Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (I)

 | 
Guy Antonetti

Barbé-Marbois (François)

Texte intégral

1Né à Metz (Moselle) le 31 janvier 1745
Décédé à Paris (Ier arrondissement ancien) le 12 janvier 1837
Fils de François-Étienne BARBÉ (v. 1712-1783) et d’Anne MARY (1717-1799)
Ministre du Trésor du 27 septembre 1801 au 27 janvier 1806
Ministre de la Justice du 27 septembre 1815 au 10 mai 1816

2© Lithographie par Delpech, BN, N2D, 082 449.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

3Famille originaire de Borny, proche de Metz, installée au XVIe siècle à Metz où elle s’est élevée au rang de la bonne bourgeoisie.

41. [bisaïeul] Charles BARBÉ, né à Metz (B. le 12 mars 1648, paroisse Saint-Eucaire), décédé à Metz et inhumé à Borny (S. 3 novembre 1707), amodiateur de la seigneurie de Norroy. Marié en premières noces à Ève DELACOUR, née vers 1655, décédée à Metz (S. 31 octobre 1714, paroisse Saint-Étienne -le-Dépenné), d’où :

52. [aïeul] Jean BARBÉ, bourgeois de Metz, un des quartiers-jurés de METZ de 1707 à 1727, décédé à Metz (S. 12 mai 1740, paroisse Saint-Livier). Marié en premières noces, le 22 février 1707, paroisse Saint-Livier, à Marie-Marguerite COLLIN, née en 1683, décédée à Metz (S. 10 août 1714, paroisse Sainte-Croix), fille de Christophe COLLIN, greffier à Thiaucourt, et de Marie GUILLAUME, d’où :

63. [père] François-Étienne BARBÉ, né vers 1712, décédé à Metz (S. 24 juin 1783, paroisse Saint-Simplice), bourgeois de Metz, négociant d’épicerie en gros, puis greffier en chef de l’Hôtel de la Monnaie, juge consulaire, et enfin trésorier particulier de la Monnaie de Metz. Marié à Metz le 4 octobre 1740, paroisse Saint-Simplice, à Anne MARY, d’où quatorze enfants, dont neuf décédés jeunes sans alliance et les cinq suivants, tous baptisés en la paroisse Sainte-Croix de Metz :

  1. [sœur] Marie-Anne BARBÉ (B. 30 septembre 1742), décédée le 10 janvier 1812. Mariée à Metz le 26 septembre 1769, paroisse Saint-Simplice, à François-Christophe KELLERMANN, né à Strasbourg le 28 mai 1735, décédé à Paris le 13 septembre 1820 (fils de Jean-Christophe KELLERMANN, premier échevin de Strasbourg, directeur de la Gabelle de cette ville, et de Marie DURR), maréchal de France (19 mars 1804), duc de VALMY (5 mai 1808), duc-pair héréditaire (20 décembre 1817), d’où :
    - [neveu] François-Étienne KELLERMANN, né à Metz le 4 août 1770, décédé à Paris le 2 juin 1835, général (1797), comte puis duc de VALMY à la mort de son père. Marié à Milan en 1800 à la fille d’un banquier de Bologne, divorcée du comte ALDOVRANDI-MARISCOTTI.
    - [nièce] Marguerite-Cécile KELLERMANN, née à Metz le 15 mars 1773, décédée le 12 août 1850. Mariée le 7 juin 1801 à Jean-Joseph d’ESTIENNE de CHAUSSEGROS de LÉRY, né à Québec le 11 septembre 1754, général (1799), baron de l’Empire (1811), vicomte (1818), décédé le 5 septembre 1824.
  2. [sujet de cette notice] François BARBÉ.
  3. [frère] Claude-Nicolas-François BARBÉ (B. 24 juin 1749) : il s’installa à l’Île de France [Île Maurice] en 1773, où il fit une belle fortune négrière. Nommé juge à la cour d’appel en 1800, il en devint président après la conquête de l’île par les Anglais (1810). Décédé à Port-Louis, capitale de l’île, le 3 février 1830. Marié trois fois, mais la fille qu’il eut de son premier mariage mourut sans postérité.
  4. [sœur] Marguerite BARBÉ (B. 13 septembre 1751), décédée le 17 septembre 1836, mariée à Metz le 16 avril 1776, paroisse Saint-Simplice, à Jean-Louis SAUVAGE, procureur à la cour souveraine de Nancy, puis au parlement de Metz, fils de Jean-Jacques SAUVAGE, avocat au parlement de Metz, greffier des traites et Fermes du roi, et de Marguerite LE PAYEN. Jean-Louis SAUVAGE [beau-frère] fut administrateur de la Loterie sous l’Empire. Il mourut le 1er janvier 1832.
  5. [frère] Pierre-François BARBÉ (B. 1er août 1754). D’abord négociant à Metz, il rejoignit son frère aîné Claude-Nicolas-François BARBÉ à l’Île de France en 1775, puis il gagna les États-Unis d’Amérique, où son autre frère aîné François BARBÉ l’avait fait nommer vice-consul de France à New-Port (Rhode Island). Révoqué le 19 décembre 1792. Suicidé à Paris le 7 décembre 1805.

FAMILLE MATERNELLE

7Ancienne et notable famille messine enrichie dans le commerce, ayant accédé à la bourgeoisie et se mariant au xviiie siècle dans le milieu des avocats, procureurs et juges consuls locaux. La famille avait son caveau dans l’allée centrale de l’église Saint-Simplice, sa paroisse.

8I. [bisaïeul] Dominique MARY, marchand bourgeois de Metz, né vers 1648, décédé le 23 octobre 1718, inhumé dans l’église Saint-Simplice. Marié à Metz le 3 février 1679, paroisse Saint-Simplice, à Marie CAPCHON, née vers 1656, décédée le 13 janvier 1731, inhumée dans l’allée centrale de l’église Saint-Simplice. L’aîné de leurs seize enfants fut Jacques MARY, qui suit en 2.

92. [aïeul] Jacques MARY, né le 9 mars 1680 (B. paroisse Saint-Simplice), décédé le 25 mai 1746 (S. paroisse Saint-Simplice), marié le 6 mars 1706, paroisse Saint-Simplice, à Marie VAUDOIS, née vers 1684, fille de François VAUDOIS et de Marie JACQUES. Parmi les neveux et nièces de Marie VAUDOIS figurait Marie-Anne VAUDOIS, qui épousa le 29 décembre 1739 Jacques-Augustin LADOUCETTE, chirurgien juré à Metz, anobli par Louis XV en récompense des soins qu’il lui avait donnés pendant sa maladie à Metz en 1744 : le ministre BARBÉ-MARBOIS, sujet de cette notice, était donc le neveu à la mode de Bretagne de LADOUCETTE. Jacques MARY et Marie VAUDOIS eurent dix enfants, parmi lesquels :

  1. [oncle] Dominique MARY, né le 17 janvier 1709, décédé le 22 mai 1772, marchand à Metz, marié à Madeleine CROISILLE, fille de Jean CROISILLE, négociant, juge consul à Metz.
  2. [tante] Marie-Anne MARY, née le 26 avril 1711, décédée le 6 février 1792, mariée le 26 septembre 1730, paroisse Saint-Simplice, à Joseph LALANCE, marchand.
  3. [tante] Marie MARY, née le 30 octobre 1712, décédée le 16 septembre 1774, mariée le 19 février 1737, paroisse Saint-Simplice, à Jean-Louis BERNARD, marchand, fils de Charles BERNARD, architecte à Metz.
  4. [mère] Anne MARY, née le 18 août 1717, décédée à Metz le 6 octobre 1799.
  5. [tante] Agathe-Jacqueline MARY, née le 4 août 1718, mariée, 1° le 30 janvier 1742, paroisse Saint-Simplice, à Pierre COLCHEN, de Sarreguemines, avocat (oncle de Jean-Victor COLCHEN, préfet de la Moselle sous le Consulat, sénateur et comte de l’Empire), et 2° le 4 juillet 1747 à Marly (Moselle) à Claude-François-Nicolas NIVOY, fils de Dominique NIVOY, doyen des procureurs au parlement de Metz.
  6. [oncle] François MARY, marchand, échevin de Metz, juge consul, né le 23 août 1723, décédé le 7 novembre 1760, marié à Thérèse WILLAUME.

MARIAGE

10François BARBÉ, dit de MARBOIS (sur cette adjonction voir infra II), épousa à Philadelphie en Pennsylvanie, le 17 juin 1784, Élisabeth MOORE, née le 17 juin 1764, fille de William MOORE, riche négociant et ancien président du Conseil exécutif de Pennsylvanie, et de Sarah PLAY. Le mariage catholique fut célébré dans la chapelle de la légation de France, la cérémonie protestante à la maison des MOORE. Agent diplomatique du roi de France, BARBÉ de MARBOIS avait dû solliciter l’autorisation du secrétaire d’État des Affaires étrangères, VERGENNES, qui l’avait accordée. Le contrat de mariage fut enregistré à la chancellerie du consulat de France à Philadelphie. Élisabeth MOORE perdit la raison à la suite des frayeurs causées par les menaces et les tribulations dont son mari fut victime pendant la Révolution. Après la fin du cauchemar révolutionnaire, elle ne retrouva jamais la raison. Indéfectiblement fidèle, son mari l’entoura de soins attentifs pendant plus de trente ans. Elle décéda au château de Noyers, près de Gisors (Eure) le 25 juillet 1834. Protestante, elle ne pouvait être inhumée dans le cimetière catholique du lieu : son mari la fit inhumer à l’extérieur du cimetière, le long du mur, puis il fit aménager sa propre sépulture de l’autre côté du mur, à l’intérieur du cimetière, et enfin il fit abattre le mur entre les deux sépultures. Il érigea entre les deux sépultures devenues contiguës un obélisque, portant l’inscription « Uxor carissima » du côté de la femme, et une pensée de Sénèque « Vita brevis si bene agendo vixit, longa nimium si vixit inutilis » du côté du mari. De cette union étaient nées deux filles :

11Marie-Anne-Sophie BARBÉ de MARBOIS, née à Philadelphie le 2 avril 1785, décédée à Athènes (Grèce) le 14 mai 1854, mariée le 29 novembre 1802 à Anne-Charles LEBRUN, né le 28 décembre 1775, décédé à Paris le 21 janvier 1859, fils du troisième consul LEBRUN, devenu architrésorier de l’Empire à la proclamation de celui-ci, et duc de PLAISANCE en 1806. Le contrat de mariage fut honoré de la signature du général BONAPARTE, Premier consul, et de sa femme (qui a signé « Lapagerie-Bonaparte »), du second consul CAMBACÉRÈS, de « Madame Louis BONAPARTE » (qui a signé « Beauharnais-Bonaparte »), et de celles du troisième consul LEBRUN et du général KELLERMANN, plus celle du ministre plénipotentiaire des États-Unis à Paris, LIVINGSTONE. Anne-Charles LEBRUN, général de l’Empire, devint le deuxième duc de PLAISANCE à la mort de son père en 1824. Séparé de sa femme, en raison des excentricités et de l’inconduite de celle-ci, il resta pourtant fidèlement attaché à son beau-père. Marie-Anne-Sophie BARBÉ de MARBOIS avait probablement hérité de sa mère un grave déséquilibre nerveux. Passionnée jusqu’à l’exaltation, napoléoniste ardente après 1814-1815, elle s’enflamma pour la cause philhellène dans les années 1820, et elle finit par abandonner son mari pour aller vivre en Italie avec le prince de BELGIOJOSO, puis elle s’installa à Athènes avec la fille unique qu’elle avait eue de son mari, Élisa LEBRUN de PLAISANCE, et qui y mourut célibataire en 1853, peu avant sa mère.

12Élisabeth-Laure-Étienne BARBÉ de MARBOIS, née à Port-au-Prince (Saint-Domingue) le 29 septembre 1787, décédée à Buchy (Moselle) le 2 novembre 1791.

II. LE PERSONNAGE

L’éducation.

13Élève des Jésuites à Metz, il ne fut envoyé à Paris qu’à vingt ans passés pour y faire son droit. Étant l’aîné des garçons, ses parents devaient songer pour lui à un office de judicature ou de finance, ou à la robe d’avocat. Inscrit à la Faculté des droits de Paris à la rentrée de 1765, il y obtint le baccalauréat en droit le 9 décembre 1768 et la licence le 5 mai 1769. Afin de pouvoir se pousser dans le monde, il adjoignit alors à son patronyme plébéien un « de MARBOIS » bien sonnant, tout comme à la même époque RAMEL devint RAMEL de NOGARET, et GAUDIN, GAUDIN de VALDANCOURT. Tout en poursuivant ses études à la Faculté de droit il entra alors au service du marquis de CASTRIES (futur maréchal de France en 1783), comme précepteur de son fils Armand-Charles-Augustin de CASTRIES (1756-1842), qui serait député de la noblesse aux États Généraux de 1789, émigré, lieutenant général et pair de France sous la Restauration.

La religion.

14Catholique.

Le portrait.

15Le Musée de Metz possède un portrait par FRANQUE. Le département des estampes de la BN, N 2, conserve deux lithographies, l’une de DELPECH, l’autre de FREMY.

Les domiciles et résidences.

