Version classiqueVersion mobile

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (I)

 | 
Guy Antonetti

Tarbé (Louis-Hardouin)

Texte intégral

1Né à Sens (Yonne) le 11 août 1753
Décédé à Paris (Seine) le 7 juillet 1806
Fils de Pierre-Hardouin TARBÉ (1728-1784) et de Colombe-Catherine PIGALLE (1731-1820)
Ministre des Contributions et Revenus publics,
du 24 mai 1791 au 24 mars 1792.

2© BN, N2D 268 088.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

3Famille bourgeoise de Sens.

41. [aïeul] Charles-Hardouin TARBÉ (1690-1752), né et décédé à Sens, a épousé à Sens (paroisse Sainte-Croix) le 24 mai 1717 Anne DUBEC, d’où quatorze enfants, dont quatre religieuses et les quatre enfants suivants :

  1. [oncle] Bernard TARBÉ (1718-1777), né et décédé à Sens, marchand drapier, capitaine de la milice bourgeoise du quartier Saint-Benoît, second consul de Sens (1755), premier consul (1761), juge consul (1763), échevin (1769). Il a épousé à Sens (paroisse Saint-Maurice) le 5 août 1743 Madeleine-Colombe PIGALLE, fille de Jean-Louis PIGALLE et de Madeleine ÉPOIGNY (voir ci-dessous, 2).
  2. [oncle] Charles-Antoine TARBÉ (1722-1779), né et décédé à Sens, marchand orfèvre. Il a épousé 1° Marie-Anne DENOYELLE, et 2° (paroisse Sainte-Croix, le 21 octobre 1752) Agathe PIERRE. Du second mariage est née une fille unique, Agathe TARBÉ qui a épousé Jacob-Antoine-Augustin MOREAU de VORMES, conseiller au bailliage de Sens.
  3. [père] Pierre-Hardouin TARBÉ (1728-1784), qui suit en 2.
  4. [tante] Madeleine-Dominique TARBÉ (1733-1787), qui a épousé à Sens (paroisse Saint-Pierre-le-Rond, le 10 janvier 1754) Claude ÉPOIGNY, contrôleur au grenier à sel de Sens, fils de Sébastien ÉPOIGNY, dit « Bas de soie », marchand et juge consul de Sens, et de Marie d’ALLENCON.

52. [père] Pierre-Hardouin TARBÉ, né à Sens le 28 décembre 1728, décédé à Paris (rue de Braque, paroisse Saint-Nicolas-des-Champs) le 18 juillet 1784. Il acquit en 1762 pour 44 000 livres l’imprimerie du diocèse de Sens et publia à partir de 1763 l’Almanach historique de la ville, diocèse et bailliage de Sens. Son acte de décès le dit imprimeur du roi à Sens, ancien juge consul. Il a épousé à Sens (paroisse Saint-Maurice, le 24 octobre 1752) sa belle-sœur Colombe-Catherine PIGALLE (voir ci-dessus 1.A, et ci-dessous FAMILLE MATERNELLE), d’où quinze enfants, parmi lesquels :

