Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (I)

 | 
Guy Antonetti

Épilogue

Texte intégral

À quel âge sont-ils arrivés au ministère des finances ?

1RAMEL à 35 ans, CAMBON à 36 ans, TARBÉ à 37 ans : ils furent les trois les plus jeunes. À 53 ans LINDET, à 56 ans BARBÉ-MARBOIS, et à 57 ans CLAVIERE furent les trois les plus âgés. Les autres y arrivèrent entre 43 et 49 ans, ce qui établit la moyenne à 46 ans, et la médiane à 48 ans.

Combien de temps sont-ils restés au ministère des Finances ?

2Huit d’entre eux n’ont fait qu’y passer, y étant restés moins d’un an (LEROULXDELAVILLE treize jours, HERVÉ de BEAULIEU à peine un mois et demi, JOHANNOT et FAIPOULT de MAISONCELLES trois mois, LINDET trois mois et demi, VALDEC de LESSART six mois, DESCHAMPS-DESTOURNELLES, neuf mois et demi, TARBÉ dix mois). En revanche sur les six autres, qui ont dépassé l’année, seul CLAVIÈRE a franchi de quelques jours ce terme, et encore en cumulant ses deux passages au ministère, et de surcroît à la fin de son second ministère, il fut neutralisé et éclipsé par CAMBON. Celui-ci fit fonction de quasi-ministre pendant deux ans environ. Restent donc les quatre-autres : RAMEL (trois ans et cinq mois), BARBÉ-MARBOIS (quatre ans et quatre mois), MOLLIEN (huit ans et quatre mois) et GAUDIN (quatorze ans et demi). De 1789 à 1799, seul RAMEL bénéficia donc d’une exceptionnelle longévité. Inversement le régime consulaire et impérial se caractérisa par une remarquable stabilité : GAUDIN reste encore de nos jours le champion de la longévité ministérielle depuis le Révolution, tous ministères confondus. Et même, depuis l’établissement du Contrôle général des finances unique, au profit de COLBERT, seul celui-ci (avec dix-huit ans d’exercice au xviie siècle) et ORRY (avec quinze ans et demi d’exercice au xviiie siècle) devancent GAUDIN au palmarès général des ministres des Finances de 1665 à nos jours.

Quelles furent leurs origines géographiques ?

3En retenant pour critère le lieu de naissance du futur ministre, les septentrionaux furent les plus nombreux : 10 sur 14 : quatre Parisiens ou Franciliens (VALDEC de LESSART né à Paris, TARBÉ né à Sens, FAIPOULT de MAISONCELLES né à Paris, GAUDIN né à Saint-Denis), trois Normands (DESCHAMPS-DESTOURNELLES né à Rouen, LINDET né à Bernay, MOLLIEN né à Rouen), un Breton (HERVÉ de BREAULIEU né à La Rannée), un Berrichon (LEROULX-DELAVILLE né au Blanc), un Lorrain (BARBÉ-MARBOIS né à Metz). Les quatre méridionaux furent soit Genevois (CLAVIÈRE et JOHANNOT), soit Languedociens (CAMBON et RAMEL).

Quelles furent leurs origines sociales ?

4Un seul des quatorze ministres fut authentiquement noble (FAIPOULT de MAISONCELLES), mais d’une petite noblesse d’office toute récente, acquise en 1751 par le décès de l’aïeul alors revêtu d’une charge de secrétaire notaire du roi de la chancellerie de Toulouse. La famille était au début du xviiie siècle dans les petits offices de finances (recette des tailles, présidence du grenier à sel) : un oncle était subdélégué de l’intendant, un autre capitaine d’infanterie, chevalier de Saint- Louis, mais une tante était déjà mariée à un gentilhomme d’ancienne noblesse. Le père de FAIPOULT, intéressé dans les Fermes du roi, épousa la fille d’un receveur des tailles.

5Un seul des quatorze ministres appartenait avant 1789 à la grande bourgeoisie d’affaires, VALDEC de LESSART, issu d’une notable famille de marchands fabricants de soieries à Lyon, installée à Paris à la fin du xviie siècle et entrée dès cette époque dans la Finance, associée aux spéculations du Mississipi, actionnaire de la Compagnie des Indes pendant tout le xviiie siècle et y occupant d’importantes fonctions administratives.

