Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire (I)

 | 
Guy Antonetti

Nicolas de Valdec de Lessart (Antoine)

Texte intégral

1Né à Paris, baptisé à Saint-Roch le 25 novembre 1741
Massacré à Versailles le 9 septembre 1792
Fils de Claude NICOLAS de VALDEC († 1744) et de Marie-Jeanne MORIN († 1797)
Ministre des Finances, du 30 novembre 1790 au 27 avril 1791
Ministre des Contributions et Revenus publics, du 27 avril au 24 mai 1791
Ministre de l’Intérieur, du 25 janvier au 20 novembre 1791
Ministre des Affaires étrangères, du 20 novembre 1791 au 10 mars 1792

2© Lithographie par Sardi, d’après le portrait peint par Quenedey,

3BN, N2D 190 482.

I. LA FAMILLE

FAMILLE PATERNELLE

4Les NICOLAS étaient originaires de Lyon où, au milieu du xviie siècle, ils étaient marchands fabricants de soieries.

51. [bisaïeul] Antoine NICOLAS, marchand bourgeois de Lyon, décédé avant

61670, marié à Claudine QUINSON, dont au moins deux fils :

  1. [grand-oncle] Antoine NICOLAS, docteur en droit, avocat à Lyon, décédé avant 1696 laissant pour veuve Lucrèce PONCET.
  2. [grand-père] Jean-Pierre NICOLAS, qui suit en 2.

72. [aïeul] Jean-Pierre NICOLAS vint s’installer à Paris, où il acquit en 1669, pour 3 300 livres un privilège de marchand mercier grossier joaillier suivant la Cour. Qualifié de marchand bourgeois de Paris, il se maria en 1670 avec Marie BLANCHET, fille de Claude BLANCHET, marchand maître ouvrier en drap d’or, d’argent et de soie, et de Jeanne de MONTRICHARD. Marie BLANCHET reçut de ses parents une dot de 12 000 livres. Elle décéda le 16 janvier 1690, et lui en avril 1707. Les inventaires faits à la suite de chacun de ces deux décès donnent une idée avantageuse du niveau d’affaires de Jean-Pierre NICOLAS. Il s’associa, à compter du 1er janvier 1689, à François COLOMBET, marchand maître ouvrier en drap d’or, d’argent et de soie, bourgeois de Lyon : chacun des deux associés apportait 50 000 livres pour mise de fonds en capital. Un inventaire du 18 mai 1691 révèle que cette société avait fait, pour un capital de 100 000 livres et pour les deux années 1689 et 1690, un bénéfice total de 51 120 livres, et que le compte-courant de Jean-Pierre NICOLAS se soldait en sa faveur par 152 561 livres. À la suite du décès de François COLOMBET, un autre contrat de société fut conclu, à compter du 15 juillet 1695 pour neuf ans, entre la veuve de celui-ci, Jean-Pierre NICOLAS, et deux nouveaux associés, Simon CROZAT et Philibert LHOSTE, eux aussi marchands maîtres ouvriers en drap d’or, d’argent et de soie à Lyon : chacun des quatre associés apportait 30 000 livres pour mise de fonds en capital. Au décès de Jean-Pierre NICOLAS les associés survivants recoururent à un arbitrage pour liquider les affaires de cette société de 1695 : CROZAT, LHOSTE et le fils COLOMBET désignèrent Philémon CADET, marchand banquier à Paris, et le fils NICOLAS désigna Philippe MASSON, également marchand banquier à Paris, tous deux figurant parmi les notables banquiers de la place de Paris, ce qui situe cette entreprise du négoce des soieries et draps d’or et d’argent au niveau des maisons d’une surface certaine.

8À l’échéance du contrat de 1695, Jean-Pierre NICOLAS s’était associé à son fils aîné, Antoine NICOLAS, mais cette entreprise fut victime, comme tant d’autres, de la situation économique défavorable pendant les années sombres de la guerre de Succession d’Espagne, de 1704 à 1709.

9Jean-Pierre NICOLAS habitait rue Saint-Martin (paroisse Saint-Nicolas-des-Champs) une grande maison, à l’enseigne du Point-du-jour, qu’il louait 1 500 livres par an. En 1701 il acheta une maison, rue Saint-Julien-des-Ménétriers (même paroisse), pour le prix de 4 750 livres.

10À leur décès Jean-Pierre NICOLAS et Marie BLANCHET laissèrent six garçons :

11A. [oncle] Antoine NICOLAS, né en 1676 ou 1677, épousa en 1704 Élisabeth ROUSSEAU, fille de Denis ROUSSEAU, écuyer, secrétaire notaire du roi : la future épouse reçut une dot de 40 000 livres, et le futur époux apporta 40 000 livres à prendre dans le capital de la société conclue quelques jours auparavant avec son père. Peu après, la liquidation de cette société et de la succession paternelle se révélant mauvaise, Élisabeth ROUSSEAU demanda la séparation de biens, prononcée par sentence du Châtelet le 20 août 1710. Lors de la crise financière générale de 1715-1716, Antoine NICOLAS obtint de ses créanciers une remise de 70 % du principal de ses dettes (qui s’élevaient au total à 300 000 livres environ), et un délai de trois ans pour le paiement du reste. Pour justifier sa faillite, il invoqua la liquidation déficitaire de la succession paternelle (qui lui aurait coûté plus de 90 000 livres), les pertes sur ses marchandises (évaluées à 40 000 livres), ses endos (41 000 livres) sur des lettres de change de maisons de banque faillies (FORESTIER FOISSAC et Cie, ROMET le jeune), ses avances à CROZAT, COLOMBET et LHOSTE, de Lyon (30 000 livres). Dans l’actif comptabilisé pour 346 000 livres, la valeur nominale des recouvrements à opérer dans la société conclue avec son père et dans la succession paternelle s’élevait à 195 707 livres, évaluées à… 11 000 livres !

12À l’instar de nombreux faillis de 1715-1716, Antoine NICOLAS se jeta dans les spéculations du Mississipi, mais à la différence de la plupart d’entre eux, il fit partie du petit lot des heureux gagnants : devenu caissier général de la Compagnie des Indes, il fut un des principaux dirigeants de cette grande entreprise, dont H. LÜTHY a pu dire fort justement que, rétablie en 1723 après la liquidation du Système de Law, elle fut au xviiie siècle une sorte de Ferme générale du domaine colonial d’Extrême-Orient, réunissant une masse considérable d’intérêts dans l’aristocratie nobiliaire et l’oligarchie financière du royaume. Or, de la Régence à la Révolution les NICOLAS figurèrent parmi les gros actionnaires et dans le personnel tant dirigeant que subalterne de la Compagnie des Indes, en France et en Asie.

13Sa situation de caissier général de la Compagnie des Indes l’amena à se rendre complice de la manœuvre tentée par le contrôleur général des finances, LE PELETIER des FORTS, de 1727 à 1730, en vue de relancer l’activité économique en entretenant à la Bourse de Paris une hausse factice du cours de l’action de la Compagnie des Indes : sur ordre secret du ministre, Antoine NICOLAS remit frauduleusement, à deux banquiers, des actions déposées par leurs propriétaires à la caisse de la Compagnie. Ces deux banquiers, opérant sur ordre du ministre, vendaient ces actions au comptant, et avec le produit de la vente ils finançaient des achats à terme répétés pour entretenir la hausse. La découverte de la fraude en 1730 entraîna le renvoi du ministre et l’effondrement du cours de l’action à la Bourse. Le caissier de la Compagnie (Antoine NICOLAS), les deux banquiers et l’agent de change complices furent embastillés, mais, à l’exception de l’un des deux banquiers qui servit de bouc émissaire, tous les autres furent libérés dans le courant même de l’année, et ne furent plus inquiétés.

14Dans un codicille du 24 août 1739, Antoine NICOLAS déclara « ne rien devoir de ses anciennes affaires et avoir satisfait à tous ses créanciers tant en principal qu’en intérêt », faisant cette déclaration « pour faire connaître à ses enfants que, si par le malheur des temps, il n’avait pas satisfait à point à ses engagements, il y avait satisfait aussitôt qu’il avait été en état de le faire ». Il décéda le 4 juillet 1751, laissant cinq fils et une fille. La fille, dotée de 33 000 livres en 1738, renonça à la succession paternelle, et les cinq fils se partagèrent un modeste actif net de 60 000 livres.