  1. Louis-Hardouin TARBÉ (1753-1806), dit TARBÉ l’aîné, sujet de cette notice.
  2. [sœur] Anne-Madeleine TARBÉ, née à Sens le 30 juillet 1754, décédée à Paris le 10 mai 1776 : elle épousa 1° à Paris le 17 octobre 1772 Louis GOÜ, marchand épicier, qui est décédé le 14 février 1774, et 2° à Paris le 4 mai 1774 Nicolas POMMERY, marchand épicier, qui est décédé en 1811, d’où Nicole-Constance POMMERY, née en 1775, laquelle a épousé le 17 mai 1794 Nicolas-Henri MOREAU de CHAMPLIEUX (1762-1834).
  3. [frère] Charles TARBÉ, dit de VAUXMORIS, né à Sens le 19 avril 1756, décédé à Cadix (Espagne) le 14 septembre 1804, sans alliance. Négociant à Rouen au début de la Révolution, lié aux banquiers LECOUTEULX, il fut élu député de la Seine Inférieure à l’Assemblée législative en septembre 1791. Il se signala par ses interventions en faveur des prérogatives du roi. Rapporteur du Comité colonial de l’Assemblée, il défendit les intérêts des colons de Saint-Domingue contre les esclaves révoltés, et il s’attira donc l’hostilité de BRISSOT, fondateur et propagandiste de la Société des Amis des Noirs. Il rentra dans la vie privée après le 10 août 1792, mais il fut arrêté le 27 octobre 1793 et incarcéré à Rouen avec son beau-frère CHAMBOSSE de SAINT-PHAL. Ils recouvrèrent la liberté après la chute de ROBESPIERRE. Sous le Directoire, lors de la réaction royaliste de l’an V, Charles TARBÉ fonda à Sens un éphémère Journal politique et littéraire, il fut élu député de l’Yonne le 23 Germinal an V, et il siégea parmi les Clichyens : son élection fut donc invalidée à la suite du coup d’État du 18 Fructidor an V. Il retourna de nouveau aux affaires de son négoce à Rouen, où il fut élu conseiller général du département, et il devint membre de la chambre de commerce. Les chambres d’assurance de Rouen et du Havre l’envoyèrent en Espagne pour y défendre les intérêts du commerce normand, et il mourut à Cadix de la fièvre jaune.
  4. [frère] Pierre-Antoine TARBÉ, dit de PAROY, né à Sens le 9 juin 1758, décédé à Fayetteville (Caroline du Nord) le 4 mars 1822, armateur puis planteur aux États-Unis, marié sans postérité.
  5. [sœur] Marguerite-Colombe TARBÉ, née à Sens le 24 juillet 1759, décédée le 26 mai 1843, mariée à Sens (paroisse Saint-Hilaire, le 24 janvier 1785) à Jean-Louis MICHELIN de CHOISY (1747-1830). Fils d’un ancien commissaire des guerres, Jean-Louis MICHELIN de CHOISY fut successivement commis à la Caisse des recettes générales, rue Sainte-Avoye (1787), puis au Bureau de correspondance pour le recouvrement des contributions directes (1790). Grâce à son beau-frère TARBÉ le ministre, il fut nommé l’un des quinze commissaires du Bureau de comptabilité, où il figura jusqu’à la réforme de 1795 qui réduisit le nombre des commissaires à cinq. N’étant plus commissaire, il dut quand même conserver un emploi dans cette administration, car, lorsque son beau-frère TARBÉ décéda chez lui en 1806, MICHELIN de CHOISY était chef de division à la Comptabilité nationale. En 1807 il fut nommé conseiller référendaire à la Cour des comptes lors de sa création. À sa mort en 1830 il était le doyen des conseillers référendaires, étant jugé par BARBÉ-MARBOIS d’une « capacité trop faible » pour devenir conseiller-maître.
  6. [sœur] Marie-Colombe TARBÉ, née à Sens le 8 septembre 1761, décédée au Tronquay près de Rouen le 31 août 1839, mariée à Paris le 17 avril 1787 à Germain-Louis CHAMBOSSE de SAINT-PHAL (1749-1826). Celui-ci débuta comme receveur des tailles à Amiens, il était receveur des vingtièmes à Clermont-Ferrand lors de son mariage en 1787, puis il s’installa à Rouen où il devint négociant, associé aux affaires de son beau-frère Charles TARBÉ de VAUXMORIS.
  7. [frère] Sébastien-André TARBÉ, dit des SABLONS, né à Sens le 19 septembre 1762, décédé à Paris le 17 mai 1837, marié à Melun (Seine-et-Marne) le 15 mars 1795 à Michelle-Joséphine-Catherine GUESPEREAU. Avocat au Parlement avant la Révolution, puis imprimeur, maire de Melun sous la Révolution, il se signala en septembre 1793 en essayant en vain d’empêcher l’arrestation de BAILLY qui était venu chercher refuge auprès de lui, ce qui valut à TARBÉ des SABLONS d’être incarcéré pendant la Terreur. En 1799 il publia un Manuel pratique et élémentaire des poids et mesures, des monnaies et du calcul décimal, ouvrage de vulgarisation pratique du système décimal qui fut patronné par Lucien BONAPARTE, CHAPTAL, CRETET, FOURCROY et HENNET, et qui connut un durable succès. Par lettre du 13 février 1804, il sollicita de GAUDIN (ancien collègue et obligé de son frère, Louis-Hardouin TARBÉ) un emploi de directeur ou de premier commis : il fut casé dans l’administration des Droits réunis, où il était en 1807 chef adjoint de la division des sels, et en 1811 directeur de la comptabilité des matières. Il fit ensuite carrière dans l’administration des Douanes où il était chef de division en 1812, puis directeur du personnel en 1816, chevalier de la Légion d'honneur, anobli par Louis XVIII en 1816.
  8. [frère] Jean-Bernard TARBÉ, dit de VAUXCLAIRS, né à Sens le 23 février 1767, décédé à Paris le 17 septembre 1842, inspecteur général des ponts et chaussées, conseiller d’État, chevalier de Saint-Louis, commandeur de la Légion d'honneur, anobli par Napoléon en 1808 et par Louis XVIII en 1816, pair de France sous Louis-Philippe en 1837, succéda à PRONY en 1839 comme directeur de l’École nationale des Ponts et Chaussées.
  9. [frère] Charles-Hardouin TARBÉ, né à Sens le 23 avril 1769, décédé à Paris le 24 décembre 1821, marié à Adélaïde-Anne de GUYOT. Lieutenant-colonel de cavalerie, officier de la Légion d’honneur, chevalier de Saint-Louis, anobli en 1810 par Napoléon, avec le titre de chevalier de Saint-Hardouin, titre confirmé par Louis XVIII en 1816.
  10. [frère] Gratien-Théodore TARBÉ, né à Sens le 25 juin 1770, décédé le 14 février 1848, marié au Havre le 25 février 1797 à Cécile OPPENHEIMBER, a été imprimeur libraire à Sens.
  11. [frère] Sébastien-Prosper TARBÉ, né à Sens le 30 septembre 1771, décédé à Paris le 7 mai 1814, marié 1° à Augustine-Marie-Françoise MONNOT, et 2° à Colombe-Françoise MICHELIN, a été notaire à Paris.

FAMILLE MATERNELLE

61. [bisaïeul] Gervais-Protais PIGALLE (1669-1744) voiturier par terre, puis bourgeois de Paris et « officier boutte à port et déchireur de bateaux », marié à Marie-Claude CHAILLOT (1676-1727), d’où huit enfants, parmi lesquels Jean-Louis PIGALLE, qui suit en 2.

72. [aïeul] Jean-Louis PIGALLE, né à Paris le 16 janvier 1701, décédé à Sens le 19 novembre 1775, marchand voiturier par eau, lieutenant de la compagnie de l’Île d’Yonne à Sens, a épousé à Sens (paroisse Saint-Maurice, le 9 juillet 1720) Madeleine ÉPOIGNY, fille de Sébastien ÉPOIGNY, marchand, et d’Anne GUILLAUME, d’où treize enfants parmi lesquels :

  1. [tante] Madeleine-Colombe PIGALLE, née à Sens le 15 février 1723, décédée à Sens le 25 floréal an IV, mariée à Sens (paroisse Saint-Maurice, le 5 août 1743) à Bernard TARBÉ (voir ci-dessus, FAMILLE PATERNELLE, 1. A).
  2. [oncle] Gervais-Protais PIGALLE, né à Sens le 9 novembre 1724, décédé à Avignon (Vaucluse) le 2O Frimaire an XI, marchand de bois pour la provision de Paris, marié à Châtenay-sur-Seine (Seine-et-Marne), le 4 mai 1748, à Jeanne COURIER [tante du célèbre pamphlétaire Paul-Louis COURIER, 1772-1825], d’où une fille, Élisabeth-Suzanne PIGALLE (née à Sens le 19 janvier 1753, décédée à Paris le 25 septembre 1832), qui a épousé à Paris en 1777 Guillaume-Jean MARCHAND, orfèvre, puis administrateur des transports et étapes militaires, sans postérité : c’est cette cousine germaine qui a caché chez elle l’ancien ministre pendant la Terreur (voir ci-dessous, IV).
  3. [tante] Marie-Claude PIGALLE, née à Sens le 10 mars 1728, décédée le 12 juillet 1755, mariée à Edme-Antoine LEGRIS, procureur de l’officialité de Sens, né en 1723. Traduit devant le Tribunal Révolutionnaire au motif qu’il aurait conseillé à un jeune homme de Sens d’émigrer, Legris a été condamné et guillotiné avec son gendre et sa fille le 15 juillet 1794.
  4. [mère] Colombe-Catherine PIGALLE, née à Sens le 29 avril 1731, décédée à Sens le 5 mars 1820, mariée à Sens (paroisse Saint-Maurice, le 24 octobre 1752) à Pierre-Hardouin TARBÉ.

