Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Annexes

Que sera l’historien de 2050 ?

Texte intégral

  • 1 Cf. « Pour une théorie de l’obsolescence », Revue administrative, 1995, p. 104-109.
  • 2 Toute analyse prospective entraîne une mise en cause du présent, parfois elle met en cause des méca (...)
  • 3 Rappelons que l’historien gérera en 2050 au moins trois systèmes d’histoire : 1° l’histoire que nou (...)

1L’historien de 2050 est un personnage important du jeu historique ; il est celui qui nous jugera en dernier ressort, mais par principe, il n’est pas convenable d’en parler. Or, il faut avoir conscience des glissements temporels, des déclassements nécessaires1, des révolutions et mutations intellectuelles : il est impossible de penser que l’historien en 2050 travaillera « à l’identique », avec nos méthodes, nos soucis, notre système de valeurs ; mais comment mesurer ces mutations inévitables ? Comment pressentir les histoires nouvelles à « naître » ? La prospective de l’histoire est une entreprise presque impossible ; mais elle nous oblige à raisonner autrement, elle peut inciter l’historien à la prudence, à l’humilité même. Peut-on chercher à saisir l’historien de 2050 ? Peut-on comprendre ses exigences ? Comment adapter nos recherches aux besoins de l’historien de 2050 ? Nous chercherons, en biaisant parfois2, à explorer ces domaines incertains, énigmatiques de 20503.

2I. Pourquoi s’intéresser à l’historien de 2050 ? On n’a pas l’habitude de songer au lecteur de 2050, à celui qui utilisera – ou oubliera d’utiliser – votre livre, mais c’est là assurément une erreur : car il portera nécessairement un jugement, qui risque d’être cruel, et sans appel, et il condamnera peut-être votre livre à l’oubli définitif, et on ne peut guère compter sur son indulgence. On a quelque gêne à parler de cet historien de 2050, pour plusieurs raisons.

  • 4 Les liens du corps social et de l’histoire subissent des mutations lentes, presque à l’échelle d’un (...)
  • 5 Il y aura des révisions importantes, dans toutes les disciplines, dans les 10 ou 15 prochaines anné (...)

3Première raison : on ignore à peu près tout de lui, comme on ignorait en 1930 l’historien de 1990 ; certes, les systèmes de production évoluent lentement, les centres d’intérêt, les attentes des historiens encore plus lentement4, mais on peut penser qu’il y aura des mutations importantes, des ruptures même (et les changements du paysage historique depuis 20 ans montrent qu’il faut s’attendre à des transformations du système)5.

4Deuxième raison : l’historien de 2050 sera plus savant, mieux informé, il saura tout de notre futur (les années 1995-2050), il aura d’autres méthodes, d’autres visions de l’histoire, il exploitera d’autres matériaux, mais on mesure mal cet écart : 50 ans, c’est très long, des personnalités, des « patrons » peuvent apparaître, toute « prévision » est floue, quasi impossible.

  • 6 Ou bien il marquera : « à utiliser avec précaution, a vieilli considérablement », dans le meilleur (...)
  • 7 Pour l’histoire nationale, un pourcentage élevé de la production va au néant au bout de 10-15 ans ; (...)

5Troisième raison : l’historien de 2050 représente une menace haïssable, c’est lui, répétons-le, qui jugera, qui condamnera, qui exclura ; certes, le tri sera déjà largement fait, l’obsolescence aura atteint mon livre, mais il confirmera le jugement, il omettra de le citer6 ; c’est là un jeu cruel7, mais l’historien « invisible » de 2050 est en dernier ressort notre seul juge.

  • 8 Et l’on doit dire : mes hypothèses sont datées, mes conclusions sont provisoires.
  • 9 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, Le marché de l’histoire, 1994.

6Apparemment, nous avons peine à saisir cet historien de 2050. Les changements « probables » du système historique, du marché de l’histoire incitent à une grande prudence8, le taux d’obsolescence paraît de plus en plus élevé (même sur des marchés abrités, non concurrentiels) et la mobilité des perspectives tend à s’accroître depuis plusieurs années (même les rapports de l’histoire au corps social paraissent plus distendus)9.

  • 10 L’historien de 2050 aura grand peine à comprendre comment fonctionnait notre « système d’histoire » (...)

7Aussi faut-il faire un effort pour tenter de saisir « ce qui va advenir », pour analyser les mutations possibles, pour comprendre ce que pourrait être l’historien de 2050 (et l’histoire de 2050) à telle ou telle condition, pour deviner ce que souhaitera, goûtera, désirera notre juge de 2050 (il aura des besoins qu’il nous est difficile de concevoir, mais qu’on peut chercher à pressentir : besoins en documents, en outils de travail, besoins de repères, de signaux)10 ; or, comment faire quelques hypothèses sur l’historien de 2050 ? Et comment en tirer par récurrence quelques conséquences sur la production d’histoire d’aujourd’hui ?

