Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Annexes

La publication des discours de ministre

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’un discours de ministre ? Comment faire un recueil de discours de ministre ? On nous a posé ces questions : il est très difficile d’y répondre dès qu’on possède la pratique des cabinets. Un ministre ne rédige pas ses discours – sauf exception (et généralement on est fort discret sur ces exceptions) : ce sont les services, le cabinet qui préparent le discours. Dans ces conditions, comment éviter des « erreurs » quand on veut publier un recueil de discours ? De fait, l’historien, quelle que soit sa bonne volonté, risque d’étranges confusions, volontaires ou involontaires.

2Il faut bien voir qu’il peut y avoir plusieurs versions d’un discours important :

  1. le projet établi par les services, visé ou remanié par le directeur ;
  2. le projet rectifié, corrigé ou amendé (ou encore défiguré) par le conseiller technique ;
  3. le projet visé par le directeur de cabinet (quand il tient à cœur de suivre de près cette partie de l’action du ministre) ;
  4. le projet remanié par le ministre zélé, qui cherche à mettre sa touche personnelle et parfois recourt à un officieux sachant rédiger ;
  5. le texte prononcé à l’Assemblée ou au Sénat ;
  6. le texte tel qu’il est établi par les sténotypistes de l’Assemblée ou du Sénat, souvent avec des « corrections » non négligeables ;
  7. le texte corrigé sur place par le collaborateur du ministre (le « commissaire du gouvernement »), qui travaille sur le texte des sténotypistes, et qui souvent apporte des modifications afin de le rendre publiable : c’est ce texte qui est imprimé au Journal Officiel.

3Mais il faut ajouter :

  • le texte qui peut être diffusé (avant ou après la séance) par le service de presse du ministre et, qui parfois comporte des « variantes », souvent fort intéressantes, sur des points sensibles ;
  • le texte donné par l’AFP quant il s’agit de discours très importants, et repris par la presse (souvent de façon tronquée).

4On voit la hiérarchie des textes, les multiples remaniements, ajouts, retranchements : si l’on veut faire un recueil de discours, quel est le bon texte ? On doit, en principe :

  • se méfier du texte publié au J.O., qui a parfois été fortement corrigé, et parfois sur le fond ;
  • se méfier des « projets » conservés dans les archives du ministre et dans celles du cabinet, qui ne correspondent pas nécessairement au texte prononcé, si le ministre s’est écarté en séance de son « texte dactylographié » ;
  • se méfier encore plus des projets établis par les services, qu’on retrouve dans les archives des bureaux (il y a même des projets refusés par le ministre, ou par le cabinet, qu’on cherche à utiliser pour un autre discours...).

5Si bien que l’on est amené à s’interroger, quand on veut faire un corpus de discours, sur les autres interventions orales ou écrites du ministre, qui « éclairent » les discours, et surtout qui portent parfois la marque personnelle du ministre, bien plus que les discours « officiels » : mais il n’est pas facile de recenser ces textes :

  • discours lus au nom du ministre : ont-ils été vus et acceptés par lui ? On ne peut guère le savoir, c’est en général le travail des services ;
  • discours non enregistrés, par exemple pour des conférences-débats (le ministre a le plus souvent des papiers préparés par le cabinet) ;
  • discours importants, qui ont obtenu le feu vert de Matignon, qui les a reçus en projet, et qui ont fait l’objet de réunions de travail (parfois interministérielles) pour arbitrer les points litigieux ou qui « feront du bruit » (ce sont les « effets d’annonce ») : les projets subissent alors de forts remaniements ;
  • conférences ou débats à la télévision (ou à la radio) pour lesquels on possède un script diffusé aux cabinets du Premier ministre et du Président de la République : ce sont des textes très vivants, beaucoup plus significatifs que les discours du Parlement, car le ministre jouit d’une plus grande liberté et est contraint d’improviser ses « réponses » ; en général ces débats sont préparés par le cabinet sous forme soit de fiches techniques ou de « projets » d’intervention ;
  • interventions « improvisées » à l’Assemblée ou au Sénat, sans notes (ce qui est rare), qui montrent la personnalité du ministre (mais on n’a que la trace au J.O., souvent très remaniée).

6Pour être complet, il faudrait ajouter :

  1. les déclarations et auditions dans les commissions parlementaires, qui sont en général transcrites intégralement (et conservées dans les archives des commissions : on n’en publie, en général, qu’un résumé) ;
  2. les articles et interviews dans la grande presse, le plus souvent rédigés par le cabinet et le service de presse, parfois par des « officieux » du cabinet ;
  3. les déclarations à l’AFP, également préparées par le cabinet, mais ces communiqués ont parfois un caractère « personnel » en période de crise ;
  4. les préfaces de livres, également préparées par le cabinet (ou les « officieux » ;
  5. les discours et interventions (écrites ou orales) en province, qui sont souvent d’un style très différent (discours de président de conseil général) qui portent parfois la marque du ministre, mais en général correspondent à des projets établis par ses collaborateurs locaux.

