Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (I)

 | 
Guy Antonetti

Deschamps-Destournelles (Louis-Grégoire)

Texte intégral

1Né à Rouen (paroisse Saint-Eloi) le 31 mai 1744
Décédé à Passy (actuellement XVIe arr. de Paris) le 27 juillet 1795
Fils de Gabriel DESCHAMPS (1703-1778) et de Marie EYMA († avant 1787)
Ministre des Contributions et Revenus publics, du 13 juin 1793 au 1er avril 1794

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

2Notable famille huguenote dès le milieu du xvie siècle, probablement originaire de Normandie, fixée à La Rochelle, puis à Bergerac : elle a donné un grand nombre de pasteurs, et elle a fait souche en Prusse et en Angleterre.

31. [aïeul] Jean DESCHAMPS, né à Bergerac en 1667, décédé à Bucholtz, près de Berlin, en 1730. Émigré à Genève à la suite de la révocation de l’Édit de Nantes, il y fit ses études de théologie et devint pasteur dans le Mecklembourg, puis dans le Brandebourg. Marié à une huguenote dauphinoise, Lucrèce de MAFFRE, il eut quatre fils :

  1. [père] Gabriel DESCHAMPS, qui suit en 2.
  2. [oncle] Jacques DESCHAMPS, né en 1708, pasteur à Bucholtz après son père.
  3. [oncle] Jean DESCHAMPS, né en 1709, décédé à Londres en 1767. Élève à Marburg du philosophe WOLF, il fut précepteur des fils du prince royal de Prusse. Il passa en Angleterre en 1749 où il exerça les fonctions de pasteur. Marié en 1753 à Judith CHAMIER († 1801), d’où postérité anglaise qui accéda au baronétage.
  4. [oncle] Antoine DESCHAMPS, né en 1711, qui épousa une comtesse de LOEWENDAL (parente du maréchal de France), d’où postérité allemande.

42. [père] Gabriel DESCHAMPS, sieur de BOUYGUETTE, né en 1703 à Butzow. Il revint à Bergerac et abjura le protestantisme en 1727, mais cette abjuration ne paraît pas avoir été sincère, car en 1731 il fut emprisonné pour avoir été mêlé à des troubles dans l’Église catholique de Bergerac. Les actes de baptême de ses nombreux enfants révèlent ses liens avec le milieu local des finances domaniales : en 1736 Léonard-Georges MONTAIGNE fut parrain d’une de ses filles. Le même Léonard-Georges MONTAIGNE, qualifié dans l’acte de « contrôleur » fut de nouveau parrain en 1740, et Jean-Baptiste MONTAIGNE, receveur des domaines du roi, assista à la cérémonie. En 1741 le parrain fut Jacques-François de LA BRUYÈRE, directeur des domaines du roi à Rouen. C’est probablement cette dernière relation qui attira Gabriel DESCHAMPS à Rouen où il se fixa au début des années 1740 et où il mourut en 1778. En 1742, au baptême d’un fils à Rouen, le parrain fut Jean-Baptiste MAUDUY, intéressé dans les affaires du roi, et en 1744 au baptême suivant (celui du futur ministre) le père, Gabriel DESCHAMPS, fut lui-même qualifié d’intéressé dans les affaires du roi, le parrain étant Louis-Grégoire VÉRON, écuyer, avocat au parlement de Paris (1721-1780, receveur général des finances de Franche-Comté en 1762). Lorsque le futur ministre se maria en 1787, il fit qualifier son feu père de directeur des octrois municipaux de la ville de Rouen. Gabriel DESCHAMPS avait épousé à Bergerac le 2 juillet 1728 Marie EYMA, d’où les dix enfants suivants :

