Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

IV. La bureaucratie au quotidien

Les femmes fonctionnaires

Texte intégral

  • 1 Nous avons fait une esquisse de cette histoire Les femmes dans l’administration depuis 1900, P.U.F. (...)

1Comment développer l’histoire des femmes fonctionnaires ? La question est difficile, on ne sait trop que proposer. Les recherches sur l’histoire des femmes dans l’administration sont malaisées, elles soulèvent des querelles de principe, les obstacles sont nombreux, c’est une histoire mal vue : nous voudrions esquisser ici quelques perspectives de recherche et faire quelques suggestions pour le développement de cette « discipline »1.

2Une question préalable se pose : cette histoire des femmes dans la fonction publique peut-elle se développer de façon autonome ? N’est-ce pas un simple chapitre de l’histoire administrative, ou de l’histoire des femmes au travail ? On voit bien les dangers de telles questions : mais force est de reconnaître que l’histoire administrative – tout comme la sociologie administrative – ignore en général le fait féminin, et que cette histoire des femmes fonctionnaires a des objectifs propres, des sources, des méthodes particulières : il faudra bien faire un jour dans le détail l’histoire de la révolution féminine des bureaux, l’histoire des résistances à la féminisation des services, l’histoire du syndicalisme féminin, l’histoire des rapports des femmes et de la hiérarchie, ou des femmes entre elles, l’histoire du quotidien administratif féminin, avec les gestes, les attitudes, les regards, l’imaginaire... Et pour faire ces différentes histoires il faudra bien trouver des sources, recourir aux enquêtes orales, utiliser des méthodes particulières.

3Apparemment c’est une histoire très neuve qu’il faut entreprendre :

  • c’est une histoire inachevée : les mutations peuvent encore s’observer, la conquête des hauts gradés n’est pas finie ;

    • 2 Nous n’avons que de rares sources littéraires : des souvenirs (par exemple Anna Pasquin, Ces dames (...)

    c’est une histoire qui fait rêver : comment « tout savoir » de la vie administrative et privée d’une femme fonctionnaire des années 1930 ou 1950 ? Comment conciliait-elle sa vie au bureau et sa vie familiale ? Le questionnaire peut être très large, il faut, à l’évidence, recueillir des récits de vie, des confidences, des journaux si possible2 ;

    • 3 Cf. D. Bertinotti, art. cité.
    • 4 Catherine Bertho (ouv. cité, p. 316-322) a utilisé des souvenirs familiaux.
    • 5 Ce problème de la femme seule pour les PTT a été étudié par Pierrette Pézerat et Danielle Poubleau, (...)
    • 6 Quelquefois même cette histoire a été trop engagée, et jugée trop partiale, trop « féministe », ce (...)

    ce n’est pas une histoire statistique, ou institutionnelle qui doit être entreprise, mais une histoire psychologique, une histoire du vécu, qui cherche à saisir les relations à l’intérieur du bureau, les conduites, les habitudes de travail : il ne suffit pas de quantifier des inégalités de salaires3 ou des retards à l’avancement, il faut regarder, si l’on peut, comment le métier est vécu4, comment on réalise, tant bien que mal, l’équilibre avec la vie familiale, comment vivent les isolées5, jeunes filles ou jeunes femmes veuves ou divorcées. L’histoire administrative est dans son principe subversive : mais peut-être encore plus l’histoire des femmes dans l’administration6, car elle doit tenir compte de la vie personnelle, affective (les pages de Colette Yver ou d’Anna Pasquin le montrent bien).

  • 7 Par exemple, en matière d’ambitions professionnelles, sujet compliqué (les charges familiales limit (...)
  • 8 Il y a eu des glissements de générations que l’on saisit assez mal (cf. A. Darbel et D. Schnapper, (...)

4À la vérité, les méthodes de cette histoire ne sont pas encore bien assurées, on peut hésiter beaucoup sur ce que l’on peut en attendre et sur la valeur des sources utilisables7. Mais il est certain que cette histoire devrait transformer quelque peu l’histoire administrative traditionnelle : il s’agit de retracer des évolutions complexes, une jeune Enarque des années 1980 ne raisonne sans doute pas comme une femme administrateur civil des années 1950, elle n’a pas le même système de valeurs, les mêmes ambitions, les mêmes projets de carrière, et peut-être ne raisonne-t-elle pas sur les dossiers de la même façon8.

