Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Annexes

Le journal des hauts fonctionnaires

Texte intégral

  • 1 Nous ne connaissons aucun recensement des journaux publiés. Quand ils sont édités – comme ceux de C (...)
  • 2 Cf. infra, p. 556.

1Peut-on inciter les hauts fonctionnaires à tenir un journal ? Certes, c’est là un exercice peu familier à l’administrateur (combien de préfets ont tenu journal ?) et le diariste n’est pas fréquent dans le monde administratif. Mais l’historien a besoin des journaux de fonctionnaires comme des journaux d’hommes politiques pour tenter de comprendre le passé « de l’intérieur » ; jusqu’à présent fort peu de journaux ont été publiés1, mais peut-être les imitateurs de Stendhal sont-ils plus nombreux qu’on ne pense. Nous voudrions – en nous plaçant au point de vue de l’historien2 – montrer l’importance de tenir journal et chercher à donner avec prudence quelques conseils : mais, la paresse et la prudence aidant, il y a peu de chances qu’ils soient entendus...

I. Qu’est-ce qu’un journal ?

  • 3 Tenir journal est mal vu, on ne s’en vante pas, car les collègues et les patrons ont peur que vous (...)

2On tient rarement journal dans l’administration, on ne sait trop pourquoi : on n’a pas le temps, le goût d’écrire, c’est un exercice qui paraît inutile, et l’on soutient que l’on n’a rien d’intéressant à raconter. Aussi bien les journaux sont-ils rares (mais, en fait, beaucoup d’administrateurs sont discrets et ne disent pas – par prudence ? – qu’ils ont tenu journal pendant telle ou telle période de leur vie)3. Mais il faut bien voir que tenir un journal peut avoir une grande utilité :

    • 4 C’est là une excuse coutumière dans certains postes directoriaux : « Je n’ai pas le temps de réfléc (...)

    une utilité immédiate, « opérationnelle » : rédiger chaque soir (en style télégraphique...) quelques lignes sur ce qu’on a fait, dit ou négocié, permet de voir clairement ce qu’on doit faire demain, ce qu’on a oublié de faire et ce qui va devenir urgent, on a une vue d’ensemble sur ce qu’on entreprend, alors qu’on est pris au piège d’un temps harcelant, émietté, qu’on n’a pas de temps à soi, qu’on passe d’une réunion à l’autre sans avoir « le temps de réfléchir »4, et on s’aperçoit, la plume à la main, de ce qui est important et de ce qui ne l’est pas ;

    • 5 Mais c’est un avantage que l’on ne découvre que si on a la technique bien en main, c’est-à-dire si (...)

    une utilité psychologique : rédiger en quelques lignes le soir chez soi a une vertu apaisante, c’est une sorte d’examen de conscience informel qui permet de limiter l’anxiété, le souci (on dort mieux après ces quelques lignes, on a moins d’insomnies, sans s’en rendre bien compte on sait ce qu’on doit faire le lendemain) : c’est là un exercice d’épuration, de catharsis, qui dans les postes « exposés » peut être nécessaire5 ;

    • 6 Tous les tempéraments ne sont pas aptes à cet exercice, il y a beaucoup d’administrateurs qui se dé (...)
    • 7 Cf. supra, p. 545.

    une utilité historique : ce sont des documents précieux pour l’historien de l’administration, car ils sont bien datés et surtout ils retracent, en principe, toute cette part orale de la bureaucratie qui ne laisse pas de traces6, la négociation, le compromis, l’intrigue (« j’ai réussi à obtenir le départ d’X, j’ai empêché Y d’être reçu par le ministre »), la cabale, on saisit les états d’âme, les inquiétudes, les ambitions, les échecs (quand on « monte » dix opérations, on en réussit trois ou quatre au mieux...), on voit s’agiter le petit monde administratif, avec ses querelles, ses dévouements, ses déviations ; le journal d’un bon observateur peut être très riche pour un historien de la psychologie administrative : et compte tenu des délais, c’est l’historien de 2050 ou 2080 qui pourra exploiter les journaux tenus aujourd’hui, s’ils ont été sauvegardés7...

