Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (I)

 | 
Guy Antonetti

Mollien (Nicolas-François)

Texte intégral

1Né à Rouen (paroisse Saint-Maclou) le 28 février 1758
Décédé à Paris (Xe arrondissement ancien) le 20 avril 1850
Fils de Jacques-Robert MOLLIEN (1712-1794) et d’Anne-Madeleine-Rose COTELLE (1726-1773)
Ministre du Trésor du 27 janvier 1806 au 1er avril 1814 et du 20 mars au 22 juin 1815

2© BN, N2D 214 631.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

3Le grand-père du ministre, originaire de Mesnil-sur-Blangy dans le Lieuvain, près de Pont-'Évêque (département du Calvados), vint se fixer à Rouen à la fin du xviie siècle. La savante recherche de G. TIRON sur les MOLLIEN de Calais, négociants armateurs et l’une des notables familles de la bourgeoisie calaisienne, n’a pas permis d’établir un lien avec les MOLLIEN de Rouen, venus de Mesnil-sur-Blangy. Cependant des indices précis laissent supposer une parenté :

4Lorsque le futur ministre se maria en premières noces à Paris en 1786, il fut assisté à la signature de son contrat de mariage par deux membres de la famille MOLLIEN de Calais, qualifiés de « cousins » : « Marie-Françoise-Dominique BOUTTIN, épouse de Messire Gaspard-Antoine-Louis MOLLIEN, seigneur de Haute et Basse-Sombre, Pont-de-Calais et autres lieux, ancien capitaine d’infanterie, chevalier de Saint-Louis, cousine » et « Gaspard MOLLIEN de BELLETERRE, ancien officier d’infanterie, lieutenant particulier des Eaux et Forêts de la maîtrise de Calais, cousin. »

5Le département des manuscrits de la BN conserve un livre de raison qui est mentionné au catalogue comme « Journal de MOLLIEN » [N.a.fr. 14896], ce qui laisse croire qu’il s’agit du futur ministre. En réalité il s’agit du livre de raison d’Antoine MOLLIEN de Calais, né en 1754 et décédé en l’an VII, qui a épousé le 4 mars 1783 une demoiselle MOYNAT. De cette union naquirent cinq enfants, parmi lesquels Gasparde-Pauline MOLLIEN (1785-1864) et Gaspard-Théodore MOLLIEN (1796-1872). Or, quand Gasparde-Pauline MOLLIEN épousa N… RAVAISON en 1810, ce fut le ministre du Trésor qui dota le ménage, en procurant au mari une place de payeur du Trésor dans le département de Sambre-et-Meuse. D’autre part, quand Gaspard-Théodore MOLLIEN, rescapé du naufrage de La Méduse, publia le récit de cette catastrophe, il le dédia à « un pair de France », où le public reconnut l’ancien ministre, croyant même que c’était son fils. Dans Titres, anoblissements et pairies de la Restauration, le vicomte RÉVÉREND donne même le précité Antoine MOLLIEN de Calais (1754-an VII) pour frère du ministre, ce qui est faux, mais les faits rapportés ci-dessus autorisent à supposer quand même un lien de parenté.

6Enfin, une des nièces du ministre, Augustine-Marie-Gabrielle MOLLIEN, née en 1813 et décédée après 1873, vécut célibataire à Pihen-lès-Guines à une dizaine de km de Calais : il est probable que ce furent des relations de parenté qui l’attirèrent dans les environs proches de Calais.

71. [bisaïeul] Adrien MOLLIEN, marié à Catherine LE VERGER, tous deux décédés avant 1709, d’où :

82. [aïeul] Jacques MOLLIEN, né en 1664 ou 1665 à Mesnil-sur-Blangy, diocèse de Lisieux. Il s’établit à Rouen comme passementier à la fin du xviie siècle : il y épousa le 11 février 1709, paroisse Saint-Maclou, Marguerite PÉTION, et il décéda quelques années plus tard. Veuve, Marguerite PÉTION se remaria à François LE BARBIER, marchand à Rouen. L’un et l’autre décédèrent après 1757.

9Pendant les quelques années de leur union, Jacques MOLLIEN et Marguerite PÉTION eurent au moins deux enfants :

  1. [père] Jacques-Robert MOLLIEN, qui suit en 3.
  2. [tante] Marie-Madeleine MOLLIEN, mariée à Nicolas SELOT.

103. [père] Jacques-Robert MOLLIEN, né à Rouen en 1712, paroisse Saint-

11Martin-du-Pont, décédé à Rouen le 17 Frimaire an III-7 décembre 1794. D’après les Mémoires de son fils, Jacques-Robert MOLLIEN avait reçu « une éducation cultivée ». Très jeune il devint l’un des « maîtres marchands fabricants passementiers » de Rouen. Un rapport élogieux d’un inspecteur des manufactures, daté de 1753, révèle que Jacques-Robert MOLLIEN, associé à André FESQUET et à François PINOT, fut l’un des premiers manufacturier rouennais à créer une entreprise de fabrication de velours de coton, dotée de douze métiers montés, dont sept en activité (les autres étant arrêtés faute de main-d’œuvre), et équipée des « instruments ou machines nécessaires pour l’entière perfection de leurs ouvrages ». Le rapport établit une comparaison avantageuse avec la fameuse manufacture royale fondée en 1751 à Rouen par John HOLKER. Jacques-Robert MOLLIEN, quoique maître passementier assujetti au régime réglementaire de COLBERT, avait donc entrepris de fabriquer les nouvelles étoffes que le filage du coton permettait de tisser. Dans une structure proto-industrielle, le coton était filé dans les campagnes environnantes, puis il était ouvré en velours de coton dans la manufacture en ville : cela donnait de l’ouvrage à plusieurs centaines de fileurs et fileuses, ce qui devait autoriser son fils à écrire dans ses Mémoires que l’établissement de son père employait plusieurs centaines d’ouvriers. En réalité il s’agissait d’une main-d’œuvre employée à domicile dans les campagnes, et non concentrée dans un bâtiment urbain. Le père du futur ministre fut donc un important manufacturier de la première révolution industrielle, celle de l’industrie cotonnière, un bourgeois cultivé à l’esprit ouvert, connaissant l’anglais et la littérature économique de son temps. Cet esprit d’entreprise et d’innovation présida à l’éducation « éclairée » qu’il donna à son fils cadet, le futur ministre, auquel il recommanda la lecture de l’ouvrage d’Adam SMITH, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations. D’après les Mémoires du fils, son père lui aurait dit : « Je vous exhorte à étudier la doctrine de mon auteur anglais, que j’ai le regret de trouver supérieur à nos économistes de France. Vous serez assez prudent pour ne pas y chercher des moyens de censure contre le gouvernement et les ministres, mais vous y trouverez des règles de conduite pour vous et des points d’appui pour vos jugements. » Le conseil paternel alliait donc le respect de l’ordre établi à une indépendance d’esprit ouverte aux idées libérales. Jacques-Robert MOLLIEN se maria deux fois et eut douze enfants, dont six seulement parvinrent à l’âge adulte et qui sont rapportés ci-après.

Premier mariage.

12Le 4 juin 1737 il épousa, paroisse Saint-Maclou, Marie-Marguerite-Catherine-Thérèse DROUET, née en 1711 ou 1712, décédée le 4 juin 1756, fille de Jean DROUET, marchand toilier à Rouen et de Marie-Catherine LE METTAIS. La future épouse reçut de son père une dot de 4 500 livres (3 000 en espèces, 1 000 en mobilier et 500 en linges et habits), moyennant quoi, suivant la coutume de Normandie, elle renonça aux successions paternelle et maternelle. De ce mariage naquirent trois enfants, dont deux parvinrent à l’âge adulte :

13A. [sœur consanguine] Marie-Marthe-Catherine MOLLIEN, baptisée à Saint-Maclou le 18 décembre 1748, décédée après août 1805. Elle épousa en avril 1788 Louis-Pomponne-Clément YVE, négociant à Rouen, décédé entre 1794 et 1805. Le père de la future épouse la dota de 15 000 livres (dont 12 500 en argent comptant payables à la volonté du père et 2 500 en meubles et linges), avec réserve au partage des successions paternelle et maternelle, selon la coutume de Normandie. Jusqu’au paiement de ces 12 500 livres, la future épouse aurait la jouissance d’une maison à Rouen, rue des Marquets, appartenant au père et jouxtant celle de celui-ci, rue de Martainville. Cette maison de la rue des Marquets, acquise par le père le 11 janvier 1763, était louée en 1788 à un imprimeur pour 500 livres par an, soit 12 500 à 4 %. Il ne semble pas que de ce mariage tardif de Marie-Marthe-Catherine MOLLIEN avec Louis-Pomponne-Clément YVE soit provenue une postérité.

14B. [frère consanguin] Jacques-Marin MOLLIEN, baptisé à Saint-Maclou le 23 mai 1751, né la veille. En 1795, lors de l’inventaire après décès de son père, il envoya de Toulon (Var) une procuration à son beau-frère YVE, où il était qualifié de « contrôleur des Fermes à Toulon, y demeurant » et qu’il signa « MOLLIEN aîné ». On peut conjecturer que c’est grâce à son frère consanguin cadet, le futur ministre, qui occupait un emploi supérieur dans l’administration des Fermes à Paris, que le frère aîné avait obtenu cet emploi à Toulon.

Second mariage.

15Le 25 janvier 1757 Jacques-Robert MOLLIEN épousa, paroisse Saint-Vivien, Anne-Madeleine-Rose COTELLE. De ce mariage naquirent neuf enfants, tous baptisés à Saint-Maclou, et dont quatre parvinrent à l’âge adulte :

16C. [sujet de cette notice] Nicolas-François MOLLIEN.

17D. [sœur germaine] Rose-Honorine MOLLIEN, née le 28 novembre 1765. Elle épousa à Rouen en Fructidor an XIII-août 1805 Marc-Simon DUFAIY, né à Rouen le 28 octobre 1757, architecte à Vernon. La future épouse déclara apporter 34 000 F, soit 24 000 en espèces et effets mobiliers, et 10 000 en une maison rue des Marquets à Rouen, d’un revenu de 400 F par an (S’agit-il de la maison donnée en jouissance par le père à sa fille aînée en 1788, en attendant le paiement de la dot en espèces, et échue ensuite à cette fille cadette dans le partage de la succession paternelle ?). Marc-Simon DUFAIY et Rose-Honorine MOLLIEN ne laissèrent pas de descendants. Elle décéda veuve, à Rouen en 1844, laissant un actif successoral net de 108 000 F que se partagèrent ses trois frère et sœurs germains survivants (le comte MOLLIEN, Mme BOÏELDIEU et Mme DEVIN de SERVILLE).

18E. [sœur germaine] Hortense-Chantal MOLLIEN, née le 28 août 1768, baptisée le mendemain. Elle épousa à Rouen en Germinal an III-avril 1795 Jacques-François-Adrien BOÏELDIEU, divorcé. La future épouse déclara apporter ses droits non encore liquidés dans les successions de ses père et mère, évalués à 50 000 livres en capital. Le contrat de mariage précisa que les fonds provenant des successions paternelle et maternelle seraient versés entre les mains de Nicolas-François MOLLIEN, frère de la future épouse, sans que le futur époux ne puisse exiger autre chose que l’intérêt qui serait particulièrement convenu. Le futur époux (qui de son précédent mariage avait au moins un fils, le célèbre musicien compositeur François-Adrien BOÏELDIEU 1775-1834), devait être une ancienne relation de la famille MOLLIEN : au contrat de mariage de la sœur aînée du futur ministre, en 1788, sa signature figure en effet parmi celles des parents et amis. Veuve en 1822, Hortense-Chantal MOLLIEN mourut sans enfant à Paris le 19 décembre 1845, ayant institué pour légataires universelles ses deux nièces, filles de sa sœur Marie-Sophie MOLLIEN, qui suit F :

19F. [sœur germaine] Marie-Sophie MOLLIEN, née le 10 octobre 1770, baptisée le lendemain. Elle eut deux filles naturelles :

  • Adèle-Gabrielle MOLLIEN, née de père inconnu à Montdidier (Somme) le 19 mai 1809. Elle épousa à Paris en juin 1835 Jules-Ferdinand GORLIER, percepteur receveur des contributions indirectes à Épones (Seine-et-Oise), fils d’un receveur des contributions indirectes demeurant à Déville-lès-Rouen. La future épouse apportait un trousseau de 4 600 F, et son oncle MOLLIEN, l’ancien ministre, lui fit donation de 30 000 F payables à son décès. C’est probablement lui qui avait arrangé ce mariage d’une nièce à la naissance irrégulière avec un petit fonctionnaire des Finances, plus empressé à devenir le neveu du comte MOLLIEN, pair de France, ancien ministre, qu’à s’attarder sur la bâtardise de sa future épouse. En 1846, Jules-Ferdinand GORLIER était percepteur des contributions directes à Cosne (Nièvre).
  • Augustine-Marie-Gabrielle MOLLIEN, née de père inconnu à Amiens (Somme) Le 24 juillet 1813. EN 1846 et en 1873 elle vivait célibataire à Quennevacherie, commune de Pihen-lès-Guines (Pas-de-Calais).

20À une date inconnue, Marie-Sophie MOLLIEN, ayant ces deux filles naturelles, épousa Gabriel-Eugène DEVIN de SERVILLE (fils de François-Paul DEVIN de SERVILLE 1720-1783, receveur général des Fermes à Amiens, secrétaire notaire du roi mort en charge) : mariage de régularisation ou mariage de complaisance ? Lors du mariage de sa fille aînée, en 1835, Marie-Sophie MOLLIEN était qualifiée de « veuve de Gabriel-Eugène DEVIN de SERVILLE ». Dans son premier testament olographe du 25 mars 1841 Hortense-Chantal MOLLIEN, veuve BOÏELDIEU, fit des legs particuliers aux deux filles de sa sœur Marie-Sophie MOLLIEN qu’elle nomma « ma nièce Auguste DEVIN » et « ma nièce Adèle DEVIN, femme GORLIER », puis elle les institua ses légataires universelles par son second testament olographe du 20 juin 1845, mais en les nommant alors « Adèle-Gabrielle MOLLIEN, femme GORLIER » et « Augustine-Marie-Gabrielle MOLLIEN, célibataire » et en donnant avec précision leur date et lieu de naissance et leur filiation (« filles de Marie-Sophie MOLLIEN, ma sœur »).Explication possible : DEVIN de SERVILLE, père des deux filles nées en 1809 et 1813, aurait été alors marié et n’aurait donc pu reconnaître ses filles adultérines. Devenu veuf, il aurait épousé Marie-Sophie MOLLIEN, la mère, mais sans pouvoir non plus légitimer ses filles, suivant la disposition de l’article 331 du Code civil qui prohibait alors toute légitimation d’enfant adultérin.