16À la fin de ses études de droit, le jeune BARBÉ de MARBOIS demeurait à l’hôtel de CASTRIES, chez le marquis de CASTRIES, rue de Varennes N° 72. Devenu diplomate, il vécut hors de France de 1769 à 1789, en Allemagne, aux États-Unis, puis à Saint-Domingue. De retour en France en 1789, il s’installa dans sa propriété de Buchy près de Metz et, après sa brève mission diplomatique à Vienne au début de 1792, il quitta sa propriété de Buchy pour sa maison de la rue Coetlosquet à Metz. Depuis 1790 son nom était devenu BARBÉ-MARBOIS. Lorsqu’il fut élu au Conseil des Anciens en octobre 1795, il fixa son domicile à Paris : l’Almanach national de l’an IV donne pour adresse « rue du Mail [rue de Cléry de nos jours] 369 », et l’Almanach national de l’an V « rue Ménars 369 », ce qui laisse soupçonner une erreur ou une confusion. Condamné à la déportation en 1797, il partit pour la Guyane où il vécut deux ans à Sinnamary, à une centaine de kilomètres à l’ouest de Cayenne, avant d’être transféré à Cayenne dans une demi-liberté à la fin de 1799. De retour en France en 1800, il s’établit au N° 332 de la rue Basse du Rempart [de nos jours le côté Nord du boulevard de la Madeleine et du boulevard des Capucines], puis devenu ministre du Trésor en 1801 il s’installa dans l’hôtel du ministère (l’hôtel TUBEUF, qui avait été l’hôtel de la Compagnie des Indes, à l’angle de la rue des Petits-Champs et de la rue Vivienne, de nos jours englobé dans les bâtiments de la Bibliothèque nationale), et il y demeura jusqu’en 1806. Après sa courte disgrâce, quand Napoléon rappela BARBÉ-MARBOIS à Paris en 1807 pour devenir premier président de la Cour des comptes, il loua l’hôtel de BAUFFREMONT, 87 rue de Grenelle, qui avait été acquis en 1798 par LANCHÈRE, le maître de poste de Paris [voir la notice de GAUDIN]. De là il partit, entre 1813 et 1817, pour s’installer au N° 1 de la rue Basse du Rempart, à l’angle de la place de la Madeleine, dans une maison qui appartenait à LEBRUN, duc de PLAISANCE, le beau-père de sa fille, et où il demeura jusqu’à sa mort. D’autre part, depuis son achat en 1804, le château de Noyers, entre Gisors et Les Andelys, fut sa résidence de villégiature, et en 1806-1807 sa retraite de ministre révoqué.

Les distinctions honorifiques.

17Membre de la Légion d’honneur (9 Vendémiaire an XII-2 octobre 1803), grand-officier (25 Prairial an XII-14 juin 1804), grand-aigle (13 Pluviôse an XIII-2 février 1805).

18Grand-croix de l’Ordre de Saint-Hubert de Bavière (1805).

19Sénateur de l’Empire (5 avril 1813), créé comte de l’Empire par L. P. du 28 avril 1813 : BARBÉ-MARBOIS redevint alors BARBÉ de MARBOIS. Nommé pair de France par Louis XVIII (4 juin 1814), créé marquis par L. P. du 9 décembre 1817, élevé dans la pairie du titre de comte à celui de marquis (2 mai 1818).

20Armes (des BARBÉ à Metz au xviiie siècle) : « De… à la croix de gueules, cantonnée au 1 et au 4 d’un lion de…, au 2 et au 3 d’une dextrochère tenant une corne accompagnée d’une croix fichée posée en chef de… »

21Armes de comte de l’Empire (armes parlantes) : « De gueules au cheval barbe d’or, cabré et contourné, chargé d’une fasce d’argent à trois étoiles de gueules, adextré en chef d’un canton d’azur à trois bandes d’or, au franc quartier de sénateur brochant au douzième de l’écu, d’azur chargé d’un miroir d’or, après lequel se tortille et se mire un serpent d’argent. » Armes du marquis de la Restauration : les mêmes moins le franc quartier brochant de sénateur.

22Membre de l’Académie royale des Inscriptions et Belles Lettres (1816).

Le testament.

23Testament olographe commencé le 31 juillet 1834, peu après sa démission de la présidence de la Cour des comptes et quelques jours après le décès de sa femme. Le testament ne comporte aucune invocation religieuse, mais pourvoit au sort matériel des domestiques et ajoute : « Je destine à mon enterrement, aumônes et charités qui auront lieu à cette occasion une somme que je me propose de remettre en mourant à une personne présente, à moins que je n’en fasse moi-même la distribution, quant aux aumônes, avant d’être en danger de mort. » Le testament est surtout empreint d’une très vive affection pour sa fille Sophie, mais teintée d’amertume : « Le mauvais état de la santé de ma fille unique Sophie et de ma petite-fille Élise LEBRUN de PLAISANCE leur ont fait préférer depuis plusieurs années le climat de la Grèce et de l’Italie à ceux de la France et du reste de l’Europe. Ne voulant en rien contrarier leurs intentions, je leur ai donné les moyens de prolonger et même de perpétuer leur absence ou de revenir en France, à leur choix et volonté. Quelque parti qu’elles prennent, leur bien-être est assuré en tout ce qui peut dépendre de moi […] Je n’ai attribué son constant éloignement [celui de sa fille] qu’à sa mauvaise santé et à celle pareillement mauvaise de sa fille. Quoique j’aie été profondément affligé de ma solitude, je n’aurais pu sans injustice leur en faire reproche. » Plus loin, rappelant que son père et sa mère étaient morts quand il était en Amérique, il exprima son chagrin en ces termes qui paraissent indissociables des précédents : « Mes regrets ont été d’autant plus profonds que j’étais très éloigné d’eux et que ma présence n’a pu adoucir leurs derniers moments. » Quand il mourut, seul et aveugle à quatre-vingt-douze ans, sa fille était à Beyrouth… Il ne fut assisté que par son gendre qui, quoique séparé de sa femme, lui était resté fidèle et conduisit son deuil.

24Son inventaire après décès mentionne quelques-unes de généreuses libéralités qu’il fit à Noyers et dans ses environs, pour secourir les indigents et favoriser l’instruction populaire : ainsi, il fit une donation de 45 000 F aux communes de l’arrondissement des Andelys pour être employés à la couverture en tuiles ou ardoises et à la réparation des écoles de ces communes. Ou encore il fit don à la commune de Noyers d’un terrain destiné à la dotation de l’instituteur primaire de celle-ci. De même encore, il avait fait don d’une rente de 150 F aux pauvres de la commune de Noyers : il s’en suivit un procès entre la paroisse de Noyers et l’hospice de Gisors qui se disputèrent le don ! BARBÉ-MARBOIS laissa à Noyers le souvenir d’un grand propriétaire philanthrope et bienfaisant. Par ailleurs, il était membre de la Société royale pour l’amélioration des prisons. Le jugement méchant du baron de FRÉNILLY, ultra qui n’aimait guère les parvenus de l’Empire, paraît donc relever plus d’un excès de hargne partisane que d’une sérénité bienveillante : « BARBÉ-MARBOIS, pédant, verbeux et dur, qui, n’ayant gouverné que des nègres, n’avait nulle aversion pour BONAPARTE… » (Souvenirs, p. 383).

La sépulture.

25Cimetière de Noyers (Eure) : voir supra I. le paragraphe relatif à sa femme.

III. LA FORTUNE

Le patrimoine en Lorraine.

26La destruction des archives du Contrôle des actes du xviiie siècle et de celles de l’Enregistrement du xixe siècle, dans l’incendie de 1944, a rendu trop difficile et aléatoire la recherche des actes des notaires relatifs à la succession paternelle (1783) et maternelle (1799), à supposer qu’ils aient été conservés. Cette recherche n’a donc pas été tentée. Pour aisée qu’ait été la situation de la famille BARBÉ au xviiie siècle, le partage entre les cinq enfants parvenus à l’âge adulte n’a pas dû laisser à chacun d’eux une part considérable. Pourtant François BARBÉ a acquis en 1778 une charge de conseiller au parlement de Metz, pour le prix de 30 000 livres, dont 18 000 payées comptant, et le reste à tempérament à 4 % d’intérêt par an. Et à la même époque, avant de partir pour l’Amérique, il acheta le domaine de Buchy à une vingtaine de km au sud de Metz. D’après DEVIOSSE, Buchy aurait rapporté en fermages en 1804 la somme de 9 000 F par an, ce qui situerait la valeur de ce domaine à 300 000 F en capitalisant à 3 %, ou 240 000 F en capitalisant à 4 %. Cela paraît peu vraisemblable, que le jeune BARBÉ, avant même le décès de ses parents, ait disposé d’une telle fortune en 1778. Peut-être y a-t-il une erreur de zéro, et faut-il lire 900 F de fermage, et non 9 000. Comme on ignore à quelle époque (après 1804) et à quel prix BARBÉ-MARBOIS revendit Buchy, la question reste posée.

27À son retour de Saint-Domingue, BARBÉ-MARBOIS s’installa à Buchy, où il résida en 1790-1791. Il profita de la mise en vente des biens nationaux pour acquérir le 16 février 1791 la cense de Berupt (commune de Secourt, canton de Verny), consistant en maison d’exploitation, grange, écurie, colombier et bâtiments de l’ancienne chapelle, plus 15 ha de terres labourables, 10 ha 62 a de prés et des bois, sans précision de superficie. Il revendit ce domaine en 1826 pour 25 000 F.

28Le 31 janvier 1792 il acheta une grande maison à Metz, N° 527 de la 4e section, rue du Coëtlosquet, à l’angle de la rue de l’Esplanade, et il quitta Buchy pour venir s’y installer. Le 15 juin 1804 il acheta au préfet de la Moselle le jardin qui était à côté de sa maison et qui donnait sur l’Esplanade, puis le 24 octobre 1804 il revendit le tout pour 35 000 F. Ce fut le signal du premier décrochage avec la terre natale.

29Cependant BARBÉ-MARBOIS conserva longtemps des biens ruraux dans la région de Metz, et même il les accrut jusqu’au décrochage définitif à partir de 1826. Ainsi, le 29 mai 1801, il acquit six pièces de terres au ban de Liéhon et de Larry pour 1 200 F. De même le 19 avril 1809 il se rendit adjudicataire d’un bois de 15 ha 14 a au ban de Luppy pour 12 204 F.

30Mais ce fut surtout la liquidation de la succession de son frère Pierre-François BARBÉ, suicidé en 1805, qui fournit à l’aîné l’occasion d’agrandir son patrimoine foncier en Lorraine. Le défunt laissait deux frères et deux sœurs héritiers : feue Mme KELLERMAN, représentée par ses enfants, Mme SAUVAGE, le ministre du Trésor et leur frère Claude-Nicolas BARBÉ vivant à l’Île de France. Les créanciers du défunt obtinrent la vente aux enchères de deux pièces de bois à Vigny, dépendant de la succession : ce fut le ministre du Trésor qui se porta adjudicataire le 30 août 1814 pour la somme totale de 27 648 F. Dix ans plus tard, les créanciers ayant été apparemment remboursés, les héritiers vendirent le 18 mars 1825, pour 44 000 F, une métairie de 25 ha 54 a à Louvigny, que le défunt avait achetée le 8 mai 1787, puis le 15 juin 1825, pour 38 000 F, une ferme de 61 ha 26 a de terres labourables et 6 ha 2 a de prés à Vigny. Pour son quart dans ces deux ventes, l’ancien ministre dut recevoir 20 500 F.

31Mais c’est alors que se situe le décrochage définitif avec la Lorraine : le 22 juin 1825 BARBÉ-MARBOIS donna procuration à LALANNE, huissier à Metz, pour vendre tous les biens dont il était propriétaire dans les communes de Buchy, Berupt, Larry et autres circonvoisines. À sa mort en 1837 il n’avait plus aucun bien en Lorraine.

Le patrimoine dans la Brie et en Normandie.

La ferme de Belle-Assise.

32Le 3 novembre 1800 BARBÉ-MARBOIS acheta la ferme de Belle-Assise, Toussaly, Bienfait, Méliane, Volangis et La Folie, au hameau de Villemeneux à Brie-Comte-Robert, avec 152 ha de terres labourables et de prés. C’était un ancien bien national, qui avait appartenu aux Dames de l’abbaye de Saint-Cyr à Versailles : vendu nationalement en 1793, il avait fait l’objet de plusieurs reventes successives. Il avait été loué le 27 Prairial an VII pour neuf ans moyennant 270 setiers de blé froment pour loyer annuel. BARBÉ-MARBOIS l’acheta pour 53 800 F, dont 30 000 comptant, le reste dans trois moins sans intérêt. Le prix fut payé par BARBÉ-MARBOIS et sa femme, mais la propriété fut inscrite au nom de leur fille. Par son contrat de mariage, en novembre 1802, celle-ci apporta cette ferme de Belle-Assise. En outre son père lui constitua en dot 190 000 F, dont 90 000 payés comptant au futur époux et 100 000 en quatre paiements annuels égaux. La mise en communauté n’était que de 10 000 F de part et d’autre.

Les domaines de Noyers et de Nainville.