  • 9 Il n’est pas facile de répondre à ces questions : pourquoi telle fonctionnaire ne s’est pas mariée  (...)

5Ceci a des conséquences : on doit mettre en œuvre une histoire complexe, subtile, pleine de pièges et de chausse-trapes, qui demande beaucoup de prudence dans l’interprétation des documents : on risque toujours de commettre des erreurs de perception et de jugement en parlant des problèmes féminins, et on est tenté d’esquiver les vrais problèmes avec les meilleurs prétextes (« on n’a pas les sources nécessaires »)9 Trois règles doivent être observées :

  • 10 Les résistances continuent, paraît-il, pour la préparation à l’ENA, ce qui expliquerait le petit no (...)
  • 11 Yvonne Kniebiehler l’a bien montré à partir de témoignages (Nous, les assistantes sociales, 1980).

6Première règle : il faut se méfier des anachronismes ; avant 1950-1960, exercer un métier n’était pas chose fréquente dans la bourgeoisie, les licenciées en droit étaient rares, il fallait surmonter les résistances des parents pour continuer des études10, devenir assistante sociale11 ou professeur : or ce qui est considéré aujourd’hui comme des « préjugés » laisse peu de traces dans les archives. On doit recourir à l’enquête orale. Et il faut bien voir que les mots n’ont pas toujours la même valeur en 1910, en 1930, en 1950 et en 1980...

  • 12 Les distances hiérarchiques étaient très considérables dans l’administration d’autrefois, elles ont (...)
  • 13 Le milieu des bureaux reflète tous les problèmes de société : le divorce, les difficultés de la fem (...)

7Deuxième règle : c’est une histoire qu’il faut compliquer, par exemple en posant des questions qui relèvent de la science administrative, sur les rapports hiérarchiques12, les relations patrons-secrétaires, les résistances de la haute administration, les liens entre l’éducation reçue et le métier exercé, l’évolution des mœurs (les « petit ménages », les faux ménages)13.

  • 14 Notamment pour l’environnement quotidien : on a bien oublie la malpropreté des bureaux d’autrefois, (...)

8Troisième règle : c’est une histoire qu’il faut entreprendre d’urgence, car les enquêtes orales font toucher à la condition féminine d’autrefois, où être fonctionnaire était mal vu pour une femme (tu ne te marieras pas : telle était la crainte traditionnelle des parents), où les femmes devaient batailler ferme pour devenir chef de bureau de ministère : les témoignages finissent par être trop rares, on ne comprend plus guère ce qui s’est passé14 .

  • 15 Nous avons laissé de côté les opinions politiques, syndicales et religieuses, lacune importante (il (...)
  • 16 Les recherches universitaires apparaissent limitées en raison de l’absence de sources disponibles ( (...)

9Cette histoire exploratoire15 montre des mutations invisibles de la société, des transformations qui ne laissent pas de traces – mais qui sont capitales. Peut-on développer cette histoire ? par quels moyens ? Il semble qu’il faut être prudent et tenir compte des obstacles16.

10Premier moyen : il faut donner des aides aux historiens, et à cette fin on doit :

    • 17 On trouve des dossiers importants dans des séries provenant de directions du personnel, mais non cl (...)
    • 18 Il serait utile d’avoir un dépouillement des articles sur les problèmes féminins de la Tribune des (...)
    • 19 Par exemple tel article des Semaines sociales de France en 1927 permet de mieux comprendre les réti (...)

    établir un repérage des sources d’archives17 et des sources imprimées et établir des bibliographies de livres et d’articles, faire dépouiller avec soin les bulletins et journaux syndicaux (source trop méprisée)18 , un effort de bibliographie parait un moyen essentiel pour faciliter les travaux futurs, et les rendre plus « fiables »19 ; peut-être faudrait-il établir un petit guide de recherche indiquant les principales sources (manuscrites ou imprimées) disponibles.

    • 20 Sur le modèle du volume Le Conseil d’Etat, 1799-1974, CNRS, 1974.

    établir un recueil d’histoire par les textes de façon à donner un cadre général, et à fournir les textes les plus importants, ou les plus significatifs de cette histoire depuis 190020.

    • 21 Les thèses sur ces sujets mériteraient d’être publiées systématiquement.

    donner les moyens de publier sur tels sujets (la revue Pénélope est disparue) ; il faudrait donner peut-être des aides pour publier des mémoires ou des thèses sur ce sujet21.

