Versione classicaVersione mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Annexes

Les archives des hauts fonctionnaires

Testo integrale

  • 1 Ou plus exactement personne n’ose donner de conseils à l’administrateur qui veut classer ou trier l (...)
  • 2 Supra, p. 339.
  • 3 Lors des entretiens d’archives orales, on s’aperçoit vite que le contenu de l’entretien varie fort (...)
  • 4 Supra, p. 571.
  • 5 On ne songe vraiment à la préservation de ses papiers que lors de « traversées du désert », mais le (...)

1Quels conseils peut-on donner à ceux qui veulent verser à une institution publique les papiers laissés par un haut fonctionnaire, ou à un administrateur qui veut préserver ses papiers et les classer ? On est très embarrassé pour répondre à de telles questions, les réflexions sur le sujet sont quasi inexistantes1 : à l’expérience le haut fonctionnaire s’aperçoit, par exemple au moment de répondre aux archives orales2, qu’il a laissé à l’abandon ses papiers, qu’il n’a pas apporté à ce capital l’attention qu’il aurait accordé à une résidence secondaire, et il ne sait trop comment s’y prendre pour réparer sa négligence : ce qui a souvent de fâcheuses conséquences sur la trace qu’il voudrait bien laisser (on peut avoir une excellente mémoire, en fait elle s’efface, devient floue, incertaine, si elle ne peut s’appuyer sur des papiers bien classés...)3. Il faut savoir organiser son capital de mémoire à trois niveaux : la constitution d’archives orales, la rédaction de souvenirs4, le classement de ses papiers. Cela demande de la méthode, du courage, du temps : aussi bien ne s’y prend-on jamais assez tôt5. Nous voudrions donner quelques conseils en ce qui concerne la préservation et le « triage » des papiers : c’est un domaine où l’on ne peut avancer qu’avec une grande prudence, tant les situations sont diverses.

I. Quels papiers doit-on conserver ?

  • 6 Prenons le cas d’un haut fonctionnaire qui a exercé avant 1955 en Indochine ou avant 1960 en Afriqu (...)

2Il n’est pas facile de répondre à une telle question : car comment établir une typologie des papiers des hauts fonctionnaires ? Il y a tellement de cas particuliers, on ne peut guère raisonner sur un type moyen6. Essayons cependant d’indiquer à grands traits un cadre de classement des papiers d’un haut fonctionnaire s’il a envie de trier ses papiers.

  1. Dossier biographique : notices et articles publiés sur lui, carrière militaire, carrière civile.

    • 7 On le voit bien dans l’inventaire des fonds versés à la Fondation nationale des sciences politiques

    Dossiers techniques quand on était jeune (un Michel Debré avait ainsi gardé la trace des premiers dossiers contentieux qu’il a traités)7.

    • 8 Le grand avantage est qu’on peut ajouter en les datant des fiches explicatives, qui donnent le sens (...)

    Dossiers techniques quand on a eu des postes de cabinet ou de direction : ces papiers doivent être classés par postes et par année ; la règle est que plus le dossier est pointu, plus il est important pour l’historien futur (un bon dossier sur telle réforme de la fiscalité immobilière est peut-être ce qui intéressera le plus l’historien dans cent ans, car les archives de la direction ou du service auront subi nécessairement bien des pertes)8.

    • 9 Par exemple les rapports du Comité de la Hache en 1938-1939 (les dossiers préparatoires sont souven (...)
    • 10 Les cabinets ministériels depuis 1960 ont multiplié les groupes de travail, mais la diffusion de le (...)

    Rapports que l’on a rédigés (ou auxquels l’on a pris la part principale) : il faut en préciser, au besoin, sur une fiche les conditions d’élaboration et de diffusion. Très souvent les rapports de commissions officielles9 ou informelles10 ne se retrouvent plus un demi-siècle plus tard.

  2. Chronos de correspondance (ou de notes) par poste.

    • 11 Dans les cabinets ministériels on reçoit souvent des lettres d’informateurs, ou de dénonciateurs, q (...)

