Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

V. Applications

La formation des hauts fonctionnaires aux XIXe et XXe siècles1

Texte intégral

  • 1 En collaboration avec Jean Tulard.

1Pendant longtemps on a cru que l’administration devait s’apprendre sur le tas, que former des hauts fonctionnaires était chose impossible, dangereuse, utopique : de fait, on ne sait pas, même encore aujourd’hui, comment former véritablement à l’exercice des responsabilités, on procède par tâtonnements, approximations, et surtout on a toujours tendance en France à confondre formation et sélection ; cette confusion explique les querelles passionnées, les débats incessants depuis plus d’un siècle : pour certains l’administration exige des talents particuliers qui tiennent beaucoup plus au caractère qu’aux connaissances, et on doit se méfier des effets pervers des écoles et des concours, qui produisent parfois des fruits secs, pour d’autres, les hautes fonctions doivent aller au mérite, et l’École a nécessairement des vertus démocratiques, elle permet de récompenser les meilleurs. Or ce débat est toujours actuel – on a voulu récemment, en 1992, détruire l’ENA en la « délocalisant », parce qu’elle produisait, disait-on, une caste séparée du corps social – et l’historien est nécessairement quelque peu désorienté devant ces querelles souvent biaisées, il a peine à déceler les arrière-pensées, le jeu des intérêts et des passions idéologiques. Essayons d’examiner les difficultés que l’on rencontre dès qu’on veut bâtir un système de formation.

  • 2 Sur l’Académie politique de Torcy, cf. La bureaucratie aux xixe et xxe siècles, 1987, p. 2 (...)
  • 3 Cf. L’ENA avant l’ENA, 1983.

2I. On connaît les tâtonnements du xviiie et du xixe siècle, depuis l’École de politique de Louis XIV2 jusqu’à l’École libre des sciences politiques, qui a été chargée pendant 70 ans de préparer les candidats aux grands concours administratifs ; toutes les formules ont été essayées, tous les arguments pour ou contre les concours, pour ou contre les « écoles spéciales » ont été échangés, et les « projeteurs » ont multiplié les esquisses plus ou moins intelligentes : l’ENA de 1945 est le point d’aboutissement d’une chaîne de projets3, et la formule de 1945 – qui date de près d’un demi-siècle – a beaucoup évolué dans la pratique et dans la doctrine. Or on se heurtait traditionnellement à trois difficultés principales dès que l’on cherchait à poser correctement le problème.

  • 4 Il y avait auparavant des préparations privées, des répétiteurs particuliers souvent très (...)
  • 5 Si l’ENA n’est pas une école de formation, il faut nécessairement reporter l’acquisition d (...)

3Première difficulté : comment définir le niveau de connaissances préalables à l’entrée en fonctions ? Les tâtonnements ont été nombreux : on a exigé la licence de droit pour les auditeurs au Conseil dès 1813, on a imposé peu à peu des concours véritables (mais la préparation à ces concours n’a été organisée que tardivement, à l’École libre des sciences politiques en 1874-1876)4. Mais quelles connaissances doit-on imposer au concours ? Du droit ? De l’économie ? Des connaissances encyclopédiques ? Ou faut-il exiger un certain talent d’exposition, une certaine facilité d’expression ? Si on savait ce que devait connaître un élève de l’École Polytechnique, on l’ignorait pour une École d’administration préparant à de multiples carrières – ce qui explique la grande difficulté, en 1945, pour établir un programme de concours pour l’ENA. Même encore aujourd’hui, on ne sait trop quelles connaissances préalables exiger d’un candidat à l’École (par exemple en informatique, ou en économie)5.

  • 6 Cf. L’ENA avant l’ENA, ouv. cité, p. 94-95.
  • 7 Rappelons qu’il y avait des sections avant 1960 et des enseignements de section, qui préte (...)
  • 8 On a même failli en 1984 établir des épreuves « audiovisuelles ».

