Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (I)

 | 
Guy Antonetti

Johannot (Jean)

Texte intégral

1Né à Genève le 30 juin 1748
Décédé à Échandens (Canton de Vaud) le 15 janvier 1829
Fils de Jean-Daniel JOHANNOT et de Louise-Germaine DELACOMBE
Membre le plus influent du comité des finances de la Convention au printemps 1795, après la disgrâce de CAMBON

I. LA FAMILLE

2Famille protestante originaire d’Ambert (Puy-de-Dôme), installée au début du xviie siècle à Annonay (Ardèche), où elle établit une papeterie qui connut une grande prospérité. Un membre de cette famille, Jean-Prudent JOHANNOT, se réfugia dans le pays de Vaud après la révocation de l’Édit de Nantes et il y fit souche.

31. [aïeul] Jean-Prudent JOHANNOT (1689-1755), originaire d’Annonay, émigré à Morges (pays de Vaud), où il épousa le 11 septembre 1709 Suzanne BETON (1690-1778). Il fut reçu à la bourgeoisie d’Échandens le 8 février 1734 avec ses quatre fils, parmi lesquels Jean-Daniel JOHANNOT, qui suit en 2.

42. [père] Jean-Daniel JOHANNOT, né à Morges vers 1715, reçu à la bourgeoisie de Genève le 18 décembre 1743, décédé le 1er décembre 1775. Il avait épousé le 28 mars 1745 [mère] Louise-Germaine DELACOMBE, fille de Germain DELACOMBE, citoyen de Genève, et de Rachel DELVERT, d’où huit enfants, dont quatre décédés en bas âge et les quatre suivants :

  1. [sujet de cette notice] Jean JOHANNOT.
  2. [frère] Jean-David JOHANNOT, né à Genève le 8 janvier 1752, officier au service du roi de Prusse.
  3. [sœur] Suzanne JOHANNOT, née à Genève le 30 décembre 1752, mariée le 31 janvier 1779 à Pierre-Henri MALVESIN, citoyen de Genève, décédée sans postérité le 12 juin 1781.
  4. [frère] Jean-Louis JOHANNOT, né à Genève le 25 septembre 1757, marié à Genève le 16 décembre 1782 à Jeanne-Louise PATRY. Négociant à Paris, il fut l’un des associés de la maison de commerce et de commission JOHANNOT CARIÉ JAQUET et Cie, qui existait à la date du 2 Frimaire an XI (fin de 1802), date à laquelle Jean-Louis JOHANNOT donna procuration à Jacques-Antoine ODIER, de Genève, « préposé aux affaires de ladite maison JOHANNOT CARIÉ JACQUET et Cie ». Celle-ci fut dissoute le 31 décembre 1808, et continuée le 1er janvier 1809 par JOHANNOT CARIÉ et Cie. La nouvelle société était conclue pour trois ans entre Jean-Louis JOHANNOT, Clément CARIÉ et Jean-François VIEUSSEUX (le gendre de CLAVIÈRE), associés en nom collectif, bien que le nom de VIEUSSEUX n’apparût pas dans la raison sociale. Le capital de 800 000 francs était apporté à concurrence de 550 000 par les trois associés en nom et 250 000 par des associés commanditaires. Jean-Louis JOHANNOT décéda à Paris le 2 juillet 1833, ayant eu trois filles :
    - [nièce] Alexandrine-Jeanne JOHANNOT, née à Genève le 21 septembre 1783, décédée avant 1836 sans postérité, mariée à Paris le 29 février 1804 à Jules-Marc-Antoine FOLZ, de Morges. Ce dernier, lors colonel, fut nommé tuteur de Jean JOHANNOT, son oncle par alliance, lorsque celui-ci fut interdit en 1827. Lors du mariage en 1804 les deux époux avaient le même domicile, place Vendôme N° 2, ce qui laisse supposer que le futur époux était alors employé dans la maison de commerce de son futur beau-père.
    - [nièce] Jeanne-Renée JOHANNOT, née à Bruxelles le 3 décembre 1785, décédée célibataire en 1864.
    [nièce] Jeanne-Louise JOHANNOT, née à Bruxelles le 15 juin 1788, mariée à Paris le 4 janvier 1813 à Jacques-Bernard DUNANT, né à Genève le 25 novembre 1780.

5Identification de JOUENNEAULT.

6Reprenant une conjecture formulée par Pierre CARON et par André BERGERON, Michel BRUGUIÈRE a supposé que le « JOUENNEAULT » qui fut nommé commissaire aux subsistances en février 1794 devait s’appeler en réalité « JOHANNOT » (les deux noms se prononçant de la même manière, d’où une possible confusion orthographique), et qu’il était un frère du conventionnel Jean JOHANNOT. À partir de cette supposition, Michel BRUGUIÈRE a mis en lumière tout un réseau d’influences qui n’ont malheureusement existé que dans son imagination, car JOUENNEAULT s’appelait bien JOUENNEAULT, et sa parenté avec JOHANNOT était des plus improbables : en effet la carte de sûreté délivrée par le Comité de sûreté générale en 1794 révèle que René JOUENNEAUT [sic], âgé de 34 ans, commissaire à la Commission des subsistances, demeurant à Paris depuis un an, rue de La Vrillière, était né à Mont-du-Loir [ex Château-du-Loir] dans la Sarthe !

MARIAGES

7Jean JOHANNOT eut une vie matrimoniale irrégulière et agitée :

Premier mariage.

