Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (II)

 | 
Guy Antonetti

Baron de Montbel (Guillaume-Isidore)

Texte intégral

1Né à Toulouse (Haute-Garonne) le 4 juillet 1787
Décédé à Frohsdorff (Autriche) le 3 février 1861
Fils de Jean-Louis BARON de MONTBEL (1727-1793) et de Catherine-Rosalie de REYNAL (1766-1843)
Ministre des Affaires ecclésiastiques et de l’Instruction publique du 8 août 1829 au 18 novembre 1829
Ministre de l’Intérieur du 18 novembre 1829 au 19 mai 1830
Ministre des Finances du 19 mai 1830 au 29 juillet 1830

2© Lithographie d’après un portrait de Daffinger, BN, N2D 216675.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

31. [aïeul] Jean BARON de MONTBEL, trésorier de France, marié à Jeanne de VILLÈLE, puis à N… de VILLENEUVE-CROSILLAT. Il eut au moins huit enfants :

  1. [père] Jean-Louis BARON de MONTBEL, qui suit en 2.
  2. [tante] Jeanne-Gabrielle-Marie BARON de MONTBEL née en 1728, mariée en 1754 à Ignace de VILLÈLE, capitaine au régiment de Bourbon-Infanterie (de la branche aînée de la famille de VILLÈLE, cousin issu de germain du grand-père paternel du ministre des finances VILLÈLE, voir la notice de celui-ci). Incarcérée pendant la Terreur.
  3. [tante] Jeanne-Françoise BARON de MONTBEL, mariée à Guillaume de VILLÈLE-LAPRADE, frère du précité Ignace de VILLÈLE. Également incarcérée pendant la Terreur.
  4. [tante] Jeanne-Marguerite BARON de MONTBEL, mariée à Jean-Joseph BRET de MILHAU. Également incarcérée pendant la Terreur.
  5. [tante] Pétronille-Marie BARON de MONTBEL, née en 1741, mariée à Pierre SANCHELY de MASCARVILLE.
  6. [oncle] Guillaume-François BARON de MONTBEL, avocat au parlement de Toulouse, marié en 1767 à Claire-Félicité de PUYBUSQUE. Incarcéré pendant la Terreur.
  7. [oncle] Gaspard-Guillaume BARON de MONTBEL (1739-1780), capitaine major au régiment de Bretagne-Infanterie.
  8. [oncle] Jean-Joseph-Anne BARON de MONTBEL-LADRAGONNIERE, dit d’ANEL, officier de dragons avant la Révolution, longtemps au service du roi Stanislas duc de Lorraine, incarcéré en 1793-1794, l’un des chefs du soulèvement royaliste de juillet 1799.

42. [père] Jean-Louis BARON de MONTBEL, né le 25 août 1727, décédé à Toulouse le 18 juillet 1793, conseiller à la Grand’Chambre du parlement de Toulouse (1753), avocat du roi de 1777 à 1791. Sa fortune foncière était située dans le Lauragais, à Caraman, où il possédait une maison dans le bourg et des terres alentour. Il épousa en premières noces le 21 août 1763 (paroisse Notre-Dame de la Dalbade à Toulouse) Pétronille de CASALS, fille d’un feu secrétaire notaire du roi en la chancellerie de Toulouse, comtesse de MONTESQUIEU, baronne de DURFORT, puis en 1785, à cinquante-huit ans, Catherine-Rosalie de REYNAL. Du second mariage vinrent :

  1. [sujet de cette notice] Guillaume-Isidore BARON de MONTBEL.
  2. [sœur] Marie-Joséphine BARON de MONTBEL (1789-1864), mariée le 13 juin 1813 à Jules-André-Jean d’AURIOL de LAURAGUEL, qui décéda en 1839.
  3. [sœur] Anne-Amélie BARON de MONTBEL (1791-1868), mariée en premières noces en janvier 1812 au chevalier Jacques-Joseph-François-Fortuné TARBOURIECH d’ASSIGNAN, puis en secondes noces, le 11 août 1817, à Philippe CADIOT de SAINT-PAUL, qui avait combattu dans l’armée de CONDÉ, puis était entré dans l’armée impériale en 1807. Décoré de la Légion d’honneur, il devint colonel d’artillerie et mourut en 1850.