6Les douze autres ministres furent tous issus d’une petite ou moyenne bourgeoisie, soit des professions libérales ou officières, soit de la fabrique ou du négoce. À la première catégorie appartinrent les quatre ministres suivants : HERVÉ de BEAULIEU, fils d’avocat, issu d’une famille d’officiers seigneuriaux, parvenue avant la Révolution à l’une des recettes des Fermes du roi en Bretagne, LEROULX-DELAVILLE, fils d’un avocat, issu d’une notable famille nantaise de magistrats locaux et de médecins, DESCHAMPS-DESTOURNELLES, issu d’une notable famille de pasteurs protestants et fils d’un intéressé dans les Fermes du roi, GAUDIN, dont les deux grands pères étaient avocats au parlement de Paris. À la seconde catégorie appartinrent les huit autres ministres, soit la majorité de ceux-ci : TARBÉ, issu d’une notable famille sénonaise de marchands drapiers et de marchands orfèvres, CLAVIÈRE, issu d’une famille de religionnaires dauphinois réfugiés à Genève, où elle exerçait le négoce des indiennes (cotonnades), CAMBON, issu également d’une riche famille de marchands fabricants de cotonnades, exerçant à Montpellier, à Bordeaux et à Cholet, JOHANNOT, issu d’une famille de papetiers religionnaires d’Annonay, réfugiée dans le canton de Vaud, puis admise à la bourgeoisie de Genève et se livrant au négoce de marchandises en commission, RAMEL, issu d’une riche famille de marchands fabricants de draps de laine du Languedoc, ayant obtenu un privilège de manufacture en 1734, LINDET, né dans une famille bourgeoise de marchands de bois aisés, BARBÉ-MARBOIS, issu d’une famille de marchands admise à la bourgeoisie de Metz dès le xvie siècle et qui avait accédé à de petits offices locaux, MOLLIEN, issu d’une famille de maîtres passementiers de Rouen. On notera évidemment la fréquence des métiers ou du négoce du textile.

7Les trois ministres du Consulat et de l’Empire furent anoblis et titrés par Napoléon : GAUDIN devint duc de GAËTE, BARBÉ-MARBOIS et MOLLIEN devinrent comtes (BARBÉ-MARBOIS fut fait marquis par Louis XVIII).

Combien eurent-ils de frères et sœurs, et combien eurent-ils d’enfants ?

8Les pères de treize des quatorze ministres eurent une vie conjugale régulière : douze d’entre eux ne contractèrent qu’un seul mariage, un se remaria après veuvage (le père de MOLLIEN). Un seul des pères de ministre (GAUDIN) fut un père indigne, coupable d’abandon de famille. La plupart de ces couples parentaux eurent un très grand nombre d’enfants, conformément aux mœurs antérieures à la révolution démographique : les parents de TARBÉ eurent quinze enfants, les parents de BARBÉ-MARBOIS quatorze, les parents de DESCHAMPS-DESTOURNELLES et ceux de MOLLIEN dix, les parents d’HERVÉ de BEAULIEU et ceux de CAMBON neuf, les parents de JOHANNOT huit… Deux ministres seulement furent enfants uniques, pour des raisons accidentelles, soit veuvage précoce de la mère qui ne s’est pas remariée (VALDEC de LESSART), soit décès précoce de la mère et abandon par le père (GAUDIN).