  • 8 C’est au fond un travail du soir : comme disait Colbert, « il n’y a que le travail du soir et du ma (...)
  • 9 C’est très net quand l’administrateur fait l’effort de relire son journal d’un mois.
  • 10 C’est à dire sans tricher, sans dissimuler (par exemple ses difficultés, ses erreurs ou ses querell (...)
  • 11 C’est peut-être pour cela que l’on préfère – en général – ne pas tenir journal.

3On voit bien par là les caractères d’un journal d’administrateur : c’est d’abord un instrument de travail, un outil pour bien gérer son temps beaucoup plus qu’un témoignage « littéraire », c’est un journal de bord beaucoup plus qu’un rêvoir, ce n’est pas une exigence du métier (on peut sans danger ne pas tenir journal, il faut, en principe, y trouver quelque plaisir) ; on ne doit pas y attacher trop d’importance (il faut éviter les prétentions littéraires, les « états d’âme », les bavardages, la complaisance à soi : ce n’est pas une confession quotidienne, mais un moyen d’agir). Il fallait rappeler ces limites pour éviter des confusions dangereuses : souvent le haut fonctionnaire ne tient pas journal parce qu’il n’a pas compris le sens de l’exercice, et qu’il croit que c’est une œuvre littéraire ; certes une plume nette, claire, le goût de l’observation, et le sens du pittoresque, du piquant ne sont pas inutiles : mais il y faut surtout de l’application, de la ténacité, de la volonté (pour donner quelques lignes chaque jour, même si l’on est fatigué)8, du courage (tenir journal oblige à une certaine distance critique avec soi, on voit bien, et chaque jour, ses faiblesses, ses illusions, ses défaillances...)9 ; un journal tenu consciencieusement, avec scrupule10, ramène à quelque modestie, notamment dans les postes difficiles ou « exposés »11.

II. Formes du journal

4C’est une erreur de croire qu’il y ait une seule forme de journal : la diversité est extrême, chacun réagit à sa manière. Donnons quelques exemples.

  • 12 Si la crise est courte, le journal – ou le carnet de notes – peut être bref : quelques pages au plu (...)

5Première forme : le journal de crise ; quand un administrateur est happé par une crise de l’institution, par une « affaire », menacé dans ses fonctions, il a tout intérêt à noter chaque soir où il en est, qui a dit quoi, qui le soutient et qui le dessert, comment les autres réagissent : cette mise au point des mines et contremines est une nécessité de l’action et ce journal temporaire n’est plus tenu dès que la crise cesse ; là il n’y a aucun souci de style, d’effet12 : on s’intéresse seulement au jeu administratif et à sa propre défense.

  • 13 Comme exemple de tel journal, donnons les carnets de Londres de Pierre Laroque, publiés dans ses so (...)

6Deuxième forme : le journal qui est tenu pendant une période de guerre13, une crise politique comme 1968 : il permet d’avoir des repères, on devient un témoin, on enregistre les réactions des uns ou des autres, on donne son opinion sur « ce qui va advenir » ; on tient journal librement, sans qu’il y ait nécessité, parce qu’on ressent le besoin de faire le point (si l’on est acteur, on a fort peu de temps pour rédiger ces notes, et le plus souvent on n’en a ni le goût ni le loisir).

  • 14 Supra, p. 556.

7Troisième forme : le journal opérationnel, qui sert à guider l’action, que l’on tient dans des postes difficiles – dans les cabinets ministériels ou à la tête d’une direction –, et qui correspond, nous l’avons vu14, à une forme d’examen de conscience : on saisit, en rédigeant les brèves notes, ce qu’on a fait, ce qu’on n’a pas fait, ce qu’on doit faire demain, on épure en quelque sorte sa mémoire des scories inévitables, on voit « où l’on en est ».