FAMILLE MATERNELLE

51. [aïeul] Joseph de REYNAL, baron de MONTAMAT, conseiller à la Grand’Chambre du parlement de Toulouse, marié à Christine de REY de SAINT-GÉRY, qui était la sœur de [grand-oncle] Clément-Jean-Augustin de REY de SAINT-GÉRY (1730-1794), conseiller au parlement de Toulouse (1749), guillotiné à Paris le 6 juillet 1794 avec les autres magistrats de ce parlement. Joseph de REYNAL, son beau-frère, échappa à la guillotine car il eut la chance de pouvoir se cacher dans une maison amie à Toulouse pendant la Terreur, mais il fut inscrit sur la liste des émigrés. Après la chute de Robespierre, il se heurta aux pires difficultés pour en obtenir la radiation, ne pouvant prouver qu’il n’avait pas quitté la France mais s’était caché ! Joseph de REYNAL et Christine de REY de SAINT-GÉRY eurent quatre enfants :

  1. [tante] Anne-Françoise de REYNAL, mariée à Armand de GAURAN, trésorier de France au bureau des Finances d’Auch.
  2. [mère] Catherine-Rosalie de REYNAL (1766-1843). Veuve à vingt-sept ans en 1793 avec trois jeunes enfants, privée du soutien de son père qui se cachait pour sauver sa tête, tandis que son beau-frère et ses belles-sœurs étaient emprisonnés, Mme de MONTBEL se débattit dans de grandes difficultés.
  3. [oncle] N… de REYNAL, conseiller au parlement de Toulouse, qui suivit le comte O’KELLY, ministre du roi à Mayance, ce qui lui valut d’échapper à la mort tragique de ses collègues du parlement de Toulouse.
  4. [oncle] N… de REYNAL, lieutenant dans un régiment d’infanterie avant la Révolution, émigré, combattant dans l’armée de CONDÉ.

MARIAGES

6Guillaume-Isidore BARON de MONTBEL, ministre de Charles X, se maria trois fois :

Premier mariage.

7Pendant le séjour qu’il fit à Paris en 1810-1811, MONTBEL fut reçu chez Mme d’ASPE née Marie-Jeanne-Adélaïde de CAULET de GRAMMONT (1766-1839), fille du marquis de GRAMMONT, mestre de camp, « mort de faim dans les cachots révolutionnaires », et veuve d’Augustin-Charles-Louis, marquis d’ASPE (1752-1794), président à mortier au parlement de Toulouse, guillotiné à Paris avec ses collègues le 6 juillet 1794. Mme d’Aspe avait également perdu son fils, et s’était dévouée à l’éducation de sa fille, Agathe d’ASPE (1792-1832). De retour à Toulouse, « leur ville natale », MONTBEL épousa Agathe d’ASPE le 13 avril 1812. De ce premier mariage vinrent cinq enfants :

8A. Marcel BARON de MONTBEL, né en 1813, décédé le 27 janvier 1884. Il fut reçu au concours de Saint-Cyr en 1830, mais son admission fut refusée par le ministre de la Guerre. Passé au service de l’Autriche, il fut capitaine de hussards hongrois, officier d’ordonnance du maréchal RADETZKY. Il épousa en 1842 Pauline de LABARTHE, veuve de N… de THORON, d’où postérité.

9B. Adélaïde BARON de MONTBEL (1814-1871), mariée en 1836 à Léon MALVIN de MONTAZET.

10C. Marie BARON de MONTBEL (1817-1871), mariée à Charles de BAYNE.

11D. Augustine BARON de MONTBEL, mariée au comte de CORNEILLAN.