    Chronos de correspondances reçues, classées par année, qui mélangent souvent les correspondances « privées » et des correspondances quasi-publiques11.

  3. Activités parallèles :

    1. enseignement ;

    2. conférences ;

      • 12 Rappelons que les archives d’associations sont fort rarement versées dans les fonds d’archives publ (...)

      associations12 ;

    3. conseils d’administration d’établissements publics ;

    4. activités publiques, mandats électoraux, clubs et groupes politiques ;

    5. direction de revues ;

    6. recherche, travaux et écrits de doctrine, etc.

    • 13 Les historiens du temps administratif, des usages du temps dans certains postes élevés, ont besoin (...)

    Agendas personnels, carnets de rendez-vous tenus par les secrétaires (ce sont des documents que l’on détruit trop souvent)13.

  1. Notes personnelles, souvenirs, fragments de journal, autobiographie, notes biographiques en vue de la rédaction de souvenirs (ou d’entretiens d’archives orales).

  2. Articles publiés (et bibliographie des articles : il est parfois très difficile de se souvenir des articles publiés quand on était jeune et de les retrouver...).

  3. Livres (et projets de livres), et dossiers préparatoires.

    • 14 Ainsi le Président Pierre Laroque nous avait dit qu’avant 1938 il avait participé avec des amis à u (...)

    Littérature grise reçue et gardée souvent par hasard, rapports « confidentiels », rapports de groupes14.

    • 15 Les familles ont trop souvent tendance à détruire ce type de documents.

    Tirages à part reçus (c’est souvent des papiers techniques « introuvables »)15.

  4. Documents audiovisuels :

    1. photographies ;

    2. interviews filmés ;

    3. enregistrement de conférences, de débats ;

    4. cassettes des archives orales remises à l’interviewé.

  • 16 Il faudrait ajouter les papiers scolaires : copies, notes de cours de Faculté de droit ou de l’Écol (...)

3C’est là un plan de classement « provisoire », qui permet d’avoir une vue d’ensemble des matériaux : il faut, bien entendu, ajouter les papiers familiaux, les correspondances familiales, peut-être les documents comptables (qui pourront avoir quelqu’intérêt dans 50 ans...)16.

II. Cas particuliers

4On voit l’ampleur de ce qui est « à garder » : mais l’expérience le montre on se heurte souvent à des difficultés pour organiser ces fonds ; donnons quelques exemples :

  1. les correspondances très importantes, les notes manuscrites, par exemple du général de Gaulle, d’un premier ministre ou d’un ministre, peuvent être, par prudence, mises à part et retirées des dossiers (en laissant une fiche de renvoi ou une photocopie dans le dossier d’où elles sont tirées).

  2. les dossiers de documentation, contenant principalement des coupures de presse, posent parfois des problèmes : faut-il les conserver ? A notre avis, il faut garder en priorité tout ce qui est pointu : par exemple les relations fiscales France-Italie 1980-1985 et non la conjoncture économique, 1er trimestre 1983... Dès que le dossier est très spécialisé, contient des extraits de presse étrangère ou technique, il faut le garder.

  3. les argus de presse, les comptes rendus des livres, de conférences, les coupures de presse sur les activités officielles doivent être conservées (on conte qu’on a détruit les « argus de presse » des papiers Jules Moch).

  4. les papiers concernant les activités d’enseignement « parallèles » doivent être sauvegardés : travaux d’élèves, mémoires, notes de cours et brouillons de cours enseignés (même s’ils sont polycopiés), corrigés d’exposés pour les conférences intéressent nécessairement l’historien de l’enseignement, l’historien des institutions scolaires (on aimerait bien avoir les notes de Colson pour son cours de l’École libre des sciences politiques et les modifications successives qu’il y apporta...) : en ce domaine les destructions sont malheureusement très générales.

    • 17 On le voit bien aux archives orales.

    les papiers concernant des échecs (projets de livres, ou d’articles avortés, correspondances ou notes pendant les « traversées du désert ») méritent d’être conservés, alors que, par la nature des choses, on a plutôt tendance à les détruire (on n’aime pas garder trace de ses échecs)17 .