  1. [sœur] Élisabeth DESCHAMPS, née à Bergerac le 10 avril 1731.
  2. [sœur] Catherine-Jeanne-Thérèse DESCHAMPS, née à Bergerac le 3 juillet 1736, mariée à Gabriel-Jean-Nicolas GUÉRARD, d’où :
    - [nièce] Gabrielle-Marie-Victoire GUÉRARD, née en 1776, mariée successivement à deux de ses cousins germains mentionnés ci-après, Noël-Marie DESCHAMPS-DESTOURNELLES, fils du ministre (mariage en Floréal ou Prairial an II, mai-juin 1794), puis après divorce Jacques-François-Marie VIEILH de BOISJOLIN (mariage du 4 Vendémiaire an IX, 26 septembre 1800).
  3. [sœur] Rose-Marie DESCHAMPS, née à Bergerac le 22 mai 1740, religieuse à Rouen, décédée après 1795.
  4. [frère] Jacques DESCHAMPS de SAINT-AMAND, né à Bergerac le 28 mai 1741. Son parrain, Jacques-François de LA BRUYÈRE, directeur des domaines du roi à Rouen, a dû être à l’origine de sa carrière et de celle de ses frères dans l’administration des Domaines. En effet Jacques DESCHAMPS y entra en 1758, comme surnuméraire, à Rouen, et fut successivement commis (1763), directeur de correspondance à Paris (1765), directeur des Domaines à Bourges (1770), directeur de l’Enregistrement du département du Cher (1791). Son frère, lorsqu’il fut ministre des Contributions, le fit nommer en août 1793 l’un des régisseurs nationaux de l’Enregistrement, poste qu’il occupa jusqu’en 1800. Décédé en mai 1826. Il avait épousé Marie de MAUSSABRÉ, d’où au moins deux fils :
    - [neveu] Antoine-Louis-Frédéric DESCHAMPS de SAINT-AMAND, dit Émile DESCHAMPS, né à Bourges le 20 février 1791, décédé à Versailles en 1871, fut un des littérateurs de la première génération romantique dans les années 1820.
    - neveu] Antoine-François-Marie DESCHAMPS de SAINT-AMAND, dit Antony DESCHAMPS, né et décédé à Paris 1800-1869, également littérateur dans le sillage de son frère.
  5. [frère] Charles-Jean-Baptiste DESCHAMPS de TRÉFONTAINES, né à Rouen (paroisse Saint-Éloi) le 28 août 1742. Au sortir du collège il entra dans les bureaux de la Ferme générale (1761). En 1781 il devint contrôleur à la Caisse des Domaines, et en 1792 il fut nommé vérificateur des comptes. En 1794 il était sous-chef de la comptabilité à la direction de l’Enregistrement. Comme son frère DESTOURNELLES, le ministre, il appartint, dans la Garde nationale, à la compagnie des grenadiers du bataillon des Filles Saint-Thomas. Cette compagnie, qui était commandée par le banquier Gabriel TASSIN, s’attira la vindicte des vainqueurs du 10 août, qui l’accusèrent d’avoir eu des sympathies royalistes et d’avoir participé à la défense des Tuileries. En Floréal an II, TASSIN et plusieurs grenadiers de cette compagnie, dont TRÉFONTAINES, furent traduits devant le tribunal révolutionnaire, condamnés à mort et exécutés le 14 Floréal (3 mai 1794). DESCHAMPS-DESTOURNELLES, qui n’était plus ministre depuis peu, indigné par l’inculpation de son frère, s’obstina à vouloir venir le défendre devant le tribunal, mais tout le tapage qu’il fit n’eut d’autre résultat que de provoquer sa propre arrestation le 17 Floréal ! TRÉFONTAINES avait épousé Louise FABRE : celle-ci, veuve, se retira chez son beau-frère Prosper DESCHAMPS à Saint-Cloud.
  6. [sujet de cette notice] Louis-Grégoire DESCHAMPS-DESTOURNELLES.
  7. [sœur] Judith DESCHAMPS, mariée à N… VIEILH de BOISJOLIN, garde du corps du roi, d’où :
    - [neveu] Jacques-François-Marie VIEILH de BOISJOLIN, né à Alençon en 1761, décédé à Auteuil le 27 mars 1841. Littérateur, chef de division au ministère des Relations extérieures sous le Directoire, membre du Tribunat après Brumaire, sous-préfet de Louviers de 1805 à 1837. D’un premier mariage il avait eu un fils, [petit-neveu] Claude-Augustin VIEILH de BOISJOLIN (1788-1832), auteur d’une Biographie universelle des contemporains parue en quatre volumes en 1830. Il se remaria le 4 Vendémiaire an IX (26 septembre 1800) à sa cousine germaine Gabrielle-Marie-Victoire GUÉRARD (divorcée d’un autre cousin germain, Noël-Marie DESCHAMPS-DESTOURNELLES, le fils du ministre).
  8. [sœur] Marie-Thérèse-Adélaïde DESCHAMPS, décédée avant 1787, mariée à Charles-Benoît FAUVRE de LA BRUNERIE (et non son homonyme DODDE de LA BRUNERIE, mentionné par erreur dans la plupart des dictionnaires biographiques), né à Issoudun le 15 août 1751, décédé à Constance (Grand-duché de Bade) le 28 mai 1825, receveur général du Clergé du diocèse de Bourges avant la Révolution, administrateur du département du Cher en 1790. Député à la Convention, montagnard, jacobin, régicide. Écarte après Brumaire, proscrit en 1815.
  9. [frère] Jacques-Gabriel DESCHAMPS de LA TOUR, né en 1746 ou 1747, décédé après 1819. Receveur des Domaines à Besançon avant la Révolution, il émigra en Angleterre où il fut l’agent d’affaires du duc de BOURBON. Marié, il eut au moins une fille, Marie-Antoinette DESCHAMPS-DELATOUR, née à Besançon en 1779 ou 1780, décédée célibataire à Paris le 22 mars 1819.
  10. [frère] Prosper DESCHAMPS, qui était maire de Saint-Cloud en 1795.

FAMILLE MATERNELLE

5Notable famille de Bergerac, où elle occupa le consulat au XVIe siècle, et qui se partagea en deux rameaux, l’un catholique, l’autre protestant. Marie EYMA, née en 1708 ou 1709, décédée avant 1787, mère du ministre, était la fille de Joseph EYMA, bourgeois de Bergerac, et de Judith PASSELAYGUE.