33Le 21 avril 1804 BARBÉ-MARBOIS et sa femme achetèrent à Charles-Louis-Edme SUBLET d’HEUDICOURT de LENONCOURT les terres et domaines de Noyers et de Nainville, situés sur les communes de Noyers, Vesly, Dangu, Gisancourt et Guerny (canton de Gisors, département de l’Eure), comprenant :

  1. Le château de Noyers, avec son parc clos de mur s’étendant sur 51 ha environ.
  2. Un grand jardin potager, appelé La Coulotte, dans le village de Noyers.
  3. Un autre jardin, également dans le village de Noyers.
  4. La ferme de Noyers, avec 150 ha 73 a de terres labourables et de pâtures.
  5. La ferme de Nainville et le vieux château de Nainville, avec 121 ha 7 a de terres.
  6. Des bois en plusieurs pièces, couvrant au total 63 ha 82 a.
  7. Une tuilerie et ses dépendances à Noyers.

34L’ensemble s’étendait donc sur 385 ha. Le prix fut de 272 000 F, moins 13 000 F pour le service d’une rente de 650 F par an à payer par le propriétaire au curé de Gisors. Sur les 259 000 F, les acquéreurs payèrent comptant 35 000 F. Le solde de 224 000 F serait payé à raison de 100 000 F dans trois mois, et de 124 000 F dans l’année, avec intérêt à 5 %. Simultanément BARBÉ-MARBOIS et sa femme firent donation à leur fille de 150 000 F, en avancement d’hoirie et à titre de supplément de dot, sous la condition que cette somme serait employée au paiement de l’acquisition de Noyers et de Nainville. Par conséquent, ce vaste domaine acquis par les époux BARBÉ-MARBOIS fut donné, pour plus de la moitié en avancement d’hoirie à leur fille. À 272 000 F ce domaine fut probablement acquis à un prix plutôt bas. La plus grande partie des fonds qui servirent à cet achat dut être réunie par les acquéreurs grâce à la gratification extraordinaire de 192 000 F que le Premier consul octroya au ministre du Trésor en 1803, en récompense de son zèle dans la négociation du traité de vente de la Louisiane, et grâce à la vente de la maison de la rue du Coëtlosquet à Metz, vendue 35 500 F le 24 octobre 1804.

35Devenu en fait propriétaire de 385 ha près de Gisors en 1804, BARBÉ-MARBOIS multiplia pendant plus de vingt ans les investissements fonciers autour de ce noyau primitif. Les principales acquisitions, celles dont le prix fut supérieur à 10 000 F, furent au nombre de quinze :

  • Avril 1805, 9 ha à Chauvincourt 11 878
  • Avril 1805, 19 ha à Noyers et Vesly 16 908
  • Avril 1805, 6 ha à Noyers 10 240
  • Mai 1805, 12 ha à Noyers 24 000
  • Septembre 1805, 9 ha à Noyers 12 000
  • Octobre 1805, maison, jardin et 3 ha à Noyers 15 000
  • Novembre 1805, 17 ha à Noyers 27 765
  • Décembre 1806, ferme à Gisancourt avec 14 ha 15 802
  • 7 juin 1810, 113 ha à Bordeaux-Saint-Clair, près de Château-sur-Epte 90 000
  • Octobre 1812, 8 ha à Vesly 12 000
  • Août 1813, 21 ha à Noyers 45 000
  • Mars 1818, 5 ha à Gisancourt 10 010
  • Juin 1823, ferme à Bordeaux-Saint-Clair, avec 13 ha ½ 18 700
  • Juin 1825, 6 ha à Noyers 15 000
  • 25 juillet 1825, château de Saint-Martin-du-Bosc, à Étrépagny, avec 172 ha 376 000

36Total 700 303

37Par quinze autres acquisitions mineures, totalisant près de 60 000 F, il se rendit également acquéreur d’une trentaine d’hectares entre 1804 et 1826. Entre ces deux dates, BARBÉ-MARBOIS investit donc un peu plus d’un million dans ce terroir du Vexin normand, où ses propriétés s’étendaient sur plus de 850 hectares. Ces chiffres sont corroborés par les baux mentionnés dans son inventaire après décès en 1837 : la ferme de Noyers (150 ha) était louée pour un fermage annuel de 19 180 F, la ferme de Nainville (121 ha) pour 6 600 F, diverses pièces de terres à Noyers et Dangu et la tuilerie de Noyers pour 996 F, les trois fermes de Bordeaux saint- Clair (une de 81 ha, une de 49 ha et une de 15 ha) pour 6 000 F au total, enfin la ferme de Saint-Martin-du-Bosc (172 ha) pour 10 500 F. Cet ensemble foncier, entre Gisors et Les Andelys rapportait donc en 1837 un revenu annuel de 43 276 F, soit en capitalisant à 4 %, 1 081 900 F, chiffre théorique qui correspond grosso modo à l’investissement réel de 1 031 000 F.

Les traitements, gratifications et pensions.

38Nommé à vingt-trois ans, en 1768, secrétaire à la légation de France auprès de la Diète d’Empire à Ratisbonne, il ne fut titularisé dans le personnel des Affaires étrangères qu’en 1775, avec le traitement modeste de 1 500 F par an. De 1779 à 1785 il fut secrétaire à la légation de France aux États-Unis, à Boston, puis de 1785 à 1789 intendant à Saint-Domingue. De retour en France, sans emploi public, il se retira sur sa terre de Buchy. Son office de conseiller au parlement de Metz dut alors lui être remboursé, et c’est probablement avec le produit de cette liquidation qu’il acheta la maison de la rue du Coëtlosquet à Metz en 1792. Réintégré dans le personnel des Affaires étrangères par VALDEC de LESSART en janvier 1792, il fut révoqué par DUMOURIEZ en avril. D’avril 1792 à juillet 1800, les fonctions publiques qu’il exerça, comme celle de maire de Metz ou celle de membre du Conseil des Anciens, n’étaient pas rémunérées, mais supposaient l’aisance des revenus personnels. Conseiller d’État en juillet 1800, au traitement annuel de 25 000 F, puis directeur et enfin ministre du Trésor, il perçut au début le traitement ministériel de 100 000 F, plus l’indemnité pour frais d’installation. En 1803 pour le récompenser du rôle qu’il avait joué dans la négociation du traité de cession de la Louisiane aux États-Unis, le Premier consul lui fit attribuer une gratification extraordinaire de 192 000 F. En 1804 le traitement des ministres fut ramené à 80 000 F. Révoqué au début de 1806, il resta dix-huit mois sans emploi public. Nommé président de la Cour des comptes en 1807, il conserva cette fonction jusqu’à sa démission provoquée en 1834 : pendant vingt-sept ans il perçut le traitement de président de la Cour des comptes, soit 30 000 F par an. Ce traitement fut cumulé en 1813-1814 avec l’indemnité de sénateur (25 000 F par an), puis de 1814 à 1834 avec l’indemnité de pair de France (24 000 F par an sous la Restauration). De même son traitement de président de la Cour des comptes fut cumulé de septembre 1815 à mai 1816 avec le traitement de ministre, qui était alors de 150 000 par an. D’autre part, à ces revenus, s’ajouta le traitement de grand aigle de la Légion d’honneur. On comprend dès lors pourquoi BARBÉ-MARBOIS put avoir l’élégance de refuser la pension annuelle de 20 000 F que lui accorda Louis XVIII lorsqu’il perdit le ministère de la Justice en mai 1816.

Le mariage.

39Bien que la coutume de Metz portât exclusion de la communauté entre époux, BARBÉ-MARBOIS adopta ce régime matrimonial. Sa femme lui apporta deux rentes foncières, chacune de 160 piastres, soit environ 1 600 livres de revenu valant un capital de 40 000 livres en capitalisant à 4 %. Par la suite elle reçut divers bien immobiliers dans la succession de ses parents. Dans son testament, rédigé une semaine après le décès de sa femme, BARBÉ-MARBOIS précisa que sa femme avait laissé leur fille pour seule héritière, et qu’il avait recueilli tout ce qui revenait à sa fille du chef de sa mère en Pennsylvanie, « à l’exception d’un lot de terres dans le district de Southwark ». Pour ce « très petit immeuble » il avait chargé un avocat de le vendre, et celui-ci lui avait écrit qu’il pourrait se vendre 10 à 12 mille francs : cela laisse donc supposer que la femme de BARBÉ-MARBOIS avait dû laisser un patrimoine foncier assez important en Pennsylvanie, et qu’il l’avait entièrement réalisé.

Le patrimoine au décès.

40Il résulte de l’inventaire après décès que BARBÉ-MARBOIS laissa à sa mort une fortune de près de deux millions :

  • Donations faites à sa fille (53 800 pour Belle-Assise, 190 000 de dot) 243 800
  • Investissements immobiliers dans l’Eure, de 1804 à 1826 1 031 000
  • 169 actions de la Banque de France (dont 64 en pleine propriété et 105 en usufruit, la nue-propriété ayant été inscrite pour 40 au nom de sa fille, pour 35 au nom de son gendre et pour 30 au nom de sa petite-fille), au cours de 2 430 410 600
  • Bons du Trésor 102 000
  • Deniers comptants, dont 45 000 en billets de la Banque de France 57 485
  • Meubles et argenterie 27 600

41Total 1 872 485

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LE MINISTERE DU TRESOR

42Par le jeu de relations familiales non identifiées, le jeune BARBÉ dit BARBÉ de MARBOIS, venu faire son droit à Paris, entra vers 1765 au service du marquis de CASTRIES comme précepteur de son fils. Le marquis de CASTRIES (1727-1800) était alors lieutenant général (il fut par la suite secrétaire d’État de la Marine de 1780 à 1787, maréchal de France en 1783, duc par brevet d’honneur) : son fils Armand-Charles-Augustin de CASTRIES (1756-1842) avait donc une dizaine d’années et son précepteur à peine plus de vingt ans. Armand de CASTRIES devait se distinguer pendant la guerre d’Indépendance des États-Unis, figurer parmi les députés de la noblesse aux États Généraux de 1789 et siéger à la Chambre des pairs sous la Restauration. Grâce aux recommandations du général marquis de CASTRIES, et probablement d’un réseau de relations lorraines (l’oncle LADOUCETTE n’avait-il pas été anobli par Louis XV après sa maladie de Metz en 1744 ?), le jeune BARBÉ de MARBOIS obtint en 1768, du secrétaire d’État des Affaires étrangères, le lorrain CHOISEUL, sa nomination comme secrétaire à la légation de France à Ratisbonne auprès de la Diète du Saint Empire Romain Germanique, où le ministre plénipotentiaire du roi de France était le chevalier du BUAT. Ce dernier, lorsqu’il fut nommé ministre plénipotentiaire auprès de l’électeur de Saxe à Dresde, emmena avec lui BARBÉ de MARBOIS. Puis le chevalier du BUAT obtint un congé de maladie, et ainsi le secrétaire de la légation, BARBÉ de MARBOIS, devint chargé d’affaires à Dresde (1774), au moment où VERGENNES devenait secrétaire d’État des Affaires étrangères et où allait se poser la délicate question de la succession de Bavière. En 1776 BARBÉ de MARBOIS passa de Dresde à Munich, toujours comme chargé d’affaires, sous l’ambassadeur du roi, le chevalier Anne-César de LA LUZERNE. La mort inattendue de l’électeur de Bavière, Maximilien III Joseph (30 décembre 1777) posa brusquement la question de sa succession. BARBÉ de MARBOIS conseilla utilement l’électeur comte palatin de Sulzbach, Charles-Théodore, le principal compétiteur de cette succession que l’Autriche cherchait à détourner à son profit. Charles-Théodore l’emporta, au grand mécontentement de l’impératrice Marie-Thérèse, qui se plaignit à la reine Marie-Antoinette : elle demanda le rappel du diplomate français et l’obtint (1779).

43De retour en France, laissant la diplomatie pour la magistrature, BARBÉ de MARBOIS se fit pourvoir d’un office de conseiller au parlement de Metz, mais il n’eut guère le temps de prendre possession de sa charge, car il fut de nouveau appelé à des fonctions diplomatiques. Le chevalier de LA LUZERNE fut en effet nommé ministre plénipotentiaire aux États-Unis d’Amérique (1779), et il choisit BARBÉ de MARBOIS comme chargé d’affaires. Après la capitulation de Yorktown, LA LUZERNE le fit nommer consul général de France à Philadelphie, avec une double mission : créer un réseau de consulats de France dans l’Union et stimuler les échanges commerciaux entre les États-Unis, la France et ses colonies antillaises, ces deux missions étant en étroite corrélation. Pendant son séjour aux États-Unis, BARBÉ de MARBOIS épousa Élisabeth MOORE et il se lia à tout le haut personnel politique de l’Union, dans lequel devaient se recruter les futurs présidents de celle-ci (George WASHINGTON, Thomas JEFFERSON, John ADAMS et son jeune fils John-Quincy ADAMS, James MONROE, ainsi que John JAY), mais la mission qui lui avait été impartie s’avéra difficile à réaliser.