FAMILLE MATERNELLE

211. [aïeul] Nicolas COTELLE, marchand toilier à Rouen, marié à Hélène DESCHAMPS, laquelle avait un frère Jean-Baptiste DESCHAMPS, marchand passementier à Rouen. En décembre 1758 les sept fils de Nicolas COTELLE se partagèrent l’actif net mobilier de la succession qui se montait à 28 000 livres : [oncles] Nicolas COTELLE, prêtre, curé de Franqueville, autre Nicolas COTELLE, Louis COTELLE, maître toilier, François COTELLE, Étienne COTELLE, Louis-Vivien COTELLE et André-Antoine COTELLE. Conformément à la coutume de Normandie, les filles avaient dû être exclues du partage de la succession, devant se contenter d’un « mariage avenant ». Il y avait alors trois filles : [tante] Marie COTELLE, célibataire, [tante] Marie-Hélène COTELLE, mariée à Richard-Noël THIREL, et [mère] Anne-Madeleine-Rose COTELLE, qui suit en 2.

222. [mère] Anne-Madeleine-Rose COTELLE, née en 1726. Lors de son mariage en 1757 ses frères lui donnèrent, pour son « mariage avenant », 8 487 livres, ce qui laisse supposer que l’actif successoral du père devait s’élever à près de 100 000 livres puisqu’il y avait dix enfants. La future épouse se constitua en dot 1 513 livres de linges, habits et meubles. Enfin la mère de la future épouse lui donna 2 000 livres pour sa légitime sur le fonds du douaire maternel. Au total donc, un apport en mariage de 12 000 livres. Anne-Madeleine-Rose COTELLE décéda le 8 avril 1773 : ce fut son frère, Nicolas COTELLE, curé de Franqueville, qui officia à la sépulture. Le futur ministre avait quinze ans. Dans ses Mémoires il en évoqua le souvenir, brièvement : « Ma mère était bonne, et peut-être un peu faible, comme déjà toutes les mères commençaient à l’être : l’utile fermeté de mon père écarta de mon enfance les dangers de cette faiblesse. »

MARIAGES

Premier mariage.

23Nicolas-François MOLLIEN épousa le 21 octobre 1786, à Paris, paroisse Saint-Eustache, Charlotte-Rosalie MIGNOTTE, âgée de dix-sept ans, fille de feu Jean-Baptiste MIGNOTTE, bourgeois de Paris, boulanger du roi (décédé en 1771) et de Marie-Anne-Suzanne AUTRAN. À l’église, MOLLIEN eut pour témoin MessireAdam-François PARCEL de SAINT-CRISTAU, fermier général et trésorier de la Ville de Nantes, et Monsieur de BRY, l’un des régisseurs généraux des aides et droits y réunis. Dans ses Mémoires MOLLIEN évoqua « l’esprit conciliant, la droiture, l’aménité des manières » de SAINT-CRISTAU, qui périt sur la guillotine avec les autres fermiers généraux, ajoutant : « Je ne pense pas à cet homme de bien sans être ému, et j’y pense souvent. Sa mort est une des peines les plus sensibles que la Révolution m’ait fait éprouver. »

24Charlotte-Rosalie MIGNOTTE était assistée de Pierre-René MUSNIER de GUERVILLE, huissier de la chambre de Mgr comte d’Artois (cousin issu de germain par sa grand-mère maternelle, la veuve AUTRAN, née Marie MUSNIER) et d’Augustin-Charles PÉRIER des GARENNES, ingénieur mécanicien (dont le frère, Jacques-Constantin PÉRIER, ingénieur mécanicien de l’Académie royale des sciences, était le mari de Thérèse-Amélie MIGNOTTE, sœur aînée de Charlotte-Rosalie MIGNOTTE).

25Au contrat de mariage MOLLIEN fut assisté de deux cousines et d’un cousin de « qualité » : outre les cousins MOLLIEN de Calais, précités, figura « Dame Geneviève BELLAUD, veuve de Messire Étienne-Pierre MASSON de MAISONROUGE, ancien receveur général des finances, cousine. » Le père de MOLLIEN, absent, avait donné procuration pour le représenter à Bernard DELAITRE, secrétaire notaire du roi, directeur général des entrées de Paris (qui devait être massacré à Charonne le 10 août 1792). Quant à la future épouse elle fut entourée de deux oncles maternels (Messire Charles-Barthélémy AUTRAN, agent de change et maître d’hôtel de Monsieur frère du roi, et Messire Claude-Bernard AUTRAN, agent de change), de son frère aîné Jean-Jacques MIGNOTTE (1766-1840, qui, grâce à MOLLIEN, fit carrière à la Caisse d’amortissement, où il termina comme caissier général), de ses deux sœurs et beaux-frères (Thérèse-Amélie MIGNOTTE et Jacques-Constantin PÉRIER, N… MIGNOTTE et N… BERCHER, procureur en l’élection), plus de nombreux cousins et cousines. Le contrat de mariage fut honoré de la signature de CALONNE, contrôleur général des finances, et de celles de COLONIA de GIVRY et de COLONIA, maître des requêtes au Conseil du roi, le patron de MOLLIEN.

26Par ce mariage, MOLLIEN devint non seulement le beau-frère de Jacques-Constantin PÉRIER, l’introducteur de la machine à vapeur en France, mais aussi le neveu des agents de change parisiens AUTRAN, et le cousin issu de germain du célèbre imprimeur Firmin DIDOT, qui avait épousé Marie-Félicité AUTRAN. Ce premier mariage ne fut pas heureux, sans que l’on puisse savoir pourquoi. Dans ses Mémoires MOLLIEN ne mentionna jamais sa première femme, alors qu’il le fit en termes très élogieux pour la seconde. Dans le récit de ses tribulations sous la Révolution, il donne l’impression d’être toujours seul. Cette union fut dissoute par un divorce antérieur au 13 Messidor an VIII (date d’une procuration notariée donnée par Charlotte-Rosalie MIGNOTTE, femme divorcée de Nicolas-François MOLLIEN), et probablement de peu postérieur à la loi du 20 septembre 1792 qui l’a institué. Le sort ultérieur et la date du décès de Charlotte-Rosalie MIGNOTTE restent inconnus.

Second mariage.

27MOLLIEN se remaria civilement à la mairie du IIe arrondissement (ancien) le 9 Fructidor an X-27 août 1802, puis religieusement à Saint-Germain-l’Auxerrois treize mois plus tard, le 4 Vendémiaire an XII-27 septembre 1803. La seconde union religieuse intervint-elle après le décès opportunément survenu de la première femme ? Celle-ci était certainement en vie le 23 Floréal an XI-13 mai 1803, où elle figura chez le notaire dans le partage de la succession d’une lointaine cousine : il faudrait donc qu’elle fût décédée entre le 13 mai et la fin du mois d’août. Ou bien, y a-t-il eu annulation de la première union, mais au terme de longs délais ? Bernard VAUDOUR écrit en effet, mais sans autre précision, que le premier mariage s’est terminé par un divorce, suivi d’annulation. Or, à la suite du Concordat de 1801, l’officialité de Paris n’a été rétablie qu’en 1804. Resterait donc l’hypothèse d’une annulation prononcée en cour de Rome, par le tribunal de la Rote. L’énigme n’a pas été résolue.

28La seconde femme fut Adèle-Rosalie COLLART-DUTILLEUL, de vingt-six ans sa cadette, fille d’Étienne-Louis-Gabriel COLLART-DUTILLEUL et de Françoise-Madeleine PETIT. Étienne-Louis-Gabriel COLLART-DUTILLEUL, né à Lille en 1747, gendre du banquier lillois Germain PETIT, était le fils d’un premier commis du lieutenant général de police de Paris sous Louis XV, chargé des affaires « sensibles » dans la police économique de la capitale. Il fit d’abord carrière à l’ombre de son père dans les bureaux du lieutenant général de police, puis en 1791 il passa à la Direction générale de la liquidation, où il fut l’homme de confiance du directeur général, son ami DURESNE-SAINT-LÉON (1751-1836), un fidèle de NECKER et de VALDEC de LESSART. DUFRESNESAINT-LÉON fut le parrain d’Adèle-Rosalie COLLART-DUTILLEUL, née en 1784, et ce fut lui qui arrangea son mariage avec MOLLIEN. À la Direction générale de la liquidation, les deux amis, COLLART-DUTILLEUL et DUFRESNESAINT-LÉON surent, par la connaissance acquise de tous les secrets financiers de la Révolution, se rendre inexpugnables, et échapper ainsi à toutes les purges terroristes. L’orage passé, DUFRESNE-SAINT-LÉON devint l’homme de confiance de TALLEYRAND, et COLLART-DUTILLEUL poursuivit une carrière de haut fonctionnaire au ministère des Finances.

29De sa seconde femme MOLLIEN a écrit : « Je devais au Ciel un bien supérieur à tous ceux qu’on peut obtenir de la puissance et de la faveur des hommes, une compagne, l’honneur et le charme de ma vie qui n’a été occupée que de mes sollicitudes au milieu de mes apparentes prospérités. » Lors de l’instauration de l’Empire, elle entra dans la Maison du prince et de la princesse Louis, avec le titre de « dame pour accompagner » la princesse, Hortense de BEAUHARNAIS, qui devint reine de Hollande en 1806. En 1810 Napoléon la nomma dame d’honneur de l’impératrice Marie-Louise. Jolie femme, cultivée, douée pour la peinture, elle tint sous la Restauration un salon discret et élégant, où TALLEYRAND, la duchesse de DINO, la comtesse de BOIGNE et GUIZOT furent assidus. Ce dernier la jugeait intelligente, précisant : « Elle a l’esprit élevé et juste ; rien de vulgaire ou de chimérique, du bon sens noble. » Par ce cercle d’amis elle fut introduite au Palais-Royal et elle entra dans l’intimité de la Maison d’ORLÉANS. Dès l’instauration de la monarchie de Juillet, Louis-Philippe la nomma dame d’honneur de la reine Marie-Amélie, à laquelle elle se dévoua longtemps : après la Révolution de 1848 elle se rendit tous les ans en Angleterre visiter à Claremont la reine déchue.

30La comtesse MOLLIEN, très attachée à sa famille et n’ayant pas eu d’enfant, associa son mari à ses affections, qui s’exprimèrent par de nombreuses donations, ce qui justifie ici la mention de ces parentés :

311. [aïeul] Louis-Antoine COLLART-DUTILLEUL, commis du lieutenant général de police de Paris, d’où :

32[père] Étienne-Louis-Gabriel COLLART-DUTILLEUL, qui suit en 2.

33[oncle] Jacques-François COLLART-DUTILLEUL, commis au secrétariat d’État de la Marine avant la Révolution.

342. [père] Étienne-Louis-Gabriel COLLART-DUTILLEUL, né à Lille en 1747, marié à Madeleine-Françoise-Rosalie PETIT, fille de germain PETIT, négociant banquier à Lille, d’où :

35A. Adèle-Rosalie COLLART-DUTILLEUL, née en 1784, décédée à Paris (VIIe arrondissement) le 26 février 1878, mariée à Nicolas-François MOLLIEN [sujet de cette notice].

36B. [frère] Louis-Germain COLLART-DUTILLEUL, directeur des contributions directes à Saint-Brieuc (Côtes-du-Nord) sous la monarchie de Juillet, marié à Aimée-Adélaïde GUILLIN-DUMONTEL, d’où :

  • [nièce] Claire-Adèle COLLART-DUTILLEUL, mariée (contrat de mariage du 8 juillet 1831) à Daniel-Henri-Joseph DUCOMMUN-DULOCLE, receveur particulier de Finances à Orange (Vaucluse), fils de Joseph DUCOMMUN, professeur de chimie à West-Point (New York) et de Louise-Laurence MARTIN, d’où :
    • [petit-neveu] Camille-Germain-Théophile du LOCLE, marié (contrat de mariage du 18 avril 1863) à Marie-Henriette DOUX, d’où deux filles [arrière-petites-nièces], Claire et Suzanne du LOCLE.
    • [petit-neveu] Léopold du LOCLE, vivant en 1878 au décès de la comtesse MOLLIEN.
  • ( ?) [nièce] Adrienne-Laurence COLLART-DUTILLEUL, mariée (contrat de mariage du 19 mai 1841) à François-Étienne-Damase MAIGNON de ROQUES.

37C. [sœur] Céleste-Thérèse COLLART-DUTILLEUL, mariée à Pierre-Jean-Baptiste-Claude PETIT de BANTEL (décédé avant 1833), d’où :

  • [neveu] Pierre-Alexandre PETIT de BANTEL, né avant 1813.
  • [neveu] Francisque PETIT de BANTEL, né avant 1813, décédé en 1853, sous-préfet de Cambrai (Nord) en 1833 lors de son mariage (contrat de mariage du 23 mai 1833) avec Louise-Pauline-Victorine BEAUCOUSIN, décédée en 1876, fille d’Édouard BEAUCOUSIN, propriétaire à Amiens, et d’Hélène-Pauline DOTTIN, d’où un fils unique :
    • [petit-neveu] Paul-René PETIT de BANTEL, propriétaire à Mussy-sur-Seine (Aube) en 1878 au décès de la comtesse MOLLIEN.

38D. [frère] Alexandre-Jules COLLART-DUTILLEUL (1790-1865), inspecteur général des finances, marié (contrat de mariage du 3 janvier 1824) à Pauline ACKERMANN, d’où :

  1. [neveu] François-Ernest COLLART-DUTILLEUL, né à Paris le 7 mars 1825, décédé à Paris le 5 mai 1907, ministre des Finances en 1877 dans l’éphémère cabinet ROCHEBOUËT, marié (contrat de mariage du 27 avril 1850) à Marie-Marguerite BARRILLON. Il fut le légataire universel de sa tante, la comtesse MOLLIEN.
  2. [neveu] François-Philippe COLLART-DUTILLEUL
  3. [neveu] François-Augustin-Georges COLLART-DUTILLEUL.

II. LE PERSONNAGE

L’éducation.

39Grand manufacturier, le père de MOLLIEN donna à son fils cadet une éducation soignée. Il prit soin lui-même de l’enseignement primaire, avec un instituteur particulier à domicile : « Mes premières instructions furent réglées comme l’heure de ses ateliers : il se faisait rendre compte tous les jours du progrès de mes études par l’instituteur qu’il m’avait donné. Lorsque j’avais à peine neuf ans, mes délassements consistaient à copier la correspondance de mon père, à placer quelques chiffres sur ses livres […] Dans ma douzième année [à la rentrée de 1769] mon père m’avait envoyé à Paris pour quatre ans, dans un collège de l’Université afin d’y terminer mon cours d’études scolaires, et j’eus, dès ma première année, la joie d’entendre citer mon nom dans cette lutte solennelle que l’Université ouvrait annuellement pour chaque classe, entre les élèves des divers collèges [concours général]. J’eus la même chance dans les trois années suivantes, et même meilleure pour la dernière. » Bonnes études secondaires donc, achevées dans un collège parisien, mais qui ne fut probablement pas Louis-le-Grand, sinon MOLLIEN n’aurait pas manqué de le préciser… À Paris, MOLLIEN père avait confié son fils à la surveillance d’un de ses amis Me ANGELESME de SAINT-SABIN, avocat au parlement (1742), échevin de Paris (1775), ce qui donne une idée avantageuse des relations du maître passementier rouennais.

