Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (II)

 | 
Guy Antonetti

Prologue

Texte intégral

1En 1814 la réunion des deux ministères des Finances et du Trésor en un seul ministère laissa subsister les anciennes divisions de chacun des deux anciens ministères. Cependant chacun de ceux-ci avait eu son service du secrétariat général et son service de la comptabilité. Dans les deux cas, le baron LOUIS, qui venait du Trésor, opéra la fusion au profit du personnel de ce dernier.

2De 1814 à 1828, de LOUIS à ROY, l’organisation du ministère des Finances, indépendamment des directions générales extérieures, connut plusieurs remaniements. Il y eut d’abord la tentative de résurrection du ministère du Trésor sous CORVETTO et LA BOUILLERIE en 1817-1818, résurrection à laquelle on songea épisodiquement jusqu’à la fin de la Restauration, puis VILLÈLE opéra une forte réduction des directions dépendant directement du ministre, qui furent ramenées à quatre seulement en 1824 (I Contributions directes, II Dette inscrite, III Comptabilité, IV Mouvement général des fonds), tandis que simultanément le secrétariat particulier du ministre prenait une grande extension. Ce fut ROY qui, en 1828, établit la division des services du ministère en cinq directions intérieures, plus le secrétariat particulier, le secrétariat général, la Caisse centrale et le Service du payeur central (I Direction des Contributions directes, II Direction du Mouvement général des fonds, III Direction de la Dette inscrite, IV Direction de la Comptabilité, V Direction du Contentieux, VI Caisse centrale du Trésor, VII Payeur central du Trésor). Les Contributions indirectes formaient alors une des cinq directions générales extérieures (I Enregistrement et Domaines, II Douanes, III Contributions indirectes, IV Postes, V Forêts). En 1830 CHABROL rattacha les Contributions directes au groupe des directions générales extérieures. Le baron LOUIS créa donc une sixième direction générale extérieure pour les Contributions directes, et il en créa une septième pour les Tabacs, mais les affaires ressortissant à toutes ces directions générales extérieures étaient suivies à l’intérieur du ministère par des bureaux dépendant du secrétariat général. Dans chaque direction générale, le directeur était assisté d’un conseil d’administration, composé de trois ou quatre administrateurs. Désormais, de 1832 à 1848, l’organisation du ministère des Finances ne varia plus : ainsi, lors de la Révolution de février 1848, il y avait d’une part l’Administration centrale du ministère, qui comprenait (1°) le secrétariat particulier ou cabinet du ministre (de qui dépendaient la gestion du personnel et l’Inspection des finances), (2°) le secrétariat général (de qui dépendaient la préparation du budget, la « suite des affaires » relatives aux directions générales extérieures, la recherche et la centralisation de la documentation, la gestion du matériel), (3°) les quatre directions intérieures (Mouvement général des fonds, Dette inscrite, Comptabilité, Contentieux), (4°) la Caisse centrale du Trésor, et (5°) le service du Payeur central, et d’autre part l’Administration des revenus publics, qui comprenait les sept directions générales extérieures (Enregistrement et Domaines, Douanes, Postes, Forêts, Tabacs, Contributions directes, Contributions indirectes), plus la commission des monnaies.

3D’une manière générale, le haut personnel des anciens ministères des Finances et du Trésor se maintint en place après 1814, tandis que les directions générales extérieures furent affectées jusqu’en 1830 par une instabilité due à la politisation de ces fonctions supérieures.

L’HÉRITAGE DU MINISTÈRE DES FINANCES

Les secrétariats.

4En 1814 le baron LOUIS remplaça Charles-Michel AMABERT par LEFEVRE au secrétariat général : LEFEVRE avait été jusqu’alors secrétaire général du ministère du Trésor. Le secrétariat particulier disparut pendant quelques années, jusqu’à ce que VILLÈLE le rétablît et lui conférât une vaste compétence. Sous la Restauration et la monarchie de Juillet, l’une des fonctions essentielles du ministère des Finances, la préparation du budget et plus généralement des lois financières, releva de la compétence du secrétaire général (ou exceptionnellement du secrétaire particulier sous VILLÈLE).

5LEFEVRE était un ancien sous-caissier des recettes générales (1790), secrétaire de la Trésorerie nationale (1792-1800), secrétaire général du ministère du Trésor de 1801 à 1814, sous BARBÉ-MARBOIS et MOLLIEN. Au Trésor, LEFEVRE s’était lié au baron LOUIS, qui en était l’un des administrateurs. LEFEVRE resta secrétaire général du ministère des Finances jusqu’en 1822. VILLÈLE confia alors cette fonction à CORNET d’INCOURT [voir ci-après Les Contributions directes], mais sans lui conférer le titre. CORNET d’INCOURT fut mentionné dans l’Almanach royal comme « faisant fonction de secrétaire général ». En revanche VILLÈLE donna une grande extension au secrétariat particulier et au cabinet d ministre, placés sous les ordres de son fidèle Alphonse-Valentin VAYSSE de RAINNEVILLE (1798-1864), issu d’une famille noble de Picardie, d’origine languedocienne comme VILLÈLE. Celui-ci fit entrer RAINNEVILLE au Conseil d’État le 8 janvier 1823 comme maître des requêtes en service ordinaire, au comité des finances, à 24 ans ! Il lui confia son secrétariat particulier, auquel il rattacha la plupart des bureaux du ministère. C’est VILLÈLE qui plaça, à partir de 1824, l’Inspection générale des finances sous l’autorité directe du ministre : les « inspecteurs du Trésor » créés par GAUDIN en 1801, d’abord cantonnés à la seule vérification des caisses du Trésor, étaient devenus « inspecteurs des finances » sous le baron LOUIS en 1814, préposés à la vérification de tous les services ressortissant au ministère des Finances, mais ils étaient restés jusqu’en 1824 un corps d’« agents extérieurs du Trésor ». Dans l’Almanach royal de 1827, la notice consacrée au ministère des Finances commence par la mention des « Bureaux dont le ministre s’est réservé la direction immédiate : M. de RAINNEVILLE, maître des requêtes au Conseil d’État, attaché au comité des finances, chargé par ordonnance du roi, de la suite des travaux suivants : […], la direction de l’inspection générale des Finances, […] ». Après le départ de VILLÈLE, ROY et ses successeurs maintinrent le rattachement de l’Inspection générale des finances au cabinet du ministre.

6À la veille de sa démission, VILLÈLE crut assurer la situation de son protégé en le nommant conseiller d’État en service extraordinaire (3 janvier 1828). À la suite de la Révolution de Juillet RAINNEVILLE fut mis à la retraite le 20 août 1830, à 31 ans !