8Le 27 septembre 1772 il épousa Jeanne-Étiennette MAYOR (1740-1775), fille de Jacques-Guérard MAYOR, « habitant » de Genève, marchand horloger, et de Suzanne DURADE. De ce premier mariage Jean JOHANNOT eut deux enfants :

  • [fille] Suzanne-Jacqueline JOHANNOT, née à Genève le 30 janvier 1773, mariée en 1784 à un lointain cousin, Jean-Évrard JOHANNOT, d’où trois filles.
  • [fils] Jean-Daniel JOHANNOT, né à Genève le 18 mars 1775, décédé à Paris le 7 janvier 1851. Il fut en France, sous la Restauration, directeur des comptes courants à la direction du mouvement général des fonds, au ministère des Finances, chevalier de la Légion d’honneur. De son mariage (Paris, 1er Pluviose an IX-21 janvier 1801) avec Marguerite-Marie-Émilie LUPIN, Jean-Daniel JOHANNOT eut au moins deux enfants : [petite-fille] Émilie-Valentine JOHANNOT, née à Paris le 18 octobre 1804, mariée à Paris le 21 octobre 1829 au peintre Édouard-Jean-Marie HOSTEIN (1804-1886), et [petit-fils] Charles-Émile JOHANNOT, né à Paris le 1er juin 1809, marié à Paris le 10 mars 1857 à Clémence-Marie-Alexandrine DELCROS, sans postérité.

Deuxième mariage.

9Veuf, il épousa le 12 août 1776 Marie-Charlotte AGUITON, née vers 1756-1757, fille de feu Guillaume AGUITON, bourgeois de Genève, en son vivant capitaine au service du roi d’Espagne, et d’Anne MAVIT. En 1785 à Bruxelles Marie-Charlotte AGUITON inspira une vive passion à Benjamin CONSTANT, qui avait alors dix-huit ans. D’après le témoignage postérieur de ce dernier, elle fut victime des mauvais procédés de son mari, « un homme très méprisable de caractère et de mœurs très corrompues ». Son mari l’aurait laissée en Alsace, quand il vint à Paris en 1792 pour siéger à la Convention, puis il l’aurait fait venir dans la capitale, pour qu’elle servît la maîtresse qu’il entretenait au domicile conjugal. Désespérée, Marie-Charlotte AGUITON se suicida par le poison.

Troisième mariage.

10Le 10 Floréal an VII-29 avril 1799 il épousa Eugénie-Antoinette-Louise DELARRODE, née à Aubenas (Ardèche) en 1772 ou 1773, divorcée de Noël JOURDA-DEVEAUX. Ce troisième mariage, dont il eut deux enfants morts en bas âge, fut rompu par un divorce en l’an X.

II. LE PERSONNAGE

L’éducation.

11N’a pas dû dépasser le primaire supérieur, suffisant pour un futur négociant.

La religion.

12Protestant calviniste. Invocation religieuse liminaire dans le testament et legs de 50 F aux pauvres.

Le portrait.

13Pas de représentation picturale connue. À l'opposé du témoignage défavorable de Benjamin CONSTANT, rapporté ci-dessus, celui de Sir Francis d’IVERNOIS est élogieux, mais se situe sur un autre plan : « JOHANNOT, que j’envisage comme le plus honnête et peut-être le seul honnête entre tous ceux qui ont manié le Trésor révolutionnaire… » Ce jugement visait-il CLAVIÈRE ou CAMBON ? Sous l’Empire le préfet de la Seine-et-Oise signala JOHANNOT comme un homme recommandable par l’étendue de ses connaissances, la justesse de son esprit et son attachement au gouvernement. Ses facultés mentales semblent avoir été obscurcies à la fin de sa vie : il fut interdit le 11 juillet 1827 et son neveu par alliance, le colonel FOLZ, fut nommé son tuteur le 17 septembre suivant.

Les domiciles et résidences.

14À Paris il habita rue de la Pépinière, Faubourg Saint-Honoré (an II), rue de Provence N° 5 (1802), rue de la Victoire N° 35 (1810). À partir de 1816 il vécut dans son château d’Échandens près de Lausanne, où il mourut.

Le testament.

15Par acte notarié du 1er juillet 1820 (voir ci-après III, in fine).

La sépulture.

16Probablement le cimetière d’Échandens (canton de Vaud en Suisse), lieu du décès.

III. LA FORTUNE

17Lors de son premier mariage en 1772, JOHANNOT était déjà associé à Pierre CAUSSADE. Sa future épouse reçut de ses parents une dot de 3 000 livres de Genève, et le futur époux stipula un augment de 1 000 livres. Lors de son second mariage en 1776, il fut assisté de ses deux associés, Pierre CAUSSADE et J.-P. FRITZ. La future épouse reçut également 3 000 livres de dot, mais sous des conditions différentes : 1 000 livres constituées par sa mère, 1 000 par sa tante maternelle Gabrielle MAVIT, 1 000 par sa marraine, Marie-Adrienne PERDRIAU, mais toutes ces constitutions dotales ne seraient payables qu’au décès des constituantes. Le futur époux stipula un augment de moitié, mais seulement dans le cas où ces constitutions dotales auraient été payées.

18En 1790 Jean JOHANNOT acheta de moitié avec son frère Jean-Louis le château et seigneurie d’Échandens (canton de Vaud), le bourg proche de Lausanne où son grand-père s’était établi en 1709. Ce domaine était alors estimé à 137 800 livres, argent de Berne.

19Le 12 Pluviôse an VI-31 janvier 1798 il acheta, sous le nom de son fils, le domaine de Jardy à Vaucresson (Seine-et-Oise), comprenant la ci-devant maison prieurale et 13 ha de terres labourables, pour le prix de 20 000 livres. Il s’agissait d’un bien qui avait été vendu nationalement le 14 février 1791. Le 12 Messidor an XI le fils revendit le domaine à son père pour 19 853 francs, et ce dernier l’agrandit en achetant 2 ha de terres labourables le 22 Vendémiaire an XIV-14 octobre 1805.

