Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

V. Applications

L’État et ses finances1

Texte intégral

  • 1 En collaboration avec Jean Tulard.
  • 2 « Une renaissance scientifique : l’histoire financière », introduction à Études et documents, t. I, (...)
  • 3 Ibidem, p. IV. M. Bruguière partait d’une conception de l’histoire financière qui sur certains poin (...)
  • 4 Le champ de l’histoire administrative des finances est très vaste (cf G. Thuillier, « Réflexions su (...)
  • 5 Supra, p. 277.

1À l’évidence, l’histoire des finances et du ministère des Finances est la grande lacune aujourd’hui de l’histoire administrative : c’est là où l’on trouve le moins de travaux, où les besoins sont le plus sensible. Michel Bruguière avait souligné cette carence étonnante2, et il l’attribuait volontiers à la double et tenace malédiction idéologique envers l’argent : « celle de la droite, qui veut poliment ignorer d’où proviennent tant de domaines et d’objets d’art, par la jouissance desquels se définit l’homme de goût, l’homme du monde (...) ; celle de la gauche, qui préfère les architectures rassurantes d’une économie pseudo-mathématique, les abstractions collectives dénommées « crises », ou « développement », ou « capitalisme »». Il avait même dressé un programme de travail fort large : le champ d’étude de l’histoire financière, c’est « l’État financier, ses ministres, ses agents et fonctionnaires, ses budgets en recettes et dépenses, et ses divers procédés de trésorerie ou de statistique, sa comptabilité ; ensuite les personnages et les firmes dont l’activité financière et économique s’est déroulée grâce à l’État et dans son ombre, en amont ou en aval de la mécanique officielle ; par là d’ailleurs se révèlent aussi bien d’autres systèmes financiers, liés aux collectivités territoriales et locales, ou aux ordres constitués (clergé, syndicats, assistance publique, etc.). Enfin, il faut prendre en compte tous les procédés techniques par lesquels s’effectuent l’évaluation, la translation, la taxation ou la circulation des biens en cause : monnaie, en métal ou papier, banques, change. Et il va sans dire que la perspective, pour être exacte, doit être internationale »3 : or sur la plupart de ces thèmes, nous n’avons aucun travail sérieux. De fait, on s’aperçoit que cette négligence des historiens est souvent aussi prudence : car ce n’est pas une histoire facile, la médiocrité se voit aisément, c’est une histoire où l’on ne dispose pas de repères4, d’exemples, et qui par plus d’un point touche à une histoire psychologique aux méthodes mal définies : elle exige des connaissances techniques, ou juridiques, mais aussi du discernement, de la flexibilité d’esprit5.

2I. Il faut bien voir les obstacles à la recherche : si les historiens ont dédaigné ce secteur depuis 40 ans – depuis Marcel Marion, disait Michel Bruguière –, ils avaient quelques bonnes raisons :

    • 6 Il faut ajouter la destruction des archives du Conseil d’État (qui jouait un certain rôle en matièr (...)
    • 7 Une histoire des archives du ministère des finances serait bien utile (avant 1940, il n’avait été p (...)

    La destruction des archives du ministère des Finances en 1871 a paralysé la recherche pour les années 1780-18706, et avant 1940-1950 les règles de conservation des archives ont souvent été violées (ce n’est qu’en 1978 qu’un inventaire des fonds a été publié par le service des archives)7.

    • 8 Nous n’avons même pas une description précise des sources documentaires imprimées (cf. pour un aper (...)

    La matière est technique : comment faire l’histoire de la fiscalité en 1880 ou 1900 sans un minimum de connaissances du droit fiscal ou des principes de la fiscalité ? Elle rebute les historiens des Facultés des lettres et souvent ceux des Facultés de droit : si bien que nous n’avons aucun travail important sur les finances du Second Empire ou sur les emprunts de la libération du territoire, ou sur la gestion du personnel des finances, et la masse des documents budgétaires – et les volumineuses discussions parlementaires – n’ont jamais été dépouillées8.