12E. Philippe BARON de MONTBEL, né en 1824 marié à Marie du PRÉ de SAINT-MAUR, d’où postérité.

Deuxième mariage.

13Veuf en 1832, MONTBEL se remaria à Prague en 1834 à Nina SIGRAY, fille du comte Joseph SIGRAY, magnat hongrois, chambellan et conseiller aulique de l’Empereur-roi, et d’Amélie JESZENSKY. Cette seconde épouse fut dame d’honneur de Mademoiselle, sœur du duc de BORDEAUX. Elle mourut en 1838. De ce second mariage vinrent deux enfants :

14F. Louise-Henriette BARON de MONTBEL, née le 3 août 1836, mariée le 25 février 1854 au comte Julien JANKOWICZ de DARUVAR.

15G. Henri-Marie-Joseph BARON de MONTBEL, né en 1837, décédé à Vienne (Autriche) le 30 novembre 1861, s. a.

Troisième mariage.

16MONTBEL épousa à Frohsdorff le 19 novembre 1845 Alix de GAINMONTAIGNAC (1813-1889), fille du comte Jean-Éléonor-Romain de GAINMONTAIGNAC, ancien gouverneur du château de Pau, et de Pauline de TURICQUE, qui avait été sous-gouvernante des enfants de France pendant la Restauration. De ce troisième mariage vinrent trois enfants :

17H. Charles BARON de MONTBEL, né à Frohsdorff, décédé à Vienne en 1866.

18I. Louis BARON de MONTBEL, né à Frohsdorff, décédé en 1895 s. a.

19J. Paul BARON de MONTBEL, né à Frohsdorff, marié à Lucie de SEISSAN de MARIGNAN, d’où postérité.

II. LE PERSONNAGE

Les études.

20Les études primaires commencèrent à Caraman, puis à Toulouse dans institutions privées tenues par des institutrices. Après la fin de la Terreur, MONTBEL, qui avait sept ans, entra dans des institutions tenues par d’anciens prêtres restés fidèles à leur sacerdoce, mais le coup d’État du 18 fructidor an V (septembre 1797) déclencha une nouvelle persécution. MONTBEL, qui avait alors dix ans, l’âge du début des études secondaires, fut mis en pension dans une institution ouverte par le fils d’un professeur de droit romain à la Faculté de Toulouse, RUFFAT, qui s’était destiné à suivre la carrière paternelle mais avait dû y renoncer à la suite de la suppression des Facultés de droit en 1793. Les souvenirs de MONTBEL évoquent de la manière suivante les conditions très particulières de l’enseignement de l’époque : « Je fis là des études aussi complètes qu’on pouvait le souhaiter à cette époque. L’ancien mode d’enseignement avait disparu. Le régime d’alors était l’œuvre de LAKANAL et DAUNOU. À côté des écoles primaires figuraient quatre-vingt-dix-huit écoles centrales. Comme il n’y avait là aucune garantie morale, mais bien plutôt une complète négation des principes religieux, les gens honnêtes se gardaient de mettre leurs enfants dans ces établissements. Ils les plaçaient dans des institutions libres dont l’existence avait été admise par LAKANAL et DAUNOU, qui reconnaissaient la liberté du père de famille. Le Directoire soumit toutefois à une étroite surveillance les chefs de ces maisons d’éducation. Il exigea d’eux le serment absurde de haine à la royauté, l’observation des Decadi, l’emploi du nom de citoyen. M. RUFFAT, pour nous conserver sa bienfaisante instruction et surtout un enseignement religieux, dut subir ces conditions qui lui étaient odieuses. Le jour des Decadi, il conduisait quelques élèves, appartenant à des familles attachées au Directoire, dans le temple de la Raison : c’était l’église métropolitaine de Saint-Étienne qu’on avait profanée par ce titre écrit en énormes caractères au-dessus du portail […] Toujours pour sacrifier aux nécessités de l’époque, M. RUFFAT appela chez lui, comme professeur de mathématiques, un prêtre ayant abandonné son état et que tout le monde prenait bien soin d’appeler « citoyen ROMIEU ». C’était d’ailleurs un homme bienveillant qui ne proférait jamais de mots déplacés, aussi resta-t-il dans l’institution quand les temps devinrent meilleurs. »