MARIAGE

6La vie matrimoniale de DESCHAMPS-DESTOURNELLES fut quelque peu irrégulière. En effet, un enfant, né le 16 avril 1776, fut présenté au baptême à Saint-Roch à Paris comme né de Catherine de CHAZAL, demeurant rue Neuve Saint-Augustin, et de père non dénommé. L’enfant reçut pour prénoms Noël-Marie. Entre 1781 et 1786, Louis-Grégoire DESCHAMPS-DESTOURNELLES constitua plusieurs rentes viagères sur deux têtes, la sienne propre et en cas de décès sur celle de la « demoiselle de CHAZAL ». Puis, le 23 mai 1787 fut célébré à Saint-Roch le mariage de Louis-Grégoire DESCHAMPS-DESTOURNELLES et de Catherine de CHAZAL, l’acte portant formellement reconnaissance de Noël-Marie né en 1776. Au contrat de mariage, conclu le 22 mai 1787, le futur époux était assisté de son frère aîné, Jacques DESCHAMPS de SAINT-AMAND, de son beau-frère Charles-Benoît FAUVRE de LA BRUNERIE, et de son neveu Jacques-François-Marie VIEILH de BOISJOLIN. La future épouse, Catherine-Adélaïde de CHAZAL, née le 24 mai 1747, fille de Jean de CHAZAL, bourgeois de Lyon, et de feue Marie MARÉCHAL, n’était assistée que de son frère François de CHAZAL, écuyer de l’académie d’équitation de Lyon, et de l’épouse de celui-ci, Madeleine DUVERNE. Or derrière cette qualité d’apparence flatteuse, « l’écuyer d’académie » cachait prosaïquement un cavalier des postes et messageries, qui devait finir « commis des postes », ce qui laisse supposer que ces « de » CHAZAL, étaient en réalité de condition très modeste. De surcroît Catherine-Adélaïde de CHAZAL était mère d’un autre garçon, Pierre BRACHET dit FERRIÈRES, né vers 1774-1775, et dont DESCHAMPS-DESTOURNELLES dit dans son testament qu’il était « fils d’un premier lit de sa femme » : tous ces faits confèrent un caractère énigmatique à la figure de Catherine-Adélaïde de CHAZAL, laquelle décéda le 25 septembre 1791. La mention qu’en fit Michel BRUGUIÈRE (« Par son épouse, née FURSY de CHAZAL, il [DESCHAMPSDESTOURNELLES] cousinait avec une bonne partie des familles négociantes de l’Océan Indien ») paraît donc fondée sur une confusion.

7[fils] Noël-Marie DESCHAMPS-DESTOURNELLES, né le 16 avril 1776, épousa en Floréal ou Prairial an II (mai-juin 1794) sa cousine germaine Gabrielle-Marie GUÉRARD, dont il divorça avant l’an IX, et dont il avait eu un fils, [petit-fils] Gabriel-Fortuné DESCHAMPS-DESTOURNELLES, né à Paris le 12 Brumaire an IV (3 novembre 1795).

II. LE PERSONNAGE

L’éducation.

8Brillantes études secondaires au collège de La Flèche.

La religion.

9D’une famille protestante, mais né et élevé dans le catholicisme, son appartenance à la franc-maçonnerie, son long concubinage avant régularisation et son jacobinisme ardent laissent à tout le moins supposer une indifférence en matière religieuse.

Le portrait.

10Il mesurait 5 pieds 5 pouces 3 lignes (1 m 76). Son portrait a été peint à l’huile par BELIN.

Les domiciles et résidences.

11Lorsqu’il s’installa à Paris en 1770 il habita d’abord rue Saint-Honoré, puis en 1778, lors du percement de cette nouvelle voie, rue de Chabanais N° 8, qui resta son domicile jusqu’à sa mort. C’est dans la maison voisine, au N° 10, que CHAMFORT, décrété d’arrestation, se suicida en 1794.

Le testament.

12DESCHAMPS-DESTOURNELLES fit un testament olographe à Passy le 15 Floréal an III (4 mai 1795). Le document est intéressant à plusieurs titres. Primo, par l’intitulé même, qui exprimait ses fortes convictions jacobines : « Vive la République une, indivisible et démocratique. Aujourd’hui, quinze Floréal an troisième, je soussigné Louis DESCHAMPS, dit DESTOURNELLES, ci-devant ministre de la République, etc… » Secundo, par le détail des nombreux legs, qui révèlent l’existence d’un beau mobilier de grand bourgeois fortuné et cultivé (nombreux portraits du testateur, de sa femme, de ses frères et sœurs, exécutés à l’huile par BELIN, au pastel ou en miniature par LAVIT, ou à l’émail par COTEAU ; collection d’estampes ; belle bibliothèque ; commode de laque et bureau de BOULLE…). Tertio par la virulence de l’indignation mal contenue à l’évocation de la mort tragique de son frère TRÉFONTAINES, « assassiné le 14 Floréal an 2e par un tribunal prétendu de la Tyrannie trop réelle » : il léguait à la veuve de celui-ci « le manuscrit de son plaidoyer improvisé pour son mari, son frère, plaidoyer que des assassins se disant juges lui interdirent de prononcer. » Quarto, par l’identité des légataires particuliers qui furent ses amis politiques : Dominique-Joseph GARAT (« de qui j’ai été le collègue au Conseil [exécutif provisoire d’août 1792] »), le citoyen DESFORGES (« qui a été aussi mon collègue au ministère »), Louis-Pierre DUFOURNY (ex-président du département, « mon compagnon de captivité sous la tyrannie de ROBESPIERRE »), le citoyen BERT (« qui fut mon secrétaire particulier au ministère »). Le dernier legs de ce testament relève du détail anecdotique : il était fait à ZAMOR, « nègre à mon service depuis quatre ans ». Il s’agissait du nègre d’agrément de la comtesse du BARRY, lequel s’était placé chez DESCHAMPS-DESTOURNELLES et qui dénonça la comtesse lors de son retour secret en France, ce qui la conduisit à l’échafaud. La démarche du domestique a-t-elle été inspirée par son nouveau maître républicain et jacobin ?