44Le 5 juin 1785, à la demande de son protecteur, le maréchal de CASTRIES, et avec l’accord de VERGENNES, Louis XVI nomma BARBÉ-MARBOIS intendant de l’Île de Saint-Domingue. Probablement le consul général fut-il victime de son infériorité sociale : malgré les protections qui lui avaient permis d’arriver au rang de consul général, les apparences données à son nom ne trompaient personne, à une époque et dans un milieu où le « corps diplomatique » se différenciait nettement du « corps consulaire », et où le haut personnel des ambassades se recrutait exclusivement dans la noblesse. Pour le bourgeois BARBÉ, fils de négociant épicier, il n’y avait alors aucun espoir de pouvoir devenir un jour ambassadeur ou ministre plénipotentiaire, même en se faisant appeler BARBÉ de MARBOIS ! En revanche, une intendance bien gérée pouvait conduire au Contrôle général des finances. Or, au moment où le maréchal de CASTRIES faisait nommer BARBÉ-MARBOIS intendant de Saint-Domingue, le frère du chevalier Anne-César de LA LUZERNE, le général comte César-Henri de LA LUZERNE fut nommé gouverneur général des Îles-sous-le-Vent (Il devait succéder en 1787 au maréchal de CASTRIES comme secrétaire d’État de la Marine).

45Efficacement secondé par BARBÉ de MARBOIS, le comte de LA LUZERNE réalisa, sous les ordres du maréchal de CASTRIES, tout un ensemble de réformes utiles (réorganisation judiciaire, urbanisme, introduction de nouvelles espèces végétales…). Cependant à Saint-Domingue l’intendant ne tarda pas à entrer en conflit avec les colons blancs : le maintien partiel du régime dit de l’exclusif, notamment sur les farines, renchérissait le coût de l’alimentation des esclaves, car la farine importée de France coûtait deux fois plus cher que la farine américaine entrée en contrebande. Le gouverneur (militaire) de la colonie, le général marquis du CHILLEAU, arrivé à la fin de 1788, donna satisfaction aux colons au début de 1789, en décrétant l’ouverture des ports de l’île aux marchandises de toute provenance. L’intendant (civil) BARBÉ de MARBOIS s’opposa à cette décision, qui rompait le pacte colonial en contrevenant à l’exclusif, et il en appela au ministre, qui était maintenant le comte de LA LUZERNE, l’ancien gouverneur général des Îles-sous-le-Vent. À Versailles LA LUZERNE obtint l’annulation du décret et la révocation du gouverneur du CHILLEAU, mais le triomphe de BARBÉ de MARBOIS fut de courte durée : la révolte des « grands blancs » prit pour cible principale l’intendant de l’île. Découragé, et bien qu’il eût été félicité par le roi, il demanda son rappel, et dès qu’il l’eut reçu il s’embarqua pour la France (octobre 1789), tandis que le marquis de PEYNIER, successeur du marquis du CHILLEAU, mandait à Versailles à propos de BARBÉ de MARBOIS : « C’était un merveilleux administrateur, un maître en matière d’économie. À peine peut-on lui reprocher une certaine maladresse dans son contact avec les gens. Il laisse derrière lui une cohorte d’ennemis […] Il n’en demeure pas moins qu’on ne peut faire un pas dans la colonie sans y trouver la marque de son œuvre […] C’est une perte irréparable pour l’Île. »

46À Paris il fut poursuivi par la vindicte des députés des colons de Saint-Domingue à l’Assemblée nationale constituante, réunis dans le club de MASSIAC. Ils l’attaquèrent d’abord à travers les charges qu’ils lancèrent contre LA LUZERNE, puis directement en l’accusant d’avoir affamé Saint-Domingue, tout en faisant stocker des farines à Philadelphie par l’intermédiaire de son beau-père MOORE, afin de spéculer sur celles-ci. C’était une nouvelle version de l’histoire du « Pacte de famine », mais, plus heureux que Louis XV, BARBÉ de MARBOIS parvint à réfuter toutes ces accusations mensongères avec des pièces et des témoignages irrécusables : l’Assemblée lui accorda sans réserve le quitus de sa gestion à Saint-Domingue.

47Après l’abolition des titres de noblesse par l’Assemblée (1790), il jugea plus prudent de renoncer à la particule d’apparence nobiliaire : il commença par signer « BARBÉ dit MARBOIS », puis « BARBÉ-MARBOIS ». Au printemps 1791 il refusa le poste d’intendant de la Liste civile, que l’Assemblée venait de créer (LAPORTE, qui accepta, périt sur la guillotine pendant la Terreur), et il se retira dans sa propriété de Buchy près de Metz. En juin 1791 il se rendit à Ouchy, sur le lac Léman, faire une visite à son protecteur, le maréchal de CASTRIES, qui avait émigré, mais il refusa de rejoindre les émigrés à Coblence et il rentra à Buchy. À la fin de 1791, VALDEC de LESSART, ministre feuillant des Affaires étrangères depuis le 29 novembre, s’adressa à lui pour lui offrir de reprendre du service dans la diplomatie : il partirait pour l’Allemagne comme ministre plénipotentiaire auprès de la Diète d’Empire à Ratisbonne, et il irait aussi à Vienne, chargé de mission auprès de l’empereur. À Ratisbonne comme à Vienne, il s’emploierait à convaincre les princes allemands et l’empereur que la France désirait le maintien de la paix et souhaitait régler à l’amiable par des négociations l’épineuse affaire des princes allemands possessionnés en Alsace, et privés de leurs droits féodaux par la Révolution française.

48Tentée en janvier-février 1792, cette mission diplomatique échoua complètement, prise à contre-pied en Allemagne par le décès inattendu du pacifique empereur Léopold II (1er mars 1792) et l’avènement de son fils François II, partisan de la guerre, et en France par les vociférations de la propagande belliciste de la gauche brissotine, qui obtint le renvoi de VALDEC de LESSART (10 mars) et la déclaration de guerre (20 avril). DUMOURIEZ, ministre des Affaires étrangères du ministère brissotin, releva BARBÉ-MARBOIS de ses fonctions au début d’avril. Sans emploi, celui-ci se retira dans son domaine de Buchy, s’appliquant à se faire oublier, mais il fut en butte, lui et sa femme, aux tracasseries des autorités révolutionnaires locales. Le ministre des États-Unis à Paris, Gouverneur MORRIS, dut intervenir pour soustraire Mme BARBÉ-MARBOIS aux poursuites engagées contre elle : il fit valoir, ce qui était un argument contestable, qu’elle était citoyenne américaine.

49Pendant la réaction thermidorienne, le représentant de la Convention en mission d’épuration dans le département de la Moselle nomma BARBÉ-MARBOIS maire de Metz (5 Pluviôse an III-24 janvier 1795) : la célébrité républicaine de son beau-frère KELLERMAN, le vainqueur de Valmy, avait joué. Les électeurs messins ratifièrent ce choix (7 Ventôse an III-25 février 1795). Pendant six mois il eut à gérer les difficultés quotidiennes occasionnées par la hausse des prix des subsistances. À la suite de la journée du 13 Vendémiaire an IV-5 octobre 1795, la Convention décréta sa révocation le 17 Vendémiaire : en raison des sympathies royalistes qu’on lui connaissait, les auteurs du décret des deux tiers voulaient empêcher son élection à la députation. Le coup fit long feu, car les électeurs mosellans élurent quand même BARBÉ-MARBOIS représentant au Corps législatif.

50Il siégea au Conseil des Anciens pendant deux ans, d’octobre 1795 à septembre 1797, et c’est là qu’il se lia d’une grande amitié avec Charles LEBRUN, le futur troisième consul et architrésorier de l’Empire. Son élection au Corps législatif suscita une vive émotion parmi les « perpétuels » du décret des deux tiers, qui orchestrèrent contre lui une campagne de rumeurs et de dénigrement : on disait qu’il figurait sur la liste des ministrables si Louis XVI avait réussi l’opération qui avait échoué à Varennes, on disait qu’il était l’auteur de la déclaration de Pillnitz du 27 août 1791, puis du manifeste de Brunswick du 25 juillet 1792. BARBÉ-MARBOIS se justifia longuement de ces accusations mensongères, et il contre attaqua en critiquant les malversations financières du Directoire. Avec LEBRUN il essaya en vain de faire rapporter la loi du 3 Brumaire an IV, votée par la Convention au moment de se séparer et qui excluait des fonctions publiques les ex-nobles et les parents d’émigrés.

51Sa réputation de royaliste fut confirmée en Pluviôse an V (février 1797), lorsque fut découverte chez un agent des princes une liste où figurait son nom comme futur ministre. Il s’appliqua à démentir cette réputation en faisant un éloge appuyé de BONAPARTE et de l’Armée d’Italie (Germinal-Floréal an V, avril-mai 1797). La démarche n’était pas innocente : c’était l’époque où HOCHE et MOREAU, vainqueurs en Allemagne, comme BONAPARTE en Italie, allaient peut-être imposer à l’Autriche la paix du Directoire, tandis que BONAPARTE, les prenant de vitesse, imposa sa paix par l’armistice de Leoben (18 avril). L’Armée d’Allemagne était l’armée des « Messieurs » et MOREAU n’était pas hostile à une restauration, alors que l’Armée d’Italie se situait à gauche et que BONAPARTE était le « général VENDÉMIAIRE », celui qui avait empêché la restauration en 1795 et qui allait bientôt l’empêcher de nouveau en 1797 en prêtant au Directoire le général AUGEREAU pour exécuter le coup d’État du 18 Fructidor an V dont BARBÉ-MARBOIS fut l’une des victimes.

52En effet, à la suite de ce coup d’État BARBÉ-MARBOIS se trouva « fructidorisé » : il fut inscrit sur la liste des députés suspects de royalisme et condamnés à la déportation à la Guyane sans jugement. Les déportés furent conduits de Paris à Rochefort dans des cages de fer cadenassées, comme des bêtes, puis transportés à Cayenne, et de là à Sinnamari où un grand nombre périt, victime du climat et des conditions de vie. Après avoir résisté pendant deux ans à cette cruelle déportation, BARBÉ-MARBOIS et ses compagnons survivants furent libérés et réhabilités à la suite du coup d’État du 18 Brumaire an VIII-9 novembre 1799. À leur arrivée à Brest le 22 février 1800, ils apprirent que deux des consuls qui avaient été désignés le 19 Brumaire, SIÉYÈS et Roger DUCOS, venaient d’être remplacé par CAMBACÉRÈS et LEBRUN. Pour BARBÉ-MARBOIS, le nom de LEBRUN éveillait les plus grands espoirs : « LEBRUN, mon ami depuis tant d’années, le confident de tous mes actes politiques, le dépositaire de toutes mes pensées intérieures et morales. Combien je fus soulagé, quand ce nom seul me fit connaître sans incertitude de quels principes le gouvernement devait désormais être animé. » Rentré à Paris, l’ancien déporté fut en effet patronné par LEBRUN auprès du Premier consul : le 24 juillet 1800 il fut nommé conseiller d’État et envoyé en mission dans les départements bretons pour apurer, sans complaisance, les comptes des opérations militaires dans l’Ouest breton et vendéen. La réputation d’intégrité qu’il entretenait soigneusement, l’expérience qu’il avait acquise à Saint-Domingue, ses interventions documentées en matière financière au Conseil des Anciens, et enfin l’efficace protection de LEBRUN lui valurent d’être désigné pour le poste de directeur du Trésor à la mort de Bertrand DUFRESNE (février 1800) [voir la notice de GAUDIN]. Cette direction, quoique comprise dans le département ministériel des Finances, était restée en réalité une administration autonome qui perpétuait la Trésorerie nationale créée en 1791. Le 5 Vendémiaire an X-27 septembre 1801, la direction du Trésor fut détachée du ministère des Finances pour devenir un ministère particulier : le directeur, BARBÉ-MARBOIS, se transforma en ministre.

AU MINISTERE DU TRESOR

53De cette séparation en deux ministères, il résulta parfois des divergences dans la conduite des affaires, mais sans que cela entraînât une altération des relations personnelles des deux ministres. Le cas de la Caisse LAFARGE en offre un exemple particulier. Cette association tontinière, fondée en 1791, avait connu un succès extraordinaire, collectant de 1791 à 1793 plus de cinquante millions de livres, mais elle fut victime de l’incurie de ses administrateurs et de la banqueroute des deux tiers de 1797. Au début du Consulat les associés mécontents s’adressèrent au Premier consul pour solliciter la nomination d’un commissaire du gouvernement chargé de protéger les intérêts des actionnaires. GAUDIN donna son accord et nomma BUGNÂTRE commissaire du gouvernement le 14 Fructidor an X-1er septembre 1802, mais celui-ci était personnellement lié à deux des administrateurs de la Caisse, et – pour une raison inconnue – GAUDIN était favorable à la Caisse, ou du moins il était hostile à l’intervention de l’État dans les affaires d’une entreprise privée. Le commissaire BUGNÂTRE rapporta au ministre que l’administration de la Caisse était régulière, ce qui était faux. GAUDIN entérina le rapport. Après le décès de BUGNÂTRE (Nivôse an XIII-décembre 1804), GAUDIN nomma un autre commissaire, mais les administrateurs de la Caisse intriguèrent pour obtenir l’annulation de cette nomination, au motif que le feu commissaire avait jugé la gestion régulière et que la Caisse était une entreprise privée.