20D’autre part, par adjudication du 10 Brumaire an XI-1er novembre 1802 Jean JOHANNOT acquit 72 ha dans la forêt de Brenne (commune de Villiers-en-Brenne, département de l’Indre), et il en agrandit la superficie en achetant 4 ha ½ en 1808, puis plus tard encore 4 ha ½. En 1816 l’ensemble de cette forêt fut évalué à 20 000 F, capitalisation à 5 % de son revenu annuel de 1 000 F, mais par acte notarié du 18 juillet 1814 JOHANNOT père avait emprunté 15 000 F en constituant une hypothèque sur les parts de cette forêt acquises en 1802 et 1808.

21Enfin le 25 Fructidor an XIII (septembre 1805), Jean JOHANNOT se porta adjudicataire du domaine de 13 ha compris entre la Seine et la rue de Bercy. Cinq ans plus tard il revendit cette propriété au baron LOUIS pour 156 000 F. Il ressort du contrat de vente que JOHANNOT avait emprunté 36 000 F à l’ex-abbé SIEYÈS le 17 juin 1806 et 40 000 F à Dominique de DEMANDOLX le 25 juillet 1806, en donnant ce domaine de Bercy en garantie du remboursement. Celui-ci se fit par délégation sur le prix payé par le baron LOUIS.

22Proscrit comme régicide en 1816, Jean JOHANNOT fit, avant de quitter la France, donation de la forêt de La Brenne à son fils Daniel (22 janvier 1815) et il lui vendit le domaine de Jardy pour 40 000 F, puis par acte sous seing privé le père et le fils déclarèrent simulées la donation et la vente notariées, le père « restant véritable propriétaire », libre de disposer de ces biens, et le fils restant redevable à son père des revenus de ceux-ci.

23À la suite de son interdiction en 1827, son tuteur fit procéder à l’inventaire de ses biens. À l’actif JOHANNOT, était créancier de 12 275 livres de Berne (par divers billets, obligations, reconnaissances de dettes…) et de 5 092 livres de Berne (pour solde de compte courant chez DELESSERT WILL et Cie à Ouchy). Les comptes courants chez François WARNERY à Morges, AGUITON à Genève, et Jean-Louis JOHANNOT à Paris n’étaient pas soldés. De même le mobilier du château d’Échandens, longuement inventorié, ne fut pas évalué. Pour le château et les terres, il n’y eut non plus d’évaluation, mais un simple renvoi à de nombreux folios du cadastre d’Échandens. En ajoutant le bois de La Brenne et le domaine de Jardy, l’ensemble devait constituer une assez belle fortune. Au passif de l’inventaire de 1827 ne figurait qu’une dette de 30 000 F, emprunt fait par l’intermédiaire de MM. CALENDRINI, de Genève, à un prêteur dont il ignorait l’identité. Du 1er octobre 1827, début de la gestion, au 31 décembre 1828, le tuteur reçut 37 258 F et paya 37 228 F, mais sans que l’on puisse savoir quelle fut, dans ces mouvements de fonds, la part des capitaux reçus ou payés, et la part des revenus et dépenses courantes.

24Dans son testament du 1er juillet 1820, régi par le droit du canton de Vaud, JOHANNOT rappela qu’à la date du traité conclu avec son fils sous seing privé le 20 février 1816, chacun de ses deux enfants avait « respectivement touché […] au-delà de ce qu’ils avaient droit à prétendre dans ses biens. » Il les institua héritiers pour tout ce qu’ils avaient déjà reçu, les dispensant de tout rapport. Mais, quant au surplus des biens qu’il laisserait à sa mort, il les laissait pour moitié aux enfants de son fils, et pour moitié aux enfants de sa fille.

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LA DEPUTATION

25Jean JOHANNOT débuta à Genève dans le négoce des cotonnades indiennes. En 1782 il fut élu au Conseil des Deux Cents, mais invalidé pour refus de serment, puis réintégré en 1783. Engagé dans le parti des représentants, il liquida en 1783 la société de commerce, établie à Genève sous la raison sociale JOHANNOT LACAUSSADE et FRITZ. Il quitta Genève et se retrouva parmi les exilés, comme CLAVIÈRE ou BIDERMANN avec lequel il était en étroites relations d’affaires. Il était à Bruxelles en 1785 comme le révèle la liaison que sa seconde épouse noua alors avec le jeune Benjamin CONSTANT. Or, dès leur installation à Bruxelles, en septembre 1783, SENN BIDERMANN et Cie reprirent l’association de leur ancienne maison genevoise avec la manufacture de Wesserling, dans le Val Saint-Amand près de Mulhouse, passée sous la direction de Pierre DOLLFUS et Cie. En 1787 le capital de l’entreprise, 500 000 livres, fut divisé en parts, à égalité entre DOLLFUS et Cie d’une part et les associés genevois de Bruxelles d’autre part. L’année suivante la manufacture fut cédée en totalité à SENN BIDERMANN et Cie, qui envoyèrent JOHANNOT, l’un de leurs associés, à Wesserling pour en prendre la direction. Installés à Paris au début de 1789, SENN BIDERMANN et Cie comptaient également CLAVIÈRE parmi leurs associés : CLAVIÈRE et JOHANNOT se trouvaient donc associés dans la même entreprise.

26Dès le début de la Révolution, JOHANNOT prit une part active aux mouvements qui étaient favorables à celle-ci : il fut élu en 1792 au directoire du département du Haut-Rhin, et il en devint le président. Le 5 septembre 1792 il fut élu député à la Convention par le département du Haut-Rhin.