    • 22 À notre connaissance, aucun colloque n’a eu lieu jusqu’à présent sur les problèmes des femmes dans (...)

    encourager la recherche, en organisant des séminaires, des colloques qui permettent la confrontation des méthodes, les échanges d’informations et l’intervention des « praticiens » (fonctionnaires de direction du personnel, syndicalistes) et de spécialistes de la science administrative, ou de sociologues de l’administration22. Il faut accepter le pluralisme des méthodes, développer la recherche sur les différentes voies possibles (comment faire l’étude d’un groupe de femmes, d’un métier féminin, par exemple les inspectrices du travail ou les secrétaires de directeur ? comment étudier les « pionnières » ?)

  • 23 Cf. les travaux de D. Schnapper, ouv. cité.
  • 24 Il y a des réticences très nettes dans certains ministères : ainsi aux PTT un service d’études s’es (...)

11Deuxième moyen : il faut établir des liens entre l’histoire administrative et les analyses de science administrative ou de sociologie23 : on devrait développer les études actuelles sur la femme fonctionnaire, la féminisation des services, le rôle des femmes, l’évolution des « métiers », et les historiens pourraient utiliser ces études comme « hypothèses de travail » : à l’évidence l’absence de recherches actuelles freine dangereusement la recherche historique. Or les thèmes de recherche peuvent être multiples (ambition personnelle, concours, formation professionnelle, conciliation des deux métiers, féminisation des corps, notation et avancement), les études pouvant être menées par ministère, par corps, par niveau24. Définir des programmes de recherche actuelle obligerait par contrecoup à étudier le passé proche et moins proche (étudier le rôle des femmes à la Direction générale des Impôts conduirait à une enquête « historique » sur les quarante dernières années).

  • 25 Selon le mot de Valéry.
  • 26 Il est anormal qu’on n’ait pas d’étude sur Mlle Korn, dont Estaunié parle beaucoup dans ses souveni (...)
  • 27 Dans le même sens, Y. Kniebiehler, ouv. cité.

12Troisième moyen : il faut sensibiliser à cette histoire, montrer la nécessité de faire sortir les femmes des « annales de l’anonymat »25 : ainsi devrait-on lancer des études biographiques sur des « pionnières »26, des recherches sur les métiers (la postière, la secrétaire), rappeler le rôle des femmes pendant la guerre (tel colloque récent pour les PTT a montré le rôle discret, mais essentiel des femmes dans la résistance sans qu’elles fussent récompensées)27. On étudie aujourd’hui volontiers la « bourgeoise » : pourquoi ne pas étudier la femme dans les bureaux ?

  • 28 Supra, p. 339.
  • 29 Supra, p. 388.
  • 30 On peut encore recueillir les souvenirs de secrétaires qui ont travaillé dans les ministères à Vich (...)

13Quatrième moyen : il faut développer les enquêtes orales, créer des archives orales28 : c’est là une tâche urgente, car on peut encore enregistrer des souvenirs de femmes rédactrices de ministère avant 1940, de secrétaires âgées, on peut obtenir une image significative de la vie quotidienne des bureaux, des intrigues, des incidents29. Des enquêtes systématiques devraient être menées, à l’initiative des ministères, de façon à suppléer aux lacunes des archives écrites, à constituer les bases futures d’une histoire des femmes dans l’administration30. Certes, les obstacles sont importants, la mémoire poreuse, on ne veut pas toujours tout dire (« ceci n’est pas intéressant »), on se tait sur certains sujets « réservés », mais la collecte peut parfois être très riche.

  • 31 Mariette Sineau avait interviewé d’anciennes élèves de l’ENA (« Les femmes et l’E.N.A. », Annuaire (...)

14On devrait également interviewer des anciens chefs de service du personnel et des « patrons » (comment un patron d’autrefois voyait-il ses secrétaires ?), s’intéresser, autant que possible, à la vie personnelle des enquêtées, provoquer au besoin des récits de vie écrits, des souvenirs, et dans certains cas, recueillir des correspondances, des journaux intimes s’il en subsiste. Il faudrait aussi chercher à préserver les témoignages oraux recueillis autrefois par des chercheurs (par exemple les entretiens effectués par Mariette Sineau)31.

  • 32 Nous avons déjà souligné le fait, « Histoire des femmes fonctionnaires et sauvegarde des sources d’ (...)
  • 33 On ne garde, en principe, que les dossiers des fonctionnaires de catégorie A (administrateurs civil (...)