La sépulture.

13Probablement dans l’ancien cimetière du village de Passy, commune du décès : cet ancien cimetière, situé du côté des numéros impairs de l’actuelle rue Lekain dans le xvie arrondissement, n’a été fermé qu’en 1802.

III. LA FORTUNE

14Compte tenu du nombre de frères et sœurs copartageants, la part de DESCHAMPS-DESTOURNELLES dans la succession de ses parents n’a pas dû être très importante. Cependant son traitement d’employé supérieur de l’administration des Domaines fut assez élevé pour lui permettre d’accumuler une épargne placée, selon la mentalité viagériste à la mode à l’époque, en rentes viagères constituées sur deux têtes, celle de DESCHAMPS-DESTOURNELLES lui-même et en cas de prédécès sur celle de la demoiselle de CHAZAL :

1512-10-1781 : 6 111 l. à 9 %, emprunt de février 1781, rente de 550 l.

1605-07-1782 : 1 666 l. à 9 %, emprunt de janvier 1782, rente de 150 l.

1718-10-1782 : 1 666 l. à 9 %, emprunt de janvier 1782, rente de 150 l.

1831-12-1782 : 2 777 l. à 9 %, emprunt de janvier 1782, rente de 250 l.

1930-04-1784 : 3 000 l. à 8 %, emprunt de décembre 1783, rente de 240 l.

2031-08-1784 : 4 500 l. à 8 %, emprunt de décembre 1783, rente de 360 l.

21De 1781 à 1784, il acquit donc 1 700 livres de rentes viagères annuelles, pour un capital de 19 720 livres. En 1785 il réalisa une autre opération en viager, toujours sur les mêmes deux têtes, mais avec des particuliers, garantie par une hypothèque sur l’immeuble acheté avec le capital versé : 15 555 livres moyennant une rente viagère à 9 %, soit 1 400 livres par an. En 1786 il revint à la formule de l’emprunt d’État : 20 octobre 1786, 7 500 l. à 9 %, emprunt de mars 1781, rente annuelle de 675 livres Enfin, à la suite de son mariage qui régularisait la situation de la demoiselle de CHAZAL, il constitua deux rentes viagères sur la tête de sa femme et en cas de décès de leur fils :

2218-12-1787 : 10 000 l. à 8 %, emprunt de mai 1787 rente de 800 l.

2302-05-1788 : 3 000 l. à 8 %, emprunt de mai 1787 rente de 240 l.

24Au total, à la veille de la suspension de paiements en août 1788, l’heureux viagériste disposait de 4 815 livres de rentes viagères, pour un capital versé de 55 775 livres. Ces rentes s’ajoutaient au traitement de sous-directeur des Domaines, qui lui rapportait plus de 10 000 livres par an. Avec un revenu annuel qui n’était pas inférieur à 15 000 livres, le ménage pouvait alors goûter à la « douceur de vivre ». Mais la Révolution survint, qui eut des effets très fâcheux sur cette situation de fortune : la rapide dévaluation des assignats entraîna une rapide érosion de la valeur réelle des arrérages des rentes, et même des traitements.

25Lors de sa détention à la prison des Carmes en 1794, DESCHAMPSDESTOURNELLES adressa au Comité de sûreté générale des mémoires justificatifs de sa conduite depuis 1789, qui comportent d’intéressantes précisions sur sa situation de fortune. Après avoir affirmé qu’il « ne possédait presque autre chose que des rentes viagères », il poursuivait : « La Révolution a diminué considérablement ma fortune. Loin de m’en être affligé, je m’en suis réjoui, parce que mes pertes ont été l’effet de mesures justes, et d’ailleurs utiles à la Nation. Une place me restait avant d’entrer au ministère. Je la devais à trente-quatre ans d’un travail méritoire. Elle avait rapporté annuellement vingt mille livres avant la Révolution. J’avais sincèrement applaudi au décret qui en avait réduit de plus de moitié les émoluments. Cette ressource qui m’était plus que suffisante, m’a manqué en cessant d’être ministre. Je suis rentré chez moi sans état [sans emploi] et sans moyens pécuniaires […] Tel a été pour moi l’avantage d’être près d’un an ministre de la République. Je vous ai déjà dit, citoyens, et je peux vous prouver qu’environ les deux tiers de mon traitement de ministre ont été employés en dons patriotiques et vraiment républicains puisqu’ils ont été anonymes, ma famille, mon fils lui-même, n’étant pas dans la confidence. L’incognito n’eut jamais cessé sans mon arrestation très imprévue qui a mis tous mes papiers sous les yeux et à la merci du commissaire chargé de vos ordres. » Il donnait encore une autre preuve de sa loyauté républicaine : les 15 555 livres placées en viager en 1785 lui ayant été remboursées par l’emprunteur, il aurait placé ce capital dans un emprunt viager sur la République à 4 % !