  • [cousin germain] Jean-Pierre NICOLAS, avocat au Parlement, décédé vers 1765.
  • [cousin germain] René-Toussaint NICOLAS, sr de CAILSON, employé dans les Fermes du roi à Paris.
  • [cousin germain] Jean-Antoine NICOLAS, sr des CLAISONS, ingénieur du roi, chargé des travaux de la reconstruction des fortifications de Pondichéry à partir de 1766.
  • [cousine germaine] Marie-Anne NICOLAS, mariée en 1738 à François-Claude LENORMAND, écuyer, sr de VICTOT, ancien secrétaire notaire du roi.
  • [cousin germain] François NICOLAS, sr de FORANCIS, né à Paris en 1715, entré au service de la Compagnie des Indes à Paris en 1733, passé en Inde en 1737, marié à Pondichéry le 2 février 1740 à Rose GALLIOT de LA TOUCHE, d’où :
    • [cousin] Michel NICOLAS, sr de CALNOIS, né à Pondichéry en 1745, commis-notaire pour la Compagnie des Indes à Chandernagor à partir de 1766, marié à Chandernagor le 12 septembre 1768 à Marie-Anne-Françoise-Xavier VERLÉE, née à Pondichéry le 10 novembre 1760. La sœur cadette de celle-ci, Noël-Catherine VERLÉE, née à Pondichéry le 21 novembre 1761, mariée à Francis GRAND le 10 juillet 1777 à Chandernagor, s’installa en 1787 à Paris, où elle mena une vie galante tapageuse : parmi les nombreux galants qui lui sont attribués figure VALDEC de LESSART, qui était son voisin rue du Sentier, mais leurs relations (galantes ou non) se justifiaient aussi par le fait que Mme GRAND était la sœur de Mme de CALNOIS, laquelle était la nièce de VALDEC de LESSART. Par la suite, Mme GRAND, divorcée, épousa le 23 Fructidor an X Charles-Maurice de TALLEYRANDPÉRIGORD, et devint ainsi princesse de Bénévent en 1806.
    • [cousin] Louis-Pierre NICOLAS, sr de SAINTE-FOY, né à Pondichéry en 1748, commis de la Compagnie des Indes à Chandernagor à partir de 1766, décédé à Chandernagor en 1777.
    • [cousin] Jean-Guillaume NICOLAS, sr de LA MERLIÈRE, né à Pondichéry en 1749, commis de la Compagnie des Indes à Chandernagor, où il épousa en 1777 Marie-Geneviève LEGOU. Il fut liquidateur de la Compagnie des Indes au Bengale. Son cousin, le ministre des Finances VALDEC de LESSART, le fit nommer en 1791 l’un des quinze commissaires du Bureau de la Comptabilité nationale, et il y resta en fonction jusqu’à la réforme de l’an III. En juin 1793 les créanciers unis de la succession vacante du ministre VALDEC de LESSART le nommèrent leur mandataire de la liquidation.
  • [cousin germain] Charles-Denis NICOLAS, sr de CHARNILES, interdit, décédé avant 1767.

15B. [oncle] François NICOLAS, avocat au Parlement de Paris, né en 1677 ou 1678.

16C. [oncle] Jean-Pierre NICOLAS, sr de SAINTE-FOY, né en 1678 ou 1679, ingénieur en chef des ville et château de Mantes, chevalier de Saint-Louis, marié à Jeanne de GUIMONT.

17D. [oncle] Jean-Louis NICOLAS, mousquetaire du roi, né en 1681 ou 1682.

18E. [oncle] Jean-Jérôme NICOLAS, mousquetaire du roi, né en 1684 ou 1685.

19F. [père] Claude NICOLAS, qui suit en 3.

203. [père] Claude NICOLAS, né en 1685 ou 1686, marié en 1740 à Marie-Jeanne

21MORIN, fille d’un secrétaire notaire du roi. À cette occasion, Claude NICOLAS déclara une fortune de 300 000 livres environ, composée essentiellement de 80 actions de la Compagnie des Indes (175 000 l.) et de billets de PESCHEVIN, caissier de la Compagnie des Indes (44 950 l.), plus 30 000 l. de meubles et argenterie, 12 000 l. de deniers comptants, 895 l. de rente au principal de 17 919 l. constituée par le banquier ROMET le Jeune, et 2 000 l. prêtées à son frère Jean-Pierre NICOLAS, sr de SAINTE-FOY. De cette fortune de 300 000 l. environ, 20 000 l. seulement seraient mises en communauté, le reste demeurant propre. Claude NICOLAS habitait alors rue Saint-Honoré (paroisse Saint-Roch) et venait d’acheter, le 8 mars 1740, cinq maisons à Mantes pour le prix de 4 466 livres, qui ne fut payé qu’en février 1741.

22Peu après son mariage, Claude NICOLAS ajouta à son patronyme un « de VALDEC » (anagramme de Claude ?) qui opéra désormais une confusion, car « NICOLAS » fut pris à tort pour un prénom, par un phénomène analogue à celui des « GILBERT » (de VOISINS), « OLLIVIER » (de SENOZAN), « GÉRARD » (de RAYNEVAL) ou « ROBERT » (de SAINT-VINCENT)…

23À Pâques 1743 le ménage s’installa dans « une grande maison rue de Richelieu (paroisse Saint-Roch), vis-à-vis la Bibliothèque du roi », louée 1 200 livres par an. C’est là que décéda Claude NICOLAS de VALDEC, le 16 avril 1744, après avoir testé le 31 mars précédent. De son mariage avec Marie-Jeanne MORIN il ne laissa qu’un fils, Antoine NICOLAS de VALDEC, sujet de cette notice. Ce dernier est né onze mois après le mariage de ses parents, ce qui rend tout à fait invraisemblable qu’il se fût agi d’un mariage de complaisance destiné à conférer une légitimité à un enfant que Marie-Jeanne MORIN aurait conçu des œuvres d’un magistrat bordelais, lors président à mortier, Antoine-Alexandre de GASCQ (1712-1781). Cette prétendue filiation adultérine est d’autant moins vraisemblable que par sa famille et sa fortune Claude NICOLAS n’avait rien d’un obscur prête-nom mercenaire. Cette invraisemblance est d’ailleurs renforcée par les dispositions du testament de Claude NICOLAS de VALDEC : outre le legs fait à la nourrice de son fils, c’est surtout la stipulation d’une substitution qui confère à cette paternité légitime un caractère d’authenticité : le père nourricier d’un enfant adultérin aurait-il manifesté un tel souci de transmettre son patrimoine dans la descendance d’un enfant qui ne serait pas né de lui ? Cette prétendue paternité adultérine du président de GASCQ vient de la Biographie universelle de MICHAUD (t. XXIV, éd. 1819, p. 300, v° LESSART) qui donne, à ce sujet, un ramas de contrevérités patentes et de racontars invérifiables : « Né en 1742 [il est né en 1741], dans une famille peu connue de Guyenne [il est né à Paris rue Saint-Honoré dans une famille de la bonne bourgeoisie financière, fortunée et bien apparentée] devint l’héritier du président de GASCQ [exact], magistrat renommé du parlement de Bordeaux, dont on a prétendu qu’il était le fils [racontar sans autre preuve que l’institution d’héritier : or celle-ci ne prouve rien et peut avoir été inspirée par bien d’autres motifs qu’une filiation adultérine]. Étant venu à Paris dans sa jeunesse, [il est né à Paris, et il y a été élevé], etc… » L’origine de cette prétendue filiation adultérine doit être recherchée dans les rumeurs répandues par les adversaires de NECKER dans les années 1780 (voir infra sources imprimées).

