taille. La discussion commença à l’Assemblée le 22 décembre 1871. Dans un grand discours, qui occupa presque toute la séance du 26 décembre, THIERS fit une critique virulente de l’impôt sur le revenu, instrument de la tyrannie de l’État sur les riches. Par ses habiles manœuvres de tactique parlementaire, il parvint non seulement à éviter un vote sur la proposition d’impôt sur le revenu (qui se trouva ainsi discrètement enterré comme en 1848-1849), mais encore à faire accepter les mesures qui avaient sa préférence (hausse de diverses taxes indirectes, dont les droits de douane, recours à l’emprunt). La seule concession qu’il fit aux partisans de l’impôt sur le revenu se traduisit par la loi du 29 juin 1872, qui institua un impôt de 3 % sur le revenu des valeurs mobilières, à l’exception des rentes de l’État françaises ou étrangères. En revanche, le revenu des créances, les profits de l’industrie ou du commerce, les traitements et salaires furent épargnés.

87Finalement persuadé que la division des royalistes rendait impossible la restauration de la monarchie en France, il se déclara favorable le 13 novembre 1872 au maintien définitif d’une « république conservatrice ». Pour s’en débarrasser, les royalistes le poussèrent à la démission, en obtenant de l’Assemblée un vote qui lui était défavorable (24 mai 1873). Il démissionna sur le champ, persuadé qu’il était irremplaçable et qu’il serait rappelé, mais le soir même il fut remplacé par le maréchal de MAC MAHON. Tout en restant député, il fut définitivement écarté de gestion des affaires publiques.

88Sur les 283 discours prononcés par THIERS entre 1830 et 1872 et publiés par CALMON en 15 volumes, 105 eurent pour objet une question financière, soit 37 % du total. Sur le protectionnisme, il se prononça dans les grands débats de 1836, 1851 et 1872. Quant à l’impôt sur le revenu, il fut condamné avec éclat et passion dans deux discours célèbres, l’un le 26 juillet 1848 contre la proposition de PROUDHON, l’autre le 26 décembre 1871 contre la proposition de Jean CASIMIR-PÉRIER. Il n’y eut guère de grand débat en matière financière où THIERS ne fût pas intervenu.

89Liste chronologique des discours de THIERS sur les matières financières (d’après l’édition de CALMON) Chaque mention est précédée de la lettre D pour les discours prononcés à la Chambre des députés de 1830 à 1848, de la lettre P à la Chambre des pairs, des lettres AC à l’Assemblée constituante en 1848-1849, des lettres AL à l’Assemblée législative de 1849 à 1851, des lettres CL au Corps législatif de 1863 à 1870, et des lettres AN à l’Assemblée nationale en 1871-1872 :

90D, 23 novembre 1830, sur le règlement du budget de 1828.

91D, 11 mars 1831, sur la création de 200 millions d’obligations du Trésor et l’aliénation de 300 000 ha de bois.

92D, 5 avril 1831, sur les contributions extraordinaires de 1831.

93D, 31 décembre 1831, rapport sur le budget des dépenses de 1832.

94D, 23 janvier 1832, résumé de la discussion générale du budget de 1832.

95D, 26 janvier 1832, sur l’amendement PODENAS relatif à l’amortissement.

96D, 2 février 1832, sur la révision des pensions à la charge du Trésor.

97D, 27 février 1833, sur l’amortissement, à propos du budget de 1833.

98D, 5 mars 1833, sur la révision des pensions accordées sous la Restauration.

99D, 15 avril 1833, contre l’établissement d’un impôt sur le luxe et le revenu.

100D, 30 mai 1833, sur l’achèvement des monuments de Paris, divers travaux publics dans les départements, et les routes stratégiques de Vendée.

101P, 8 juin 1833, sur la garantie de l’emprunt grec.

102D, 16 mai 1834, sur une demande de crédit pour secours aux victimes des troubles de Lyon.

103P, 22 janvier 1835, sur les dépenses relatives au procès des accusés d’avril 1834.

104D, 6 avril 1835, sur un secours de 1 200 000 F au profit des Lyonnais victimes de l’insurrection de 1834.

105D, 9 avril 1835, sur l’indemnité de 25 millions à verser aux États-Unis.

106D, 16 avril 1835, sur l’indemnité de 25 millions à verser aux États-Unis.

107D, 29 avril 1835, sur les fonds secrets.