26Il est certain que la Révolution a fortement amputé les capitaux des créanciers de toute nature, mais il ne semble pas que les mémoires de l’intéressé affirmant qu’il « ne possédait presque autre chose que des rentes viagères » aient correspondu à l’exacte vérité : tout est dans l’interprétation de ce « presque ». En effet, lors du décès de DESCHAMPS-DESTOURNELLES, un an plus tard, son fils unique déclara que la succession se composait d’une inscription au Grand Livre de la dette publique de 2 400 livres, faisant au denier vingt un capital de 48 000 livres, plus 45 000 livres en actions de la Caisse d’escompte. Or la Caisse d’escompte avait disparu en 1793, et dans ses mémoires de 1794 l’ancien ministre ne disait rien de ces valeurs mobilières, qui constituaient pourtant en 1795 la moitié de sa fortune déclarée au décès…

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LE MINISTERE DES CONTRIBUTIONS

27Dès la sortie du collège, il entra tout jeune dans les bureaux de la Ferme générale, à Rouen, le 1er janvier 1760, en qualité de surnuméraire, dans le département des Domaines. Il fit toute sa carrière dans cette administration, dont il franchit rapidement au début les échelons : successivement contrôleur des actes à Saint-Maixent (juillet 1764), puis à Poitiers (novembre 1765), il accéda aux fonctions supérieures de contrôleur ambulant à Tarbes (1er janvier 1768), puis d’inspecteur général à Soissons en 1769, à Orléans en 1770, et de sous-directeur de correspondance à l’administration centrale des Fermes à Paris en septembre 1770. Ensuite il resta fixé à cet échelon pendant plus de vingt ans, sans accéder à l’échelon supérieur de directeur, bien que dans les années 1780 il se fût qualifié dans les actes notariés de « directeur des domaines du roi ». À cette époque, l’administration des Domaines avait été soustraite par NECKER en 1780 au bail de la Ferme générale, pour devenir une régie intéressée sous le nom d’« administration générale des Domaines et Droits domaniaux », qui conserva tout le personnel de la Ferme affecté à la gestion de ce département. La régie fut confiée à une compagnie de vingt-cinq administrateurs (dont sept anciens fermiers généraux), riches financiers astreints au dépôt d’un cautionnement d’un million de livres au Trésor royal. Leur nombre fut augmenté par la suite par la nomination de plusieurs adjoints. En 1789 ils étaient trente-quatre administrateurs, qui se répartissaient entre eux la haute direction des services, lesquels étaient placés à Paris sous l’autorité de quinze directeurs de correspondance. C’est à ce sommet que n’était pas encore parvenu en 1789 le « sous-directeur » DESCHAMPS-DESTOURNELLES. En province, les services étaient placés sous l’autorité d’un directeur par généralité, parmi lesquels DESCHAMPS de LA TOUR, directeur à Besançon, et DESCHAMPS de SAINT-AMAND, directeur à Bourges, tous deux frères de DESCHAMPSDESTOURNELLES.

28À Paris, parmi les trente-quatre administrateurs de la Régie figuraient cinq membres de la famille POUJAUD, auxquels se trouvaient soumis hiérarchiquement les trois frères DESCHAMPS. Au début de la Révolution, fut créée et organisée par étapes, entre décembre 1790 et mai 1791, la « Régie des droits d’enregistrement et autres y réunis », dirigée par douze administrateurs nommés par le roi. Louis XVI ne désigna, parmi les douze administrateurs, que deux administrateurs de l’ancienne Régie (tous deux des POUJAUD), plus quatre directeurs de correspondance de l’administration centrale de l’ancienne Régie, cinq directeurs provinciaux de l’ancienne Régie, et enfin BOCHET, ancien directeur des Domaines corporels à Valenciennes. Les frères DESCHAMPS restèrent donc toujours sous la dépendance hiérarchique des deux administrateurs POUJAUD. Cependant, après plus de vingt ans passés dans le grade de sous-directeur, DESCHAMPS-DESTOURNELLES fut enfin nommé directeur de correspondance à l’administration centrale en février 1791.

29Dès le début de 1789 il s’était affirmé comme partisan des idées nouvelles. Du 12 au 14 juillet il participa à l’agitation et à l’émeute : il fut nommé capitaine d’une compagnie de cent volontaires dans la Garde bourgeoise du 13 juillet. Lors de la formation de la Garde nationale après le 14 juillet, il renonça à ce grade d’officier pour servir comme simple grenadier dans le bataillon de sa section, celle des Filles Saint-Thomas (beau quartier de l’Ouest, entre la rue Neuve des Petits-Champs et les Grands Boulevards). Au début de 1790 il entra dans le Club des Jacobins, auquel il resta toujours fidèle, en particulier après la scission de juillet 1791 et la formation du Club des Feuillants. Selon ses dires, il y avait fort peu de jacobins dans sa section, et encore moins dans le bataillon des Filles Saint-Thomas : il aurait été le seul jacobin de sa compagnie de grenadiers, ce qui lui aurait valu pour surnom « l’enragé » et plus tard « le régicide ».