  • 11 Et leurs « formateurs » sont déjà en place...
  • 12 On le voit bien aujourd’hui où les conflits de générations sont sensibles (les jeunes normaliens de (...)
  • 13 On a abordé l’histoire de l’immigration dans les années 1980-1985, parce qu’il y avait des problème (...)

8II. À l’évidence, nous ne pouvons savoir ce que sera l’historien de 2050 : ce qui est une part importante du jeu. Et ce qu’on appelle par commodité historien de 2050 recouvre plusieurs groupes : ceux qui auront 60 ans en 2050 (formés vers 2010)11, ceux qui auront 40 ans (formés en 2030), ceux qui auront 20 ans et qui sont peut-être les plus importants (car ils sont productifs jusqu’en 2090 et au-delà) ; on voit les glissements de générations, et ces générations n’ont pas nécessairement les mêmes besoins, les mêmes soucis, les mêmes méthodes12. Nous ne savons pas ce qu’ils rejetteront de notre production à nous, quelles méthodes ils utiliseront pour explorer notre présent (et les années 1995-2050), quelles grilles de questions nouvelles ils poseront (car chaque génération invente ses bonnes questions en fonction souvent des problèmes posés au corps social)13.

9Mais puisque nous ignorons ce que voudra l’historien de 2050, et quel sera le système de production, on peut esquisser divers scénarios :

  • 14 On ne peut écarter cette hypothèse de régression, il y a des « précédents », rappelons : 1° l’émigr (...)

10Premier scénario : l’histoire en voie de décroissance en 2050 ; pour des raisons tenant au corps social, il est possible qu’il y ait chute du niveau de l’histoire, régression du nombre d’historiens, disparition du désir d’excellence en raison du nivellement social, et les « faits de société », la politique ont souvent une certaine importance sur le système de production14.

  • 15 Il y a apparition, développement de nouvelles disciplines et déclin d’autres.
  • 16 L’exemple américain montre aujourd’hui de singulières pressions du corps social sur le corps enseig (...)
  • 17 Si le marché s’accroît, le taux d’obsolescence peut être plus rapide, les risques peuvent être cons (...)

11Deuxième scénario : l’histoire en voie de croissance ; le volume des crédits, le nombre de chercheurs augmentent, la société accorde des moyens accrus (notamment pour la conservation et l’exploitation du patrimoine), les innovations en histoire sont nombreuses ; mais les incertitudes sont grandes pour nous ; les directions de recherche, les répartitions entre disciplines seront-elles identiques ?15 Le marché de l’histoire sera-t-il concurrentiel, et y aurait-il des déviations de nouvelles formes de concurrence ?16 Quel sera le taux d’obsolescence des travaux, notamment pour 2000-2050 ?17 Quelle sera la part de l’histoire universitaire, et celle de l’histoire non professionnelle (histoires techniques, histoire locale) ?

  • 18 Une université autonome peut délaisser l’histoire, ou recruter librement des professeurs de qualité (...)

12Troisième scénario : une situation proche de la nôtre, mais les inflexions peuvent être nombreuses ; par exemple, y aura-t-il toujours indépendance de la recherche universitaire, ou des universités autonomes, sur le modèle américain, ce qui n’est pas sans effets sur l’« orientation » de la recherche18 ? Si les régions ont une plus grande importance politique, quelle sera la place de l’histoire régionale ?

13III. On voit l’incertitude de ces hypothèses ; mais il faut aller encore plus loin, car l’histoire a nécessairement des liens étroits avec le corps social, elle joue un rôle dans l’unité, l’identité nationale ; or le champ des hypothèses est très ouvert pour 2050, et il faut poser quelques questions permettant d’affiner les scénarios :

    • 19 Songeons à l’importance de l’identité provinciale en Espagne et en Allemagne.
    • 20 On a vu apparaître de médiocres essais d’histoire européenne.

    dans l’hypothèse d’une fusion européenne en 2050, l’histoire risque d’apparaître comme un élément de résistance, l’attachement au passé (national et régional) est un instrument de politique (on peut avoir une sorte de nationalisme historique, ou de provincialisation de l’histoire)19 ; quel sera le rôle de l’historien dans ces conditions ? Quelle sera la morale du métier20 ?