MARIAGE

8Célibataire.

II. LE PERSONNAGE

L’éducation.

9Le jeune TARBÉ fit d’excellentes études au collège à Sens, où il entra dans le secondaire au moment où les Jésuites furent chassés et l’enseignement confié à des maîtres de l’université de Paris. Ses goûts naturels le portèrent vers l’étude de la littérature et il versifiait avec facilité, mais à l’issue de ses études secondaires ses parents l’envoyèrent à Paris en septembre 1770 chez son oncle maternel Gervais-Protais PIGALLE pour qu’il fît ses études de droit. Il entra comme clerc chez un procureur au Châtelet, Me JURIEN et simultanément il s’inscrivit à la Faculté de droit. Dans la clientèle de Me JURIEN figurait Henri-François-de-Paule LEFÈVRE d’ORMESSON, né en 1751, qui grâce à l’illustration de son nom et à la fortune de ses parents était devenu maître des requêtes à dix-neuf ans en 1770 ! Le jeune TARBÉ, son contemporain, fut chargé en 1772 de rédiger un mémoire pour LEFÈVRE d’ORMESSON dans une affaire importante, et le jeune magistrat, très satisfait de ce mémoire, fit donner une gratification à son rédacteur. Il se prit de sympathie pour lui. À la Faculté de droit, TARBÉ fut reçu au baccalauréat en droit après deux ans d’études, le 7 septembre 1773, et à la licence un an après, le 1er septembre 1774.

La religion.

10Catholique. Le père du ministre, acquéreur de l’imprimerie du diocèse, entretenait de bonnes relations avec l’archevêque de Sens, le cardinal de LUYNES (1703-1788), notable figure du haut clergé de l’époque, qui fut premier aumônier de la dauphine, mère de Louis XVI. Cela situe les TARBÉ dans la mouvance catholique, royaliste et traditionaliste. Le testament de l’ancien ministre ne comporte aucune invocation religieuse.

Le portrait.

11Gravure au département des estampes de la BN, N 2.

Les domiciles et résidences.

12En 1791-1792 TARBÉ habitait un petit appartement rue du Hasard, N° 8 [de nos jours, la partie de la rue Thérèse qui est comprise entre la rue Sainte-Anne et la rue de Richelieu], tout près de l’hôtel du Contrôle général. Promu ministre, il ne quitta pas son appartement, car son ancien patron VALDEC de LESSART, installé au Contrôle général, y demeura comme ministre de l’Intérieur. Après avoir quitté le ministère, TARBÉ s’installa dans un appartement rue Basse du Rempart [côté septentrional du boulevard des Capucines]. Après la Terreur il quitta Paris et se retira à Sens et dans son domaine de Bois-le-Roi, à Nailly près de Sens.

Les Corps savants et distinctions honorifiques.

13Il fut un des membres fondateurs du Lycée de l’Yonne, société scientifique et littéraire du département.

14À Sens le Cours Tarbé perpétue son souvenir, ainsi qu’à Paris (XVIIe arr.) la rue Tarbé depuis 1864.

Le testament.

15Olographe, fait à Bois-le-Roi, le 5 Messidor an XII (24 juin 1804) : il laissait le quart de sa succession à sa mère, au cas où elle lui survivrait (« Je lui dois à toutes sortes de titres cet hommage de mon respect et de ma tendresse »), et les trois autres quarts en usufruit viager à titre de legs universel à son frère Charles TARBÉ [de VAUXMORIS] et en nue-propriété à ses huit frères et sœurs lors vivants et à la fille de sa sœur Anne-Madeleine prédécédée. En outre il instituait, à la charge de ses légataires universels, une pension annuelle viagère de 500 francs au profit de sa cousine germaine, Suzanne-Élisabeth PIGALLE, femme de Guillaume-Jean-Baptiste MARCHAND. Cette institution particulière était faite « en considération et en reconnaissance du service signalé qu’elle [lui] avait rendu à la fin de l’année mil sept cent quatre-vingt-douze et les deux années suivantes » (voir ci-dessous, IV). Par une clause finale le testateur déclarait : « Mon intention et mon désir sont que mon domaine de Bois-le-Roi […] consistant en bâtiments, corps de ferme, prés et bois, ne soit point démembré autant que possible et qu’il soit possédé en entier par un de mes légataires universels ou par un de leurs représentants, sauf au possesseur à indemniser les ayants droit jusqu’à due concurrence ». Lors du décès du testateur, son frère Charles était prédécédé célibataire.

La sépulture.

16TARBÉ est décédé, lors d’un séjour à Paris, 10 rue du Grand-Chantier [de nos jours la partie de la rue des Archives qui est entre la rue des Quatre-Fils et la rue Pastourelle], chez sa sœur Marguerite et son beau-frère Jean-Louis MICHELIN de CHOISY. Il a été très probablement inhumé au cimetière du Père-Lachaise, ouvert en 1804, mais sa sépulture n’a pas été conservée.

III. LA FORTUNE

17Issu de la petite bourgeoisie industrieuse, aîné d’une famille de quinze enfants, TARBÉ ne bénéficia d’aucune fortune héritée, comme VALDEC de LESSART, mais des seules études supérieures que ses parents purent lui faire faire. La licence en droit fut le levier de son ascension sociale, en lui ouvrant les portes du Contrôle général des finances : de simple commis en 1783 (à 3 000 livres par an ?), il parvint rapidement au rang de premier commis (à 12 000 livres par an ?), et NECKER lui fit donner en 1790 une gratification exceptionnelle de 5 000 livres. Ministre pendant neuf mois en 1791-1792, il dut recevoir un traitement de 8 333 livres par mois. Célibataire menant une vie simple, il put épargner une partie de ses revenus, et il acquit le 4 février 1792 le château et domaine de Bois-le-Roi à Nailly, à 5 km de Sens, « consistant en une maison fossoyée, cour colombier, étable, grange écurie, jardin et bois en icelui, le tout entouré de murs, plus une maison avec une tuilerie dans laquelle il y a deux fourneaux dans l’état où ils sont, et toutes les terres labourables, prés bois, lisières qui en dépendent », le tout contenant environ 130 arpents, soit à peu près 65 hectares. Le prix était de 60 000 livres, dont 36 000 en principal de diverses rentes perpétuelles ou viagères, dans le paiement desquelles l’acquéreur était subrogé au vendeur, et 24 000 en argent comptant payable dans les trois mois. Compte tenu de la dépréciation de l’assignat (environ 30 % au début de 1792), ce domaine devait valoir entre 40 000 et 50 000 livres.