    • 9 Sur cette presse fort bavarde, qui mériterait d’être dépouillée systématiquement, cf. G. Thuillier, (...)
    • 10 Sur cette enquête fort considérable (plus de 2 200 heures actuellement), cf. Florence Descamps, « L (...)
    • 11 Cette transformation mériterait une étude particulière : aujourd’hui l’historien de l’administratio (...)

    Pour bien faire l’histoire de l’administration des finances il faudrait s’intéresser aux rapports de force, aux conflits entre directions, entre « clans », aux querelles des « régies » et de l’administration centrale (la presse corporative les montre nettement de 1880 à 1900)9. Même aujourd’hui nous avons grand peine à saisir de tels conflits (par exemple pour l’accès aux postes de direction, la gestion du personnel, ou le poids du cabinet et des directions dans la prise des décisions) ; pour les périodes anciennes, l’historien n’a guère le moyen de saisir ces rapports de force : mais la collecte des archives orales auprès des inspecteurs généraux des finances, entreprise par Mme Florence Descamps de 1989 à 199410, a montré l’importance de ces conflits internes, qui rythment la vie du ministère (les archives orales transforment sur certains points la vision de l’histoire administrative)11.

    • 12 Cf. Administration et contrôle de l’économie (1800-1914), 1985, 180 p. (journée d’études de l’IFSA (...)
    • 13 Cf. « Le beau métier d’Henri Clerc », dans La bureaucratie en France aux xixe et xxe s., 1987, p. 2 (...)

    Il est également malaisé d’avoir de bons repères, par exemple pour l’articulation des finances publiques et des Finances privées, pour le contrôle de l’économie, notamment du marché financier, de la monnaie, des échanges extérieurs : le ministère des finances intervient constamment tout au long du xixe siècle12 – mais à partir de 1919 sa domination est incontestée, il « contrôle » étroitement les ministères dépensiers et cherche à « orienter » l’économie : la pièce d’Henri Clerc, Le beau métier (1928) montre bien cet esprit de supériorité des « financiers », qui supportent mal la tutelle des « politiques » et les interventions des parlementaires : son héros, le directeur de la Trésorerie, Barrail, finit par se faire révoquer parce qu’il défend l’intérêt général, l’intérêt de l’État contre un député corrompu13.

  • 14 Rappelons que traditionnellement le cabinet du ministre des Finances est composé de gens de la mais (...)
  • 15 Emile Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France, Histoire de la stabilisation du fra (...)
  • 16 On n’a pas assez recherché les journaux et souvenirs de hauts fonctionnaires des finances : ainsi s (...)

3II. On conçoit qu’il est délicat de travailler sur de tels sujets : comment évaluer le poids relatif des directeurs ? analyser la stratégie de pouvoir d’une direction, les équilibres imposés par tel ministre autoritaire ?14 comprendre des « changements d’équipes » ? A dire vrai l’essentiel du jeu ne se trouve pas dans les traces écrites : c’est là une des grandes difficultés de l’histoire des finances quand elle aborde des mécanismes aussi complexes, aussi fragiles que la « définition » d’une politique d’emprunt (ou d’une conversion), ou la « décision » d’une dévaluation : le journal du gouverneur Moreau15 a montré, à propos de la crise de 1926-1928, la subtilité des jeux financiers et administratifs, et depuis 1928 les périodes de crise sont presque la règle16.

  • 17 La littérature sur « l’esprit finances » est fort limitée : rappelons cependant de Dominique Leca – (...)
  • 18 Rappelons comment la Direction de la Dette inscrite de 1833 à 1883 ne cessa de combattre avec dédai (...)
  • 19 On a tort de négliger ce petit livre plein de malice Le financier (Hachette, 1931), qui représente (...)
  • 20 Jean-Paul Massaloux, La régie de l’enregistrement et des domaines aux xviiieet xixe siècles, Droz, (...)
  • 21 Le beau métier d’Henri Clerc est une pièce « corporative ».
  • 22 Ce refus de la politisation (ou cette indifférence) est chose qui mériterait une étude : il a duré (...)
  • 23 La tutelle sur les finances locales a été jusque dans les années 1970-1980 fort étroite, mais il y (...)
  • 24 Ce sont les dernières années où l’on peut faire sérieusement cette collecte, car disparaissent actu (...)