FAMILLE MATERNELLE

241. [bisaïeul] Gabriel MORIN, bourgeois de Paris, marchand fournisseur de grains de la Grande Écurie et des Armées du roi, intéressé aux fournitures de sel, demeurant en 1704 rue Neuve et paroisse Saint-Roch, lors veuf de Marie TIBERGE, appartenait probablement à cette famille MORIN qui a joué au xviiie siècle un rôle important dans la Compagnie du Sénégal, puis la Compagnie des Indes de LAW (Banque Veuve MORIN et Fils), la verrerie de Sèvres (Étienne MORIN, sr de SAINTCIRQUE) et dans les assurances maritimes (voir ci-dessous les deux petits-fils de Gabriel MORIN : Jean-Gabriel MORIN et MORIN de LA SABLONNIÈRE). Gabriel MORIN a laissé au moins un fils homonyme, qui suit en 2.

252. [aïeul] Gabriel MORIN, né à Paris, baptisé à Saint-Germain-l’Auxerrois le 28 juillet 1678, intéressé aux fournitures de sel à la suite de son père, secrétaire notaire du roi en 1737, mort en charge en 1742. Il avait épousé en 1704 Madeleine OURSEL, fille de Robert OURSEL, marchand à Verneuil-sur-Avre (protégé du duc de LA ROCHEGUYON et du président Pierre GILBERT de VOISINS) et de Jeanne GILBERT. De ce mariage sont nés au moins quatre enfants :

26A. [oncle] Jean-Gabriel MORIN, actionnaire et directeur de la Chambre d’assurances de Paris, décédé le 4 janvier 1772, marié à Marie-Anne LONGUET de LA BARTIDELLE, décédée le 9 mars 1781, sans postérité.

27B. [mère] Marie-Jeanne MORIN, mariée à Claude NICOLAS le 12 décembre 1740 (paroisse Saint-Roch), décédée à Paris le 16 Pluviôse an V (4 février 1797). Par son contrat de mariage, ses parents lui constituèrent 70 000 livres de dot, et son mari 60 000 livres de douaire, en l’usufruit de trente actions de la Compagnie des Indes. Après son veuvage et après la majorité de son fils unique, elle laissa ce dernier gérer ses biens. Lors du décès tragique de celui-ci en 1792, elle habitait toujours chez lui, mais dans un appartement séparé dans la maison qu’il louait en entier rue Vivienne. Elle déclara lors de l’inventaire après décès de son fils qu’il « avait dans ses mains toute sa fortune, que depuis longtemps il en disposait comme il jugeait à propos, qu’elle ne lui en demandait aucun compte parce qu’elle n’avait pu jamais varier un seul instant sur la confiance qu’elle avait en lui, qu’il payait toutes les dépenses de bouche, loyers de maison, gages de domestiques. »

28Héritière de son fils unique célibataire, elle renonça à sa succession le 27 mai 1793, en invoquant son âge et ses infirmités qui « ne lui permettaient pas de donner les soins qu’exigeait la nature des affaires de sa succession » et, « craignant encore que les fonds dus à cette succession et qui étaient encore à recouvrer en Asie n’éprouvent des retards ou même des pertes », mais « voulant cependant venir autant qu’il était en elle au secours de ceux des créanciers de son fils, qui ne se trouvaient dans sa succession que par une suite particulière de la confiance qu’ils avaient en lui », elle leur proposa de renoncer en leur faveur à toutes ses propriétés, sous la seule condition de lui laisser l’usage viager de l’argenterie, bijoux, meubles meublants et linge de table, et de lui assurer une rente viagère qui puisse lui conserver son existence. Reconnaissant « les principes de délicatesse qui déterminaient [ces] propositions », les créanciers les acceptèrent, fixant le montant de la rente viagère annuelle à 10 000 livres, capitalisée à 80 000 livres, soit 12 ½ %. Elle quitta alors la maison que son fils louait rue Vivienne pour 4 500 livres par an, et elle loua un appartement rue de Cléry pour 1 500 livres par an, dont elle sous-loua les annexes pour 500 livres par an à deux proches de son fils (SÉGALIÉ, son associé à Bordeaux, et GARODEAU, son valet de chambre et homme de confiance à Paris). Lors de son décès elle était, semble-t-il, réduite à la misère : ne payant plus son loyer, son bail avait été résilié et son congé notifié pour le 30 juin 1797. La malheureuse viagériste avait dû être victime de l’anéantissement de la valeur des assignats et des mandats territoriaux. C’est le 16 pluviôse an V (4 février 1797), le jour même de son décès, que furent démonétisés les papiers-monnaies de la Révolution !

29C. [oncle] Henri-Nicolas MORIN, sr de LA SABLONNIÈRE, intéressé dans les affaires du roi, actionnaire de la Chambre d’assurances de Paris, demeurant à Vétheuil (Seine-et-Oise) en l’an V, marié à Marie-Anne-Michelle ROZE, d’où :

  • [cousin germain] Gabriel MORIN, né en 1745, a fait carrière avant la Révolution à la Ferme générale, puis en 1791 VALDEC de LESSART, qui était son cousin germain le fit nommer à la Régie des droits d’enregistrement : il habitait alors à Paris chez VALDEC de LESSART ; En 1793 il était directeur de la Régie nationale de l’enregistrement. En juin 1793 les créanciers unis de la succession vacante de VALDEC de LESSART le nommèrent l’un de leurs deux mandataires de la liquidation. Dans son testament, rédigé à cette occasion, le 18 juin 1793, sa tante, Marie-Jeanne MORIN, veuve VALDEC, lui légua « sa tabatière d’écaille noire, doublée d’or, garnie du portrait de son fils, entouré d’un cercle d’or », ajoutant : « Je lui fais ce don comme une marque de l’amitié sincère que moi et mon malheureux fils lui portions, et lui témoigner le regret que j’éprouve de ne pouvoir autrement lui prouver tout mon attachement. » En l’an V il était directeur de l’administration des Domaines.
  • [cousin germain] Henri-Nicolas MORIN de LA SABLONNIÈRE, négociant.

30D. [tante] Marie-Madeleine MORIN, mariée à Jacques de VERDEILHAN des FOURNIELS, fermier général, d’où :

  • [cousine germaine] Batilde-Madeleine-Félicité de VERDEILHAN des FOURNIELS, mariée à Jacques-Henri-Sébastien-César MORETON de CHABRILLANT, d’où descendance MORETON de CHABRILLANT.

MARIAGE

31Célibataire. Il eut une longue liaison avec « MORPHISE », l’une des anciennes « petites maîtresses » de Louis XV.

II. LE PERSONNAGE

L’éducation.

32Orphelin de père à vingt-huit mois, Antoine NICOLAS de VALDEC de LESSART fut soumis à la tutelle de sa mère par le conseil de parents et d’amis, composé de Jacques VERDEILHAN des FOURNIELS, chargé d’affaires du roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar (mari de la tante maternelle), Me Jean-Pierre NICOLAS, avocat en Parlement (cousin germain paternel), René-Toussaint NICOLAS, bourgeois de Paris (cousin germain paternel), Pierre CAVALIER, directeur de la Compagnie des Indes, Jean CAVALIER, banquier à Paris, Antoine-François HEBERT, trésorier des Menus-Plaisirs du roi, Louis BILLÉ, écuyer, secrétaire notaire du roi (tous les quatre, amis). Le conseil désigna Antoine NICOLAS, oncle paternel, comme subrogé tuteur. La composition de ce conseil de tutelle souligne l’importance et la qualité des relations de l’enfant dans les milieux supérieurs de la finance, de la banque parisienne et de la Compagnie des Indes : il est né et a été élevé au cœur d’un réseau familial qui exerçait une puissante influence à la Compagnie des Indes depuis l’époque de LAW.

33Il fit ses études secondaires chez les Jésuites au Collège Louis-le-Grand et les acheva à seize ans. Il eut pour condisciple DUMOURIEZ, son aîné de deux ans, qui ne fit à Louis-le-Grand que les classes de troisième, seconde et rhétorique. VALDEC et DUMOURIEZ restèrent par la suite en relations : le premier aurait même aidé le second dans les difficultés d’argent dans lesquelles il se débattit souvent. Ensuite VALDEC fit son droit à la Faculté de Paris, où il fut reçu au baccalauréat le 12 juillet 1759 et à la licence le 23 août 1759 : une telle abréviation des délais, qui permit au candidat d’être licencié en droit à moins de dix-huit ans, supposait des dispenses obtenues grâce aux puissantes relations de son milieu familial.