  • 15 Mais nous ne connaissons que la version publiée : quelle était la version originale ? Était-elle di (...)

8Quatrième forme : le journal « partiel », qui sert à recueillir les propos, les confidences de l’homme politique que l’on sert, presque pour « porter un jour témoignage », et qui n’est guère utile à l’action (tel le journal de Combarieu, le secrétaire général et le confident du Président Loubet) ; parfois l’intention historique est évidente, on insère des comptes rendus, des pièces (ainsi dans Verbatim de Jacques Attali)15.

9Cinquième forme : le journal intime qui touche à la fois à la vie privée et à la vie publique de l’administrateur, qui peut avoir une forme littéraire (ainsi le journal de Paul Morand en 1914-1917) : c’est plutôt un journal d’écrivain, et rédigé comme tel, qu’un journal « opérationnel ».

  • 16 Supra, p. 347. Le journal de petit fonctionnaire pourrait être très curieux, si c’est un bon observ (...)
  • 17 Nous avons de rares souvenirs romancés (comme Ces dames les ronds-de-cuir d’Anna Pasquin, 1958), ma (...)
  • 18 On peut soupçonner que le journal de Trouillé, et celui d’Alphand ont été réécrits, et on assure qu (...)

10On saisit la diversité des formes et des intentions, du carnet de notes au journal littéraire ; en fait nous ne savons trop comment raisonner en ce domaine : car on ne connaît pas de journal de petits fonctionnaires (l’équivalent, en un sens, de Blanche, mémoires d’une employée du Trésor public, de Blanche Py)16, nous n’avons pas encore de journal de femme fonctionnaire (or les femmes sont des diaristes remarquables), mais peut-être tôt ou tard en publiera-t-on qui nous feront mieux comprendre la psychologie administrative17. Pour le moment notre pauvreté en journaux publiés est extrême : nous ne savons pas pourquoi (et le plus souvent, comme le journal de Combarieu, ils ont été fortement censurés et remaniés)18 .

III. Conditions

  • 19 Le style a peu d’importance : quand on a un journal trop bien écrit, l’historien soupçonne souvent (...)

11Pour un journal « opérationnel » qui sert principalement à bien gérer son temps, qui est presque un outil de gestion, quelles sont les conditions pour avoir un bon journal qui soit aussi utile à l’historien de la bureaucratie ? Il faut bien voir les exigences que nous montre l’expérience de l’« utilisateur »19.

  • 20 L’expérience le montre.
  • 21 Il faut presque créer une sorte de rituel : au bout de quelques semaines, c’est presqu’un besoin ph (...)

12Première exigence : il faut écrire chaque soir rapidement quelques lignes sur ce qu’on a fait, entrepris, dit, même en style télégraphique : nulla dies sine linea. Mais il faut le faire le soir même : si par hasard l’on est obligé d’écrire le lendemain ou le surlendemain, il faut mettre le texte entre crochets, en indiquant la date exacte où on l’a écrit : car on ne dit pas, dans un journal20, exactement les mêmes choses le soir même et le lendemain, la mémoire en douze heures se déforme, s’épure trop ou devient poreuse, on résume, on reconstruit et on trompe le lecteur... Le journal ne doit jamais être rédigé au bureau : il faut un certain décalage, c’est un « travail du soir »21.

  • 22 Quelles sont les limites de cette sincérité ? On se soulage dans ce journal, on y marque ses colère (...)
  • 23 C’est le même problème que pour les souvenirs (infra, p. 575) : l’angélisme, la pitié ou la charité (...)
  • 24 Cette galerie peut avoir 10, 15 pages – et on ne doit pas oublier le petit personnel.

13Deuxième exigence : on doit dire ce qui va bien, « ce qui marche », mais aussi ce qui va mal, les échecs, les conflits, les petites crises ; on doit être sincère22, c. à d. porter des jugements méchants sur les gens (ce sont ces méchancetés que retiendra l’historien dans cinquante ans)23. Au bout d’un mois dans un nouveau poste, on doit relire son journal pour avoir une vue d’ensemble et surtout prendre le temps un week-end pour faire une galerie de portraits des acteurs qui éclairera le lecteur futur24 : c’est un exercice subtil mais nécessaire, les pages que lira en priorité l’historien, car on campe la pièce où l’on tient un rôle.