4Or l’historien rencontre une seconde difficulté : comment saisir l’esprit de corps des finances ? On a quelque peine à le définir17, mais pour le xixe siècle, l’historien constate un étonnant mélange de rigueur, de méticulosité, de défiance, d’étroitesse (on est volontiers injuste par système), de manque d’imagination18 , de discipline, d’honnêteté, de loyauté, de solidité (on sait défendre les principes), d’indépendance, d’ambition (on veut étendre l’influence du service) : c’est une chimie complexe, qui varie suivant les corps et les temps, François Piétri a écrit en 1931 de belles pages sur l’Inspection générale des Finances, son esprit extraordinaire de solidarité, son « orgueil de caste », son « pouvoir universel de contrôle », qu’il faut lire avec le plus grand soin19, car elles définissent admirablement l’esprit du « grand état-major », et il est aisé de voir comment il faudrait analyser un esprit « régies » (et notamment « enregistreur »), un esprit « douanes », un esprit « Budget », un esprit « Trésor », un esprit « Personnel » qui ont chacun leurs règles, leurs codes, leur sentiment de supériorité, leur rituel, et qui plonge ses racines fort loin (M. Massaloux a montré fort bien comment l’enregistrement avait ses racines dans la Ferme générale)20. Or l’historien qui ignorerait ces états d’esprit et leurs variantes, risquerait de ne rien comprendre à l’évolution d’une direction, aux mutations d’un corps : en général le fonctionnaire des Finances, quel que soit son niveau, avait une haute idée de ses devoirs21, il avait conscience de sa supériorité (notamment dans les Régies), il avait le goût d’un certain formalisme et perfectionnisme, et aussi quelque mal à reconnaître ses erreurs : les écrits et discours du xixe siècle montrent bien ces habitudes de pensée, ces réflexes de corps, qui étaient renforcés par les techniques de recrutement (le surnumérariat rigoureux dans les régies) et de cooptation, par l’indifférence à la politique22, par un degré élevé d’honnêteté (les faits de corruption sont fort rares, soutient Pietri), par un esprit très centralisateur (les Finances sont d’esprit plus bonapartiste que jacobin)23. Et l’historien peut, pour cerner cet esprit de corps, collecter encore auprès des « anciens » les traditions, les usages, les codes qui lui permettront de mieux comprendre ce qui s’est passé jadis24.

5III. Dans ces conditions, on voit mieux les grandes orientations d’une histoire des finances :

    • 25 On doit noter qu’on a fort peu écrit sur le ministère, comme si c’était un sujet tabou : au xixe si (...)
    • 26 À l’évidence il nous manque une note de méthode : comment étudier une direction du ministère ?

    L’étude des « directions »25 : on doit explorer systématiquement dans le détail à la fois le personnel et les moyens, les méthodes d’action, les conceptions juridiques, les systèmes de gestion, les principes d’action, les obstacles rencontrés : sur 100 ou 150 ans, la quête peut être fructueuse, mais nous n’avons pas encore la grille des bonnes questions26.

    • 27 Marcel Mompezat, Journal d’un percepteur, 1993 (avec une longue introduction de Florence Descamps), (...)
    • 28 On devrait bien rééditer L’affaire Froideville d’André Theuriet...
    • 29 Piétri en 1931 (ouv. cité) rappelle encore la nomination de Benoist d’Azy en 1830, à 34 ans, comme (...)