7Avec ROY on revint en 1828 à l’organisation antérieure à VILLÈLE. Le secrétariat général fut confié au comte Adolphe de BOUBERS (1791-1863), qui était entré au secrétariat du ministre du Trésor MOLLIEN en 1807 et qui avait été nommé inspecteur général des finances dès 1813, à 22 ans ! BOUBERS fut recommandé à ROY par d’AUDIFFRET, dont il était l’ami. BOUBERS conserva cette fonction de secrétaire général sous tous les ministres successifs jusqu’en 1846. LACAVE-LAPLAGNE lui fit donner alors la recette générale des finances du Haut-Rhin, et choisit pour lui succéder au secrétariat général l’inspecteur général des finances SAINT-JULLE de COLMONT. Quant au secrétariat particulier, ROY le partagea en 1828 entre FOUGEROUX et HOUARD : le premier avait été le mentor de d’AUDIFFRET au Trésor en 1808. Dans l’Almanach royal de 1820 FOUGEROUX et HOUARD étaient tous deux chefs de bureau dans la même division, celle des « Contributions indirectes, budget et situations générales des Finances », sous DUTREMBLAY fils, maître des requêtes, premier commis. Ils conservèrent leurs fonctions de secrétaires particuliers jusqu’en 1831. Sous le baron LOUIS, en 1831, FOUGEROUX fut remplacé par THOMAS. Jean-Joseph-Simon THOMAS était né à Lunéville en 1789, fils d’un receveur de la Régie des aides. Il entra tout jeune au ministère du Trésor, comme élève inspecteur, protégé par son compatriote le baron LOUIS, dont il devait rester l’homme lige. Inspecteur des finances de 2e classe (1812), de 1re classe (1816), inspecteur général des finances (1828), THOMAS fut pris par le baron Louis comme secrétaire particulier et se vit confier des missions délicates et confidentielles (il fut envoyé auprès des autorités sardes pour essayer de récupérer la partie du Trésor du dey d’Alger que BOURMONT avait détournée en l’expédiant par bateau à Ville franche). THOMAS et HOUARD restèrent en fonction jusqu’en 1839, sous PASSY. En 1840, sous PELET de la Lozère, THOMAS, maître des requêtes au Conseil d’État, était toujours directeur du cabinet du ministre, et Jean-Germain-Henri NOUTON (1789-1871), sous-directeur. À partir de 1842, sous LACAVELAPLAGNE, NOUTON, maître des requêtes au Conseil d’État, fut chef, puis directeur de cabinet : il resta en fonction jusqu’à la Révolution de 1848. Au secrétariat particulier, LACAVE-LAPLAGNE appela en 1843 son frère, Raymond LACAVE-LAPLAGNE-BARRIS, puis en 1843 PERSEGOL. En 1847 DUMON, tout en gardant SAINT-JULLE de COLMONT au secrétariat général et NOUTON comme directeur de cabinet, ne prit pas de secrétaire particulier, mais nomma GIROD de l’Ain chef de cabinet, sous NOUTON.

La division des Contributions directes et la direction générale des Contributions directes.

8C’était le premier département du ministère des Finances, dirigé à l’origine par un premier commis, qui fut LEGRAND jusqu’en 1822. À ce moment-là VILLÈLE laissa les trois bureaux de ce département sans premier commis, puis il y nomma en 1823 Charles-Nicolas CORNET d’INCOURT (1773-1852) : c’était un ancien négociant d’Amiens, élu député en août 1815, réélu en 1816, qui siégeait parmi les ultraroyalistes. Il se fit alors remarquer en dénonçant à la Chambre les gros traitements des hauts fonctionnaires. Il publia en 1819 Des contributions directes considérées sous les rapports financiers et politiques, ce qui lui valut la réputation de spécialiste de la question. Or non seulement VILLÈLE le nomma directeur général de l’administration des Contributions directes, faisant de plus fonction de secrétaire général du ministère, mais il le fit nommer conseiller d’État. Le cumul de tous ces gros traitements lui valut les piques ironiques de ses adversaires, qui ne manquèrent pas de rappeler ses anciennes protestations contre les gros traitements. Réélu en 1820 et 1824, il fut battu en 1827 et ROY le remplaça à la direction des Contributions directes par l’inspecteur général des finances François-Anne SAURIMONT (1776-1843), qui avait fait toute sa carrière aux Contributions directes : né à Muret (Haute-Garonne), entré comme surnuméraire dans l’administration des Contributions directes de ce département (1802), il avait été nommé contrôleur des contributions directes du Cantal (1803), inspecteur général du cadastre (1808), inspecteur général des contributions directes et du cadastre (1810). En 1830 le baron LOUIS nomma à cette direction André-Joseph-Gabriel JOURDAN (1771-1846), ancien rédacteur en chef du Moniteur sous le Directoire (feuille publiée par Charles-Joseph PANCKOUCKE), devenu en 1798 secrétaire de l’Agence des receveurs généraux, avec la caution probable du ministre des Finances RAMEL, lié à la famille PANCKOUCKE. De là JOURDAN passa en 1806 à la direction de la Caisse de service, créée au Trésor par MOLLIEN. Au Trésor il se lia au baron LOUIS qui, en 1814, le nomma premier commis au département du Mouvement général des fonds. Il resta jusqu’en 1818, puis y revint en 1819 au retour du baron LOUIS aux Finances, et il s’y maintint jusqu’en 1820. Après dix ans de purgatoire, il rentra en grâce en 1830 avec le baron LOUIS qui le nomma à la direction générale des Contributions directes. En 1841 il fut remplacé, sous HUMANN, par LEGRAND de l’Oise, directeur général des Forêts : dans ces nouvelles fonctions, LEGRAND de l’Oise écrivit qu’il fallait faire « rendre à l’impôt tout ce qu’il pouvait rendre », expression qui fut jugée malheureuse par ceux qui s’opposaient au recensement et dont HUMANN dut endosser la responsabilité. Après le décès de HUMANN, LEGRAND reprit en 1843 la direction générale des Forêts [voir ci-après, Direction générale des Forêts] et eut pour successeur aux Contributions directes MAGNIER de MAISONNEUVE, conseiller d’État, et en 1844 LAURENCE, également conseiller d’État. Marie-Maximilien MAGNIER de MAISONNEUVE (1797-1844), petit-fils d’un inspecteur des Fermes et fils d’un directeur des douanes (qui fut directeur des douanes à Strasbourg de 1793 à 1814, ce qui laisse supposer des relations avec HUMANN), entra tout jeune, le 1er janvier 1814, dans l’administration des Douanes, dont il gravit rapidement tous les échelons, parvenant au grade d’inspecteur général des douanes le 1er mai 1830, et d’inspecteur général des finances le 1er mai 1831. Nommé sous-directeur de l’administration des Douanes au ministère des Finances le 1er mai 1838, CUNIN-GRIDAINE l’appela à la direction du Commerce au ministère de l’Agriculture et du Commerce le 26 octobre 1839. Maître des requêtes en service extraordinaire, élu député du Bas-Rhin le 13 décembre 1840, conseiller d’État en service extraordinaire en 1841, MAGNIER de MAISONNEUVE fut nommé le 21 mai 1843 directeur général de l’administration des Contributions directes au ministère des Finances, ce qui ne laisse pas de surprendre au terme d’une longue carrière de « douanier » ! Il mourut quinze mois plus tard et fut remplacé par Justin LAURENCE (1794-1863), un « politique » : fils d’un orfèvre de Mont-de- Marsan, licencié en droit, avocat, LAURENCE se lia sous la Restauration au général LAMARQUE, député de gauche du département des Landes. À l’issue de la Révolution de 1830, il fut nommé avocat général à Pau (11 novembre 1830). Élu député des Landes le 5 juillet 1831, LAURENCE adopta une attitude critique à l’égard de Casimir PERIER qui le destitua de ses fonctions d’avocat général à la fin de la session de 1832. Mais réélu en 1834, il se rapprocha du gouvernement : il fut envoyé en Algérie pour y organiser la justice, puis fut nommé directeur des Affaires d’Afrique (23 juillet 1837). Constamment réélu en 1837, 1839, 1842, il fut appelé en décembre 1844 à la direction générale des Contributions directes, ce qui le contraignit à se représenter devant ses électeurs, qui lui renouvelèrent son mandat (janvier 1845), et il fut encore réélu en 1846, mais la Révolution de 1848 le rendit à la vie privée.

La division des Contributions indirectes et la direction générale des Contributions indirectes.