DÉPUTE À LA CONVENTION

27Au procès du roi, il vota la mort, mais avec l’amendement MAILHE. Pendant les trois années où il siégea à la Convention, de septembre 1792 à octobre 1795, il fit partie constamment du comité des finances, mais tant que CAMBON y exerça l’influence prépondérante, il resta dans l’ombre. Au cours de cette période, il déposa, au nom du Comité, divers rapports d’importance secondaire (sur les pensions militaires, sur l’enregistrement et visa des effets au porteur, sur les crédits pour l’équipement des troupes, sur les secours à accorder aux Français expulsés d’Espagne, sur les approvisionnements de salpêtre et de poudre, sur les crédits pour l’entretien des enfants trouvés et des dépôts de mendicité). Le 7 mai 1793 il déposa un rapport plus important sur le projet d’émission de 1 milliard 200 millions d’assignats : par ce rapport JOHANNOT venait se placer sur le devant de la scène, à côté de CAMBON et de RAMEL. Ce dernier venait pourtant de présenter, le 23 avril, un rapport sur la nécessité de diminuer la masse des assignats en circulation. La Convention l’avait applaudi, mais n’avait pris aucune mesure concrète dans ce sens. Le 20 mai RAMEL présenta le projet d’emprunt forcé sur les riches, et désormais, sous la houlette de CAMBON jusqu’au début de 1795, le triumvirat CAMBON-RAMEL-JOHANNOT dirigea en fait les finances de la République. Le silence de CLAVIÈRE en mai 1793, à la suite des deux rapports, celui de JOHANNOT et celui de RAMEL, est révélateur de l’impuissance du ministre, à laquelle il était réduit depuis que la politique d’émission massive des assignats, prônée par CAMBON, l’avait emporté le 1er février 1793. En mai 1793 JOHANNOT n’était que le porte-voix de CAMBON. Tout en reconnaissant les dangers de cette augmentation, JOHANNOT la justifiait par deux considérations : l’impérieuse nécessité du Salut Public et le solde positif du bilan des Finances. Selon ses estimations, 3 100 millions d’assignats en circulation, plus 1 200 millions à émettre et 600 millions de dettes exigibles, formaient un passif de 4 900 millions, tandis que l’actif était généreusement évalué à 7 700 millions (dont 2 milliards restant dus sur les biens nationaux à vendre, 3 milliards sur les biens des émigrés à vendre et 1 200 millions de bois et forêts). C’était très exactement ce que CAMBON ne cessait de répéter.

28Après cette intervention qui lui conféra la notoriété, il resta discrètement dans l’ombre de CAMBON jusqu’à la disgrâce de celui-ci, mais après l’éviction de CAMBON, JOHANNOT devint pendant quelques mois, au printemps 1795, le rapporteur influent du comité des finances, et à ce titre on peut le considérer comma ayant en fait exercé les fonctions de ministre des Finances. Il fut en effet l’auteur de trois grands rapports sur la situation financière de la République, le 12 Nivôse an III-1er janvier 1795, le 25 Germinal an III-14 avril 1795 et le 16 Floréal-5 mai 1795.

Le rapport du 12 Nivôse an III-1er janvier 1795.

29Ce rapport fut déposé au moment où le Maximum venait d’être aboli, le 4 Nivôse an III. La libération des prix n’avait guère de sens si elle n’était pas accompagnée d’un assainissement monétaire : au 9 Thermidor an II avaient déjà été créés disait-il, dix milliards d’assignats ; au 30 Frimaire an III, soit cinq mois plus tard les onze milliards étaient dépassés. Pourtant le rapport de JOHANNOT, présenté au nom des Comités de Salut Public, de Sûreté Générale, de Législation, de Commerce et de Finances réunis, reposait sur un postulat simpliste qui reposait lui-même sur un raisonnement vicieux : certes la hausse de l’émission des assignats enchérissait les prix des produits, mais elle enchérissait aussi le montant des adjudications de biens nationaux. Par conséquent, on pouvait maintenant évaluer la masse des biens nationaux non encore vendus à douze milliards. Cela revenait à affirmer que plus l’assignat baissait en valeur, plus la valeur du gage augmentait. Et le rapporteur de conclure triomphalement que jamais papier-monnaie n’avait reposé sur une base aussi solide. À quoi MALLET DU PAN rétorquait : « Il n’est aucun homme un peu versé dans ces matières qui ne rie de pitié d’une semblable estimation. »

30Pour essayer d’expliquer comment JOHANNOT, versé dans les affaires du négoce, de l’industrie et de la banque, ait pu énoncer un tel sophisme, MARION a formulé deux hypothèses : ou bien JOHANNOT, qui rapportait au nom des Comités réunis, n’a pas exprimé là des idées personnelles, mais a déployé un rideau de fumée pour aveugler et endormir la forte minorité jacobine de la Convention. Cela ramènerait les discours de tribune aux proportions d’incantations rituelles, de concessions verbales imposées par la tactique parlementaire pour pouvoir faire passer le reste. Ou bien il s’agissait d’impressionner l’Angleterre en lui faisant accroire que la France avait encore des ressources inépuisables pour continuer à supporter le poids financier de la guerre.