    L’étude des hommes, des carrières, de « l’esprit finances », des coutumes ; c’est la partie humaine qui est traditionnellement négligée, qui touche aussi à l’histoire du quotidien (le Journal d’un percepteur de Mompezat27 publié par le Comité pour l’histoire économique et financière en 1993 montre bien le métier28), à l’histoire des traditions, du temps administratif29 (ce que détestent les Finances, c’est l’urgence, le temps de la crise : bien des services tendent à vivre benoîtement dans l’intemporel).

    • 30 Si l’on possède quelques travaux pour des années récentes – après 1939 –, il est très rare d’avoir (...)

    La tutelle, le contrôle exercé par les administrations financières, notamment pour le marché financier, le « contrôle » de la bourse et des banques, la « politique monétaire » et la « politique de crédit », la fiscalité des entreprises (et des investissements) : c’est là un champ de recherche pratiquement inexploré30.

  • 31 Michel Bruguière (art. cité) avait raison d’insister sur ce point : Marcel Marion est élu au Collèg (...)

6Voilà, pour les années 1995-2015, les trois grands axes de recherche : mais à l’évidence, il manque aujourd’hui des « patrons » qui marquent cette discipline31 : qui nous donnera un grand historien de la fiscalité ? Et un historien du crédit public ? Or l’histoire – qu’on le veuille ou non – progresse à coup de personnalités.

7IV. Propositions

  • 32 On lira notamment de Mme Florence Descamps, le Rapport d’activité 1992-1993 (avec le programme 1994 (...)
  • 33 Des travaux universitaires ont été lancés sur les origines de la Direction du budget et du Contrôle (...)

8Nous voudrions faire quelques propositions : mais, à la vérité, le Comité pour l’histoire économique et financière du ministère des Finances a déjà en 1993-1994 défini un certain nombre de projets32 et il dispose des moyens nécessaires pour les mener à bien, sous la direction de Florence Descamps : elle a mis au point des programmes d’étude des directions du Trésor (et des Finances extérieures), du Budget, de la Comptabilité publique, de la Prévision33, et le Comité a dans ses missions la charge d’entreprendre une grande histoire générale du ministère des Finances depuis 1800.

9Nous pouvons définir quelques priorités qui s’accordent au programme du Comité :

    • 34 Nous n’avons pas encore, en français, un bon livre sur la Ferme générale, et M. Massaloux (ouv. cit (...)
    • 35 Il prépare un recueil de documents sur l’histoire du Contrôle général. Le rôle des premiers commis (...)

    Il est urgent d’entreprendre des études sérieuses sur le Contrôle général des Finances – sujet trop délaissé par les chercheurs34 ; M. François Monnier a commencé à lancer des travaux sur le personnel, les missions et les méthodes35.

    • 36 Il faut amorcer dès 1995 les travaux de préparation du bicentenaire, le Conseil d’État a montré la (...)
    • 37 Notamment en matière de fiscalité, de monnaie, de contrôle des comptes.

    Il faut étudier la reconstruction du système financier sous le Consulat et l’Empire : le bicentenaire du Consulat36 doit montrer l’importance de cette reconstruction ou « refondation », et l’influence des principes adoptés sur l’administration financière de certains pays (Allemagne, Italie, Belgique, Suisse)37 : mais presque tout est à faire en ce domaine (nous n’avons même pas de bonne étude sur les droits réunis).

    • 38 Cf. G. Thuillier, La réforme monétaire de l’an XI, 1993. Sur la théorie des recueils de documents, (...)
    • 39 Publié par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale.

    Compte tenu de la destruction des archives du ministère des Finances en 1871 (et des lacunes des versements antérieurs à 1940) il paraît nécessaire de publier des recueils de documents thématiques pour l’étude du ministère ou des grandes décisions38 (et de publier des documents annotés, suivant la formule du Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale)39.

    • 40 Ces guides spécialisés devraient s’intéresser particulièrement aux archives conservées en province (...)

    Si l’on veut développer la recherche, il convient d’élaborer des guides des sources d’archives (et des sources imprimées) spécialisés (par exemple pour les sources de l’histoire fiscale, ou l’histoire des manufactures de tabac) : le Guide du chercheur de M. de Maurepas est un guide très général, il peut servir utilement à l’élaboration de ces guides spécialisés : c’est le seul moyen de faciliter la rédaction de thèses40.