9Or, à la génération suivante, les chiffres sont très différents. Deux ministres restèrent célibataires (VALDEC de LESSART et TARBÉ). Pour VALDEC de LESSART le cas est douteux, s’il est exact qu’il ait eu MORPHISE pour maîtresse et qu’il l’ait épousée secrètement au début de la Révolution. Six ministres eurent une vie conjugale régulière et calme, ne s’étant mariés qu’une seule fois (CLAVIÈRE, HERVÉ de BEAULIEU, LEROULX-DELAVILLE, RAMEL, LINDET, BARBÉ-MARBOIS). En revanche six ministres eurent une vie conjugale irrégulière ou agitée, au regard des normes légales ou morales communément admises à l’époque. DESCHAMPS-DESTOURNELLES épousa en 1787 une femme de condition inférieure, dont il avait eu un fils naturel en 1776, qu’il légitima par ce mariage subséquent. CAMBON épousa en l’an III une divorcée. JOHANNOT, marié en 1772, veuf en 1775, se remaria en 1776, mais il installa une maîtresse au domicile conjugal, et sa femme légitime, désespérée, se suicida. En l’an VIII il se remaria une troisième fois, avec une divorcée, dont il divorça en l’an X ! FAIPOULT se maria en 1777 à 24 ans avec une demoiselle de… 46 ans, dont il divorça en 1793, et il se remaria en 1795 avec une divorcée : cette seconde épouse décéda en 1815, lui-même en 1817, et la première épouse leur survécut à tous les deux, n’étant morte qu’en 1821 à 91 ans… GAUDIN vécut longtemps avec une « Madame GAUDIN », qui n’était pas son épouse mais celle d’un homonyme, diplomate français épousé à Constantinople en 1793 : la situation conjugale de l’ancien ministre des Finances de Napoléon ne put être régularisée par un mariage que longtemps après, en 1822, après une vingtaine d’années de concubinage ! MOLLIEN, marié en l’église Saint-Eustache en 1786, divorça pendant la Révolution, puis se remaria civilement en 1802, et religieusement en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois en 1803, du vivant semble-t-il de sa première épouse.

10Quant aux enfants nés des unions de ces douze ministres, ils furent remarquablement peu nombreux, surtout si l’on compare avec la génération précédente. JOHANNOT eut quatre enfants (un garçon et une fille de la première épouse, deux enfants morts jeunes de la troisième), LEROULX-DELAVILLE eut également quatre filles, dont une morte jeune et les trois autres mariées (descendance BENOIST d’AZY et LARREY). N’eurent que deux enfants : HERVÉ de BEAULIEU (dont un fils qui a fait souche du nom jusqu’à nos jours, et l’autre mort jeune sans alliance), RAMEL (dont une fille, mariée à un LOROIS, fut la souche d’une nombreuse descendance, et l’autre, mariée à un RONSTORFF, n’eut qu’une fille morte jeune sans alliance), BARBÉ-MARBOIS (dont une fille, mariée au fils de LEBRUN, duc de PLAISSANCE, n’eut qu’une fille morte jeune sans alliance, et l’autre morte jeune également sans alliance). N’eurent qu’un seul enfant : CLAVIÈRE (dont la fille épousa un VIEUSSIEUX), DESCHAMPSDESTOURNELLES (dont le fils naturel légitimé n’eut lui-même qu’un fils unique), CAMBON (qui n’eut qu’un seul enfant mort-né), LINDET (qui n’eut qu’une fille qui épousa un BODIN, fils d’un banquier lyonnais, d’où descendance). GAUDIN, n’ayant pas eu d’enfant de sa femme tardivement épousée après un long concubinage, adopta la fille que celle-ci avait eu au cours de son premier mariage, mais qui en fait était peut-être la fille de celui qui devint son second mari : cette fille « adoptive » épousa Ernest-Stanislas de GIRARDIN. FAIPOULT, sans enfant de ses deux mariages, adopta une nièce de sa seconde femme : cette fille adoptive épousa le général baron de SÉGANVILLE, d’où descendance. MOLLIEN, sans enfant de ses deux mariages, choya les nombreux neveux et nièces de sa seconde femme.

Les épouses ont-elles exercé une influence sur l’accession de leur mari au ministère des Finances ?

