Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (I)

 | 
Guy Antonetti

Leroulx-Delaville (René)

Texte intégral

1Né au Blanc (Indre) le 3 décembre 1743
Décédé à Rotterdam (République batave) le 12 août 1797
Fils de Joseph LEROULX, sieur de LA VILLE, (1696-1762) et d’Élisabeth SELLIER († 1787)
Ministre des Contributions et Revenus publics du 29 juillet au 10 août 1792

2© Collection privée

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

3Famille bourgeoise (LEROULX) d’avocats, magistrats et médecins nantais, qui ont ajouté à leur patronyme un nom de terre (de LA VILLE), puis ont procédé à une inversion, se faisant appeler « de LA VILLE-LEROULX ». Sous la Révolution cela a donné LEROULX-DELAVILLE ou DELAVILLE-LEROULX.

41. [aïeul] Joseph LEROULX, sieur de LA VILLE, né à Nantes (Loire Atlantique) en décembre 1668 (paroisse Sainte-Croix), décédé à Grand-champs-des-Fontaines (Loire Atlantique) le 23 août 1738, conseiller du roi et son avocat au siège présidial de Nantes, maire alternatif et triennal de Nantes en 1707. Marié, 1° à Nantes (paroisse Saint-Denis) le 26 juin 1693 à Marie BONNET († 17 mars 1709, paroisse Saint-Denis), fille de Louis BONNET, sieur de LA MAILLETIÈRE, procureur du roi à Nantes, et de Marie GICQUEAU, 2° à Marguerite ROUILLE. Du premier mariage vint Joseph LEROULX, qui suit en 2.

52. [père] Joseph LEROULX, sieur de LA VILLE, né à Nantes le 15 mars 1696, baptisé le 16 (paroisse Saint-Denis), avocat au parlement. Il était avocat au conseil lorsqu’il épousa Elisabeth SELLIER à Orléans le 25 février 1732 (paroisse Saint-Pierre-Ensentelée) : il était alors domicilié à Paris (paroisse Saint-Eustache). Puis il fut sénéchal du Blanc dans le Berry, et il y décéda le 10 septembre 1762. Il eut au moins quatre enfants :

