Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (I)

 | 
Guy Antonetti

Lindet (Jean-Baptiste-Robert)

Texte intégral

1Né à Bernay (Eure) le 2 mai 1746
Décédé à Paris (XIe arrondissement ancien) le 16 février 1825
Fils de Thomas LINDET (1707-1790) et de Marie-Jeanne JOUVIN († avant 1790)
Ministre des Finances du 2 Thermidor an VII-20 juillet 1799 au 19 Brumaire an VIII-10 novembre 1799

2© Portrait par Jules Porreau, BN, N2D 192 220.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

3Famille originaire de Rouen, installée au xviie siècle à Bernay, où elle figurait dans la bourgeoisie aisée des marchands de bois.

41. [bisaïeul] Jacques LINDET, originaire de Rouen, fixé à Bernay, d’où :

52. [aïeul] Robert LINDET, marchand bourgeois de Bernay, négociant en bois, marié à Marguerite MARCHAND, d’où :

63. [père] Thomas LINDET, né en 1707, décédé à Bernay le 8 juillet 1790 à 83 ans 3 mois, négociant en bois. Un des notables bourgeois de Bernay en 1789. Sa profession le mettait en relations avec les gestionnaires des grandes forêts de la région (Broglie, Conches, Navarre), en particulier celles du duc de BROGLIE et du duc de BOUILLON. À ce titre, son fils, le futur ministre des Finances, fut mis en relations avec les concessionnaires de ces vastes forêts, tels que CAROILLON et ROY [voir la notice de ROY]. Marié le 24 novembre 1741 à Marie-Anne JOUVIN, d’où :

  1. [frère] Robert-Thomas LINDET, né à Bernay le 13 novembre 1743. Il fit ses études secondaires au collège de Bernay, puis au petit séminaire de Saint-Sulpice à Paris à partir de 1763. Maître ès arts (1768), bachelier (1770) puis licencié (1772) en théologie, nommé par l’évêque de Lisieux (CONDORCET, oncle du philosophe) vicaire perpétuel de la paroisse Sainte-Croix de Bernay, la paroisse de ses parents. Ce vicariat perpétuel était une cure à portion congrue de 1 300 livres par an, car la cure appartenait à l’abbaye de Bernay, qui était en commende. Député du Clergé aux États généraux, il prêta le serment d’adhésion à la Constitution civile du Clergé. L’évêque d’Évreux (NARBONNE-LARA) ayant refusé le serment, comme la quasi-totalité des évêques, Thomas LINDET fut élu évêque de l’Eure en février 1791, sacré par GOBEL à l’Oratoire à Paris et installé à Évreux en mars. Élu à la Convention en même temps que son frère Robert en septembre 1792, Thomas LINDET se démit du sacerdoce et de l’épiscopat le 7 novembre 1793 et, âgé de quarante-neuf ans, il épousa le 18 novembre sa gouvernante, Julie-Scolastique DESPLANQUES, âgée de trente-trois ans. Élu au Conseil des Anciens en 1795, il se prononça contre l’emprunt forcé le 10 décembre. Réélu en l’an VI, il fut invalidé par le coup d’État du 22 Floréal an VI (11 mai 1798). Lors de la réaction jacobine qui porta son frère au ministère des Finances à la suite du coup d’État du 30 Prairial an VII (18 juin 1799), il fut nommé commissaire du Directoire pour le département de l’Eure. La réforme administrative du 28 Pluviôse an VIII (17 février 1800) le priva de ces fonctions. Ayant refusé de reconnaître le coup d’État du 18 Brumaire, l’exécutif départemental de l’Eure fut destitué. Ce fut MASSON de SAINT-AMAND qui fut nommé préfet. Thomas LINDET rentra dans la vie privée jusqu’à son décès, le 10 août 1823. De son mariage avec Julie-Scolastique DESPLANQUES, Thomas LINDET eut d’abord deux enfants morts en bas âge, puis une fille, [nièce] Adèle LINDET, née le 5 Floréal an VII-24 avril 1799 et décédée en 1813.
  2. [sujet de cette notice] Jean-Baptiste-Robert LINDET.
  3. [sœur] Marie-Anne-Thérèse LINDET, née le 27 mars 1751. Baptisée le 28, elle eut pour parrain Charles-Louis SYMON, écuyer, sieur de La Fermentière ( ?), gendarme de la Garde du roi, officier de S.M. la reine, et pour marraine Cécile-Thérèse-Élisabeth LE DANOIS, épouse de Robert JOUVIN, marchand bourgeois. Élevée au couvent des dames chanoinesses de Saint-Augustin, elle fut mariée le 21 mai 1772 à Charles DEPIERRE, négociant à Bernay, né vers 1735, décédé le 22 avril 1790, d’où deux fils :
    - [neveu] Charles-Jacques DEPIERRE, baptisé le 30 juillet 1773, décédé en 1810.
    - [neveu] Casimir-Thomas DEPIERRE, né en 1779, décédé en 1826. Il eut pour parrain son oncle Thomas LINDET. Au décès de son oncle Robert LINDET en 1825, ce fut lui qui fit la déclaration de succession, ayant procuration sous seing privé de l’unique héritière, sa cousine germaine Élisabeth-Arsène LINDET. Il habitait 393 rue Saint-Honoré et se nommait « Casimir-Thomas de VILLENEUVE de PIERRE ».
    - Marie-Anne-Thérèse LINDET resta toute sa vie à Bernay, entretenant une correspondance suivie avec ses deux frères, en particulier Thomas. Elle décéda en 1819.
  4. [frère] François LINDET, « fantaisiste et dissipé » (François PASCAL). En 1791 il était marié puisqu’à la messe solennelle présidée à Bernay par son frère Thomas LINDET, à l’occasion de son installation comme évêque de l’Eure, la quête fut faite « par Mme LINDET, belle-sœur de l’évêque, conduite par son beau-frère [Robert LINDET], procureur syndic du district de Bernay] ». François LINDET décéda le 17 avril 1826 dans une maison de santé, où il avait été placé par sa famille. Il ne semble pas avoir eu de postérité.