9Au début de la Restauration le département des Contributions indirectes fut érigé en 1816 en direction générale extérieure, conférée au baron de BARANTE, conseiller d’État, tandis qu’à l’intérieur du ministère les questions relevant de cette direction générale étaient suivies par DUTREMBLAY fils, ayant titre de premier commis, (il était le fils d’Antoine-Pierre DUTREMBLAY, 1745-1818, ancien conseiller maître à la Chambre des comptes en 1785, l’un des commissaires de la Trésorerie nationale de 1791 à 1795, puis administrateur de la Loterie, et enfin l’un des administrateurs de la Caisse d’amortissement en 1816). Ce tandem BARANTE-DUTREMBLAY dura jusqu’à VILLÈLE. Ce dernier le remplaça en 1821 par un autre tandem, BENOIST d’AZY, directeur général-DURET, premier commis. Le comte Denis-Emmanuel BENOIST d’AZY, 1796-1880, alors inspecteur général des finances, était, par sa mère, le petit-fils de LEROULXDELAVILLE [voir la notice de celui-ci au tome I]. Pierre-Jean DURET, 1771-1831, ancien commis au Trésor royal, puis à la Trésorerie nationale, et enfin à la direction du Trésor (1799) devenue ministère du Trésor (1801), avait été un protégé de LEBRUN, l’architrésorier de l’Empire. Après la chute de VILLÈLE, BENOIST d’AZY dut céder sa direction générale au baron BACOT de ROMAND, mais il revint en faveur sous le ministère POLIGNAC, et fut nommé directeur de la Dette inscrite. Il brisa sa carrière en 1830 par fidélité aux BOURBONS. Quant à DURET, il fut nommé en 1823 l’un des administrateurs de la direction générale des Contributions indirectes, mais la Révolution de 1830 mit fin à ses fonctions en supprimant son poste. Sous la monarchie de Juillet cette direction générale fut attribuée à BOURSY, qui la conserva jusqu’à la fin du règne de Louis-Philippe. Jean-Charles-Amand BOURSY (1778-1860), fils d’un maître cordonnier du Havre, fit toute sa carrière dans les « Indirectes » : entré comme surnuméraire le 16 mars 1807 à la direction des Contributions indirectes au ministère des Finances, il y fut successivement vérificateur (1er octobre 1807), sous-chef de bureau (1er mai 1809), chef de bureau adjoint (1er septembre 1810), chef de bureau (1er juin 1811), chef de division adjoint (1er février 1813), chef de division (1er mai 1815). Chevalier de la Légion d’honneur en 1828, il était toujours, en 1830, chef de la troisième division (service général et contentieux judiciaire), à la direction générale des Boissons, Tabacs et Poudres. Cette troisième division était placée sous les ordres de DURET, l’un des quatre administrateurs de cette direction. À l’issue de la Révolution de 1830, BOURSY devint directeur général des Contributions indirectes (5 janvier 1831) et maître des requêtes en service extraordinaire (8 juin 1831). Officier de la Légion d’honneur en 1834, commandeur en 1841, il fut nommé conseiller d’État en service extraordinaire en 1837.

La comptabilité.

10En 1814 la fusion des deux ministères en un seul posa, pour la comptabilité, le même problème que pour les secrétariats. En effet il y avait au ministère des Finances une division de la Comptabilité (4e division, DUTERTRE-VETEUIL, « premier commis »), et au ministère du Trésor une section (4e section, AMÉ de SAINT-DIDIER, « inspecteur général, travaillant directement avec le ministre », ayant pour « adjoint » BRONNER « inspecteur général »). Le baron LOUIS écarta DUTERTRE-VETEUIL, un homme de GAUDIN, il donna à AMÉ de SAINT-DIDIER une recette générale des finances, et il confia à BRONNER la direction de la division de la Comptabilité du ministère. D’après le marquis d’AUDIFFRET, qui était alors son subordonné, « ce nouveau directeur [BRONNER], d’origine suisse, élevé dans le commerce et naguère sorti de la Banque de France pour surveiller la tenue des comptes courants de la Caisse de service du Trésor, était resté complètement étranger à la mission laborieuse des différentes branches d’administration qui composaient l’ensemble du ministère. » Dès avant la fin de 1814 le baron LOUIS le destitua pour incompétence et promut à sa place son protégé, le jeune marquis d’AUDIFFRET, à peine âgé de 27 ans. Opposé aux réformes imposées par CORVETTO et LA BOUILLERIE en 1818, d’AUDIFFRET se fit décharger de cette fonction, mais il y revint triomphant en 1819 au retour du baron LOUIS aux Finances. Il y resta dix ans, jusqu’à sa nomination au rang de président de la Cour des comptes en octobre 1829. À ce moment-là, d’AUDIFFRET, directeur de la comptabilité, avait sous ses ordres le baron Prosper RODIER (son ami d’enfance) comme sous-directeur, et Philippe DARSENAY (un ancien du ministère du Trésor, dont d’AUDIFFRET a loué « la rare intelligence et le zèle infatigable ») comme chef de bureau. Au départ de d’AUDIFFRET, le baron RODIER (1790-1864) lui succéda comme directeur, et Philippe DARSENAY devint sous-directeur : ils restèrent tous deux en place pendant près de vingt ans, jusqu’à la fin de la monarchie de Juillet.

L’HÉRITAGE DU MINISTÈRE DU TRÉSOR

11À la chute de l’Empire au début de 1814 [voir le tome I], le ministère du Trésor comprenait, outre le secrétariat général (LEFEVRE), six sections :

  1. Les quatre caisses [François-Benoît CORNUT de LA FONTAINE, caissier général ; FOIN, caissier des recettes journalières ; PISCATORY, caissier des dépenses journalières ; plus trois administrateurs à la Caisse de service, « travaillant directement avec le ministre », JOURDAN, BRONNER et PETIT].
  2. L’administration des dépenses [DUTREMBLAY aîné, chef].
  3. Les trois payeurs généraux [JOHANNOT, le fils du conventionnel qui avait dirigé en fait les Finances en 1795, ROGUIN et Henri-Simon CORNUT de LA FONTAINE, cousin germain du caissier général précité].
  4. La comptabilité centrale [AMÉ de SAINT-DIDIER, directeur, BRONNER, adjoint].
  5. Le Grand Livre de la dette publique [Adrien-Théodore-Arnaud HOUSEL, directeur].
  6. L’Agence judiciaire du Trésor [François-Matthieu ALEIN, agent judiciaire du Trésor].

12Le sort du secrétariat général [LEFEVRE] et de la section de la comptabilité [AME de SAINT-DIDIER et BRONNER] ayant été évoqué précédemment dans l’héritage du ministère des Finances, restent à considérer les autres sections du ministère du Trésor.

Les Caisses et le Mouvement général des fonds.