    • 21 L’importance de minorités allogènes à forte identité culturelle et religieuse risque de créer des t (...)

    dans l’hypothèse d’une société multiculturelle, multiethnique, l’histoire aura un rôle ambigu (elle peut être un élément d’intégration, mais elle peut apparaître aussi comme un facteur de division)21 ;

  • dans l’hypothèse d’une société divisée politiquement – avec peut-être des affrontements brutaux, des risques de guerre civile – l’histoire peut être un élément de lutte.

  • 22 Le problème de la liberté de l’historien peut se poser, on le voit nettement avec le political corr (...)

14Or le volume des moyens accordés par le corps social au patrimoine, à la formation des chercheurs, à la recherche (universitaire et non universitaire) dépend de ces liens entre l’histoire et le corps social, de la fonction politique qu’on lui attribue, et on saisit là sur le vif comment on est bien incapable de faire des prévisions sur le plan politique ; le métier d’historien peut être changé suivant telle ou telle hypothèse, sa condition peut se dégrader, il risque de subir des pressions sociales plus ou moins subtiles, il devra répondre à une demande sociale qui peut être forte (et qui peut même aboutir à une sorte de censure)22.

15IV. Si l’on entend établir des scénarios 2050 – ce qui est une démarche raisonnable, au moins pour comprendre les 30 prochaines années (c’est-à-dire d’ici 2025) – il faudrait établir des séries de scénarios :

  1. par discipline, tenant compte des mutations prévisibles (par exemple une augmentation du volume des travaux risque d’avoir pour corollaire un abaissement de qualité, si l’on ne prend pas certaines précautions) et on doit faire la part des mutations techniques (par exemple l’utilisation de l’informatique en histoire de l’art) ; les banques de données ne sont pas encore en place, mais leur création est probable d’ici x années. Il est très difficile de faire des scénarios par discipline, car on a toujours trop tendance à prolonger « à l’identique » ;

    • 23 Sur le thème de la demande en histoire, cf. G. Thuillier, « Réflexions sur la demande en histoire » (...)

    par forme de la demande : il faudrait étudier les scénarios 2050 pour la demande sociale, la demande de biens intermédiaires, la demande d’histoires « techniques » (et la demande d’histoires « autonomes »), la demande politique d’histoire23 ; c’est une approche qu’on ne peut négliger, mais qui suppose beaucoup de flexibilité d’esprit, un certain recul par rapport au présent (nous avons déjà évoqué, par exemple, les hypothèses de variations proprement « politiques »).

    • 24 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, ibidem, p. 29-31.

    par segment du marché de l’histoire24 : il faudrait des scénarios (qui vaudraient jusqu’à 2025, mais guère au-delà), notamment pour :

    1. la politique éditoriale,

    2. la protection du patrimoine,

    3. la sauvegarde des archives,

    4. la formation des historiens (et la formation initiale à l’école),

    5. le réseau des sociétés savantes (nationales et locales),

    6. les liens de la politique et de l’histoire enseignée,

    7. la recherche d’État,

    8. la recherche libre des historiens « non professionnels »,

    9. l’épistémologie historique.

16Les scénarios sur les dix ou quinze prochaines années permettaient d’avoir une vue plus claire sur ce que serait le système en 2030-2050. Répétons-le : la méthode des scénarios n’est pas encore appliquée à l’histoire, mais si l’on veut saisir ce que sera l’historien de 2050, il faut avoir recours à cette méthode, en croisant ces différents scénarios ; en fait elle donne une idée du possible, et même du vraisemblable jusqu’à 2020, mais au-delà on doit avoir bien conscience qu’il peut y avoir des ruptures brutales :

  • jusqu’en 2020 joue l’influence des historiens formés jusqu’à aujourd’hui (par exemple un historien marxiste formé en 1970 peut exercer son influence sur ses élèves jusqu’à 2015) ; il y a des phénomènes d’inertie que l’on connaît mal,

    • 25 Aujourd’hui, en raison des coûts d’impression, une part importante des travaux n’est pas accessible (...)

    il peut y avoir des mutations techniques (les techniques informatiques d’impression peuvent changer, faire chuter les coûts d’édition25 ; aujourd’hui on scannérise un texte, quelles seront les innovations en 2010 ou 2030 ?),

  • on ne peut sous-estimer le rôle des personnalités, qui peuvent apporter des innovations, des mutations dans les méthodes, qui peuvent révolutionner une discipline ou une sous-discipline. Or les historiens qui auront 40 ans en 2050 ne sont pas nés, on est là dans l’imprévisible...

  • 26 La Bibliothèque nationale n’avait pas en 1980-1986 engagé de réflexion sérieuse sur son avenir, ce (...)