21C’est dans l’institution de RUFFAT que MONTBEL acheva ses études secondaires en 1803. Suivant alors son inclination, il entra dans l’atelier du peintre SUAU, tout en prenant des leçons de statuaire, d’architecture et de musique. Il continua à étudier les mathématiques avec le « citoyen ROMIEU » pour préparer le concours d’entrée à l’École polytechnique, mais à l’examen il fut décontenancé par les questions de l’interrogateur, le frère de Gaspard MONGE, et il ne fut pas admis. Dégoûté par cet échec, il renonça à polytechnique et commença des études de droit : le nobiliaire de RÉVÉREND (Restauration, I, 112) le donne pour avocat, ce qui suppose la licence en droit.

La religion.

22Élevé dans une famille royaliste, victime de la Terreur et des persécutions anticatholiques, MONTBEL évoqua dans ses Souvenirs l’enracinement juvénile de sa foi : [Après la fin de la Terreur] « on n’exerçait plus de poursuites contre le culte catholique, mais il n’avait point lieu en dehors des chapelles particulières. Un prêtre, M. DIRAT, qui, au plus fort de la tempête, était toujours resté à Toulouse pour y continuer son ministère secrètement, nous donnait l’instruction religieuse et célébrait la messe dans notre école deux fois par semaine. Tout cela se passait assez mystérieusement, la prudence étant nécessaire sous un gouvernement hostile » [le second Directoire 1797-1799]. « Bientôt je fus admis à la Sainte Table avec mon camarade CASTELBAJAC. Nous étions bien jeunes, mais notre piété n’avait pu que se tremper vigoureusement pendant les années de persécution. » Toute sa vie MONTBEL resta un catholique fervent.

Le portrait.

23Le département des estampes de la BN, N 2, conserve une gravure (qui a été publiée dans les Souvenirs du comte de Montbel, voir ci-après V), d’après la peinture de DAFFINGER.

Les domiciles et résidences.

24MONTBEL passa son enfance et sa jeunesse à Toulouse et à Caraman. Élu député en 1827 et nommé ministre en 1829, il résida à Paris, puis il suivit la famille royale en exil, d’abord à Prague, puis à Goritz, et enfin à Frohsdorff où il mourut.

Les distinctions honorifiques.

25MONTBEL aurait été créé comte par une ordonnance de Charles X, il fut officier de la Légion d’honneur. La famille portait « d’or au château flanqué de deux tours de gueules. »

Le testament.

26On ignore si MONTBEL a fait un testament.

La sépulture.

27Non localisée (Frohsdorff ?).

III. LA FORTUNE

28La fortune familiale n’aurait pas dû trop souffrir de la Révolution car le père, décédé en juillet 1793, n’avait pas émigré, ni n’avait été condamné par un tribunal révolutionnaire. Quant au grand-père maternel, bien que porté sur la liste des émigrés, il avait finalement obtenu, non sans peine, la radiation. Pourtant, d’après les Souvenirs de MONTBEL, la famille fut appauvrie « par les remboursements en assignats sans valeur, par la banqueroute des deux tiers de [ses] créances sur l’État, par les exactions et les vols dont [elle] avait été victime. » De plus, lorsque le grand-père maternel fut radié de la liste des émigrés, il « recouvra donc ses propriétés, sauf la portion de ses deux fils émigrés sur son héritage, portion que lui vivant fut obligé de payer d’avance au gouvernement directorial. Telle était la justice d’alors. » D’autre part, lors de l’emprunt forcé sur les riches, décrété en l’an VII, « nous fûmes taxés, dit-il, à une somme considérable pour notre fortune. » Mais il ne donne aucune précision ni sur le montant de la fortune, ni sur le montant de la contribution forcée. On ne peut que faire l’observation suivante : MONTBEL n’a jamais exercé une profession quelconque, il a vécu toute sa vie « noblement » des revenus de sa fortune, et puisqu’il fut élu député en 1827, il devait donc payer au moins mille francs d’impôts directs par an.