31Quoi qu’il en soit, le reste du rapport n’en relevait pas moins d’une tout autre inspiration : après avoir fait semblant de démontrer que la République pouvait compter sur d’abondantes ressources, JOHANNOT poursuivait en préconisant tout un ensemble des mesures qui tendaient à réaliser dans le détail l’idée générale suivante : après les désordres qu’il avait bien fallu supporter au nom du Salut Public, les victoires décisives des armées de la République laissaient maintenant espérer un retour à un état de choses régulier. Il fallait donc revenir aux principes d’ordre et aux pratiques d’économie. D’où un ensemble de mesures disparates, mais inspirées par le même souci d’ordre et d’économie : réduction du nombre des commis et employés salariés de la République, réorganisation des agences et commissions administratives, substitution du système des adjudications au rabais à celui des achats directs par une commission administrative pour les approvisionnements militaires. Il réclamait aussi l’abrogation de toutes les lois restrictives de la liberté du commerce et de l’industrie : « Si l’on n’avait pas chargé le commerce d’entraves […], si les plus innocentes spéculations n’étaient pas devenues des crimes aux yeux de l’ignorance, l’activité des négociants aurait approvisionné la France […] Mais le gouvernement s’est mis à la place des négociants, et, dès lors, en détruisant l’industrie des particuliers, il a détruit ses propres richesses. » Et le négociant suisse qu’était JOHANNOT laissait percer le bout de l’oreille, en demandant la levée du séquestre qui avait été décrété sur les biens des particuliers nationaux de pays en guerre avec la France. Simultanément il proposait d’autoriser de nouveau l’exportation du numéraire, à la condition d’en faire rentrer en France la contre-valeur en biens de première nécessité. D’une manière plus générale, le rapport sollicitait l’établissement d’un état des dépenses ordinaires et des dépenses extraordinaires, la recherche de toutes les réductions dont elles étaient susceptibles, et enfin l’établissement d’un compte général de toutes les recettes et dépenses de la Caisse de l’Extraordinaire et de la Trésorerie jusqu’au 1er Nivôse courant.

32Ce rapport, qui anticipait sur la fin prochaine de la guerre, exprimait le profond désir d’un retour à un ordre paisible, à une gestion scrupuleuse, mais ses réclamations générales étaient prématurées. Cependant, même si ses dispositions générales restèrent lettre morte, la grande loi du 13 Nivôse an III-2 janvier 1795 sur les finances et le crédit public entérina telles quelles la plupart des propositions de JOHANNOT : accélération de la vente des biens des émigrés (afin de décourager les espoirs des royalistes à l’approche de la paix et afin de procurer des fonds à la Trésorerie) ; injonction aux Comités compétents de donner l’état des dépenses ordinaires et de veiller à la diminution des dépenses extraordinaires ; permission d’exporter le numéraire, à condition d’en faire rentrer la contre-valeur en biens de première nécessité ; proclamation du principe de la liberté du commerce, le gouvernement ne se réservant que les approvisionnements des armées de terre et de mer, ainsi que ceux « d’administration générale ». Cette dernière disposition était assez vague pour calmer les nostalgies jacobines et fut probablement insérée pour cela. Le 14 Nivôse ces mesures furent complétées par la levée du séquestre sur les biens de nationaux de pays en guerre avec la France, et le 17 Nivôse fut supprimée la Commission du commerce et des approvisionnements, dont un des commissaires était René JOUENNEAULT, que Michel BRUGUIÈRE a pris pour un frère de Jean JOHANNOT. Mais comme il était impossible d’abandonner de butte en blanc l’approvisionnement de Paris au commerce libre, BOISSY d’ANGLAS fit créer une nouvelle Commission des subsistances, avec un personnel moins nombreux, sur le fondement de la loi du 14 Nivôse qui réservait le cas des « approvisionnements d’administration générale ». Elle fonctionna jusqu’au 1er septembre 1795, où elle fut à son tour supprimée, après avoir, au dire de Marcel MARION, « rencontré les mêmes obstacles, commis les mêmes fautes, mérité les mêmes reproches » que sa devancière. Toutes ces difficultés provenaient de la même cause, l’avilissement accéléré de l’assignat, question que le rapport du 12 Nivôse avait écartée par un sophisme, mais que le rapport suivant, du 25 Germinal, essaya de résoudre.

Le rapport du 25 Germinal an III-14 avril 1795.

33En Pluviôse et Ventôse an III ce fut de nouveau CAMBON qui occupa le devant de la scène, avec son projet d’emprunt destiné à résorber la circulation des assignats. Puis le décret d’arrestation lancé contre lui le 16 Germinal interrompit brusquement sa carrière politique. À la faveur de cette éclipse, JOHANNOT revint. Les circonstances se prêtaient à la définition d’une nouvelle politique financière et à l’adoption d’un traitement curatif de la maladie des assignats : quand JOHANNOT présenta son second grand rapport, le 14 avril 1795, la Prusse venait de signer le 5 avril la paix avec la République française, signal d’une pacification qui devait se poursuivre avec les Provinces Unies (16 mai), puis l’Espagne (22 juillet). La France était délivrée de l’obsession obsidionale qui l’étreignait depuis février 1793, et qui avait servi de justification au Salut Public et à la Terreur, c’est-à-dire la subordination de toute considération à l’impératif unique de la victoire de la République à l’intérieur et à l’extérieur. Même si la guerre continuait avec l’Angleterre et l’Autriche, son poids serait moins lourd à supporter. On pouvait donc commencer à entrevoir un retour à la normale. C’est à cela que s’attacha le rapport de JOHANNOT du 25 Germinal. Au lieu d’évacuer le problème des assignats par une pirouette, comme en janvier, le rapporteur lui consacra une place importante dans son plan sur « les divers moyens d’améliorer les Finances publiques ». Ces « divers moyens » prirent la forme de seize projets de décret, que l’on peut regrouper sous trois rubriques.

34Le rétablissement d’un cours normal de la monnaie et des échanges.