  • 25 L’historien craint non sans raisons les remaniements, les déplacements de date, les interpolations (...)
  • 26 De la même façon un journal dactylographié par une secrétaire inspire quelque défiance, si l’on n’a (...)

14Troisième exigence : le journal doit être rédigé à la main sur un gros cahier, paginé avec soin et non sur des feuilles volantes (le cahier paginé inspire confiance à l’historien, on ne peut tricher, interpoler, déplacer les dates)25. En aucun cas il ne doit être rédigé directement sur une machine à traitement de texte : car la machine rend bavard, déforme le style et de plus on peut corriger sans scrupule le texte, modifier par la suite, et l’historien ne peut avoir la même confiance qu’avec un manuscrit26.

  • 27 Son crédit auprès des historiens tient à son caractère opérationnel : tout bavardage inquiète, dimi (...)

15Quatrième exigence : on doit parler avant tout des affaires administratives, mais il est impossible de ne pas évoquer parfois certaines affaires privées, personnelles, ou familiales ; il faut être court, donner des notes abrégées, ce n’est pas un journal « littéraire » (qui, lui, peut, et même doit être discontinu, donner des « états d’âmes », où il est permis de flâner, de jouer) : le journal opérationnel vise à l’utilité27.

  • 28 Il y a peu de chances qu’on les retrouve dans les archives publiques et privées, et surtout on les (...)

16Cinquième exigence : on peut joindre au cahier certaines pièces, qu’on mettra à part provisoirement dans une grosse chemise, en les numérotant (dans le journal on les citera en donnant le numéro) : c’est la « note au ministre » qui a fait beaucoup de bruit, la lettre de dénonciation ou d’insultes qu’on a reçue d’X, le procès-verbal d’un réunion confidentielle ; pour l’historien futur ces « pièces justificatives » ou « annexes » seront du plus grand intérêt, mais il faut savoir les choisir avec discernement et bien les dater28 .

  • 29 L’expérience montre qu’au bout d’un ou deux mois on sait laisser tomber ce qui est secondaire, la h (...)
  • 30 C’est une excellente forme de vengeance, et dans un cabinet par exemple on a quelque mal à supporte (...)
  • 31 Sur la « mort administrative » à laquelle on songe bien peu, cf. Regards sur la haute administratio (...)
  • 32 N’oublions que le vrai, le seul lecteur est l’historien de 2050 ou 2080, qui jugera en dernier appe (...)

17La grande difficulté pour un journal « opérationnel » est de trouver l’unité de ton, disons même, une logique interne : trier « ce qui est « significatif » dans ce qu’on a fait chaque jour n’est pas un exercice facile, il y faut du doigté, de la prudence (on a trop tendance à parler de choses insignifiantes)29, de la subtilité (il faut décoder les propos d’X), de l’ironie (le journal permet de se moquer des travers des gens, d’exercer une ironie qu’on doit refréner au bureau)30, le goût du trait piquant (la comédie administrative est inépuisable) : mais on ne doit pas perdre de vue que ce doit être un journal utile. Certes consacrer cinq minutes chaque soir (au-delà le journal est dangereusement bavard) n’est pas une charge lourde, mais il faut avoir le sens de la régularité, de l’ordre, bien comprendre les règles du jeu (c’est une forme de maîtrise du temps, de lutte contre la mort administrative)31 : dans l’administration active on perd beaucoup de temps, on peut facilement « perdre cinq minutes » à sauver pour l’histoire quelques parcelles de ce temps32.

IV. Règles de bon usage

  • 33 N’oublions pas qu’on est aussi tenu par le journal : c’est un signe d’échec grave que d’abandonner (...)