29Ses fonctions ministérielles, exercées pendant onze mois, d’août 1829 à juillet 1830, durent lui rapporter 110 000 F, plus les frais d’installation.

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LE MINISTÈRE DES FINANCES

30L’ardeur de ses convictions royalistes et la notabilité de sa famille valurent à MONTBEL, d’être placé sous la surveillance particulière de la police impériale pendant les Cent Jours. Conseiller municipal de Toulouse et lié d’amitié à VILLÈLE, il fut désigné pour succéder à celui-ci à la mairie de Toulouse lors de sa démission (février 1818). En 1823-1825 MONTBEL fit un long séjour à Paris, logé chez son parent et ami d’enfance, le vicomte Marie-Barthélémy de CASTELBAJAC, qui avait été élu député du Gers en en 1815, puis de la Haute-Garonne en 1817, et qui après avoir reçu la direction générale de l’agriculture et du commerce en 1822, fut nommé directeur général des douanes au ministère des Finances en 1824, sous VILLÈLE. En venant à Paris en 1823, MONTBEL avait apporté à VILLÈLE le plan de la grande maison que celui-ci venait d’acheter à Toulouse. MONTBEL se lia également à Jules-Augustin-Paulin-Gaston PANON-DESBASSYNS, qui habitait chez son beau-frère VILLÈLE, avec sa femme, sa fille et son gendre, BROSSIN de SAINT-DIDIER. Il fut témoin en 1824 de l’installation de VILLÈLE dans le nouvel hôtel du ministère des Finances, rue de Rivoli.

31Élu député de la Haute-Garonne le 17 novembre 1827, par 221 voix sur 330 votants, il appartenait à cette ancienne majorité élue en 1824 et maintenant battue en 1827. Il se fit l’avocat de la politique que VILLÈLE avait conduite et il combattit le ministère MARTIGNAC. En particulier, lors de la discussion de la loi sur la presse, il se déclara hostile à la liberté de celle-ci, invoquant l’assassinat du duc de Berry, dont il faisait porter la responsabilité aux attaques de la presse. Candidat du parti ultraroyaliste à la présidence de la Chambre en 1829, il n’obtint que 62 voix.

32Lors de la discussion de la motion de LABBEY de POMPIÈRES [voir la notice de VILLÈLE], MONTBEL insista pour que cette proposition fût discutée : il était soucieux de vider cette mauvaise querelle et d’obtenir la pleine justification de son ami VILLÈLE. Le 7 avril 1829 il prit la parole pour critiquer l’intervention en faveur des Grecs insurgés contre les Ottomans.

33Le 22 juillet 1829 MONTBEL partit de Paris pour Toulouse. « Avant de quitter Paris, dit-il, j’étais allé faire une visite d’adieu à ROYER-COLLARD pour le remercier de la bienveillance habituelle qu’il me témoignait. Je trouvai chez lui MM. DECAZES, d’ARGOUT et HUMANN. » La conversation s’engagea sur la violence des débats parlementaires et des articles de presse. ROYER-COLLARD opina : « Il est impossible de réformer la loi sur les élections et sur le journalisme avec une Chambre en majorité hostile à la royauté ; cependant les élections et les journaux vont amener un cataclysme prochain. Il n’y a d’autre moyen d’échapper à cet affreux malheur que dans le pouvoir constituant du roi » (allusion au recours à l’article 14 de la Charte). D’après MONTBEL, « MM. DECAZES, d’ARGOUT et HUMANN adhérèrent complètement à cette manière de voir. Tous établirent seulement ceci : un tel coup d’État est absolument indispensable pour sauver la France, mais il n’est praticable que par un ministère pris dans le centre gauche, car le centre gauche possède la confiance du grand nombre, la droite au contraire lui est suspecte et trouverait contre toutes ses entreprises l’opposition irritée de l’opinion publique. »