35Cela commençait naturellement par le rétablissement de la circulation métallique et la fin du cours forcé de l’assignat. Les citoyens auraient la liberté de stipuler en numéraire ou en assignats, ou de telle manière qu’ils jugeraient convenable. Mesures complémentaires : fixation, sous la surveillance du gouvernement, du cours légal de l’assignat en marc d’argent ; réouverture de la Bourse de Paris ; vente des biens nationaux sur le pied du marc d’argent ; paiement des baux et service des rentes « faits conformément aux principes de l’ordre et de la justice », ce qui condamnait les paiements en valeur nominale des assignats. Pour donner l’exemple de l’honnêteté, condition essentielle du rétablissement de la confiance, l’État restituerait les biens confisqués des condamnés des tribunaux révolutionnaires. En revanche la confiscation des biens des émigrés serait solennellement confirmée, et pour enlever tout espoir de restitution, ces biens seraient immédiatement aliénés par voie de loterie.

36La résorption de la circulation des assignats.

37Rompant avec les illusions démagogiques entretenues par les nostalgiques de l’an II, qui refusaient d’admettre la dévaluation de fait des assignats, JOHANNOT osa proposer de ne plus reconnaître à l’assignat d’autre valeur que celle de son cours, et non sa valeur nominale. La République ferait d’une pierre deux coups dans la vente des biens nationaux : d’une part, en recevant des assignats au cours, elle en recevrait beaucoup, ce qui lui permettrait d’en diminuer la masse. D’autre part, les acquéreurs de biens nationaux seraient intéressés au relèvement du cours des assignats, de manière à en donner moins. À partir de ce préliminaire nécessaire, JOHANNOT proposait le plan suivant : il calculait que les biens nationaux représentaient au total une valeur de près de 17 milliards et que des dix milliards d’assignats qui avaient été jusqu’alors émis il en restait en circulation pour 7 milliards ½. On pourrait donc créer encore 3 milliards ou 3,2 milliards d’assignats avant d’en arrêter la fabrication. En déduisant les 10 milliards ou 10 milliards ½ nécessaires à la garantie des assignats mis en circulation, il resterait encore 7 milliards de biens libres de toute hypothèque. Sur cette ressource de 7 milliards, pourrait être organisé un système de crédit qui permettrait d’éviter la création des trois derniers milliards d’assignats. Il s’agissait de créer une Caisse hypothécaire, qui jouerait tout à la fois le rôle de banque d’émission et de banque de crédit hypothécaire, tant pour les particuliers que pour l’État. L’instrument de ce crédit serait la « cédule hypothécaire », c’est-à-dire le billet de reconnaissance de dette avec promesse de remboursement garantie par affectation hypothécaire d’un ou plusieurs biens immobiliers. L’État remettrait à la Caisse des cédules hypothécaires gagées sur les biens nationaux, et il recevrait de la Caisse en contrepartie soit des ouvertures de crédit en compte, soit des billets émis par la Caisse. Les particuliers porteurs d’assignats pourraient échanger ceux-ci à la Caisse contre des cédules de l’État. Afin de hâter le retour des assignats, ceux-ci seraient acceptés jusqu’au 1er Vendémiaire an IV-22 septembre 1795 trois-quarts au cours, un quart valeur nominale, et ensuite le tout au cours. Les cédules seraient acceptées en paiement des biens nationaux. Le succès de l’opération était subordonné à sa rapidité et à la confiance que le public accorderait à ces cédules. Après cinq ans d’erreurs, c’était revenir à la conception originelle de l’assignat, tel qu’il avait été imaginé au début de 1790, c’est-à-dire un titre de créance hypothécaire et non une monnaie.

38La réduction des dépenses publiques.

39Il fallait tout d’abord réduire le nombre des salariés de l’État : « Le mouvement révolutionnaire nous a conduits à salarier un plus grand nombre d’individus qu’il n’en faudrait et qu’on n’en emploie pour administrer tous les États de l’Europe. » Il fallait aussi poursuivre la rentrée des avances faites aux collectivités locales et aux entreprises privées.

40Le rapporteur insista sur la cohérence nécessaire de toutes les mesures qu’il préconisait, disant « qu’il était temps de ne plus rien faire à demi ». C’était un tout indissociable, qui reposait sur une disposition essentielle : l’évaluation de l’assignat au cours. Or accepter cela, c’était renier la parole donnée et maintes fois réitérée. Pour la gauche jacobine c’était une trahison de la Révolution, un crime de lèse-Révolution ! Il en résulta que l’Assemblée, divisée et hésitante, ne put guère adopter en bloc un plan susceptible de déchaîner de violentes oppositions, mais auquel LECOUTEULX de CANTELEU devait rendre hommage sous le Directoire, en déclarant au Conseil des Anciens huit mois plus tard, le 12 Frimaire An IV, que l’adoption du plan de JOHANNOT aurait sauvé les finances de la République.

41La Convention se borna donc à reprendre quelques-unes des propositions de ce plan, mais non l’essentiel : dès le 28 Germinal elle décréta l’aliénation des biens nationaux par voie de loterie, à 50 livres le billet, en commençant par les biens des émigrés. Le 6 Floréal elle autorisa le commerce de l’or et de l’argent, et elle rouvrit les Bourses. En revanche le jour même où JOHANNOT termina son rapport, dont la 16e proposition visait la restitution des biens des condamnés pour une autre cause que l’émigration, celle-ci allait être décrétée dans l’enthousiasme quand REUBELL en obtint l’ajournement, en faisant valoir qu’une telle mesure redonnerait des espoirs aux émigrés…

Le rapport du 16 Floréal an III-5 mai 1795.