18La démission de TARBÉ en mars 1792 et la chute de la monarchie en août 1792 le privèrent de tout traitement. Ses biens furent placés sous séquestre en 1794. Après la fin de la Terreur, il n’obtint la levée du séquestre et la restitution de ses biens qu’en 1796, mais n’ayant pas retrouvé d’emploi public, il se trouva gêné. Après le coup d’État de Brumaire, GAUDIN, qui avait été son collègue et ami au Contrôle général (où ils étaient tous deux premiers commis en 1789), et qui avait été nommé commissaire de la Trésorerie nationale en 1791 grâce à TARBÉ, et qui enfin était devenu maintenant ministre des finances du Consulat, fit accorder à TARBÉ en 1800 une pension annuelle de 6 000 francs sur le Trésor, ce qui lui permit de finir sa vie dans une tranquille aisance. À son décès, il laissa 8 000 francs de meubles, bibliothèque et arrérages de pension, plus le domaine de Bois-le-Roi, pour lequel ses héritiers déclarèrent à l’Enregistrement 40 hectares de terres labourables louées, 3 hectares de prés, 5 hectares de bois et les bâtiments et dépendances, le tout pour une valeur de 25 000 francs, qui était très probablement sous-évaluée.

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LE MINISTERE DES FINANCES

19Après avoir obtenu la licence en droit (septembre 1774), TARBÉ fut pris comme secrétaire par LEFÈVRE d’ORMESSON (le même qui fut le protecteur de GAUDIN), maître des requêtes, qui obtint justement en octobre 1774 la survivance de l’office d’intendant des finances de son père et qui l’exerça dès l’année suivante. Or Louis XVI remarqua et apprécia ce jeune intendant des finances, promu conseiller d’État en 1778, et il le nomma contrôleur général des finances en 1783 à trente-deux ans ! Lorsque ce dernier entra au Contrôle général des finances, il y fit nommer TARBÉ commis. Par ses qualités et mérites, TARBÉ parvint à gravir rapidement les degrés de la hiérarchie, et CALONNE en fit un premier commis (1787), chargé des assemblées provinciales, de l’agriculture, des subsistances, de la législation des monnaies, plus quelques territoires (le Boulonnais, la principauté d’Orange, la Corse et les Marches Communes, c’est-à-dire quelques paroisses entre la Bretagne et le Poitou), et enfin la tenue du registre du Conseil royal des finances et du commerce. Preuve de ses belles qualités de technicien et de son habile souplesse de fonctionnaire, la disgrâce de CALONNE et le retour de NECKER n’eurent pas de conséquences fâcheuses pour lui : il sut plaire à NECKER, comme il avait plu à d’ORMESSON et à CALONNE, adversaires de NECKER ! Et le néckérien VALDEC de LESSART devenu ministre des finances en fit son principal collaborateur en le nommant directeur des contributions au ministère.

AU MINISTERE DES FINANCES

20Lorsqu’en mai 1791 VALDEC de LESSART renonça au ministère des Contributions et Revenus publics pour garder le ministère de l’Intérieur, Louis XVI était en train de préparer secrètement son départ pour Montmédy. Espérant se ressaisir bientôt du pouvoir par cette opération, dont le succès prochain lui permettrait de reconstituer à sa guise un nouveau ministère, le roi ne songea qu’à assurer pour quelques semaines l’intérim des Finances. Il fallait donc un haut fonctionnaire étranger à la politique, un bon technicien des finances, un homme du sérail qui accepterait de garder fidèlement les lieux. Tout désignait TARBÉ pour cet emploi, lui dont VALDEC de LESSART avait fait naguère le directeur des contributions au ministère. « Agent supérieur mis par le hasard à la tête de la hiérarchie qu’il avait servie », TARBÉ apparaissait alors comme « un responsable tout provisoire dont la carrière eût dû […] se borner à garder les meubles » (M. BRUGUIÈRE). Les lettres patentes de nomination sont datées du 24 mai 1791, la notification à l’Assemblée eut lieu le 28. L’échec de l’équipée royale à Varennes changea complètement la face des choses : privé du pouvoir par l’Assemblée pendant trois mois, Louis XVI ne put plus changer de ministres. Le provisoire dura donc, mais à l’usage TARBÉ se fit apprécier du roi par son royalisme indéfectible, et de l’Assemblée par son zèle déférent, se montrant empressé à mettre en application les réformes que l’Assemblée avait décrétées et à lui en rendre compte. GAUDIN et HENNET, qui furent ses collègues et dont il favorisa la promotion, témoignèrent par la suite de ses grands talents, de son ardeur au travail, de ses vastes connaissances et de sa parfaite intégrité. L’essentiel de son activité en tant que ministre se développa dans quatre domaines : le recouvrement des revenus publics, la régulation de la circulation monétaire, les demandes de réformes complémentaires et l’exercice du pouvoir de nomination.

Le recouvrement des revenus publics.

21Tout d’abord il organisa les bureaux du ministère, en douze divisions : 1. Enregistrement, Domaines, Timbre, Droits réunis ; 2. Forêts, Douanes ; 3. Liquidations, Salines ; 4. Loterie ; 5. Monnaies ; 6. Contributions directes ; 7. Départements, Postes et Messageries ; 8. Assignats ; 9. Cadastre ; 10. Liste civile ; 11. Impressions ; 12. Dépêches et Secrétariat.

22La division des contributions directes (6) fut confiée à quatre premiers commis, entre lesquels le territoire national fut partagé en quatre secteurs : le Nord échut à Louis LEGRAND (1758-1835), un ancien commis de la Ferme générale, passé en 1782 au Contrôle général des finances, où il était premier commis depuis 1784, et qui fit par la suite une brillante carrière de directeur au ministère des Finances, du Directoire à la Restauration ; l’Est fut attribué à Albert-Joseph-Ulpien HENNET (1758-1828), entré en 1779 au Contrôle général des finances, où il devint chef de bureau en 1783, et qui acheva une brillante carrière sous la Restauration comme commissaire général au Cadastre et inspecteur général des finances ; le Sud fut donné à Michel-François MOREAU, ancien directeur de l’administration des Vingtièmes, et l’Ouest à Joseph-Gabriel LEPEINTRE, également ancien directeur de l’administration des Vingtièmes.