17On voit combien il est difficile d’avoir une idée – si imprécise soit-elle – de l’historien de 2050 ; on multiplie les difficultés, on élabore des scénarios qui chacun posent de « bonnes questions », mais qui entraînent des variantes. On doit avoir conscience des limites de l’exercice, mais il a un avantage : il pose en termes clairs que l’histoire doit subir des mutations rapides, que l’on a tort de négliger les réflexions prospectives26, et les méthodes, les principes de cette réflexion.

18V. Quelles sont les conséquences de cet « effet 2050 » sur l’histoire d’aujourd’hui ? Assurément, quand on écrit, quand on construit une œuvre, on doit songer à son lecteur de 2050, passer un pacte avec lui, établir une certaine complicité – mais ce n’est pas commode :

  • dans le choix du sujet, on doit faire attention ; plus le sujet est innovateur, intelligent, plus on a chance d’attirer l’attention de l’historien de 2050, et quand on construit un système de recherche, un programme de travail, on doit faire la part de ce qui « intéressera » l’historien de 2050 (c’est du moins le pari qu’on peut tenter),

    • 27 Quand l’abbé Bremond commence à publier en 1915 son Histoire littéraire du sentiment religieux, il (...)

    dans l’écriture, la présentation, on doit ménager le lecteur de 2050, qu’il s’agisse de notes, d’états des sources, de définition claire des objectifs et des méthodes27, de publication de pièces justificatives : on a des devoirs envers ses successeurs, et il faut éviter de brouiller les pistes, d’affaiblir son livre et chercher à s’assurer une « garantie de durée »,

    • 28 En débarrassant l’exposé des querelles qui seront plus compréhensibles dans 50 ans, du jargon philo (...)

    enfin, il faut chercher à donner ses réflexions sur le métier, à rédiger nettement son testament scientifique, à faire un effort « lisible » de doctrine28, afin de faciliter la tâche de l’historien de 2050, qui peut fixer des étapes, des « filières de doctrine », des « points de départ ».

19Mais on peut aller plus loin ; le souci de l’historien de 2050 peut prendre d’autres formes.

  • 29 Pour l’historien de métier, c’est implicite – mais il vaut mieux le dire expressément, et peut-être (...)

20Première forme : une certaine humilité. Tout ce que l’on écrit (et enseigne) est « en l’état actuel de la science », c’est-à-dire limité dans le temps, millésimé, les conclusions qu’on formule sont nécessairement « à titre provisoire »29 ; il faut bien marquer, et ostensiblement, qu’on a conscience de la relativité de son travail, des glissements temporels.

21Deuxième forme : la volonté de faciliter concrètement la tâche de l’historien de 2050, en sortant parfois du travail simple de cabinet ; on doit :

  1. chercher à protéger les archives actuelles (qui seront exploitées en 2050),

  2. tenter de sauver des fragments de la mémoire orale ou audiovisuelle (collecte d’archives orales ou filmées, c’est-à-dire création volontaire d’une source d’histoire),

    • 30 Il y a tout un effort à entreprendre en ce domaine, notamment en histoire locale – mais ce sont des (...)

    publier des documents, élaborer des instruments de travail (notes de méthodes, guides, inventaires, recueils de textes, bibliographies, dictionnaires biographiques30, etc.).

22C’est là un rôle important, trop souvent négligé par frilosité, paresse ou indifférence.

  • 31 Il faut se soucier du devenir des outils informatiques de la discipline, par exemple en histoire de (...)
  • 32 Il faut réfléchir sur les conséquences au niveau ingénierie de tels efforts ; on peut formaliser un (...)

23Troisième forme : une attitude ouverte à la prospective de la discipline ; il faut s’intéresser aux fondements doctrinaux de la discipline (ou sous-discipline), inventorier les obstacles, les frottements, les distorsions de la demande et de l’offre, avoir une conception « entrepreneuriale » : créer des revues, des collections d’études, publier des sources d’archives, créer des outils informatiques durables31, faire circuler l’information, jeter les bases d’une épistémologie de la discipline (même si c’est à titre provisoire), s’occuper de l’ingénierie historique32.

24Quatrième forme : la conscience du déclassement rapide des travaux (quelle que soit leur qualité) pour des raisons externes ou internes ; or l’historien de 2050 a besoin de travaux « proches du document » (tels les grandes thèses, les recueils de documents), et non de vagues synthèses, vite déclassées ; il faut dans ces conditions :

  1. réfléchir aux besoins de l’historien de 2050 en travaux « durables » (il suffit de voir ce que nous utilisons des travaux de 1920 : essentiellement des publications de documents et des thèses approfondies),

  2. réfléchir aux conflits entre les nécessités de l’édition de 1995 et les « besoins » de 2050 ; les travaux « durables », d’écoulement lent, doivent bénéficier d’un système d’aides de l’État, et il faut bâtir une politique de commande, de soutien de l’édition (ce que devrait faire le CNRS, s’il avait une politique réfléchie).