30De janvier à mars 1792 une maladie grave le tint à l’écart de la vie politique, mais, revenu à la santé, ses relations avec sa compagnie de grenadiers, où dominaient les « aristocrates », se tendirent de plus en plus. Le 20 juin 1792 il manifesta avec les émeutiers. À la fin de juillet il compta parmi les membres de la première assemblée insurrectionnelle qui eût voté la déchéance du roi. Il fut dénoncé à l’Assemblée législative pour ce fait, avec COLLOT d’HERBOIS et CHÉNIER. Tous trois parurent à la barre de l’Assemblée,… qui les admit, sous les applaudissements, aux honneurs de la séance. Le 31 juillet, à la suite du banquet où les grenadiers du bataillon des Filles Saint-Thomas exprimèrent leur fidélité au roi, DESCHAMPS-DESTOURNELLES envoya sa démission, « en langage jacobin ». Le 4 août il fit cortège à PÉTION, maire de Paris, venu apporter à l’Assemblée une pétition exigeant la déchéance du roi, et le 10 août il participa activement à l’insurrection. Le jour même il fut nommé représentant de sa section à la commune insurrectionnelle, puis le 12 août commandant en chef de la force armée de sa section, ensuite électeur et enfin juré au premier tribunal révolutionnaire, celui d’août 1792 qui condamna à mort, parmi d’autres, ROZOY, défendu par l’avocat Antoine ROY [voir la notice de ROY]. Il fut réélu membre du conseil général de la commune en novembre 1792, réélu encore en décembre 1792, puis en janvier 1793. Le 20 février 1793 il fut porté à la vice-présidence du conseil général de la commune de Paris, où il prit le parti des sans-culottes contre la commission des douze, et le parti de la Montagne contre les girondins, les 31 mai, 1er et 2 juin 1793. C’est l’ardent jacobinisme exprimé au cours de cette dernière crise qui lui valut d’être proposé par LEGENDRE, CAMBON et GARAT pour succéder à CLAVIÈRE au ministère des Contributions. Sur le rapport favorable de BARÈRE la Convention le nomma le 13 juin.

AU MINISTERE DES CONTRIBUTIONS

31Sentant probablement combien le poste était périlleux, DESCHAMPSDESTOURNELLES essaya de se ménager une position de repli : après avoir prêté serment (16 juin 1793), il pria la Convention, au cas où son état de santé ne lui permettrait pas de poursuivre sa carrière ministérielle, de lui conserver ses anciennes fonctions (17 juin), mais l’Assemblée ne donna pas suite à sa requête.

32À propos de sa gestion ministérielle il devait déclarer que « son ministère pouvait n’avoir pas été brillant, mais qu’il n’y en avait jamais eu de plus laborieux ni d’une plus grande pureté. » Jacobin, il fit inscrire à la porte du ministère, dès son arrivée rue Neuve des Capucines, « MORT AUX ROYALISTES ». Après CLAVIÈRE, qui aimait mener grand train de vie, DESCHAMPS-DESTOURNELLES se singularisa par l’austérité de ses mœurs, du moins selon l’image hagiographique qu’en ont donnée son petit-neveu VIEILH de BOISJOLIN et l’ancien premier commis du ministère des Finances HENNET, et qui est reproduite par les dictionnaires biographiques, l’image du républicain pur, vivant sans valets ni train de maison, n’ayant qu’une cuisinière pour toute domesticité, déjeunant volontiers au ministère sans façon, sur un coin de table avec son garçon de bureau, allant même jusqu’à ravauder ses bas dans son bureau devant les commis du ministère. La lecture de son testament jette pourtant la suspicion sur cet édifiant tableau : en faisant un legs à ZAMOR « nègre à son service depuis quatre ans », DESCHAMPSDESTOURNELLES révélait incidemment que ce vertueux jacobin, ce sans-culotte aussi démocrate que républicain avait depuis 1791 un « nègre » à son service, sans avoir apparemment éprouvé le moindre scrupule !

33Il fit régner au ministère l’économie, la ponctualité et l’honnêteté. Pour témoigner de l’ardente sincérité de ses convictions, il consacra les deux tiers de son traitement à faire des dons patriotiques au profit des soldats de la République. Dès son arrivée au ministère il donna des gages aux vainqueurs de 2 juin, en envoyant le 2 juillet une circulaire qui recommandait aux fonctionnaires de son département de voter et de faire voter en faveur de la Constitution que venait d’adopter la Convention : ce faisant, il condamnait implicitement les girondins, naguère ses amis. À la fin de l’année, appelé comme témoin dans le procès des girondins, il déposa contre CARRA, VIGÉE et BRISSOT.

34Son élévation au ministère provoqua des remous dans son administration d’origine : deux administrateurs de la Régie de l’Enregistrement, Brice-François POUJAUD et Philippe POUJAUD de MONTJOURDAIN, ses anciens supérieurs hiérarchiques, démissionnèrent après l’arrivée au ministère de leur ancien subordonné, le premier en juillet, le second en août. DESCHAMPS-DESTOURNELLES saisit aussitôt l’occasion pour nommer à la place de POUJAUD son propre frère DESCHAMPS (de) SAINT-AMAND.