La religion.

34Catholique, franc-maçon.

Le portrait.

35Peint par Edme QUENEDEY (1756-1830), gravé par Ad. VARIN en 1872.

Les domiciles et résidences.

36Il est né rue Saint-Honoré, mais ses parents se sont installés en 1743 rue de Richelieu, en face de la Bibliothèque du roi. Des années 1760 aux années 1780 il a longtemps habité rue du Sentier. Au début de la Révolution il habitait rue Vivienne une grande maison, qu’il louait en entier pour 4 500 livres par an : c’est dans cette demeure que fut fait l’inventaire après son décès.

Les distinctions honorifiques.

37Lors de la confection de l’Armorial général ordonnée en 1696, les armes de la famille furent enregistrées simultanément à Paris, sur déclaration de Jean-Pierre NICOLAS [grand-père], et à Lyon, sur déclaration de Lucrèce PONCET, veuve d’Antoine NICOLAS [grand-oncle] : « D’or à deux faisceaux à la romaine de sable, au chef de sable chargé de deux palmes d’or en sautoir. » La déclaration simultanée des mêmes armes à Paris et à Lyon laisse supposer qu’il ne s’agit pas d’armoiries imposées par les commis de d’HOZIER aux fins de taxation, mais bien d’armoiries anciennement possédées par la famille.

38À Bordeaux une rue Valdec, sur les anciens terrains dont il avait hérité du président de GASCQ, perpétue modestement son souvenir.

La sépulture.

39La fosse commune des victimes du massacre du 9 septembre 1792, au cimetière Saint-Louis de Versailles (plaque commémorative).

III. LA FORTUNE

40D’après l’inventaire après décès de son père, le jeune Antoine NICOLAS de VALDEC a reçu en 1744 dans la succession paternelle :

  • 90 actions de la Compagnie des Indes, en valeur nominale 180 000
  • Billets de PESCHEVIN, caissier de la Compagnie des Indes 27 158
  • Lettres de change sur ou endossées par le même PESCHEVIN 30 000
  • Créances diverses, par billet ou obligation 11 221
  • Argenterie 12 716
  • Deniers comptants 1 420
  • Maisons à Mantes 4 466
  • Total 267 681 livres

41Ce chiffre correspond à peu près à celui auquel son père avait évalué sa propre fortune au moment de son mariage, quatre ans plus tôt. À cette fortune paternelle, se montant à 250 000/300 000 livres environ, il convient d’ajouter les 70 000 livres de dot reçues par sa mère, soit finalement 300 000/350 000 livres environ.

42Devenu syndic de la Compagnie des Indes dès 1765, il y exerça ces fonctions jusqu’en 1770, et il dut donc percevoir la rémunération qui y était attachée. Sa situation de fortune lui permit d’acheter en 1768 une charge de conseiller à la Cour des Aides, bientôt remplacée par une charge de maître des requêtes, qui valait alors environ 100 000 livres. En 1771 l’abbé TERRAY lui fit accorder une pension annuelle de 1 000 livres, et NECKER la fit porter à 15 000 livres le 1er mars 1781.

43Sa fortune personnelle s’accrut encore fortement pour deux autres raisons.

44Tout d’abord, grâce aux relations familiales ramifiées qui le plaçaient au centre de l’administration de la Compagnie des Indes à Paris et en Asie, il se livra, en marge de ses fonctions officielles et sous le couvert discret de sociétés commerciales familiales, à toutes les spéculations en marchandises et armements maritimes des Indes Orientales, en particulier avec son cousin François NICOLAS de FORANCIS, établi à Chandernagor, et avec les célèbres armateurs malouins, les GRANDCLOS-MESLÉ.

45Ensuite il bénéficia en 1781 des dispositions testamentaires d’Antoine-Alexandre de GASCQ, président à mortier au Parlement de Bordeaux, décédé célibataire le 24 mars 1781, et qui avait institué VALDEC de LESSART légataire du tiers de ses biens propres paternels et maternels (quotité disponible) et de la totalité de ses biens personnels. C’est ce legs qui fit naître la rumeur d’une paternité adultérine du testateur : la malignité des adversaires de NECKER répandit cette insinuation sans preuve, comme en témoigne le virulent pamphlet anti-neckérien, publié vers 1784-1785 comme une soi-disant « Lettre de M. de LESSART à Madame N[ECKER] », et dans lequel l’auteur prétendu écrit « le président, mon père ». C’est là probablement la source frelatée où MICHAUD a puisé cette assertion si peu vraisemblable. Ce qui est certain, c’est que le président de GASCQ eut à soutenir à la fin de sa vie un procès important, jugé à Paris, et qui n’était pas encore parvenu à son terme lors de son décès. Il s’agissait de la demande de triage qu’il avait formulée à propos des communaux de sa baronnie de Portets : après des années de procès, le Parlement de Paris accéda à sa demande par arrêt du 21 janvier 1777, mais la communauté d’habitants attaqua cet arrêt par la voie de la requête civile, et elle fut finalement déboutée par arrêt du 30 décembre 1779.

46L’opération de partage qui s’ensuivit fut achevée le 5 avril 1781, dix jours après la mort du président de GASCQ ! Outre qu’à Bordeaux la première présidence du Parlement avait été conférée à un magistrat qu’il détestait, ce qui lui rendait le séjour à Bordeaux déplaisant, c’est la raison pour laquelle il avait vendu son hôtel à Bordeaux et il était venu s’installer à Paris, logeant chez le maréchal de RICHELIEU, afin de pouvoir mieux suivre cette affaire sur place : tout autant que par une invraisemblable paternité adultérine, le legs du magistrat bordelais trouverait peut-être sa justification dans les services que lui aurait rendus ce maître des requêtes, bien placé tout à la fois au Conseil du roi, aux Requêtes de l’Hôtel, au Contrôle général des finances et à la Compagnie des Indes ! Toujours est-il que la liquidation de la succession, avec l’héritière réservataire des deux tiers des propres maternels, rapporta à VALDEC de LESSART 51 812 livres, plus un terrain à Bordeaux valant 12 000 livres. Quant aux propres paternels, ils étaient constitués par la terre, château et baronnie de Portets, qu’il était impossible de partager. Grevé de 150 000 livres de dettes, ce bien fut licité et adjugé à VALDEC de LESSART pour 450 000 livres. Après déduction des dettes, le légataire restait donc débiteur de 200 000 livres envers l’héritière réservataire des deux tiers des propres paternels. Ce furent NECKER et la maréchale de RICHELIEU (le maréchal de RICHELIEU étant l’exécuteur testamentaire du président de GASCQ) qui prêtèrent à VALDEC de LESSART de quoi désintéresser celle-ci. Le 21 novembre 1785 VALDEC de LESSART vendit ce domaine de Portets pour 517 000 livres, et il remboursa NECKER et la maréchale de RICHELIEU de leurs prêts. Finalement l’opération rapporta 150 000 livres environ à l’heureux légataire.

47Enfin, en dehors des propres paternels et maternels, la succession aux acquêts valut à VALDEC de LESSART une mauvaise créance de 44 000 livres, impayée depuis 1768 par l’acquéreur de l’hôtel du président de GASCQ à Bordeaux, et une propriété à Bordeaux, dite Le Pavillon, sur la paroisse Saint-Seurin, estimée à 80 000 livres en 1784. Par deux actes conclus en 1782 et 1784, VALDEC de LESSART s’associa à un avocat bordelais, Jean-Louis SÉGALIÉ, pour exploiter en commun ce domaine et vendre son vin.

48Au total, le legs du président de GASCQ rapporta environ 300 000 à 350 000 livres, ce qui doubla la fortune reçue de ses parents par VALDEC de LESSART. D’autre part enfin, il plaça, sous le nom de son valet de chambre et homme de confiance GARODEAU, 80 000 livres dans le capital de la Société des voitures de place de Paris, formée par acte notarié (not. BOULARD) le 7 février 1780. Au début de la Révolution le niveau de sa fortune atteignait probablement le million de livres.