54Napoléon sollicita alors l’avis de BARBÉ-MARBOIS, ministre du Trésor, qui jusqu’alors était resté étranger à cette affaire. L’empereur laissait ainsi voir le sens qu’il donnait à la division en deux ministères : c’était le moyen de faire contrôler chacun des deux ministres par l’autre. BARBÉ-MARBOIS, tout à l’opposé de GAUDIN, estima (22 Ventôse an XIII) que l’utilité d’un commissaire du gouvernement « était démontrée par l’intérêt seul du Trésor » puisque celui-ci devait devenir à terme propriétaire des rentes éteintes par le décès des actionnaires viagéristes, et d’autre part le ministre du Trésor estimait qu’« une administration chargée de la recette et de la répartition de sommes considérables […] avait besoin d’être surveillée avec soin. » BARBÉ-MARBOIS proposa donc un projet de décret confiant au préfet de la Seine le soin de nommer un commissaire du gouvernement qui serait chargé de contrôler la comptabilité et de défendre les intérêts des actionnaires. GAUDIN s’y opposa et fit appel à l’arbitrage de l’archichancelier CAMBACÉRÈS, et non de l’architrésorier LEBRUN, qu’il savait acquis à BARBÉ-MARBOIS. Il demanda à CAMBACÉRÈS de rappeler à l’empereur que la Caisse LAFARGE ne détenait pas des deniers publics, et qu’au surplus le commissaire nommé en l’an X, BUGNÂTRE, avait « trouvé que l’administration était régulière. » CAMBACÉRÈS trancha en faveur de GAUDIN et l’affaire fut alors enterrée. Cependant, mécontents, les actionnaires relancèrent leurs attaques en 1807, et MOLLIEN, successeur de BARBÉ-MARBOIS, se montra favorable à une étatisation de la Caisse LAFARGE qui serait réunie au ministère du Trésor. Finalement, le Conseil d’État, après bien des hésitations, opta pour une municipalisation de la Caisse, dont l’administration fut confiée à trois conseillers municipaux de Paris, désignés par le préfet de la Seine.

55Malgré les expériences de sa vie de fonctionnaire et de député, l’ancien diplomate BARBÉ-MARBOIS, honnête et scrupuleux, perspicace dans le domaine des institutions économiques, comme il le prouva dans l’affaire de la Caisse LAFARGE, manquait de savoir-faire dans le maniement des techniques financières et bancaires, et dans l’agencement des mouvements de fonds, ce qui était rédhibitoire pour un ministre du Trésor et fut la cause de son échec final. Le bilan de son action ministérielle fut donc des plus médiocres, dans les trois opérations essentielles où il intervint.

Le système monétaire.

56Au sortir des désordres de la Révolution, la remise en ordre du système monétaire était une condition essentielle du rétablissement des finances publiques. Il fallait que le Trésor reçût et remît en paiement une monnaie abondante et de qualité. La création du ministère du Trésor posa la question de la répartition des compétences. Qui, du ministre des Finances ou du ministre du Trésor, aurait la monnaie dans son département ? Depuis 1791 la monnaie était du ressort des Finances. BARBÉ-MARBOIS, estimait au contraire qu’elle devait relever de la compétence du ministre du Trésor. En Messidor an X (juin-juillet 1802), il répondit au Premier consul qui lui avait demandé des « Observations sur l’état présent des monnaies » : « Le ministère du Trésor public est chargé du contrôle de la fabrication des monnaies et de la comptabilité des agents comptables des monnaies. La fabrication même, qui n’a aucun rapport avec les contributions, doit être considérée comme étant dans les attributions de mon ministère. Mais le ministre des Finances a déjà proposé un projet dont le renvoi a été fait au Conseil d’État, et je ne vois nul inconvénient à ce qu’elle soit placée dans ses attributions. Il connaît ainsi que moi la nécessité d’une réforme immédiate du système monétaire. » De Brumaire à Ventôse an XI (novembre 1802-mars 1803) BARBÉ-MARBOIS adressa plusieurs lettres à BONAPARTE pour justifier le plan de réforme qu’il préconisait, et il répéta le 18 Ventôse an XI : « Vous croyez peut-être faire une chose nouvelle en me chargeant de surveiller et diriger la fabrication [des monnaies]. La chose serait nouvelle au contraire si vous en chargiez le ministre des Finances. Je joins ici le règlement de la direction du Trésor public. Vous verrez, à la page 43, que la fabrication des monnaies était déjà sous mes ordres comme directeur. Aux termes de l’arrêté par lequel vous avez créé mon ministère, les monnaies sont maintenant dans mes attributions, sous ma responsabilité. » Il demandait au Premier consul de trancher, et il ajouta, parfait courtisan : « Si vous jugiez ma demande mal fondée, je n’insisterais pas, et quand c’est vous qui limiterez mon domaine, je ne le trouverai pas trop borné. J’espère aussi qu’il ne sera jamais disproportionné à mes efforts si vous lui laissez son étendue. » BONAPARTE trancha en faveur de GAUDIN.

57Quel était donc le plan proposé par BARBÉ-MARBOIS ? Il convient de rappeler que le débat était devenu public avec la parution en l’an IX d’un mémoire de BASTERRËCHE, régent de la Banque de France, banquier bayonnais opérant dans les circuits des piastres espagnoles : il proposait de démonétiser l’or et de n’émettre que des pièces d’argent. Une polémique s’en suivit entre les partisans et les adversaires d’une telle réforme monétaire. Le débat s’élargit, à partir de là, à toutes les questions que posait la réforme monétaire : outre le choix du métal étalon (or ou argent) et du titre de celui-ci (les pièces d’or et d’argent de l’Ancien Régime étaient à 916 millièmes de fin), il fallait définir le poids de l’unité monétaire et des pièces qui seraient frappées, fixer le rapport légal en cas d’adoption du bimétallisme et enfin préciser l’étendue de la refonte (générale ou partielle). BARBÉ-MARBOIS prit pour conseiller en la matière un des personnages les plus engagés dans cette polémique, DES ROTOURS, premier commis au Contrôle général des finances de 1782 à 1792, mais tenu en disgrâce par CALONNE, qu’il poursuivait depuis d’une haine tenace, ne cessant de critiquer la réforme monétaire accomplie par celui-ci en 1785 et qui avait élevé le rapport légal de l’or à l’argent en France de 1 pour 15 à 1 pour 15 ½. DES ROTOURS préconisait la refonte générale des monnaies d’or, d’argent, de cuivre et de billion, et le rétablissement de l’ancien rapport légal de 1 pour 15. Sur ces deux points essentiels, DES ROTOURS, et par conséquent BARBÉ-MARBOIS, furent battus. Ce furent les propositions de GAUDIN qui l’emportèrent (refonte limitée à l’or et à l’argent, afin d’éviter les coûts financiers et les inconvénients économiques d’une refonte générale, et maintien du rapport légal fixé en 1785).

58Sur d’autres points encore ce fut GAUDIN qui l’emporta contre les propositions du conseiller d’État BÉRANGER. GAUDIN fit adopter l’émission de pièces d’or d’une valeur de 20 F et 40 F, leur poids étant calculé en fonction de l’unité monétaire et du titre choisis (5 gr d’argent à 900 millièmes de fin) et du rapport légal de 1 pour 15 ½, soit 6,45 gr d’or à 900 millièmes de fin pour les pièces de 20 F et 12,9 gr d’or à 900 millièmes de fin pour les pièces de 40 F, alors que BÉRANGER avait proposé l’émission de pièces d’or de 10 gr valant 31 F. Il paraît donc contraire à l’exactitude historique d’attribuer à BARBÉ-MARBOIS la paternité de la réforme monétaire de l’an XI, comme le font la plupart de ses biographes. Le véritable père du franc germinal fut en vérité GAUDIN.

Une ressource occasionnelle : la vente de la Louisiane.

59Ni BONAPARTE, ni BARBÉ-MARBOIS ne comprirent qu’une bonne gestion financière, au-delà de l’équilibre comptable des recettes et des dépenses, devait assurer la régularité des approvisionnements du Trésor. Homme de guerre, BONAPARTE finançait la guerre par les contributions imposées aux États vaincus, et il récompensait ses serviteurs par les confiscations opérées dans les pays vaincus. Dans ce système financier de prédation, les opérations occasionnelles procurées par la guerre ou la diplomatie servaient à alimenter le Trésor en ressources casuelles. La vente de la Louisiane aux États-Unis fut une opération de ce type.

60Par le traité secret de Saint-Ildefonse (9 Vendémiaire an IX-1er octobre 1800) l’Espagne avait accepté de rétrocéder à la France la Louisiane, c’est-à-dire toute la rive droite du Mississipi jusqu’à l’Orégon sur l’Océan Pacifique, en échange de la Toscane cédée au duc de Parme, qui était un infant d’Espagne. Pour la France, en guerre avec l’Angleterre, l’opération s’inscrivait dans l’ensemble des tentatives faites pour reconstituer son domaine colonial en Amérique. Or, pour la jeune république des États-Unis, la libre navigation sur le Mississipi et la franchise du port de La Nouvelle-Orléans étaient considérées comme absolument essentielles à ses intérêts économiques, au point que les Américains étaient prêts à s’allier avec les Anglais pour empêcher les Français de reprendre pied dans la Louisiane. Aigri contre la France par la « quasi-guerre » qu’entretenait l’activité des corsaires français contre les navires battant pavillon des États-Unis mais transportant des marchandises anglaises, le Sénat des États-Unis était favorable à une déclaration de guerre qui permettrait de s’emparer de La Nouvelle-Orléans et son immense arrière-pays. À l’intervention armée, le président JEFFERSON préféra la voie des négociations. Il commença par envoyer Robert LIVINGSTONE comme ministre plénipotentiaire à Paris pour entamer les pourparlers, puis il envoya James MONROE pour les achever. LIVINGSTONE et MONROE étaient de vieilles connaissances pour BARBÉ-MARBOIS, à qui BONAPARTE confia le soin de mener l’affaire.

61Sachant le prix qu’avait la Louisiane pour les États-Unis, se rendant compte, après l’échec de la tentative de reconquête de Saint-Domingue, que la France n’avait guère les moyens de reconquérir la Louisiane, et convaincu d’autre part que l’Angleterre était bien décidée à reprendre les hostilités auxquelles la paix d’Amiens (27 mars 1802) avait mis un terme temporaire, BONAPARTE décida de vendre la Louisiane aux Américains et d’affecter le prix de cette vente au financement de la guerre qui allait reprendre avec l’Angleterre. Après d’âpres marchandages, le traité de cession fut conclu le 10 Floréal an XI-30 avril 1803, et signé par LIVINGSTONE, MONROE et BARBÉ-MARBOIS. En violation des clauses du traité de Saint-Ildefonse, par lequel la France s’était engagée à ne rétrocéder la Louisiane à une tierce puissance qu’après l’avoir offerte à l’Espagne en priorité, la France vendit celle-ci aux États-Unis pour le prix de 80 millions : 60 millions seraient payés au gouvernement français, et 20 millions seraient versés aux citoyens américains dont les navires avaient été capturés par des corsaires français depuis 1793. Il fut convenu que ces 20 millions seraient payés aux créanciers américains par la Trésorerie fédérale. Pour les 60 millions dus à la France, la Trésorerie fédérale remit des promesses de payer à échéances successives. Pour avoir immédiatement de l’argent liquide, il fallait escompter ce papier. Sollicitée, la Banque de France déclina l’offre. Ce fut la banque anglo-néerlandaise, HOPE et BARING, qui accepta de le faire à 87,5 % du capital, et ainsi le Trésor de la République française reçut 52,5 millions de francs. Tel fut donc le prix net réellement encaissé pour la vente de la Louisiane, et contrairement à la légende les États-Unis payèrent bien le prix convenu. Pour BONAPARTE et son ministre du Trésor ce ne fut qu’une ressource occasionnelle du Trésor, affectée au financement de la guerre qui allait bientôt reprendre. L’opération leur parut d’autant plus justifiée que de toute manière la Louisiane était perdue d’avance. Le piquant de l’affaire fut l’intervention efficace du banquier anglais BARING, qui avança les fonds destinés à financer la guerre contre l’Angleterre ! Mais on peut considérer que la victoire de NELSON a englouti à Trafalgar (21 octobre 1805) une bonne partie du prix de vente de la Louisiane…

Le Trésor en danger : les négociants réunis.