23Ensuite TARBÉ déploya une énergie inépuisable pour mettre en marche la lourde machine fiscale que l’Assemblée n’avait construite que dans ses grandes lignes, laissant au ministre le soin de régler les détails d’application. Or le nouveau système fiscal se révéla difficile à mettre en application, et celle-ci souleva une variété infinie de questions concrètes, auxquelles le ministre essaya de répondre. Il inonda donc les administrations départementales (assemblées électives) de circulaires, instructions, injonctions, et autres modèles de bordereaux et formulaires. Contrairement à l’affirmation erronée que l’on trouve dans certains dictionnaires, TARBÉ ne fut pas l’inventeur de la contribution foncière. Celle-ci fut une création de l’Assemblée constituante (décret du 23 novembre 1790), mais c’est bien à lui qu’incomba la charge écrasante de mettre en application le nouveau système fiscal.

24Dès la fin du mois de juin 1791, un mois après sa nomination et lors du retour peu glorieux du roi ramené de Varennes, TARBÉ envoya deux lettres à l’Assemblée, qui témoignaient de son zèle à mettre en application les décisions de celle-ci : l’une traitait de l’exécution de la loi du 1er juin précédent concernant l’accélération du recouvrement des anciennes impositions, l’autre donnait l’assurance qu’il avait pris toutes les mesures nécessaires pour que les 83 départements pussent procéder à la répartition des contributions nouvelles pour 1791. Le 19 septembre encore, cinq jours après l’acceptation de la Constitution par le roi et le rétablissement de celui-ci dans l’exercice du pouvoir exécutif, TARBÉ, présent à l’Assemblée, y prit la parole pour lui rendre compte de l’état du recouvrement des impositions. Cet exposé technique détaillait minutieusement toutes les difficultés qui faisaient obstacle au recouvrement de celles des contributions indirectes qui avaient été maintenues (enregistrement, timbre, douanes), des nouvelles contributions directes (foncière, personnelle et mobilière, patente), et de l’arriéré impayé des anciens impôts. On peut discerner entre les lignes de ce discours une critique implicite des réformes précipitées et inachevées d’une Assemblée qui allait bientôt se séparer. Le 30 septembre, le jour même où l’Assemblée se sépara, TARBÉ lui adressa un état général de la répartition des contributions, et le 8 octobre il réitéra cette démarche auprès de l’Assemblée législative qui venait de se réunir, afin de la « convaincre de l’empressement et de la disposition des ministres à lui fournir tous les détails qu’elle pouvait désirer et qui étaient nécessaires à la suite de ses immenses travaux ». Présent à l’Assemblée le 12 octobre, il lui fit un rapport très précis sur l’ensemble des revenus publics : après avoir évoqué l’état de la liquidation des anciens impôts, en particulier l’apurement des comptes de la Ferme générale, il donna un tableau exhaustif des revenus publics et de l’état de leur recouvrement, en y incluant des ressources qu’il n’avait pas mentionnées le 19 septembre (poudres et salpêtres, postes et messageries, loterie, marque d’or et d’argent, forêts et salines).

25Les bonnes relations de TARBÉ et de l’Assemblée ne durèrent pas longtemps. Au début de 1792 la gauche brissotine belliciste s’en prit aux ministres du roi, accusés de trahir la Nation par leur pacifisme, en particulier VALDEC de LESSART, ministre des Affaires étrangères depuis le 29 novembre 1791. Or le frère de TARBÉ, le député TARBÉ de VAUXMORIS, s’était attiré l’hostilité de BRISSOT. Le ministre des Contributions fut donc compris dans les attaques de la gauche brissotine contre le « ministère Feuillant ». Dans la séance du 1er mars 1792 CAMBON fit voter une motion enjoignant au ministre des Contributions de venir rendre compte à l’Assemblée des causes du retard des impositions dans la ville de Paris. TARBÉ expliqua que les commissaires de la Municipalité de Paris avaient commis des erreurs ou des fautes dans leur manière de mettre en application les lois instituant les nouvelles contributions. Malgré les arrêtés du Comité contentieux du département, qui avait censuré ce travail défectueux, malgré les reproches adressés à la Municipalité par le procureur syndic du département (ROEDERER), malgré l’intervention personnelle du ministre, rien n’avait pu faire fléchir la Commission municipale des contributions. En conclusion TARBÉ déclara qu’il attendrait la réponse que ferait la Municipalité parisienne aux plaintes du procureur syndic du département, ajoutant sous les applaudissements de l’Assemblée que « si la subordination ne s’établissait pas […], il prendrait les ordres de Sa Majesté et poursuivrait l’exécution de la loi ».

La régulation de la circulation monétaire.

26À partir de 1790, conséquence de l’émission des assignats et de la disparition de la monnaie métallique, la vie économique quotidienne de la population, surtout urbaine, fut gravement perturbée par le manque de petite monnaie. La plus petite coupure assignat était de 50 livres (29 septembre 1790). Au terme d’un débat animé, l’Assemblée abaissa cette valeur à 5 livres (6 mai 1791), tout en laissant le soin de la fabrication au ministre des Contributions, et celui du timbrage et du numérotage au trésorier de la Caisse de l’Extraordinaire. Mais, même émis en petites coupures de cinq livres, l’assignat restait encore impropre au paiement des denrées et des salaires, lesquels s’exprimaient en sous, subdivisions vigésimales de la livre. Pour remédier aux troubles sociaux provoqués par cette pénurie, l’Assemblée constituante prescrivit donc (11 janvier 1791) la fabrication de petite monnaie d’argent (pièces de 15 et 30 sous), de cuivre (avec le vieux cuivre récupéré dans les arsenaux) et de bronze (avec le métal des cloches). TARBÉ multiplia les rapports à l’Assemblée constituante pour rendre compte de son zèle à activer la frappe de cette monnaie divisionnaire (séances du 19 juillet, du 3 août, du 19 août), mais le 6 février 1792 fut lue à l’Assemblée législative une lettre du ministre des Contributions sur la fabrication des monnaies de cuivre et de métal de cloche, dans laquelle il détaillait les hésitations de la précédente Assemblée et les difficultés techniques rencontrées dans l’utilisation du métal de cloche.