La religion.

40Catholique. Dans une lettre écrite à sa femme sous l’Empire, MOLLIEN rapporta à sa femme qu’il avait remarqué que la vice-reine d’Italie [Augusta de BAVIERE, femme d’Eugène de BEAUHARNAIS] assistait à la messe tous les jours, et il ajouta ce commentaire : « Je ne suis pas de ceux qui seraient disposés à dire ou à penser du mal d’une telle pratique dans une princesse […] Tu sais que ma morale consiste à ne rien rejeter de ce qui agrandit l’âme et conséquemment la vie ; je suis conséquemment bien loin d’exclure de la tête et du cœur les sentiments religieux, que toutefois je ne confonds pas avec la pratique religieuse ; ce sont elles qui divisent les hommes, au lieu que les sentiments religieux les unissent au grand Être. » Déisme de sentiment donc, sans foi religieuse précise.

41Dans ses Mémoires, publiés sous la Restauration, à une époque où il était de bon ton d’afficher son attachement au catholicisme, il exposa que dans sa douzième année, lorsqu’il se préparait à la communion solennelle, il avait fait part à son père de ses doutes, et que celui-ci lui avait objecté : « Que pourriez-vous mettre à la place des préceptes que vos doutes attaquent ? À qui pourriez-vous croire si vous vous accoutumez à douter de ce que vous ne pouvez comprendre ? […] En s’éloignant des opinions reçues, on éloigne bientôt de soi les affections. On finirait ainsi par être seul dans le monde. » Ce pragmatisme conformiste inspira au mémorialiste le commentaire suivant : « Ces raisonnements calmes arrêtèrent aisément les écarts de mes jeunes pensées ; je vis, dès ce temps, que je n’avais rien de mieux à faire que de respecter le culte dans lequel j’étais né, et d’éviter cet espèce d’examen qui conduit à la censure et au doute. Cette règle a été celle de toute ma vie. »

42C’est également sous la Restauration que ses liens d’étroite amitié avec le duc de LA ROCHEFOUCAULD-LIANCOURT l’amenèrent à adhérer à la Société de la morale chrétienne, fondée en 1821 par ce grand seigneur philanthrope pour favoriser « l’application des préceptes du christianisme aux relations sociales ». Cette société créa en son sein de nombreux comités (pour l’abolition de la traite des Noirs, pour la suppression des maisons de jeu et des loteries, pour la surveillance des maisons d’aliénés et de détention, pour l’abolition de la peine de mort, etc…). Elle publiait pour ses membres une feuille mensuelle, sous la responsabilité de GUIZOT. Cette société était jugée dangereuse en 1824 par le préfet de police, parce qu’elle était composée des « principaux libéraux de la capitale et des départements ». MOLLIEN y côtoyait en effet des grands noms de la noblesse d’Ancien Régime ou de la noblesse d’Empire (le duc de CHOISEUL, le duc de MONTEBELLO, les comtes de LAMETH, de LAS CASES, LANJUINAIS, SÉBASTIANI…), des grands banquiers parisiens (DAVILLIER, MALLET, DELESSERT, HOTTINGUER, TERNAUX, ANDRÉ, ODIER), des écrivains et journalistes en renom (RÉMUSAT, GUIZOT, Benjamin CONSTANT, Prosper de BARANTE…) et, outre le duc d’ORLÉANS, presque tout le haut personnel dirigeant de la future monarchie de Juillet (dont cinq de ses ministres des Finances : HUMANN, d’ARGOUT, DUCHÂTEL, PELET de La Lozère, DUMON).

Les domiciles et résidences.

43En 1786, rue Neuve des Mathurins, paroisse de la Madeleine de La Ville l’Évêque. De 1800 à 1806 il logea dans les bâtiments de la Caisse d’amortissement, rue de l’Oratoire du Louvre, puis de 1806 à 1814 au ministère du Trésor, l’hôtel TUBEUF, à l’angle de la rue Neuve des Petits-Champs et de la rue Vivienne. En 1820-1823 il résidait rue de la Chaussée d’Antin N° 51. En 1823 il fit construire l’hôtel particulier qu’il habita jusqu’à sa mort, au quai d’Orsay, à l’emplacement de l’actuelle rue de Solférino. Sa résidence de campagne fut le château de Jeurre, commune de Morigny près d’Étampes, qui appartenait à sa seconde femme.

Le portrait.

44Un portrait en pied est conservé dans les Salles du XIXe siècle du Château de Versailles. Comme GAUDIN et comme BARBÉ-MARBOIS, MOLLIEN resta, par les manières, un homme de l’Ancien Régime. Le marquis d’AUDIFFRET nota à ce propos « les formes de l’Ancien Régime, si fidèlement conservées par M. le comte MOLLIEN ». Dans ses Mémoires celui-ci laissa percer une évidente nostalgie pour les bonnes manières du temps de la « douceur de vivre ». Bien que dans la société du Consulat « tous les noms y fussent confondus et que les rangs n’y fussent marqués que par les fonctions et les grades, […] on s’y présentait encore avec une sorte de privilège, quand on joignait à l’héritage d’un nom illustre la tradition de ces manières élégantes, faciles, et en même temps décentes, qui distinguaient autrefois les classes élevées de la société française. » Il observa encore, à propos de BONAPARTE, que « les bonnes manières qui, seules, n’auraient pas suffi, étaient toujours auprès de lui un accessoire recommandable. »

45Les extraits de sa correspondance avec sa femme publiés en 1957 témoignent du souci de respecter les rituels de l’étiquette, les usages de la politesse et le bon ton du savoir-vivre, mais sans aucune inclination pour les mondanités. Ainsi mandait-il à sa femme, en lui narrant une visite chez la comtesse de BOIGNE, qui était la maîtresse du chancelier PASQUIER : « … Puis est arrivé M. PASQUIER ; en gens qui savent un peu vivre, nous avons été l’un pour l’autre comme si nous nous étions quittés seulement la veille ; j’ai reçu un serrement de main que j’ai rendu, et nous passerons très bien notre hiver sans embarras et sans gêne ni pour l’un ni pour l’autre. Tu approuves que j’évite les grands dîners ; je n’y suis bon à rien et ils me sont mauvais ; en conséquence je me suis refusé la joie du très grand dîner que donnait hier notre nouveau grand-référendaire ; mon refus a été très poli ; il sera suivi d’une visite qui ne le sera pas moins ; je serai envers tous et chacun très fidèle à mon savoir-vivre ; mais pour vivre, il faut que je sois très sobre de dîners et même de visites. » Déjà en 1810 il parlait de « ses mauvais yeux qui redoutaient l’éclat des fêtes ». En 1836 il dut renoncer à la présidence de la Commission de surveillance de la Caisse d’amortissement, « sa vue s’étant trop altérée pour lui permettre de conserver ces fonctions » (d’AUDIFFRET).

Les distinctions honorifiques.

46Membre de la Légion d’honneur, commandeur (28 avril 1808), grand-officier (3 décembre 1809), grand-aigle (6 avril 1813). Décoré de l’Ordre royal de Hollande (1807) et de l’Ordre de l’Éléphant du Danemark (1811).

47Créé comte de l’Empire (10 mars 1808). Armoiries (L. P. du 26 avril 1808) : « D’azur parti d’un trait, chargé à dextre d’une gerbe d’or, et à sénestre de trois chevrons d’or, alaisés et superposés, surmontés de trois étoiles de même, rangées en fasce, au franc quartier des comtes ministres à l’intérieur, brochant à dextre d’azur chargé d’une tête de lion arrachée d’or ».

Le testament.

48Au décès de MOLLIEN en 1850, le notaire MAYRE produisit un testament olographe, daté du 24 avril 1813, et déposé en son étude depuis longtemps. Cet acte ne contenait nulle autre disposition qu’un legs particulier à deux neveux de sa femme : « Ceci est mon testament. Voulant donner à ma bien-aimée femme, dans la personne de nos deux neveux, Pierre Alexandre et Francisque PETIT, fils de sa soeur Céleste DU TILLEUL et de M. PETIT notre beau-frère, une nouvelle preuve de ma tendresse, de ma reconnaissance pour elle, et de mon attachement pour sa famille, je donne et lègue à nosdits neveux Pierre Alexandre et Francisque PETIT la ferme située à Banthelu […] telle que je l’ai acquise de M. Jacques GILBERT […] le 18 mai 1811. J’ai donné à cette ferme le nom de BANTHEL pour la distinguer de mes autres biens ; ce nom est celui que M. PETIT mon beau-frère demande la permission d’ajouter au sien ; c’est celui que je désire que portent ses deux enfants avant qu’ils ne soient en jouissance de la donation que je leur assure par le présent acte. »

La sépulture.

49Cimetière de Morigny (Essonne), commune où est situé le château de Jeurre.

III. LA FORTUNE

50Lors de son premier mariage en 1786, MOLLIEN déclara apporter personnellement :

  • Une pension annuelle de 2 000 livres, par bon du roi, à prendre sur la Caisse des Fermes.
  • Son traitement annuel et fixe de 10 000 livres sur le Trésor royal, en sa qualité de premier commis de l’administration des Finances.
  • Un soixantième d’intérêt dans l’entreprise des pontons de Bordeaux.
  • 10 000 livres de meubles meublants, habits, linges, bijoux et deniers comptants. De son côté la future épouse apporta une dot de 80 000 livres, qui se composait de :
  • 47 000 livres, provenant pour 43 807 de sa part dans la succession paternelle, et pour 3 192 du complément ajouté par sa mère.
  • 33 000 livres de biens personnels, provenant de dons et libéralités faits par sa famille.

51De part et d’autre seraient mises en communauté 6 000 livres, le reste demeurant propre.

52De 1791 à 1793 il dut recevoir le traitement de directeur des Domaines et de l’Enregistrement à Évreux. À la suite du décès de son père en 1794, il reçut une modeste succession paternelle et maternelle : en effet, écrivit-il, « Mon père ne laissait pas une dette, mais les cinq sixièmes de sa fortune consistaient en rentes foncières, en prêts faits à un modique intérêt, en anciennes créances de commerce. Bientôt les rentes furent rachetées, les prêts remboursés, les créances acquittées, [le tout] dans la monnaie d’alors, c’est-à-dire avec une perte de plus de quatre-vingts pour cent de leur valeur réelle. » Outre que son père « avait élevé une très nombreuse famille », c’est donc à l’avilissement catastrophique des assignats que MOLLIEN attribua l’énorme diminution de sa fortune, qu’il avait pourtant augmentée « par le travail et l’économie ». L’analyse de l’inventaire après décès du père et de la déclaration de succession (décembre 1794), ainsi que l’analyse du contrat de mariage de la fille cadette (avril 1794) permettent d’évaluer la fortune de Jacques-Robert MOLLIEN entre 200 000 et 300 000 livres. Elle se composait d’un fort paquet de billets de reconnaissance de dettes commerciales, souscrits par des clients du défunt (plus de 100 000 livres) ; d’un prêt de 20 000 livres consenti par le défunt en 1780 à un directeur de la ferme et régie générale des biens des ci-devant religionnaires, pour le montant de son cautionnement ; de près de 700 livres de rentes perpétuelles, au capital de près de 15 000 livres ; d’une rente viagère de 1 400 livres, au capital de 20 000 livres ; d’une ferme à Rebets, à une vingtaine de km à l’est de Rouen, louée 500 livres par an en 1782, plus trois maisons à Rouen (deux rue de Martainville, la troisième rue des Marquets).

53De sa sortie de prison en 1794 à sa nomination à la Caisse d’amortissement en 1800, on ignore de quelles ressources il vécut : plaça-t-il un fonds capital dans la filature de Saint-Rémy-sur-Avre comme associé ? Ou ne fut-il qu’un directeur salarié ? Administrateur de la Caisse d’amortissement en 1800, il en devint le directeur général en juin 1801. L’arrêté consulaire du 23 Messidor an IX fixa son traitement annuel de directeur général, perçu jusqu’en 1806, à 20 000 F par an, plus le logement dans le bâtiment de la Caisse, rue de l’Oratoire du Louvre.

54Lors de son second mariage en 1802, le régime matrimonial adopté fut celui de la séparation de biens. Par conséquent MOLLIEN se borna à donner un bref inventaire de son mobilier, un beau mobilier de bibliothèque, bureau, salon, salle à manger et chambre à coucher, tout en acajou, plus 80 gravures, une pendule en marbre blanc à colonnes, trois lits de domestiques complets, et l’argenterie marquée M. Trois domestiques (probablement un valet de chambre, une cuisinière et un cocher) correspondaient à un train de vie de grand bourgeois. Quant à la future épouse elle déclara personnels les biens suivants :

  • La nue-propriété du domaine de Jeurre près d’Étampes, que ses parents lui avaient vendue le 1er Fructidor an X, en acquit de la somme de 30 000 F à valoir sur le compte de tutelle qui lui était dû : l’usufruitier, au décès duquel elle deviendrait pleinement propriétaire, était son parrain, DUFRESNE-SAINT-LÉON.
  • Une créance de 15 480 F, reliquat d’une obligation souscrite en l’an II à son profit par Jean-Joseph du COULOMBIER.
  • 7 107 F à prendre dans le prix d’une maison à Paris, rue de Bellechasse, adjugée sur licitation. Il s’agissait probablement d’un bien de succession, partagé entre cohéritiers.

55L’ensemble faisait un peu plus de 52 000 F, mais ne produisit pas de quoi assurer l’entretien et les menues dépenses de la future épouse. C’est pourquoi le futur époux s’engagea à lui servir une pension annuelle de 2 400 F. Enfin les deux époux se firent donation de tous biens au profit du survivant.

56À partir de 1806 et jusqu’en 1814, devenu ministre du Trésor, MOLLIEN reçut le traitement annuel de 120 000 F et l’indemnité de premier établissement de 25 000 F. Entre 1807 et 1813 il fut donataire de nombreuses rentes sur les biens de Westphalie, de Hanovre, d’Illyrie, des départements de l’Arno et de Gênes, ainsi que sur le Canal du Midi, mais ces somptueuses largesses, qu’il comprit dans le majorat attaché à son titre de comte, furent perdues en 1814, à l’exception des 20 actions de la Compagnie du canal du Midi. Le 14 avril 1813 Napoléon lui fit verser 100 000 F « gratification accordée comme témoignage de ses services ». À quoi s’ajoutèrent à partir de 1809 les 5 000 F de traitement annuel de grand-officier de la Légion d’honneur. En revanche les dotations de grand-aigle furent perdues en 1814.

57Rentré dans la vie privée de 1814 à 1818, sauf pendant la brève parenthèse des Cent Jours, MOLLIEN ne disposa plus alors que des revenus de la fortune qu’il avait accumulée, et qui se composait de trois fermes achetées sous l’Empire :

58Les fermes de La Monnerie (69 ha) et du Mesnil (63 ha) à Brétigny-sur-Orge (Seine-et-Oise), près d’Arpajon, achetées le 14 janvier 1808 et payées comptant 80 000 F. Au décès de la comtesse MOLLIEN en 1878, l’ensemble était loué 9 500 F par an.