13En 1814 le baron LOUIS nomma André-Joseph-Gabriel JOURDAN, antérieurement administrateur de la Caisse de service, premier commis de la direction du Mouvement général des fonds [sur la carrière de celui-ci, voir supra, Les Contributions directes, dans « L’héritage du ministère des Finances »]. JOURDAN conserva cette fonction jusqu’en 1818, où LA BOUILLERIE le remplaça par FAGNAN, mais au retour du baron LOUIS il fut rétabli dans cet emploi en 1819. Il le perdit de nouveau en 1821 sous ROY, qui y nomma BRICOGNE. Ce rapide chassé-croisé dans le poste le plus sensible du ministère traduisait la lutte d’influence qui opposait le clan GAUDIN-CORVETTO-ROY au clan MOLLIEN-LOUIS. VILLÈLE arriva ensuite, qui n’appartenait à aucune de ces deux factions : il nomma le 1er janvier 1822 Étienne-Philippe RIELLE (1775-1847) premier commis de la direction du Mouvement général des fonds, et l’éleva le 1er janvier 1823 au rang de directeur. RIELLE resta vingt ans à la tête de la direction du Mouvement général des fonds, ayant servi successivement sous huit ministres des Finances ! Fils d’un huissier au parlement de Rouen, RIELLE était entré en 1796, comme chef de la comptabilité, dans les bureaux du payeur du département de la Seine-Inférieure, puis il avait été nommé payeur de l’Armée de réserve, trésorier des contributions françaises en Italie (mars 1800), premier commis de l’intendance du Trésor dans les départements au-delà des Alpes créée en septembre 1806 et dont KESNER était l’intendant : RIELLE, comme LIONNET [voir ci-dessous] furent donc longtemps des subordonnés de KESNER qui contribua au succès de leur carrière. Ce trio « cisalpin », KESNER-RIELLE-LIONNET, joua longtemps un rôle prépondérant au Trésor. RIELLE, nommé inspecteur général du Trésor public en Italie le 1er mai 1808, fut rapatrié, comme LIONNET, en 1814 et maintenu dans l’Inspection générale des Finances. En 1842 LACAVE-LAPLAGNE remplaça RIELLE, âgé de 67 ans, par MONTANIER, qui était toujours directeur du Mouvement général des fonds lors de la Révolution de 1848.

14Les quatre caisses du Trésor qui existaient précédemment (Caisse générale, Caisse des recettes, Caisse des dépenses, Caisse de service) furent supprimées par l’ordonnance de novembre 1817, prise à l’instigation de LA BOUILLERIE, et remplacées par une caisse unique, dénommée « Caisse centrale et de service du Trésor », placée sous les ordres d’un « directeur des dépenses ». Cette Caisse devint en 1820, sous ROY, la « Caisse centrale du Trésor royal », puis la « Caisse centrale du Trésor » sous la monarchie de Juillet [voir ci-après].

La direction des Dépenses.

15LA BOUILLERIE conféra cette fonction à ROGUIN, que le baron LOUIS remplaça en 1819 par Alexandre-Henri-Simon CORNUT de LA FONTAINE, lequel conserva ce poste sous diverses appellations (bureau du payeur des dépenses centrales du Trésor, payeur central du Trésor, service du payeur central du Trésor…) jusqu’à sa mort (26 octobre 1841). HUMANN lui donna pour successeur Jean-Simon-Joseph THOMAS, qui fut nommé caissier central du Trésor le 23 décembre 1847, à la veille de la Révolution de 1848.

La Caisse centrale du Trésor.

16À la suite de la réforme imposée par LA BOUILLERIE en novembre 1817, la Caisse centrale de service du Trésor fut confiée en 1818 à Antonin-Pierre PISCATORY. Né en 1760, fils d’un négociant marseillais et, par sa mère, neveu de ROUILLÉ de L’ÉTANG, trésorier général des dépenses diverses de 1780 à 1788, ayant obtenu la survivance de la charge de cet oncle ROUILLÉ, PISCATORY dut passer au Trésor royal, à la suite de la suppression de cette charge en 1788, puis il fit carrière à la Trésorerie nationale sous la Révolution. Il fut caissier des dépenses journalières, au ministère du Trésor, de 1801 à 1818. En 1821, sous VILLÈLE, PISCATORY fut victime de la forfaiture du sous caissier MATHEO et il fut remplacé à la Caisse centrale du Trésor royal par Charles-Jean-Rodolphe KESNER. Celui-ci y resta dix ans, jusqu’à ce qu’il commît le même genre de forfaiture que celle de MATHEO. Lors de la fuite de KESNER (janvier 1832) son sous-caissier Charles-Théodore LIONNET (1779-1851) suppléa temporairement à ses fonctions. Comme RIELLE, LIONNET avait débuté comme caissier, receveur, payeur dans les départements français d’Italie, de 1801 à 1814 : après avoir servi à l’armée de 1799 à 1801, il avait obtenu la place de caissier de la recette générale du département de la Doire à Ivrée dans le Piémont, et il avait exercé ces fonctions de septembre 1801à avril 1808. Or c’était KESNER [voir la notice du baron LOUIS] qui en était le receveur général. Le 1er mai 1808 LIONNET devint receveur particulier des finances et préposé payeur de la Guerre de l’arrondissement de Pise (département de la Méditerranée), où il demeura jusqu’au 17 février 1814, « jour de l’évacuation de la Toscane ». Très probablement grâce à l’appui de KESNER, LIONNET, revenu en France, devint caissier du Comité des receveurs généraux de 1816 à 1819, puis inspecteur des finances en 1819. Enfin KESNER le prit comme sous-caissier du Trésor royal le 1er avril 1825. À la suite de l’intérim assuré par LIONNET, ce fut Edme-Jean BOCQUET de SAINT-SIMON (1789-1839) qui fut nommé caissier central en titre, LIONNET restant sous-caissier. BOCQUET de SAINT-SIMON était entré à la Caisse de service comme commis en 1809, et avait fait une carrière rapide : il avait été nommé inspecteur général des Finances dès 1815. Il ne resta pas longtemps caissier central : en 1837 il devint directeur de la Dette inscrite et mourut en 1839. À la Caisse centrale du Trésor il fut remplacé par PERIGNON, le sous-caissier étant toujours LIONNET, lequel succéda enfin à PERIGNON en 1845, mais le 23 décembre 1847 DUMON remplaça LIONNET par Jean-Joseph-Simon THOMAS, le payeur central du Trésor [voir supra]. THOMAS, qui avait été l’homme de confiance du baron LOUIS, conserva ses fonctions de caissier central après la Révolution de 1848, et le Second Empire l’éleva à la dignité de grand-officier de la Légion d’honneur en 1859 !

La Dette inscrite.

17Succédant à la cinquième section du ministère du Trésor, dont HOUSEL était le directeur, la direction de la Dette inscrite reçut pour premier commis en 1814 Philippe-Nicolas HARMAND, qui depuis 1793 avait fait carrière à la Trésorerie nationale, puis au ministère du Trésor. Cependant, sous VILLÈLE, HOUSEL revint en 1821 comme directeur de la Dette inscrite, fonction qu’il garda jusqu’en 1829. CHABROL y nomma Denys BENOIST d’AZY, mais celui-ci se retira à la suite de la Révolution de 1830. Sous la monarchie de Juillet cette direction fut confiée au comte Florimond d’AUDIFFRET, frère du marquis. Il y resta jusqu’à sa nomination en janvier 1837 à la recette générale des finances de la Haute-Saône. Edme-Jean BOCQUET de SAINT-SIMON lui succéda, et au décès de celui-ci (1839), ce fut Antoine-Marie-Catherine BAILLY (1780-1846) qui fut nommé directeur de la Dette inscrite : ce dernier, fils d’un correcteur d’imprimerie parisien, avait commencé sa carrière en 1805 comme commis du payeur de la 1re division militaire (Paris), à 1 000 F par an, en 1807 comme commis du payeur de la Marine à La Spezzia, à 2 000 F par an, en 1809 comme chef de division à l’intendance générale des Provinces illyriennes à 4 800 F, en 1810 comme secrétaire général de cette intendance à 6 300 F. Puis, il était devenu élève inspecteur des finances (1811-1814), et avait ensuite gravi les échelons de ce corps : inspecteur de 2e classe en 1814 à 3 500 F, inspecteur de 1re classe en 1817, il fut porté à 5 000 F en 1818, 6 000 F en 1819, inspecteur général en 1827 à 12 000 F. Il était affilié à la loge maçonnique Les disciples de Saint-Vincent-de-Paul. Ce fut lui que le baron LOUIS désigna pour vérifier la comptabilité de KESNER, caissier central du Trésor, et qui découvrit donc la forfaiture du caissier indélicat (1832). Au décès de BAILLY (1846), le sous-directeur de la Dette inscrite, ANDREY, fut élevé à la direction de celle-ci. Abel-François ANDREY (1806-1861) était le fils d’un employé aux Messageries à Paris : il entra au ministère des Finances en 1826, comme employé attaché au bureau de la liquidation de l’indemnité des émigrés, service placé sous les ordres de RAINNEVILLE parmi les « bureaux dont le ministre s’était réservé la direction immédiate ». Le 1er juin 1830 ANDREY fut nommé commis à l’administration centrale du ministère des Finances, puis il gravit les échelons de la hiérarchie : commis principal, sous-chef de bureau, chef de bureau et enfin sous-directeur, chevalier de la Légion d’honneur le 1er février 1836, auditeur au Conseil d’État le 14 juillet 1837, maître des requêtes en service extraordinaire le 3 avril 1845, officier de la Légion d’honneur le 27 avril 1846, ANDREY fut nommé directeur de la Dette inscrite le 11 juillet 1846. Il conserva ses fonctions jusqu’à sa mort en 1861, ayant été élevé à la dignité de commandeur de la Légion d’honneur le 29 avril 1854.