11Outre deux célibataires (VALDEC de LESSART et TARBÉ), quatre ministres ou quasi-ministres se marièrent après leur passage au ministère de Finances (HERVÉ de BEAULIEU, CAMBON, RAMEL et GAUDIN). Pour six autres, qui étaient déjà mariés, ou veufs, ou divorcés lors de leur accession au ministère des Finances (LEROULX-DELAVILLE, DESCHAMPS-DESTOURNELLES, JOHANNOT, FAIPOULT, LINDET, BARBÉ-MARBOIS), ni l’épouse, ni la famille de celle-ci n’exercèrent d’influence sur le déroulement de la carrière de leur mari. En revanche pour CLAVIÈRE et pour MOLLIEN, la belle-famille joua un certain rôle : la femme de CLAVIÈRE lui apporta l’influence d’un puissant réseau d’affaires de l’Internationale huguenote ramifié dans toute l’Europe, ce qui a facilité le succès de ses propres affaires. Les deux femmes de MOLLIEN lui apportèrent de même l’influence de puissants réseaux familiaux dans la haute administration des Finances. Mais deux cas sur quatorze ne constituent qu’une minorité exceptionnelle.

Quels furent les études et les débuts professionnels des futurs ministres des Finances ?

12Sur quatorze ministres, six firent des études universitaires juridiques : cinq obtinrent la licence en droit (VALDEC de LESSART, TARBÉ et BARBÉ-MARBOIS à la faculté de Paris, RAMEL à la Faculté de Toulouse et LINDET à la faculté de Caen). GAUDIN dut interrompre ses études après le baccalauréat en droit, obtenu à l’issue de la deuxième année, en 1774 à la faculté de Paris, tandis que la même année TARBÉ y obtenait la licence à l’issue de sa troisième année d’études : très probablement les deux étudiants ont dû se connaître à la nouvelle faculté de droit de Paris, inaugurée place Sainte-Geneviève (place du Panthéon) en 1772. Ces six gradués en droit s’engagèrent tous les six dans la voie des fonctions administratives ou judiciaires, soit en acquérant un office (VALDEC de LESSART, RAMEL, LINDET), soit en obtenant une place de commis au Contrôle général des finances (TARBÉ, GAUDIN), soit en obtenant une place de secrétaire de légation aux Affaires étrangères (BARBÉ-MARBOIS).

13Quatre autres ministres présentent un profil d’études et de début de carrière différents : ils ne dépassèrent pas le niveau des études secondaires, et au sortir du collège ils entrèrent par protection, comme commis, soit dans l’administration des Fermes (HERVÉ de BEAULIEU, LEROULX-DELAVILLE, MOLLIEN), soit dans l’administration des Domaines (DESCHAMPS-DESTOURNELLES).

14Les trois suivants ont en commun de n’avoir pas dépassé non plus le niveau des études secondaires et d’avoir quitté le collège pour entrer au comptoir de leur père, où ils furent formés aux pratiques du grand commerce international et de la banque (CLAVIÈRE, CAMBON, JOHANNOT). Le quatorzième, FAIPOULT, présente un profil atypique : reçu au concours, il fut élève officier au collège militaire du Génie à Mézières, où il se lia à son condisciple CARNOT. Ce fut grâce à la protection de celui-ci que FAIPOULT commença sa carrière politico-administrative en 1792, sous ROLAND, ministre de l’Intérieur, qui le prit pour secrétaire. Le cas de FAIPOULT, ancien officier du Génie devenu ministre des Finances, est évidemment à rapprocher de celui de VILLÈLE sous la Restauration, ancien officier de Marine devenu ministre des Finances.

Quelles furent leurs convictions religieuses ?

15Sur les quatorze ministres ou quasi-ministres de cette période, douze ont été baptisés catholiques à leur naissance, et deux protestants (CLAVIÈRE et JOHANNOT). Neuf ont été certainement francs-maçons (VALDEC de LESSART, CLAVIÈRE, HERVÉ de BEAULIEU, LEROULX-DELAVILLE, DECHAMPSDESTOURNELLES, FAIPOULT, RAMEL, LINDET, MOLLIEN). Il est difficile de dire quelles furent les convictions de ces quatorze personnages à l’âge adulte : conformisme social ? Indifférence ? Moralisme utilitaire ? Aucun ne semble avoir été animé d’une foi marquée, mais leur discrétion rend l’appréciation hasardeuse. Trois seulement affirmèrent manifestement leur rupture avec le catholicisme : deux par leur testament (DESCHAMPS-DESTOURNELLES et CAMBON), un par son mariage (LINDET). Quant à la mort dévote de RAMEL, elle fit ricaner nombre de ses anciens collègues de la Convention…

16Sur les sept de ces personnages dont le testament a été retrouvé, seul le protestant JOHANNOT a commencé par l’invocation religieuse traditionnelle, tandis que DESCHAMPS-DESTOURNELLES a remplacé l’invocation de la Trinité par l’invocation de « la République, une, indivisible et démocratique », et que CAMBON a stipulé le refus formel d’obsèques religieuses.