  1. [frère] Joseph-René LEROULX de LA VILLE, né au Blanc le 2 septembre 1742, décédé avant son père, sans alliance.
  2. [sujet de cette notice] René LEROULX de LA VILLE.
  3. [frère] Joseph LEROULX de LA VILLE, né au Blanc le 22 mars 1747. Il fit ses études à Paris. Polyglotte, il partit à vingt ans pour les Pays-Bas, où il fut d’abord professeur de langues, puis négociant en denrées coloniales. Le 24 novembre 1771 il épousa à Amsterdam Marie-Thérèse LEFEBVRE (1750-1790), originaire de Scheld (diocèse d’Anvers), issue d’une famille huguenote propriétaire d’une manufacture de cuivre et de bronze à Norrköping en Suède. Le ménage s’installa à Gand où il tenait un petit commerce, puis il vint à Lorient. En 1786 Joseph LEROULX de LA VILLE était employé à la Compagnie des Indes, avec un traitement annuel de 12 000 livres. Il était franc-maçon de la loge lorientaise de l’Union. Il fut mis en relation avec NECKER par son frère René qui était établi à Paris. Le 19 novembre 1788 il figura parmi les négociants lorientais qui firent une déclaration notariée en faveur du doublement de la représentation du tiers état et du vote par tête. Il demanda à NECKER qu’un des trois députés du bailliage d’Hennebont dût être choisi parmi les négociants de Lorient, ce qui lui valut d’être élu. Aux États généraux transformés en Assemblée nationale, il fut nommé successivement membre du Comité des subsistances, du Comité des rapports et du Comité de la marine. Député assidu mais intervenant rarement dans les débats, il défendit les intérêts du commerce colonial et de la traite négrière, se faisant l’avocat de la « classe industrieuse et féconde des négociants. » En juillet 1791 il adhéra au Club des Feuillants, puis il rentra à Lorient après la séparation de l’Assemblée constituante. Ses affaires subirent les effets de la crise économique de 1792-1793. Pendant la grande terreur de Prairial il fut dénoncé et il fut incarcéré sur un ordre du Comité de sûreté générale, qui ne parvint à Lorient que le 2 juillet 1794. La chute de Robespierre, le 27 juillet, le rendit à la liberté. En frimaire an V (novembre 1796), il fut élu membre de la municipalité de Lorient, puis les relations et amitiés qu’il avait nouées entre 1789 et 1791 avec ceux qui s’emparèrent du pouvoir en Brumaire an VIII lui procurèrent un siège de sénateur le 4 Ventôse an VIII (février 1800). Il mourut subitement sur le grand escalier des Tuileries le 2 avril 1803, alors qu’il allait avec CORVISART dîner chez le Premier consul. Veuf de Marie-Thérèse LEFEBVRE, il avait épousé en secondes noces à Chenonceaux (Indre-et-Loire) le 26 juin 1796 (contrat de mariage, notaire DIET à Civray-sur-Cher, 5 Messidor an IV) Madeleine-Suzanne DUPIN de FRANCUEIL (1751-1806), fille de Louis-Claude DUPIN de CHENONCEAUX et de Suzanne BOULLIOUD des GRANGES. Cette seconde épouse était veuve avec enfants de Pierre-Armand VALLET de VILLENEUVE, guillotiné en 1794. Il n’y eut pas d’enfants du second mariage, mais du premier Joseph LEROULX de LA VILLE eut dix enfants, parmi lesquels :
    - [nièce] Élisabeth-Françoise-Marie LEROULX-DELAVILLE, mariée en 1794 à Amsterdam à Laurent-Joseph MOREL, fils d’un armateur de Dunkerque. Veuve en 1803, elle se remaria à un agent de change belge, N… STANDAERT.
    - [neveu] Joseph LEROULX-DELAVILLE (1773-1834), directeur des contributions indirectes à Rome sous l’Empire, marié à Thérèse DUBOIS, fille d’un greffier de Lorient.
    - [neveu] Laurent-Justinien LEROULX-DELAVILLE (1782-1861), fonctionnaire en Italie et en Illyrie sous l’Empire, secrétaire général du ministère de l’Intérieur pendant les Cent Jours, puis agent de change à Paris. Ayant pour commanditaire la banque ROTHSCHILD, il devint l’agent de change de la Caisse d’amortissement et fut élu syndic de la compagnie des agents de change de Paris en septembre 1823 sur la recommandation de VILLÈLE. Marié à Estelle PETIT, fille d’un agent de change parisien.
  4. [frère] Alexandre LEROULX-DELAVILLE, né au Blanc le 15 octobre 1749, décédé avant 1787, marié à Toulouse (Haute-Garonne) (contrat de mariage du 14 septembre 1771) à Françoise-Dorothée BENECH, d’où deux filles.

FAMILLE MATERNELLE

61. [aïeul] André SELLIER, procureur du roi au grenier à sel d’Orléans, décédé avant 1732, marié à Jeanne COHIER (laquelle, veuve, se remaria avant 1732 à N… PAYAN), d’où :

72. [mère] Élisabeth SELLIER, née à Orléans (paroisse Saint-Pierre-Ensentelée), décédée à Lorient en 1787.

MARIAGE

8René LEROUX-DELAVILLE épousa en 1767, probablement à Paris, Marie LOMBARD, qui était originaire de Toulouse (née vers 1740-1741, décédée à Paris rue Saint-Dominique N° 27 le 26 septembre 1816, mais domiciliée à Versailles, rue Maurepas lors de son décès). Le mariage fut précédé de sommations respectueuses de la future épouse, Marie LOMBARD, à sa mère, mais comme les sommations et le contrat de mariage furent faits chez le notaire LE JAY (étude XXXII au minutier central, dont les minutes ont disparu), il est impossible de préciser les circonstances de ce mariage, ni l’identité des parents de l’épouse, ni leur milieu socioprofessionnel. Seule précision, tirée de l’inventaire après décès de l’épouse en 1816 : un de ses ascendants maternels se nommait Benoît ROBBÉE. De ce mariage naquirent quatre filles, dont une morte jeune, célibataire, et les trois autres mariées :