18Peut-on donner quelques conseils « à ras de terre » à ceux qui voudraient tenir journal ?33 Nous avançons en ce domaine avec grande prudence.

  • 34 Pierre Moussa (La roue de la fortune, 1989) a publié quelques notes après son départ de Paribas en  (...)

19Première règle : il faut tenir journal pendant certaines périodes clefs, des périodes de crise, des temps de cabinet (où l’action est très dispersée, où l’on a besoin d’examens de conscience quotidiens), des postes exposés (le journal peut être fort utile la première année où l’on exerce des fonctions de cabinet ou de direction). Nous n’avons pas dit qu’il fallait tenir journal pendant quarante ans de carrière : ce serait une routine dangereuse, et à l’évidence le journal ne serait pas de bonne qualité. Et il est des périodes où l’on n’a guère envie de tenir journal (alors que son utilité de soutien, ou de catharsis, serait fort grande), par exemple pendant les périodes de traversée du désert34 (l’exercice serait douloureux, et s’il est mal fait, peut aggraver le trouble).

20Deuxième règle : il faut prendre certaines précautions matérielles :

  • les pages du cahier doivent être soigneusement numérotées, et les cahiers doivent être aussi numérotés et porter clairement les dates de début et de fin ;

  • une fois le cahier fini, il est bon d’en faire une photocopie par précaution ;

    • 35 Des manuscrits reliés ont des chances supérieures d’être sauvegardés (la deuxième ou troisième géné (...)

    on doit faire relier d’une part le manuscrit dès qu’on est sorti de fonctions, d’autre part les pièces annexes que l’on décide d’y joindre35.

21Troisième règle : au bout de quatre ou six mois, il est bon de relire son journal ; c’est une opération assez complexe, qui demande un peu de temps, mais on prend ainsi une vue d’ensemble de ce qu’on a fait ou tenté de faire, de ce qu’on n’a pas fait, de ce qu’on aurait pu faire (on peut prendre ainsi de bonnes résolutions) ; mais à l’occasion de cette « relecture » :

  • on peut annoter parfois le texte à la marge par exemple à propos de tel personnage, mais en datant avec soin la note ;

  • on peut également faire une note de relecture, reprenant les conclusions qu’on tire de cet exercice, mais il faut l’insérer à sa date normale dans le journal. En fait cette « relecture » peut être très utile pour l’action : on prend conscience du temps perdu (par exemple dans un cabinet), du peu de temps utile qui reste, des priorités qu’il faut s’imposer...

22Quatrième règle : c’est au bout de 10-12 ans qu’un journal prend sa valeur, quand on acquis une autre expérience, vu d’autres bureaucraties, quand le monde a évolué : un certain décalage est nécessaire pour bien prendre conscience de ce qui est important dans ce journal. À cette date, si on a le temps, il faut recopier le journal ou le transcrire – ce qui pose quelques problèmes. Doit-on recopier à l’identique ? Doit-on faire des coupures, ou améliorer le style ? On pose là un problème bien connu des diaristes : ce sont des memorabilia, et l’on ne doit, à notre avis, ni modifier le texte ni faire de coupures (même en les signalant). Si un passage parait obscur, il faut mettre une note (en la datant) proposant la modification ou l’éclaircissement (de toute façon modifier directement le texte, c’est tricher, et on n’a pas tenu un journal pour tricher). Recopier ce texte peut être un exercice fructueux : et les réflexions qu’il peut inspirer (on a revisité son passé, quelquefois même il y a des passages qu’on ne comprend plus, des noms dont on a perdu le souvenir...) peuvent être rédigées et jointes à la fin (en les datant soigneusement : c’est ce que faisait Stendhal en relisant son journal).

  • 36 C’est ce qu’a fait le Président Pierre Laroque dans ses souvenirs – et c’est la partie la plus viva (...)
  • 37 Infra, p. 565.
  • 38 C’est pourquoi nous insistons pour qu’on rédige cette galerie de portraits – dont certains, par for (...)