49Que lui rapporta son traitement de ministre ? Dans sa séance du 5 juin 1790, sur le rapport de LEBRUN et malgré la surenchère du vicomte de NOAILLES et d’Alexandre de LAMETH (qui voulaient ramener le traitement annuel des ministres de 180 000 à 50 000 livres) l’Assemblée constituante adopta le chiffre proposé par le rapporteur, soit 100 000 livres par an, et elle confirma sa décision dans les séances du 11 avril et du 14 mai 1791 ; Cela donnait donc 8 333 livres par mois d’exercice de la fonction ministérielle. De décembre 1790 à mars 1792 ses fonctions ministérielles ont dû rapporter à VALDEC de LESSART environ 150 000 livres.

50Lorsqu’au début de septembre 1792 VALDEC de LESSART apprit dans la prison d’Orléans que les prisonniers allaient être ramenés à Paris, il pressentit peut-être ce qui les attendait à leur retour. Par scrupule, avant de partir d’Orléans, il rédigea un écrit, daté du 7 septembre 1792, qui donnait le détail de ses dettes et qu’il portait sur lui quand il fut massacré à Versailles le 9 septembre. Cet écrit, saisi sur sa dépouille, fut déposé à la Municipalité de Paris et servit à confectionner l’état de ses dettes, qui fut déposé le 16 nivôse an II par ses créanciers chez le notaire de l’union. En effet les créanciers avaient conclu un contrat d’union et de direction en juin 1793 pour liquider la succession vacante du défunt ministre, et ils avaient désigné comme mandataires de l’union Jean-Guillaume NICOLAS de LA MERLIÈRE (cousin issu de germain paternel) et Gabriel MORIN (cousin germain maternel).

51Les principaux créanciers étaient sa mère (250 000 l.), son associé bordelais SÉGALIÉ (150 000 l.), son cousin paternel François NICOLAS de FORANCIS, de Chandernagor (150 000 l.), ses cousins maternels CHABRILLANT (120 000 l.), Julie-Catherine DARROT, veuve du général Antoine RICOUARD d’HÉROUVILLE (92 000 l.), son cousin maternel MORIN de LA SABLONNIÈRE (58 000 l.), soit pour ces créanciers-là 850 000 livres, sur un total général de 1 024 728 livres.

52La réalisation de l’actif s’avéra bien décevante : débiteurs insolvables, divers intérêts considérés comme perdus « vu l’état où sont nos colonies »… Les mandataires de l’union ne purent que partager 34 340 livres le 6 vendémiaire an III (27 septembre 1794), soit 3,25 % du passif, et probablement en assignats complètement dévalués ! Il restait encore à liquider les comptes de la société avec SÉGALIÉ à Bordeaux, ainsi que les comptes à régler avec les cousins associés de Chandernagor, mais le cahier des délibérations des créanciers s’arrête là, ce qui donne à penser que la liquidation de cette succession vacante s’est définitivement perdue dans les sables : la principale créancière, la mère renonçante, est décédée en 1797, SÉGALIÉ a dû garder les actifs de la société bordelaise, et les cousins NICOLAS les avoirs des comptoirs de l’Inde dont les relations avec la France ont été coupées par l’occupation anglaise de 1793 à 1817.

IV. LA CARRIÈRE

AVANT LE MINISTERE DES FINANCES

53Muni de la licence en droit et d’un beau paquet d’actions de la Compagnie des Indes héritées de son père, le jeune Antoine NICOLAS de VALDEC entra dans les bureaux de la Compagnie vers 1760. En 1761 il acheta pour 2 400 livres le fief de LESSART, situé dans la paroisse de Notre-Dame-du-Marché-Morel, près de Dammartin-en-Goële, d’où les diverses manières de le désigner : « M. de VALDEC », ou « M. de VALDEC de LESSART », ou encore « M. de LESSART », ce qui finira par donner sous la Révolution « DELESSART ».

54Il fut nommé syndic de la Compagnie des Indes le 15 janvier 1765 et resta en fonction jusqu’en 1770. Il exerça donc ces fonctions dirigeantes dans la Compagnie des Indes dans ces années qui suivirent la Guerre de Sept Ans et où le sort de la Compagnie devint l’enjeu d’une âpre compétition entre la banque THELLUSSONNECKER, qui finançait pour son plus grand profit particulier les opérations déficitaires de la Compagnie privilégiée, et qui préconisait donc son maintien, et le banquier PANCHAUD, qui militait pour la liberté du commerce de l’Océan Indien et qui proposait de transformer la Compagnie des Indes en banque de dépôt, de virement, d’escompte et d’émission. VALDEC de LESSART, né dans le sérail de la Compagnie des Indes, appartenait naturellement au clan NECKER : il devint et resta par la suite le collaborateur fidèle de ce dernier.

55Pourvu d’une charge de conseiller à la Cour des Aides le 16 mars 1768, il troqua celle-ci pour une charge de maître des requêtes le 30 novembre 1768 : bien que l’impétrant n’eût que 27 ans et non 31 accomplis, et bien qu’il n’eût exercé la charge de conseiller à la Cour des Aides que depuis huit mois, le roi lui accorda dispense, ce qui prouve l’influence qu’exerçait le lobby de la Compagnie des Indes dont il était le représentant. À partir de 1770 il figura donc dans l’Almanach royal comme maître des requêtes, exerçant aux Requêtes au quatrième trimestre, et au Conseil au premier trimestre. À la suite de la suspension du privilège de la Compagnie des Indes et de sa mise en liquidation (1769), il fut l’un des administrateurs de cette liquidation de 1771 à 1784. NECKER, nommé directeur général des finances en 1776, plaça VALDEC de LESSART dans le petit groupe de trois maîtres des requêtes chargé d’assurer auprès du directeur général le « Détail de l’administration des Finances » : dans l’Almanach royal de 1780 VALDEC de LESSART apparaît ainsi chargé de « la liquidation de la Compagnie des Indes, des détails relatifs au commerce de l’Inde, des Monnaies, des Fermes générales, des détails relatifs aux demandes des grâces et autres qui doivent être proposées au roi à la fin de l’année ». Sous le successeur de NECKER, JOLY de FLEURY, le nombre des maîtres des requêtes chargés du « Détail de l’administration des Finances » fut porté à six, et le département de VALDEC de LESSART fut réduit à « la liquidation de la Compagnie des Indes, le commerce de l’Inde, les Monnaies » (Almanach Royal de 1782 et de 1783). Peu après sa nomination au Contrôle général des finances, Calonne nomma VALDEC de LESSART « intendant au département des municipalités, revenus et dépenses des villes, bourgs et communautés d’habitants », ce qui l’évinçait du secteur de la Compagnie des Indes, entreprise que Calonne projetait de ressusciter, mais qu’il voulait soustraire à l’influence des anciens réseaux neckériens. À son retour aux Finances en 1788, NECKER réorganisa le Contrôle général, en créant un comité pour les affaires d’administration, présidé par un conseiller d’État (LAMBERT) et composé de cinq maîtres des requêtes (dont quatre intendants des finances, plus VALDEC de LESSART). Ce dernier était donc haussé au niveau des intendants des finances sans en recevoir formellement la commission. En outre fut créée une commission pour l’administration des monnaies, composée de deux conseillers d’État et d’un maître des requêtes, qui fut VALDEC de LESSART. Ainsi, pendant près de vingt ans celui-ci occupa, au plus haut niveau, des fonctions dirigeantes au Contrôle général des finances, et plus spécialement dans le domaine de la liquidation de la Compagnie des Indes, du commerce de l’Inde et des monnaies.

56D’autre part il occupa, de 1777 à 1786, la charge de surintendant des finances de Monsieur, comte de Provence.