9[fille] Marie-Guillelmine LEROULX-DELAVILLE, élève des peintres VIGÉE-LEBRUN et DAVID, jeune artiste exposant à partir de 1784, mariée sans contrat le 12 mars 1793 à Pierre-Vincent BENOIST (1758-1834), fils de Pierre-François BENOIST, sieur de La Motte-Baracé, avocat et procureur du roi au siège présidial d’Angers, et de Denise DARLU de MONTECLERC. Licencié en droit de la Faculté de Paris, avocat au parlement, Pierre-Vincent BENOIST avait acquis la charge de lieutenant général civil et criminel au siège présidial d’Angers, que la Révolution lui fit perdre. En août 1789 il fut élu membre de la Commune de Paris. Ami intime d’Omer TALON, ancien lieutenant civil au Châtelet, et du baron de BATZ, ancien député de la noblesse aux États généraux, Pierre-Vincent BENOIST participa aux complots ourdis par ce dernier pour libérer Louis XVI, et avec lui il participa de manière occulte à la liquidation de la Compagnie des Indes, dans laquelle il fut très compromis par CHABOT. Cependant il traversa les troubles de la Révolution. Il fut directeur du personnel au ministère de l’Intérieur sous l’Empire, puis rallié à la Restauration, il fut nommé conseiller d’État (5 juillet 1814), ministre d’État (24 février 1815, directeur général de la comptabilité des communes (1815). Député sous la Restauration, Charles X le titra comte en 1828. Sa femme était décédée le 8 octobre 1826, d’où trois enfants :

  • [petit-fils] Prosper-Désiré BENOIST (1795-1858), lieutenant-colonel de cavalerie, démissionnaire en 1830. Il avait reçu de ses parents en 1824 une dot de 120 000 F.
  • [petit-fils] Denys-Aimé-René-Emmanuel BENOIST d’AZY, inspecteur général des finances, député de la Nièvre. Il reçut également de ses parents en 1822 une dot de 120 000 F. Il fut la souche des comtes BENOIST d’AZY.
  • [petite-fille] Augustine BENOIST († 1827), mariée en 1820 au baron Jacques-Denys-Marie COCHIN, avocat aux conseils, et dotée aussi par ses parents de 120 000 F.

10[fille] Élisabeth-Charlotte LEROULX-DELAVILLE, mariée à Paris sans contrat le 13 Ventôse an II (3 mars 1794) à Dominique-Jean LARREY (1766-1842), lors chirurgien-major, qui devait devenir chirurgien en chef de la Grande Armée et que Napoléon fit baron. Le mariage religieux fut célébré dans l’intimité en 1806. Elle décéda à Paris le 24 septembre 1842, laissant deux enfants :

  • [petite-fille] Zélie-Isaure-Élisabeth LARREY, née en 1798, mariée à N… PERRIER.
  • [petit-fils] Félix-Hippolyte baron LARREY (1808-1895), qui fut le médecin de Napoléon III.

11[fille] Henriette-Jeanne-Renée LEROULX-DELAVILLE, mariée en 1808 à Godefroy-Barthélémy-Ange COUTENCEAU, médecin de la Garde impériale.

II. LE PERSONNAGE

L’éducation.

12LEROULX-DELAVILLE a fait probablement ses études secondaires dans un collège. Il n’est pas impossible qu’il ait obtenu un baccalauréat ou une licence en droit (à Bourges ?). Il allait avoir 19 ans quand son père est mort en septembre 1762, ce qui a dû le contraindre à trouver un emploi : il est entré dans l’administration en 1764.

La religion.

13Catholique. Reçu frère maçon de la Loge parisienne Saint-Pierre des Vrais Frères en 1778, à la suite d’une présentation en 1775 à laquelle il n’avait pu, dit-il, donner suite parce que ses affaires ne lui en avaient pas laissé le temps.

Le portrait.

14Sa fille Marie-Guillelmine LEROULX-DELAVILLE fit son portrait en 1784 : celui-ci était conservé dans sa descendance BENOIST d’AZY au début du xxe siècle au château de LA MOTHE-BARACÉ près d’Angers.

Les domiciles et résidences.