59La ferme de Banthelu (137 ha), près de Magny-en-Vexin (Seine-et-Oise), achetée le 18 mai 1811 et payée comptant 170 000 F, plus 2 400 F de pot-de-vin. En 1878, ce domaine était également loué 9 500 F par an.

60Sous la Restauration, MOLLIEN acheta en 1822 à Ferdinand JACQUEMART un terrain de 683 m2 au quai d’Orsay, payé 41 400 F, puis il compléta cette acquisition en achetant en 1824 à l’architecte DUTHIL un terrain de 184 m2 situé derrière le précédent, et payé comptant 14 400 F. Sur ce terrain il fit construire un hôtel particulier, numéroté successivement 9, puis 17 et enfin 11 quai d’Orsay, qu’il habita à partir de 1824 et où il mourut en 1850, et sa femme en 1878. En 1878 le rez-de-chaussée de l’hôtel était loué à la marquise de SENEVOY, pour 10 000 F par an. La valeur locative de l’ensemble de l’hôtel fut déclarée à l’Enregistrement pour 22 000 F, ce qui en capitalisant à 5 % donna une valeur (sous) estimée, pour le paiement des droits de succession, à 440 000 F.

61À son décès MOLLIEN laissa donc une fortune d’un million de francs environ (500 000 pour l’hôtel du quai d’Orsay, 360 000 pour les trois fermes de la Seine-et-Oise, 75 900 pour le cautionnement du receveur général DUCOMMUN du LOCLE, neveu de sa femme, et 20 000 ( ?) pour les 20 actions du Canal du Midi). N’ayant pas eu d’enfant, le comte et la comtesse MOLLIEN firent des donations par les contrats de mariage de plusieurs proches parents de la comtesse et d’un seul proche parent du comte, en stipulant le paiement au décès du survivant des époux donateurs : comme la comtesse avait vingt-six ans de moins que son mari et qu’elle mourut à 93 ans en 1878, ces heureux donataires attendirent longtemps le bénéfice de ces largesses :

62Le 3 janvier 1824, 200 000 F à Alexandre-Jules COLLART-DUTILLEUL, frère de la comtesse MOLLIEN.

63Le 8 juillet 1831, 100 000 F à Claire COLLART-DUTILLEUL, nièce de la comtesse MOLLIEN.

64Le 23 mai 1833, 150 000 F à Francisque PETIT de BANTEL, neveu de la comtesse MOLLIEN.

65Le 1er juin 1835, 30 000 F à Adèle-Gabrielle MOLLIEN, nièce du comte MOLLIEN.

66Le 19 mai 1841, 100 000 F à Adrienne-Laurence COLLART-DUTILLEUL, nièce de la comtesse MOLLIEN.

67Après le décès de son mari, la comtesse MOLLIEN fit encore deux donations de ce type, stipulées payables à son décès :

68Le 27 avril 1850, 100 000 F à François-Ernest COLLART-DUTILLEUL, neveu de la comtesse MOLLIEN.

69Le 18 avril 1863, 100 000 F à Camille-Germain-Théophile DUCOMMUN du LOCLE, petit-neveu de la comtesse MOLLIEN : ce dernier reçut le montant de cette donation le 5 février 1870, du vivant de la donatrice.

70Au décès de MOLLIEN sa veuve hérita de toute sa fortune, en vertu de la clause de donation réciproque au survivant, stipulée au contrat de mariage. Depuis 1836 elle était devenue pleinement propriétaire du domaine de Jeurre, à la suite du décès de son parrain DUFRESNE-SAINT-LÉON, qui était également propriétaire du domaine voisin de Champigny. En effet, les parents de la comtesse MOLLIEN, qui étaient propriétaires du domaine de Jeurre, avaient, en août 1802, vendu l’usufruit de cette propriété à DUFRESNE-SAINT-LÉON, pour le prix de 25 000 F, et ils en avaient donné la nue-propriété à leur fille par son contrat de mariage, pour 30 000 F à valoir sur ce qui lui était dû par compte de tutelle. Cette reddition de compte de tutelle n’intervint qu’en mai 1803, constituant le père débiteur de sa fille pour 52 585 F. Puis DUFRESNE-SAINT-LÉON vendit à MOLLIEN et à sa femme la nue-propriété du mobilier de Jeurre le 31 décembre 1807, moyennant 1 500 F de rente annuelle, et il leur vendit l’usufruit de la propriété elle-même le 21 décembre 1809, moyennant 2 000 F de rente annuelle. Le 11 décembre 1810, DUFRESNE-SAINT-LÉON donna quittance aux époux MOLLIEN de 15 000 F à valoir sur le capital de la rente de 1 500 F. Après le décès de DUFRESNESAINT-LÉON, quittance générale et définitive fut donnée, les 13 et 16 mai 1836, du capital de ces deux rentes. Toutes ces opérations, qui étaient destinées à faire parvenir la totalité de Jeurre à la comtesse MOLLIEN, permettent d’estimer la valeur de cette propriété entre 100 000 et 150 000 F. Entre 1803 et 1850, les époux MOLLIEN procédèrent à de nombreux achats et échanges de petites parcelles, tant à Jeurre et Morigny qu’à Champigny et Étréchy, qui augmentèrent la superficie du domaine de quelques hectares pour quelques milliers de francs. Jeurre était une résidence d’agrément, avec château et parc de 60 ha non loués : dans la succession l’ensemble fut évalué en 1878 160 000 F. D’autre part le domaine comportait 97 ha de terres, bois et plantations loués pour 2 290 F, soit à 4 % un capital de 57 250 F. En ajoutant le mobilier de Jeurre, prisé à 9 681 F, l’ensemble montait à 226 931 F.

71Toutes ces évaluations successorales étaient certainement sous-évaluées. La comtesse MOLLIEN a dû laisser en 1878 un actif brut compris entre un million et un million et demi de francs, soit 500 000 pour l’hôtel du quai d’Orsay, 360 000 pour les trois fermes de la Seine-et-Oise, 250 000 pour le domaine de Jeurre, et 125 000 pour 5 755 F de rente française 5 %, soit au total 1 235 000 F. Sur cet actif il y avait lieu de prélever les 680 000 F donnés aux frère, neveux, nièces et petit-neveu par leur contrat de mariage, plus 482 000 F que la comtesse MOLLIEN avait empruntés par six contrats avec constitution d’hypothèque sur l’hôtel du quai d’Orsay, le domaine de Banthelu et le domaine de Jeurre (100 000 le 17 janvier 1859, 20 000 le 29 décembre 1863, 160 000 le 24 janvier 1870, 100 000 le 5 février 1870, 90 000 le 27 juin 1875, 12 000 les 7 et 9 juin 1877). La destination de ces grosses sommes empruntées reste énigmatique, sauf pour l’emprunt du 5 février 1870 qui a servi à payer à Camille du LOCLE la dot qui lui avait été promise dans son contrat de mariage. Indépendamment de ces emprunts hypothécaires, la comtesse MOLLIEN avait également emprunté, mais par acte sous seing privé du 10 août 1876, 50 000 F au compositeur de musique Giuseppe VERDI, qui produisit sa créance à la liquidation de la succession !..

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LE MINISTERE DU TRESOR

72À la fin de ses études secondaires, en 1774, le jeune MOLLIEN fut recommandé par son mentor parisien, SAINT-SABIN, au contrôleur général des finances et il fut inscrit parmi « parmi les aspirants aux emplois de cette administration », mais son père le rappela à Rouen. Son père désirait en faire un avocat, et il le fit entrer comme stagiaire chez l’un des plus notables avocats de Rouen, Me de FRÉMONT. Dans ce cabinet le jeune homme eut à s’occuper du procès d’un maréchal de camp, le marquis de VERDIÈRE, qu’il avait connu à Paris chez Me de SAINT-SABIN. Cette affaire ramena en 1775 le jeune MOLLIEN à Paris, où le marquis l’introduisit chez le maréchal de RICHELIEU et chez Me GERBIER, qui était alors considéré comme l’un des plus grands avocats parisiens. GERBIER déconseilla la carrière du barreau, augurant que dans l’esprit du temps, qui prônait le changement de toutes les institutions, la profession d’avocat n’aurait plus d’avenir, car, disait-il, cette « profession consistait à appliquer sans cesse des règles générales à des cas particuliers, et supposait conséquemment la fixité, l’inviolabilité de ces règles. » À la différence de BARBÉ-MARBOIS, qui alla jusqu’à la licence, et de GAUDIN, qui alla jusqu’au baccalauréat, MOLLIEN ne prit aucun grade dans les Facultés des droits.

73Par la protection du maréchal de RICHELIEU, MOLLIEN obtint en 1775 une place de stagiaire dans les bureaux de la Ferme générale. Il observa, avec un esprit critique, le fonctionnement de cette puissante administration fiscale, dont il analysa les qualités et les imperfections. Après l’arrivée de NECKER à la direction générale des Finances, MOLLIEN fit la connaissance de PANCHAUD, et il fit partie du cénacle hétéroclite qui gravitait autour de ce banquier suisse (l’abbé de PÉRIGORD, l’abbé LOUIS, DUPONT de NEMOURS, CLAVIÈRE…), et auquel il enseignait la science financière : « Il n’était jamais aussi éloquent, d’après MOLLIEN, que dans ses sorties contre le ministre NECKER, [qu’]il attaquait surtout dans les combinaisons de ses emprunts, faits, disait-il, sans gages, à un énorme intérêt. »

74À la suite de l’entrée en guerre de la France, aux côtés des Insurgents d’Amérique, MOLLIEN calcula qu’à la faveur de l’indépendance des États-Unis la France devrait conquérir ce marché et établir un fructueux courant d’échanges avec lui. Il faudrait donc détourner la marine marchande américaine des ports anglais et l’attirer dans un port français. Curieusement MOLLIEN ne songea pas à Rouen, ni au Havre, mais à… Bayonne, qui était déjà le point d’entrée en France des piastres de l’Amérique espagnole et qui deviendrait ainsi le carrefour des relations économiques de la France et des Amériques.

75Saisissant l’occasion que lui offrit le renvoi de NECKER en 1781, MOLLIEN fit parvenir à son successeur JOLY de FLEURY un mémoire qui exposait son projet de port franc pour Bayonne. Ce mémoire plut au contrôleur général des finances, qui fit engager MOLLIEN comme commis dans les bureaux du Contrôle général des finances, en le plaçant sous les ordres de celui des intendants des finances qui avait dans son département la surveillance de la Ferme générale, Louis-Guillaume de VILLEVAULT (1716-1786). Excellent choix, puisque MOLLIEN venait de passer plusieurs années dans les bureaux de la Ferme générale et qu’il en connaissait donc parfaitement le fonctionnement. En 1783, quand JOLY de FLEURY se retira pour laisser la place à LEFÈVRE d’ORMESSON, VILLEVAULT donna sa démission, mais avant de se retirer il présenta MOLLIEN au nouveau contrôleur général. VILLEVAULT eut pour successeur COLONIA, « un jeune magistrat, d’un esprit vif et distingué, dit MOLLIEN, qui, dans leur première entrevue, ne lui avait pas caché ses préventions contre lui. » Mais, ajoute MOLLIEN, « un mois après il devint mon meilleur ami et c’est ce qu’il n’a cessé d’être depuis cette époque. » De plus l’amitié de COLONIA valut à MOLLIEN « malgré la différence de position », l’amitié du duc de LIANCOURT, le célèbre philanthrope : « Le duc de LIANCOURT […] avait été le compagnon d’études et était resté l’ami de M. de COLONIA ; il voulut bien devenir le mien […] Ce qui m’attacha surtout à sa personne, c’est ce goût passionné qu’il manifestait dès sa jeunesse pour les institutions utiles à l’humanité. » Après le 10 août 1792 le duc de LA ROCHEFOUCAULD fut massacré près de Gisors, non loin d’Évreux où résidait alors MOLLIEN, et le ci-devant duc de LIANCOURT devint le chef de nom et d’armes de sa maison.

76Sous VILLVAULT et sous COLONIA, MOLLIEN devint premier commis au Contrôle général des finances, et joua au cours des années 1780 un rôle personnel important dans deux affaires relatives à la Ferme générale : la construction de l’enceinte fiscale de Paris d’une part, et le renouvellement du bail des Fermes d’autre part.

77En ce qui concerne l’enceinte de Paris, MOLLIEN avait découvert dans les paperasses négligées et oubliées un mémoire de LAVOISIER relatif aux moins-values des octrois de Paris, évaluées à près de six millions par an. Ce déficit était dû, d’une part, à l’entrée en fraude des marchandises, et, d’autre part, à l’abus des pourvoyeurs des Invalides, de l’École militaire, de la Bastille et de quelques communautés religieuses, qui jouissaient d’un privilège d’exemption de l’impôt pour leur approvisionnement et qui en profitaient pour introduire des marchandises au-delà de leurs besoins et les revendaient frauduleusement, en faisant un profit aux dépens du fisc. LAVOISIER avait donc proposé de remplacer la franchise des droits d’entrée des institutions qui en bénéficiaient, par une rente annuelle compensatoire, et d’enceindre la ville d’une clôture qui empêcherait les entrées frauduleuses. VILLEVAULT communiqua à JOLY de FLEURY le mémoire oublié de LAVOISIER. Le contrôleur général en parla au roi, et la décision fut prise de réaliser cette double opération, qui, en froissant un très grand nombre d’intérêts particuliers liés à tous ces petits trafics frauduleux, suscita l’hostilité de ceux qui dénoncèrent « le mur murant Paris murmurant ». Cependant l’affaire parvint à sa conclusion à l’arrivée de CALONNE au Contrôle général des finances. À l’occasion de l’exécution du projet d’enceinte, COLONIA et MOLLIEN, qui jugèrent d’ailleurs saugrenue l’idée du contrôleur général de faire de cette enceinte et de ses portes des monuments architecturaux, œuvre de LEDOUX, firent adopter en revanche l’idée de doubler l’enceinte d’une ceinture de grands boulevards qui présenteraient le double avantage de servir de glacis protecteur à la forteresse fiscale et d’offrir de larges voies de communication tout autour de la ville.

78L’affaire de l’enceinte de Paris venait d’arriver à sa conclusion (1784), quand commencèrent les tractations relatives au renouvellement du bail des Fermes générales, qui devait intervenir en 1786. MOLLIEN fut chargé, dans les bureaux du Contrôle général des finances, de rédiger le projet du nouveau bail : il augmenta de 14 millions le versement annuel de la Ferme pour les divers impôts indirects qu’elle levait, soit par ferme, soit par régie, soit par monople. Le nouveau bail fut conclu avec cette augmentation, et en récompense CALONNE fit accorder à MOLLIEN par le roi une gratification, plus une pension annuelle de 2 000 livres « pour services extraordinaires » et enfin le titre et le grade de premier commis. « Plus particulièrement occupé des détails relatifs à l’administration de la Ferme générale », selon sa propre formule, il eut l’habileté d’exercer ces fonctions délicates en parvenant à satisfaire le contrôleur général des finances, sans nuire pour autant à ses bonnes relations avec les fermiers généraux.