57À l’occasion des grands débats financiers qui marquèrent la fin de l’année 1789 et où s’opposèrent NECKER (partisan d’une émission fiduciaire par une banque nationale indépendante) et MIRABEAU (partisan d’une émission fiduciaire par la Nation elle-même, c’est-à-dire en fait par l’Assemblée constituante), VALDEC de LESSART parut sur la scène comme rapporteur de la commission nommée par les actionnaires de la Caisse d’escompte. Il devait donc être aussi actionnaire de cette banque créée en 1776 par PANCHAUD, passée en 1778 sous le contrôle des amis de NECKER, et dont les prêts avaient permis au gouvernement royal de survivre à partir de 1787. Dans le rapport qu’il présenta le 29 décembre 1789 à l’assemblée générale des actionnaires de la Caisse d’escompte, VALDEC de LESSART critiqua la disposition du décret voté par l’Assemblée constituante le 19, qui autorisait la Caisse d’escompte, en contrepartie des services qui lui étaient imposés, à créer 25 000 actions nouvelles à 4 000 livres. Outre que les actionnaires répugnaient à créer 25 000 actions nouvelles, ce qui doublerait leur nombre, ils doutaient du succès de l’opération, à un moment où les actions se négociaient autour de 3 600. C’est pourquoi, sur la proposition de leur commission et de son rapporteur, les actionnaires substituèrent à la création de 25 000 actions nouvelles à 4 000 livres un appel de 1 600 livres par action ancienne, contre remise d’une demi-action. Il est évident qu’au cours de 3 600 l’opération qu’ils proposaient serait avantageuse pour les actionnaires. VALDEC de LESSART déclara dans son rapport que le plan que la commission proposait aux actionnaires avait la préférence du ministre des finances, et il souligna la sollicitude de ce dernier pour la Caisse d’escompte, qu’il avait l’intention de transformer en caissier général de l’État, par l’ouverture d ‘un compte-courant : « Tous les fonds des caisses publiques, divisés maintenant en un grand nombre de parties, se trouvant réunis dans la seule Caisse d’escompte, formeraient bientôt un capital important. » Le 12 janvier 1790 NECKER appuya par une lettre au président de l’Assemblée constituante les dispositions arrêtées par l’assemblée générale des actionnaires, qui avaient été homologuées par un arrêt du conseil du 3 janvier.

AU MINISTERE DES FINANCES

58Au XVIIIe siècle le contrôleur général des finances était à la tête d’un département ministériel qui avait pris une vaste extension : d’une part, il était chargé de préparer tous les dossiers de finances qui étaient soumis au roi et à son conseil (états des recettes et des dépenses, impôts, emprunts, « affaires extraordinaires »). D’autre part il traitait de toutes les affaires qui avaient un rapport avec les finances : monnaies, travaux publics, assistance, agriculture, industrie, commerce. Ce dernier rôle était d’autant plus important que les activités économiques étaient soumises à une proliférante réglementation (police des denrées et spécialement police des grains, péages et octrois, communautés de métiers, manufactures…). Déjà au milieu du XVIIIe siècle le marquis d’ARGENSON soulignait la dualité des fonctions du contrôleur général, « celle de l’intendant du fisc et celle du ministre du dedans du royaume » (Mémoires, IX, 160), le qualifiant même parfois de « ministre des finances et du dedans » (Ibid., II, 170). En 1789 le Contrôle général des finances apparaissait comme « l’hydre du despotisme ministériel », que l’Assemblée constituante s’employa à détruire.

59Dans la crise politique de juillet 1789, NECKER, rappelé par Louis XVI le 16, reçut le 29 le titre de « premier ministre des finances » et fut secondé par le conseiller d’État LAMBERT, rappelé comme « contrôleur général des finances », fonction qu’il avait déjà exercée en 1787-1788. Le tandem NECKER-LAMBERT ne tarda pas à subir les critiques et les attaques orchestrées à l’Assemblée constituante par MIRABEAU, porte-parole de feu PANCHAUD et de CLAVIÈRE, les adversaires de longue date de NECKER. En vain NECKER et LAMBERT s’opposèrent-ils à l’émission de papier-monnaie et dénoncèrent-ils l’incivisme fiscal des contribuables. Devenus impopulaires, tenus en suspicion par la gauche de l’Assemblée et réduits par celle-ci à l’impuissance, ils démissionnèrent, NECKER le 3 septembre 1790 et LAMBERT le 30 novembre.

60Or l’Assemblée constituante venait de décider, le 7 août 1790, d’ériger en « ministère de l’Intérieur » le département du secrétaire d’État de la Maison du roi (le comte de SAINT-PRIEST, qui en butte aux mêmes attaques que NECKER démissionna le 24 décembre 1790). Cependant la répartition des compétences entre le ministère des Finances et le ministère de l’Intérieur ne fut précisée qu’à la faveur du grand débat parlementaire sur l’organisation du ministère, en avril 1791, clos par le vote final du 27 avril.

61À la fin de 1790, lors de la retraite de NECKER et de LAMBERT, MIRABEAU patronnait la candidature de CLAVIÈRE pour les Finances, mais Louis XVI ne se laissa pas imposer cet adversaire notoire de NECKER, et il fit appel à un néckérien fidèle, VALDEC de LESSART, qui reçut le titre de « ministre des Finances » (30 novembre 1790). À quarante-neuf ans il parvenait au ministère, ayant non seulement acquis une longue expérience financière et monétaire au Conseil du roi et au Contrôle général des finances, mais ayant aussi acquis à la Compagnie des Indes et à la Caisse d’escompte une vaste compétence dans les affaires du grand commerce d’Extrême-Orient et de la banque.

62Le ministère de VALDEC de LESSART fut marqué par la mise en place des rouages de la nouvelle administration financière, que l’Assemblée constituante créa avec le souci de démanteler cette forteresse toute-puissante qu’était devenu le Contrôle général des finances. Pour commencer, le nouveau système fiscal, adopté entre décembre 1790 et mars 1791, attribua aux contribuables eux-mêmes ou à leurs représentants localement élus le soin d’établir l’assiette et de procéder à la perception des nouveaux impôts directs, rebaptisés contributions publiques (la contribution foncière, la contribution personnelle et mobilière, la patente). Quant aux anciens impôts indirects, ils furent abolis, à l’exception des droits de douane aux frontières et des droits d’enregistrement, qui formeraient (avec les Domaines, la Régie des poudres et salpêtres, les Postes et Messageries, la Loterie, la fabrication des monnaies et les droits d’affinage, les forêts nationales et les salines) des « revenus publics » complémentaires des « contributions ».

63Après quoi, le nouveau système des finances publiques étant censé être bâti, l’Assemblée créa, par son vote du 27 avril 1791, le nouveau « ministère des Contributions et Revenus publics », qualifié par Michel BRUGUIÈRE d’ » ombre amaigrie de l’ancien Contrôle général ». En effet, strictement cantonné par la loi du 25 mai 1791 (art. 9) dans la maintenance technique d’une machine fiscale dont les rouages étaient mus par des agents élus, le ministre des contributions perdait toute compétence dans le domaine économique intérieur, attribué au nouveau ministère de l’Intérieur [les mines, minières et carrières ; les ponts et chaussées ; la navigation et le flottage sur les rivières et le halage sur leurs bords ; les bâtiments et édifices publics ; les hôpitaux ; les établissements et ateliers de charité ; la répression de la mendicité et du vagabondage ; la surveillance et l’exécution des lois relatives à l’agriculture, au commerce de terre et de mer, aux produits des pêches sur les côtes et des grandes pêches maritimes, à l’industrie, aux arts et inventions, fabriques et manufactures], et dans le domaine commercial extérieur, conservé au ministère des Affaires étrangères [consulats, traités de commerce]. Mieux encore : pour remplacer les anciennes trésoreries royales, l’ancienne chambre des comptes et l’ancienne cour des monnaies, l’Assemblée créa un comité (pour le trésor), une commission (pour les monnaies) et un bureau (pour la comptabilité), dont les membres étaient certes à la nomination du roi, mais dont l’action était indépendante du pouvoir royal et du pouvoir ministériel. Ainsi, l’Assemblée décréta le 10 mars 1791 que l’administration du Trésor public « n’appartenait à aucun département du ministère » et serait confié à un Comité de trésorerie de six membres, nommés par le roi. Il en alla de même pour la Commission des monnaies, décrétée le 3 avril 1791, et pour le Bureau de comptabilité, créé le 29 septembre 1791 Enfin il convient de rappeler que c’est le Comité des finances de l’Assemblée qui s’arrogea la compétence en matière de prévisions budgétaires, et c’est l’Assemblée qui, par le triple moyen de la Caisse de l’Extraordinaire qu’elle avait créée, des assignats dont elle réglait les émissions, et des contributions, dont elle fixait le montant, qui détenait en réalité le pouvoir en matière financière. Après un siècle de prépondérance éminente, de COLBERT à NECKER, le titulaire du département des finances était réduit pour plusieurs années, jusqu’à sa disparition en 1794, à un rôle d’exécutant subalterne.