4Deuxième difficulté : quelles connaissances exiger à l’intérieur de l’École ? Là encore, les tâtonnements furent nombreux : on s’est moqué, non sans raison, des enseignements encyclopédiques donnés à l’ENA de 1848, où les futurs sous-préfets devaient s’initier aux Vedas, ou à la minéralogie6. De plus, une École doit-elle donner des connaissances précises, alors qu’elle prépare à des métiers bien différents ? Elle peut apprendre à travailler, certes, mais elle ne doit pas multiplier les enseignements : on a compris peu à peu – il a fallu trente ans et plus7 – que l’ENA était une école de sélection, et non pas une école de formation : on classe les élèves, on ne peut prétendre leur apprendre un métier, les épreuves ne sont pas destinées à contrôler un niveau de connaissances (comme à l’Université, ou dans un concours d’agrégation), mais à établir un classement tenant compte des aptitudes or il y a eu longtemps une certaine confusion en ce domaine – alors que l’École, par construction, devait fournir des élèves à des corps par nature différents, et le « contrôle des connaissances » à la sortie a toujours été la source de drames8...

  • 9 Brigades à l’Inspection générale des Finances (et jadis un examen), mentorat à la Cour des (...)
  • 10 Les sous-directeurs dans les ministères n’ont plus ni le temps ni le goût de former les je (...)
  • 11 En 1969, un rapport officiel demandait que le Département ne recrutât plus à l’ENA, en 198 (...)
  • 12 Notamment les secrétaires d’Orient, recrutés directement au concours.

5Troisième difficulté : comment choisir une fonction ? Dans des écoles « généralistes » comme l’École polytechnique et l’ENA, des amphis-garnison permettent à l’élève de choisir une fonction à raison de son rang de classement : mais ces deux Écoles ne fournissent que des produits semi-finis, dont l’éducation « professionnelle » doit avoir lieu, pour Polytechnique dans des Écoles d’application, pour l’ENA dans les corps d’affectation ; le malheur est que, si traditionnellement les grands corps veillent avec soin à apprendre le métier à leurs jeunes9, dans les ministères, et même aux Affaires étrangères, il n’y a pas une période de formation professionnelle, d’apprentissage du métier (et des connaissances spéciales au métier)10 : si bien qu’il y a nécessairement quelques difficultés pour les jeunes nommés directement chefs de bureau et obligés d’apprendre rapidement sur le tas leur métier. D’autre part, le hasard règle souvent les affectations dans un corps, l’École ne peut garantir les « vocations » – alors que jadis les concours particuliers étaient censés le faire : cette difficulté est aujourd’hui mineure, car l’interministérialité du corps des administrateurs civils, les « tours extérieurs » des corps permettent de rectifier certains choix (cependant pour les Affaires étrangères, le problème n’est pas réglé11, mais le département dispose d’autres sources de recrutement12 permettant les « adaptations » nécessaires).

  • 13 Dans les années 1983-1985, aucun contact véritable à notre connaissance n’existait entre l (...)
  • 14 Nous avons publié ce code moral du stage, le formulaire de notation initial (L’ENA avant l (...)
  • 15 Nous laissons de côté certains aspects essentiels du métier administratif, qui touchent à (...)

6II. Qu’il y ait concours ou école on a affaire à des problèmes presque insolubles : aujourd’hui personne n’est assuré véritablement des connaissances que l’on doit exiger à l’entrée d’un corps – quel qu’il soit –, personne ne sait comment former un haut fonctionnaire, quelles qualités morales – de caractère, de finesse, d’adaptabilité – on est en droit d’exiger de lui, et comment on peut en être assuré : on a pris des solutions partielles, en tâtonnant, souvent sans études préalables – même si l’on affirme hautement que l’on a une doctrine13. Ainsi personne ne peut dire si le stage de l’ENA a aujourd’hui les mêmes vertus qu’il avait voici 30 ou 40 ans (on apprenait l’administration, ou plus exactement la partie morale de l’administration, auprès d’un « patron », ce qui supposait un certain intérêt du maître de stage pour le stagiaire, mais aussi quelques qualités morales du maître de stage)14 ; personne ne peut dire si le produit semi-fini formé par l’ENA doit avoir telles ou telles connaissances, puisque le paysage administratif doit changer fortement et qu’il faut pouvoir s’adapter rapidement à des situations nouvelles15. A l’École polytechnique, on a conscience de ces difficultés, on développe même des ateliers de création artistique, de gravure, de sculpture pour stimuler l’imagination, la créativité des élèves... Peut-être sera-t-on un jour obligé de réviser entièrement notre système de formation des hauts fonctionnaires : déjà en 1875 Courcelle-Seneuil voulait qu’ils eussent, avant d’entrer dans l’administration, une expérience sérieuse dans l’industrie et le commerce...