7On voit que l’historien doit être très prudent dès qu’il veut publier un corpus des discours ou déclarations d’un ministre :

8– Que doit-on inclure ? Que doit-on exclure absolument ?

9 – Qu’est-ce qui reflète la pensée réelle du ministre ? Quelle est la part des services, celle du cabinet (et des officieux du cabinet) dans ces discours officiels ?

10– Qu’est-ce qui est le plus significatif dans cette masse de textes, discours, déclarations, interviews, débats, articles ? Comment peut-on réunir l’ensemble de ces textes, et trier ce qui est le plus important ou le plus personnel ? On voit rapidement qu’il vaudrait mieux publier le script d’un débat à l’Heure de Vérité qu’un discours budgétaire...

11– Comment distinguer les discours de principes, marquant une politique, ou une ligne politique, et les discours techniques, où le ministre n’est que le « porte-parole » des bureaux ?

12– Comment, à l’intérieur d’un discours, retrouver la trace des conflits et divisions du cabinet (car l’idée qu’un cabinet n’a qu’une seule opinion relève de la rêverie) ? Comment retrouver la trace des interventions du cabinet du Premier ministre (qui peut orienter et censurer) ?

13L’historien peut, à bon droit, se poser beaucoup de questions : celui qui veut éditer les discours de tel ministre (comme jadis on éditait naïvement, sans trop y regarder, les discours de Gambetta) doit éviter un certain nombre de pièges et poser clairement quelques questions embarrassantes :

  • quels documents portant la marque personnelle du ministre possédons-nous ? Quel est le degré de sécurité historique de ces documents ? Pour la plupart des ministres ils prononcent des discours préparés par les cabinets sans aucunement les modifier (improviser représente un risque, il faut être très sûr de soi) ;
  • quelles sont les diverses étapes d’un discours, les glissements et gauchissements d’un projet à l’autre, les influences qui sont marquées dans le papier définitif (et que seuls quelques initiés peuvent « décoder ») ? Un ministre ne fait souvent que parcourir la veille le projet de discours, il peut, il est vrai, demander des modifications, des allègements en général ; quand le discours est très important et qu’il aime diviser son cabinet, il confie parfois la préparation du projet à deux ou trois collaborateurs différents, et demande même des notes à des officieux...
  • si le ministre ne s’intéresse pas à la préparation de ses discours, quel est le conseiller technique qui imprime sa « marque » à l’ensemble des discours ? Quel rôle joue le directeur de cabinet ? Ya-t-il habituellement des conflits à ce propos entre les directeurs et le cabinet ? Seules les archives orales permettent de restituer le climat.

14Dans ces conditions, pour chaque discours que l’on voudrait éditer, il faudrait établir une notice de présentation :

  • qui donnerait les éléments de critique du texte et poserait les bonnes questions :
    1. quel est le bon texte qu’on doit publier ?
    2. quels projets ou autres textes préparatoires sont conservés ?
    3. quels interviews ou déclarations ou entretiens télévisés sont en rapport avec ce discours ?
    4. quel degré de « contrôle » a exercé le Premier ministre ?
  • qui indiquerait (autant que possible) quelle est la marque personnelle que le ministre a mise (ou cherché à mettre) dans cette « déclaration », et qui marquerait également quels étaient les conseillers influents auprès de lui à cette date (un discours étant parfois une sorte de projet collectif). En fait il faudrait retracer la genèse d’un discours : dans certains cas un discours peut correspondre à un projet d’action lancé un an auparavant, d’autres répondent à des circonstances précises (querelles de courants, de leaders, de doctrines, conflits avec le Premier ministre, conjoncture de « crise » politique) ; il n’est pas simple de saisir les arrière-pensées d’un discours important ;
  • qui marquerait nettement pourquoi on a choisi, à l’intérieur du corpus des textes existant, de publier ce texte (et éventuellement les notes préparatoires, ou les déclarations devant les commissions parlementaires, qui permettent au ministre de « tester » l’opinion).

15Ce sont là des contraintes lourdes : mais si l’on ne respecte pas ces obligations, on risque de publier des textes tout à fait secondaires, d’origine incertaine, et généralement médiocres (ne prendre que les discours parlementaires paraît une technique dangereuse) et de laisser de côté des papiers beaucoup plus importants et plus personnels.

16L’historien, qui voudrait publier un recueil de discours, devrait, en principe :

  • examiner l’ensemble des documents existants à la fois dans les archives personnelles du ministre, dans les archives du cabinet, dans celles du ministère, dans celles des assemblées (commissions) ;
  • chercher à saisir ce qui a été conservé dans les archives audiovisuelles de la télévision, et celles des assemblées (et retrouver, le cas échéant, les scripts) ;
  • utiliser les archives orales pour examiner les conditions de préparation des discours et les méthodes de travail du ministre et du cabinet.

17C’est là un travail d’enquête considérable qui demande de la ténacité, une bonne connaissance des mécanismes de l’administration et un certain flair politique (car qu’est-ce qui est important en politique ?). Mais si l’on ne fait pas ce travail d’analyse critique des textes, on risque de commettre beaucoup d’erreurs...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search