62Les réformes fiscales opérées par GAUDIN au début du Consulat ne produisirent pas leurs effets immédiatement. Et lors même que ces réformes commencèrent à assurer la rentrée des contributions et autres revenus de l’État, celui-ci eut à résoudre le problème technique de la liquidité des fonds de la trésorerie, c’est-à-dire du mouvement général des fonds. Comment concilier l’irrégularité, dans le temps et dans l’espace, des recettes du Trésor, la lenteur de leur recouvrement, et la régularité impérieuse de ses paiements ? Comment pourvoir, toujours et partout, au paiement des dépenses, alors que les recettes n’entraient qu’à un rythme irrégulier ? Comment transformer le courant intermittent des recettes en courant continu des dépenses ? En dépit de l’exemple offert depuis le xviiie siècle par l’Angleterre, qui utilisait à cette fin des « exchequer bills » (billets de l’Échiquier), la France n’avait pas encore créé les bons du Trésor. Le gouvernement consulaire, c’est-à-dire GAUDIN (mais l’idée avait déjà été formulée par LINDET), reprit donc en 1800-1801 la pratique courante de l’Ancien Régime, celle des rescriptions, rebaptisées anticipations ou obligations du Trésor, afin de mettre un terme au système ruineux des délégations sur les recettes, pratiquées par RAMEL [voir la notice de RAMEL]. Il s’agissait de titres négociables tirés sur un receveur général des finances, à échéance fixe et à court terme. Ces obligations du Trésor étaient garanties par la Caisse d’amortissement, détentrice des cautionnements des receveurs généraux : en cas de défaillance d’un receveur général tiré, le porteur du titre était assuré d’être payé par la Caisse d’amortissement. Cela revenait à établir une garantie solidaire indirecte des receveurs généraux. Anticipant sur les rentrées fiscales futures, les obligations du Trésor étaient naturellement créées pour être négociées par l’État, sous déduction de l’intérêt à courir jusqu’à leur échéance, et obtenir ainsi des liquidités immédiates par l’escompte. D’où la question : à qui négocier ces titres ?

63La première solution, adoptée par GAUDIN, consista à traiter avec le syndicat de banquiers, qui étaient les chefs des grandes banques de la place de Paris et qui s’étaient associés le 19 Fructidor an VII-6 septembre 1799, sur la sollicitation de Robert LINDET, pour escompter les titres émis par le Trésor [voir la notice de LINDET et, pour les noms de ces banquiers, voir dans la notice de PASSY la carrière du père de celui-ci]. Compte tenu de l’état de délabrement des finances publiques après le 18 Brumaire an VIII ces banquiers obtinrent des conditions très avantageuses : ils escomptèrent les obligations du Trésor à 1 3/16 % de perte par mois, ce qui signifiait qu’ils prêtaient leur argent au Trésor au taux de 14,25 % d’intérêt par an !

64Lorsque BARBÉ-MARBOIS devint ministre du Trésor, estimant que l’amélioration de la situation justifiait de meilleures conditions pour l’État, il traita le 30 Germinal an X-20 avril 1802 avec un autre syndicat de banquiers, conduits par BARRILLON, BASTIDE, NAURISSART et DESPREZ, qui furent rejoints peu après par RÉCAMIER et FULCHIRON : ce nouveau syndicat s’engagea à prendre les obligations du Trésor à 1 % de perte par mois, soit au taux de 12 % l’an, et il associa le Trésor pour un septième dans les bénéfices de ses opérations. Une lettre de BARRILLON à GREFFULHE du 27 avril 1802 révèle que le Trésor escomptait ainsi douze millions par mois, et que les banquiers escompteurs réescomptaient ces obligations à 6 % dans le public, ou au besoin à 9 % chez les receveurs généraux eux-mêmes : en clair, ils prêtaient à l’État à 12 % des fonds qu’ils empruntaient eux-mêmes à 6 ou 9 %. Au total l’opération laissait aux banquiers, après avoir défalqué le septième d’intérêt du Trésor, un bénéfice annuel compris entre 3 700 000 F, en cas de réescompte à 9 %, et 7 400 000 F, en cas de réescompte à 6 %…

65Dans ces conditions il était évident que le service des banquiers était inutile et parasitaire : puisque les banquiers pouvaient emprunter à 9 % aux receveurs généraux des fonds qu’ils prêtaient à 12 % à l’État, il valait bien mieux se passer des banquiers et traiter directement avec les receveurs généraux. C’est pourquoi BARBÉ-MARBOIS enleva en 1802 le service du Trésor aux banquiers pour le confier à un syndicat de receveurs généraux, dénommé Agence des receveurs généraux. Les caisses de ceux-ci, reprenant les pratiques de l’Ancien Régime, joueraient en province le rôle de banque de dépôt : les receveurs généraux emprunteraient ainsi dans le public, à un taux d’intérêt variant suivant le temps et le lieu entre 4 et 6 %, et c’est avec les fonds collectés de cette manière qu’ils avanceraient à l’État, au taux de 9 %, les fonds qui devaient entrer dans leur caisse quelques semaines plus tard.

66Or, à la faveur des grandes réformes accomplies en Germinal an XI-avril 1803 (réforme monétaire et réforme de la Banque de France), les receveurs généraux obtinrent la facilité de pouvoir escompter à la Banque de France les obligations du Trésor d’échéance rapprochée (moins de trois mois d’échéance). La mesure comportait un grave danger potentiel, qui devint rapidement réel à la suite de reprise des hostilités avec l’Angleterre. En l’an X (septembre 1801-septembre 1802) la Banque de France avait escompté 450 millions de francs. Si la Banque de France devenait le comptoir de réescompte de l’Agence des receveurs généraux, elle risquait de n’avoir plus de fonds suffisants pour alimenter l’escompte commercial et de se transformer en banque du Trésor. D’après BARRILLON, le volume mensuel des obligations du Trésor était de douze millions par mois en 1802, soit près de 150 millions par an. Les besoins de la guerre à partir de 1803 ne pouvaient qu’augmenter ce volume. Dès lors se posait la question fondamentale de la nature et du rôle de la Banque de France : était-elle, conformément à la conception qui avait présidé à sa création, une banque de crédit commercial, distribuant soit largement du crédit d’escompte aux entreprises, soit restrictivement du crédit de réescompte à ses banquiers actionnaires, ou bien deviendrait-elle la banque du Trésor public, procurant à l’État du crédit à court terme ?

67En mars 1804, jugeant que l’Agence des receveurs généraux était insuffisante en temps de guerre, BARBÉ-MARBOIS s’adressa de nouveau à un groupe de banquiers et de fournisseurs (OUVRARD, MICHEL, SEGUIN, VANLERBERGHE et DESPREZ), qui constituèrent la « Compagnie des négociants réunis », chargée non seulement des fournitures d’approvisionnements militaires et civils, mais aussi du service de crédit du Trésor public. Laissant à ses associés les opérations de fournitures, DESPREZ, fort de la confiance aveugle de BARBÉ-MARBOIS, se chargea de l’escompte des obligations du Trésor : il émit pour cela des « bons DESPREZ », véritable papier-monnaie fondé sur son seul crédit, et dont le Trésor était engorgé pour 73 millions en janvier 1806.

68Mais ce furent surtout les vastes spéculations d’OUVRARD et le financement des fournitures aux armées qui déréglèrent complètement les circuits du crédit. Muni de lettres de recommandation de BARBÉ-MARBOIS, OUVRARD se rendit en Espagne à l’automne 1804, où il conclut avec le gouvernement espagnol des contrats qui firent de lui le fournisseur général de l’Armée et de la Marine espagnoles, et qui le chargèrent d’importer 200 000 tonnes de blé pour sauver l’Espagne de la famine. Pour payer toutes ces fournitures, le gouvernement espagnol offrit en paiement des piastres, au cours de 3,75 F la piastre, laquelle se négociait alors à Paris à 5 F. L’affaire semblait donc devoir rapporter un bénéfice énorme, mais ce n’était qu’un leurre, car les piastres se trouvaient au Mexique ou à Cuba, d’où il était impossible de les convoyer en Europe, puisque les Anglais, maîtres des mers, empêchaient les relations maritimes entre l’Espagne et ses colonies d’Amérique. OUVRARD entra en relations avec des banques anglaises par le truchement de banques de pays neutres (Hollande, Hambourg, Suède), afin d’obtenir l’importation des piastres en Europe par l’intermédiaire de pavillons neutres et avec des licences d’importation délivrées par l’Angleterre moyennant finance. Toutes ces tractations allongèrent les délais. En attendant de pouvoir récupérer les piastres, OUVRARD et ses associés furent contraints de trouver les moyens de payer les fournitures qu’ils s’étaient engagés à livrer. Les « négociants réunis » se mirent donc à tirer entre eux des traites de cavalerie, portées à l’escompte de la Banque de France, ce qui leur procurait pour deux ou trois mois, au prix de l’escompte, la disposition des sommes nécessaires au règlement des marchés conclus. À l’échéance, et faute d’avoir encore récupéré les piastres, la cavalerie était relancée, majorée des intérêts précédemment payés et maintenant ajoutés au capital de l’emprunt. Concrètement cela revenait à emprunter à la Banque de France à court terme les fonds nécessaires au règlement des marchés de fourniture, au taux de l’escompte, en attendant que l’arrivée des piastres en Europe permît de les négocier pour arrêter la cavalerie, en espérant que la capitalisation forcée des intérêts laisserait quand même un bénéfice. En attendant ce terme de plus en plus lointain et incertain, c’était la Banque de France qui devait assumer, par le biais de l’escompte renouvelé, le prêt de plusieurs dizaines de millions de francs. Or la Banque de France, réticente, ne s’était prêtée à ce jeu dangereux qu’à la demande pressante de BARBÉ-MARBOIS, toujours obnubilé par l’ascendant qu’OUVRARD avait pris sur lui.

69Par là-dessus vint s’ajouter la préparation de la campagne militaire de 1805, qui coûta fort cher. Le Trésor remit aux négociants réunis, en paiement de leurs fournitures, des obligations à terme tirées sur les receveurs généraux. Pour avoir de l’argent liquide et pouvoir payer leurs vendeurs, les négociants réunis recoururent également à l’émission de traites de cavalerie, présentées à l’escompte de la Banque de France par DESPREZ. Là encore, BARBÉ-MARBOIS intervint pour que ces traites fussent admises à l’escompte : de mai à décembre 1805 la Banque de France escompta ainsi 225 millions.

70La conjonction de toutes ces opérations eut pour conséquence de vider l’encaisse métallique de la Banque de France. Le 23 septembre 1805 elle était tombée à 1 200 000 F, et le 24 000 à 800 000 F. On frôlait la suspension de paiement. À ce moment-là Napoléon s’apprêtait à quitter Saint-Cloud pour sa campagne militaire en Autriche. PERRÉGAUX vint avertir l’empereur que cette encaisse de moins d’un million, jointe à un portefeuille de traites de 50 millions, impossible à réaliser, devait répondre d’une circulation fiduciaire de 62 millions de francs, en billets de la Banque circulant dans le public : si les porteurs de billets demandaient massivement leur remboursement en numéraire, la Banque ne pourrait faire face ! Napoléon partit avec ce souci en tête. L’inquiétude sur le sort de la Banque et sur la survie du régime en cas de défaite militaire se répandit dans le public : dès quatre heures du matin des porteurs de billets de la Banque formaient une file d’attente pour obtenir leur remboursement en numéraire. Pour éviter la suspension de paiement, la Banque s’ingénia à multiplier les formalités dilatoires afin de limiter le montant quotidien des remboursements. Sachant que c’était l’escompte des traites des négociants réunis qui avait acculé la Banque au désastre, BARBÉ-MARBOIS multiplia les démarches pour que la Banque leur maintînt son soutien, c’est-à-dire renouvelât leurs escomptes. En vain. En octobre et novembre DESPREZ et RÉCAMIER furent contraints de suspendre leurs paiements.

71Ce fut la victoire d’Austerlitz (2 décembre 1805) qui consolida l’Empire et sauva la Banque de France : dans l’enthousiasme général, la confiance revint. Les demandes de remboursement des billets cessèrent, et la Banque put reprendre ses paiements normalement en janvier 1806. Tenu informé de la situation à Paris, Napoléon y rentra persuadé qu’il avait été trahi par BARBÉ-MARBOIS, mais au conseil du 27 janvier 1806, réuni dès son retour, dans une ambiance d’extrême tension, les explications données par BARBÉ-MARBOIS le convainquirent que le ministre avait agi, non par félonie, mais par incompétence. Il fut révoqué séance tenante. Dans l’esclandre furieux que lui fit Napoléon, le malheureux se serait attiré des répliques cinglantes, dans le genre des réparties dramatico-burlesques de Victor HUGO :

  • Sire, Prenez ma tête !
  • Eh ! Que diable voulez-vous que j’en fasse !
  • J’espère au moins que Votre Majesté ne me tiendra pas pour malhonnête homme.
  • Je l’eusse cent fois préféré, Monsieur, la friponnerie a des bornes, la bêtise n’en a pas !

APRES LE MINISTERE DU TRESOR

72Paradoxalement, les désordres qui avaient entraîné la chute du ministre provoquèrent la création de la Cour des comptes en septembre 1807, et celle-ci lui offrit l’occasion inespérée de retrouver un rôle à la tête d’un grand corps de l’État. En effet l’architrésorier LEBRUN, ami fidèle et beau-père de sa fille, ainsi que MOLLIEN, son successeur au ministère du Trésor, parvinrent à convaincre Napoléon de conférer à BARBÉ-MARBOIS la charge de premier président de cette Cour. Jusqu’à sa démission en 1834, il s’acquitta de ses fonctions avec une solennité compassée et une scrupuleuse honnêteté, plus empressé à porter des jugements sévères sur les magistrats de la Cour qu’apte à comprendre les arcanes de la comptabilité publique. En 1813 il obtint pour les magistrats de la Cour des comptes le titre de « conseillers » et le bénéfice de l’inamovibilité. Présenté comme candidat du collège de l’Eure, il fut nommé sénateur et fait comte en avril 1813.