Quel fut leur niveau de fortune ?

17On peut distinguer trois groupes présentant chacun un profil particulier.

18Le premier groupe de quatre anciens ministres des Finances réunit des personnages qui laissèrent une succession nulle ou presque, soit que leur fortune eût été détruite par les conséquences de la Révolution (cas du millionnaire assassiné, VALDEC DE LESSART), soit qu’elle eût fait l’objet de confiscation (cas de CLAVIÈRE, suicidé pour ne pas subir le supplice de la guillotine), soit qu’elle n’eût jamais été importante (cas de LEROULX-DELAVILLE, le seul à n’avoir jamais eu de fortune), soit qu’elle eût subi les conséquences d’événements fâcheux (cas de FAIPOULT, victime d’une révocation subite, d’un incendie, et finalement de l’effondrement de la royauté de Joseph en Espagne et de l’empire de Napoléon en France).

19- VALDEC de LESSART hérita de ses parents d’une fortune de 300 000 à 350 000 livres, et du président de GASCQ à peu près de l’équivalent, soit 600 000 à 700 000 livres au total. Du roi il reçut une pension annuelle de 1 000 livres à partir de 1771, portée à 15 000 livres en 1781. Ses fonctions ministérielles lui valurent environ 150 000 livres. Sa fortune, qui devait s’élever à près d’un million en 1789, était placée en armements maritimes, en spéculations sur les marchandises d’Extrême-Orient, en une exploitation viticole à Bordeaux et dans des affaires de transport urbain (voitures de place de Paris). L’avant-veille de son assassinat, et le pressentant probablement, il dressa un compte détaillé des capitaux dont il était débiteur, soit un million de livres, essentiellement dû à sa mère et à des cousins qui lui confiaient leurs fonds pour placement. Il ne donna pas la consistance de son actif, mais la réalisation de ses avoirs ne produisit presque rien, en raison de l’insolvabilité de la plupart de ses débiteurs et de la perte de tous ses avoirs coloniaux consécutive à la guerre maritime. Le cas de VALDEC de LESSART est typique de celui des belles fortunes du xviiie siècle que les poignards des septembriseurs, la guillotine des terroristes, la guerre maritime et l’anéantissement des assignats réduisirent à néant : si la Révolution a fait l’heureuse et voyante fortune des acquéreurs des biens nationaux, elle a consommé la ruine discrète et silencieuse des victimes du terrorisme et de la guerre.

20- CLAVIÈRE était, dans les années 1750-1760, un négociant de moyenne envergure, au niveau de fortune s’élevant à quelques dizaines de milliers de livres. En 1778 il évalua lui-même son actif net à 120 000 livres. Vivant de spéculations à la Bourse de Paris de 1784 à 1789, il y fut le promoteur d’une compagnie d’assurances sur la vie qui lui servit un traitement mensuel de 1 200 livres, comme administrateur gérant. En quittant les affaires privées pour la politique au début de la Révolution, il avait alors amassé une fortune qui n’était pas inférieure à 200 000 ou 300 000 livres. Les traitements perçus comme ministre des Finances ne durent guère lui rapporter plus de 60 000 livres assignats. La confiscation de ses biens, consécutive à son suicide, ne permet pas de connaître exactement sa situation de fortune à son décès : sa propriété de Suresnes, achetée 90 000 livres en 1788, fut vendue nationalement, mais acquise par le fils de l’un de ses associés, ce qui laisse supposer une opération de récupération. Quant à ses parts de société dans la banque SENN BIDERMAN et Cie, leur sort reste inconnu. On ne peut que constater que la fille, le gendre et le frère de CLAVIÈRE, qui avaient tous été associés dans les mêmes affaires, sortirent de la Révolution dans une situation de fortune aisée.