25VI. Nous avons montré l’ensemble du « système 2050 » qui devrait être élaboré pour chaque discipline (ou sous-discipline) ; c’est un pari – puisque nous ne pouvons former que des hypothèses fort arbitraires sur les besoins de l’historien 2050, ses attentes, ses soucis –, mais cette logique a un avantage certain ; elle nous permet de voir « à trente ans », de dépasser notre expérience présente, de chercher à saisir des choses importantes (on ne construit pas une banque de données dans un secteur d’histoire sans une réflexion sur le système de production, sans une mise à plat des conventions de travail), et on finit par poser des problèmes délicats sur ce qui se passera en 2050, sur la situation de l’histoire et du système de production ; donnons trois exemples :

  • 33 Sur cette « histoire des comités », cf. G. Thuillier et J. Tulard, Les écoles historiques, 2e éd., (...)
  • 34 Ici on veut le délocaliser, là le réduire en un bureau d’administration centrale distribuant des su (...)
  • 35 Cf. supra, p. 71.
  • 36 Cf. « L’audit d’un système de recherche », Revue administrative, 1989, p. 470-472 (cf. supra, p. 37 (...)

26Premier exemple : l’histoire des « comités » va-t-elle se développer, et à quel prix ?33 On sait les résistances de l’administration traditionnelle devant la croissance de ces « services d’histoire »34, mais cette histoire soulève quelques questions difficiles ; elle suppose non seulement un effort financier de l’Etat (le financement vient des institutions), mais la formalisation d’une certaine doctrine, la reconnaissance d’activités d’ingénierie35 et des systèmes d’audit (car tout organisme de recherche vieillit mal)36 : si on a le souci de 2050 – ce qui est un des fondements de l’histoire des comités –, il faut bien veiller à la circulation de l’expérience et de l’innovation.

  • 37 J.-C. Farcy rappelait, à propos des archives judiciaires, qu’elles ne concernent pas seulement l’hi (...)
  • 38 Donnons deux exemples : 1° on va détruire les copies des candidats qui ont échoué à l’entrée de l’E (...)

27Deuxième exemple : les institutions culturelles (Archives, Musées, Bibliothèques) ont leur logique de développement propre ; mais elles ont en charge, elles aussi, l’historien de 2050, ce qui pose des problèmes redoutables ; on l’a vu avec la Bibliothèque nationale, qui a dû subir le choc de la TGB, car elle travaillait à l’identique et oubliait quelque peu l’histoire future et ses besoins ; les Archives ont pour mission de collecter les archives écrites du présent pour l’historien futur (exploitable dans 30 ou 60 ans), mais on voit dominer une certaine tendance très restrictive, des formes arbitraires de sélection qui peuvent être dangereuses (car on détruit parfois des masses de documents souvent parce que leur conservation paraît trop coûteuse, et qu’on juge aujourd’hui leur intérêt historique « médiocre »)37 ; il est possible que le souci de 2050 doive conduire le système « Archives » à infléchir sa doctrine, à réclamer des moyens, des crédits supplémentaires au nom des besoins de l’« historien 2050 »38 ; tout dépend de l’effort qu’une société veut faire pour conserver son patrimoine, encore faut-il qu’elle soit bien informée des choix possibles.

  • 39 Prenons un cas précis : comment former un chercheur à l’histoire de F armement, à l’histoire de l’i (...)

28Troisième exemple : comment élargir le noyau des chercheurs ? À côté des chercheurs universitaires (qui recherchent un grade et un emploi) et des chercheurs du CNRS et des instituts de recherche, il y a les chercheurs non professionnels (histoire locale, histoires techniques), et les chercheurs que forment les comités d’histoire ; ceci pose les problèmes de la formation des chercheurs à la recherche39, des outils de formation (ou d’initiation) dont on dispose, des « conseils » qu’on doit leur donner ; or, si l’on veut développer une discipline, il faut s’intéresser à la formation proprement technique du chercheur (notamment pour les histoires complexes, neuves) et améliorer l’outil humain, dans la perspective « 2050 ». On aurait tort de négliger ces problèmes, qui ne se situent guère dans la perspective traditionnelle de la « thèse ».

  • 40 On part souvent de zéro en ces domaines « techniques », par exemple pour l’histoire du budget au xx(...)
  • 41 Ces histoires « techniques », qui émergent de façon anarchique depuis 15 ans, ne disposent au dépar (...)