23Cinquième règle : le journal peut être utilisé soit pour rédiger des souvenirs (on peut même insérer quelques pages, ce qui anime le texte)36, soit pour préparer les entretiens d’archives orales (formule beaucoup plus souple)37. Relire son journal (ou plus exactement ses journaux) peut apporter beaucoup à la valeur de ces entretiens : car on peut s’appuyer sur des dates précises, montrer ce qui était important en donnant des citations ; pour les archives orales, par exemple, pour témoigner sur un cabinet, le journal peut apporter : 1. les portraits des acteurs38 ; 2. des exemples des crises, désordres ou tensions internes ; 3. des précisions datées sur les grandes affaires menées par le cabinet ; 4. des analyses des projets qui ont échoué (et des raisons de ces échecs) ; c’est un secours très précieux, car la mémoire est très souvent déformée, elle ne garde que des anecdotes médiocres ou des choses vagues, et l’historien qui exploitera ces archives orales peut être très déçu.

  • 39 La transcription facilite beaucoup le travail de l’historien, économise son temps.
  • 40 Quand ils sont reliés, ils disparaissent moins facilement.

24Sixième conseil : il faut prévoir de son vivant le dépôt de son journal dans un fonds public (archives ou bibliothèques) : on doit déposer à la fois l’original et une transcription lisible39, on peut imposer des conditions de communicabilité (à sa mort ou après un certain délai, pour ne pas froisser les susceptibilités). Au besoin on peut mettre une courte note en tête de la transcription pour expliquer les circonstances de la rédaction de ce journal, de façon à faciliter la lecture de l’historien de 2050 ou 2080. Seul le dépôt dans un fonds public garantit la survie d’un journal : car à la 2e ou la 3e génération, avec la division des héritages, les volumes risquent de disparaître (les familles par force ignorent la valeur d’un journal)40.

Conclusion

25On voit qu’on peut compliquer les règles du jeu : mais on a tout intérêt à tenir un bon journal, reflétant la réalité (même si quelquefois on y étale ses mauvaises humeurs) et à assurer sa sauvegarde (même si cela demande un peu de temps). Quelles leçons peut-on tirer ?

26Première leçon : le journal opérationnel, outil de gestion du temps, tel que nous l’avons décrit, ne sera jamais chose très répandue, car il faut aimer écrire, avoir certain courage d’application, et avoir des choses importantes à dire ou décrire. Mais si on avait quelques bons journaux, l’historien serait mieux à même de comprendre la comédie administrative.

  • 41 Quand on relit vingt ans après un journal qu’on a tenu dans un cabinet, on a l’impression qu’on a b (...)
  • 42 Chacun a sa mesure du « bavardage » : en fait, au soir d’une journée de travail bien remplie, on sa (...)

27Deuxième leçon : il n’y a pas une seule formule de journal, les modèles n’existent pas, on a la plus grande liberté de jeu en ce domaine (et, au fond, c’est une forme de jeu)41 ; rappelons seulement qu’il faut – dans l’intérêt de l’histoire – s’attacher à des choses significatives, éviter le bavardage42 ; une plume brève, une certaine unité de pensée, une vision ordonnée des choses peut faire un bon journal, et si l’on ajoute quelque malice, des portraits méchants, on aura un journal lisible pour l’historien de 2050 ou 2080.

28Troisième leçon : c’est une erreur de croire que tenir un journal coûte du temps : c’est même parfois dans certains postes difficiles le seul temps employé cum fructu, car il permet de réfléchir « la plume à la main » et d’accumuler un capital de mémoire. Contre la fuite du temps, tenir un journal est sans doute la seule assurance et c’est même une bonne assurance contre la mort administrative.