FAMILLE MATERNELLE

71. [Aïeul] Robert JOUVIN, marchand bourgeois de Bernay, décédé avant 1741, marié à Marie-Marguerite FOLLIN [qui fut en 1743 marraine de son petit-fils aîné Thomas LINDET], d’où :

82. [mère] Marie-Anne JOUVIN, née vers 1720, décédée avant 1790 [elle fut en 1773 marraine de son petit-fils aîné Charles-Jacques DEPIERRE].

MARIAGE

9Lors de sa mission de représentant de la Convention dans le département du Calvados, d’août à octobre 1793, Robert LINDET contribua à sauver de la guillotine Pierre MESNIL, un notable marchand bourgeois protestant de Caen, administrateur du département (décédé après 1829). Ils se lièrent d’amitié, et ce fut chez Pierre MESNIL et sa femme Marie BOISNE, que Robert LINDET alla se cacher en 1796 lorsqu’il fut décrété d’accusation dans l’affaire du complot babouviste. Il s’éprit de leur fille Marie-Agathe-Élisabeth MESNIL, née le 16 septembre 1772, et malgré la grande différence d’âge, il l’épousa à Caen le 18 Floréal an VI-7 mai 1798. Elle décéda peu après lui, le 27 mars 1825, à leur domicile parisien, 7 rue Mignon.

10De ce mariage naquit une fille unique, Élisabeth-Arsène LINDET, née le 27 Germinal an VII-6 avril 1799, décédée le 30 mars 1869, mariée à Paris en août 1829, au temple protestant de l’Oratoire, rue Saint-Honoré, à Alexandre BODIN (1804-1892), fils de Melchior BODIN, marchand de biens et banquier à Lyon, et d’Émilie de MONTGOLFIER. Alexandre BODIN fut député à l’Assemblée nationale en 1848 et au Corps législatif sous le Second Empire. Descendance BODIN survivante jusqu’à nos jours.

II. LE PERSONNAGE

L’éducation.

11Il fit de bonnes études secondaires au Collège Sainte-Croix de Bernay, où il acquit une solide culture classique, puis il s’inscrivit à la Faculté de droit de Caen, où il obtint la licence le 20 juillet 1767.

La religion.

12Élevé dans la religion catholique, affilié avant 1789 à l’une des deux loges maçonniques de Bernay, devenu indifférent, il épousa une protestante et éleva sa fille dans cette confession.

Le portrait.

13Le département des estampes de la BN, N 2, conserve une copie d’une lithographie de 1820, faite en 1853 par le peintre Jules PORREAU. LINDET mesurait environ 1,70 m-1,73 m, il était châtain avec les yeux bleus, une figure longue et maigre et un grand nez. Il avait la voix fluette et haut perchée : dans les assemblées politiques de la Révolution, il fut gêné par cette faiblesse vocale. C’était un homme de dossiers, travailleur infatigable, de tempérament calme, mais très susceptible. Convaincu de la nécessité impérieuse d’un État fort et centralisé, il se brouilla avec les Girondins : ceux-ci lui vouèrent une haine féroce, en particulier VERGNIAUD qui le compara à une hyène. D’après THIBAUDEAU, « c’était un petit homme, sec, nerveux, instruit, habile, laborieux, discret et prudent […] À la Montagne et aux Jacobins, il jouissait de la plus grande considération. Les Thermidoriens ne l’aimaient pas, mais le respectaient ». Pourtant il ne fut jamais membre du Club des Jacobins, ni du Club des Cordeliers.

14Sa santé paraît avoir été médiocre, si l’on en juge par les conseils de son entourage familial qui lui recommandait sans cesse de se ménager. En décembre 1794 il se rendit à Évreux pour se faire soigner par le célèbre abbé SOURY, inventeur de la fameuse liqueur de jouvence et adepte de la phytothérapie. L’abbé était en prison pour refus de serment. LINDET fut très satisfait de ses soins, et c’est probablement sur son intervention que l’abbé guérisseur fut remis en liberté le 20 janvier 1795.

Les domiciles et résidences.

15À Bernay à sa naissance, ses parents habitaient l’actuelle impasse Saint-Vincent-de-Paul. Lorsqu’il vint à Paris en octobre 1792, à la suite de son élection à l’Assemblée législative, il s’établit à proximité de l’Assemblée dans une chambre, au 3e étage, rue Saint-Honoré, louée à un chirurgien, meublée « d’un petit mauvais secrétaire et d’une grande commode ». Parmi les autres locataires de ce chirurgien figurait le baron de SALIS, l’un des officiers de la Garde Suisse du roi, appartenant à l’une des familles nobles toutes puissantes dans le Canton des Grisons. Le 10 août LINDET le cacha dans sa chambre, l’arrachant au massacre atroce que subirent les malheureux gardes suisses après la capitulation du château, puis il s’employa avec succès à le faire sortir de France.

16En 1798, après son mariage, il loua à Caen « un petit logement dans un appartement de 3/4 pièces sur la place Saint-Sauveur ». Pendant son court ministère, de juillet à novembre 1799, il logea au ministère dans l’ancien hôtel du Contrôle général, rue Neuve des Petits-Champs. Contraint de quitter ce somptueux palais ministériel après le coup d’État du 18 Brumaire, il s’installa dans un petit appartement composé de deux chambres et un bureau, dans l’ex-rue Sainte-Anne, devenue la rue Helvétius. Puis il déménagea en janvier 1800 pour la rue du Paon [voie disparue de nos jours, au carrefour de l’Odéon], en juillet 1800 pour la rue de la Calandre [voie disparue de nos jours, à l’emplacement de la Préfecture de police dans l’Île de la Cité], et enfin il se fixa définitivement en novembre 1801 rue Mignon, tout à côté de la rue du Paon et des anciens bâtiments du couvent des Cordeliers, là où avait siégé pendant la Révolution le célèbre club extrémiste. LINDET passa ainsi les vingt-cinq dernières années de sa vie au cœur du Paris populaire, sans-culotte et cordelier, que le percement des boulevards Saint-Germain et Saint-Michel fit disparaître sous le Second Empire. C’est là qu’il décéda au N° 7 de la rue Mignon, la petite rue où avait été installée la toute première fabrique d’assignats en 1790…

La sépulture.