27À défaut de pouvoir accroître la circulation de la petite monnaie métallique, il restait la solution de la petite monnaie de papier. Comme l’Assemblée avait marqué sa répugnance à décréter l’émission d’assignats de très petite valeur, ce furent des municipalités et des entreprises particulières qui, sous des appellations variées (Caisses patriotiques, Caisses de confiance, Caisses de secours…), émirent des billets de petite monnaie divisionnaire, pour les échanger contre des assignats, moyennant un agio. Ces émissions incontrôlées, avec leur inévitable cortège de filouteries (défaut de garantie, falsifications), contribuèrent à aggraver le discrédit des assignats. En principe ces caisses émettrices devaient garder en garantie un volume d’assignats correspondant à leur émission. En fait, la plupart d’entre elles gonflèrent leur émission au-delà de leur encaisse en assignats, ce qui revenait à greffer une inflation incontrôlable (billets dits de confiance) sur l’inflation contrôlée par l’Assemblée (assignats). Le 24 novembre 1791 BRISSOT réclama donc l’émission d’assignats de dix sous : le 8 décembre TARBÉ en proposa de dix, quinze et cinquante sous. À l’issue d’un long débat, l’Assemblée décréta les 16 et 23 décembre la fabrication de quarante millions en assignats de dix sous, soixante millions en assignats de quinze sous, cent millions en assignats de vingt-cinq sous et cent millions en assignats de cinquante sous.

28Dès la fin de 1791, les quatre frères MONNERON (Charles-Claude, Jean-Louis, Pierre-Antoine et Augustin), négociants banquiers à Paris, enrichis dans le commerce des Indes Orientales, entreprirent une grande opération d’émission de « médailles de confiance », piécettes de cuivre de deux et cinq sols, fabriquées par BOULTON près de Birmingham. Charles-Claude, Jean-Louis et Pierre-Antoine MONNERON avaient siégé à l’Assemblée constituante, et leur frère Augustin siégeait maintenant à l’Assemblée législative. La maison MONNERON conduisait de grandes spéculations sur les importations de métaux en France (argent en piastres espagnoles pour le département français de la Marine, cuivre dont la pénurie commençait à se faire sentir en Europe). Répondant à un besoin pressant du marché, leurs médailles de confiance connurent un grand succès dans le public, qui appela cette monnaie métallique de substitution les « monnerons », mais TARBÉ se mit en travers de l’opération : sur instruction du ministre, la douane de Rouen prétendit soumettre ces médailles à un droit de 18 livres au quintal, celui qui frappait les flans, alors que les médailles devaient entrer en franchise de droits. Malgré les protestations des frères MONNERON, qui alimentèrent une volumineuse correspondance, TARBÉ s’obstina. Les frères MONNERON portèrent l’affaire devant les tribunaux, où ils obtinrent gain de cause à la fin de mars 1792, au moment où TARBÉ quittait le ministère, remplacé par CLAVIÈRE.

Les demandes de réformes complémentaires.

29Dès le 23 juillet 1791 TARBÉ adressa une lettre à l’Assemblée pour lui représenter « combien il serait utile » d’achever son œuvre législative en réglementant l’enregistrement, les douanes et les hypothèques. Son intervention précitée du 19 septembre suivant évoqua implicitement les lacunes et déficiences de la nouvelle législation fiscale. Son grand discours du 12 octobre 1791 devant l’Assemblée législative sur les revenus publics lui donna l’occasion de souligner de nouveau que malgré l’ampleur des réformes qu’elle avait réalisées, l’Assemblée constituante en avait laissé quelques-unes en suspens, comme la réglementation des hypothèques, des douanes, de la loterie, de la marque d’or et d’argent et des salines. Ces deux déclarations du 19 septembre et du 12 octobre 1791 révèlent à quel point était amoindrie la situation du « ministre des Contributions et Revenus publics » par rapport à la situation de l’ancien contrôleur général des finances : en vertu de la conception rigide de la séparation des pouvoirs que les Constituants avaient imposée, les ministres n’avaient aucune initiative des lois. Strictement cantonnés dans leur rôle « exécutif », ils ne pouvaient que solliciter humblement le pouvoir législatif, sans pouvoir lui proposer un projet de texte, ni même dire dans quel sens était souhaitée l’intervention sollicitée ! Les Archives parlementaires offrent de nombreux exemples de cette subordination. Ainsi, parmi d’autres, la lettre de TARBÉ, lue à l’Assemblée le 23 mars 1792, la veille de son départ du ministère : « [Le ministre] sollicite une décision de l’Assemblée sur la continuation de la fabrication des pièces de 15 et 30 sols ; la quotité de la fabrication avait été fixée à 15 millions ; la somme est complète ; faut-il la dépasser ? (L’Assemblée renvoie cette lettre au comité des assignats et monnaies, pour en faire le rapport sous trois jours). »

30Dans le domaine des réformes inachevées figurait une question particulière à propos du ministère des Contributions. L’ancien Contrôle général des finances avait été scindé en deux ministères, celui de l’Intérieur et celui des Contributions. Or VALDEC de LESSART, qui avait cumulé les Finances et l’Intérieur jusqu’en mai 1791, s’était naturellement installé dans l’hôtel du Contrôle général, l’ancien hôtel de Pontchartrain, rue Neuve-des-Petits-Champs, et il y resta quand il choisit l’Intérieur et renonça aux Contributions en mai 1791. Où s’installeraient donc les bureaux du ministère des Contributions, qui momentanément restèrent dans l’ancien hôtel du Contrôle général ? Au moment de se séparer, l’Assemblée constituante renvoya à la législature suivante le soin de régler cette question. TARBÉ, estimant que la nouvelle assemblée aurait des affaires plus urgentes à traiter au début de sa session, décida « pour le bien du service » de louer un hôtel particulier pour y installer les bureaux du ministère des Contributions. Son choix se porta sur l’ancien hôtel Legendre d’Armini, construit en 1707 par Robert de Cotte, rue Neuve-des-Capucines (de nos jours N° 8 à 12 rue des Capucines), et qui avait été racheté par le roi en 1781 pour servir de demeure au lieutenant de police de Paris. En août 1789 Louis XVI avait laissé cet hôtel à la nouvelle municipalité parisienne, pour le logement du maire, mais PÉTION, élu maire en novembre 1791, préféra s’installer dans la Cité. Ainsi, de la fin de 1791 jusqu’à sa disparition en 1794, le ministère des Contributions et Revenus publics logea dans ce vaste hôtel dont les jardins s’étendaient par-derrière jusqu’au boulevard des Capucines (cet ensemble monumental a été démoli sous le Second Empire pour percer la rue Volney).