Le Contentieux.

18Après ALEIN, qui avait conservé l’emploi d’agent judiciaire du Trésor pendant trente ans, de 1794 à 1824, VILLÈLE confia cette direction à Jean-Marie DELAIRE (1781-1861), ancien avocat, naguère protégé de CAMBACÉRÈS dont il avait épousé une nièce : auditeur au Conseil d’État (1810), conseiller d’État (1812), il avait été exclu en 1815, mais réintégré en 1816. Il fut créé baron en 1829. Rallié à Louis-Philippe, celui-ci le nomma président à la Cour des comptes. DELAIRE fut lui aussi directeur du Contentieux pendant vingt ans. D’AUDIFFRET le jugeait « jusisconsulte éclairé, mais d’un esprit négatif et sans initiative ». Peu avant la Révolution de 1848 il eut pour successeur en juillet 1846 Pierre MAGNE (1806-1879), ancien avocat, élu député en 1842, qui s’était spécialisé dans les questions financières et qui venait de rapporter le budget des recettes de 1847. MAGNE [voir la notice de celui-ci dans le tome III] devait être ensuite sous-secrétaire d’État des Finances de 1849 à 1851, puis ministre des Travaux Publics de 1851 à 1855, et enfin ministre des Finances de 1855 à 1860, de 1867 à 1870, puis sous la Troisième République.

LES DIRECTIONS GÉNÉRALES EXTÉRIEURES

19Le sort de la direction générale des Contributions directes et de la direction générale des Contributions indirectes ayant été précisé ci-dessus, il reste à évoquer le sort des cinq autres directions générales extérieures.

20Les Souvenirs du marquis d’AUDIFFRET [N° 154] ont émis un jugement sévère sur le recrutement des directeurs généraux sous le régime de la monarchie constitutionnelle après 1814 : « Les directeurs généraux n’étaient plus malheureusement des administrateurs expérimentés, mais ordinairement des hommes politiques n’ayant aucun rapport direct, comme sous l’Empire, avec le souverain, et dont tous les actes se trouvaient placés désormais, dans notre régime constitutionnel, sous la direction et la responsabilité du ministre des Finances […] Telles étaient les regrettables conséquences du régime parlementaire interprété comme en Angleterre, et qui livraient en France, avec un bien plus grand préjudice, la gestion des nombreux intérêts du pays, centralisés dans l’Administration supérieure, à des intrigues et à des influences de partis. Mais heureusement la supériorité du ministre [VILLÈLE] dominait alors la médiocrité de ces auxiliaires imposés par les Chambres, et le faisaient recourir, bien plus souvent, pour éclairer ses décisions, à l’ancienne expérience des chefs subordonnés les plus instruits, qu’aux inutiles conseils de leurs directeurs généraux improvisés par la politique du moment. » Plus loin d’AUDIFFRET a encore insisté sur l’action jugée néfaste de ces « directeurs généraux politiques » [N° 196]. Dans ce domaine la Révolution de 1830 opéra un changement notable : à l’instabilité des directeurs généraux politiques de la Restauration, conséquence des variations de majorité parlementaire, succéda après 1830 une remarquable stabilité de grands techniciens de valeur, tels que CALMON à l’Enregistrement, GRETERIN aux Douanes, CONTE aux Postes, BOURSY aux Contributions indirectes, JOURDAN aux Contributions directes.

Direction générale de l’Enregistrement et des Domaines.

21À cette direction générale furent rattachées les Forêts, de 1814 à 1822. En 1814 DUCHÂTEL fut remplacé par le premier régisseur de cette administration, François-Marie-Louis BARRAIRON (1746-1820). BARRAIRON, fils d’un receveur des Domaines, était entré dès 1765, après avoir obtenu la licence en droit, dans l’administration de l’Enregistrement (Contrôle des actes) : il avait gravi tous les échelons de cette administration jusqu’à en devenir l’un des régisseurs, de 1790 à 1815, étant en 1815 le plus ancien d’entre eux. Une Biographie pittoresque des députés, publiée en 1820 par H. de LATOUCHE, et malicieusement rapportée par Michel BRUGUIÈRE, porte sur BARRAIRON un jugement qui vaudrait aussi bien pour nombre de ses collègues fonctionnaires des Finances : « Le calme de ses traits, image de celui de son âme, annonce qu’il n’a jamais fait le mal, qu’il n’en a jamais éprouvé, et que le mal d’autrui n’a jamais attristé ses yeux ni effrayé son cœur […] Les tempêtes politiques n’ont pas atteint M. BARRAIRON, il les a contemplées de ses fenêtres de l’hôtel des Domaines, qu’il n’a pas quitté depuis trente ans […] Il n’aime point à contredire l’opinion d’autrui, aussi, depuis qu’il siège à la Chambre [1816], n’est-il pas monté une seule fois à la tribune. » Élu député, ce qui supposait qu’il payait au moins mille francs d’impôts directs et avait donc amassé une fortune à proportion, il fut créé comte par Louis XVIII en 1820, et mourut en fonction la même année, à 74 ans. Après lui vinrent les directeurs généraux « politiques »dénoncés par d’AUDIFFRET : CHABROL de CROUZOL, de janvier 1821 à août 1824 (devenu alors ministre de la Marine), GAYE de MARTIGNAC, de 1824à 1828 (devenu alors ministre de l’Intérieur et président du Conseil), Bertrand BOURDEAU, de 1828 à 1829 (devenu alors sous-secrétaire d’État, puis ministre de la Justice), et enfin le vicomte de SULEAU, de 1829 à 1830 (député ultraroyaliste nommé par POLIGNAC, démissionnaire après la Révolution de 1830, par refus d’allégeance à Louis-Philippe, mais rallié plus tard à Napoléon III qui le fit sénateur en 1853). Avec la monarchie de Juillet la direction générale de l’Enregistrement et des Domaines revint à un technicien, un ancien de cette direction, qui resta en poste jusqu’à la Révolution de 1848, à la suite de laquelle il démissionna : Jean-Louis CALMON (1774-1857), fils d’un député à l’Assemblée législative de 1791-1792, était entré en 1797 dans l’Enregistrement, où il était devenu inspecteur général sous l’Empire, et l’un des administrateurs de cette direction sous la Restauration. Élu député en 1820, battu en 1824, réélu en 1828, il fut révoqué de l’Enregistrement par POLIGNAC dès l’accession de celui-ci au ministère en août 1829, mais la Révolution de 1830 le ramena dans son ancienne administration et lui en confia la direction générale, qu’il exerça avec la compétence d’un homme qui y avait fait toute sa carrière.

