Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

V. Applications

Introduction

Texte intégral

  • 1 En 1998, à l’initiative de Mme Florence Descamps, les Comités et associations d’histoire d (...)
  • 2 Certaines de ces réflexions étaient destinées à des publics administratifs ; ce sont des c (...)

1Nous avons défini des principes, des règles du jeu : mais comment les appliquer aux bureaucraties particulières que l’on veut étudier ? Il y a des adaptations, des inflexions, des ajustements, des ménagements, et chaque bureaucratie a ses rites, ses coutumes, son esprit de corps, son ancrage dans la durée, ses modes de raisonnement : comment établir des « programmes d’action », définir des orientations, des lignes directrices ? Comment réfléchir aux priorités dans la collecte des archives ? On a quelque peine à élaborer des programmes cohérents, à fixer des objectifs, à discerner ce qui est « le plus important ». Les Comités d’histoire des ministères savent combien toute réflexion en ce domaine est nécessairement imparfaite, partielle, les contraintes sont multiples (les investissements intellectuels n’ont pas été faits)1 et bâtir un programme à 10 ou 15 ans est souvent une rêverie, on n’en peut exécuter qu’une partie, faute d’hommes, de moyens : mais l’historien est un rêveur impénitent. Nous voudrions donner quelques exemples en évoquant les difficultés d’élaborer des programmes pour l’histoire de l’enseignement, l’histoire du corps préfectoral, l’histoire de la formation des fonctionnaires, l’histoire des finances, l’histoire de la protection sociale, l’histoire des Ponts et Chaussées, l’histoire de l’énergie nucléaire2 : on y verra et les obstacles rencontrés dès qu’on cherche à préciser les objectifs et les moyens de ces histoires sectorielles et l’importance des règles de collecte des archives, un des points les plus délicats de toute politique de l’histoire.

Notes

1 En 1998, à l’initiative de Mme Florence Descamps, les Comités et associations d’histoire des ministères et institutions (une trentaine) se sont formés en un club des Comités d’histoire afin de confronter leur expérience et d’étudier les conditions optimales de leur action (par exemple comment assurer le pilotage scientifique ? comment définir une politique d’archives ?).

2 Certaines de ces réflexions étaient destinées à des publics administratifs ; ce sont des conférences faites lors de stages de fonctionnaires de l’Éducation nationale aux Archives nationales (en 1971), de fonctionnaires de l’Équipement à l’École des Ponts et Chaussées (en 1978) ou devant des responsables du CEA (en 1985).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search