21- LEROULX-DELAVILLE, qui n’avait hérité que d’une petite fortune familiale de 10 000 livres, ne put donner aucune dot à ses trois filles, et il laissa sa veuve dans une situation gênée : à sa mort en 1816 celle-ci vivait petitement de la pension annuelle et viagère de 1 200 francs que lui servait le Trésor.

22- FAIPOULT, enfant unique qui avait dû, en bas âge, hériter de ses parents d’une fortune probablement supérieure à 100 000 livres, déclara pourtant que ses biens ne consistaient qu’en 5 000 livres lors de son premier mariage en 1777 et 10 000 francs lors de son second mariage en 1796. Après Brumaire, il devait se plaindre d’être revenu pauvre des missions accomplies en Italie sous le Directoire, alors que tant d’autres s’y étaient enrichis malhonnêtement. Cependant, au début de l’Empire, préfet à Gand, il dota sa fille adoptive de 132 000 francs, et quand il fut révoqué en 1808, il se retira dans un domaine qu’il avait acquis près de Gand, et où se trouvait une filature de coton, mais celle-ci fut détruite par un incendie. Invoquant toujours la modicité de son traitement de préfet en disponibilité, il obtint l’autorisation en 1810 de passer au service du roi d’Espagne, Joseph BONAPARTE. Il reçut d’importantes dotations en Espagne, mais la chute de l’éphémère royauté de Joseph en 1813 le priva de tous ses biens, et il semble bien n’avoir pas laissé de fortune à sa mort en 1817.

23Le second groupe comprend les six ministres ou quasi-ministres qui se maintinrent au niveau de la moyenne bourgeoisie dont ils étaient issus, et sans que leur passage aux Finances eût eu une incidence sur leur situation de fortune, qui resta située à un niveau compris entre 50 000 et quelques centaines de milliers de francs (TARBÉ, HERVÉ de BEAULIEU, DESCHAMPS-DESTOURNELLES, CAMBON, JOHANNOT, LINDET).

24- TARBÉ, issu d’une bourgeoisie industrieuse mais sans fortune, ne dut son ascension qu’à ses études de droit, dont sa famille put assumer la charge onéreuse. Il fut une préfiguration du fonctionnaire moderne, comme son collègue et ami GAUDIN : entré comme commis au Contrôle général des finances, il en gravit par son mérite tous les échelons. Les économies que, célibataire, il put faire, lui permirent d’acquérir en 1792 un domaine d’une valeur réelle de 40 000 à 50 000 livres. Privé d’emploi public à partir de 1792, il finit par se trouver dans la gêne à la fin de la Révolution. Au début du Consulat, GAUDIN lui fit accorder une pension viagère du Trésor de 6 000 francs par an. Il ne laissa à ses neveux et nièces que le domaine acquis en 1792.

25- HERVÉ de BEAULIEU était issu d’une famille d’officiers seigneuriaux parvenue au rang d’avocat et de receveur général des fermes royales de Bretagne, d’un niveau de fortune de quelques dizaines de milliers de livres avant la Révolution. Il laissa à sa mort un patrimoine d’une valeur comprise entre 100 000 et 150 000 francs : l’éphémère traitement de ministre des Finances n’avait joué aucun rôle dans l’histoire de ce patrimoine foncier de province.

26- DESCHAMPS-DESTOURNELLES, employé supérieur de l’administration des Domaines, n’avait pas dû recevoir un riche héritage familial, mais il parvint à accumuler dans les années 1780 un capital de 55 775 livres qu’il plaça en rentes viagères. Grâce aux arrérages élevés de ces rentes viagères et à son gros traitement de sous-directeur de l’administration des Domaines, il disposait au début de la Révolution d’un revenu annuel de 15 000 livres, de quoi mener un train de grand bourgeois. La Révolution eut des effets catastrophiques sur cette heureuse situation : les rentes viagères furent, soit remboursées en capital par des assignats dévalués, soit converties en perpétuel aux arrérages bien amoindris, irrégulièrement payés et payés en assignats de plus en plus dévalués ! À son décès en 1795, son fils unique déclara au fisc une fortune nominale de près de 100 000 livres, dont moitié en rentes perpétuelles inscrites au Grand Livre de la dette publique, et moitié en actions de la Caisse d’escompte, qui avait été supprimée en 1793…