Notes

1 Nous ne connaissons aucun recensement des journaux publiés. Quand ils sont édités – comme ceux de Combarieu, du gouverneur Moreau, du préfet Trouillé ou d’Hervé Alphand – nous ne savons guère si l’édition correspond véritablement au texte original ; dans le cas de Combarieu que nous avons étudié, nous avons la preuve (une version de la main de Combarieu étant déposée aux Archives nationales) que le texte publié a été singulièrement tronqué et remanié (cf. « Le président Loubet et la formation du cabinet Rouvier en 1905 », Revue administrative, 1988, p. 210-221). Il n’existe pas non plus de recensement des journaux manuscrits de fonctionnaires existant dans les archives ou dans les bibliothèques (les familles parfois les gardent pieusement : tel le journal d’Amauné, qui fut directeur de cabinet de Ribot pendant la guerre).

2 Cf. infra, p. 556.

3 Tenir journal est mal vu, on ne s’en vante pas, car les collègues et les patrons ont peur que vous consigniez leurs propos, ce qui est toujours désagréable, ou que vous contiez leurs querelles, leurs intrigues, ce qui est pire. Si l’on tient journal, à l’évidence il vaut mieux ne jamais en parler, on se méfierait de vous (rappelons les réactions d’indignation quand Concourt a commencé à publier son journal...).

4 C’est là une excuse coutumière dans certains postes directoriaux : « Je n’ai pas le temps de réfléchir » (les contrôleurs connaissent bien ce propos).

5 Mais c’est un avantage que l’on ne découvre que si on a la technique bien en main, c’est-à-dire si on a utilisé cette méthode auparavant, dans d’autres postes.

6 Tous les tempéraments ne sont pas aptes à cet exercice, il y a beaucoup d’administrateurs qui se défient de tels exercices écrits, qui coûtent quelqu’application.

7 Cf. supra, p. 545.

8 C’est au fond un travail du soir : comme disait Colbert, « il n’y a que le travail du soir et du matin qui puisse avancer les choses » ; tenir journal permet de reculer jusqu’à l’extrême limite le travail de la journée.

9 C’est très net quand l’administrateur fait l’effort de relire son journal d’un mois.

10 C’est à dire sans tricher, sans dissimuler (par exemple ses difficultés, ses erreurs ou ses querelles avec son patron : ce qu’on a tendance, en général, à minorer). Tricher est facile dans un journal : et quand on est fatigué, on a tendance à tricher...

11 C’est peut-être pour cela que l’on préfère – en général – ne pas tenir journal.

12 Si la crise est courte, le journal – ou le carnet de notes – peut être bref : quelques pages au plus (qui sont souvent négligées et disparaissent).

13 Comme exemple de tel journal, donnons les carnets de Londres de Pierre Laroque, publiés dans ses souvenirs (ils avaient été écrits pour sa femme, restée en France).

14 Supra, p. 556.

15 Mais nous ne connaissons que la version publiée : quelle était la version originale ? Était-elle différente ?

16 Supra, p. 347. Le journal de petit fonctionnaire pourrait être très curieux, si c’est un bon observateur, malicieux, qui sait se moquer de l’un et de l’autre : mais pour le moment nous n’en connaissons aucun exemplaire – cette lacune est assez étonnante.

17 Nous avons de rares souvenirs romancés (comme Ces dames les ronds-de-cuir d’Anna Pasquin, 1958), mais aucun journal n’a encore été publié – alors que les femmes ont plus que les hommes l’habitude du journal intime. Et qui nous donnera le journal d’une jeune élève de l’ENA ?

18 On peut soupçonner que le journal de Trouillé, et celui d’Alphand ont été réécrits, et on assure que le journal du gouverneur Moreau a été très remanié.

19 Le style a peu d’importance : quand on a un journal trop bien écrit, l’historien soupçonne souvent à bon droit qu’il a été réécrit entièrement...

20 L’expérience le montre.

21 Il faut presque créer une sorte de rituel : au bout de quelques semaines, c’est presqu’un besoin physique, et le dimanche, on regrette presque de n’avoir rien à écrire (en période calme).