79Le bail des Fermes conclu en 1786 présenta d’autre part la particularité de ne pas inclure les droits de douane, que les fermiers généraux devaient continuer à recouvrer, mais comme simples régisseurs. MOLLIEN explique ainsi le fait : « [M. de VERGENNES] avait pensé qu’il n’était pas hors de propos, après la Guerre d’Amérique, d’ouvrir de nouvelles routes à notre commerce, soit avec les États-Unis, soit même avec l’Angleterre. Ce que M. de VERGENNES avait surtout judicieusement pensé, c’était que la législation que COLBERT avait rendue propre, en 1664, à l’industrie naissante de nouveaux arts, était successivement devenue d’autant moins propre aux vingt dernières années du xviiie siècle. » C’est pourquoi VERGENNES avait fait excepter les droits de douane du renouvellement du bail, parce qu’il voulait se réserver la possibilité de les modifier.

80Approuvant pleinement la politique de VERGENNES et la conclusion du traité de commerce de 1786, MOLLIEN soulignait avec enthousiasme que ce fut l’ouvrage d’Adam SMITH qui lui fit, « et un peu trop tard sans doute », comprendre en 1789 les relations entre la fiscalité et l’activité économique, et la nécessaire adaptation de la première aux structures de la seconde. Plus généralement, MOLLIEN « entrevit […] que ce n’était pas la monnaie d’un pays qui faisait sa richesse, […] mais que ce n’était que de l’excédent qui lui restait libre sur les produits de chaque année, qu’il pouvait former sa véritable et durable richesse, c’est-à-dire ses capitaux. » Jusqu’alors il n’avait fait que parcourir l’ouvrage d’Adam SMITH, dont son père lui avait pourtant recommandé la lecture, et qui était vanté par les disciples de TURGOT et par « le vénérable et judicieux MALESHERBES », mais que dénigraient « tous les hommes de l’ancienne routine, [qui] semblaient s’être persuadé que ce qui importait avant tout à la richesse de notre nation, c’était qu’il ne sortît jamais un écu de France ; qu’avec cette garantie et sous cette condition, le genre et la quotité de l’impôt, le taux du salaire, le plus ou moins de perfection des procédés industriels, le prix des matières premières étaient complètement indifférents. »

81Le cours pris par les événements de la Révolution suscita chez MOLLIEN une réaction de défiance. NECKER s’était réservé le rôle politique de son ministère, laissant au conseiller d’État LAMBERT, avec le titre de contrôleur général des finances, un rôle bien ingrat, celui de la pénible gestion d’une administration fiscale et financière complètement désorganisée. MOLLIEN dit être resté à son poste par fidélité à LAMBERT, qui lui avait témoigné de la confiance et qu’il jugeait « un magistrat probe, très versé dans les traditions de l’ancien temps, mais qui n’avait rien de commun avec des circonstances si nouvelles. » Recru de dégoûts, LAMBERT démissionna à la fin de 1790, et il devait périr sur la guillotine en 1794. « Je n’attendais que la retraite de M. LAMBERT, dit MOLLIEN, pour me retirer moi-même. ». Il obtint en effet de TARBÉ, son ancien collègue au Contrôle général, devenu ministre des Contributions, la place de directeur de l’administration des Domaines et de l’Enregistrement du département de l’Eure, où il voulait fixer sa résidence. À la suite de la manifestation du 20 juin 1792, MOLLIEN fut le rédacteur d’une adresse loyaliste, envoyée d’Évreux en faveur du roi. Aussi, après le 10 août 1792, fut-il mandé à Paris comme suspect, pour rendre compte de sa conduite, puis il fut destitué à la fin de 1792.

82Chassé de l’Administration, MOLLIEN accepta la proposition que lui fit alors son beau-frère Jacques-Constantin PÉRIER. Celui-ci, associé à l’anglais SYKES, établissait alors à Saint-Rémy-sur-Avre (Eure-et-Loir) une grande filature mécanique de coton, sur le modèle anglais : il offrit à MOLLIEN d’y prendre un intérêt et de participer à la gestion. En mai 1793 CLAVIÈRE, ministre des contributions, l’appela à Paris pour l’engager à revenir dans l’administration des Finances, lui déclarant « qu’on avait commis une injustice envers lui et qu’il voulait la réparer, [et] que le gouvernement réclamait le concours des hommes exercés aux affaires. » MOLLIEN assure qu’il ne connaissait pas CLAVIÈRE, ce qui n’est pas vraisemblable quand on connaît les liens qui unissaient CLAVIÈRE à PANCHAUD, et l’appartenance de MOLLIEN au cénacle de PANCHAUD dans les années 1780. Ce n’est d’ailleurs pas le seul cas où la sincérité des Mémoires de MOLLIEN inspire des doutes… Toujours est-il qu’il déclina l’offre de CLAVIÈRE et il s’en retourna à Saint-Rémy-sur-Avre.

83Le 15 février 1794 MOLLIEN fut arrêté, sur ordre des représentants en mission de la Convention dans l’Eure, mais il parvint à esquiver l’accusation relative à l’adresse qui avait été envoyée d’Évreux après la manifestation du 20 juin 1792. Il fut libéré, mais ce ne fut qu’un court répit. Il paraît évident qu’il était en butte à l’animosité vindicative d’un ou de plusieurs révolutionnaires influents à Paris : à la fin de mars 1794, il fut de nouveau arrêté, cette fois-ci sur ordre du Comité de Sûreté générale de la Convention, comme complice des fermiers généraux. Emprisonné à Paris avec les 32 fermiers généraux, il échappa de justesse à la guillotine. Plus encore qu’à la sollicitude généreuse du gardien de prison, à laquelle il attribua son salut dans ses Mémoires, c’est probablement à ses interventions auprès du Comité de Salut public qu’il dut d’avoir sauvé sa tête. C’est ce que donne à penser l’arrêté suivant, du 25 Prairial an II-13 juin 1794, publié par AULARD dans son Recueil des actes du Comité de Salut public (t. XIV, p. 286) : « Le Comité de Salut public, d’après le rapport qui lui a été fait, de la grande utilité dont est le citoyen MOLLIEN pour la direction de ses entreprises de manufactures, notamment par rapport à la fabrication des armes, invite le Comité de Sûreté générale et la Commission des Finances de la Convention d’examiner le plus promptement possible les causes de la détention du citoyen MOLLIEN, et de se concerter pour savoir s’il peut être mis en liberté et reprendre son travail sans danger pour la République. » La mention d’une manufacture de fabrication d’armes est énigmatique : on soupçonne derrière cet alibi les démarches du beau-frère PÉRIER. MOLLIEN aurait donc bénéficié de la sollicitude du Comité de Salut public qui s’opposa, au nom des impératifs prioritaires de la guerre, aux poursuites répressives du Comité de Sûreté générale. Quand MOLLIEN publia ses Mémoires sous la Restauration, il valait mieux ne pas attribuer son salut à la sollicitude du Comité de Salut public, mais invoquer plutôt un geste d’humanité d’un obscur gardien de prison !

84Libéré le 2 août 1794, grâce à l’intervention de TOPINO-LEBRUN, il reprit ses activités d’industriel filateur à Saint-Rémy-sur-Avre. Sur les quatre années du régime du Directoire, de 1795 à 1799, les Mémoires de MOLLIEN ne livrent que des demi-confidences exprimées en termes sibyllins. Sur ses activités d’industriel filateur : « Cette manufacture avait bien pu se passer de moi pendant la longue captivité que le régime de la Terreur m’avait fait subir, et j’avais rapporté de ma prison des souvenirs et des impressions qui ne fortifiaient pas ma résignation à surveiller des ateliers, à diriger des détails de frottement et des calculs de vitesse dans les rouages de machines à filer […] D’ailleurs […] je n’avais pas tenté d’effacer mes antécédents pour ceux qui poursuivaient, dans tous ses débris, le gouvernement que j’avais servi : je n’avais ni désavoué ni abjuré mes antécédents. Je ne pouvais pas rester assez obscur dans une manufacture qui occupait plus de cent ouvriers à vingt lieues de Paris ; elle ne pouvait plus rester pour moi un lieu de refuge et de sécurité. » D’où la volonté de « renoncer prochainement à une association industrielle qui ne lui promettait plus ce qu’il avait voulu y trouver », c’est-à-dire une « planque » en attendant la fin des jours mauvais. Or, les coups d’État successifs de Fructidor an V (septembre 1797), de Floréal an VI (mai 1798) et de Prairial an VII (juin 1799) eurent pour conséquence de ranimer l’agressivité jacobine et de provoquer la formation de la seconde coalition européenne contre la République Française. Pour MOLLIEN, « on pouvait […] prévoir que l’Europe ne se résignerait que difficilement à supporter un système qui pouvait mettre partout l’ordre public en danger, et, dans ce cas, ce qui restait de mieux à faire à un homme réduit, comme lui, au soin de son seul salut, c’était de se préparer à quitter momentanément la France, pour se faire au-dehors le spectateur passif de la lutte qui s’engagerait entre elle et l’Europe. » En clair, mais sans le dire franchement, il avait décidé d’émigrer. Cependant, voulant éviter de tomber sous le coup des peines portées contre ce « crime », la mort et la confiscation, il fit ce que TALLEYRAND avait fait en 1793, il se procura un passeport régulier qui justifiait son départ hors de France : « J’avais conservé quelques rapports avec un administrateur des douanes françaises qui me devait quelque attachement, et qui m’en avait donné des preuves pendant ma captivité révolutionnaire [probablement Vivent MAGNIEN, ou peut-être COLLIN de SUSSY ?] . Je lui demandai pour moi la commission d’un modeste emploi dans une administration à Mayence ; il eut la confiance et la discrétion de ne pas me faire une seule question. La commission me fut expédiée et je partis pour Mayence vers la fin de l’année 1798. » Usant d’un faux prétexte qu’il ne précise pas, il quitta le service des douanes de Mayence pour se rendre en Hollande, et de là en Angleterre, sans préciser non plus en quelle qualité et sous quel prétexte il put entrer en Angleterre, pays qui était en guerre avec la France depuis 1793 ! Il y séjourna près d’un an, sans préciser non plus encore de quoi il vécut. Il dit s’être consacré à l’étude des institutions économiques et financières de l’Angleterre (auprès de quels informateurs ?), n’ayant pour « seul compagnon de voyage » que l’ouvrage d’Adam SMITH. Il observa les modalités du cours forcé des billets de la Banque d’Angleterre, établi en 1797, et qui devait durer vingt ans, sans pour autant provoquer de catastrophe financière. Ce séjour en Angleterre ne laisse pas d’intriguer, car un tel voyage à un tel moment ne put certainement pas s’accomplir sans complicités ni mission particulière. La publication de l’opuscule Aperçu et résultats, analysé ci-après, a tout l’air d’un rapport de mission. Le mystère reste entier.

85Cependant, lorsque le coup d’État de Prairial an VII (juin 1799) ramena en France la Terreur jacobine au cours de l’été, MOLLIEN jugea qu’il « était […] d’un assez grand intérêt pour lui de revenir veiller en France au salut de ses modiques ressources, pour ne pas les exposer à quelque mainmise révolutionnaire. » Cette crainte de la confiscation l’aurait donc déterminé à revenir en France. Il repassa par la Hollande, la rive droite du Rhin et il rentra en France par Strasbourg, au début d’octobre 1799, précisément au moment où BONAPARTE débarquait en Provence, de retour d’Égypte. Cinq semaines plus tard, le coup d’État du 18 Brumaire an VIII-9 novembre 1799 renversa le Directoire, et BONAPARTE établit le Consulat.

86Dans la réorganisation générale des institutions publiques, une des toutes premières mesures prises par GAUDIN, promu ministre des Finances, fut le rétablissement des receveurs généraux des finances, et la création d’une « Caisse de garantie et d’amortissement » gérée par trois administrateurs (loi du 6 Frimaire an VIII-27 novembre 1799). Les receveurs généraux, un par département, furent astreints à souscrire des rescriptions, qui étaient des anticipations sur les recettes fiscales qu’ils auraient à recouvrer, et simultanément ils furent soumis au dépôt d’un cautionnement en numéraire, correspondant au vingtième de la contribution foncière de leur département. Les cautionnements seraient déposés à cette Caisse de garantie et d’amortissement. Celle-ci assurerait le paiement éventuel des rescriptions protestées, ce qui établissait une sorte de solidarité entre les receveurs généraux ; le surplus des fonds à soutenir le cours de la rente, par rachat des capitaux de la dette inscrite.

87GAUDIN, ancien collègue de MOLLIEN au Contrôle général des finances avant la Révolution, fit nommer celui-ci deuxième administrateur de la Caisse de garantie et d’amortissement, les deux autres étant CHANORIER et DECRETOT : « La Révolution, dit MOLLIEN, avait suspendu nos rapports sans affaiblir notre estime mutuelle. » MOLLIEN publia au début de 1800 son « Aperçu et résultats de la doctrine française et de la doctrine anglaise en finance », imprimé sur les presses du Journal de Paris de Roederer. Il y exposait sa conception de l’amortissement, inspirée par l’exemple de l’Angleterre. Comparant la politique de l’Angleterre et de la France en matière de finances, MOLLIEN commençait par dénoncer l’erreur initiale de la France, où l’on ne cessait de répéter qu’il fallait se défier de l’exemple anglais. La France avait une dette dix fois moindre que celle de l’Angleterre. Elle succombait sous le poids de la sienne, alors que l’Angleterre parvenait à supporter une dette dix fois plus lourde. Pour MOLLIEN cela tenait à un enchaînement d’erreurs dans lequel la France s’était enfermée, à partir de la confiscation des biens du Clergé et de l’émission des assignats, croyant avoir enrichi l’État par cette confiscation (première erreur) : cette confiscation avait produit un enrichissement nominal, sans créer de nouvelles valeurs. Au contraire, dans la doctrine anglaise, un accroissement de richesses ne pouvait résulter que d’un accroissement de capitaux et de travail. Ensuite (deuxième erreur), la banqueroute des deux tiers du Directoire a entretenu l’illusion d’une augmentation du revenu de l’État : en réduisant une dette de trois milliards à un milliard, et donc en ne payant plus que cinquante millions d’arrérages par an au lieu de cent cinquante, on a cru « avoir augmenté ainsi de cent millions le revenu disponible [de l’État] », alors que cette banqueroute, en inspirant la défiance des créanciers et en provoquant la fuite des capitaux, a eu un effet négatif sur l’activité économique, et donc à terme sur le rendement des impôts. Au contraire, en Angleterre, en garantissant l’intégrité du capital de la dette et le paiement régulier des arrérages, on a attiré tous les capitaux d’Europe. L’afflux de ces capitaux a favorisé l’activité économique, augmentant et la matière imposable et le produit de tous les impôts. La croissance de la production a stimulé les exportations et les étrangers, dont une partie était soldée pour soutenir la guerre, rendraient comme consommateurs le double de ce qu’ils avaient reçu. D’où la conclusion sur la banqueroute des deux tiers : « Je ne puis m’enrichir par l’abolition d’une partie de ma dette, car ma richesse ne se compose que du capital et du revenu que conservent les individus que je régis. » Enfin, résultat de cet enchaînement d’erreurs, la France en était réduite, au début de 1800, à se poser la question : « Comment se fait-il, que depuis que j’ai annulé deux milliards de ma dette, j’éprouve plus retards, je trouve difficilement du crédit, le taux de l’intérêt est de 20 %, les manufactures languissent ? » La réponse de MOLLIEN était toute simple : il fallait faire comme l’Angleterre, en se servant d’une Banque centrale pour les crédits à court terme, selon le modèle des « Exchequer bills », que MOLLIEN devait introduire en France à partir de 1806 sous la forme de « bons de service » escomptés à la Banque de France, et de la Caisse d’amortissement pour les crédits à long terme. Les créanciers de la dette inscrite seraient donc garantis par « un nouveau système d’amortissement » : en supposant une dette fondée de 200 millions, exigeant pour un service d’arrérages à 5 %, la levée d’un impôt annuel de 10 millions, le chiffre de l’impôt serait fixé à 14 millions, dont 10 seraient versés aux rentiers et 4 seraient employés par la Caisse d’amortissement au rachat progressif des rentes. Chaque année la Caisse rachèterait des rentes qu’elle conserverait et les arrérages de ces rentes rachetées grossiraient d’année en année la puissance de l’amortissement jusqu’à l’extinction de la dette. Cette garantie du paiement régulier des arrérages et du remboursement intégral du capital inspirerait confiance aux capitalistes, et l’État trouverait toujours d’autres prêteurs disposés à souscrire de nouveaux emprunts. Et MOLLIEN de terminer cette apologie de la « doctrine anglaise » par cette apostrophe : « Le gouvernement peut-il, au milieu des sollicitudes et des besoins de la guerre, tenter d’introduire dans son administration cette doctrine réparatrice ? Mais c’est à l’excès même de ses besoins que le gouvernement anglais a dû l’inspiration salutaire : c’est par elle qu’il a fait la guerre ; c’est par elle seule qu’il se flatte de dicter les conditions de la paix… Et le gouvernement français pourrait supporter cette honte ! »