  5. les cassettes des archives orales doivent être conservées avec soin à part (même si elles sont déposées par ailleurs dans un fonds public) avec les notes que l’on a prises en vue de ces entretiens et les pièces que l’on a citées ou exploitées.

    • 18 Faut-il rappeler que la femme d’Ernest Renan publiait toutes les quinzaines des chroniques politiqu (...)

    Il convient également de joindre au fond, autant que possible, les papiers de l’épouse pour ses activités professionnelles ou non (par exemple ses papiers de secrétaire ou présidente d’association, ses articles même)18.

  6. On a naturellement tendance à détruire ses notes manuscrites, sous prétexte qu’elles sont « illisibles » : en ce domaine on doit être prudent et les notes manuscrites devraient être conservées en principe (la secrétaire de René Cassin gardait soigneusement les notes, souvent elliptiques, qu’il prenait quand il recevait quelqu’un...).

III. Conseils

5Quels conseils peut-on donner ? On est dans l’embarras : car personne ne sait bien organiser la conservation de ses papiers. Peut-on cependant donner quelques conseils « à ras de terre » ?

  • 19 Le dossier du commissaire du gouvernement donne une vue d’ensemble, on a les amendements, les fiche (...)
  • 20 Ainsi le secrétaire général du Centre National de la Cinématographie, Grundler, consignait-il vers  (...)

6Premier conseil : quand on quitte une fonction, par exemple une direction, un cabinet, il faut songer à mettre ses papiers personnels en bon ordre et bien considérer ce qui sera important dans 10 ans – et pour l’historien de 2050 ou de 2080 ; par exemple un dossier de commissaire du gouvernement à l’Assemblée nationale pour le vote d’une loi, avec ses notes manuscrites, les billets échangés, les annotations hâtives des projets doit être gardé ; il ne contient en principe, aucune fiche ou projet qui ne soient dans les archives des services, mais – si l’on a joué un rôle important dans la préparation de la loi – on doit le conserver, car les dossiers des services sont très souvent épurés ou détruits par la force des choses19. Il faut garder trace de ce l’on a fait : les agendas, les mémentos, les carnets de notes, les cahiers que tiennent ostensiblement certains administrateurs20 et même le carnet de rendez-vous de la secrétaire...

7Deuxième conseil : on doit garder aussi la trace de ses activités parallèles, car les archives des associations sont très souvent détruites, et les copies d’élèves sont souvent bien curieuses à lire cinquante ans après.

  • 21 Notamment lors des élections législatives ou présidentielles, il y a (en dehors des cabinets) une p (...)
  • 22 Il faut de même garder avec soin les articles qu’on a préparés pour un ministre (ils ont été publié (...)

8Troisième conseil : il faut garder avec soin ses archives « politiques » ; on a souvent rédigé, au cours de sa carrière, des notes techniques, des analyses politiques ou économiques pour tel homme politique, ou tel groupe politique21 ; il faut les conserver avec soin (au besoin en mettant une fiche expliquant les circonstances...)22.

9Quatrième conseil : on doit de même conserver avec soin la minute des articles politiques ou « techniques » qu’on a été amené – jeune ou moins jeune – à publier (car avec le temps on en perd souvent la trace, on ne sait plus où l’on a mis le numéro de revue ou de journal).

  • 23 Donnons un exemple classique : pour le groupe « 1985 » du Commissariat au Plan, qui a fonctionné en (...)

10Cinquième conseil : il faut garder les papiers apparemment rares ou curieux qui sont passés par vos mains, qui relèvent de la littérature grise ou souterraine (par exemple des rapports de « groupes de travail »23, de « commissions informelles », et même le rapport d’inspection générale qui s’est égaré dans vos papiers : qui sait s’il n’est pas conservé en exemplaire unique ?)

  • 24 On dit souvent : « Je le ferai à la retraite », mais en général on n’en a pas le courage – si bien (...)