34Arrivé à Toulouse, MONTBEL reçut le 29 juillet la visite de VILLÈLE, venu de Mourvilles pour le voir. Selon VILLÈLE, « il fallait que le roi soutînt le ministère MARTIGNAC et ne se le laissât pas arracher par les Chambres ; qu’il repoussât les adresses, si elles étaient insultantes. On ne lui refuserait pas le budget. Au cas où une Chambre oserait en arriver là, il lui ferait un appel ; si elle y restait sourde, c’est alors qu’il pourrait avoir recours à un coup d’État pour sauver le pays. »

35Là-dessus, MONTBEL reçut une lettre de LA BOURDONNAYE lui annonçant que le ministère allait être changé et que MONTBEL ferait partie du nouveau ministère. En effet, le 10 août il reçut le télégramme suivant : « Le prince de POLIGNAC, ministre des Affaires étrangères, transmet à M. de MONTBEL l’ordre du roi de se rendre immédiatement à Paris. » Il prit aussitôt la malle-poste. À Limoges il apprit qu’il avait été nommé ministre des Affaires ecclésiastiques et de l’Instruction publique.

36L’opposition libérale accueillit le ministère POLIGNAC avec des cris d’indignation. MONTBEL ne resta qu’un peu plus de trois mois au ministère qui lui avait été dévolu et il n’y prit aucune décision importante. Tout au plus refusa-t-il de signer la suspension des cours de Victor COUSIN, GUIZOT et VILLEMAIN. Très vite le manque d’homogénéité du ministère était apparu. LA BOURDONNAYE, ministre de l’Intérieur, entra en conflit avec POLIGNAC, auquel il ne voulait pas que fût conférée la présidence du Conseil. La crise aboutit à la démission de LA BOURDONNAYE le 18 novembre 1829 et à un remaniement ministériel. MONTBEL suggéra de faire appel à VILLÈLE, seul capable à ses yeux de rétablir la situation. Il ne fut pas écouté. POLIGNAC fut nommé président du Conseil, et Charles X contraignit MONTBEL à accepter le ministère de l’Intérieur.

37Sans y parvenir, MONTBEL essaya de calmer les passions à la Chambre des députés. Il ne put empêcher le vote de l’adresse des 221. À la suite de la prorogation des Chambres, décrétée par Charles X, et à la faveur du voyage à Paris de VILLÈLE il tenta une fois de plus, mais toujours sans succès, de faire rappeler celui-ci à la présidence du Conseil par le roi [voir la notice de VILLÈLE]. Lorsque le roi décida de jouer son va-tout en prononçant la dissolution de la Chambre des députés, deux ministres, COURVOISIER et CHABROL, donnèrent leur démission. MONTBEL voulut en faire autant, mais Charles X le retint pendant « deux pénibles heures » (« Votre retraite me nuirait beaucoup pour les élections, ne m’abandonnez pas à un moment si grave, me dit le roi, en me pressant dans ses bras. Que deviendrais je, si mes vrais amis s’éloignent de moi ? ») MONTBEL finit par accepter de rester et de prendre le ministère des Finances, laissé vacant par la démission de CHABROL (19 mai 1830).