42Pendant un mois, du 25 Germinal au 24 Floréal, la Convention consacra de nombreuses séances à la discussion du plan de JOHANNOT et des plans qui lui furent opposés par divers représentants. Le 16 Floréal JOHANNOT reprit l’exposé de son plan, légèrement modifié, mais maintenu pour l’essentiel, avec le système des cédules hypothécaires pour résorber la circulation des assignats. À ses détracteurs, qui lui reprochaient de remplacer le papier-assignat par le papier cédule, ce qui revenait à remplacer un papier par un autre, il répondit que les cédules hypothécaires ne seraient pas plus une monnaie que ne l’étaient des inscriptions hypothécaires ou des inscriptions au Grand Livre de la dette. Élevant le débat, il affirma qu’au-delà de l’inflation des assignats, « c’était de la paix surtout que dépendait la restauration des Finances. » Aveu d’impuissance que la suite des débats confirma : chacun y alla de son remède miracle, mais au cours de ce débat interminable où l’imagination fertile des faiseurs de plans produisit une extraordinaire collection de propositions saugrenues, deux attitudes opposées se manifestèrent dans cette cacophonie : d’un côté la gauche jacobine, par la voix de LINDET, s’accrocha désespérément à l’idée d’un rétablissement des assignats. De l’autre, dépassant même la proposition sacrilège de JOHANNOT, certains, tel GÉNISSIEUX, osèrent envisager crûment la démonétisation pure et simple des assignats. Pour sortir de la confusion où le débat s’enlisait, les auteurs de projet s’entendirent avec le comité des finances pour que celui-ci présentât un nouveau plan.

43Ce plan du comité des finances fut exposé VERNIER le 23 Floréal. Il comportait un ensemble de mesures pour diminuer la masse des assignats en circulation : démonétisation des assignats à face royale, obligation aux acquéreurs de biens nationaux de s’acquitter dans les deux mois des sommes dont ils étaient redevables, paiement accéléré des contributions arriérées sous peine de majoration de 20 %, remboursement dans le délai d’un mois des avances faites aux collectivités locales et aux entreprises privées sous peine de majoration de 20 %, vente par loterie des maisons des émigrés. VERNIER évaluait à plus de 5 milliards les rentrées d’assignats que procureraient ces mesures. À quoi il ajoutait la possibilité d’éteindre une masse de 4 à 6 milliards d’assignats au moyen d’une Caisse hypothécaire analogue à celle qu’avait proposée JOHANNOT. La Convention vota la démonétisation des assignats à face royale, et ajourna tout le reste !

44Trois jours plus tard ce fut l’émeute du 1er Prairial (20 mai 1795). Tout occupée à traiter la crise politique, la Convention renonça à remédier à la crise financière et elle se consacra à l’élaboration de la Constitution. Elle pratiqua non seulement la politique parlementaire du « chien crevé au fil de l’eau », en laissant en attente ce dossier explosif pour le léguer au gouvernement qui lui succéderait, mais elle contribua encore à l’empoisonner définitivement : pour survivre pendant quelques mois, le temps de laisser à ses successeurs la responsabilité de la catastrophe, la Convention laissa les Comités de Salut Public et des Finances seuls maîtres de décider des émissions d’assignats. Comme CAMBON devait le dire pour sa défense, ce fut ainsi au cours de l’été et de l’automne 1795, dans les derniers mois de la Convention, que se produisit l’inflation délirante et incontrôlée des assignats.

APRES LA DEPUTATION

45Au bénéfice de la loi qui imposait l’élection des deux tiers des députés des Assemblées du Directoire parmi les anciens conventionnels, Jean JOHANNOT fut réélu le 22 Vendémiaire an IV député du Haut-Rhin et il siégea au Conseil des Anciens. Le même jour il obtint la majorité dans le Calvados et la Dordogne. Spécialisé dans les questions financières, il fit encore quelques rapports ou émit des opinions (Sur le tarif des douanes le 18 Thermidor an IV-6 août 1796, sur les marchandises anglaises les 4 et 21 Pluviôse an V-23 janvier-9 février 1797, sur les créances détenues par des créanciers ou fournisseurs de la République le 3 Ventôse an V-22 février 1797, sur la vente de maisons contre des inscriptions au Grand Livre le 9 Germinal an V-28 mars 1797), et il fut élu secrétaire du Conseil des Anciens le 1er Messidor an IV-19 juillet 1796. Il sortit du Conseil des Anciens le 20 mai 1797, n’ayant pas été réélu, et il quitta alors définitivement la vie politique.

46Il s’installa à Vaucresson, où il avait acquis l’ancien prieuré de Jardy dans lequel il établit une manufacture de cordages. Il fut maire de Vaucresson d’octobre 1799 à novembre 1810. À Paris il avait une maison de banque sous la raison sociale JOHANNOT MARTIN et Cie. C’est en 1797, au moment où il sortit du Conseil des Anciens et où TALLEYRAND devint ministre des Relations extérieures, que JOHANNOT se lia d’affaires à Michel SIMONS. Ce dernier, ancien associé de la banque GREFFULHE MONTZ et Cie qui s’était mise en liquidation en 1793, s’était reconverti dans les marchés de fournitures aux armées et dans les spéculations immobilières sur les biens nationaux. Au mariage de Michel SIMONS avec l’actrice Mlle LANGE, le 23 décembre 1797, JOHANNOT figura parmi les témoins, en compagnie de FRANÇOIS de NEUFCHATEAU, l’un des cinq directeurs, et de TALLEYRAND, ministre des Relations extérieures. Et quand Jean-Baptiste PAULÉE, menacé au début de 1798 de perdre le bénéfice de ses rafles de biens nationaux en Belgique [Voir la notice de RAMEL], il constitua une Compagnie dont le capital fut divisé en vingt parts. SIMONS en prit quatre : dans cette opération il était associé à JOHANNOT.