    • 41 Une histoire de l’arrivée des femmes au ministère des Finances, et de la féminisation des cadres, s (...)
    • 42 La presse syndicale devrait faire l’objet de dépouillements systématiques. Le syndicalisme aux Fina (...)

    Il est nécessaire de lancer des études sur l’organisation du ministère des Finances, les méthodes d’administration, la gestion du personnel, les corps administratifs, les carrières, la féminisation41, les syndicats : c’est là où le taux d’innovation devrait être le plus élevé, car on a très peu écrit sur le ministère au xixe siècle et au xxe siècle42.

    • 43 L’exemple-type en sera sans doute la thèse de l’École des Chartes de Solenne Lepage sur les finance (...)

    Le Comité pour l’histoire économique et financière a déjà commencé l’étude par direction – ce qui répondait à une demande précise des responsables, notamment au Budget et au Trésor, qui veulent sauver la mémoire du ministère : l’utilisation des sources orales à côté des sources écrites doit permettre des travaux plus proches des réalités43.

    • 44 Une thèse sur Baumgartner doit être achevée par M. Feiertag en 1994.
    • 45 Par exemple les papiers Villèle, Magne et Say doivent exister encore.

    Nous n’avons pas encore de travaux sur l’ouvre financière de grands ministres comme Mollien, Corvetto, Villèle, Lacave-Laplagne, Fould, Magne, Say, Rouvier44 : c’est une lacune qu’on devrait réparer, des fonds privés importants existent45.

  1. Il conviendrait aussi, nous l’avons vu, d’étudier ce qu’on appelle l’esprit de corps aux Finances (avec ses formes particulières, à l’Inspection, à l’Enregistrement, aux Douanes), ce qui suppose des analyses fines, des collectes d’archives orales importantes (on ne saura bientôt plus ce qu’est l’esprit « enregistreur » si l’on n’interviewe pas les anciens – et les « traditions » se perdent).

    • 46 Tout comme jusqu’à peu l’Imprimerie nationale, dont l’histoire n’a jamais été faite sérieusement.
    • 47 Cf. « Histoire et archives des Finances », Revue administrative, 1989, p. 262-266.

    À l’évidence, il faudrait entreprendre de façon approfondie l’histoire des satellites du ministère, des « établissements » qui dépendent de lui ou sont placés sous son contrôle : la Monnaie (qui est une direction)46, le SEITA, le Crédit Foncier, le Crédit National, la Caisse Nationale des Marchés, la Caisse centrale de la France d’Outre-Mer, etc. : ce qui suppose qu’on prenne des mesures protectrices des archives47 et qu’elles soient ouvertes aux chercheurs.

  • 48 Ajoutons qu’il manque un colloque sur les méthodes à employer pour l’histoire des finances, qui pré (...)
  • 49 C’est une tentation permanente, dès qu’on étudie un ministère – ou une direction. Et les responsabl (...)
  • 50 Le Comité devrait bien organiser des séminaires d’initiation aux méthodes historiques pour les anci (...)

10On voit le champ des explorations nécessaires48, et l’importance des travaux à entreprendre, qui requièrent une étroite collaboration des administrateurs et des universitaires : il faut notamment éviter (ce qui est dangereux en histoire administrative – il y a des exemples récents –, c’est l’histoire pieuse, l’histoire maison49), l’histoire non érudite, qui, sous divers prétextes, évite de dépouiller les dossiers et se contente de vagues « synthèses » : or l’histoire du ministère des Finances exige beaucoup de ténacité, d’application, de zèle chez l’historien, et elle suppose des connaissances techniques, une bonne méthode historique, et le plus souvent l’aide des administrateurs et des responsables50.

Notes

1 En collaboration avec Jean Tulard.

2 « Une renaissance scientifique : l’histoire financière », introduction à Études et documents, t. I, 1989, p. III.