73Cependant, un an plus tard, il fut l’un des quatre commissaires désignés par le Sénat le 2 avril 1814 pour rédiger le décret de déchéance de l’empereur. Louis XVIII le nomma dans la Commission chargée de rédiger la Charte, et le fit pair de France le 4 juin 1814. Au retour de Napoléon le 20 mars 1815, BARBÉ-MARBOIS essaya de rentrer en grâce auprès de l’empereur, par une démarche qu’il fit faire auprès de lui par son gendre, le général LEBRUN de PLAISANCE, mais celui-ci fut vertement rabroué. Napoléon s’indigna qu’« un homme qui, tenant tout de lui, eût témoigné un empressement d’ingratitude que la nécessité ne justifiait point », et il donna à BARBÉ-MARBOIS l’ordre de quitter incessamment Paris. COLLIN de SUSSY fut nommé premier président de la Cour des comptes. Après la seconde abdication de Napoléon et le retour de Louis XVIII, BARBÉ-MARBOIS retrouva sa place à la Cour des comptes. Lors du renvoi de TALLEYRAND et de la constitution du ministère présidé par le duc de RICHELIEU, il reçut le portefeuille de ministre de la Justice (27 septembre 1815), tout en conservant ses fonctions de premier président de la Cour des comptes. Sa modération dans cette fonction ministérielle fut toute relative, à l’occasion du vote des lois de la Terreur blanche : il obtint la substitution de la déportation à la peine de mort pour les cris séditieux et la provocation à la révolte. Invoquant la cruelle expérience qu’il en avait faite, il développa que la déportation était pire que la peine de mort. On peut conjecturer que c’était là une habile manœuvre pour éviter la mort, en se disant que par la suite ces rescapés de la guillotine pourraient espérer un adoucissement de leur sort, voire une libération, comme cela s’était passé pour lui. Cette conjecture est d’autant plus vraisemblable qu’en 1819 il proposa à la Chambre des pairs que la déportation fût remplacée par une autre peine, « proportionnelle à la nature et à la gravité des crimes. »

74Cependant dans l’affaire LA VALETTE il retint en prison la femme de l’évadé et il voulut la faire poursuivre comme complice. Dans le procès de NEY il soutint l’accusation comme commissaire du roi, mais se récusa comme juge, étant ministre. En dépit des gages ainsi donnés, BARBÉ-MARBOIS déplut aux ultras qui l’accusaient de s’être entouré de napoléonistes, et d’avoir pris pour secrétaire général de son ministère un protestant, le jeune François GUIZOT. Pourtant celui-ci était le fils d’un guillotiné de la Terreur, et en 1815 « il était allé à Gand » ! Le duc de RICHELIEU sacrifia BARBÉ-MARBOIS à la vindicte des ultras et aux pressions de Monsieur, comte d’Artois (10 mai 1816) et il le remplaça par DAMBRAY, gendre de BARENTIN, le dernier garde des sceaux de Louis XVI. Le royalisme du ministre limogé pour la seconde fois n’en souffrit apparemment pas : au début de 1817 BARBÉ-MARBOIS créa un comité en faveur du rétablissement de la statue d’Henri IV sur le Pont Neuf et en août 1818 il prononça le discours d’inauguration. Une couronne de marquis avait opportunément récompensé ce zèle pour la dynastie restaurée.

75Le témoignage du marquis d’AUDIFFRET donne une idée peu flatteuse de la compétence du premier président de la Cour des comptes dans l’exercice de ses fonctions. En effet, à la suite de l’ordonnance du 18 novembre 1817 qui réformait la comptabilité des receveurs généraux, le jeune d’AUDIFFRET fut mandaté au début de 1819 par le ministre des Finances, le baron LOUIS, pour régler avec la haute juridiction les modalités d’application de cette réforme : « Je me présentai donc, dit-il, avec l’autorisation ministérielle, au premier président, M. le marquis de BARBÉ-MARBOIS, qui me reçut dans son cabinet, en robe de cérémonie, avec toute la gravité de son caractère. Après les premières ouvertures, qu’il écouta sans les bien comprendre, il fit appeler à son aide les trois présidents de Chambre, revêtus comme lui de leur grand costume de velours noir et d’hermine. Je recommençai modestement, en frac, devant ce solennel auditoire, l’analyse de la nouvelle comptabilité […] Je m’aperçus bientôt que j’effrayais, par ces nouveautés, les habitudes routinières de ces esprits mal éclairés et défiants de toute modification dont ils ne savaient pas apprécier les utiles conséquences. Cependant l’un d’entre eux, M. BRIÈRE de SURGY [sur ce personnage, voir la notice d’HERVÉ de BEAULIEU], se montra plus conciliant que ses collègues et consentit à s’entendre avec moi sur mes différentes propositions qui furent, enfin, adoptées sans réserve. »

76Le 18 juillet 1830, à la suite de la prise d’Alger, BARBÉ-MARBOIS vint officiellement féliciter Charles X, qualifié dans sa harangue de « roi bien-aimé, bienfaiteur des hommes. » Mais trois semaines après, le 5 août, il harangua avec une égale courtisanerie le duc d’Orléans, comme lieutenant général du royaume, puis cinq jours plus tard, comme roi des Français. Comme tant d’autres girouettes depuis 1789, BARBÉ-MARBOIS servit tous les régimes successivement jusqu’à la monarchie de Juillet, à laquelle il prêta un énième serment de fidélité comme pair de France. Et même, après 1830 il poussa la flagornerie jusqu’à mêler sa voix aux détracteurs du régime de la Restauration, qu’il avait pourtant servi et adulé. D’après d’AUDIFFRET, « le 17 janvier 1832, le comte ROY, révolté du langage outrageant des ennemis du gouvernement de la Restauration, dont il avait été trois fois ministre [des Finances] prononça l’un de ses meilleurs discours à la Chambre des pairs et démontra péremptoirement les bienfaits de ce régime d’ordre, de grandeur et de prospérité publique, avec assez de clarté pour éclairer l’ignorance et pour confondre la calomnie […] Cette réplique éloquente à d’injustes accusations était d’autant plus opportune que le premier président de la Cour des comptes, M. le marquis de BARBÉ-MARBOIS, venait de reproduire publiquement, dans un discours de rentrée, les attaques inconvenantes dont sa compagnie tout entière avait repoussé la vivacité dans son rapport annuel. » D’AUDIFFRET précise d’ailleurs que c’est lui qui avait fourni à ROY des notes que le défenseur du gouvernement de la Restauration avait reprises dans son discours.

77À la même époque d’AUDIFFRET incita un député à faire voter un amendement au budget des dépenses de 1832, qui instaurait la publicité du rapport annuel de la Cour des comptes (loi de finance du 27 avril 1832, art. 15) : « Mais aussitôt que cette importante disposition législative fut connue du premier président, M. le marquis de BARBÉ-MARBOIS, sa prudence mal éclairée en conçut une alarme si vive qu’il supposa que cette exigence de la Chambre des députés avait été inspirée par un sentiment d’hostilité contre la Cour [des comptes], qui devait tôt ou tard la compromettre et la perdre. »

78Commençant à souffrir d’une cécité qui devait devenir totale à la fin de sa vie, BARBÉ-MARBOIS, âgé de près de quatre-vingt-dix ans, offrit sa démission à Louis-Philippe, qui sembla ne pas l’avoir acceptée. Mais quelques mois plus tard, le premier président apprit que le gouvernement envisageait d’accepter sa démission et de disposer de la place. Il écrivit au roi une lettre pour lui exprimer son étonnement, mais par dignité il réitéra son offre, qui fut aussitôt acceptée. BARTHE, contraint de quitter le ministère de la Justice en raison de sa politique répressive jugée excessive, lui succéda (4 avril 1834). Louis-Philippe lui envoya son portrait et une lettre qui se voulait aimable. Il allait accomplir sa quatre-vingt-douzième année quand il mourut le 12 janvier 1837, à son domicile parisien, chez son gendre LEBRUN de PLAISANCE, à l’angle de la place et du boulevard de la Madeleine.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

79Le catalogue des imprimés de la Bibliothèque nationale de France révèle la diversité des publications de BARBÉ-MARBOIS, reflet d’une carrière qui commença dans la diplomatie et finit dans la magistrature financière, après être passée par la politique. On peut regrouper ces publications très diverses sous huit rubriques :

Diplomatie et Belles-Lettres.

  • Essai sur les moyens d’inspirer aux hommes le goût de la vertu, 1769.
  • Julienne, Conte physique et moral, 1770.
  • Lettres de Madame la marquise de POMPADOUR, depuis 1753 jusqu’à 1762 inclusivement, et Lettres de Madame la marquise POMPADOUR, depuis 1746 jusqu’à 1752 inclusivement, 1771 et 1772 [Il s’agit d’un pastiche mystificateur, l’auteur de ces lettres étant en réalité BARBÉ-MARBOIS], plusieurs rééditions jusqu’en 1776, puis une nouvelle réédition en 1811.
  • Socrate en délire, ou Dialogue de Diogène de Synope, traduit de l’allemand de Christoph-Martin WIELAND, 1772
  • Mémoire historique relatif aux négociations qui eurent lieu en 1778 pour la succession de Bavière, traduit de l’allemand de Johann-Eustach von GOERTZ, 1812.

Histoire des États-Unis.

  • Complot d’ARNOLD et de sir Henry CLINTON contre les États-Unis d’Amérique et contre le général WASHINGTON, septembre 1780, 1816, rééd. 1831.
  • Histoire de la Louisiane et de la cession de cette colonie par la France aux États-Unis de l’Amérique Septentrionale, précédée d’un discours sur la Constitution et le gouvernement des États-Unis, 1829.

Saint-Domingue et les affaires coloniales.

  • État des finances de Saint-Domingue, contenant le résumé des recettes et dépenses de toutes les caisses publiques [depuis le 10 novembre 1785 jusqu’au 31 décembre 1788], 1788-1789, 2 vol., rééd. 1790 en un vol.
  • Correspondance de M. le M[arqu]is du CHILLEAU, gouverneur général de Saint-Domingue, avec M. le C[om]te de LA LUZERNE, ministre de la Marine, et M. de MARBOIS, intendant de Saint-Domingue, relative à l’introduction des farines étrangères dans cette colonie, [1789].
  • Réclamation de M. l’intendant de Saint-Domingue contre l’arrêt d’enregistrement de l’acte intitulé « Ordonnance de M. le gouverneur général, concernant la liberté du commerce pour la partie sud de Saint-Domingue », enregistré au Conseil supérieur de cette colonie le 11 mai 1789, 1789.
  • Remontrances de M. de MARBOIS, intendant de Saint-Domingue, contre l’arrêt d’enregistrement de l’acte intitulé « Ordonnance de M. le gouverneur général, concernant la liberté du commerce pour la partie sud de Saint-Domingue, [1789].
  • Mémoire laissé par M. BARBÉ de MARBOIS, intendant à Saint-Domingue, à M. l’ordonnateur en conformité des ordres du roi, 1789.
  • Mémoire et observations du sieur BARBÉ de MARBOIS, intendant des Isles-sous-le-Vent en 1786, 1787, 1788 et 1789, sur une dénonciation signée par treize de MM. les députés de Saint-Domingue, 1790.
  • Réflexions sur la colonie de Saint-Domingue, ou Examen approfondi des causes de sa ruine et des mesures adoptées pour la rétablir, 2 vol. 1796.
  • De la Guyane, de son état physique, de son agriculture, de son régime intérieur et du projet de la peupler avec des laboureurs européens, 1822.

80La BN conserve plusieurs rapports, opinions ou observations de BARBÉ-MARBOIS au Conseil des Anciens et à la Chambre des pairs, relatifs à l’indemnisation des colons de Saint-Domingue et à la traite négrière.

L’homme politique sous le Directoire.

  • Le maire de Metz destitué, Lettre au Corps législatif, 29 Vendémiaire an 1V.
  • Dénonciation d’un membre du Conseil des Anciens pour fait de trahison, 15 Brumaire an IV.
  • Parmi les nombreux rapports présentés par BARBÉ-MARBOIS au Conseil des Anciens, la BN conserve les exemplaires imprimés suivants : sur les ouvrages qui doivent servir de livres élémentaires dans les classes primaires (30 Ventôse an IV), sur le jugement des prises maritimes (8 Floréal an IV), sur la comptabilité nationale (7 Vendémiaire an V), sur une résolution qui met des fonds à la disposition du ministre des Finances (28 Brumaire an V), sur les droits de douane (23 Nivôse an V), sur la perception d’un second cinquième du montant des contributions de l’an V (20 Ventôse an V), sur la situation des Finances de l’an IV (28 Ventôse an V et jours suivants), sur une résolution relative aux dépenses du ministère des Relations extérieures (16 Prairial an V), sur le crédit à ouvrir au ministre de l’Intérieur pour les dépenses des administrations centrales (17 Thermidor an V), sur le traitement des commissaires du Directoire exécutif (19 Thermidor an V), sur les fonds mis à la disposition du ministre de l’Intérieur pour les dépenses communales (27 Thermidor an V), sur la gendarmerie (30 Thermidor an V), sur l’état des dépenses qui devront être acquittées par le Trésor public pendant le cours de l’an VI (Thermidor an V).
  • Parmi les nombreux discours ou opinions prononcés par BARBÉ-MARBOIS au Conseil des Anciens, la BN conserve les exemplaires imprimés suivants : motion d’ordre pour parvenir à la connaissance de la situation générale de la République (5 Brumaire an IV), sur la Marine (7 Pluviôse an IV), sur les pensionnaires de l’État (3 Fructidor an IV), à propos de la retenue sur les matières d’or et d’argent à convertir en espèces (16 Frimaire an V), sur la prise de Trieste (14 Germinal an V), sur les préliminaires de paix avec l’Autriche (11 Floréal an V), à propos d’un imprimé intitulé « Réflexions des citoyens DIJON et Cie sur le rapport fait au Conseil des Cinq Cents le 17 Floréal an V » (s.d.).
  • Mémoire adressé par BARBÉ-MARBOIS à sa femme, de Sinnamary (Guyane), le 12 Thermidor an VI [30 juillet 1798].
  • Journal d’un déporté non jugé [BARBÉ-MARBOIS], ou Déportation en violation des lois, décrétée le 18 Fructidor an V (4 septembre 1797), 2 vol. 1834, rééd. en 1 vol. en 1835.