88La remise en ordre du Consulat eut pour effet de rendre inutile le rôle de garantie de la Caisse de garantie et d’amortissement, les rescriptions des receveurs généraux étant désormais rarement protestées. La Caisse devint donc surtout une caisse d’amortissement, et, malgré les fortes réticences de MOLLIEN, qui selon les vues exposées dans son opuscule voulait maintenir une séparation entre la Banque de France, sollicitée pour la dette flottante, et la Caisse d’amortissement, gérant la dette fondée, la Caisse d’amortissement devint le pilier de soutènement de la Banque de France, fondée le 13 février 1800. En effet pour BONAPARTE la création de la Caisse d’amortissement signifiait que l’État renonçait en fait à recourir à l’emprunt, qui aux yeux du Premier consul avait conduit la monarchie à sa perte, mais qu’au contraire il poursuivrait l’extinction progressive de la dette fondée, tout en la conservant en partie, afin d’attacher les rentiers au régime politique, garant de leurs revenus. Par la suite, la Caisse d’amortissement devait recevoir également les cautionnements exigés de divers titulaires de fonctions publiques érigées en charges, tels que notaires, agents de change, commissaires priseurs… Or, sitôt constituée, la Caisse d’amortissement fut contrainte de convertir la moitié de ses fonds en actions de la Banque de France, et d’y déposer l’autre moitié en compte courant. En amont du Trésor, était ainsi aménagée une structure qui, en unissant étroitement les intérêts de la finance (les receveurs généraux) et de la banque (les régents et les actionnaires de la Banque de France), résolvait le problème que l’Ancien Régime n’avait pu résoudre, celui de la structure des ressources de l’État : les ressources normales proviendraient essentiellement des recettes fiscales et domaniales de l’État, gérées par des fonctionnaires de l’État. Accessoirement, et sans recourir aux emprunts en perpétuel, l’État utiliserait les services rémunérés de financiers (les receveurs généraux) et de banquiers (Banque de France), mais, par l’intermédiaire de la Caisse d’amortissement l’État conserverait la haute main sur l’ensemble de cette mécanique complexe.

89Ainsi, dès l’instauration du Consulat, MOLLIEN se trouva placé au point crucial de la réorganisation financière. Il introduisit à la Caisse d’amortissement la comptabilité en partie double, à laquelle l’avaient familiarisé ses activités manufacturières de 1793 à 1798, et qui, par les vérifications commodes qu’elle autorisait, faisait obstacle aux malversations que facilitait l’ancienne comptabilité publique en partie simple. Novateur dans le domaine technique, MOLLIEN était conservateur dans le domaine social : il resta fidèle aux familles de finance de l’Ancien Régime, auxquelles il avait été lié, et il s’employa à recaser dans son administration les rejetons de celles-ci, ruinés et privés d’avenir par la Révolution. Conformément aux vœux de BONAPARTE, il participa donc activement à cette œuvre de récupération pacificatrice, tout en se ménageant des amitiés qui seraient précieuses sous la Restauration : « Je ne pouvais espérer pour moi plus de sympathie que dans ces familles dont les chefs avaient été moissonnés à mes côtés sous le régime de la Terreur […] (Leurs enfants) avaient reçu de bons exemples ; tout n’était pas à réformer dans les vieilles traditions […] C’est principalement des rejetons de l’ancienne finance que j’avais composé l’administration qui m’était confiée […] Tous sont restés dignes de la confiance qu’ils obtinrent alors. » Le recrutement des deux frères Gaston et Florimond d’AUDIFFRET, à la Caisse d’amortissement, puis au Trésor, fut la parfaite illustration de cette politique : la famille des deux jeunes gens rappela opportunément qu’avant 1789 MOLLIEN avait été reçu, comme secrétaire de M. de VILLEVAULT, leur cousin, dans le salon de leur grand-père maternel, Jacques-Charles LE SÉNÉCHAL, secrétaire notaire du roi, l’un des administrateurs généraux des Domaines et Droits domaniaux…

90Au début de 1801 le bruit se répandit à la Bourse que la Caisse d’amortissement allait recevoir un supplément de dotation pour pouvoir racheter une plus grande quantité de rentes. Une spéculation à la hausse s’engagea, mais le bruit qui lui avait donné naissance étant faux, les cours retombèrent, prenant à contre-pied les haussiers, acheteurs à terme et à découvert, incapables de lever les titres à l’échéance. Le Premier consul fut vivement irrité par ces désordres et voulut opérer un assainissement. Pour BONAPARTE, les spéculateurs à la baisse, c’est-à-dire les vendeurs à terme, étaient des traîtres qui combattaient l’État avec des armes aussi dangereuses que celles des armées ennemies. La rumeur publique « accusait la Caisse d’amortissement d’être d’intelligence avec les joueurs à la baisse », de connivence avec les agents de change, et d’accord avec le complot de l’étranger. Se posait donc de nouveau la question qui n’avait pas été résolue clairement au xviiie siècle, depuis l’introduction en France de ces opérations par John Law sous la Régence, celle de la licéité des marchés de bourse à terme et à découvert : la prohibition portée par les arrêts du Conseil de 1724, 1785 et 1786 était-elle toujours en vigueur ? Pour discipliner le marché boursier, que la Révolution avait fermé, puis livré à l’anarchie, la loi du 28 Ventôse an IX-19 mars 1801 soumit les agents de change à la nomination par le gouvernement et au dépôt d’un cautionnement, en contrepartie du monopole des opérations boursières. Le Premier consul convoqua MOLLIEN pour clarifier la situation de la Bourse et de la Caisse d’amortissement. C’est ainsi que MOLLIEN entra en relations personnelles avec BONAPRTE, et il lui inspira une telle confiance que celui-ci en fit, à partir de là, son conseiller occulte pour toutes les questions boursières, bancaires et monétaires.

91En ce qui concerne la Bourse, MOLLIEN, partisan de la liberté des transactions, parvint à refréner les impulsions de BONAPARTE, tenté par la prohibition pure et simple des marchés de bourse à terme et à découvert : il démontra au Premier consul que ces opérations ne pouvaient pas être considérées comme illicites ou immorales, et que seuls les abus qui les accompagnaient parfois devaient être réprimés. En relation avec cette réorganisation de la Bourse, BONAPARTE procéda à un réaménagement de la Caisse d’amortissement (arrêté consulaire du 23 Messidor an IX). Celle-ci recevrait la dotation d’un capital de 70 millions sur le prix de vente des domaines nationaux, et elle deviendrait dépositaire du produit de la vente des coupes des bois communaux, ainsi que des consignations judiciaires. Elle remplirait trois fonctions différentes : celle de caisse de garantie pour les obligations des receveurs généraux, celle de caisse de dépôt pour les communes et pour les fonds en litige, et enfin celle de caisse d’amortissement pour le rachat de la dette perpétuelle. Invoquant la diversité des fonctions, les rédacteurs du projet de règlement proposèrent de confier la direction de la Caisse à un collège d’administrateurs ayant des pouvoirs égaux. BONAPARTE écarta vivement cette collégialité égalitaire, qui rappelait le Directoire, et d’après MOLLIEN il aurait déclaré : « Il faut sortir de cette ornière de républicanisme ; il faut que l’Administration agisse au lieu de délibérer […] La Caisse d’amortissement a besoin d’un chef […] Ce chef aura près de lui des administrateurs […], mais c’est lui qui doit les diriger. » C’est évidemment MOLLIEN qui fut désigné pour cette fonction de directeur général de la Caisse. Les administrateurs, au nombre de quatre, furent DECRETOT, DUFAUT, DUTREMBLAY (ancien conseiller maître à la Chambre des comptes en 1785, ancien commissaire de la Trésorerie nationale de 1791 à 1795), et LAVALETTE (ancien aide de camp de BONAPARTE à l’Armée d’Italie en 1796, et futur directeur général des Postes de l’Empire). Ce dernier fut bientôt remplacé par Théodore d’URTUBIE.

92En ce qui concerne la monnaie, MOLLIEN participa activement à la préparation des réformes monétaires de 1803 (Germinal an XI). Dans plusieurs rapports et notes remis à BONAPARTE (5 juillet 1802, 1er octobre 1802, 2 décembre 1802, 13 février 1803) il exposa ses opinions sur le fonctionnement des banques d’escompte et d’émission, dans le débat qui s’acheva par l’octroi à la Banque de France du privilège de l’émission de la monnaie fiduciaire pour quinze ans sur la place de Paris. Simultanément, il défendit avec GAUDIN l’idée d’une refonte des monnaies à l’occasion de la définition du nouveau système monétaire : la refonte provoquerait une déthésaurisation qui donnerait un coup de fouet à l’activité économique. Cette opinion avait été celle de CALONNE en 1785, et celui-ci, qui venait de revenir d’émigration, ne manqua pas de rappeler en Thermidor an X (août 1802) les bienfaits d’une telle opération.

93En ce qui concerne enfin la Banque de France, MOLLIEN ne cessa de critiquer la politique menée par le conseil de régence de celle-ci : ses membres, émanation de la haute banque parisienne, l’avaient transformée en dispensatrice de crédit à bon marché à leur profit. Les régents lui empruntaient, grâce à l’escompte préférentiel accordé aux actionnaires, des capitaux qu’ils faisaient fructifier à leur profit à un taux supérieur. Dans une lettre à BONAPARTE du 7 Ventôse an XII-27 février 1804 MOLLIEN dénonça avec lucidité les inconvénients de l’organisation adoptée en 1800-1803 : « La régence de la Banque de France n’a pas suffisamment amélioré son système d’escompte […] La Banque de France, au lieu de devenir un grand instrument de crédit public, reste le comptoir à peu près exclusif de quelques banquiers […] Qu’attendre de mieux d’une réunion de quinze chefs de maisons de commerce qui ne portent à la Banque [de France] que le souvenir de leurs affaires, qui n’y cherchent que des préférences d’escompte, et qui ne mesurent l’avenir de la Banque que par leur avenir personnel. » MOLLIEN concluait déjà en faveur d’un gouverneur unique.

94En 1805 MOLLIEN fut nommé conseiller d’État, dans la section des Finances, ce qui lui conféra la situation officielle de conseiller de l’empereur, et multiplia les occasions de travailler directement sous ses ordres. MOLLIEN éprouvait une vive admiration pour Napoléon, et NAPOLÉON la plus grande estime pour MOLLIEN.

AU MINISTERE DU TRESOR

95À l'issue du Conseil extraordinaire du 27 janvier 1806, qui réunissait BARBÉ-MARBOIS, GAUDIN, MOLLIEN et deux conseillers d’État de la Section des Finances, DEFERMON et CRETET, Napoléon démit séance tenante BARBÉ-MARBOIS de ses fonctions de ministre du Trésor, et, après avoir congédié le Conseil, il fit rappeler MOLLIEN pour lui dire qu’il le nommait à la place du ministre révoqué. S’il faut l’en croire, MOLLIEN n’aurait manifesté « ni empressement, ni reconnaissance », objectant que « non seulement il ne connaissait pas l’organisation du Trésor, mais qu’il ne concevait pas la division des finances en deux ministères. » À quoi Napoléon lui répondit sèchement qu’ » il n’était pas appelé à juger cette question », ajoutant : « J’ai d’ailleurs besoin d’une garantie dans l’administration des finances ; je ne la trouverais pas dans un seul ministère. » DIVIDE UT IMPERA. MOLLIEN, pour sa part, en jugeait autrement : « La condition du ministre du Trésor devait être d’avoir l’action sans la prévoyance [prévision], en laissant au ministre des Finances la prévoyance sans l’action. » En fait, en dépit d’une feinte modestie, MOLLIEN avait été bien préparé à ces nouvelles fonctions par les relations nouées avec les receveurs généraux, dont la Caisse d’amortissement gérait les cautionnements, et avec les milieux supérieurs de la finance, grâce à son beau-père, COLLART-DUTILLEUL, et au parrain de sa femme, DUFRESNE-SAINT-LÉON.

96L’œuvre accomplie par MOLLIEN comme ministre du Trésor entre 1806 et 1814 fut très importante et dépassa les limites imparties à son domaine ministériel. Quatre grandes réformes ou créations lui sont imputables, celle de la Banque de France, celle de la comptabilité publique, celle du Trésor et du Mouvement général des fonds, et enfin celle de la Cour des comptes.

La Banque de France.