15En 1787-1789 il habitait l’Hôtel des Arts, rue du Faubourg Saint-Martin. En 1795, étant consul de France à Rotterdam, il demeurait à Paris, quai de Chaillot N° 59.

Les distinctions honorifiques.

16L’aïeul, Joseph LEROULX de LA VILLE a enregistré ses armes dans l’Armorial général de 1696 (Bretagne, I, 183) : « D’argent à une croix ancrée de sable cantonnée de quatre étoiles de même. » Le même armorial donne également pour le même personnage un autre blason : « D’argent à un rouget de gueules », probablement des armes « parlantes » attribuées d’office. D’autres membres de la même famille portaient « Fascé d’argent et de sinople de six pièces. »

Le testament et la sépulture.

17Mort intestat, sépulture à Rotterdam inconnue.

III. LA FORTUNE

La fortune héritée.

18La succession paternelle et maternelle fut partagée par acte du 7 Vendémiaire an IV (29 septembre 1795). La masse comprenait (1) une maison à Orléans, à l’angle de la rue de la Licorne et de la rue des Hilaires, (2) une rente perpétuelle de 330 livres 6s 8d, au principal de 10 000 livres due par le citoyen MASUIER, de Nantes (contrat du 1er août 1784), et (3) une rente de 255 livres, au principal de 5 100 livres, due par Martin CHIQUARD par privilège sur une maison à Orléans. À la requête de René LEROULX-DELAVILLE, la maison fut licitée le 27 juillet 1793 au prix de 18 100 livres et la rente de 330 livres au prix de 5 450 livres. Quant à la rente de 255 livres, elle avait été remboursée en décembre 1792. Compte tenu de quelques rapports successoraux, la masse finale à partager en trois parts s’éleva à 32 557 livres : René LEROULX-DELAVILLE reçut donc 10 852 livres, mais en septembre 1795 cette somme en assignats réduisit cet héritage à bien peu de chose.

Les apports de la femme.

19Comme la minute du contrat de mariage de 1767 est perdue, il est impossible de savoir s’il y a eu une dot et de quel montant. Le régime adopté fut celui de la communauté parisienne. Marguerite-Marie LOMBARD hérita d’un ascendant maternel, Benoît ROBBÉE. Son mari, à son décès en 1797, la laissa dans une situation matérielle difficile : les reprises matrimoniales de la femme dépassaient l’actif de la communauté ! La liquidation de la succession de Marguerite-Marie LOMBARD en 1816 révèle que la veuve de René LEROULX-DELAVILLE vivait petitement d’une pension viagère du Trésor public de 1 200 F par an (probablement comme veuve de l’ancien ministre, ou de l’ancien consul à Rotterdam), plus une rente de 75 F en 5 % consolidée et une rente viagère de 250 F par an (prix de la vente d’un jardin au Faubourg du Grand Montreuil, faite en 1812 par la défunte). Elle prêtait à intérêt quelques milliers de francs, par billets de reconnaissance de dette, et elle avait été actionnaire de l’armement du corsaire La Vénus. Au total elle ne laissa qu’un très maigre actif de 7 000 F partagé entre ses trois filles.

La fortune acquise.

20René LEROULX-DELAVILLE n’a amassé aucune fortune personnelle. S’adressant en 1787 au comte d’ANGIVILLER, directeur général des Bâtiments, il écrivait : « Je sers l’administration depuis 23 ans et différentes circonstances ayant altéré ma fortune au lieu de l’augmenter, j’ai vu avec plaisir, Monsieur le comte, que les dispositions de mes enfants pour les arts les dédommageraient du bien que je n’aurais pu leur conserver qu’en manquant à mes devoirs. » Il vécut donc avant la Révolution de son traitement d’employé supérieur des Fermes, puis à partir de 1789 de fonctionnaire municipal et à la fin de sa vie de consul à Rotterdam. De tous les ministres des Finances qui se sont succédé de 1790 à 1850 ce fut le moins fortuné. Il ne put donner aucune dot aux deux de ses trois filles qui se marièrent de son vivant en 1793 et 1794 : les BENOIST furent très mécontents que leur fils eut épousé l’une d’elles et ils refusèrent longtemps de la voir, lui reprochant probablement cette absence de dot…