17Il fut inhumé avec sa femme au cimetière de l’Est, dit du Père-Lachaise (28e division, N° 718 au cadastre) : à l’emplacement de la sépulture un arbre a poussé qui a fait disparaître celle-ci.

III. LA FORTUNE

18La charge de procureur du roi à l’élection de Bernay, acquise en 1778, fut liquidée sous la Révolution, à la valeur de 9 600 livres. D’après la déclaration de sa fortune qu’il fit à la fin de 1795, elle se composait, lorsqu’il avait été élu député en 1792, des éléments suivants :

  • Une petite ferme à Plasnes, près de Bernay, provenant de la succession paternelle (dans la liquidation de la succession de LINDET en 1825 elle fut estimée à 33 000 F.).
  • La finance de l’office mentionné ci-dessus, liquidée à 9 600 F.
  • Un capital de 3 000 livres, reste dû sur le prix de vente d’une maison à Bernay.
  • Un capital de 3 175 livres, dû par l’abbaye de Bernay, lors représentée par la Nation.
  • 28 000 livres, dont 6 000 en liquide et 22 000 prêtées à divers débiteurs, plus un beau mobilier.

19À la fin de 1795 l’office avait été remboursé et tous les autres éléments, à l’exception de la ferme de Plasnes, subissaient les effets de la dévaluation monétaire. D’autre part il réclamait en vain les indemnités qui lui étaient dues comme député pour frais de mission dans les départements et pour frais d’impression de deux mémoires. Bref, la Révolution, loin de l’avoir enrichi, avait détérioré sa situation de fortune. Son élection dans les Conseils du Directoire ayant été invalidée en octobre 1795, il se trouva sans emploi, et pourvu de ressources insuffisantes. Il s’adressa au Directoire qui lui proposa, soit un poste d’agent secret à Bâle, soit le poste de commissaire du gouvernement auprès de l’administration départementale de l’Eure. Il les refusa tous les deux. Jusqu’à son mariage il vivota dans le journalisme politique, puis il fit un séjour en prison et enfin il vécut dans la clandestinité chez les MESNIL à Caen.

20Cependant, à la suite de la loi du 16 Brumaire an V-6 novembre 1796, qui bradait les biens nationaux, il pensa « acheter un domaine national de 1 800 livres de revenu suivant un bail passé devant notaire en 1781 » : « Je ne devais, dit-il, débourser en rescriptions que 3 900 livres pour acquérir la propriété de ce domaine ; il ne devait m’en coûter réellement que 2 000 quintaux de froment, c’est-à-dire moins de 1 800 livres, le produit d’une seule année. » En clair cela signifiait que dans cette mise à l’encan des biens nationaux ceux-ci étaient proposés aux acquéreurs à 5 % seulement de leur valeur réelle ! Pourtant il ne semble pas qu’il ait donné suite à ce projet.

21Lors de son mariage en mai 1798 sa femme reçut en dot de ses parents la propriété de la moitié de deux corps de logis contigus leur appartenant, rue Saint-Pierre à Caen, près de l’ancienne Halle aux blés (l’autre moitié avait été donnée en dot à la sœur de la future épouse, la citoyenne PAYSAN). Le second corps de logis était grevé d’une rente de 350 livres, que chacune des deux soeurs paierait par moitié.

22En vue de ce mariage, LINDET, qui venait d’être élu député, avait écrit quelques jours auparavant à MERLIN de DOUAI, qui était alors l’un des cinq directeurs, pour solliciter de nouveau une place dans l’administration. MERLIN de DOUAI, surtout désireux d’écarter des Conseils les survivants de l’an II, lui proposa un poste de commissaire du gouvernement au tribunal du Calvados, ce qui impliquait la démission du mandat de député. LINDET refusa, mais quatre jours plus tard eut lieu le coup d’État du 22 Floréal an VI, à la suite duquel son élection fut invalidée. Il avait perdu sur tous les tableaux. Il resta à Caen, où il commença d’exercer la profession d’avocat conseil.

23Après son bref passage au ministère des Finances, où pendant quatre mois il dut recevoir le traitement mensuel de 4 187 F, il renonça à tout emploi public. Pendant vingt-cinq ans il vécut donc des revenus de ses biens et de ceux de sa femme, et de ses honoraires d’avocat consultant. Sa fortune personnelle se composait, outre la ferme de Plasnes, d’une maison à Rouen, 19 rue des Maillots, d’une valeur de 20 000 F, qui appartenait à la famille de sa mère et dont la nue-propriété, en indivision avec son frère et sa sœur, lui échut en 1806. Lors de son décès en 1825, la déclaration de succession faite à Paris ne porta normalement que sur l’actif mobilier, soit 13 000 F (les immeubles de Plasnes et de Rouen ayant dû faire l’objet de déclarations aux bureaux de leur situation) : cette déclaration laisse deviner une aisance bourgeoise, avec un mobilier estimé à plus de 4 000 F et plus de 8 000 F en argent comptant, billets de reconnaissance de dette et reliquat des loyers échus.

24Unique héritière de ses père et mère décédés à un mois d’intervalle, Arsène LINDET se trouva, comme le lui écrivit son grand-père maternel survivant, Pierre MESNIL, à la tête d’une « belle fortune » : quand elle se maria en 1829, le même grand-père MESNIL s’inquiéta, dans sa lettre de félicitations, de savoir si « la dot du futur était en rapport avec la belle fortune qu’elle possédait. »

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LE MINISTÈRE DES FINANCES

25De 1778 à la Révolution Robert LINDET exerça les fonctions de sa charge de procureur du roi à l’élection de Bernay. Les élections étaient les juridictions du premier degré en matière de fiscalité royale directe, dont le principal élément était la taille royale : les affaires jugées par les élections étaient pour la plupart des requêtes en surtaux, présentées depuis 1761 par le requérant dans un mémoire, sans avocat. Le procureur du roi était chargé de défendre le plaignant. L’exercice de cette charge pendant plus de dix ans donna donc à Robert LINDET une expérience pratique des affaires de la fiscalité directe.