35Il fallait préciser quel serait le rôle des fonctions ministérielles qui venaient de lui être attribuées, en raison de l’effacement de fait auquel CLAVIÈRE s’était résigné depuis le début de l’année et de l’influence qu’exerçaient dans le domaine des Finances CAMBON et RAMEL. Le 1er juillet DESCHAMPS-DESTOURNELLES demanda donc à la Convention de fixer le taux auquel seraient perçues les contributions foncière et mobilière en 1793. Il revint à la charge le 18 juillet, faisant observer que « l’année s’avançait, et que les circonstances étaient impérieuses, en raison des besoins qui, chaque jour, devenaient plus pressants. » RAMEL prit la parole : « Le Comité des Finances a un travail de prêt sur cet objet, je demande qu’il soit entendu dans la séance de lundi. ». Le procès-verbal poursuit : « La Convention décrète cette proposition et renvoie la lettre du ministre au Comité des Finances. » DESCHAMPS-DESTOURNELLES comprit le 18 juillet ce que CLAVIÈRE avait compris le 1er février précédent : le pouvoir de décision en matière financière était en réalité exercé par le comité des finances, où CAMBON et RAMEL jouaient le rôle prépondérant. Le ministre n’était plus que le docile agent d’exécution des décrets de la Convention et ceux-ci étaient pris à l’instigation de son comité des finances. Technicien confiné dans le rôle subalterne d’exécutant, DESCHAMPS-DESTOURNELLES, homme de paille de CAMBON et de RAMEL, s’employa à faire fonctionner une machine fiscale que la Convention jugeait défectueuse, et une circulation monétaire que l’assignat rendait de plus en plus malsaine. Les Tables des Archives parlementaires, dans l’article qui lui est consacré et qui donne le résumé de ses interventions, font ressortir le caractère subalterne des questions traitées par le ministre et son étroite dépendance par rapport à la Convention, seule détentrice du pouvoir de décision, même pour les plus petits détails de l’administration.

36Au début de 1794, lorsque se développa l’agitation hébertiste, le ministre fut accusé de « modérantisme » par VINCENT : on lui reprocha de n’avoir pas épuré le personnel de son ministère, considéré comme un repaire de contre-révolutionnaires. L’arrestation (13 mars) et l’exécution des herbétistes (24 mars) écarta pour lui le danger. Mais, après avoir éliminé les herbétistes, ROBESPIERRE, se retourna contre les Dantonistes, arrêtés le 30 mars (10 Germinal) et guillotinés le 5 avril (16 Germinal) : c’est dans ces circonstances que, sur le rapport du Comité de Salut Public et à l’instigation de ROBESPIERRE, la Convention vota le 12 Germinal an II (1er avril 1794) la suppression du Conseil exécutif provisoire, composé des six ministres, et institué après le 10 août 1792. Les attributions des six ministères supprimés seraient réparties entre douze commissions dont les membres seraient nommés par la Convention sur proposition du Comité de Salut Public. Ce décret, dans son art. 12, attribuait à la commission des finances « l’administration des domaines et revenus nationaux, les contributions directes, les bois et forêts, les aliénations des domaines, les assignats et les monnaies. » En revanche les douanes étaient attribuées à la Commission des Relations Extérieures (art. 16), et l’art. 4 précisait que « la Trésorerie nationale, le Bureau de comptabilité et celui de la Liquidation générale seraient indépendants des susdites commissions et correspondraient directement avec la Convention nationale et le Comité de Salut Public. » Enfin, dans son art. 1er le décret stipulait que les fonctions des ministres cesseraient le 1er Floréal (20 avril 1794). Dès le 29 Germinal (18 avril) la « Commission des Finances » fut transformée en « Commission des revenus nationaux », afin d’éviter toute confusion avec le « Comité des Finances » de la Convention, et les douanes lui furent restituées. Cette Commission exécutive fut composée de trois hauts fonctionnaires des Finances : Jean-Charles-Joseph GILLET de LAUMONT (qui était administrateur général des Domaines), Jean-Baptiste-Antoine CHARDON-VANIEVILLE et Edme BOCHET (qui étaient tous les deux régisseurs nationaux de l’Enregistrement). Les services de cette Commission furent répartis en 22 divisions, et furent installés dans les anciens bâtiments du Contrôle général des finances, rue Neuve des Petits-Champs.

APRES LE MINISTERE DES CONTRIBUTIONS

37Privé de son ministère, DESCHAMPS-DESTOURNELLES ne retrouva pas son emploi de directeur dans l’administration de l’Enregistrement. Et bientôt il se retrouva même en prison : le tapage qu’il fit au procès de son frère TRÉFONTAINES provoqua, le 17 Floréal (6 mai 1794) son arrestation et son incarcération à la prison des Carmes, d’où il envoya un premier mémoire justificatif au Comité de Sûreté générale (19 Floréal-8 mai), puis un second plus développé (27 Floréal-16 mai), puis un troisième (11 Prairial-30 mai). Ces trois mémoires, qui énuméraient tout son curriculum vitae de jacobin, de révolutionnaire et de républicain, restèrent sans effet. Il envoya alors un quatrième mémoire (13 Messidor-1er juillet) d’un ton tout différent, pour se plaindre d’une part des conséquences de son incarcération qui le ruinaient en l’empêchant de faire les formalités légales auxquelles étaient soumis ses titres de rentes, produit de son labeur et de son épargne, et d’autre part des conditions matérielles de sa détention (interdiction à sa famille de lui apporter de la nourriture, de l’encre et du papier, et de lui donner un peu d’argent) : il demandait donc d’être placé, à ses frais, sous la garde d’un gendarme chez lui. La chute de ROBESPIERRE le sauva.