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LE MINISTERE DES CONTRIBUTIONS

21D’après sa lettre précitée au comte d’ANGIVILLER il entra dans « l’administration » vers 1764, à vingt ans, mais sans préciser quelle administration. Dans les archives de sa loge maçonnique il est mentionné à partir de 1775 comme avocat au parlement (ce qui suppose la licence en droit) et ancien premier secrétaire de la première présidence du parlement de Toulouse. Son mariage à Paris en 1767 avec une Toulousaine, et le mariage de son frère Alexandre à Toulouse en 1771 avec une Toulousaine laissent imprécis mais certain un séjour à Toulouse. À partir de 1775 au moins il résida à Paris. En 1782 il fut nommé directeur des salines du roi, fonction qui dépendait de l’administration des Fermes. À la veille de la Révolution, il figurait dans la liste des directeurs généraux de bureaux des Fermes : il était chargé de la correspondance des achats de tabacs, et à ce titre il était en rapports fréquents avec Gouverneur MORRIS, ministre plénipotentiaire des États-Unis d’Amérique à Paris, qui le mentionne dans son Journal.

22Admis le 5 août 1789 dans la première assemblée de la Commune de Paris, il fut de nouveau nommé dans la deuxième assemblée le 18 septembre. Désigné comme administrateur au département de la Garde nationale (9 octobre 1789), il demanda à être nommé commissaire général de ce corps (26 février 1790) et fit partie des diverses commissions pour l’inventaire des maisons religieuses. Réélu le 4 octobre 1790 à la troisième assemblée de la Commune de Paris, il fut nommé administrateur au département des travaux publics (21 octobre 1790) et en fut un membre très actif. Accusé d’être l’auteur d’un article du Père Duchêne contre l’Assemblée nationale, il protesta le 5 mai 1791 par une dénégation formelle, signant sa lettre « René LEROULX de LA VILLE, officier municipal, administrateur du département des travaux publics, et frère de Joseph LE ROULX, député à l’Assemblée nationale. » Dans la séance du 6 mai l’Assemblée municipale le mit hors de cause dans cette affaire. Il fut signataire de l’Invitation aux artistes pour la construction de deux ponts, l’un entre le quartier Saint-Antoine et le quartier Saint-Marcel, l’autre vers le Champ de Mars (19 juillet 1791), du rapport sur l’aménagement du cours de la Seine dans la traversée de Paris et du rapport sur l’aménagement d’un réseau d’eau potable à Paris (10 septembre 1791).

AU MINISTERE DES CONTRIBUTIONS

23Par ses origines nantaises, par ses relations avec les milieux d’affaires de la Compagnie des Indes à Lorient et de la Ferme générale pour les achats de tabac, LEROULX-DELAVILLE avait un profil qui rappelait celui d’HERVÉ de BEAULIEU, et, comme celui-ci, comme TARBÉ et comme VALDEC de LESSART, il devait figurer dans la mouvance neckérienne. Michel BRUGUIÈRE a même vu dans son élévation, à la veille de la chute du trône, le symbole du retour à la politique économique et financière traditionnelle des BOURBONS, celle qui était fondée sur le privilège (Compagnie des Indes), sur les fermes d’impôts, sur l’alliance espagnole (circuit de l’argent), suédoise (approvisionnement en cuivre) et récemment américaine (sucre et tabac). Bref après CLAVIÈRE, symbole de la politique dissidente ébauchée par le Régent et le cardinal DUBOIS, celle du rapprochement avec l’Angleterre, le roi revenait à la « vieille France ».

24Cependant, sitôt nommé le 29 juillet 1792, le nouveau ministre écrivit à l’Assemblée nationale pour l’assurer de ses convictions patriotiques et révolutionnaires : « Monsieur le président, Le roi m’a appelé au ministère des contributions publiques. À mon âge, après une carrière infiniment laborieuse, après avoir joui depuis le commencement de la révolution de la confiance du peuple, je n’avais plus à désirer que le repos : j’ai accepté le choix que sa majesté a bien voulu faire de moi, parce que je ne sais pas hésiter à servir la chose publique. J’offre à l’assemblée nationale l’assurance d’un zèle sans bornes, et qui puisse me mériter sa confiance. »