64Louis XVI et VALDEC de LESSART essayèrent en vain d’empêcher une destruction de cette ampleur. VALDEC de LESSART avait été nommé aux Finances le 30 novembre 1790. Mettant à profit la démission du comte de SAINT-PRIEST le 24 décembre 1790, Louis XVI lui donna pour successeur à l’Intérieur VALDEC de LESSART (25 janvier 1791). Ce cumul des Finances et de l’Intérieur revenait à rétablir en fait l’ancien Contrôle général des finances, mais l’organisation définitive du ministère, imposée par le vote du 27 avril 1791 déjoua la manœuvre et contraignit le ministre cumulard à choisir : il opta pour l’Intérieur, ce qui prouve bien l’amoindrissement du département des Finances, corroboré par le choix de son successeur, nommé le 24 mai 1791.

65Pendant son court passage de six mois aux Finances, VALDEC de LESSART s’attacha principalement à mettre en mouvement le fonctionnement de la nouvelle machine fiscale et financière : d’une part, il essaya de stimuler le zèle des administrations locales électives, auxquelles il adressa une abondante correspondance tout empreinte de cette urbanité acquise au temps de la « douceur de vivre » ; d’autre part il usa du droit de nomination aux emplois, consacré par l’Assemblée constituante au profit du « pouvoir exécutif », le roi conseillé par ses ministres. À ce titre, c’est lui qui fit nommer en décembre 1790 un néckérien notoire, appelé à faire par la suite une longue et brillante carrière dans les finances publiques, Louis-César-Alexandre DUFRESNE SAINT-LÉON (1751-1836), à la tête de la « Direction générale de la liquidation », chargée de rembourser en assignats les anciens créanciers de l’État et des corps et communautés abolis, ainsi que les anciens titulaires d’offices et de maîtrises. Également, il fit nommer par Louis XVI au début de 1791 les six premiers commissaires de la Trésorerie nationale. Cinq d’entre eux étaient de notables figures de l’ancienne Finance : Jean de VAINES (ancien premier commis au Contrôle général, ancien receveur général des finances à Caen), LAVOISIER (ancien fermier général), SAVALETTE de LANGES (ancien garde du Trésor royal), DUTREMBLAY (ancien conseiller maître à la Chambre des comptes), ROUILLÉ de l’ÉTANG (ancien trésorier général au Trésor royal). Le sixième était le banquier franco-anglo-suisse HUBER, parent de NECKER : CLAVIÈRE déchaîna la presse de gauche contre HUBER, à travers lequel il visait NECKER et VALDEC de LESSART, et contre lequel il articulait des reproches « sans intérêt » (H. LÜTHY). HUBER préféra démissionner (5 mai 1791), remplacé par CORNUT de LA FONTAINE (un ancien premier commis des finances au Trésor Royal, technicien sans coloration partisane). Également, à la veille de quitter le ministère des Contributions et Revenus publics, VALDEC de LESSART fit nommer par le roi au début de mai les huit membres de la commission instituée par la loi du 3-10 avril 1791 pour surveiller la fabrication des monnaies : BOUTIN (ancien trésorier général de la Marine), FARGÈS (ancien conseiller d’État), DORIGNY (ancien conseiller à la Cour des Monnaies), SILVESTRE de SACY (ancien conseiller à la Cour des Monnaies), TILLET (ancien inspecteur général des essais et affinages à l’Hôtel des monnaies), MAGIMEL (ancien échevin de Paris), ROCHON (garde du cabinet de physique du roi, académicien) et SOLIGNAC.

66Enfin il est généralement admis que Louis XVI, par l’intermédiaire de personnages en qui il avait confiance, a recouru dès le début de la Révolution à des pratiques de corruption du personnel politique, en particulier en soudoyant d’influents députés de l’opposition. Comme ministre des Finances, puis de l’Intérieur, puis des Affaires étrangères, VALDEC de LESSART, fidèle du roi, fit partie du petit groupe des personnages qui eurent connaissance de l’usage de ces fonds secrets et de l’identité de leurs bénéficiaires. Parmi ces hommes de confiance du roi, figurait également Hercule-Timoléon de COSSÉ, duc de BRISSAC, qui avait été jusqu’à la Révolution capitaine-colonel des Cent-Suisses et gouverneur de Paris, et que Louis XVI avait nommé commandant de sa Garde constitutionnelle en 1791. Ce rôle désigna ces hommes à la vindicte de nombreux députés de l’opposition, qui encaissaient sans vergogne les subsides, tout en continuant d’attaquer le roi et ses ministres. LESSART et BRISSAC en savaient trop : ils devenaient gênants. Ce fut leur perte.

APRES LE MINISTERE DES FINANCES

67Cantonné au ministère de l’Intérieur à partir du 24 mai 1791, VALDEC de LESSART fut confronté à toutes les difficultés créées par la fuite du roi en juin et la grave crise politique qui s’ensuivit pendant l’été 1791. Il fut vivement critiqué par la gauche de l’Assemblée pour avoir voulu faire respecter la liberté religieuse. Après la réunion de l’Assemblée législative (1er octobre 1791), la gauche belliciste s’en prit au ministre des Affaires étrangères, le comte de MONTMORIN, partisan de la paix : il démissionna le 20 novembre. VALDEC de LESSART quitta alors le ministère de l’Intérieur pour passer au ministère des Affaires étrangères. Comme il était déjà passé des Finances à l’Intérieur, et qu’il avait assuré l’intérim de la Marine du 17 septembre au 7 octobre 1791, ses adversaires clabaudèrent qu’il était « bon à tout et propre à rien ». Poursuivant la même politique pacifique que celle de MONTMORIN, il fut en butte aux mêmes attaques. Au nom du Comité diplomatique de l’Assemblée, BRISSOT fit un rapport qui était un virulent réquisitoire contre VALDEC de LESSART, accusé de « trahison ». BRISSOT aurait déclaré en privé que les faits sur lesquels il avait fondé son argumentation lui avaient révélé par DUMOURIEZ, auquel VALDEC de LESSART aurait cru pouvoir faire confiance en lui en donnant connaissance. L’Assemblée vota le 10 mars un décret d’accusation qui renvoyait le ministre sous ce chef d’inculpation devant la Haute Cour constitutionnelle qui siégeait à Orléans. « M. Delessart aurait pu s’échapper s’il l’avait voulu, mais il alla lui-même se constituer prisonnier, déclarant que comme sa conscience ne lui reprochait rien, il voulait être jugé » (Louis-Philippe, Mémoires, tome I). À la suite du licenciement de la garde constitutionnelle par l’Assemblée (29 mai 1792), le duc de BRISSAC connut le même sort. Mais, incarcérés à Orléans, les deux personnages n’étaient toujours pas jugés quand survint le coup de force du 10 août 1792. Les septembriseurs exigèrent le retour de la cinquantaine de prisonniers d’Orléans à Paris afin de les massacrer. Dans sa dernière lettre, écrite à Arpajon le 8 septembre 1792 dans l’après-midi, VALDEC de LESSART mandait à Madame d’HÉROUVILLE que les prisonniers avaient été installés dans les écuries du maréchal de MOUCHY et qu’ils s’y trouvaient bien, ajoutant qu’il venait de faire un bon dîner et qu’il espérait bien dormir. Le lendemain matin 9 septembre FOURNIER dit l’AMÉRICAIN avait posté ses tueurs à Versailles, rue de l’Orangerie, à l’arrivée du convoi par la rue de Satory. VALDEC de LESSART était en tête du convoi, avec le duc de BRISSAC. Ce n’est certainement pas par hasard que les massacreurs réclamèrent nommément ces deux victimes : « Détenteurs de lourds secrets concernant la vénalité des hommes soudoyés par leurs soins au cours des deux premières assemblées, leur assassinat arrangea bien du monde (Olivier BLANC) ». Comme les prisonniers transférés étaient au nombre de 53 et qu’il n’y a eu que 44 corps inhumés, 9 prisonniers auraient donc échappé à la tuerie. VALDEC de LESSART, laissé pour mort par les tueurs, a-t-il été sauvé par un de ses intimes familiers, Jacques-Pierre DELERO, un versaillais habitant le quartier, ancien officier du service de la Bouche, de la Maison du roi ? DELERO l’aurait caché à Versailles, où VALDEC de LESSART serait mort huit mois plus tard. Conjecture invérifiable.