11Sixième conseil : quand à un certain âge, on constitue des archives orales ou l’on songe à écrire des souvenirs, on est bien forcé de reclasser systématiquement ses papiers par période : c’est une bonne occasion pour mettre de l’ordre (ce que l’on ne fait pas l’habitude)24 ; on doit adopter des principes clairs :

  • il faut reclasser ses papiers provisoirement par année ;

    • 25 Les archives orales permettent de mieux raisonner sur sa carrière, on voit mieux ce qui est importa (...)

    le mieux est de créer un plan de classement général adapté à sa carrière, tel que nous l’avons proposé25 ;

  • il ne faut pas détruire immédiatement, mais mettre à part ce qu’on veut éliminer dans une ou plusieurs boîtes, et revoir l’ensemble un ou deux mois après, une fois l’opération finie (on évite ainsi la précipitation, toujours dangereuse, et souvent on comprend mieux l’intérêt de pièces qu’on voulait détruire).

12Septième conseil : quand on change de poste ou que l’on déménage, il faut prévoir un classement des papiers suivant les mêmes principes, c’est-à-dire reclasser par année, établir si possible un plan de classement, et ne pas se précipiter pour détruire (il faut toujours prendre son temps).

IV. Règles de bon usage

  • 26 On a accumulé beaucoup, on a souvent transféré à la hâte dans une résidence secondaire, on ne sait (...)

13S’il y a tant de destructions de papiers de hauts fonctionnaires, c’est que ces problèmes de conservation, de « triage », de classement ne sont pas simples, et qu’ils demandent du temps et du soin26. Nous voudrions donner – l’expérience aidant – quelques règles.

14Première règle : on ne doit pas être négligent, c’est-à-dire que sur 40 ou 45 ans de carrière on doit savoir organiser son « système de papiers », c’est-à-dire :

  • veiller à garder l’essentiel ;

    • 27 La prudence veut qu’on garde copie de certains dossiers « délicats » qu’on a dû traiter (on peut êt (...)

    y songer à chaque « sortie de fonctions » et prendre le temps nécessaire (c’est « du temps gagné » et non du temps perdu)27 ;

  • ne pas jeter ce qui peut avoir de l’intérêt « dans cinquante ans » (il faut faire effort pour deviner ce qui sera intéressant, par exemple des lettres ou des travaux d’élèves) ;

  • avoir quelques principes clairs d’organisation (par exemple garder en classant par fonctions exercées).

  • 28 Tel Verbatim de Jacques Attali, document historique assez étonnant et bien daté : l’historien de l’ (...)
  • 29 La seule règle à observer strictement, rappelons-le, est de rédiger le journal le soir même, et si (...)

15Deuxième règle : il faut chercher à préserver le bon papier ; le meilleur, à l’évidence, est le journal : le journal bref qu’on tient dans une période de crise (par exemple une chute de cabinet, une « traversée du désert »), le journal tenu pendant une période de crise politique (par exemple en mai 1968), le carnet de notes où l’on a transcrit les confidences de tel personnage politique28 (ou les négociations d’un « groupe » politique). Mais il faut bien voir que rédiger ces journaux ou carnets suppose du doigté (que faut-il dire ?), du courage (ce sont des choses importantes qu’on marque, non des bavardages), de l’intelligence (on doit deviner sur le champ ce qui sera important)29.

16Troisième règle : il faut envisager (après les archives orales ou la rédaction de ses souvenirs) de verser ses papiers de son vivant, ce qui implique quelques principes :

    • 30 Cette dispersion est fréquente : pour les papiers de René Cassin et d’Edgar Faure on a évité cette (...)

    il faut autant que possible assurer l’unité du fonds, éviter de disperser ses papiers entre plusieurs institutions (par exemple entre des institutions parisiennes et les archives départementales)30 ;

  1. on doit, si possible, joindre les papiers de famille, c’est-à-dire les papiers des générations précédentes (par exemple les correspondances familiales, notamment des périodes de guerre, les « livres de pensée », ou les journaux intimes des aïeules, qui sont des témoignages précieux sur la vie intérieure, les livres et cahiers de comptes) : ne verser que les papiers administratifs est une erreur ;

    • 31 Le Président René Mayer avait établi lui-même son propre classement : la Présidente a dû protester (...)

    on doit établir son plan de classement31 et, au besoin, annoter les dossiers, mettre des « fiches » explicatives destinées à l’historien futur (en les datant).