26Dès le début de la Révolution, il prit une part active à l’action politique locale à Bernay, où son père était l’un des 27 notables élus conformément à la réforme de LAVERDY de 1764-1765, et où son frère aîné Thomas fut élu député du clergé aux États généraux. Conformément aux décrets du 14 décembre 1789, les élections municipales eurent lieu à Bernay le 3 février 1790 : sur 162 électeurs (citoyens actifs payant un impôt direct égal ou supérieur au salaire de trois jours de travail), 119 choisirent Robert LINDET, qui devint ainsi maire de Bernay. Peu après, il fut élu, le 30 juin 1790, procureur-syndic du département de l’Eure.

27Le 29 août 1791 il fut élu député du département de l’Eure à l’Assemblée législative. Il siégea à gauche, bien qu’il n’eût jamais été affilié au Club des Jacobins, ni au Club des Cordeliers. Membre du Comité de liquidation, il s’y lia à CAMBON, dont il partageait les idées et qu’il chargeait souvent de parler à sa place, parce que la faiblesse de sa voix ne lui permettait pas de s’imposer dans les débats. Ainsi se noua une collaboration « entre ces deux hommes rugueux, montagnards modérés et financiers probes et rigoureux » (F. PASCAL).

28Au début de septembre 1792, il fut élu, ainsi que son frère Thomas, député de l’Eure à la Convention. Membre du Comité de législation, ce fut lui qui présenta le 10 décembre le rapport sur la conduite de Louis XVI depuis le commencement de la Révolution, qui servit d’acte d’accusation, et dont la conclusion déclarait le roi coupable de connivence avec l’étranger et de trahison envers l’État. Avec son frère, il vota la mort du roi, sans appel ni sursis.

29Lors de la création du premier Comité de Salut Public de neuf membres (6 avril 1793), il ne fut que le treizième de la liste initiale, mais le lendemain, DEBRY ayant refusé sa nomination pour raison de santé, ce fut Robert LINDET qui fut élu à sa place, et le Comité le désigna aux fonctions de secrétaire avec BARÈRE. Le 10 avril les membres du Comité se répartirent entre eux les tâches : Robert LINDET fut chargé avec GUYTON-MORVEAU de la correspondance avec l’intérieur, des subsistances et des finances, de la distribution des affaires au sein du Comité et de la surveillance des bureaux. LINDET y déploya une intense activité : d’avril à juin 1793 presque toutes les minutes des procès-verbaux des séances furent écrites de sa main.

30Le 2 juin 1793 il vota l’arrestation des vingt-neuf députés et deux ministres girondins, puis il fut envoyé au cours de l’été 1793 en mission en province pour mater la rébellion fédéraliste. À Lyon en juin il échoua, en revanche en Normandie, dans la Calvados et l’Eure, de juillet à septembre il parvint habilement à rétablir l’autorité de la Convention sans recourir à la violence, ni à la terreur, comme FOUCHÉ à Lyon, TALLIEN à Bordeaux, LE BON à Arras, CARRIER à Nantes, BARRAS et FRÉRON à Marseille… Pourtant ses relations avec les deux collègues envoyés en Normandie avec lui, DUROY et BONNET, furent difficiles. Ils demandèrent tous les deux leur rappel, mais BONNET précisa au Comité de Salut Public : « LINDET est un homme un peu difficile. Il a le genre nerveux très sensible et ne souffre pas volontiers les représentations. Cependant comme il est grand travailleur et très capable ce serait un très grand malheur s’il était remplacé au moment où il est au courant de ce pays-ci. » Finalement sur la proposition de BARÈRE, la Convention rappela DUROY et BONNET (3 septembre 1793) et adjoignit OUDOT à LINDET. Il en résulta que la plupart des dirigeants locaux compromis, dont son futur beau-père MESNIL à Caen, sauvèrent leur tête. Ce séjour à Caen et à Évreux lui révéla concrètement les difficultés de la question des subsistances à l’échelon local, ce qui contribuerait opportunément à éclairer son action dans l’éloignement des bureaux parisiens.

31À son retour à Paris le 15 Brumaire an II-5 novembre 1793, « il y avait, dit-il, douze cent mille hommes sous les armes. Il fallait les entretenir et les faire subsister. Il fallait pourvoir aux besoins de Paris, qui ne pouvait alors supporter aucunes privations. » Il empêcha que l’on recourût à une armée révolutionnaire de l’intérieur, qui eût procédé par la violence à la saisie des subsistances dans les campagnes et à leur distribution aux armées des frontières et aux villes. Sous l’impulsion de LINDET, la Commission des subsistances, qui employa jusqu’à 500 personnes, devint en fait un tentaculaire ministère de l’économie de guerre, ayant la haute main sur le commerce extérieur (importations nécessaires, exportations possibles, règlements financiers des opérations), la production agricole et industrielle, la réquisition, la taxation, le transport et la distribution des produits… Comme CAMBON, comme RAMEL, Robert LINDET couvrit donc les opérations qu’au nom du Salut Public il fallut bien conclure, en violation des lois que la Terreur appliquait aux particuliers : « Aussi bien que RAMEL au Comité des finances, il avait donc tout su des moyens auxquels le « Salut Public » avait dû recourir, et des fortunes bâties sur ces moyens » (M. BRUGUIÈRE). Par la suite il refusa toujours de désavouer ce qu’il avait couvert, et qui était justifié à ses yeux par l’impérieuse nécessité d’assurer à tout prix la victoire de la Révolution et de la République. De fait, avec CARNOT à la Guerre et CAMBON aux Finances, LINDET aux Subsistances a formé le trio des véritables fondateurs de la République, en assurant la victoire de ses armées à l’extérieur et à l’intérieur. Et tous trois restèrent des opposants irréductibles à l’Empire.