Direction générale des Douanes.

22Le 3 avril 1814, FERRIER, qui avait succédé à COLLIN de SUSSY devenu ministre, prévint sa probable destitution en remettant l’administration des Douanes au plus jeune des administrateurs de cette direction générale, Pierre de SAINT-CRICQ, qui exerça provisoirement les fonctions de directeur général. Le 17 mai 1814 fut décrétée la fusion des Douanes et des Droits réunis : SAINTCRICQ, nommé directeur particulier des Douanes régirait celles-ci sous l’autorité du directeur général des Contributions indirectes. Pendant les Cent Jours, FERRIER reprit sa direction générale, séparée des Contributions indirectes, et SAINT-CRICQ en redevint l’un des administrateurs. Lors de la seconde Restauration SAINT-CRICQ fut confirmé dans la fonction de directeur général. Pierre de SAINT-CRICQ (1772-1854), d’ancienne noblesse béarnaise, était entré, en l’an VIII, dans l’administration départementale où COLLIN [de SUSSY] le remarqua. Lorsque ce dernier devint directeur général des Douanes, il engagea SAINT-CRICQ au secrétariat général de cette direction générale. En 1811, sur la proposition de COLLIN de SUSSY, SAINT-CRICQ fut nommé l’un des administrateurs de la direction générale des Douanes. Ayant définitivement succédé à FERRIER et bénéficiant de la protection de DECAZES, il se maintint en place pendant neuf ans. Plutôt favorable au libre-échange commercial, il fut contraint cependant, sous la pression des députés qui se faisaient les interprètes des intérêts économiques de leurs électeurs, de mettre en œuvre une politique protectionniste, qui se traduisit par l’adoption des lois douanières du 28 avril 1816 et du 27 juillet 1822. Élu député en 1815, réélu en 1816, 1818 et 1820, SAINT-CRICQ fut battu aux élections de 1824, celles de la « Chambre retrouvée », et VILLÈLE, qui était tout à la fois président du Conseil et ministre des Finances, le destitua (MARTIGNAC devait lui confier en 1828 le portefeuille ministériel du Commerce et des Manufactures, et après sa réélection en 1830 et 1831 Louis-Philippe lui conféra la pairie en 1833).

23Après le limogeage de SAINT-CRICQ, arriva l’heure des directeurs généraux « politiques ». Jusqu’alors, les directeurs généraux avaient été choisis dans le personnel de l’administration des Douanes : COLLIN, FERRIER, SAINT-CRICQ avaient été tous les trois des « douaniers ». Leur allégeance politique (à l’Empire pour les deux premiers, à la royauté pour le troisième) avait plus été la conséquence que la cause de leur réussite professionnelle. À partir de 1824 VILLÈLE favorisa l’esprit de revanche des ultras, qui réclamaient les places de direction encore occupées par des hommes promus par les régimes de la Révolution et de l’Empire. Ces revendications étaient d’autant plus insistantes que ces postes, outre les gros traitements qu’ils procuraient, étaient assortis d’avantages matériels importants. Ainsi le directeur général des Douanes menait-il un train de vie fastueux dans le somptueux hôtel que LEDOUX avait édifié, rue Montmartre [à l’emplacement du N° 172 de nos jours] pour le duc d’UZÈS à la fin du règne de Louis XV, et qui avait été confisqué sous la Révolution et attribué aux Domaines d’abord, puis aux Douanes. De 1824 à 1830 se succédèrent donc à la direction générale des Douanes des nobles d’Ancien Régime, anciens émigrés ou fils d’émigrés, placés là pour des motifs de favoritisme politique et sans compétence particulière dans le domaine des douanes : le marquis de VAULCHIER, nommé le 20 mars 1824 (passé à la direction générale des Postes en août 1824), le vicomte de CASTELBAJAC, nommé le 9 août 1824, et remplacé le 13 février 1828 (après la démission de VILLÈLE en janvier) par le vicomte de VILLENEUVE-BARGEMONT (de février à novembre 1828), puis de nouveau par le marquis de VAULCHIER (de novembre 1828 à juillet 1830). À la suite de la Révolution de 1830, qui chassa le marquis de VAULCHIER, la direction générale des Douanes fut confiée provisoirement à l’un des administrateurs de cette direction, HAINS. THIERS, chargé de l’épuration du personnel au secrétariat général du ministère des Finances, lui offrit le poste en titre, mais HAINS refusa. Le 5 janvier 1831 la direction générale des Douanes fut dévolue à Théodore GRETERIN (1794-1861) qui, non seulement resta en place jusqu’à la fin de la monarchie de Juillet, mais aussi sous la Deuxième République et sous le Second Empire jusqu’en 1860, surchargé d’honneurs et de décorations : maîtres des requêtes au Conseil d’État (1831), conseiller d’État (1837), membre de la Légion d’honneur (de chevalier en 1828 à grand-officier en 1853), membre de l’Académie des sciences morales et politiques (1855), enfin sénateur en 1860 lors de sa retraite de la direction générale des Douanes, où il s’était maintenu pendant vingt-neuf ans, sous trois régimes politiques opposés et sous une vingtaine de ministre des Finances différents ! Fils lui-même d’un lieutenant des douanes, il était entré à 16 ans, en 1811, dans les services des douanes à Strasbourg, où il fut distingué par le directeur local, BRACK, qui lui assura une rapide promotion. À la douane de Strasbourg, de 1811 à 1826 GRETERIN dut avoir l’occasion d’entretenir de bonnes relations avec HUMANN, ce qui devait constituer par la suite un gage de succès. Muté en effet en 1826 dans les bureaux du ministère des Finances à Paris, GRETERIN fut affecté en 1828 au secrétariat général, là où le baron LOUIS plaça Adolphe THIERS après la Révolution de 1830. Spécialement chargé de l’administration du personnel, THIERS fut confirmé dans ce rôle par LAFFITTE quand celui-ci succéda au baron LOUIS en novembre 1830. THIERS trouva donc GRETERIN au secrétariat général du ministère : compte tenu de sa carrière passée de douanier, il le promut à la direction générale des Douanes ! GRETERIN se trouva dans une situation analogue à celle de SAINT-CRICQ : alors que les premiers gouvernements de la monarchie de Juillet, à l’instigation de DUCHÂTEL, député de la Charente-Maritime, proche des intérêts bordelais, ministre du Commerce de 1834 à 1836 et ministre des Finances en 1836-1837, tentèrent d’atténuer le protectionnisme douanier, les gouvernements suivants durent y renoncer devant l’opposition des Chambres, hostiles à l’abaissement des barrières douanières. GRETERIN géra donc pendant près de trente ans cette politique douanière protectionniste. Le « coup d’État » douanier que fut le traité de commerce libre-échangiste avec l’Angleterre, négocié en secret par l’empereur et imposé par lui en 1860, entraîna donc le départ de GRETERIN, largement dédommagé par son élévation à la dignité de sénateur [voir la notice CASABIANCA dans le tome III].

Direction générale des Postes.