3 Ibidem, p. IV. M. Bruguière partait d’une conception de l’histoire financière qui sur certains points, était distincte de l’histoire administrative des finances. Rappelons que lors de la première journée d’études de l’IFSA et de la IVe Section de l’Ecole pratique des Hautes Études en 1972, il avait déjà évoqué le problème de l’histoire des finances (cf. Histoire de l’Administration française depuis 1800. Problèmes et méthodes, 1975). Le Comité pour l’histoire économique et financière a publié un recueil très significatif de ses articles Pour une renaissance de l’histoire financière xviii e – xix e s., 1992, 662 pages.

4 Le champ de l’histoire administrative des finances est très vaste (cf G. Thuillier, « Réflexions sur la demande en histoire », Études et documents, t. II, 1990, p. 385-386).

5 Supra, p. 277.

6 Il faut ajouter la destruction des archives du Conseil d’État (qui jouait un certain rôle en matière financière) et de la Cour des Comptes.

7 Une histoire des archives du ministère des finances serait bien utile (avant 1940, il n’avait été pris, semble-t-il, aucune mesure de protection efficace). Et l’État sommaire des versements des ministères aux Archives nationales indique qu’une commission officielle d’archivistes avait recommandé vers 1940 la destruction des dossiers du petit personnel. La série F 30 ne comportait en 1935 qu’un nombre fort réduit d’articles.

8 Nous n’avons même pas une description précise des sources documentaires imprimées (cf. pour un aperçu général pour les années 1790-1870, Arnaud de Maurepas, Économie et finances au xixe siècle. Guide au chercheur 1789-1870, Comité pour l’histoire économique et financière, 1998). Les archives de la Commission du budget de la Chambre des Députés ne semblent pas avoir été conservées pour les débuts de la IIIe République.

9 Sur cette presse fort bavarde, qui mériterait d’être dépouillée systématiquement, cf. G. Thuillier, Bureaucratie et bureaucrate en France au xixe s., 1980.

10 Sur cette enquête fort considérable (plus de 2 200 heures actuellement), cf. Florence Descamps, « Les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière, ou la fabrication d’une source », Études et documents, t. III, 1991, p. 511-538.

11 Cette transformation mériterait une étude particulière : aujourd’hui l’historien de l’administration ne peut ignorer l’apport de cette « source orale » sur le plan de la méthode, elle fait apparaître tout ce qui est par-dessous, tout ce qui ne s’écrit pas et relève des rapports de force et du souterrain.

12 Cf. Administration et contrôle de l’économie (1800-1914), 1985, 180 p. (journée d’études de l’IFSA et de la IVe Section).

13 Cf. « Le beau métier d’Henri Clerc », dans La bureaucratie en France aux xixe et xxe s., 1987, p. 213 et suiv. Cette pièce mériterait d’être rééditée.

14 Rappelons que traditionnellement le cabinet du ministre des Finances est composé de gens de la maison, et pour une part d’agents désignés par les directeurs qu’ils sont chargés de contrôler – ce sont des « délégués » plus que des « conseillers », ce qui aboutit à des équilibres compliqués ; il y a rarement des personnalités étrangères au ministère (le Conseil d’Etat n’a qu’exceptionnellement un représentant.).

15 Emile Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France, Histoire de la stabilisation du franc, 1954 (il semble que ce ne soit que la version « adaptée » du journal : il faudrait publier le manuscrit original, qui existe, paraît-il, dans les archives de la Banque de France).

16 On n’a pas assez recherché les journaux et souvenirs de hauts fonctionnaires des finances : ainsi subsisterait le journal d’Amauné, directeur de cabinet du ministre des Finances Ribot. On voit, avec les souvenirs de Christian Valensi (Un témoin sur l’autre rive : Washington 1943-1949, CHEFF, 1994) tout ce que peut apporter, sur le plan technique, des souvenirs « non conformistes ».