32Lorsque les ministères furent supprimés le 12 Germinal an II-1er avril 1794 et remplacés par douze Commissions sous l’autorité du Comité de Salut Public, LINDET fut chargé de la surveillance des Commissions N° 3 (agriculture et industrie), N° 4 (commerce et approvisionnements) et N° 7 (transports et messageries).

33Président de la Convention en Floréal an II, il resta neutre dans les événements du 9 Thermidor, et il fut maintenu dans le Comité de Salut Public réorganisé le 11, mais il ne tarda pas à devenir suspect aux yeux des Thermidoriens. Le 15 Vendémiaire an III-5 octobre 1794, avec CARNOT et PRIEUR de La Côte d’Or, derniers représentants avec lui du « grand Comité », celui de l’an II, il sortit du Comité de Salut Public. En vain s’opposa-t-il à la réintégration dans la Convention des 73 députés protestataires de juin 1793, qui avaient été arrêtés en octobre suivant : ils furent rappelés le 18 Frimaire an IV-5 décembre 1794, et ils contribuèrent à faire basculer la majorité.

34Quand les Thermidoriens attaquèrent COLLOT d’HERBOIS, BARÈRE et BILLAUD-VARENNE, Robert LINDET estima que tous les membres de l’ancien Comité de Salut Public étaient menacés et il intervint le 2 Germinal an III-22 mars 1795 : dans un long discours il justifia et glorifia l’action du Comité de Salut Public de l’an II. « C’est le gouvernement [de ce Comité] tout entier, dit-il, que vous devez juger. Je demande qu’il soit fait un rapport général qui embrasse tout le gouvernement, qui sépare bien les opérations qui tiennent au malheur des temps, à sa nécessité, de celles dont on ne pourrait inférer que des accusations personnelles. Jamais on ne m’arrachera un honteux désaveu, une rétractation qui n’est pas dans mon cœur. Mes écrits, mes discours, mes actes, je soumets tout à la censure. On y trouvera toujours la même constance dans les principes, la même fermeté dans la résolution de défendre la liberté de mon pays. On verra que jamais je n’ai conseillé les mesures violentes ou sanguinaires. » Conseillé peut-être pas, entériné certainement, au nom de la « nécessité ».

35Après l’insurrection du 1er Prairial an III-20 mai 1795, les Thermidoriens se déchaînèrent contre Robert LINDET, accusé d’en avoir été l’un des instigateurs, et ils obtinrent son arrestation le 9 Prairial comme complice des violences de la Terreur. Il fut incarcéré dans le Collège des Quatre-Nations, transformé en prison. Le 12 Thermidor-30 juillet il fut autorisé à réintégrer son domicile, et s’acharna à publier sa défense. Avant de se séparer la Convention prononça une amnistie générale (4 Brumaire an IV), qui rendit LINDET libre de toute inculpation, mais le laissait inéligible. Bien qu’élu dans le département du Nord, il ne put siéger dans les Conseils du Directoire, où son frère Thomas, élu dans le département de l’Eure, siégea au Conseil des Anciens.

36Ayant sollicité un emploi du Directoire et ayant refusé l’un et l’autre de ceux qui lui furent proposés, il indisposa CARNOT à son égard. À la faveur de la liberté de la presse retrouvée au début du Directoire, de nombreux journaux parurent. Un ancien conventionnel régicide, POULTIER d’ELMOTTE, publia L’Ami des Lois, de tendance jacobine modérée : Robert LINDET y fit paraître de nombreux articles à la fin de 1795 et au début de 1796, où il exposa ses idées en matière de finances, de monnaie et de subsistances, en critiquant la politique du Directoire. En particulier il défendit avec acharnement l’idée d’une revalorisation des assignats, et se déclara hostile tant aux cédules hypothécaires qu’aux projets de banque de LECOUTEULX, FAIPOULT et JOHANNOT [voir la notice de FAIPOULT]. Il répétait que cette banque serait indépendante du gouvernement, mais que le gouvernement serait sous la dépendance de cette banque. Les partisans de la Banque lui attribuèrent la responsabilité de l’échec de ce projet.

37L’opposition au gouvernement mit LINDET en relation avec un groupe d’anciens montagnards, nostalgiques de la Constitution de l’an I, qui se rapprochèrent de BABEUF et de ses amis. Ces derniers organisèrent un complot en Germinal-Floréal an IV (avril-mai 1796). Des rapports de police suspects mentionnèrent Robert LINDET parmi les participants aux conciliabules des conjurés. Les arrestations commencèrent le 20 Floréal et BARRAS, l’un des cinq directeurs, ordonna l’arrestation de LINDET le 21. Celui-ci, averti, s’enfuit et alla se cacher à Caen chez Pierre MESNIL. Un an après la Haute Cour de Vendôme condamna à mort BABEUF et DARTHÉ, sept autres prévenus à la déportation, et tous les autres furent acquittés (7 Prairial an V-26 mai 1797). LINDET sortit de la clandestinité. Il fut de nouveau élu à la députation, à Paris en Germinal an VI (avril 1798), mais ces élections, marquées par une forte poussée de la gauche jacobine, provoqua le coup d’État du 22 Floréal-11 mai 1798, par lequel 106 députés réputés jacobins, dont LINDET, furent invalidés.