29On saisit par ces exemples qu’il faut disposer en quelque sorte d’un modèle de développement ou de croissance d’un secteur40, et inventer une politique volontariste, car on est bien obligé de sortir des cadres traditionnels41 ; 2050 est un des objectifs de cette politique, mais on n’y songe guère ; en fait tout effort de « modélisation » doit intégrer l’historien de 2050 (mais en tenant compte des phénomènes d’entropie, de frottements).

30VII. Il est nécessaire d’être prudent dans de telles analyses : l’idée même de « modèle de croissance », – expression floue, incertaine – peut choquer certains. Mais de ces quelques observations, cherchons à tirer quelques leçons :

  • 42 On utilise encore les recueils de documents d’Hubert et Georges Bourgin, sur la sidérurgie ou l’ind (...)

31Première leçon : l’historien de 2050 oblige l’historien de 1995 à être circonspect ; dans l’enseignement, il faut parler aux étudiants (et aux élèves de l’École du Patrimoine) de l’historien de 2050 – celui qui utilisera leurs travaux – pour qu’ils travaillent en tenant compte des « besoins » de l’historien de 2050, et dans le travail, on doit prendre beaucoup de précautions, éviter la mode, le jargon, le journalisme, les fausses synthèses ; combien de livres d’histoire de 1930 sont aujourd’hui ou inutilisables ou peu utilisables42 ?

32Deuxième leçon : l’« effet 2050 » nous oblige à avoir une vision plus large de l’histoire ; un livre d’histoire n’est pas un tas de fiches plus ou moins bien ordonnées, mais une vision, un pressentiment, des signaux à l’historien futur (c’est la part non rationnelle du travail de l’historien, qu’on a grand mal à décrire).

  • 43 Cf. « Le testament scientifique de l’historien », Revue administrative, 1994, n° 279, p. 309-311.

33Troisième leçon : il faut, chacun à sa manière, avoir soin de laisser une œuvre en bon état pour les successeurs de 2050 (nos complices de 2050), c’est-à-dire que l’on doit avoir soin de faire ouvertement intervenir le souci de l’héritage dans la réflexion doctrinale, de dire ostensiblement ce que l’on croit, de bien marquer les repères, les filiations, d’avoir un système testamentaire43. On voit bien les difficultés, les résistances inévitables, le mépris ou le dédain de telles méthodes ; mais c’est précisément ce qui peut faire avancer une discipline, et le témoignage que l’on doit apporter à l’historien de 2050 tient véritablement à l’officium de l’historien.

Notes

1 Cf. « Pour une théorie de l’obsolescence », Revue administrative, 1995, p. 104-109.

2 Toute analyse prospective entraîne une mise en cause du présent, parfois elle met en cause des mécanismes d’obsolescence dont on n’est pas toujours bien conscient ; c’est pourquoi les historiens, experts du passé, n’aiment guère la prospective.

3 Rappelons que l’historien gérera en 2050 au moins trois systèmes d’histoire : 1° l’histoire que nous connaissons, avant 1995, qu’il révisera, remodèlera en fonction de ses préoccupations de 2050 et de son expérience, de son savoir des années 2000-2050, 2° l’histoire de 1995-2050, qui sera à écrire, 3° les méthodes d’histoire neuve, qui apparaîtront de 2000 à 2050 et dont nous n’avons pas idée et qui s’appliqueront aux deux premiers systèmes. Or ce sont là trois systèmes différents dans leur économie, leurs principes, leurs besoins d’archives.

4 Les liens du corps social et de l’histoire subissent des mutations lentes, presque à l’échelle d’un siècle.

5 Il y aura des révisions importantes, dans toutes les disciplines, dans les 10 ou 15 prochaines années.

6 Ou bien il marquera : « à utiliser avec précaution, a vieilli considérablement », dans le meilleur des cas, ce que l’on fait aujourd’hui pour les ouvrages de 1920 ou 1930, sauf exceptions.

7 Pour l’histoire nationale, un pourcentage élevé de la production va au néant au bout de 10-15 ans ; combien d’ouvrages sont réédités au bout de 50 ans ? On a republié Grousset et Bainville, mais ce sont là des exceptions...

8 Et l’on doit dire : mes hypothèses sont datées, mes conclusions sont provisoires.

9 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, Le marché de l’histoire, 1994.

10 L’historien de 2050 aura grand peine à comprendre comment fonctionnait notre « système d’histoire », de même que nous avons quelque difficulté à « appréhender » l’historien de 1880 ou de 1920.

11 Et leurs « formateurs » sont déjà en place...

12 On le voit bien aujourd’hui où les conflits de générations sont sensibles (les jeunes normaliens de 25 ans n’ont guère de considération pour la génération des 60/70 ans et ses querelles jugées à bon droit obsolètes).