  • 16 Si l’ENA a réussi en 1945, c’était parce qu’elle était insérée dans un ensemble de réforme (...)

7De fait, l’historien s’aperçoit rapidement qu’il est absurde de vouloir traiter de la formation des fonctionnaires en négligeant ce qui se passe après le concours ou l’École16 : ce n’est pas un problème pédagogique – comme certains l’ont cru –, c’est un système complexe qui doit embrasser toute la carrière des hauts fonctionnaires ; tous les « réformateurs » se heurtent à trois problèmes apparemment « insolubles » :

  1. le droit à un poste : faut-il ou non accorder le droit automatique à un poste après le concours ou l’École ? Tous les projets avant 1945 avaient échoué sur ce problème difficile de l’octroi des postes à la sortie de l’École, et ce « droit à un poste » est encore contesté aujourd’hui par certains.
  2. la part faite au tour intérieur, à la promotion des cadres subalternes : le système français au xixe siècle réservait traditionnellement la majorité des postes supérieurs dans les ministères (y compris les postes de direction) aux agents inférieurs, qui n’avaient reçu aucune formation17. Dès lors qu’il y a une École, quelle part faut-il réserver à cette « promotion interne » ? C’est un problème très délicat, car on crée des tensions importantes (le « tour extérieur » des administrateurs civils est censé le résoudre).
  3. l’avancement, le déroulement de la carrière ; former n’est qu’un point de départ dans une carrière qui peut durer 40 ans : or quelle formation doit-on recevoir en cours de carrière ? Pour être directeur, chef de service, sous-directeur, faut-il une « formation » et laquelle ? Ou doit-on considérer que tout « recyclage » est inutile, que « les affaires forment aux affaires » et que la cooptation suffit à la sélection ?

8Ce sont là des choix difficiles, et souvent on préfère éviter d’en parler (ainsi du « recyclage » : le Centre des Hautes Etudes administratives, créé en 1945, a disparu depuis 1963, et personne ne croit plus vraiment aujourd’hui à la nécessité de ce type de recyclage, peu adapté au métier administratif...).

  • 18 Boutmy, dans une brochure qu’il faudrait rééditer Le recrutement des administrateurs colon (...)

9III. On voit que l’histoire peut poser aux décideurs des problèmes redoutables, en relativisant le présent, en mettant en valeur certaines facettes oubliées d’un passé encore proche18. Donnons quelques exemples :

  • 19 On se reportera au rapport de la Haute Commission des études scientifiques et littéraires, (...)
  • 20 Faut-il rappeler que l’ENA était ouverte aux médecins depuis 1945, mais qu’il n’y en a pas (...)