AU MINISTÈRE DES FINANCES

38Les élections de l’an VII (mai 1799) accentuèrent tellement la poussée de la gauche jacobine qu’il parut impossible de recommencer l’opération de l’an VI. SIÉYÈS, entré au Directoire le 16 mai à la place de REWBELL, obtint des Conseils l’élimination de trois des quatre autres directeurs, et la nomination du jacobin GOHIER, et de deux comparses, créatures de SIÉYÈS. Ainsi renouvelé à la mi-juin 1799 le Directoire nomma de nouveaux ministres, choisis pour plaire à la gauche. Pour les Finances, GOHIER avait pensé à LINDET, pour lequel il avait toujours eu une grande estime, mais SIÉYÈS avait prévenu la démarche en proposant le portefeuille à GAUDIN : celui-ci réitéra le refus qu’il avait déjà opposé au premier Directoire à la fin de 1795. D’après les Mémoires de GAUDIN, SIÉYÈS lui aurait rétorqué : « Si vous persistez dans votre refus, vous aurez le regret de voir le choix du Directoire tomber sur un homme tout à fait incapable pour cette partie », et il aurait nommé LINDET. À quoi GAUDIN lui aurait répliqué : « Eh bien […], usez encore celui-là. Peut-être arrivera-t-il dans l’intervalle quelque évènement qui pourra permettre de se dévouer avec quelque espérance de succès. Car les choses ne peuvent durer comme elles sont. »

39LINDET fut donc nommé par arrêté directorial du 2 Thermidor an VII-20 juillet 1799. De sa retraite caennaise, il répondit le 5 qu’il acceptait parce qu’il « se dévouait à tout ce que [le Directoire] croirait utile à la patrie et au maintien de la Constitution de l’an III. » Cependant il objecta qu’il n’était pas certain de pouvoir exercer les fonctions de ministre, puisque l’article 29 de la loi du 22 Floréal an VI l’avait exclu personnellement du Conseil des Cinq-Cents : pouvait-il être nommé ministre, alors qu’il avait été déclaré indigne d’être représentant du peuple ? Manifestement la blessure d’amour-propre infligée par le coup de l’an VI n’était pas cicatrisée ! SIÉYÈS et GOHIER, sans s’arrêter à cette objection, confirmèrent la nomination, que finalement LINDET accepta. Bien que la fonction fût périlleuse et le régime discrédité, cette investiture ministérielle offrait la satisfaction d’une revanche à celui qui avait dû en mai 1796 s’enfuir et se cacher, pour être acquitté un an après, et qui avait dû en mai 1798 subir l’affront d’une invalidation.

40Rentré à Paris le 11 Thermidor-29 juillet 1799, il prêta serment le jour même et s’installa au ministère, rue Neuve des Petits-Champs. La compétence de ce ministère était toujours celle qui avait été définie en 1795 lors de son rétablissement, mais son organisation intérieure était celle que lui avait donnée RAMEL. La Trésorerie nationale constituait toujours un organe séparé et autonome, dont les commissaires, élus par les Conseils, étaient indépendants du Directoire exécutif et du ministre des Finances.

41La situation des Finances que RAMEL avait réussi à rétablir tant bien que mal s’était de nouveau détériorée. En effet la formation de la deuxième coalition, la reprise de la guerre générale au début de 1799 et les défaites militaires qui s’ensuivirent entraînèrent la perte des territoires occupés, et par conséquent la perte des contributions de guerre qui leur étaient imposées. Or, simultanément, les recettes fiscales avaient été surévaluées, et le paiement des impôts par les contribuables souffrait d’importants retards : pour 400 millions de dépenses déjà ordonnancées, la recette effective n’était que de 210 millions.

42L’action ministérielle de LINDET se développa donc dans trois directions : trouver d’urgence quelques liquidités immédiates (par l’appel aux services de banquiers), combler le déficit (par le recouvrement de l’emprunt forcé sur les riches) et assainir la situation financière (par la préparation du budget de l’an VIII).

L’appel aux services des banquiers.

43À l’arrivée de LINDET au ministère des Finances, les caisses de l’État étaient vides, et pour faire face aux échéances immédiates il fallait trente millions. Il assembla les principaux banquiers et négociants de la place de Paris, avec lesquels il avait eu de bonnes relations à la Commission des subsistances de l’an II. Il confia dans une lettre : « J’ai vu et je vois tous les banquiers. Cela ne doit pas surprendre. Les principaux ont gardé des souvenirs agréables pour moi. » L’allusion aux fructueuses opérations qui avaient été couvertes par le voile du Salut Public est tout à fait claire ! La démarche aboutit, dès le 14 Thermidor-1er août, à la création d’un syndicat de banquiers, dont les commissaires étaient GERMAIN, MALLET, PERRÉGAUX, SEVENNE, BARILLON, FULCHIRON et DEJOLY, et qui s’engagèrent le 16 Fructidor à fournir pour 30 millions d’effets échelonnés sur trois mois et garantis par les recettes futures de l’emprunt forcé. Les banquiers furent d’ailleurs victimes de leur coopération, sans que LINDET fût responsable de ce mauvais coup. Leur intervention, considérée comme révélatrice de leur opulence, les désigna à l’attention particulière du jury chargé d’établir les cotes de l’emprunt forcé : ils furent lourdement taxés !

Le recouvrement de l’emprunt forcé sur les riches.

44LINDET ne fut pour rien dans l’établissement de cet emprunt, dont le principe avait été formulé par JOURDAN au début de Messidor (juin 1799), et les modalités discutées par les Conseils au début de Thermidor, à une époque où LINDET n’avait pas encore pris ses fonctions. En revanche ce fut lui qui dut mettre en application le texte promulgué par les directeurs le 19 Thermidor-6 août. Cet emprunt forcé de 100 millions, dont le barème était fortement progressif, était assis sur les seules cotes de la contribution foncière supérieures à 300 francs. Jusqu’à 4 000 francs de contribution foncière le montant de l’emprunt forcé était fixé d’après le barème. Au-delà, le chiffre était laissé à l’appréciation d’un jury taxateur constitué par les administrateurs locaux et des citoyens non imposables. En principe les biens nationaux invendus seraient affectés à l’amortissement de l’emprunt. Conformément à la demande des Conseils, LINDET fit des rapports décadaires sur l’avancement des opérations de taxation et de recouvrement : le 14 Brumaire an VIII-5 novembre 1799, quatre jours avant le coup d’État, le septième et dernier de ces rapports annonça 78 millions pour les taxations, mais 10 millions seulement pour les recouvrements…