L’exercice du pouvoir de nomination.

31La veille de sa séparation, l’Assemblée voulut parachever le 29 septembre 1791 son monumental édifice fisco-financier en créant un Bureau de la Comptabilité nationale, composé de quinze commissaires et chargé de la vérification des comptes de la Trésorerie nationale. Dans la liste des quinze membres nommés par le roi en décembre 1791, on relève au moins un nom qui devait sa nomination à TARBÉ puisqu’il s’agit de son beau-frère Jean-Louis MICHELIN de CHOISY. À la même époque TARBÉ fit procéder également à la nomination de deux personnages qui étaient destinés à devenir à leur tour ministres : GAUDIN, son collègue au Contrôle général, qu’il fit nommer l’un des six commissaires de la Trésorerie nationale, et MOLLIEN, son collègue à la Ferme générale, à qui il fit donner la direction départementale des Domaines et de l’Enregistrement du département de l’Eure.

32Au début de mars 1792, VALDEC de LESSART, ministre des Affaires étrangères, favorable à une politique pacifique, obtint le renvoi du belliqueux ministre de la Guerre, NARBONNE-LARA, le seul qui eût la sympathie de la gauche brissotine de l’Assemblée (9 mars 1792) : VERGNIAUD et BRISSOT entraînèrent l’Assemblée et lui firent décréter d’accusation VALDEC de LESSART en Haute Cour pour trahison. Découragés, les autres ministres démissionnèrent dans les jours suivants : TARBÉ le 15. Son successeur dans le ministère girondin, CLAVIÈRE, fut nommé le 24. Louis XVI fit don à TARBÉ, à titre de souvenir, d’un groupe en biscuit de Sèvres représentant Bélisaire aveugle demandant l’aumône, d’après un modèle de HOUDON, geste de gratitude où l’on peut discerner l’expression d’un humour amer…

APRES LE MINISTERE DES FINANCES

33Ayant succédé au ministère feuillant en mars, le ministère girondin ne vécut que trois mois : son renvoi le 13 juin 1792 ouvrit une crise politique majeure qui consomma la ruine de la monarchie, insultée le 20 juin et renversée le 10 août. À la recherche de ministres, Louis XVI se heurta alors à une dérobade générale, personne ne voulant plus accepter de prendre le gouvernail d’un navire en plein naufrage : tous les prétextes étaient bons pour se récuser, ou démissionner après avoir accepté ! Il y eut donc, entre le 13 et le 18 juin 1792 une pitoyable farandole ministérielle, à l’occasion de laquelle TARBÉ apparut comme un conseiller écouté de Louis XVI : les lettres trouvées dans l’Armoire de fer des Tuileries témoignent du rôle qu’il a joué, et de la réputation de technicien éprouvé des finances qu’il avait acquise.

34Le 12 juin 1792, la veille du renvoi du ministère girondin, Louis XVI destinait le ministère des Contributions publiques à Charles GRAVIER de VERGENNES, fils aîné du marquis de VERGENNES et neveu du ministre et secrétaire d’État des Affaires étrangères décédé en 1787 : cet ancien maître des requêtes (1777) et intendant de la généralité d’Auch (1782-1784) avait été élu administrateur du département de Paris en 1791, et l’un des cinq commissaires pour le contentieux des impositions directes de Paris. Il devait périr sur la guillotine avec son père le 6 Thermidor an II, trois jours avant la chute de ROBESPIERRE. Or, par lettre du 13 juin, tout en protestant de la fidélité de son dévouement, VERGENNES refusa le ministère sous le prétexte que « cette tâche était au-dessus de ses forces, attendu qu’il n’était administrateur que des impositions directes et que l’universalité des contributions exigeait des connaissances plus étendues que les siennes et une expérience plus consommée ». Là-dessus, DURANTHON (Justice) et LACOSTE (Marine), qui faisaient partie du ministère girondin et que Louis XVI voulait garder, démissionnèrent les 15 et 16 juin. Le 16 également, ROEDERER, procureur général syndic du département de Paris, recommanda à Louis XVI de rappeler TARBÉ aux Contributions publiques, comme étant « l’homme du royaume le plus capable d’assurer l’assiette et le recouvrement des contributions ». De son côté, TARBÉ écrivit le 17 juin à Louis XVI pour lui exposer que « d’après l’opinion générale de l’Assemblée, il était important pour la chose publique de refuser la démission de MM. LACOSTE et DURANTHON, hommes probes et attachés à leurs devoirs, qui, pressentis à ce sujet, se soumettraient aux ordres du roi ». En revanche TARBÉ écrivit le même jour une autre lettre au roi pour refuser lui aussi l’offre que le roi lui faisait sur le conseil de ROEDERER :

35« Sire, Je n’oublierai jamais les bontés dont vous avez daigné encourager et soutenir mes efforts. Français, j’aimais mon roi. Ministre, j’ai vu de près et admiré avec attendrissement les vertus de Louis XVI. Leur souvenir est profondément gravé dans mon cœur.

36Vous daignez, Sire, entendre avec bonté les observations d’un serviteur respectueux et fidèle. Vous venez de prendre une grande mesure, devenue indispensable. Il faut qu’elle soit complète. Le nouveau ministère doit être absolument neuf : un seul membre tiré de celui qui a précédé le dernier affaiblirait l’effet de la mesure à laquelle Votre Majesté s’est déterminée. On jugerait ce nouveau ministère d’après les opinions que l’on supposait à l’avant-dernier, tandis qu’il faut que l’opinion publique hésite pour le juger. Pendant cette oscillation, il s’installe et se consolide. Daignez donc, Sire, pour le plus grand bien de la chose publique, jeter les yeux sur un autre sujet.

37Je crois pouvoir indiquer à Votre Majesté, comme le meilleur choix, M. BLONDEL, ancien maître des requêtes ; il balancera ; mais il cédera si M. de LA ROCHEFOUCAULD et M. du CHÂTELET peuvent déterminer sa mère, femme d’un grand mérite et l’ancienne amie de ces Messieurs.