  • 32 Il permet de bien voir les limites de l’action administrative, et d’échapper a la tentation de sure (...)

17Quatrième règle : il faut rêver à ce qui peut intéresser l’historien de 2050 ou 2080 dans la masse des papiers que l’on a conservés, c’est-à-dire qu’on doit songer (et cela très tôt, dès 40 – 45 ans, quand on a déjà une certaine expérience de la vie) à ce qui pourra être intéressant dans x années : c’est un exercice de « dédoublement » qui peut être intéressant32 (que va-t-il rester de ce que nous avons fait dans tel cabinet pendant deux ans, qui puisse intéresser l’historien futur ?).

18Cinquième règle : l’expérience montre qu’il ne faut pas trop attendre pour classer et pour verser, si on veut laisser une image ordonnée de sa carrière, car, à un certain moment, la lassitude aidant, on devient indifférent, on n’a plus aucune envie de revisiter son passé (« j’ai fait une croix dessus »), c’est un passé douloureux, presque hostile – ce qui est fort dangereux pour les archives (ou bien on a tendance à surestimer son rôle, et l’on préfère parfois ne plus conserver de papiers démentant la bonne opinion qu’on a de soi). On voit qu’il vaut mieux se presser de procéder au classement et au versement tant qu’on a « quelques années de bon devant soi » : classer, relire, trier, suppose un certain courage, qui parfois disparaît rapidement.

Conclusion

19On voit bien que les conseils et les règles que nous présentons ne sont pas faciles à observer : quelles leçons peut-on tirer de ces observations ?

  • 33 On croit que cela lui sera utile, on a scrupule d’emporter des dossiers parfois volumineux, parfois (...)
  • 34 C’est ce que nous avons constaté lors de certains contrôles : au fond les papiers d’un prédécesseur (...)

20Première leçon : il faut être très vigilant avant sa mort administrative sur ses papiers, ses agendas, ses chronos ; parfois on laisse des papiers importants à son successeur sans en prendre copie33 ; c’est une erreur, car le successeur, l’expérience le prouve, est fort négligent ou méprisant et s’empresse de les détruire34.

  • 35 C’est-à-dire d’un archiviste connaissant bien ces problèmes de fonds privés.

21Deuxième leçon : il faut chercher à optimiser la transmission de ses papiers, c’est-à-dire procéder au classement à un âge raisonnable, en prenant au besoin conseil des experts35 ; on doit :

  • les mettre en ordre ;

    • 36 On peut, dans le contrat de dépôt, fixer librement la date d’ouverture du fonds aux historiens.

    les verser à des institutions publiques (Archives nationales ou départementales, bibliothèques, Fondation nationale des sciences politiques)36 ;

  • les compléter par des archives orales (10 ou 20 heures d’entretiens permettent de dire beaucoup de choses et d’éclairer des affaires qui ne se retrouvent pas dans ses papiers) ;

  • les compléter, le cas échéant, par des archives audiovisuelles.

  • 37 Supra, p. 545.
  • 38 À coup sûr, il préférera avoir un journal de cabinet intelligent et pittoresque à des dossiers poin (...)

22Troisième leçon : il faut essayer de comprendre les besoins de l’historien de 2050 ou de 2080 (c’est-à-dire la demande de l’historien futur)37 : ce sera le seul juge de notre action, que doit-on lui transmettre d’important dans ce que nous avons gardé de notre passé ? Parfois une petite étude de quelques pages, qui n’existe plus qu’en exemplaire unique, sera, à ses yeux, plus chargée de sens qu’une série volumineuse de dossiers techniques38.