10Premier exemple : les connaissances scientifiques ; on veut en 1848 donner quelques connaissances scientifiques aux élèves de l’ÉNA, ce qui a fait quelque peu sourire19, car ces connaissances étaient nécessairement superficielles ; il y a eu quelques cours d’initiation scientifique aux débuts de l’ENA en 1945-1960 (Keilling, Armand), mais ils disparurent vite ; certes la filière économique créée en 1972 a permis de recruter des élèves ayant une formation scientifique, des agrégés de mathématiques, mais en fait on constate un fossé grandissant entre les « littéraires » et les « scientifiques » : or dans les cabinets ministériels – cette seconde ENA – le littéraire, le juriste est en compétition directe avec le « mineur » ou le « X – Ponts », et il a de plus en plus à traiter des dossiers ou scientifiques, ou à conséquences scientifiques, ce qui pose parfois quelques problèmes (on connaît les difficultés de la gestion de la recherche depuis vingt ans, et l’affaire du CNTS, et du sang contaminé, tient à une certaine faiblesse (traditionnelle) de la Direction générale de la Santé en ce domaine). Au Conseil d’État, à l’Inspection générale des Finances on trouvait des personnalités scientifiques, un Picard, un Colson, un Rueff : le cas est plus rare aujourd’hui... C’est là un problème délicat qu’on ne sait comment régler : quel est le niveau de connaissances scientifiques que doit posséder un administrateur ? Quelle part faut-il faire dans les corps au recrutement de « scientifiques » ?20

  • 21 Nous avons republié ces pages dans Bureaucratie et bureaucrates au xixe siècle, 1980, p. 9 (...)
  • 22 Le régime moderne, t. II, 1895, p. 269 et suiv. Ces pages mériteraient d’être publiées à n (...)
  • 23 La suppression en 1968 des notes de conférences à l’ENA a été dans le même sens, on ne veu (...)

11Deuxième exemple : le concours. On a beaucoup critiqué le concours au xixe siècle, Balzac (dans Un curé de village) a dénoncé le concours de l’École polytechnique, Courcelle-Seneuil s’est vivement élevé contre le mandarinat et le principe des grandes écoles21. Taine dans Les origines de la France contemporaine. Le régime moderne22 a écrit quelques pages méchantes, qui méritent encore aujourd’hui d’être méditées : les écoles spéciales sont des gaveuses publiques, elles déforment l’esprit, elles excèdent les forces des deux tiers de leurs élèves, qui sont surmenés : « On a demandé trop en exigeant que tel jour, sur une chaise ou devant un tableau, ils fussent, deux heures durant et pour un groupe de sciences, des répertoires vivants de toute la connaissance humaine ; en effet, ils ont été cela, ou à peu près, ce jour-là pendant deux heures ; mais, un mois plus tard, ils ne le sont plus : ils ne pourraient pas subir de nouveau l’examen ; leurs acquisitions, trop nombreuses et trop lourdes, glissent incessamment hors de leur esprit, et ils n’en font pas de nouvelles. Leur vigueur mentale a fléchi ; la sève féconde est tarie ; l’homme fait apparaît, et, souvent c’est l’homme fini. Celui-ci, rangé, marié, résigné à tourner en cercle et indéfiniment dans le même cercle, se cantonne dans son office restreint ; il le remplit correctement, rien au-delà. Tel est le rendement moyen... » Or les critiques d’un Courcelle-Seneuil, d’un Taine, d’un Colson contre le système des concours restent toujours valables dans leurs grandes lignes : le concours, à l’évidence, ne permet pas de déceler les défauts de caractère, les failles de la personnalité, quelques précautions que l’on prenne, et le concours donne droit à une fonction à vie... Certes les stages « professionnels », ou les stages de type ENA, permettent, en principe, de mieux saisir la personnalité, mais ils n’influent que faiblement sur le rang de classement – quand le stage est noté23. On peut corriger, certes, les effets du concours par un système de cooptation pour les grades supérieurs, et le mécanisme des cabinets ministériels assure à sa manière une certaine « sélection », mais le problème reste entier ; les effets néfastes du concours ne doivent pas être minorés : tous les produits d’un concours – quel qu’il soit – fondé exclusivement sur les connaissances ne sont pas excellents, et dans l’administration les conséquences peuvent être plus dommageables – et plus visibles – que dans l’enseignement. Or l’on a multiplié les écoles de formation et les concours administratifs, sans songer aux mécanismes correcteurs. Et l’historien doit rappeler, à la suite de Courcelle-Seneuil, que le concours peut développer un taux dangereux de conformisme, et qu’il n’est pas toujours nécessairement « démocratique ».