24Cette direction était politiquement sensible, car elle comprenait le fameux « cabinet noir », dont tous les gouvernements niaient l’existence, tout en continuant de l’utiliser. C’est pourquoi, sous la Restauration, cette direction fut dévolue à une série de royalistes, pour la plupart d’ancienne fidélité. En effet, lors de l’effondrement de l’Empire, au début d’avril 1814, TALLEYRAND, meneur du jeu politique, fit remplacer LAVALETTE à la direction des Postes par un personnage des plus douteux, le vicomte de BOURRIENNE, qui lui était lié par d’anciennes compromissions. Louis XVIII eut tôt fait, en arrivant à Paris, de retirer la direction des Postes à BOURRIENNE, pour l’attribuer à FERRAND, dont la fidélité était moins aléatoire… Après les Cent Jours, pendant lesquels LAVALETTE s’était de son propre chef emparé de la direction des Postes, Louis XVIII écarta FERRAND, diminué par la maladie, et nomma à sa place en août 1815 le marquis d’HERBOUVILLE, un ancien préfet de l’Empire, mais de vieille noblesse et chaleureusement rallié à la monarchie restaurée. Après les élections d’octobre 1816 et la fin de la Terreur blanche, d’HERBOUVILLE fut remplacé par DUPLEIX de MEZY (13 novembre 1816). Issu par son père et par sa mère (une SAVALETTE de MAGNANVILLE) de notables familles de fermiers généraux du xviiie siècle, Charles-Joseph-René DUPLEIX de MEZY (1766-1835) avait été conseiller au parlement de Paris avant la Révolution. Préfet de l’Aube (2 mai 1814), puis préfet du Nord (12 juillet 1815), il fut élu député du Nord de 1816 à 1819 et siégea parmi les constitutionnels. Puis, sous la réaction opérée par VILLÈLE, vinrent successivement : en 1822 le duc de LA ROCHEFOUCAULD-DOUDEAUVILLE (promu ministre de la Maison du roi en août 1824), et le marquis de VAULCHIER (venu des Douanes, auxquelles il retourna en novembre 1828). Sous MARTIGNAC, le vicomte de VILLENEUVEBARGEMONT succéda alors à VAULCHIER, mais ayant refusé de se rallier à Louis-Philippe, il fut mis à la retraite le 26 septembre 1830.

25À la différence des directeurs généraux des Postes de la Restauration, celui qui fut nommé par le gouvernement de Juillet était un « postier » : né à Colmar où il avait fait ses études secondaires au collège du lieu, Antoine-Joseph-Xavier CONTE (1773-1850) avait été enrôlé dans l’armée en 1793, puis, après réforme, avait débuté dans l’Administration comme fondé de pouvoir du receveur général des finances du Bas-Rhin, STOEBER. En 1809 BEUGNOT l’attacha à son service dans le grand-duché de Berg, où il servit comme contrôleur, puis en 1811 comme directeur général du Trésor. Au début de la Restauration, BEUGNOT le fit nommer à la direction générale des Postes, où il devint chef de la division de la comptabilité. De là, il passa en 1824 au ministère des Finances, direction de la Comptabilité. Lors de la Révolution de 1830 il était, au ministère des Finances, chef du bureau de la comptabilité de la direction générale des Postes, de celle des receveurs de la Loterie, et de celle de la fabrication des monnaies. Directeur général des Postes de 1830 à 1847 (et député de 1837 à 1839) CONTE déploya une grande activité réglementaire : il fit codifier l’ensemble des instructions relatives à l’administration des Postes, et il présida à la publication du Dictionnaire des Postes. Il fit accélérer l’acheminement du courrier et conclut des accords postaux avec des pays étrangers.

26Après que LACAVE-LAPLAGNE eut quitté le ministère des Finances, son successeur DUMON remplaça CONTE, âgé de 74 ans, par Benjamin-Barthélémy DEJEAN (1804-1885), petit-fils d’un conseiller d’État et comte de l’Empire, et fils d’un général pair de France : licencié en droit en 1824, DEJEAN était journaliste au Globe lors de la Révolution de 1830. Il fut l’un des signataires de la protestation des journalistes du 26 juillet 1830, qui fut le signal de l’insurrection.

27Il fut nommé préfet de l’Aude le 19 août 1830, puis du Puy-de-Dôme en 1832. Démissionnaire, il fut nommé conseiller d’État en service extraordinaire en 1836. Élu député le 4 novembre 1837, réélu en 1839, 1842 et 1847, il fut directeur de la Police générale au ministère de l’Intérieur, du 17 mai 1839 au 1er mars 1840, sous DUCHÂTEL dans le deuxième ministère SOULT. Il fut nommé directeur général des Postes par DUMON le 20 juin 1847, ce qui l’obligea à se représenter devant ses électeurs, qui lui confirmèrent son mandat politique en juillet 1847. Il resta en fonction jusqu’à la Révolution de 1848, qui le rendit à la vie privée.

Direction générale des Forêts.

28RAISON, qui avait été recruté par RAMEL en 1795 au secrétariat général du ministère, fut promu premier commis pour l’aliénation des domaines nationaux (1798-1812), il fut ensuite premier commis de la 3e division du ministère des Finances (administration des Domaines nationaux) de 1812 à 1820, puis cette division disparut, absorbée par l’administration des Forêts. Celle-ci avait été érigée en direction générale en 1806 et avait eu pour premier titulaire Joseph-Alexandre BERGON (1741-1824), ancien avocat au parlement de Paris, devenu premier commis au bureau des Mines au Contrôle général des finances en 1782, puis passé successivement à la Régie des traites (1790), à la Conservation des forêts (1792) et à la Régie de l’enregistrement, où il fut nommé directeur de la correspondance pour les Forêts (1795-1798). Il devint sous le Consulat l’un des cinq administrateurs des Forêts, et sous l’Empire directeur général jusqu’en 1814, où cette direction fut réunie à celle de l’Enregistrement et des Domaines, sous la direction de BARRAIRON d’abord, et de CHABROL de CROUZOL ensuite. En 1822 VILLÈLE rétablit la direction générale des Forêts, partagée entre les trois administrateurs de celle-ci (CHAUVET, MARCOTTE et RAISON). En 1823-1824 fut directeur général en titre d’après l’Almanach royal CHAUVET, auquel succéda un « politique », le marquis de BOUTHILLIERS. En 1829 POLIGNAC remplaça BOUTHILLIERS par un purissime, le comte Ferdinand de BERTIER. À la suite de la Révolution de 1830 cette direction générale fut attribuée à l’un de ses trois administrateurs, MARCOTTE.

29Le cas de Charles-Marie-Jean-Baptiste-François MARCOTTE (1773-1864) mérite d’être rapporté en détail, car il est une illustration typique du déroulement d’une carrière réussie au ministère des Finances à une époque où n’existait pas de concours de recrutement, et où celui-ci, comme l’avancement, dépendaient largement du népotisme, du clientélisme et des réseaux de relations familiales tissés dans le personnel de hauts fonctionnaires. Par son père, qui était receveur général des fermes à Doullens avant la Révolution, MARCOTTE était issu d’une famille bourgeoise de Noyon. Par sa mère, Louise-Antoinette DUCLOZ-DURESNOY, il était le petit-fils de Nicolas-François DUCLOZ-DUFRESNOY, qui avait été directeur des Domaines en Bretagne, et le neveu de Charles-Nicolas DUCLOZDUFRESNOY, le grand notaire d’affaires à Paris dans les années 1780, guillotiné en 1794. Au début du Consulat MARCOTTE fut nommé en 1799 maître particulier des forêts à Poligny (Jura), puis en 1801 inspecteur des forêts à Saint-Claude (Jura) : le département du Jura était compris dans le IIe arrondissement forestier de la République, dont le chef était CHAUVET, ingénieur ordinaire de la Marine, séant à Orléans. Or une loi du 16 Nivôse an IX (6 janvier 1801) avait créé l’administration générale des Forêts, dirigée par un conseil de cinq administrateurs généraux, qui furent BERGON, CHAUVET, ALLAIRE, GUEHENEUC et GOSSUIN. En 1806 MARCOTTE fut nommé inspecteur général des forêts à Turin, pour les six départements français correspondant à l’ancien Piémont. Ces fonctions le mirent certainement en relations avec KESNER et RIELLE. En 1817 il devint premier inspecteur général des forêts, et en 1820 il fut nommé l’un des administrateurs de la direction générale de l’Enregistrement et des Domaines et Forêts. Parmi les autres administrateurs figurait CHAUVET. Après le rétablissement de la direction générale des Forêts par VILLÈLE et la nomination du marquis de BOUTHILLIERS à cette direction générale, celui-ci continua d’être assisté par trois administrateurs, CHAUVET, MARCOTTE et le baron du TEIL : de bout en bout la carrière de MARCOTTE fut associée à celle de CHAUVET. Outre l’évidente protection de CHAUVET, MARCOTTE bénéficia de l’appui de tout un réseau de relations familiales. Parmi ses frères et sœurs (tous nés à Doullens, sauf l’aîné né à Noyon), mentionnons :