Note

1 Ou plus exactement personne n’ose donner de conseils à l’administrateur qui veut classer ou trier les papiers lui-même ante mortem. La plupart du temps les fonds d’archives sont versés après le décès, souvent la famille fait des triages excessifs, considère que telle catégorie de papiers « n’a pas d’intérêt », ou concerne des « relations privées » (par exemple les lettres d’anciens élèves de l’ENA à un directeur de l’Ecole auraient été détruites par la famille...). Et quelquefois les enfants à la deuxième génération ne s’y intéressent pas, les brus « font le ménage » : ainsi périssent des fonds importants pour l’histoire administrative (elle manque cruellement de documents personnels, supra, p. 149).

2 Supra, p. 339.

3 Lors des entretiens d’archives orales, on s’aperçoit vite que le contenu de l’entretien varie fort suivant que l’administrateur a pu ou non relire les « chronos » qu’il a gardés, ou des notes ou un journal le cas échéant sur lesquelles il peut s’appuyer pour « rassurer » l’historien futur ; la signification de l’entretien pour l’historien n’est pas la même (surtout si les pièces citées dans l’entretien sont gardées en même temps que les cassettes).

4 Supra, p. 571.

5 On ne songe vraiment à la préservation de ses papiers que lors de « traversées du désert », mais le cœur n’y est pas, c’est un travail très mélancolique, anxiogène peut-on dire, que de classer des papiers anciens.

6 Prenons le cas d’un haut fonctionnaire qui a exercé avant 1955 en Indochine ou avant 1960 en Afrique noire : la partie coloniale de ses papiers a une grande importance, car nous n’avons pas beaucoup d’archives de bonne qualité en ce domaine.

7 On le voit bien dans l’inventaire des fonds versés à la Fondation nationale des sciences politiques.

8 Le grand avantage est qu’on peut ajouter en les datant des fiches explicatives, qui donnent le sens d’une note (ou d’un rapport), les circonstances qui l’ont provoquée, l’accueil qu’elle a reçue, etc.

9 Par exemple les rapports du Comité de la Hache en 1938-1939 (les dossiers préparatoires sont souvent très importants : nous possédons ainsi les dossiers de Lagrange et de Leloup sur les projets de statut des fonctionnaires, versés par Lagrange en 1944, Arch. Nat., F 60 278, qui donnent une bonne idée des méthodes de travail des rapporteurs).

10 Les cabinets ministériels depuis 1960 ont multiplié les groupes de travail, mais la diffusion de leurs rapports était souvent des plus limitées (les services n’en avaient pas toujours connaissance...).

11 Dans les cabinets ministériels on reçoit souvent des lettres d’informateurs, ou de dénonciateurs, qu’on préfère ne pas laisser traîner, et que la secrétaire classe dans les dossiers « personnels ».

12 Rappelons que les archives d’associations sont fort rarement versées dans les fonds d’archives publiques, et souvent ces dossiers d’associations contiennent des correspondances intéressantes.

13 Les historiens du temps administratif, des usages du temps dans certains postes élevés, ont besoin de ce type de documents (supra, p. 179).

14 Ainsi le Président Pierre Laroque nous avait dit qu’avant 1938 il avait participé avec des amis à un projet d’École d’administration, mais le rapport n’a jamais été retrouvé...

15 Les familles ont trop souvent tendance à détruire ce type de documents.

16 Il faudrait ajouter les papiers scolaires : copies, notes de cours de Faculté de droit ou de l’École libre des sciences politiques (notes précieuses, car il n’y avait pas à l’École avant 1940 de « polycopiés », et après 1944 tous les cours n’étaient pas transcrits), travaux scolaires (exposés, mémoires...) : l’historien de l’enseignement est grand amateur de ce type de papiers, même pour les années récentes (et l’historien de la Direction du Trésor aimerait bien avoir les notes du séminaire Bloch-Lainé à Sciences Po en 1951 ou 1952...).

17 On le voit bien aux archives orales.

18 Faut-il rappeler que la femme d’Ernest Renan publiait toutes les quinzaines des chroniques politiques dans le Journal de Saint-Petersbourg et que (au témoignage de Jean Psichari) Renan dictait parfois à sa femme sa chronique ?

19 Le dossier du commissaire du gouvernement donne une vue d’ensemble, on a les amendements, les fiches établies pour le ministre (parfois manuscrites), les billets échangés avec les directeurs : c’est un document précieux pour l’historien.