13 On a abordé l’histoire de l’immigration dans les années 1980-1985, parce qu’il y avait des problèmes politiques de l’immigration (de même qu’on l’avait abordée entre les deux guerres).

14 On ne peut écarter cette hypothèse de régression, il y a des « précédents », rappelons : 1° l’émigration des historiens allemands après 1933, 2° la destruction du système d’histoire (et des matériaux de l’histoire), la dispersion des équipes sous la Révolution, 3° la régression de l’histoire en Russie soviétique dans les années 1930-1980...

15 Il y a apparition, développement de nouvelles disciplines et déclin d’autres.

16 L’exemple américain montre aujourd’hui de singulières pressions du corps social sur le corps enseignant pour qu’il enseigne une histoire political correct, favorable aux « minorités ».

17 Si le marché s’accroît, le taux d’obsolescence peut être plus rapide, les risques peuvent être considérables et atteindre des pans entiers de l’histoire.

18 Une université autonome peut délaisser l’histoire, ou recruter librement des professeurs de qualité médiocre, ce qui peut entraîner des dérapages, des déviations. Aux États-Unis, l’enseignement de l’histoire est de qualité très différente d’une université à l’autre. On n’a pas assez réfléchi en France sur les conséquences d’une large autonomie des Universités en ce domaine (on voit déjà une extrême diversité de niveau pour les thèses Savary, souvent inférieures aux anciennes thèses de 3e cycle...).

19 Songeons à l’importance de l’identité provinciale en Espagne et en Allemagne.

20 On a vu apparaître de médiocres essais d’histoire européenne.

21 L’importance de minorités allogènes à forte identité culturelle et religieuse risque de créer des tensions à brève échéance, on le voit bien avec les minorités « islamiques » en France.

22 Le problème de la liberté de l’historien peut se poser, on le voit nettement avec le political correct aux États-Unis (les effets devront s’apprécier à 20 ou 30 ans). Certains peuvent chercher, pour des motifs politiques, à restreindre la liberté de recherche et d’expression ; déjà l’historien qui travaille sur les années 1940-1944 subit de fortes pressions du groupe, il est sommé de « prendre parti » sur des questions qu’il n’a pas étudiées, il doit être très prudent (comment aujourd’hui faire librement l’histoire du corps préfectoral sous Vichy ?) et parfois perd l’envie d’écrire sur cette période.

23 Sur le thème de la demande en histoire, cf. G. Thuillier, « Réflexions sur la demande en histoire ». Études et Documents, t. II, 1990 p. 379-386 et G. Thuillier et J. Tulard, Le marché de l’histoire, ouv. cité, p. 10 et suiv.

24 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, ibidem, p. 29-31.

25 Aujourd’hui, en raison des coûts d’impression, une part importante des travaux n’est pas accessible et tombe dans l’oubli (sauf si par hasard la thèse ou le mémoire est déposé dans un fonds de bibliothèque ou aux Archives départementales), on ne cite pas telle thèse érudite, mais inaccessible alors que des travaux très médiocres, mais imprimés encombrent les bibliographies : c’est un véritable gâchis de matière grise.

26 La Bibliothèque nationale n’avait pas en 1980-1986 engagé de réflexion sérieuse sur son avenir, ce qui a provoqué la « crise » de la TGB, et les Archives nationales n’ont pas encore maîtrisé parfaitement les problèmes de la collecte des archives futures, c’est-à-dire qui serviront à l’historien de 2050 (ainsi pour les archives fiscales).

27 Quand l’abbé Bremond commence à publier en 1915 son Histoire littéraire du sentiment religieux, il prend bien soin de définir sa méthode et il intitule bravement ce chapitre : « Objet, sources, méthodes et divisions » (L’humanisme dévot, p. XI-XXIII). Combien d’historiens appliquent cette règle ?

28 En débarrassant l’exposé des querelles qui seront plus compréhensibles dans 50 ans, du jargon philosophique, en séparant bien ce qui est le fruit d’une certaine expérience et ce qui est « programme » ou « rêverie » (ce que fait, en principe, la leçon inaugurale au Collège de France, qui offre en général un modèle de lisibilité pour les successeurs).

29 Pour l’historien de métier, c’est implicite – mais il vaut mieux le dire expressément, et peut-être à ce moment ne rédige-t-on pas les mêmes conclusions, car on est obligé de montrer la relativité de son travail, de ses explorations.