  • 24 Les traités de sciences administratives n’en parlent pas.
  • 25 L’importance du surnumérariat aux Finances, qui permet d’étudier le caractère et les aptit (...)
  • 26 Depuis quinze ans, la tendance à la politisation de la haute fonction publique a rompu – t (...)

12Troisième exemple : la cooptation. On a pris l’habitude d’oublier le rôle capital de la cooptation24. Or l’historien doit rappeler que la cooptation a été la règle du recrutement aux Finances au xixe siècle25, que les concours étaient souvent des mécanismes de cooptation déguisés, que les hauts postes, dans les corps et les ministères, étaient soumis aux règles coutumières de la cooptation, ainsi que le montre bien Colson. La cooptation assure le maintien des traditions, une nécessaire unité de doctrine, une permanence dans les objectifs, elle amortit les évolutions trop rapides, et pour certains, c’est le seul mode raisonnable d’avancement, qui permet d’échapper aux vicissitudes de la politique26. Or l’administration française vit encore pour une bonne part – sans trop le dire – sur la cooptation, qui corrige les défauts de l’avancement à l’ancienneté et s’oppose – partiellement – au favoritisme politique. Mais personne n’ose bien saisir ces mécanismes de cooptation, qui ont une grande efficacité pour éviter de trop graves divisions du corps administratif.

  • 27 Avant 1914 on avait avantage, pour arriver plus rapidement, à se faire nommer maître des r (...)

13Par la force des choses l’historien est amené à examiner des problèmes ou oubliés ou négligés : en ce domaine il y a un va-et-vient entre le présent et le passé qui peut être fécond. Et il faudrait attirer l’attention sur des problèmes qu’on préfère souvent passer sous silence : par exemple, quel est le rôle des tours extérieurs ? Quels avantages en attend-on ? Le « tour extérieur » a toujours joué un rôle au Conseil d’État27, mais comment l’historien peut-il juger de ses effets ? On a créé en 1985 un tour extérieur dans les Inspections générales, qui a été vivement critiqué (son « libéralisme » extrême a surpris les experts) : comment l’historien pourra-t-il en apprécier les résultats ? On voulait apparemment rompre des traditions corporatives souvent séculaires, on a cherché à créer une rupture : comment l’historien de 2030 ou de 2050 pourra-t-il évaluer les avantages et les inconvénients de cette innovation ? Par métier l’historien est sceptique, méfiant, il soupçonne toujours des arrière-pensées, et le maniement des dossiers de personnel du xixe siècle l’incite nécessairement à quelque prudence...

14IV. Nous voudrions faire quelques recommandations en matière de recherche :

  1. Le cinquantenaire de l’ENA en 1995 devrait permettre une étude précise des origines de l’ENA et on devrait publier les textes préparatoires de l’ordonnance de 1945 (notamment les projets de la mission Debré28, les discussions autour du projet, les procès-verbaux des séances du Conseil d’État).
  2. On devrait entreprendre des études sur l’enseignement du droit et de l’économie dans les grandes écoles scientifiques (et également à l’École libre des sciences politiques) ; sur deux siècles l’ensemble devrait être significatif.
  3. Il serait nécessaire de lancer des recherches sur le recrutement de la haute administration, en examinant, pour chaque corps, le rôle du « concours », de la formation sur le tas, de la « cooptation », des recrutements « politiques » et des « promotions internes » ; il est certain qu’on a trop tendance, faute de sources sans doute, à minimiser la part de la cooptation – ou des coutumes – et de leurs multiples formes (un concours très étroit peut être une véritable « cooptation ») : un Colson considérait que la cooptation était la seule forme sérieuse de sélection des hauts fonctionnaires29.
  4. Il faudrait établir un recueil de textes sur les défauts du concours tels qu’on les voyait au xixe siècle (un Courcelle-Seneuil, un Taine, un Boutmy, bien d’autres ont multiplié les critiques).
  5. Il serait nécessaire d’étudier les carences de la formation économique des hauts fonctionnaires jusque dans les années 1940-1950, qui tenaient sans doute à la faiblesse de l’enseignement dans les Facultés, aux lacunes de la doctrine, à l’absence d’école d’administration économique30.
  6. Un recueil de documents sur l’ENA de 1848 et sur les projets d’ENA avant 1945 devrait être établi (rappelons que l’ENA de 1848 a encore été mal étudiée sur le plan pédagogique).
  7. Il serait important d’avoir une étude sur le rôle (au xixe et au xxe siècle) des Polytechniciens et des ingénieurs dans la haute administration, au Conseil d’État31 , à l’Inspection des Finances, dans les directions, dans les cabinets (aux Travaux publics et aux Finances, mais aussi dans les autres ministères) : un tel inventaire nous éclairerait sur certains aspects de la haute fonction publique.