45Simultanément, pour plaire à la gauche jacobine qui réclamait, dans un langage d’Ancien Régime, une « chambre de justice » pour « faire rendre gorge aux voleurs », une loi du 12 Vendémiaire an VIII-4 octobre 1799 ordonna aux fournisseurs de remettre aux ministres, dans le délai d’un mois, le compte général et définitif de toutes leurs fournitures depuis 1795, sous peine de déchéance et de poursuites. Quel que fût le préjugé favorable des banquiers à l’égard de LINDET, cette mesure les rendit disponibles pour l’opération que tramait SIÉYÈS, et pour laquelle il cherchait un sabre. Or le 9 octobre, le général BONAPARTE, qui était parvenu à sortir du piège égyptien, débarqua à l’improviste en France : un mois plus tard exactement il renversa le Directoire.

La préparation du budget de l’an VIII.

46Au moment de quitter le ministère, en juin 1799, RAMEL estimait le budget de l’an VIII à 800 millions, soit 375 pour le budget ordinaire et 425 pour le budget extraordinaire. En août le rapporteur du comité des finances du Conseil des Cinq-Cents ne proposa pas moins qu’une amputation de 200 millions sur les crédits militaires, ce qui aurait ramené le budget à 600 millions. Il évaluait le produit total des recettes à 530 millions : la différence de 70 millions, portée par prudence à 100 millions, serait couverte par la vente des biens nationaux. Le 25 Vendémiaire-17 octobre le Directoire communiqua au Conseil des Cinq-Cents les dernières prévisions de LINDET pour l’an VIII, qui venait de commencer : le total des recettes ne s’élèverait qu’à 477 millions, au lieu des 530 antérieurement prévus. Les dépenses, évaluées à 726 millions pour l’an VII, seraient à peu près les mêmes en l’an VIII. Il fallait donc envisager un déficit de 240 à 250 millions : un tiers des dépenses restait par conséquent à financer ! Pour combler cet énorme déficit, LINDET comptait sur le produit de quelques contributions directes (dont l’impôt des portes et fenêtres créé par RAMEL), sur le produit de l’emprunt forcé de 100 millions, et sur le produit de la vente des biens nationaux.

47Outre l’insuffisance des recettes fiscales et domaniales, au regard des besoins incompressibles de la guerre, le ministre se heurta à une autre difficulté, l’indépendance de la Trésorerie nationale, qui échappait depuis 1791 à toute subordination ou même coordination à l’égard du ministère des Finances. Or les commissaires de la Trésorerie, qui avaient été nommés avant le coup de barre à gauche de Prairial an VII, étaient hostiles à la nouvelle ligne politique adoptée à l’été 1799. En bloquant les crédits sous divers prétextes, les commissaires de la Trésorerie s’arrogeaient le droit d’empêcher telle ou telle opération militaire décidée par le Directoire. Reprenant l’avis que RAMEL avait déjà formulé le 8 Vendémiaire an VII-30 septembre 1798, LINDET opina, dans une lettre du 2 Brumaire an VIII-24 octobre 1799 qu’il était nécessaire que le ministre des Finances fût consulté sur la nomination des commissaires de la Trésorerie nationale.

48Dans un long rapport remis aux directeurs à la fin de Vendémiaire an VIII (Arch. nat., AF III 115, dossier 538), que l’on peut considérer comme le testament politique du ministre des Finances, LINDET commençait par exposer que « dans les trois premiers mois de l’an VII le produit de tous les revenus s’était élevé à 87 millions en numéraire, mais que l’on ne pouvait supposer que les recettes du premier trimestre de l’an VIII donneraient le même produit », car de nombreux contribuables s’acquitteraient de leurs contributions en remettant des bons de réquisitions qui leur avaient été délivrés en contrepartie des fournitures forcées opérées en l’an VII. Or le Conseil des Cinq-Cents, adoptant la proposition de son rapporteur, avait bien fixé les dépenses de l’an VIII à 600 millions, mais sans préciser par quelles recettes seraient payées ces dépenses. Le tarissement des ressources de l’État avait pour conséquence l’impossibilité de faire le service régulier des soldes et des traitements. Deux mesures s’imposaient d’urgence : d’une part fixer avec précision la nature et le montant des ressources, afin de rétablir la confiance dans la République, d’autre part procéder à « un examen sévère [des marchés de fournitures passés] qui doit opérer une grande réduction de la dette, et la rentrée de fonds considérables qu’ont su se procurer des traitants qui se disent aujourd’hui créanciers de l’État. » En conclusion LINDET écrivait : « La situation des finances ne peut être ni plus embarrassée ni plus difficile qu’elle ne l’est. La connaissance et la prompte détermination des ressources que le Corps législatif prépare, rassureront les Français et soutiendront leur courage et leurs espérances. »

49Un mois après le coup d’État du 18 Brumaire qui le chassa du ministère des Finances, Robert LINDET exposa à son beau-père dans une lettre teintée d’amertume, le 18 Frimaire, le tableau des mesures qu’il avait proposées au Directoire pour faire face aux dépenses de l’an VIII, et la raison pour laquelle le Directoire n’avait rien fait. Quant aux mesures elles étaient au nombre de dix. Les huit premières étaient relatives aux diverses ressources de l’État et aux moyens d’en améliorer le rendement (vente des biens nationaux, emprunt forcé, droits de douanes, octrois municipaux, droits sur les cartes à jouer…), la neuvième consistait à « poursuivre la vérification qu’il avait ordonnée et qui s’exécutait de toutes les caisses des receveurs généraux, et au moyen de laquelle il avait déjà forcé les commissaires de la Trésorerie de lui dénoncer 17 de ces receveurs », et la dixième était relative aux marchés de fournitures, qui seraient réunis dans un seul « grand traité public pour tous les services », sans octroi d’avances aux fournisseurs. Par les neuvième et dixième mesures LINDET s’attaquait à deux forteresses redoutables : d’une part la Trésorerie nationale et les receveurs généraux, ces derniers habitués à faire travailler à leur profit les fonds publics de leur caisse, grâce à la bienveillante passivité de la Trésorerie, et d’autre part la cohorte des banquiers et fournisseurs, habitués à faire de gros profits sur les fonds d’avances qui leur étaient consentis. Le plan de LINDET heurtait donc trop d’intérêts influents pour paraître réalisable au Directoire. Voici comment LINDET expliquait à son beau-père l’échec de son plan, en donnant du fonctionnement du Directoire ce tableau acide :