V. LES SOURCES

ÉCRITS

68VALDEC de LESSART n’a rien publié. La « Lettre de M. de LESSART à Madame N[ECKER] », conservée à la Bibliothèque nationale [8° Lb 39/6523], est en réalité une supercherie : c’est un pamphlet antinéckérien anonyme, en réponse à la publication par NECKER de son ouvrage « De l’administration des finances de la France » en 1784. Cette diatribe apocryphe ne présente qu’un seul intérêt : elle confirme, s’il en était besoin, l’intimité des relations de NECKER et de VALDEC de LESSART.

69La Bibliothèque nationale conserve le rapport fait à l’assemblée générale des actionnaires de la Caisse d’escompte le 29 décembre 1789 [Vp 20766] et dix lettres ou circulaires imprimées, envoyées par VALDEC de LESSART entre décembre 1790 et octobre 1791 : huit d’entre elles ont été envoyées par le ministre de l’Intérieur. Des deux autres, la première [4° Lb 31/9583, 4 décembre 1790] a été envoyée aux administrations départementales lors de l’entrée en fonction du ministre des Finances : après les nécessaires circonlocutions patriotiques, elle recommande d’« accélérer le recouvrement des perceptions arriérées ». En effet la plupart des contribuables avaient inféré de la déclaration du 17 juin 1789 que les impôts anciens étaient « illégaux » et ils ne les payaient plus, bien que l’Assemblée constituante eût répété par la suite qu’ils restaient cependant exigibles tant que les nouvelles contributions ne seraient pas levées. La seconde [8° Lb 39/4427], aux mêmes destinataires, recommande de « poursuivre avec ardeur cette opération [la vente des biens nationaux] qui donne une nouvelle vie au corps politique, parce qu’elle multiplie les propriétaires, parce qu’en emportant rapidement les assignats vers leur destination elle assure d’autant plus la juste confiance qui leur est due, parce qu’enfin elle fait rentrer dans la circulation ces capitaux oisifs que l’inquiétude générale avait enlevés à l’agriculture et au commerce. »

70On trouve également à la Bibliothèque nationale trois rapports de novembre 1791, qui sont des pièces imprimées par ordre de l’Assemblée législative, et une réponse aux accusations de FAUCHET, lue à l’Assemblée législative le 22 décembre 1791.Ces pièces concernent soit le ministre de l’Intérieur, soit le ministre des Finances.

BIBLIOGRAPHIE

71MICHAUD, XXIV 300-301

72HOEFER, XXX 962-963

73COUGNY, IV 133-134

______

74ANTOINE (Michel), Le gouvernement et l’administration sous Louis XV, Dictionnaire biographique, 2e éd. 2004.

75ANTONETTI (Guy), Les manœuvres boursières du contrôleur général Le Peletier des Forts et la réglementation du marché des valeurs mobilières (1730), Revue historique de droit français et étranger, vol. 62, 1984, p. 577-597.

76BLANC (Olivier), La corruption sous la Terreur (1792-1794), 1992.

77BOSHER (J.-F.), The Paris Business World and the Seaports Under Louis XV, Speculators in Marine Insurance, Naval Finances and Trade, Histoire sociale –Social History, vol. 12, 1979, N° 24, p. 281-297.

78GAEBELÉ (Yvonne-Robert), Des plages de Coromandel aux salons du Consulat et de l’Empire, Vie de la princesse de TALLEYRAND, 1948.

79HAUDRÈRE (Philippe), L’origine du personnel de direction générale à la Compagnie française des Indes, Revue française d’histoire d’Outremer, 1980, p. 339-371.

80LÜTHY (Herbert), La Banque Protestante en France, de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, t. II, 1961.

81NICOLLE (Jean), Madame de Pompadour et la société de son temps, 1980.

82PASCAL Camille, Le goût du roi, Louis XV et Marie-Louise O’Murphy, 2006

83TUETEY (Alexandre), Répertoire général des sources manuscrites de l’Histoire de Paris pendant la Révolution, tome V.

ARCHIVES

Archives nationales.

84AD IX 496, Rapport à l’assemblée générale des actionnaires de la Compagnie des Indes, 29 décembre 1789

85MM 1124, f° 442 (baccalauréat), f° 445 (licence)

86V 1/440, pièce N° 449, 16 mars 1768, lettres de provision d’office, conseiller à la Cour des Aides

87V 2/41, 3 janvier 1737, lettres de provision d’office, secrétaire notaire du roi

88(Gabriel MORIN)

89V 4/268 v°- 269 r°, 30 novembre 1768, lettres de provision d’office, maître des requêtes

90Y 4622B, 23 avril 1744, tutelle Antoine NICOLAS de VALDEC

91Y 12147, scellés Claude NICOLAS de VALDEC, décédé le 16 avril 1744

Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris.

92XXIII-324 19 avril 1670, contrat de mariage, NICOLAS-BLANCHET

93XCIX-329 11 août 1691, inventaire après décès, Marie BLANCHET, épouse NICOLAS

94CXII-430bis 10 avril 1704, contrat de mariage, MORIN-OURSEL

95XCIX-366 24 juin 1704, société, Jean-Pierre et Antoine NICOLAS

96XCIX-376 16 mai 1707, inventaire après décès, Jean-Pierre NICOLAS

97LXVI-326 4 décembre 1710, transaction, consorts NICOLAS

98XCIX-398 26 septembre 1715, bilan, Antoine NICOLAS

9929 septembre 1715, atermoiement, Antoine NICOLAS

1004 novembre 1715, état des créances et des dettes, Antoine NICOLAS

101XXXI-119 5 décembre 1740, contrat de mariage, NICOLAS-MORIN

102XXXI-124 28 janvier 1743, partage, consorts MORIN

103XXXI-126 31 mars 1744, testament, Claude NICOLAS de VALDEC

10428 avril 1744, inventaire après décès, Claude NICOLAS de VALDEC

105CX-377 9 juillet 1751, inventaire après décès, Antoine NICOLAS

10621 juillet 1751, dépôt de testament, Antoine NICOLAS

10715 décembre 1751, partage, consorts NICOLAS

108CII-411 21 juillet 1761, acquisition du fief de LESSART

109XXXIX-512 24 février 1767, liquidation et partage de succession, Jean-Pierre NICOLAS

110CXII-753bis 25 avril 1772, liquidation et partage de succession, Jean-Gabriel MORIN

111XIII-375 24 février 1773, compte de tutelle, NICOLAS de VALDEC-MORIN

112XIII-467 25 juillet 1791, notoriété, NICOLAS de VALDEC-MORIN

113XIII-474 12 novembre 1792, inventaire après décès, NICOLAS de VALDEC de LESSART

114XIII-477 27 mai 1793, renonciation, veuve NICOLAS de VALDEC 12-30 juin 1793, abandon, veuve NICOLAS de VALDEC, union des créanciers, NICOLAS de VALDEC de LESSART 18 juin 1793, testament, veuve NICOLAS de VALDEC 20 juillet 1793, cahier de délibérations des créanciers de l’union

115XIII-499 7 Ventôse an V, inventaire après décès, veuve NICOLAS de VALDEC

Archives de Paris.

116DC6/260, f° 106 v°, 6 février 1782, testament, président de GASCQ

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par