Le ministre du Trésor.

  • Instructions pour les receveurs généraux de département et les receveurs particuliers d’arrondissement, an X-1802.

L’homme politique sous la Restauration et la monarchie de Juillet.

81En tant que garde des sceaux, de septembre 1815 à mai 1816, BARBÉ-MARBOIS présenta plusieurs projets de lois. La BN conserve plusieurs des discours de présentation de ces projets aux Chambres, en particulier sur la répression des cris séditieux et provocation à la révolte (Ch. Des députés, 6 octobre 1815), sur la nouvelle organisation de la Cour des comptes (Ch. Des députés, 6 novembre 1815), sur l’interprétation de deux articles du Code de commerce (Ch. Des pairs, 28 mars 1816)…

82En tant que pair de France, de juin 1814 à sa mort, BARBÉ-MARBOIS présenta un grand nombre de rapports ou émit de nombreuses opinions, jusqu’en 1828, dont la BN conserve le texte imprimé :

83RAPPORTS : sur divers objets renvoyés à la Commission des Finances (12 mai 1818), sur la libération des diverses classes d’acquéreurs du domaine de l’État (6 mars 1820), sur divers suppléments de crédits au budget de 1818 et sur le règlement définitif de ce même budget (1er rapport 2 mai 1820, 2e rapport 13 mai 1820), sur différentes pétitions envoyées à la Commission des voies et moyens (20 juillet 1820), sur différentes pétitions envoyées à la Commission du budget (28 juillet 1821), sur le règlement définitif du budget de 1822 (1er juillet 1824), sur le règlement définitif du budget de 1823 (13 mai 1825).

84OPINIONS : sur les projets de loi relatifs à la Banque de France (1er et 17 décembre 1814), à l’organisation des collèges électoraux (28 janvier 1817), à la Banque de France (18 avril 1818), à l’abolition du droit d’aubaine et de détraction (30 janvier et 25 mai 1819), au règlement des budgets de 1815, 1816, 1817 et la rectification provisoire du budget de 1818 (23 juin 1819), à divers suppléments de crédits sur le budget de 1818 (6 mai 1820), à la fixation du budget des dépenses de 1820 (15 juillet 1820), à un emprunt de 200 000 F par la ville de Metz pour réparation du pavé de la ville (17 avril 1821), aux pensions ecclésiastiques (27 juin 1821), à la fixation du budget des recettes et des dépenses de 1821 (30 juillet 1821), au recouvrement des contributions directes de 1822 (28 décembre 1821), au règlement définitif du budget de 1820 (28 et 29 mars 1822), à la fixation des dépenses et des recettes de l’exercice de 1822 (27 avril 1822), sur les douanes (24 juillet 1822), à la fixation du budget des dépenses et des recettes de 1823 (16 août 1822), à la fixation du budget des dépenses et des recettes de 1824 (5, 6, 7 mai 1823), à la retraite des juges pour cause d’infirmité (15 mai 1824), à l’émission d’emprunts par diverses villes (19 juillet 1824), à l’ouverture de nouveaux crédits pour complément de dépenses extraordinaires de l’exercice de 1823 (23 juillet 1824), à la fixation du budget des dépenses et des recettes de 1825 (2 août 1824), à la fixation du budget des dépenses et des recettes de l’exercice de 1826 (10 juin 1825), au règlement définitif du budget de 1824 (20 mai 1826), à l’émission d’emprunts par diverses villes (27 juin 1826), à l’acquisition de la partie du Palais Bourbon occupée par la Chambre des députés (13 juin 1827), à l’autorisation demandée par le ministre des Finances [ROY] de faire inscrire au Grand Livre de la dette publique jusqu’à concurrence de quatre millions de rentes (11 juin 1828), au règlement définitif du budget de 1826 (30 juillet 1828).

85En tant que président du Comité pour la restauration de la statue d’Henri IV, il prononça le discours d’inauguration, publié sous le titre, Précis exact de tout ce qui s’est passé à l’inauguration de la statue de Henri IV (25 août 1818) s. d.

Questions économiques.

  • La culture du trèfle, de la luzerne et du sainfoin, 1792.
  • Voyage d’un Français aux salines de Bavière et de Salzbourg en 1776, an IV.
  • Opinion de BARBÉ-MARBOIS, sur la résolution relative aux salines de la République, Conseil des Anciens, séances du 2 Messidor et du 8 Thermidor an V.
  • La richesse des cultivateurs, ou Dialogues entre Benjamin Jachère et Richard Trèfle, laboureurs, sur la culture du trèfle, de la luzerne et du sainfoin, an XI-1803.
  • Opinion de M. de MARBOIS sur le projet de loi relatif à l’exportation des grains, Chambre des pairs, Impressions diverses, Session de 1814, N° 82.

Criminologie et organisation pénitentiaire.

86La proposition que BARBÉ-MARBOIS fit à la Chambre des pairs le 30 mars 1819, tendant à substituer à la déportation une autre peine proportionnée à la nature et à la gravité des crimes, lui donna l’occasion de développer ses idées dans deux longs discours, prononcés à la Chambre des pairs les 6 et 27 avril 1819, et qui ont été imprimés.

  • Visite des prisons des départements de l’Eure et de la Seine-Inférieure par un membre de la Société royale pour l’amélioration des prisons [BARBÉ-MARBOIS], 1819.

87Le projet de loi relatif à la réforme de l’article 351 du Code d’instruction criminelle fit l’objet d’un rapport de BARBÉ-MARBOIS à la Chambre des pairs le 27 mars 1821, et d’un discours le 31, tous les deux imprimés.

  • Observations sur les votes de quarante-et-un conseils généraux concernant la déportation des forçats libérés, présentées à Monsieur le Dauphin, par un membre de la Société royale pour l’amélioration des prisons [BARBÉ-MARBOIS], 1828.

Nécrologies.

  • Éloge du c[itoye]n DUFRESNE, conseiller d’État, directeur général du Trésor public, 30 Pluviôse an X.
  • Discours prononcé le 21 juin 1824 à la Chambre des pairs, à l’occasion de la mort de M. le duc de PLAISANCE [LEBRUN].
  • Discours prononcé le 27 septembre 1830 à la Chambre des pairs, à l’occasion de la mort de M. le marquis de BARTHELEMY.

BIBLIOGRAPHIE

88MICHAUD, LXXIII 17-31

89HOEFER, IV 427-431

90ROMAN d’AMAT, V 246-251

91COUGNY, I 158-159

–––

92BRUGUIÈRE (Michel), Dictionnaire Napoléon, sous la direction de Jean TULARD, 1987, articles BARBÉ-MARBOIS et Finances publiques.

93DEVIOSSE (Jean), L’homme qui vendit la Louisiane, 1989 [à utiliser avec prudence car légèrement romancé].

94FAVIER (André), Un homme de transition, François de BARBÉ-MARBOIS, lorrain et magistrat, Mémoires de l’Académie de Stanislas, 1979-1980, série 7, t. 8, pp. 173-184.

95MOLLIEN (Nicolas-François), Mémoires d’un ministre du Trésor public, 1780-1815, 1898.

96PARKER-CHASE (Eugène), Our Revolutionary Forefathers [publication des lettres écrites par BARBÉ-MARBOIS pendant son séjour aux États-Unis], 1929.

97PASSY (Antoine), Notice sur M. de MARBOIS, 1837 ;

98POIRIER (abbé F. J.), Metz, Documents généalogiques. Armée, noblesse, haute bourgeoisie d’après les registres des paroisses, 1561-1792, 1899.

99TRIBOUT de MOREMBERT (H.), Une famille d’ancienne bourgeoisie messine, les Mary, Les Cahiers lorrains, nouvelle série, 8e année, 1956, pp. 71-75.

100TRIBOUT de MOREMBERT (H.), Une famille d’ancienne bourgeoisie messine et ses alliances, les BARBÉ et BARBÉ de MARBOIS, seigneurs de Borny, 1958.

101WILSON LYON (E.), Le Directoire et Barbé-Marbois, dans la revue La Révolution française, année 1938, pp. 332-349.

ARCHIVES

Archives nationales.

102AB XIX 3372 (dossier 8), Lettres de BARBÉ-MARBOIS ministre du Trésor public. AF III 130 (dossier 611), Rapport de BARBÉ-MARBOIS sur la situation de la Trésorerie nationale, adressé au Directoire par les commissaires du Conseil des Anciens chargés de la surveillance de celle-ci, an IV.

103AF IV 927 N° 273, Traité entre le ministre du Trésor et le banquier BASTIDE pour la négociation des traites des receveurs généraux sur les patentes de l’an X, 3 Ventôse an X, N° 274, Rapport de BARBÉ-MARBOIS sur les salines de la République Helvétique et sur le paiement des soldes arriérées, 3 Ventôse an X.

104AF IV 1082, Rapports du ministre du Trésor BARBÉ-MARBOIS. Dossier 1 : an IX-an XII [N° 122 : projet de traité avec les banquiers, s.d./N° 123-126 : traité avec l’agence des receveurs généraux an XI-an XII/N° 127-139 : traité avec les banquiers BARRILLON et DESPREZ, an X/N° 140 6 148 : traité avec PERRÉGAUX et Cie, Thermidor an IX]. Dossier 2 : idem, an XI-1806. Dossier 3 : idem, 1806.

105AF IV 1087, Correspondance générale des ministres du Trésor adressée au Premier consul, puis à l’empereur. Dossier 2 : BARBÉ-MARBOIS (an X-an XI). Dossier 3 : BARBÉ-MARBOIS (an XII-an XIV).

106F 30* 105, Rapports de BARBÉ-MARBOIS au Conseil des Anciens sur la Trésorerie nationale, an IV-an V.

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris.

107CIX-901, 12 Brumaire an IX-3 novembre 1800, Achat de la ferme de Belle-Assise.

108CIX-905, 4 et 7 Frimaire an XI-25 et 28 novembre 1802, Contrat de mariage LEBRUN/BARBÉ-MARBOIS.

109CIX-908, 1er Floréal an XII-21 avril 1804, Achat du domaine de Noyers.

110XLV-801, 13 janvier 1837, Dépôt du testament olographe de BARBÉ-MARBOIS.

111XLV-801, 23 janvier 1837, Inventaire après le décès de BARBÉ-MARBOIS.

Archives de Paris.

112DQ 7 3451, 7 juillet 1837, Déclaration de la succession de BARBÉ-MARBOIS.

113DQ 8 475, Déclaration du décès de BARBÉ-MARBOIS.

Archives du ministère des Relations extérieures.

114Outre d’abondantes sources relatives à sa carrière diplomatique en Allemagne et aux États-Unis, dans la série Correspondance politique et dans la série Mémoires et documents, il convient de mentionner, pour la carrière financière, sous la cote MD France 1415, les rapports adressés à Napoléon par BARBÉ-MARBOIS, ministre du Trésor.

Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits.

115Naf 11961, Correspondance de BARBÉ-MARBOIS relative à la situation de la France sous le Directoire, an IV-an V.

Bibliothèque de la Fondation Thiers.

116Mss Masson 167, Lettres de BARBÉ-MARBOIS, ministre du Trésor.

Archives départementales de la Moselle.

117J 1345, Un mémoire de BARBÉ-MARBOIS sur le Trésor public.

118410 Q 4/177, 12 Messidor an VIII, Achat de bois au ban de Berupt

119410 Q 7/181, 14 Prairail an IX, Vente de terres au ban de Liéhon

120410 Q 22/40, 17 Brumaire an XIII, Vente de maison à Metz

121410 Q 48/37, 20 juillet 1809, Achat de bois au ban de Luppy

122410 Q 82/55, 2 mai 1816, Vente de bois au ban de Vigny

123410 Q 153/101, 2 avril 1825, Vente de métairie à Louvigny

124410 Q 161/56, 1er juillet 1825, Vente de ferme à Vigny

125410 Q 167/68, 8 février 1826, Vente de la cense de Berupt

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/874/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search