97Les imprudences commises dans l’affaire des Négociants réunis imposaient une réorganisation. Le conseiller d’État CRETET, chargé par Napoléon de préparer un projet de réforme, partageait les idées de MOLLIEN : la loi du 22 avril 1806 plaça la Banque de France sous la tutelle de l’État, en plaçant à sa direction générale un gouverneur et deux sous-gouverneurs, tous nommés par l’empereur. Le gouverneur devait être propriétaire de cent actions de la Banque. Simultanément le privilège de l’émission des billets sur la place de Paris fut prorogé de vingt-cinq ans, de 1818 à 1843, et le capital de la Banque, doublé, fut porté à 90 millions par l’émission de 45 000 actions nouvelles. Le gouverneur seul avait la nomination aux emplois, la signature des traités et conventions, et la présidence du conseil général de la Banque. Le premier gouverneur fut CRETET, remplacé en 1807 par JAUBERT : à partir de là, il ne se fit plus rien à la Banque sans que MOLLIEN ne fût consulté ou informé.

98Cependant MOLLIEN ne tarda pas à s’écarter des vues de l’empereur, à propos de l’extension des opérations de la Banque. Dès juin 1808, Napoléon, sensible aux doléances qui lui étaient adressées lors de son passage dans les villes de province, imposa l’ouverture de deux comptoirs de la Banque en province, l’un à Rouen, l’autre à Lyon. Puis, lorsque le blocus continental en 1810 soumit le commerce français à de graves difficultés, Napoléon voulut apaiser le mécontentement des négociants de province en leur procurant des facilités de crédit : il voulait que la Banque de France distribuât du crédit commercial à bon marché dans toute la France, en multipliant ses comptoirs. D’Anvers l’empereur écrivit à MOLLIEN le 5 mai 1810 : « La Banque ne remplit pas son rôle, elle reste Banque de Paris, au lieu d’être Banque de France. » Le 15 mai il insistait : « Quel est le but de la Banque de France ? D’escompter les crédits de toutes les maisons de commerce de France à 4 % par an. » Napoléon promit aux Lillois qu’ils auraient un comptoir de la Banque de France, qui ouvrit ses portes en 1811. Or MOLLIEN était hostile à la multiplication des comptoirs en province. Ses réserves étaient fondées : la prolifération des comptoirs provinciaux risquait d’augmenter le volume des traites de mauvaise qualité, faute de pouvoir disposer en province d’un réseau de renseignements sur la clientèle, et la circulation fiduciaire, émise et gagée sur ce portefeuille commercial s’en trouverait augmentée et fragilisée. Cela entraînerait la défiance des porteurs de billets et l’augmentation des demandes de remboursement en numéraire. Invoquant toujours l’exemple de l’Angleterre, MOLLIEN faisait remarquer que la Banque d’Angleterre, en dépit de son nom, n’avait le monopole de l’émission fiduciaire que sur la place de Londres et d’un périmètre restreint autour de la capitale. Au-delà c’étaient des banques locales qui émettaient de la monnaie fiduciaire, sous leur seule responsabilité. MOLLIEN était donc favorable à la création de banques provinciales, indépendantes de la Banque de France, mais copiées sur son modèle. En bon connaisseur du système bancaire de son époque, MOLLIEN liait étroitement l’émission fiduciaire à l’escompte commercial. L’extension territoriale de l’escompte par la Banque de France accroîtrait dangereusement le risque d’invasion du mauvais papier commercial dans le circuit de l’escompte, et par conséquent le risque d’augmentation de la mauvaise monnaie. Il évoquait le spectre du Système de Law et celui des assignats. Les dirigeants de la Banque de France partageaient l’avis de MOLLIEN, mais ils durent s’incliner devant la volonté de l’empereur : les comptoirs de Rouen, Lyon et Lille furent maintenus.

99Dès la chute de l’Empire, la Commission nommée pour réviser les statuts de la Banque de France s’empressa de demander la suppression des comptoirs de province et elle obtint satisfaction. À partir de 1818, pendant la période où LAFFITTE (jusqu’en 1820) et GAUDIN (jusqu’en 1834) furent gouverneurs de la Banque de France, furent créées successivement plusieurs banques départementales, selon le vœu qu’avait formulé MOLLIEN. Mais la Banque de France finit par craindre une coalition de ces banques départementales qui, en s’unissant, pourraient devenir en fait la véritable Banque « de France ». C’est pourquoi, après la retraite de GAUDIN, la Banque de France commença à partir de 1835 à ouvrir de nouveaux comptoirs en province, là où il n’y avait pas de banque départementale. À la faveur de la crise économique de 1848, qui accula à la faillite toutes les banques départementales, la Banque de France obtint la suppression de celles-ci et l’extension de son privilège de l’émission fiduciaire à l’ensemble du territoire national. À cette occasion, WOLOWSKI, rapporteur du projet de loi qui conférait ce monopole à la Banque de France, rendit hommage à MOLLIEN, dont la prudence avait finalement rendu possible une extension à laquelle il s’était opposé : « C’est à la sage direction imprimée par MOLLIEN à l’escompte, qu’on peut reporter l’honneur du progrès qui s’est accompli […] Il est en réalité l’auteur involontaire d’une extension qui lui faisait peur. Il voulut mettre la solidité du grand établissement à l’abri de toute mauvaise manœuvre. »

La comptabilité publique.

100MOLLIEN fit prendre le décret du 4 janvier 1808 qui introduisit au Trésor la comptabilité en partie double, comme il l’avait déjà imposée à la Caisse d’amortissement. Simultanément il renforça le rôle des inspecteurs généraux du Trésor public, qui avaient été institués, sur la proposition de GAUDIN, par l’arrêté du 19 Fructidor an IX-6 septembre 1801, à la veille de la séparation du ministère des Finances et du ministère du Trésor, et qui étaient chargés de vérifier les caisses des receveurs généraux et des receveurs particuliers, et de s’assurer de la régularité de la gestion des comptables publics. Ce fut MOLLIEN qui introduisit une réglementation détaillée de la comptabilité publique, afin de rendre plus facile et plus efficace le nouveau système d’inspection : un arrêté du 19 décembre 1808 précisa le rôle des inspecteurs généraux.

101D’autre part MOLLIEN compléta cette remise en ordre de la comptabilité publique en introduisant l’usage d’un bilan général du Trésor, établi à l’issue de chaque trimestre, pour être remis à l’empereur. Il justifia cette pratique en la présentant comme un moyen d’obvier aux inconvénients résultant du chevauchement des exercices budgétaires : « Puisque je ne pouvais ni obtenir que les crédits dont les ministres pourraient disposer chaque mois sur le Trésor fussent réglés et déterminés au commencement de chaque année, ni empêcher que les budgets de quatre ou cinq années restassent simultanément ouverts, parce que le non-recouvrement de quelques produits, souvent irrécouvrables, servait de prétexte à l’ajournement de la liquidation complète de chaque exercice, il ne restait plus qu’une manière d’atténuer les inconvénients de nos budgets : c’était de reproduire plus souvent la comparaison des ressources et des besoins de chacun d’eux […] Il arrivait ainsi qu’après chacune de ces périodes [de trois mois], le bilan du Trésor rappelait que les anciens budgets, présentant constamment la même somme à recouvrer et la même somme à payer, n’avaient évidemment plus que des non-valeurs pour solder la dette exigible ; et si ces observations n’avaient pas tout l’effet désirable, elles n’étaient cependant pas inutiles : elles réveillaient l’attention de l’empereur sur les appoints qui restaient dus ; elles encourageaient les ministres à demander de nouveaux secours pour les solder. »

L’organisation du Trésor et du Mouvement général des fonds.

102L’expérience acquise avant la Révolution avait convaincu MOLLIEN qu’il était malsain que l’État dépendît de ses propres agents, les receveurs généraux, ou de banquiers particuliers, pour assurer le bon fonctionnement du Trésor public. Ces « faiseurs de service » avançaient les liquidités nécessaires pour pourvoir, en temps et lieu, aux paiements du Trésor, et ils faisaient payer fort cher ces « services ». Selon les propres explications de MOLLIEN, « une des singularités des budgets de la France était d’imposer au Trésor la condition de payer, en douze mois, plusieurs dizaines de millions au-delà de ce qu’il pouvait recouvrer dans cette période, d’après les termes réglés avec les grands percepteurs de l’impôt ». En effet, les percepteurs avaient dix-huit mois pour recouvrer l’impôt, et à cause de ce décalage dans le temps, « il fallait que le Trésor soutînt une espèce d’emprunt occulte et permanent d’environ 120 millions. C’était pour alimenter cet emprunt qu’il avait eu recours à des faiseurs de service, [lesquels] cherchaient, parmi les capitalistes de Paris, ceux que l’attrait d’un intérêt d’un ou quelquefois de deux pour cent par mois pouvait déterminer à échanger leurs fonds libres contre des obligations de receveurs généraux, payables quelquefois à plus d’un an de terme, dans les chefs-lieux des départements. » L’État était à la merci de ces exigeants parasites, et parfois de leurs éventuelles défaillances. L’affaire des Négociants réunis, qui valut justement à MOLLIEN d’être appelé au ministère du Trésor, ne put que le conforter dans la conviction qu’une réforme s’imposait.

103Il dut d’abord, en urgence, procéder à la liquidation de la malheureuse affaire des Négociants réunis : ceux-ci furent arrêtés, leurs biens saisis et l’État mit à leur charge une dette de 140 millions. MOLLIEN, puissamment secondé par BRICOGNE, premier commis au Trésor, « parvint, d’après le marquis d’AUDIFFRET, à réaliser avant 1814 toutes les créances applicables à l’extinction de ce litigieux passif. » Pour cela, MOLLIEN utilisa les services de l’exabbé LOUIS, qu’il venait de faire nommer administrateur du Trésor et qu’il envoya en Hollande négocier avec les banquiers HOPE et BARING le règlement de l’affaire des piastres de La Havane [voir la notice de LOUIS]

104Quant à l’avenir, le décret impérial du 16 juillet 1806, pris à l’initiative de MOLLIEN, réorganisa le Trésor : en plus des trois caisses héritées du Directoire (Caisse générale, Caisse des recettes, Caisse des dépenses), il institua une quatrième caisse, la Caisse de service, qui était destinée d’une part à remplacer le recours aux faiseurs de service, et d’autre part d’opérer, à moindres frais et plus rapidement, l’application locale des recettes aux dépenses, en dirigeant les excédents de recettes de certains départements dans les départements où les recettes étaient inférieures aux dépenses. L’ex-abbé LOUIS en fut nommé directeur. La Caisse de service devint l’instrument de régulation du mouvement général des fonds. La création de cette caisse fut assortie de l’institution d’un compte courant entre le Trésor et chaque receveur général des finances : à partir de 1808 ceux-ci reçurent un intérêt de 5 % sur les sommes reçues par eux en avance des contributions et reversées par eux à la Caisse de service. En revanche ils durent payer un intérêt identique sur les contributions encaissées, mais conservées par eux dans leur caisse sans être affectées à des dépenses publiques. De la sorte, leur avantage personnel se trouvait étroitement lié aux intérêts du Trésor, et désormais le Trésor put vivre en année normale sur ses propres ressources. Michel BRUGUIÈRE a vu dans cette « ingénieuse combinaison » une création « assez géniale pour qu’on puisse penser qu’intervenue plus tôt, elle eût évité la crise de trésorerie où s’était abîmée la monarchie bourbonienne. »

105MOLLIEN justifia sa réforme en ces termes : « Le service du Trésor devint facile partout, se trouva assuré sur tous les lieux, dans toutes les parties, et par l’effet d’une combinaison assurément bien simple : elle se bornait principalement à faire que l’intérêt des comptables qui avaient le dépôt de toutes les ressources publiques, fût d’accord avec celui du service public, au lieu d’être en opposition avec lui ; qu’ils eussent autant de motifs pour livrer promptement au Trésor tous leurs recouvrements, qu’ils en avaient, dans leur condition précédente, pour les dissimuler et les retenir ; et qu’ils n’eussent plus de meilleur emploi du crédit personnel et de la confiance locale qu’ils pourraient obtenir, que d’en faire profiter, sous la direction du ministère, le service public dont ils étaient les agents. »

106Enfin la Caisse de service était destinée à jouer le rôle de banque du Trésor. Elle émit des « bons de service », qui commencèrent à familiariser les capitalistes avec l’emprunt amortissable à court terme. Ainsi apparut, dès 1806, entre les mains expertes de MOLLIEN et de LOUIS, le recours à la « dette flottante », dont les titres ne devaient être légalisés par VILLÈLE qu’en 1824 sous la dénomination de « bons royaux », appelés par la suite « bons du Trésor » [voir la notice de VILLÈLE].

La Cour des comptes.

107Le 16 septembre 1807 fut créée, à l’instigation de MOLLIEN, une Cour des comptes, qui rétablit une magistrature comptable, dont l’absence depuis 1791 n’avait pas été palliée par l’inefficace Bureau de la comptabilité nationale, et il en fit donner la première présidence à BARBÉ-MARBOIS. Le rôle de cette Cour était, dans sa conception originelle, restreint : elle était investie d’un pouvoir juridictionnel, destiné contrôler les comptes des agents comptables et éventuellement condamner ceux qui se seraient rendus coupables de malversations. Il ne s’agissait nullement de contrôler l’action du gouvernement, en vérifiant que les deniers publics avaient bien été employés conformément à la loi de finances.

108Indépendamment de ces innovations techniques et institutionnelles, MOLLIEN joua un rôle politique important, en continuant d’intervenir à la Bourse pour soutenir le cours de la rente et en conseillant utilement, à partir de la crise de 1810, les interventions économiques au secours des industries métallurgique et textile en difficulté. Bien qu’il s’en fût défendu par la suite dans ses Mémoires, MOLLIEN, le libre-échangiste partisan de VERGENNES lors de la conclusion du traité de commerce de 1786, se laissa séduire à partir de 1810 par les immenses perspectives d’un marché européen réservé à la France par le Blocus continental. Dans une lettre du 16 octobre 1811 à Napoléon le ministre du Trésor décrivit les avantages de cette politique économique pour le monde des affaires. Il était persuadé que l’Angleterre, qui vivait depuis 1797 sous le régime du cours forcé de la monnaie de papier, courait à la catastrophe financière : pour accélérer le processus, MOLLIEN fit imprimer de faux billets de la Banque d’Angleterre. En dépit de sa connaissance de l’anglais et de l’Angleterre, il commit une erreur d’appréciation. Depuis sa création en 1694 la Banque d’Angleterre avait réussi à relier organiquement les intérêts de la Couronne (l’État) et ceux du commerce capitaliste, par la médiation du Parlement. Grâce à cette liaison et cette garantie, le gouvernement pouvait émettre des « exchequer bills », bons du Trésor remboursables à court terme, et recourir au cours forcé des billets de la Banque, moyennant quoi par une inflation de crédit contrôlée et garantie l’économie anglaise put tenir, du moins jusqu’en 1813, où les victoires de WELLINGTON en Espagne et les défaites de Napoléon en Russie et en Allemagne rouvrirent le marché européen aux marchandises anglaises.