AU MINISTÈRE DES FINANCES

38MONTBEL ne fit que passer aux Finances, et aucun acte important ne marqua ce bref passage, si ce n’est le refus opposé au président du Conseil, le prince de POLIGNAC, qui lui avait demandé d’opérer en Bourse avec des fonds prélevés sur le Trésor afin de soutenir le cours de la rente : après avoir consulté le directeur du mouvement des fonds au Trésor, RIELLE, qui lui rappela que CORVETTO avait été sévèrement jugé pour avoir procédé de la sorte, MONTBEL refusa de le faire. Cela devait lui valoir les compliments rétrospectifs de MARTIN du Nord dans son rapport du 10 avril 1832 à propos de l’affaire KESSNER [voir la notice du baron LOUIS] : cette approbation laudative est d’autant plus plaisante que la Chambre lui reprochait alors avec une bassesse mesquine le mandat qu’il avait accepté de délivrer le 28 juillet au soir pour des raisons justifiées [voir ci-après].

39Le résultat des élections, fin juin-début juillet, fut un désastre pour le ministère : l’opposition des 221 emporta 274 sièges. Charles X et ses ministres décidèrent de passer outre, en promulguant le 25 juillet 1830 quatre ordonnances, sur le fondement de l’article 14 de la Charte : la première rétablissait l’autorisation préalable pour la parution des journaux, la seconde prononçait la dissolution de la Chambre qui venait d’être élue et qui ne s’était pas encore réunie, la troisième modifiait le régime électoral en écartant la patente pour le calcul du cens électoral, et enfin la quatrième fixait les élections en septembre. Les ordonnances, dont MONTBEL fut cosignataire avec les autres ministres, déclenchèrent la Révolution des 27, 28 et 29 juillet, au cours de laquelle MONTBEL, en tant que ministre des Finances, prit une décision qui lui valut la censure sévère de la monarchie de Juillet : au soir du 28 juillet, alors que plusieurs positions essentielles étaient perdues, la manutention des vivres militaires fut enlevée par les insurgés. Pour éviter que les soldats de l’armée royale, sans aucune nourriture après une si dure journée, ne commissent des actes de pillage qui auraient encore aggravé l’impopularité du régime, le maréchal MARMONT proposa aux ministres d’accorder une indemnité aux soldats afin qu’ils pussent acheter régulièrement de quoi se nourrir. En raison de l’impossibilité où se trouvait le ministre de la Guerre de communiquer avec ses bureaux, alors envahis par les insurgés, MONTBEL accepta de délivrer un mandat de 371 000 F sur le Trésor : lors du règlement du budget de 1830, les Chambres devaient refuser, en 1833, de régulariser cette dépense [voir la notice de HUMANN], mais sans adopter l’amendement ISAMBERT, qui avait proposé l’exécution immédiate du recouvrement de cette créance sur les biens personnels de l’ancien ministre.

40Le 29 juillet MONTBEL se montra hostile à la tentative de conciliation conduite par SÉMONVILLE et d’ARGOUT auprès du maréchal MARMONT. Il partit pour Saint-Cloud avec ses collègues, mais seul avec CAPELLE il accompagna Charles X à Rambouillet, où le 1er août il fit une expédition de l’ordonnance royale qui nommait le duc d’ORLÉANS lieutenant général du royaume. Jugeant alors que ses services étaient devenus inutiles, il rentra de nuit à Paris, et deux jours plus tard il prit une voiture publique pour sortir de France.

APRÈS LE MINISTÈRE DES FINANCES

41MONTBEL se rendit d’abord à Vienne en Autriche. Dans le procès instruit devant la Chambre des pairs contre les ministres signataires des ordonnances du 25 juillet, le cas des trois ministres contumaces, dont MONTBEL, fut disjoint. Les quatre ministres qui avaient été arrêtés furent condamnés le 21 décembre 1830 à la prison perpétuelle. Réfugié à Vienne, MONTBEL fit transmettre à la Chambre des pairs, par l’entremise de l’ambassadeur de France à Vienne, une Protestation, datée du 21 janvier 1831, par laquelle il déclinait la compétence de la Cour des pairs et déclarait illégale la procédure instruite contre lui. Comme la procédure de la contumace interdisait la production de défenses écrites, la protestation fut ignorée par la Cour des pairs, qui condamna le 11 avril les trois ministres contumaces à la même peine de la prison perpétuelle. La Quotidienne, journal des légitimistes, révéla l’existence de cette protestation, dont, la veille du jour où la Cour devait statuer, chacun des pairs reçut un exemplaire imprimé.