38Si M. BLONDEL n’acceptait point, j’aurais l’honneur d’indiquer à Votre Majesté M. BEAULIEU, l’un des 15 commissaires de Votre Majesté au Bureau de Comptabilité, homme très instruit et capable, dont les principes sont excellents, ami, avant la Révolution, de M. CHAPELIER dont il s’était éloigné à une certaine époque, et dont il s’est rapproché depuis. Enfin M. BEAULIEU est lié de la plus tendre amitié avec M. BIGOT de PREAMENEU, l’un des membres les plus vertueux de l’Assemblée actuelle, et est connu avantageusement des membres qui composent le Comité de l’examen des comptes.

39Le ministère actuel une fois formé, les remplacements que les circonstances pourront faire naître en détail, ne présenteront plus les mêmes difficultés.

40J’ose espérer, Sire, que ces observations auront le bonheur de ne pas vous déplaire et je puis protester que le seul désir de ne point compromettre le succès d’une grande mesure, le seul intérêt de Votre Majesté, ont dans cette circonstance combattu dans mon esprit les mouvements de mon cœur et le dévouement que conservera jusqu’au dernier soupir, de Votre Majesté, le très humble et très obéissant et fidèle serviteur [signé] TARBÉ. »

41C’est pourquoi le 18 juin, en attendant l’acceptation de BLONDEL ou de BEAULIEU pour les Contributions publiques, Louis XVI compléta son ministère en adjoignant à LACOSTE et DURANTHON, maintenus sur ordre exprès du roi, CHAMBONAS aux Affaires étrangères, LAJARD à la Guerre et TERRIER du MONCIEL à l’Intérieur : l’intérim des contributions publiques, attribué à DURANTHON depuis le refus de VERGENNES, était confirmé. Mais finalement, ce même 18 juin, sur le refus de BLONDEL, et à la suite des pressions exercées par TARBÉ, BEAULIEU accepta le ministère.

42Bien qu’il eût démissionné le 15 mars 1792, mais en raison de l’influence qu’il continuait d’exercer sur le roi, TARBÉ fut poursuivi par la haine vindicative des adversaires de la monarchie constitutionnelle. Après le renversement de celle-ci le 10 août 1792, FAUCHET fit voter par ceux des députés qui continuaient à siéger, c’est-à-dire les révolutionnaires républicains, un décret d’accusation qui renvoyait devant la Haute Cour de justice d’Orléans plusieurs anciens ministres partisans notoires de la monarchie constitutionnelle (MONTMORIN, DUPORTDUTERTRE, DUPORTAIL, BERTRAND de MOLLEVILLE et TARBÉ). MONTMORIN se cacha, mais fut pris et massacré à l’Abbaye le 2 septembre. DUPORT-DUTERTRE incarcéré et guillotiné le 29 novembre 1793. DUPORTAIL et BERTRAND de MOLLEVILLE parvinrent à s’enfuir et à émigrer. Quant à TARBÉ, il songea à se constituer prisonnier, mais ses proches l’en dissuadèrent, et c’est sa cousine germaine, Mme MARCHAND, la fille de son oncle maternel Gervais-Protais PIGALLE chez qui il avait habité quand il était venu faire son droit à Paris, qui le cacha chez elle dans un petit réduit dont l’accès était dissimulé derrière une grande armoire à fond mobile. Il vécut ainsi plus de deux ans, dans l’angoisse perpétuelle des visites domiciliaires ou des dénonciations. Il aurait passé le temps de cette longue incarcération à traduire en vers français celles des Épigrammes de Martial qui ne bravaient pas l’honnêteté. La fin de la Terreur lui permit de sortir de sa cachette, mais il avait été inscrit sur la liste des émigrés et ses biens mis sous séquestre. Il dut batailler pendant près de deux ans avant d’obtenir enfin, le 4 juin 1796, la radiation de la liste des émigrés et la levée du séquestre. Ces épreuves l’avaient fortement marqué : son oncle et ses cousins germains LEGRIS avaient été guillotinés, deux de ses frères et un beau-frère avaient connu les affres de l’incarcération. Rentré à Sens, il refusa désormais les fonctions politiques et administratives. Tout au plus accepta-t-il de participer à la commission chargée d’établir le tableau de conversion, en monnaie métallique, des valeurs successives du papier-monnaie révolutionnaire. Sous le Consulat, GAUDIN lui aurait proposé en vain une place de conseiller d’État, et LEBRUN une préfecture. Il figura sur la liste de 79 notables départementaux de l’Yonne, établie en l’an IX, et il devint président du collège électoral de Sens, mais il fut alors frappé d’une attaque d’apoplexie (1801), qui le laissa diminué par la paralysie jusqu’à sa mort prématurée cinq ans plus tard.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

43Dès son plus jeune âge TARBÉ versifia d’abondance, dans le style badin et mythologique de l’époque. Ses descendants collatéraux possèdent encore de nos jours de nombreux couplets en vers manuscrits, écrits à l’occasion des fêtes de famille, et (imprimé sur les presses paternelles) « Le triomphe de l’Hymen, pastorale en un acte », jouée le 9 juillet 1770 à l’occasion du 50e anniversaire du mariage de ses grands-parents maternels. D’après la Biographie de MICHAUD, il aurait été également l’auteur des couplets de la romance « La folle par amour », qui connut un grand succès et qui était attribuée à Jean-Jacques ROUSSEAU.

BIBLIOGRAPHIE

44MICHAUD, XLIV 525-527

45COUGNY, V 366-367

46Archives parlementaires (XXVI à XL, passim).

47DUGENNE (Paul-Camille) Dictionnaire biographique généalogique et historique du département de l’Yonne, t. IV (1998), voir PIGALLE ; t. V (2000), voir TARBÉ.

______

ARCHIVES

Archives nationales.

48C 185 (papiers de l’Armoire de fer).

49TUETEY (Alexandre), Répertoire général des sources manuscrites de l’Histoire de Paris pendant la Révolution française, t. IV (1899).

Archives nationales, Minutier des notaires de Paris.

50XLVIII-239, 20 février 1777, contrat de mariage MARCHAND-PIGALLE.

51XIX-886, 11 janvier 1788, dépôt de pièces TARBÉ.

Archives de Paris.

52DQ8/61, déclaration de la succession de Louis-Hardouin TARBÉ (1806).

Archives départementales de l’Yonne.

533E83/461, 4 février 1792, achat de Bois-le-Roi.

543E83/48 5, 11 juillet 1806, dépôt du testament de Louis-Hardouin TARBÉ.

553Q7764, f° 72, et 3Q8270, f° 57-58, déclarations de la succession de Louis-

56Hardouin TARBÉ.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search