Notes

1 En collaboration avec Jean Tulard.

2 Sur l’Académie politique de Torcy, cf. La bureaucratie aux xixe et xxe siècles, 1987, p. 21-37. On notera dans le programme pédagogique de cette école l’importance de la conférence de méthode, et le rôle de l’entraînement à l’expression orale et écrite.

3 Cf. L’ENA avant l’ENA, 1983.

4 Il y avait auparavant des préparations privées, des répétiteurs particuliers souvent très savants.

5 Si l’ENA n’est pas une école de formation, il faut nécessairement reporter l’acquisition des connaissances en économie ou en droit avant le concours.

6 Cf. L’ENA avant l’ENA, ouv. cité, p. 94-95.

7 Rappelons qu’il y avait des sections avant 1960 et des enseignements de section, qui prétendaient avoir un caractère professionnel. La réforme de 1960 a abandonné ce système lourd et injuste pour les élèves, les carrières des « sections » étant inégales.

8 On a même failli en 1984 établir des épreuves « audiovisuelles ».

9 Brigades à l’Inspection générale des Finances (et jadis un examen), mentorat à la Cour des comptes, et au Conseil d’État.

10 Les sous-directeurs dans les ministères n’ont plus ni le temps ni le goût de former les jeunes chefs de bureau (ils le faisaient plus ou moins il y a trente ans). Mais à la Direction du Budget, la formation des jeunes était assurée avec soin.

11 En 1969, un rapport officiel demandait que le Département ne recrutât plus à l’ENA, en 1980, l’on cherchait encore à créer une « voie diplomatique ».

12 Notamment les secrétaires d’Orient, recrutés directement au concours.

13 Dans les années 1983-1985, aucun contact véritable à notre connaissance n’existait entre la direction des études de l’ENA et les directions du personnel utilisatrices des élèves de l’ENA : ce qui était paradoxal, et par force le directeur des études ne connaissait guère – faute d’expérience – les nécessités « techniques » du métier d’administrateur. Ceci a conduit à quelques expériences aventurées.

14 Nous avons publié ce code moral du stage, le formulaire de notation initial (L’ENA avant l’ENA, p. 246-248), il faudrait le comparer avec le formulaire actuel. Et il semble que l’on apprend beaucoup moins cette part morale de l’administration : on a multiplié les stages dans des hôtels du département ou des municipalités – ce qui était oublier une part importante des objectifs du stage.

15 Nous laissons de côté certains aspects essentiels du métier administratif, qui touchent à la déontologie : le devoir de réserve, l’impartialité, la neutralité, et une certaine dignité de vie. C’est là un domaine où beaucoup de traditions s’effondrent.

16 Si l’ENA a réussi en 1945, c’était parce qu’elle était insérée dans un ensemble de réformes de la fonction publique.

17 C’est l’opposition de la basse administration qui – jointe à l’hostilité de la haute administration – a fait échouer l’Ecole de 1848 et le projet Jules Ferry, en 1882, d’École d’administration. En 1945 un compromis eut lieu, avec la création d’un concours interne obtenant la moitié des places : c’était un pari qui a permis la réussite de l’École. Mais les tensions ont subsisté longtemps dans certains ministères ou corps (dans le corps préfectoral, le corps diplomatique) et les problèmes de la promotion interne sont toujours aigus.