42Ce document suscita des réactions mitigées, car il contenait de nombreuses affirmations, sur les événements des 25 au 25 juillet 1830, qui contredisaient les affirmations sur lesquelles les ministres condamnés le 21 décembre avaient étayé leur défense. Il ressortait de là que pour sauver leur tête les condamnés du 21 décembre avaient menti dans leurs dépositions ! En publiant de telles assertions, MONTBEL, qui était libre à Vienne, rendrait beaucoup plus difficile l’exercice de la clémence royale à l’égard de ses anciens collègues emprisonnés à vie.

43Quant aux commissaires de la Chambre des députés, ils formulèrent des réserves au sujet des droits que le Trésor pourrait exercer sur les biens personnels du ministre ordonnateur des 371 000 F ordonnancés pour éviter que la troupe ne se livrât au pillage. Cet acharnement haineux contre le ministre déchu donnait la mesure de la duplicité des artisans de la « glorieuse » Révolution de 1830 : au lieu d’avoir la générosité de savoir gré au ministre d’avoir eu l’humanité de pourvoir au ravitaillement de la troupe pour éviter le pillage, ils lui faisaient finalement grief d’avoir empêché celui-ci, ce qui aurait aggravé à leur profit l’impopularité de leur adversaire !

44L’histoire de la fin de la vie de MONTBEL reste imprécise. D’après le Dictionnaire biographique d’HOEFER et le Dictionnaire des parlementaires de COUGNY, à la suite de l’amnistie accordée par le ministère MOLÉ en octobre-novembre 1836, MONTBEL serait rentré en France, où il se serait tenu à l’écart de la vie politique. Mais ces deux dictionnaires mentionnent bien son décès à Frohsdorff en 1861, auprès du comte de Chambord. La présentation des Souvenirs de MONTBEL par son petit-fils ne fait aucune allusion à un retour en France : au contraire, elle souligne l’attachement personnel aux princes en exil. À la fin de sa vie, il aurait cependant conçu « un désir ardent d’aller se fixer avec les siens dans sa ville natale qu’il aimait tant » : « En 1851, aussitôt après la mort de la duchesse d’ANGOULÊME, il s’ouvrit au comte de CHAMBORD de son projet de revenir en France, mais le prince mit une affectueuse insistance à combattre une pareille intention », et MONTBEL « resta, dix ans encore, à Frohsdorff », où il mourut.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

  • Protestation de M. de MONTBEL contre la procédure instruite contre lui devant les pairs, et exposé de sa conduite pendant et avant les événements de juillet 1830, 32 p., 1831.
  • Lettre sur le choléra à Vienne, extrait de la Revue des Deux Mondes, 1832.
  • Le duc de Reichstadt, notice sur la vie et la mort de ce prince, rédigée à Vienne sur des documents authentiques, 484 p., 1832, 2e éd. 1833, 3e éd. 1836.
  • Dernière époque de l’histoire de Charles X, ses derniers voyages, sa maladie, sa mort, ses funérailles, son caractère et ses habitudes dans l’exil, s.d.
  • Le comte de Marnes, fils aîné du roi de France Charles X, 156 p., 1844, réédité en 1845, 172 p. sous le titre Le duc d’Angoulême, dauphin, comte de Marnes, fils aîné du roi de France Charles X.
  • 1787-1861, Souvenirs du comte de MONTBEL, publiés par son petit-fils Guy de MONTBEL, 436 p., 1913.

BIBLIOGRAPHIE

45HOEFER, XXXVI 132-134

46COUGNY, IV 409

47Duc d’AUDIFFRET-PASQUIER, Mémoires du chancelier PASQUIER, t. VI, 1895.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 357k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search