38Il fut libéré au début de septembre 1794 et, faute de pouvoir être réintégré dans l’administration de l’Enregistrement, il se fit nommer, le 17 octobre, examinateur au concours d’entrée à l’École centrale des travaux publics, qui devait devenir bientôt l’École polytechnique.

39Au printemps 1795, lorsque les Thermidoriens furent menacés par l’agitation populaire (manifestation du 12 Germinal an III-1er avril 1795), DESCHAMPSDETOURNELLES, marqué par son passé jacobin, parut suspect. Le 1er Floréal (20 avril) le Comité de Sûreté générale lança de nouveau contre lui un ordre d’arrestation. Quand les agents de la force publique se présentèrent le 4 Floréal au N° 8 rue de Chabanais, le portier répondit qu’il était parti à la campagne. Il avait dû être prévenu et il était allé se cacher à Passy (de nos jours rue des Eaux, XVIe arrondissement de Paris) dans la maison de santé de la citoyenne LEFEBVRE, établie à la source de ces eaux minérales qui connaissaient une grande vogue depuis le début du xviiie siècle. Le docteur CABANIS, qui était son ami, lui avait conseillé cette cure thermale pour le guérir de la tentative d’empoisonnement qu’il avait faite au cours de son incarcération de 1794. C’est là qu’il mourut trois mois plus tard, le 9 Thermidor an III (27 juillet 1795). Son fils obtint du Comité de Sûreté générale la levée des scellés qui avaient été apposés chez lui rue de Chabanais le 4 Floréal précédent.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

40DESCHAMPS-DESTOURNELLES n’a rien publié.

BIBLIOGRAPHIE

41ROMAN d’AMAT, X 1250 et X 1274-1275

42COUGNY, II 371

-----

43CARON (Pierre), Une circulaire du ministre des Finances (1793), dans la revue La Révolution Française, 1929, p. 357-360.

44HENNET (Albert-Joseph-Ulpien), Théorie du crédit public, 1816.

45MASSALOUX (Jean-Paul), La régie de l’Enregistrement et des Domaines au xviiie et xixe siècles, Étude historique, 1989.

ARCHIVES

Archives nationales.

46AD IX 531, État nominatif des directeurs de la Régie nationale de l’Enregistrement,

47Domaines et Droits réunis, 1793 [avec mention du déroulement de leur carrière]. F7 4675, Comité de Sûreté générale, dossier DESCHAMPS-DESTOURNELLES. H1 1449-1451, Papiers du ministère des Contributions, 1793, Correspondance de BERT, secrétaire de DESCHAMPS-DESTOURNELLES. W 357 (750), Tribunal révolutionnaire, TASSIN et autres [DESCHAMPSTRÉFONTAINES].

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris.

48XIV-476 (12 octobre 1781), XIV-479 (5 juillet et 6 août 1782), XIV-480 (18 octobre et 31 décembre 1782, XIV-485 (30 avril 1784), XIV-486 (31 août 1784), XIV-489 (24 novembre 1785), XIV-493 (20 octobre 1786), XIV-496 (18 décembre 1787), XIV-498 (2 mai 1788) : constitutions de rentes par Louis-Grégoire DESCHAMPS-DESTOURNELLES.

49XIV-495, 22 mai 1787, contrat de mariage de Louis-Grégoire DESCHAMPSDESTOURNELLES et de Catherine-Adélaïde de CHAZAL.

50XIV-537, 3 Fructidor an III, dépôt du testament olographe de Louis-Grégoire DESCHAMPS-DESTOURNELLES.

51XIV-541 (9 Vendémiaire an V) et XIV-542 (29 Floréal an V) : notoriété après le décès de Louis-Grégoire DESCHAMPS-DESTOURNELLES. 1V-925, 17 Fructidor an VIII, contrat de mariage de Jacques-François-Marie VIEILH-BOISJOLIN et de Gabrielle-Marie-Victoire GUÉRARD.

52XVI-955, 8 Ventôse an XII, Vente par François CHAZAL, premier commis aux Postes, et Madeleine DUVERNE sa femme.

Archives de Paris.

53DQ7 1701, f° 41 v° – 42 r°, 7 Frimaire an IV, Déclaration de la succession de Louis-Grégoire DESCHAMPS-DESTOURNELLES.

545 Mi 1/51, Saint-Roch, 16 avril 1776, Baptême de Noël-Marie, fils de Catherine-Adélaïde de CHAZAL et de père non dénommé.

555 Mi 1/5009, Saint-Roch, 23 mai 1787, Mariage de Louis-Grégoire DESCHAMPS-DESTOURNELLES et de Catherine-Adélaïde de CHAZAL.

565 Mi 1/92, 12 Brumaire an IV, Naissance de Gabriel-Fortuné DESCHAMPSDESTOURNELLES.

Archives municipales de Bergerac (Dordogne).

57Registres paroissiaux du xviiie siècle.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par