18 Boutmy, dans une brochure qu’il faudrait rééditer Le recrutement des administrateurs coloniaux (1895), a dénoncé à l’avance tous les effets pervers de l’ENA de 1945 (y compris le recrutement parisien et l’esprit de corps).

19 On se reportera au rapport de la Haute Commission des études scientifiques et littéraires, du 10 avril 1848 (nous l’avons republié dans Études et documents, t. I, 1989, p. 443-456).

20 Faut-il rappeler que l’ENA était ouverte aux médecins depuis 1945, mais qu’il n’y en a pas eu jusqu’à ces derniers temps ?

21 Nous avons republié ces pages dans Bureaucratie et bureaucrates au xixe siècle, 1980, p. 99-114.

22 Le régime moderne, t. II, 1895, p. 269 et suiv. Ces pages mériteraient d’être publiées à nouveau, car mutatis mutandis, les principes des écoles spéciales sont toujours les mêmes (« ce sont des entreprises de jardinage systématique, énergique et prolongé ; l’État jardinier en chef agrée ou choisit des plants qu’il se charge de mener à bien, chacun en son espèce », etc.).

23 La suppression en 1968 des notes de conférences à l’ENA a été dans le même sens, on ne veut plus que la personnalité soit jugée.

24 Les traités de sciences administratives n’en parlent pas.

25 L’importance du surnumérariat aux Finances, qui permet d’étudier le caractère et les aptitudes, n’a jamais été étudiée véritablement : or c’était la règle aux Finances. Et au Conseil d’État, lors de la discussion du projet de statut de Jozon en 1874, un conseiller déclare nettement : « Dans les régies financières, les chefs de service ne se contentent pas d’examens, ils désignent les employés qu’ils ont vus à l’œuvre, qu’ils ont vus travailler sous leurs yeux depuis quinze ans, sur le terrain. »

26 Depuis quinze ans, la tendance à la politisation de la haute fonction publique a rompu – temporairement – les mécanismes de cooptation, sauf dans certaines maisons. Sur cette « politisation », cf. J.-L. Bodiguel et L. Rouban, Le fonctionnaire détrôné ? (1991).

27 Avant 1914 on avait avantage, pour arriver plus rapidement, à se faire nommer maître des requêtes au tour extérieur, après un passage en cabinet, passer le concours de l’auditorat retardait la carrière.

28 Les archives de Michel Debré viennent d’être versées à la Fondation nationale des Sciences politiques. Les archives de l’Ecole libre des Sciences politiques n’ont pas été encore explorées entièrement en ce domaine (D. Chagnollaud a publié quelques documents passionnants en 1991). Rappelons que les archives de Bourdeau de Fontenay sont entrées récemment aux Archives nationales, elles devraient etre très intéressantes (il est singulier qu’aucune étude n’ait été faite sur ce personnage, qui avait du caractère, du bon sens et une grande autorité, et qui s’était passionné pour l’École).

29 Sur la doctrine de Colson – dont les archives sont conservées par la famille –, cf. G. Thuillier, « Clément Colson et la crise de la fonction publique », Revue administrative, 1989, p. 407-414.

30 Duvillard, dès 1788, réclamait une école de calcul économique pour les commis et intendants du contrôle général des Finances ; la part du « calcul économique » n’a fait que croître au cours du xixe siècle – mais des institutions comme la Caisse des dépôts ont commis de grossières et fort coûteuses erreurs faute de bons actuaires (ainsi pour le « trou » de la Caisse des retraites de la vieillesse en 1875-1882, cf. Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, n° 23, 1991, p. 229-253). En 1936-1938, on voulait que l’ENA projetée par Jean Zay fut une école où l’on enseignât l’économie dirigée.

31 Rappelons un Picard, un Colson.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search