20 Ainsi le secrétaire général du Centre National de la Cinématographie, Grundler, consignait-il vers 1965 dans des cahiers toutes les réunions et tous les entretiens (c’était la mémoire de la maison : sont-ils conservés ?) et M. Balmary – qui fut délégué général à l’emploi – avait la même habitude (il a conservé ses cahiers).

21 Notamment lors des élections législatives ou présidentielles, il y a (en dehors des cabinets) une production considérable de notes anonymes qui sont souvent d’excellente qualité et sont rédigées par de hauts fonctionnaires « amis » ou « affidés ».

22 Il faut de même garder avec soin les articles qu’on a préparés pour un ministre (ils ont été publiés sous son nom), ou les préfaces de livre ou encore les projets de discours.

23 Donnons un exemple classique : pour le groupe « 1985 » du Commissariat au Plan, qui a fonctionné en 1964-1965 il existe un rapport imprime, partout cite, mais aussi deux volumes ronéotypés de rapports particuliers (souvent signés de grands noms), qui n’ont rien à voir avec le rapport imprime. Or combien d’exemplaires subsistent de ces volumes ronéotypés ?

24 On dit souvent : « Je le ferai à la retraite », mais en général on n’en a pas le courage – si bien que c’est la bru qui détruit la masse vingt ou trente ans plus tard.

25 Les archives orales permettent de mieux raisonner sur sa carrière, on voit mieux ce qui est important (c’est souvent l’activité marginale qui peut être la plus importante au regard de l’historien de 2080).

26 On a accumulé beaucoup, on a souvent transféré à la hâte dans une résidence secondaire, on ne sait plus ce qu’on a...

27 La prudence veut qu’on garde copie de certains dossiers « délicats » qu’on a dû traiter (on peut être rattrapé par des « affaires »). Et la perspective d’écrire un jour ses mémoires incite à garder beaucoup de photocopies.

28 Tel Verbatim de Jacques Attali, document historique assez étonnant et bien daté : l’historien de l’administration a beaucoup à y glaner (mais le texte original était peut-être beaucoup plus riche).

29 La seule règle à observer strictement, rappelons-le, est de rédiger le journal le soir même, et si on le rédige le lendemain, ou après, de mettre le texte entre crochets, avec la date exacte de rédaction, de façon à ne pas tromper l’historien futur : car la nuit passée déforme le souvenir, l’épure, on reconstruit une journée arbitrairement. Sur la manière de tenir journal, infra, p. 555.

30 Cette dispersion est fréquente : pour les papiers de René Cassin et d’Edgar Faure on a évité cette dispersion.

31 Le Président René Mayer avait établi lui-même son propre classement : la Présidente a dû protester hautement quand une jeune archiviste zélée voulut aux Archives nationales détruire ce classement au nom des « principes » (les index thématiques permettent de toute façon de remédier à des imperfections du classement).

32 Il permet de bien voir les limites de l’action administrative, et d’échapper a la tentation de surestimer son rôle.

33 On croit que cela lui sera utile, on a scrupule d’emporter des dossiers parfois volumineux, parfois on ne prend pas la peine de regarder ce qu’il y a dedans.

34 C’est ce que nous avons constaté lors de certains contrôles : au fond les papiers d’un prédécesseur n’ont « aucun intérêt », c’était un médiocre, un esprit étroit ; dans l’administration on a toujours tendance à déprécier le prédécesseur (et on ne tient absolument pas à ce que ses papiers soient versés aux archives de l’institution) : si bien qu’un jour, au bout d’un an, on finit par faire tout jeter sans même y jeter un coup d’œil.

35 C’est-à-dire d’un archiviste connaissant bien ces problèmes de fonds privés.

36 On peut, dans le contrat de dépôt, fixer librement la date d’ouverture du fonds aux historiens.

37 Supra, p. 545.

38 À coup sûr, il préférera avoir un journal de cabinet intelligent et pittoresque à des dossiers pointus dont il a perdu souvent la signification (préparation d’un projet de loi qui n’a pas abouti, par exemple).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search