30 Il y a tout un effort à entreprendre en ce domaine, notamment en histoire locale – mais ce sont des entreprises qui devraient être étalées sur 10 ou 15 ans, avec le soutien et une « garantie de bonne fin » des collectivités locales.

31 Il faut se soucier du devenir des outils informatiques de la discipline, par exemple en histoire de l’art (cf. Jacques Thuillier, « L’informatique en histoire de l’art, où en sommes-nous ? », Revue de l’Art, n° 93, 1992, p. 5-10).

32 Il faut réfléchir sur les conséquences au niveau ingénierie de tels efforts ; on peut formaliser une « doctrine », qui sert de base à des activités d’ingénierie (construction de « systèmes d’histoire », assistance technique pour répondre à des demandes d’administration, de collectivités locales). Les Comités d’histoire créés par les administrations devraient permettre de définir les conditions d’une telle ingénierie (cf. G. Thuillier, « À propos de l’ingénierie historique », Bulletin d’histoire de l’électricité, n° 14-15, 1990, p. 149-153).

33 Sur cette « histoire des comités », cf. G. Thuillier et J. Tulard, Les écoles historiques, 2e éd., 1993, et pour un exemple, celui des Finances, Revue administrative, 1993, p. 598-599.

34 Ici on veut le délocaliser, là le réduire en un bureau d’administration centrale distribuant des subventions, ou encore on craint qu’il touche à l’histoire récente des directions, même la collecte des archives orales n’est pas toujours bien admise. Et il faut noter la disparition du Comité d’histoire des PTT, du Comité d’histoire du ministère de l’Industrie...

35 Cf. supra, p. 71.

36 Cf. « L’audit d’un système de recherche », Revue administrative, 1989, p. 470-472 (cf. supra, p. 377).

37 J.-C. Farcy rappelait, à propos des archives judiciaires, qu’elles ne concernent pas seulement l’histoire juridique, mais l’histoire de la vie quotidienne, l’histoire des modes de vie ; conserver seulement le jugement est une erreur, il faut aussi conserver pour l’histoire future les procès-verbaux d’interrogatoires – et on a trop tendance à détruire les archives des justices de paix, qui concernent les humbles...

38 Donnons deux exemples : 1° on va détruire les copies des candidats qui ont échoué à l’entrée de l’ENA (depuis 1945...) parce que le volume est trop considérable (et dans 30 ou 40 ans on s’étonnera de cette destruction, on demandera « qui est responsable »), 2° on a décidé de détruire les archives filmées des stations régionales de FR3, ce qui privera l’historien local d’une source importante. Dans les deux cas, il semble qu’il n’y ait pas eu une réflexion préalable suffisante et que les décisions aient été prises sans consultation des historiens.

39 Prenons un cas précis : comment former un chercheur à l’histoire de F armement, à l’histoire de l’industrie nucléaire, et à quelles conditions ? Or un ingénieur, qui a les connaissances techniques nécessaires, n’est pas initié aux méthodes historiques, n’est pas formé aux méthodes de recherche ; auprès de qui doit-il chercher des conseils ? Faut-il former à l’histoire ces ingénieurs dans des séminaires spécialisés de courte durée ? Dès qu’on veut développer une histoire « technique », on se heurte à ce problème : comment former à l’histoire un chercheur non universitaire ?

40 On part souvent de zéro en ces domaines « techniques », par exemple pour l’histoire du budget au xxe siècle, pour l’histoire de la fiscalité au xixe et au xxe siècle, pour l’histoire de l’armement nucléaire (sur le problème des archives du C.E.A., cf. Revue Administrative, 1990, p. 364-367, supra, p. 523) ou pour l’histoire des caisses d’épargne...

41 Ces histoires « techniques », qui émergent de façon anarchique depuis 15 ans, ne disposent au départ, ni de méthodes assurées, ni de matériaux facilement accessibles (ce qui explique la croissance des archives orales) : or ce seront ces histoires qui – comme par hasard – intéresseront l’historien de 2050 « en priorité », car elles concernent des « tendances lourdes » de l’économie ou de la société. L’histoire de l’électricité, qui s’est développée de façon remarquable depuis 1982 grâce aux efforts de M. Magnien et de l’Association pour l’histoire de l’électricité, offre un « modèle » pour ces histoires « techniques » : l’historien de 2050 disposera de bases certaines...

42 On utilise encore les recueils de documents d’Hubert et Georges Bourgin, sur la sidérurgie ou l’industrie, on republie les souvenirs d’Hubert Bourgin (De Jaurès à Léon Blum), mais combien de « produits » de 1920 ou 1930 ne sont plus utilisés ni cités ?

43 Cf. « Le testament scientifique de l’historien », Revue administrative, 1994, n° 279, p. 309-311.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search