27- CAMBON, fils d’un opulent manufacturier de la draperie languedocienne, associé à son père et à ses frères dans l’entreprise familiale, était riche de 100 000 à 200 000 livres avant la Révolution. Celle-ci lui fit perdre cette fortune industrielle et commerciale, mais grâce à l’acquisition d’un bien national, il compensa largement cette perte. À son décès en 1820, sa fortune se situait toujours entre 100 000 et 200 000 francs.

28- JOHANNOT, négociant manufacturier en cotonnades, associé comme CLAVIÈRE de la banque SENN BIDERMAN et Cie, fit d’importantes acquisitions foncières sous la Révolution, tant en Suisse qu’en France. À son décès en 1827 sa fortune devait se situer au même niveau que celle de CAMBON, entre 100 000 et 200 000 francs en capital.

29- LINDET déclara au début de la Révolution une fortune de 70 000 livres environ, et, à l’exception d’un domaine agricole (évalué à 33 000 francs à son décès), le reste, composé de créances, subit les effets de la dévaluation catastrophique des assignats. Se trouvant gêné, il essaya en vain de trouver un emploi de fonctionnaire public. Après le coup d’État de Brumaire an VIII, il rentra définitivement dans la vie privée, exerçant avec profit la profession d’avocat consultant. À son décès en 1825 il laissa à sa fille unique une « belle fortune », probablement de quelques centaines de milliers de francs.

30Le troisième groupe est composé des quatre ministres qui, à la faveur de leurs fonctions ministérielles, amassèrent de grandes fortunes : RAMEL sous le Directoire, GAUDIN, BARBÉ-MARBOIS et MOLLIEN sous le Consulat et l’Empire. RAMEL, comme CAMBON, était issu de l’opulente bourgeoisie manufacturière de la draperie languedocienne. Déjà riche au début de la Révolution, il mit à profit les trois années passées au ministère des Finances pour se livrer très probablement à des opérations spéculatives sur les biens nationaux, en particulier ceux des départements belges, en ayant soin de ne pas paraître ouvertement, mais en s’associant discrètement à de grands spéculateurs comme PAULÉE ou VANLERBERGHE, ou en se servant de sa future belle-mère, gérante de la banque PANCKOUCKE, comme prête-nom. Outre les biens reçus en héritage à Montolieu près de Carcassonne, il se constitua une belle fortune en biens fonciers dans les départements belges. Comme l’une de ses deux filles, l’aînée, décédée en 1878, laissa une fortune qui n’était pas inférieure à 300 000 francs, on peut conjecturer que RAMEL a dû laisser à sa mort en 1829 une fortune qui, avec celle de sa femme, se situait entre le demi-million et le million de francs.

31Les trois ministres de Napoléon présentent un profil commun : ayant une petite ou moyenne fortune au début de la Révolution, ils réalisèrent tous les trois de grandes fortunes sous le Consulat et l’Empire. Tous les trois laissèrent à leur décès une fortune dont le niveau se situait entre 1 million et demi et 2 millions de francs. Ces réussites exceptionnelles différencient nettement les trois ministres de Napoléon de leurs prédécesseurs, et elles s’expliquent par la politique suivie par le Premier consul puis par l’empereur : tel Louis XIV, Napoléon estimait que les grands serviteurs de l’État devaient être très riches, pour cette double raison que l’éclat de leur train de vie devait être le reflet de la gloire du maître, et que la fortune largement distribuée par celui-ci mettait ceux-là à l’abri des tentations. Le Consulat et l’Empire furent donc une immense entreprise d’enrichissement du haut personnel des dignitaires et des fonctionnaires, dotés de gros traitements assortis du bénéfice du cumul possible, et récompensés par des dons somptueux en argent, en rentes, en domaines… Le plus honnêtement et le plus licitement du monde, ils s’en mirent plein les poches ! Ce fut une immense foire d’empoigne.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search