108D, 4 février 1836, sur la proposition de GOUIN relative à la conversion.

109D, 21 mars 1836, sur la proposition de GOUIN relative à la conversion.

110D, 15 avril 1836, sur les droits de douane.

111D, 20 avril 1836, sur les droits de douane.

112D, 21 avril 1836, sur les droits de douane.

113D, 2 mai 1836, sur les droits de douane.

114D, 3 mai 1836, sur les droits de douane.

115D, 14 mai 1836, sur un crédit pour l’achèvement des monuments de la capitale.

116D, 27 mai 1836, sur la subvention budgétaire aux théâtres.

117D, 15 juin 1836, sur le budget du ministère des Finances.

118D, 21 février 1837, sur les Caisses d’épargne.

119D, 6 mai 1837, sur les fonds secrets.

120D, 24 mars 1840, sur les fonds secrets.

121D, 14 avril 1840, sur les fonds secrets.

122D, 21 avril 1840, sur la conversion des rentes.

123D, 8 mai 1840, sur les sucres.

124D, 19 mai 1840, sur le privilège de la Banque de France.

125P, 30 mai 1840, sur la conversion des rentes.

126D, 12 juin 1840, sur la garantie d’intérêt demandée pour le chemin de fer d’Orléans.

127P, 24 juin 1840, sur la navigation intérieure.

128P, 3 juillet 1840, sur les paquebots transatlantiques.

129D, 13 janvier 1841, sur le crédit de 140 millions pour les fortifications de Paris.

130D, 26 janvier 1841, sur les fortifications de Paris.

131D, 29 janvier 1841, sur les fortifications de Paris.

132D, 25 février 1841, sur les fonds secrets.

133D, 12 avril 1841, sur les demandes de crédits supplémentaires.

134D, 15 avril 1841, sur les demandes de crédits supplémentaires.

135D, 11 mai 1841, sur la retraite des généraux.

136D, 12 mai 1841, sur la retraite des généraux.

137D, 7 avril 1842, sur le recensement.

138D, 10 mai 1842, sur le projet de grandes lignes de chemins de fer.

139D, 7 mai 1845, sur l’armement de l’enceinte et des forts de Paris.

140D, 15 avril 1846, sur les crédits de la Marine.

141D, 16 avril 1846, sur les crédits de la Marine.

142D, 13 mai 1846, sur les crédits supplémentaires.

143D, 27 mai 1846, sur le budget du ministère de l’Intérieur.

144D, 29 mai 1846, sur le budget du ministère de l’Intérieur, réplique à GUIZOT et DUCHÂTEL.

145D, 25 janvier 1848, sur la situation financière (dans la discussion de l’adresse).

146AC, 26 juillet 1848, rapport sur la proposition de PROUDHON, relative à la réorganisation de l’impôt et du crédit.

147AC, 2 août 1848, sur la fiscalité des prêts hypothécaires.

148AC, 10 octobre 1848, sur le papier-monnaie.

149AL, 12 octobre 1849, sur les crédits extraordinaires demandés pour l’expédition de Rome.

150AL, 5 janvier 1850, sur le crédit demandé pour payer le subside dû par la France à l’Uruguay.

151AL, 27 juin 1851, sur le régime commercial de la France.

152AL, 28 juin 1851, sur le régime commercial de la France.

153CL, 24 décembre 1863, sur la dette flottante.

154CL, 18 avril 1864, sur la marine marchande et sur les sucres.

155CL, 6 mai 1864, sur les finances de la France.

156CL, 2 juin 1865, sur les finances (discussion du budget).

157CL, 6 juin 1865, sur les finances (discussion du budget, réponse à O’QUIN).

158CL, 6 juin 1865, sur les finances (discussion du budget, réponse à VUITRY).

159CL, 13 mai 1868, sur le régime économique de la France.

160CL, 1er juillet 1868, sur les finances.

161CL, 3 juillet 1868, sur les finances.

162CL, 23 février 1869, sur les finances de la ville de Paris.

163CL, 9 mars 1869, sur le traité passé entre la ville de Paris et le Crédit foncier.

164CL, 2 avril 1869, sur la politique intérieure (discussion du budget).

165CL, 22 janvier 1870, sur le régime économique de la France.

166CL, 27 janvier 1870, sur les traités de commerce.

167AN, 3 mars 1871, sur la nomination d’une commission des finances.