109Malgré l’existence d’une abondante correspondance échangée entre Napoléon et MOLLIEN, qui a été publiée mais peu exploitée, et surtout à cause des incendies de la Commune qui ont détruit les archives, l’action de MOLLIEN reste encore mal connue en ce qui concerne les rapports complexes qui existèrent entre le Trésor et les différentes caisses où Napoléon faisait verser les produits extraordinaires de la guerre et les contributions des pays vaincus ou vassaux. Ainsi, la Trésorerie aux armées était gérée par un corps de payeurs, qui ne dépendaient ni du ministre de la Guerre, ni du ministre de l’administration de la Guerre, mais d’un payeur général de la guerre (JEHANNOT), directement placé sous les ordres du ministre du Trésor. Or, quand Napoléon entreprit en octobre 1805 d’organiser la Trésorerie aux armées, lors de la reprise de la guerre continentale, il décida que ce serait celle-ci, et non le Trésor public, qui recevrait les subsides imposés aux vaincus et le produit des confiscations opérées dans les pays vaincus. La mesure fut appliquée à l’Autriche en 1805, à la Prusse en 1806, à l’Espagne en 1808 et de nouveau à l’Autriche en 1809. Le sénatus-consulte du 30 janvier 1810 créa une Intendance du Domaine extraordinaire pour gérer cette énorme masse de biens : elle fut confiée à un intendant général, le ministre d’État DEFERMON, et à un trésorier, LA BOUILLERIE, précédemment payeur général de la Grande Armée [voir la notice de celui-ci]. C’était consacrer officiellement la dualité des Finances impériales, dans lesquelles la guerre devait être financée par le produit (extraordinaire) de la guerre, et non par les ressources (ordinaires) de l’État. L’équilibre comptable, assuré en apparence par la gestion de MOLLIEN, n’aurait probablement pas résisté longtemps à ce malsain désordre institutionnel, que l’empereur entretenait pour mieux exercer son pouvoir despotique et financer ses entreprises belliqueuses.

110La machine s’enraya à partir de l’été 1813. Alors que les dépenses augmentaient fortement, le désastre de Vitoria en Espagne (21 juin 1813) provoqua le reflux des armées françaises vers Bayonne, dès le mois de juillet, ce qui enleva au ministre du Trésor tout espoir de compenser par les ressources des départements méridionaux les ressources menacées des départements septentrionaux le long du Rhin. Pour assurer le service des derniers mois de 1813, MOLLIEN sollicita de l’empereur en août un secours de 15 à 20 millions à prendre sur le Domaine extraordinaire. Napoléon, qui pendant l’été espérait encore rétablir la situation, les refusa, mais après le désastre de Leipzig en octobre, le ministre du Trésor, poursuivi par les exigences des fournisseurs qui exigeaient d’être payés en argent comptant, lança le 8 novembre 1813 ce cri de détresse, où perçait déjà le sous-entendu de la déchéance : « Cet état de choses ne pourrait se prolonger sans renouveler des désordres qui ne peuvent être connus sous le règne de Votre Majesté, car c’est par lui qu’ils ont cessé. » Dès le 11 novembre Napoléon accorda, sur le Domaine extraordinaire, les millions réclamés en août, tout en précisant que les fonds seraient retirés des Tuileries avec ostentation, de façon à faire croire que les réserves étaient bien supérieures à ce qu’elles étaient en réalité.

111MOLLIEN resta fidèle Napoléon jusqu’à la fin. Comme GAUDIN, il accompagna l’impératrice Marie-Louise à Blois en 1814, laissant la garde du Trésor à Paris au baron LOUIS, et il rentra dans la vie privée après l’abdication de l’empereur. Cependant il se rallia à la Restauration de manière plus enthousiaste que GAUDIN. Dès le 11 avril 1814 il écrivit à TALLEYRAND : « J’y vois enfin le véritable terme des évolutions et conséquemment le plus grand bienfait que puissent recevoir la France et le monde. » Pourtant, résigné et sans illusion, mais par fidélité, il accepta de reprendre son ministère pendant les Cent Jours et il le perdit de nouveau lors de la seconde Restauration. Napoléon l’avait élevé à l’éphémère pairie instituée par les Actes additionnels. Il fut contraint pendant les Cent Jours d’exécuter les ordres de l’empereur, relatifs aux 3 600 000 F de rente appartenant à la Caisse d’amortissement, et que l’empereur fit négocier le 16 mai 1815 par OUVRARD pour alimenter le Trésor en argent liquide [voir la notice de LOUIS].

APRES LE MINISTERE DU TRESOR

112Après les Cent Jours MOLLIEN fut, comme GAUDIN, en butte à la vindicte des ultraroyalistes de la Chambre introuvable élue à l’été 1815 : le 13 mars 1816 le député BLOSSEVILLE l’engloba dans l’accusation portée contre GAUDIN [voir la notice de GAUDIN] à propos de la négociation des 3 600 000 F de rente négociés le 16 mai 1815. Les deux ministres furent lavés de tout soupçon par la Commission parlementaire désignée pour examiner cette affaire [voir la notice du baron LOUIS, deuxième ministère]. Puis des polémiques s’engagèrent à propos de la gestion de MOLLIEN au ministère du Trésor : c’est pourquoi, comme GAUDIN, il commença à rédiger ses Mémoires, qui devaient être un plaidoyer en défense mais qui ne furent publiées qu’une vingtaine d’années plus tard en 1837. Cependant dès 1818 il publia des « Éclaircissements sur les lois, les budgets et les comptes de finances, depuis la Restauration, en réponse à une brochure récemment publiée sur le même sujet », écrit qui était déjà une réponse aux critiques formulées de manière anonyme.

113En décembre 1818 le duc de RICHELIEU lui offrit le ministère des Finances, de même DECAZES en novembre 1819, de même encore TALLEYRAND en 1821, mais il déclina toutes ces offres. En revanche il accepta la pairie, conférée le 5 mars 1819 et qu’il conserva sous la monarchie de Juillet : au Palais du Luxembourg, il retrouva son prédécesseur, BARBÉ-MARBOIS. Il se consacra aux affaires de finances, présidant longtemps la commission des finances de la Chambre haute, où il intervint avec autorité comme rapporteur ou comme auteur d’amendements, à propos du budget, de la dette, de la rente, de la monnaie ou de la Banque de France. De même il présida longtemps la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations, mais en 1836 à soixante-dix-huit ans il démissionna de cette fonction, estimant ne pouvoir la conserver en raison de l’altération de sa vue. Probablement pour la même raison il cessa à la même époque de jouer un rôle à la Chambre des pairs. Longtemps conseiller général de la Seine-et-Oise, département où il possédait des domaines ruraux et où sa femme possédait leur résidence d’agrément à la campagne, il céda en 1830 aux sollicitations de son entourage, acceptant de devenir conseiller général de la Seine, ce qui le contraignit à renoncer à la Seine-et-Oise.

114Nonagénaire lors de la Révolution de 1848, MOLLIEN vit l’ascension du prince-président, neveu de Napoléon et fils de la reine Hortense : MOLLIEN avait été ministre du premier, et sa femme avait été dame d’honneur de la seconde. Quelques jours avant de mourir, il reçut chez lui, dans son hôtel du quai d’Orsay, la visite du prince-président, venu saluer « le dernier ministre survivant de l’époque impériale », ainsi que l’annonça la presse. Devenu l’empereur Napoléon III, celui-ci donna en 1856 le nom de MOLLIEN à l’un des nouveaux pavillons construits au Louvre, les autres étant dédiés à SULLY, à COLBERT et à TURGOT.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

  • Aperçu et résultats de la doctrine française et de la doctrine anglaise, en finance, 1800, publié sans nom d’auteur [BN 8-LB43-463]. Publié également sous la même forme et sans nom d’auteur dans les Mémoires d’économie publique, de morale et de politique de ROEDERER, t. 1, N° 5, p. 314-322, 1799-1800 [BN, R-21111].
  • Observations du comte MOLLIEN sur l’opération relative aux rentes de la Caisse d’amortissement [19 mars 1816].
  • Éclaircissements sur les lois, les budgets et les comptes de finances, depuis la Restauration, en réponse à une brochure récemment publiée sur le même sujet, 1818.
  • Mémoires d’un ancien ministre du Trésor public, de 1800 à 1814, 4 vol., 1837. Réédités en 1845, 4 vol., sous le titre Mémoires d’un ministre du Trésor public, 1780-1815. Réédités en 1898, 3 vol., sous le titre Comte MOLLIEN, Mémoires d’un ministre du Trésor public, 1780-1815, avec une notice de Charles GOMEL.
  • La BN conserve un grand nombre de rapports, opinions, amendements de MOLLIEN à la Chambre des pairs, de 1819 à 1837, publiés dans les Impressions diverses de la Chambre des pairs.

BIBLIOGRAPHIE

115MICHAUD (non mentionné)

116HOEFER, XXXV 910-917

117COUGNY, IV 389-390

–––—

118ARNNA (Jacques) et GILLE (Bertrand), Napoléon 1er. Lettres au comte MOLLIEN, ministre du Trésor public, 1959.

119BRUGUIÈRE (Michel), Dictionnaire Napoléon, sous la direction de Jean TULARD, 1987, article Mollien et article Finances publiques.

120CLÉMENT (Pierre), Le comte Mollien 1758-1850, in Portraits historiques 1855, p. 446-494.

121GRANDJEAN (Serge), Deux figures du XIXe siècle impérial et royal : Le ministre Mollien et sa femme, Revue de l’Institut Napoléon, 1957, p. 107-112 et 121-131.

122VAUDOUR (Bernard), Notes sur Nicolas-François Mollien 1758-1850, Ministre du Trésor du Premier Empire, Revue des sociétés savantes de Haute Normandie, 1959, N° 15, p. 53-67.

123VAUDOUR (Bernard), Un Rouennais ministre du Trésor impérial, Le comte Mollien 1758-1850, 1965.

124ZYLBERBERG (Michel), Une si douce domination, Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808, 1993.

ARCHIVES

Archives nationales.

125AF IV 371, Rapport de MOLLIEN sur la Caisse LAFARGE, 18 janvier 1809.

126AF IV 1070, dossier 1, N° 51-54, Notes de MOLLIEN sur les banques, Frimaire an XI. N° 65-67, Rapport de MOLLIEN sur le projet SENOVERT (Projet de Banque Générale), Floréal an X.

127AF IV 1071, dossier 4, N° 82-83, Rapport de MOLLIEN sur la situation de la Banque de France après l’abaissemeent du taux de l’intérêt (1806) dossier 8, N° 1-32, Rapports de MOLLIEN, sur la Bourse, les changes, l’escompte, la Banque de France (1810) dossier 9, Rapports de MOLLIEN sur la situation de la Banque de France (1811)

128AF IV 1083, Rapports de MOLLIEN, ministre du Trésor, 1807-1814.

129AF IV 1084, Rapports du ministre du Trésor sur le service des armées, an IX-1808.

130AF IV 1085, Rapports du ministre du Trésor sur le service des armées, 1808-1813.

131AF IV 1086, Rapports du ministre du Trésor sur la dette publique, an X-1814.

132AF IV 1087, Correspondance générale du ministre du Trésor adressée au Premier consul, puis à l’empereur, an X- 1809.

133AF IV 1088-1089, Comptes rendus journaliers adressés par MOLLIEN à Napoléon, sur les cours de la Bourse, les mouvements du change à Paris et à l’étranger, sur la situation du Trésor, 1810-1814.

134AF IV 1359-1367, Rapports sur la Caisse d’amortissement, présentés par MOLLIEN, puis par BÉRENGER.

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris.

135LI-1187, 21 septembre 1786, Contrat de mariage MOLLIEN/MIGNOTTE

136LXVII-876, 1er Fructidor an X, Contrat de mariage MOLLIEN/COLLARTDUTILLEUL

137VI-913, 23 Floréal an XI, Partage, consorts AUTRAN et MIGNOTTE

138LXIV-614, 3 janvier 1824, Contrat de mariage COLLART-DUTILLEUL/ACKERMANN

139CXVI-708, 8 juillet 1831, Contrat de mariage DU LOCLE/COLLARTDUTILLEUL

140II-936, 23 mai 1833, Contrat de mariage PETIT de BANTEL/BEAUCOUSIN

141XX-949, 1er juin 1835, Contrat de mariage GORLIER/MOLLIEN

142LXIV-737, 20 décembre 1845, Dépôt des testaments de la veuve BOÏELDIEU

143LXIV-738, 14 janvier 1846, Inventaire après le décès de la veuve BOÏELDIEU

144LXIV-758, 27 avril 1850, Dépôt du testament du comte MOLLIEN

145LXXXIV-1241, 22 février et 18 mars 1878, Dépôt des testaments de la comtesse MOLLIEN

146LXXXIV-1242, 12 avril 1878, Inventaire après le décès de la comtesse MOLLIEN.

Archives de Paris.

147DQ 7 3491, 18 juin 1846, Déclaration de la succession d’Hortense-Chantal MOLLIEN, veuve BOÏELDIEU

148DQ 7 3905, 21 septembre 1850, Déclaration de la succession du comte MOLLIEN

149DQ 7 11799, 21 octobre 1878, Déclaration de la succession de la comtesse MOLLIEN

150DQ 7 11800, 16 novembre 1878, idem, déclaration complémentaire

151V 10 E 9, 9 Fructidor an X, Mariage MOLLIEN/COLLART-DUTILLEUL État civil parisien reconstitué, passim.

Archives du ministère des Relations extérieures.

152CP Espagne 679, Lettres de MOLLIEN à Napoléon et au comte CABARRUS, ministre des Finances du royaume d’Espagne, 1809.

Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits.

153Naf 14895, Journal de MOLLIEN, 1781-1798, 4 feuillets : cette mention du catalogue peut induire en erreur en laissant croire qu’il s’agit du ministre de Napoléon. En réalité il s’agit d’Antoine MOLLIEN (1754-an VIII), de Calais, qui était peut-être apparenté au ministre.

Archives départementales de l’Essonne.

1543 Q 15/13, 18 novembre 1878, Déclaration de la succession de la comtesse MOLLIEN.

Archives départementales de la Seine-Maritime.

1552 C/1754, f° 13 r°, 23 décembre 1758, et f° 27 v°, 3 janvier 1759,

156Partage de la succession de Nicolas COTELLE

1572 C/2097, f° 31, 23 décembre 1758, idem.

1582 E 6/80, 1er juin 1737, Contrat de mariage MOLLIEN/DROUET

1592 E 6/116, 20 janvier 1757, Contrat de mariage MOLLIEN/COTELLE

1602 E 12/138, 19 avril 1788, Contrat de mariage YVE/MOLLIEN

1612 E 12/151, 17 Frimaire-4 Nivôse an III, Inventaire après le décès de Jacques-Robert MOLLIEN

1622 E 8/100, 25 Germinal an III, Contrat de mariage BOÏELDIEU/MOLLIEN

1632 E 12/175, 2 Fructidor an XIII, Contrat de mariage DUFAIY/MOLLIEN

1642 E 13/228, 6 janvier 1845, Inventaire après le décès de Rose-Honorine MOLLIEN, veuve DUFAIY

1653 Q 38/36, 9 Nivôse an III, Déclaration de la succession de Jacques-Robert MOLLIEN

166Registres paroissiaux de Saint-Maclou et de Saint-Vivien, de Rouen, passim.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search