17 La littérature sur « l’esprit finances » est fort limitée : rappelons cependant de Dominique Leca – qui était normalien – Du ministre des finances, 1966.

18 Rappelons comment la Direction de la Dette inscrite de 1833 à 1883 ne cessa de combattre avec dédain la thèse des retraites des fonctionnaires par capitalisation, défendue par Alexandre Gouin, puis Alfred de Courcy.

19 On a tort de négliger ce petit livre plein de malice Le financier (Hachette, 1931), qui représente presque un morceau de la mémoire du ministère, au moins dans ce chapitre sur le grand état-major (p. 79-82) et qu’il faudrait rééditer.

20 Jean-Paul Massaloux, La régie de l’enregistrement et des domaines aux xviiie et xixe siècles, Droz, 1989 (c’était un travail dirigé par M. Bruguière). M. Massaloux notait : « J’ai retrouvé dans les lettres, rapports et ordres de service qui tombaient sous mes yeux les mots que j’avais moi-même employés, l’exposé par des agents de la Ferme générale morts depuis deux cents ans, de difficultés semblables à celles que j’avais connues au cours de ma carrière ».

21 Le beau métier d’Henri Clerc est une pièce « corporative ».

22 Ce refus de la politisation (ou cette indifférence) est chose qui mériterait une étude : il a duré au moins jusque dans les années 1920-1930, Pietri soulignait « l’indépendance politique absolue » de l’Inspection générale des Finances.

23 La tutelle sur les finances locales a été jusque dans les années 1970-1980 fort étroite, mais il y avait pas mal de « compromis ». Quand on a supprimé la tutelle financière en 1982, les difficultés se sont aggravées, et les « affaires » de corruption ou de trafics sur les marchés publics se sont multipliées – ce qui était impensable dans les années 1960...

24 Ce sont les dernières années où l’on peut faire sérieusement cette collecte, car disparaissent actuellement les générations 1910-1920 qui ont fait leurs premières armes dans la vieille administration des finances, auprès de chefs nés dans les années 1870-1890.

25 On doit noter qu’on a fort peu écrit sur le ministère, comme si c’était un sujet tabou : au xixe siècle (en dehors du Système financier d’Audiffret), le seul livre général est celui d’un autrichien, Charles de Hock, venu en France en 1855 (L’administration financière de la France, Guillaumin, 1858) qui servit à des générations d’étudiants. Il faudrait étudier les raisons de cette lacune ; l’historien dépend par suite beaucoup trop des sources juridiques.

26 À l’évidence il nous manque une note de méthode : comment étudier une direction du ministère ?

27 Marcel Mompezat, Journal d’un percepteur, 1993 (avec une longue introduction de Florence Descamps), 248 pages.

28 On devrait bien rééditer L’affaire Froideville d’André Theuriet...

29 Piétri en 1931 (ouv. cité) rappelle encore la nomination de Benoist d’Azy en 1830, à 34 ans, comme directeur de la Dette inscrite : la mémoire de cette nomination d’un inspecteur encore jeune à la tête d’une direction ne s’était pas perdue.

30 Si l’on possède quelques travaux pour des années récentes – après 1939 –, il est très rare d’avoir des études sérieuses pour le xixe siècle : on commence seulement d’étudier la genèse de l’Union monétaire latine en 1865.

31 Michel Bruguière (art. cité) avait raison d’insister sur ce point : Marcel Marion est élu au Collège de France en 1912, il est le dernier « spécialiste » d’histoire financière, et il n’avait pas formé d’élèves... La disparition de Michel Bruguière en 1989 montre bien ce rôle des personnalités.

32 On lira notamment de Mme Florence Descamps, le Rapport d’activité 1992-1993 (avec le programme 1994-1995) du Comité (80 pages, 1994), qui dresse un bilan détaillé des différentes actions entreprises et précise les méthodes employées pour amorcer l’histoire des directions (en particulier un séminaire a été fait en 1993-1994 sur l’histoire du Trésor, associant les étudiants, les spécialistes, et d’anciens de la Direction).