47Ces étroites relations de JOHANNOT et de SIMONS durèrent plusieurs années. Lorsque Michel SIMONS et son frère Henri fondèrent la maison SIMONS FRÈRES à Anvers le 1er janvier 1803, JOHANNOT en fut l’un des associés commanditaires : le capital d’un million de francs fut divisé en 300 000 pour Michel SIMONS, 200 000 pour son frère Henri, 100 000 pour VERHAGEN, 100 000 pour Jean JOHANNOT et 300 000 pour Joseph MARTINEZ de HERVAS. Ce dernier avait été nommé en 1796, à la suite du traité de Bâle, représentant à Paris de la Banque de Saint-Charles de Madrid, puis il avait fondé sa propre banque à Paris, où il était devenu un grand brasseur d’affaires, en particulier d’exportations de piastres d’Espagne en France par Bayonne. En 1803 HERVAS fut nommé chargé d’affaires d’Espagne à Paris. Le 19 octobre 1803, par le traité d’alliance conclu avec la France, l’Espagne s’était engagée à verser au gouvernement français un subside mensuel de 4 millions. HERVAS reçut, pour le compte du gouvernement espagnol, les fonds destinés au gouvernement français, sous forme de traites tirées sur des banques parisiennes. Au nombre de celles-ci figura la banque JOHANNOT MARTIN pour 2 millions.

48Pendant les Cent Jours Jean JOHANNOT a dû probablement adhérer au régime impérial, puisqu’il est tombé sous le coup de la loi du 12 janvier 1816 qui excluait du bénéfice de l’amnistie les anciens conventionnels régicides qui avaient fait allégeance à Napoléon lors de son retour. Il se retira dans sa propriété d’Échandens, dans le canton de Vaud, et bien qu’en juin 1818 il eût été autorisé, comme CAMBACÉRÈS, à rentrer en France, il n’usa pas de cette liberté et finit sa vie en Suisse, tandis que son fils poursuivit une brillante carrière à Paris, à la direction générale du mouvement des fonds au ministère des Finances.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

49Jean JOHANNOT n’a rien publié. Ses écrits politiques imprimés (rapports, lettres, avis…) se trouvent dans deux collections, l’une aux Archives nationales [voir infra], l’autre à la Bibliothèque nationale [voir le Catalogue des imprimés de la BN].

BIBLIOGRAPHIE

50COUGNY, III 417

51ROMAN d’AMAT, XVIII 705-706

52KUSCINSKI (A.), Dictionnaire des Conventionnels, 1917.

53CHOISY (A.) et DUFOUR-VERNES (L.), Recueil généalogique suisse, t. 2, 1907, p. 300-307.

54BUNGENER (Éric), Filiations protestantes, Vol. II, Suisse t. 2, 2002, p. 293-299.

-----

55ANTOINE (François), La vente des biens nationaux dans le département de la Dyle, 1997.

56BASTID (Paul), Benjamin Constant et sa doctrine, t. I, 1966, p. 41-42.

57BURNAND (René), Les JOHANNOT d’Échandens, Revue historique vaudoise, t. LXVI, 1958, p. 177-189.

ARCHIVES

Archives nationales

58F7 4 796 N° 5 000, Cartes de sûreté du Comité de Sûreté générale, JOUENNEAUT (René).

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris.

59XIX-922, 2 Frimaire an XI-23 novembre 1802, Procuration donnée par Jean-Louis JOHANNOT à Jacques-Antoine ODIER, de Genève, comme préposé des affaires de la société JOHANNOT CARIÉ JAQUET et Cie, de Paris.

60XV-1582, 19 octobre 1810, Vente du terrain de Bercy par Jean JOHANNOT au baron LOUIS.

61LIII-815, 27 janvier 1816, Donation de la forêt de La Brenne par Jean JOHANNOT à son fils.

62LIII-815, 20 février 1815, Vente de Jardy par Jean JOHANNOT à son fils.

Archives de Paris.

63D 31 U 3 (4) N° 205, Acte de dissolution de la société JOHANNOT CARIÉ JAQUET et Cie, 31 décembre 1808, 31 décembre 1808.

64D 31 U 3 (4) N° 206, Contrat de la société JOHANNOT CARIÉ et Cie, 1er janvier 1809.

65DQ 7 3561, 4 août 1836, Déclaration de la succession de Jean-Louis JOHANNOT, décédé le 2 juillet 1833.

66V 10 E 7, Mariage de Jean JOHANNOT et d’Eugénie-Antoinette-Louise DELARODDE, 10 Floréal an VII [La mention de ce registre constitue une énigme : Jean JOHANNOT y est bien mentionné comme veuf de Marie AGUITON, mais sa filiation est fausse. Les parents qui sont mentionnés, Jean-Baptiste JOHANNOT et Marguerite GUIGAL, ne sont pas ses parents, mais un ménage de lointains cousins. Pourquoi a-t-il produit une fausse filiation ?]

Archives d’État, République et Canton de Genève (Suisse).

67Registres des baptêmes et des mariages, xviiie siècle.

68Notaire Jacques-Antoine DU ROVERAY, vol. 1, 18 septembre 1772, Contrat de mariage de Jean JOHANNOT et de Jeanne-Étiennette MAYOR.

69Notaire Jacques-Antoine DU ROVERAY, vol. 3, 24 août 1776, Contrat de mariage de Jean JOHANNOT et de Marie-Charlotte AGUITON.

Archives cantonales vaudoises, État de Vaud (Suisse).

70DK 65/24, 1er juillet 1820, Testament de Jean JOHANNOT.

71K XIX 21/81, p. 88-112, 1er octobre 1827, Inventaire des biens de Jean JOHANNOT à la suite de son interdiction.

72K XIX 21/104, p. 330, 19 janvier 1829, Succession de Jean JOHANNOT.

73K XIX 21/5, p. 316-322, 19 janvier 1829, Succession de Jean JOHANNOT.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par