50« Tel était le plan général. Voulez-vous savoir pourquoi l’on n’a rien fait avec tant de moyens ? Le Directoire ne voulait rien, n’écoutait rien, ajournait tout. Les Directeurs ne lisaient que les journaux, ils ne discutaient que sur quelques articles qui les chagrinaient. Ils entraient en séance à onze heures : ils y restaient jusqu’à cinq heures et demie ou six heures. Les ministres arrivaient d’heure en heure et étaient toujours entendus séparément quoiqu’il eût fallu les entendre ensemble [C’était la stricte application de l’article 151 de la Constitution : « Les ministres ne forment point un conseil. »] On parlait à chacun d’eux des journaux, des plaintes, de dénonciations contre les particuliers, à peine un seul d’entre eux écoutait-il par intervalle le ministre qui venait proposer son travail. Après la séance les Directeurs allaient dîner ; toujours nombreuse compagnie à dîner et toute la nuit jusqu’au coucher. Le matin ils lisaient les journaux, des lettres pour être à portée d’en parler ensemble pendant leur nouvelle séance. Je n’ai jamais pu parvenir à faire adopter les dispositions nécessaires de l’art. 8 [mise en circulation de 44 millions d’obligations des acquéreurs de biens nationaux]. On me disait qu’il ne fallait pas prendre l’initiative, que plusieurs objets pouvaient déplaire [autre application stricte de la Constitution, art. 76 : « La proposition des lois appartient exclusivement au Conseil des Cinq-Cents »]. On me disait souvent : Dénoncez les commissaires de la Trésorerie. Fatigué d’entendre ce propos, je lus un jour une dénonciation : un membre fut alors attentif à cette lecture. Il me dit : Cela est fort, mais ces faits-là retomberont sur le Directoire ou sur le ministre des Finances. Je répondis qu’il fallait fonder une dénonciation sur des faits graves ou renoncer à accuser. »

APRÈS LE MINISTÈRE DES FINANCES

51LINDET refusa en octobre de répondre aux avances que lui fit SIÉYÈS, pour qu’il coopérât au coup d’État qui se préparait. Après le succès de celui-ci le 19 Brumaire an VIII il quitta un ministère qu’il estimait ingérable et que d’ailleurs les Brumairiens ne voulaient pas conserver à un homme trop marqué par sa fidélité au jacobinisme. LINDET quitta donc la vie publique, et cette fois-ci définitivement.

52Pendant les vingt-cinq dernières années de sa vie il exerça la profession d’avocat consultant, se tenant soigneusement à l’écart de la vie politique et des fonctions publiques. Seule sa correspondance avec son beau-père permet de suivre l’évolution de sa pensée. Dès Frimaire an VIII, au lendemain du coup d’État, il exprimait sa méfiance : « Notre état est plus inquiétant qu’il ne l’était sous les rois ; il y avait du moins des pouvoirs reconnus, il y avait des autorités inamovibles ; maintenant il n’y a plus que SIÉYÈS et BUONAPARTE, ou BUONAPARTE seulement. » En décembre 1815 il confirma cette suspicion originelle : « Je n’aurais pas mis un écu pour servir ni renverser Napoléon, en l’an VIII je le regardais comme un jeune ambitieux soutenu et porté par d’habiles intrigants. » Pourtant, même s’il ne fit jamais allégeance au régime consulaire ni au régime impérial, il leur sut gré d’avoir pacifié la France à l’intérieur et d’avoir empêché le retour des Bourbons. Sur ce point, il discerna très tôt, avec une perspicacité remarquable, ce à quoi aspirait le jeune sabre de Brumaire, en écrivant le 3 Nivôse an VIII-24 décembre 1799, six semaines seulement après le coup d’État : « On s’obstine à dire et à croire que le consul actuel n’a réuni les pouvoirs que pour les remettre entre les mains de l’ancien prétendant. Ce n’est pas mon opinion. Je crois qu’il conservera le prix de son ouvrage. »

53Bien qu’il n’eût probablement pas signé l’Acte additionnel pendant les Cent Jours, il craignait que son nom n’eût été inscrit à son insu. De fait, il fut inquiété par la police après la promulgation de la loi d’amnistie de janvier 1816, qui exceptait de son bénéfice ceux des anciens régicides qui auraient adhéré à l’Acte additionnel ou auraient accepté des fonctions ou emplois de l’usurpateur. Il produisit des certificats médicaux pour éviter l’exil et il obtint finalement, le 7 mai 1816, l’autorisation de demeurer en France. Il réussit à se faire oublier jusqu’à son décès neuf ans plus tard.

V. LES SOURCES

BIBLIOGRAPHIE

54Outre l’ouvrage ancien d’Armand MONTIER, Robert Lindet député à l’Assemblée législative et à la Convention, membre du Comité de Salut Public, ministre des finances. Notice biographique, 1899, 444 p., il suffit de renvoyer à l’excellente thèse de M. François PASCAL, publiée en 1999, 426 p., sous le titre L’économie dans la Terreur, Robert Lindet, 1746-1825, avec une préface de M. Jean TULARD, de l’Institut. L’auteur, qui a dépouillé les papiers de LINDET conservés par ses descendants, a réuni la documentation essentielle sur le personnage dans ses « Sources et bibliographie », p. 428 et suivantes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 381k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search