168AN, 8 mars 1871, sur des émissions de rentes et sur des emprunts à la Banque de France.

169AN, 11 mars 1871, sur un rapport relatif aux finances.

170AN, 12 juin 1871, sur l’établissement d’impôts nouveaux.

171AN, 20 juin 1871, sur l’emprunt de deux milliards.

172AN, 5 août 1871, sur le paiement des dommages causés par l’invasion.

173AN, 26 décembre 1871, contre l’établissement d’un impôt sur le revenu.

174AN, 29 décembre 1871, sur les émissions de la Banque de France.

175AN, 8 janvier 1872, sur le mode de procéder à l’examen d’impôts nouveaux.

176AN, 13 janvier 1872, sur l’impôt proposé sur les matières premières.

177AN, 15 janvier 1872, sur l’impôt proposé sur les matières premières.

178AN, 18 janvier 1872, sur l’impôt proposé sur les matières premières.

179AN, 19 janvier 1872, sur l’impôt proposé sur les matières premières.

180AN, 1er février 1872, sur la dénonciation des traités de commerce.

181AN, 15 mars 1872, sur le budget de 1872 (discussion générale).

182AN, 30 mars 1872, sur diverses motions relatives au budget de 1873.

183AN, 24 juin 1872, sur plusieurs projets d’impôts.

184AN, 2 juillet 1872, sur un projet d’impôt sur le chiffre d’affaires.

185AN, 3 juillet 1872, sur un projet d’impôt sur le chiffre d’affaires.

186AN, 10 juillet 1872, sur l’art. 1er du projet d’impôt sur le chiffre d’affaires.

187AN, 12 juillet 1872, sur l’établissement de centimes additionnels sur les patentes.

188AN, 13 juillet 1872, sur l’établissement de centimes additionnels sur les patentes.

189AN, 16 juillet 1872, sur l’établissement de centimes additionnels sur les patentes.

190AN, 17 juillet 1872, sur l’impôt proposé sur les matières premières.

191AN, 18 juillet 1872, sur l’impôt proposé sur les matières premières.

192AN, 19 juillet 1872, sur l’impôt proposé sur les matières premières.

193Adde : Déposition du 27 juillet 1866 dans l’enquête ouverte sur la Banque de France et sur la circulation fiduciaire.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

194Éloge de Vauvenargues, 1820.

195Salon de 1822, 1822.

196Les Pyrénées ou le Midi de la France pendant les mois de novembre et décembre de 1822, 1823.

197Salon de 1824, s. d.

198Réflexions sur la réduction de la rente et sur l’état du crédit, 1824 [publié sous le nom de Jacques LAFFITTE].

199Law et son système de finances, publié dans l’Encyclopédie progressive, 1826, p. 49-128.

200Histoire de la Révolution française depuis 1789 jusqu’au 18 Brumaire, 1re éd. en 10 vol., 1823-1827. Nombreuses rééditions.

201La monarchie de 1830, 1831.

202De la propriété, 1848.

203Histoire du Consulat et de l’Empire, 20 vol., 1845-1862.

204Histoire de Law, 1858.

205Congrès de Vienne, 1863.

206Discours parlementaires, publiés par Marc-Antoine CALMON, en 15 vol., plus 1 vol. de tables, 1879-1889.

207Notes et souvenirs de M. Thiers, publiés par les soins de sa belle-sœur, Félicie DOSNE, 2 vol., 1901-1902.

BIBLIOGRAPHIE

208HOEFER, XLV 176-197

209COUGNY, VI 400-408

210AUBERT (Jean), De quoi vivait Thiers, 1952.

211FREMY (Dominique), Quid des présidents de la République, 1981.

212GUIRAL (Pierre), Adolphe Thiers, ou de la nécessité en politique, 1986.

213MALO (Henri), Thiers 1797-1877, 1932.

214SEMENTERY (Michel), Les présidents de la République française et leur famille, 1982.

ARCHIVES

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris.

215XIV-814, 9 et 15 avril 1847, Vente d’un denier de la Compagnie d’Anzin à THIERS.

216LXIX-1033, 5 novembre 1833, Contrat de mariage THIERS/DOSNE

Archives de Paris.

217DQ 7 12388, N° 219, 2 mars 1878, Déclaration de la succession d’Adolphe THIERS.

218État civil reconstitué, passim.

Archives municipales de Marseille.

219État civil et registres paroissiaux, passim.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search