22 Quelles sont les limites de cette sincérité ? On se soulage dans ce journal, on y marque ses colères (rarement ses joies : le métier est très ingrat), ses ambitions, ses dégoûts (on en assez des tours qu’X ou Y vous joue), ses mépris... Mais on conte rarement ses sottises, ses torts et les tours qu’on a joués à autrui.

23 C’est le même problème que pour les souvenirs (infra, p. 575) : l’angélisme, la pitié ou la charité ne servent pas à grand chose (on lit encore un Vieil-Castel ou un Concourt parce qu’ils sont « méchants », on regrette les timidités ou les prudences d’un Alphand).

24 Cette galerie peut avoir 10, 15 pages – et on ne doit pas oublier le petit personnel.

25 L’historien craint non sans raisons les remaniements, les déplacements de date, les interpolations (il est si facile de dire – après – qu’on a prévu tel événement ou telle évolution...). Seul le cahier manuscrit original peut rassurer (pour Combarieu, le manuscrit que l’on possède aux Archives Nationales n’est qu’une version, recopiée par lui-même et sans doute réécrite, des carnets originaux, il n’inspire pas grande confiance : qu’a-t-il supprimé ?).

26 De la même façon un journal dactylographié par une secrétaire inspire quelque défiance, si l’on n’a pas le manuscrit : il vaut mieux le savoir.

27 Son crédit auprès des historiens tient à son caractère opérationnel : tout bavardage inquiète, diminue la crédibilité.

28 Il y a peu de chances qu’on les retrouve dans les archives publiques et privées, et surtout on les aura mises en valeur dans le journal en les citant ou commentant.

29 L’expérience montre qu’au bout d’un ou deux mois on sait laisser tomber ce qui est secondaire, la hiérarchie s’établit tout naturellement.

30 C’est une excellente forme de vengeance, et dans un cabinet par exemple on a quelque mal à supporter ses rivaux ou ses ennemis.

31 Sur la « mort administrative » à laquelle on songe bien peu, cf. Regards sur la haute administration, 1979, p. 154-160. Le journal permet de survivre, de n’être pas le pion anonyme, interchangeable sur l’échiquier, de se démarquer de son voisin : c’est une compensation à un métier ingrat, usant, si on sait bien en user on peut y trouver un grand plaisir.

32 N’oublions que le vrai, le seul lecteur est l’historien de 2050 ou 2080, qui jugera en dernier appel : or personne n’est assuré de son jugement, ni l’historien, ni l’administrateur (supra, p. 545).

33 N’oublions pas qu’on est aussi tenu par le journal : c’est un signe d’échec grave que d’abandonner la rédaction d’un journal quand on l’a commencé (pour un poste précis), il y a quelque chose qui se détraque, un vouloir-vouloir qui s’altère.

34 Pierre Moussa (La roue de la fortune, 1989) a publié quelques notes après son départ de Paribas en 1981 : on voit bien les limites de ce qu’on peut écrire dans les mois difficiles.

35 Des manuscrits reliés ont des chances supérieures d’être sauvegardés (la deuxième ou troisième génération les considère avec plus de respect...).

36 C’est ce qu’a fait le Président Pierre Laroque dans ses souvenirs – et c’est la partie la plus vivante.

37 Infra, p. 565.

38 C’est pourquoi nous insistons pour qu’on rédige cette galerie de portraits – dont certains, par force, seront peu charitables.

39 La transcription facilite beaucoup le travail de l’historien, économise son temps.

40 Quand ils sont reliés, ils disparaissent moins facilement.

41 Quand on relit vingt ans après un journal qu’on a tenu dans un cabinet, on a l’impression qu’on a bien joué : ce que l’on a fait pendant un ou deux ans de cabinet est totalement oublié, il ne reste plus de ce petit monde (certains conseillers sont déjà morts) que ces feuillets manuscrits, on a pris de la peine, mais « cela valait le jeu ».

42 Chacun a sa mesure du « bavardage » : en fait, au soir d’une journée de travail bien remplie, on sait fort bien éviter le bavardage.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search