25Ministre pendant douze jours seulement, LEROULX-DELAVILLE n’eut guère le temps d’exercer une action particulière. Tout au plus le premier commis LEGRAND lui fit-il signer, le 8 août 1792, une mercuriale à l’adresse des contribuables et administrateurs en retard. Le 10 août il fut au nombre des ministres qui accompagnèrent Louis XVI à l’Assemblée, et la tradition familiale, transmise dans sa descendance, rapporte qu’au cours de l’interminable séance pendant laquelle la famille royale resta recluse dans la loge du logographe, LEROULX-DELAVILLE aurait pris le dauphin sur ses genoux. À la suite de la déchéance du roi, ce fut CLAVIÈRE qui fut rappelé au ministère des Contributions, et LEROULXDELAVILLE s’éclipsa.

APRES LE MINISTERE DES CONTRIBUTIONS

26Il se fit oublier après le 10 août, et il parvint même à se faire recaser comme directeur des bâtiments et constructions. En 1795, il obtint des thermidoriens, après les traités de Bâle, d’être envoyé à Rotterdam comme « vice-commissaire pour la marine et le commerce de France », c’est-à-dire vice-consul de France. Cette nomination est à mettre en relation avec la politique « batave » de la Convention et du Directoire : la mission dont fut chargé LEROULX-DELAVILLE dépassa probablement les limites de la simple défense des intérêts commerciaux des Français dans le grand port néerlandais. Cette nomination est à comparer avec celle de FAIPOULT à Gênes, mais FAIPOULT fut envoyé comme ministre plénipotentiaire, et non comme vice-consul [voir les notices de FAIPOULT, IV et de RAMEL, IV]. C’est à Rotterdam que LEROULX-DELAVILLE décéda le 12 août 1797. Cependant cette nomination à cet emploi souligna l’amoindrissement de la fonction de « ministre des Contributions » : on n’aurait guère imaginé en effet COLBERT ou TURGOT terminant leur carrière comme vice-consul de France à Rotterdam !

V. LES SOURCES

ÉCRITS

27René LEROULX-DELAVILLE n’a rien publié.

BIBLIOGRAPHIE

28COUGNY, II 314

-----

29Gaëtan d’AVIAU de TERNAY, Notice généalogique de la famille LEROULX-DELAVILLE, Héraldique et Généalogie, vol. 9, 1977.

30Marie-Juliette BALLOT, Une élève de David, La comtesse Benoist, 1768-1826, 1914.

31Dictionnaire des Constituants, I 273, art. DELAVILLE-LEROULX [frère du ministre].

ARCHIVES

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris.

32XXXII [minute en déficit], 11 avril 1767, Sommations respectueuses de Marie-Marguerite LOMBARD à sa mère, la veuve LOMBARD.

33XXXII [minute en déficit], 9 mai 1767, Contrat de mariage de René LEROULXDELAVILLE et de Marie-Marguerite LOMBARD.

34XIII-493, 7 Vendémiaire an IV (29 septembre 1795), Partage de la succession LEROULX-DELAVILLE [parents du ministre].

35XIII-504, 23 Germinal an VI (12 avril 1798), Mainlevée par Marguerite FRANÇOIS à Marie-Marguerite LOMBARD.

36XIII-508, 13 Messidor an VII (1er juillet 1799), idem.

37XXX-577, 30 Germinal an XI (20 avril 1803), Inventaire après le décès de Joseph LEROULX-DELAVILLE [frère du ministre].

38XVI-971, 20 février 1808, contrat de mariage de Godefroy-Barthélémy-Ange COUTANCEAU et d’Henriette-Jeanne-Renée LEROULX-DELAVILLE [fille du ministre].

39LIII-819, 23 octobre 1816, Inventaire après le décès de la veuve de René LEROULXDELAVILLE.

40LIII-822bis, 18 avril 1817, Partage de la succession de la veuve de René LEROULXDELAVILLE.

41CVIII-1019, 22 novembre 1826, Inventaire après le décès de Mme BENOIST [fille du ministre].

Bibliothèque nationale, Département des manuscrits.

42FM2 111, Loge Saint-Pierre des Vrais Frères.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/866/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search