  • Philippe-Marie-Nicolas MARCOTTE (1770-1836), qui était en 1815 receveur des contributions indirectes à Doullens, et qui fut receveur général des finances à Troyes (Aube) de 1822 à 1833.
  • N… MARCOTTE (sœur), mariée au baron Charles-Athanase WALCKENAER (1771-1852), membre de l’Institut (1813), préfet de la Nièvre (1826), de l’Aisne (1828), révoqué en 1830, mais nommé en 1839 trésorier de la Bibliothèque royale et conservateur des cartes géographiques.
  • Marie-Anne-Scolastique MARCOTTE (1777-1832), mariée à Thomas BECQUET, qui était en 1828 inspecteur des forêts à Meaux, d’où une fille Marie-Louise-Philippine BECQUET, née en 1798, qui épousa son oncle en 1828.
  • Marie-Héliodore-Mammès-Quentin-Philippe MARCOTTE, né en 1779, qui épousa en 1804 Antoinette-Félicité BOCHET, l’une des nombreuses filles d’Edme BOCHET (1743-1837), l’un des régisseurs de la Régie de l’enregistrement, puis administrateur de la direction générale de l’Enregistrement, de 1791 à 1829 ! Or parmi les sœurs d’Antoinette-Félicité BOCHET figuraient (1) la femme de Jean-Baptiste DAVESIES, qui était en 1830 directeur des Domaines à Orléans, (2) la femme de Jean-Baptiste-Joseph-Dominique RAMEL cousin de l’ancien ministre des Finances du Directoire, et qui était en 1808 inspecteur de l’enregistrement et des domaines, et en 1830 directeur de l’Enregistrement et des Domaines en Saint-Lô, (3) la femme de Jean-Louis LACROIX, qui était en 1808 sous-chef de bureau dans l’administration des Domaines, et en 1830 inspecteur de l’enregistrement et des domaines à Sarreguemines, (4) la femme d’Henri-Philippe-Joseph PANCKOUCKE (dont la sœur avait épousé l’ancien ministre des Finances Dominique-Vincent RAMEL) ! À tous ces contrats de mariage des premières années du xixe siècle étaient témoins, comme parents, alliés ou amis, toute une cohorte de fonctionnaires de l’Enregistrement, des Domaines et des Forêts : ces administrations étaient vraiment une « grande famille »…
  • Marie-Jean-Baptiste-Joseph MARCOTTE, dit MARCOTTE-GENLIS, né en 1781, commissaire des guerres sous l’Empire, receveur général des finances de l’Ariège (1830), de la Dordogne (1831), des Ardennes (1834-1853).

30Le 11 février 1828, Charles-Marie-Jean-Baptiste-François MARCOTTE, lors administrateur des Forêts, chevalier de la Légion d’honneur, âgé de 54 ans, épousa à Paris sa propre nièce Marie-Louise-Philippine BECQUET, âgée de 29 ans.

31En 1836, pour une raison inconnue, MARCOTTE fut remplacé par Louis-Victorin LEGRAND de l’Oise (1791-1878), issu d’une famille de la bourgeoisie rurale de Saint-Just (département de l’Oise), parent de Valentin HAÜY (l’éducateur des aveugles), du général LEGRAND (le héros de la Bérézina) et du préfet DAUCHY (l’intendant des Provinces illyriennes), entré en 1809 dans l’administration des Finances, après des études secondaires au Lycée impérial (ci-devant Collège Louis-le-Grand). Démissionnaire en 1824, LEGRAND, fut élu député le 5 juillet 1831, et il fut constamment réélu jusqu’à la fin de la monarchie de Juillet. Le gouvernement du 29 octobre 1840 lui donna la direction générale des Contributions directes [voir supra]. Aux Forêts ce fut BRESSON qui prit la direction générale. Marie-Stanislas-Hector BRESSON (1794-1843), était le petit-fils de Louis BRESSON, lieutenant-général au bailliage de Darney avant la Révolution, le neveu du conventionnel girondin Jean-Marie-François BRESSON, rescapé de la guillotine, entré en 1800 au ministère des Affaires étrangères où il devint chef de la division des Fonds et servit d’agent à FOUCHÉ et à TALLEYRAND, et il était enfin le cousin germain de Charles-Joseph BRESSON (1798-1847), le diplomate tant apprécié de Louis-Philippe qui le fit comte et ambassadeur. Marie-Stanislas-Hector BRESSON, grâce à la protection de son oncle, fut d’abord employé au ministère des Affaires étrangères sous la Restauration, puis il devint entrepositaire des tabacs à Remiremont. À la faveur de la Révolution de 1830 il entreprit une carrière politique : il fut lui aussi élu député le 5 juillet 1831, et constamment réélu jusqu’au 9 juillet 1842. Fidèle soutien du régime, il fut largement récompensé : intendant civil en Algérie en 1836, il fut nommé directeur à la direction générale des Forêts en novembre 1838, puis directeur général quand LEGRAND passa à la direction générale des Contributions directes. BRESSON mourut en fonction peu après, le 13 mai 1843. Laissant alors les Contributions directes, LEGRAND de l’Oise reprit la direction générale des Forêts, et s’y maintint malgré les vives attaques de la presse d’opposition. Ainsi, en 1846, Le National, feuille de la gauche républicaine, écrivait à son sujet : « [Ce] ci-devant puritain, s’éloignant des bancs de la gauche, finit par se trouver englouti au plus épais des marais ministériels […] Il est sûr de son élection et cela n’est pas difficile à concevoir. Jamais député n’a eu, groupés autour de son clocher, plus de tenants, de clients, et surtout de parents. Tous les cousins de M. LEGRAND sont casés dans l’arrondissement. Aussi peut-on dire avec raison que l’élection de M. LEGRAND est une affaire de famille. » Pourtant, après la Révolution de 1848, LEGRAND conserva sa direction générale des Forêts, et il exerça même les fonctions de secrétaire général du ministère des Finances !

Direction générale des Tabacs.

32Le baron LOUIS créa cette direction générale par pur favoritisme, afin de donner une fructueuse prébende au frère du baron PASQUIER (que Louis-Philippe devait faire duc quelques années plus tard et chancelier de France). Elle fut donnée par HUMANN en 1842 au comte Henri SIMEON (1803-1874), petit-fils du ministre du roi Jérôme en Westphalie, puis du roi Louis XVIII. Rentré dans la vie privée après la Révolution de 1848, Henri SIMEON se rallia à Louis-Napoléon qui le fit sénateur en 1852. La Deuxième République réintégra les Tabacs dans les Contributions indirectes.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search