33 Des travaux universitaires ont été lancés sur les origines de la Direction du budget et du Contrôle financier, sur les Finances extérieures après 1945, les débuts de la Prévision.

34 Nous n’avons pas encore, en français, un bon livre sur la Ferme générale, et M. Massaloux (ouv. cité) a montré la richesse des archives pour les Domaines.

35 Il prépare un recueil de documents sur l’histoire du Contrôle général. Le rôle des premiers commis et des chefs des bureaux n’a pas encore fait l’objet d’un travail sérieux.

36 Il faut amorcer dès 1995 les travaux de préparation du bicentenaire, le Conseil d’État a montré la voie (un décret en 1994 a déjà créé un comité d’organisation).

37 Notamment en matière de fiscalité, de monnaie, de contrôle des comptes.

38 Cf. G. Thuillier, La réforme monétaire de l’an XI, 1993. Sur la théorie des recueils de documents, cf. Études et documents, t. I, 1989, p. 405-411 (supra, p. 327).

39 Publié par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale.

40 Ces guides spécialisés devraient s’intéresser particulièrement aux archives conservées en province dans les séries P et Q, qui ont subi d’importantes destructions et qui sont trop peu exploitées par les étudiants, parce qu’on manque de repères et de systèmes d’interrogations. Sur cette histoire financière à l’échelle des départements – qui permettrait de déparisianiser l’histoire –, cf. G. Thuillier, « Histoire financière et archives départementales », Études et documents, t. V, 1992, p. 465-472.

41 Une histoire de l’arrivée des femmes au ministère des Finances, et de la féminisation des cadres, serait très instructive.

42 La presse syndicale devrait faire l’objet de dépouillements systématiques. Le syndicalisme aux Finances a toujours eu des aspects particuliers, c’est un syndicalisme d’agents privilégiés, presque un « syndicalisme d’État » suivant les thèses de Georges Mer.

43 L’exemple-type en sera sans doute la thèse de l’École des Chartes de Solenne Lepage sur les finances extérieures depuis 1945 qui utilise à la fois les sources écrites et les sources orales (il y a des témoins qui savent encore tout, comme M. de Lattre).

44 Une thèse sur Baumgartner doit être achevée par M. Feiertag en 1994.

45 Par exemple les papiers Villèle, Magne et Say doivent exister encore.

46 Tout comme jusqu’à peu l’Imprimerie nationale, dont l’histoire n’a jamais été faite sérieusement.

47 Cf. « Histoire et archives des Finances », Revue administrative, 1989, p. 262-266.

48 Ajoutons qu’il manque un colloque sur les méthodes à employer pour l’histoire des finances, qui précise les obstacles, les difficultés d’analyse, ou d’interprétation : que doit-on chercher quand on fait l’histoire d’une direction ? Quelles hypothèses de travail doit-on adopter ? Comment étudier le rôle (et la carrière) de l’« état-major » ? Une direction est un organisme vivant, non une « structure juridique » et les tensions internes ne sont pas négligeables, surtout dans les directions en forte croissance : c’est là que la science administrative devrait aider l’historien à définir ses méthodes.

49 C’est une tentation permanente, dès qu’on étudie un ministère – ou une direction. Et les responsables cherchent quelquefois à « censurer » les travaux, même s’ils concernent des périodes anciennes : ce qui est maladroit, et jette la suspicion sur l’ensemble. Or le trafic des places de percepteurs a duré jusqu’en 1848 au moins (et on trafiquait aussi des places de conseillers à la Cour) : il n’y a aucune raison de dissimuler les faiblesses – ou la médiocrité – de l’administration d’autrefois, dès lors qu’on en a des preuves certaines.

50 Le Comité devrait bien organiser des séminaires d’initiation aux méthodes historiques pour les anciens administrateurs des Finances (comme l’Association pour l’histoire de l’électricité l’a fait pour les ingénieurs) : c’est peut-être la meilleure méthode pour développer des histoires « techniques ».

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search