15Cinquième moyen : il faut tenter de sauvegarder les archives concernant les femmes fonctionnaires. En effet, trop souvent ces documents sont détruits, sous prétexte qu’ils ne présentent pas d’intérêt historique32 : on a trop tendance aujourd’hui encore à éliminer les dossiers de personnel des catégories C et D (et parfois B)33, ce qui empêchera de faire l’histoire des secrétaires-dactylographes et des dames commis ; on tend aussi à négliger (et à mettre au pilon) les documents concernant la vie quotidienne des bureaux (service intérieur, cantines, plannings de vacances, achats de matériel de bureaux, machines comptables, mobilier...), et le « statut familial » des femmes (crèches, allocations-logement, congés de maternité, colonies de vacances, œuvres sociales, secours, aides au logement...). Or ces destructions de documents des années 1960-1990 risquent singulièrement d’empêcher le travail des historiens futurs des années 2030-2080. Il faudrait une réflexion systématique : 1° sur ce qu’il conviendrait de préserver 2° sur ce qui pourrait intéresser l’historien futur (il n’est pas commode de savoir ce qui pourra l’intéresser dans notre présent, mais il faut faire un effort d’imagination).

  • 34 C’est ce qui s’est passé, assure-t-on, à la Préfecture de la Seine.

16Une prise de conscience de ces problèmes d’archives est nécessaire : il faut élaborer des plans de sauvegarde et de collecte, afin d’obtenir des versements réguliers des archives importantes des directions du personnel : dossiers de principes (et discussions avec les syndicats) sur les problèmes féminins, notamment pour l’avancement à certains grades, le temps partiel, les absences du mercredi, les crèches, les congés de maternité, également les dossiers personnels, qui devraient être conservés systématiquement, y compris les dossiers des contractuels, d’agents temporaires et vacataires qui sont majoritairement des femmes : l’histoire des femmes dans la fonction publique passe par la conservation de ces dossiers, alors que dans tel ou tel ministère, on a détruit, on ne sait trop pourquoi, les dossiers des fonctionnaires au-dessous du grade d’administrateur civil, ce qui éliminait automatiquement la majeure partie des femmes34.

  • 35 L’ENA a conserve – chose heureuse – tous les dossiers des candidats refusés au concours d’entrée (a (...)

17Il faudrait également préserver les archives des services médico-sociaux, les archives des bureaux des concours administratifs (les copies des hommes et des femmes sont-elles identiques ?), des écoles administratives35 et des centres de formation professionnelle (autrefois les femmes étaient réticentes pour suivre les cours de formation, ce n’est plus le cas), les archives des syndicats et des associations...

  • 36 Il est évident que ces problèmes se posent aussi au niveau des archives départementales : un jour o (...)
  • 37 Il faudrait s’intéresser aux archives photographiques (si on peut en retrouver), aux archives d’éco (...)

18On voit l’importance de ce qu’il faudrait conserver (au moins par échantillonnage) ; on doit particulièrement s’intéresser à tout ce qui touche aux nouvelles techniques (informatique, traitement de textes), aux modes d’usage du temps (absentéisme, temps partiel, congés-éducation, etc.), à la vie quotidienne des bureaux (par exemple le port de la blouse en permanence, les cantines). Quand on établit un plan de collecte d’archives, pour un ministère, pour des services extérieurs, pour des services départementaux ou communaux36, il faut avoir le souci de protéger en ce domaine ce qui sera le matériel de l’historien de demain, de collecter les traces de ces mutations silencieuses. Ce n’est pas une tâche simple, car ces archives sont parfois difficiles à appréhender (on jette au bout de deux ans les plannings de vacances)37.

  • 38 Actuellement la science administrative, on ne sait pourquoi, s’intéresse fort peu en France aux fem (...)
  • 39 Une réflexion prospective sur ce que devrait être l’histoire des femmes fonctionnaires en 2000-2010 (...)

19Encourager la recherche, établir des liens avec la sociologie administrative, chercher à sensibiliser à cette histoire, créer des archives orales, élaborer une politique de sauvegarde des archives : on voit que la tâche est considérable, mais il faut bien saisir les obstacles techniques ; ce n’est pas une histoire bien reconnue, elle paraît quelque peu subversive (pourquoi s’intéresser aux femmes ? ne sont-elles pas des fonctionnaires « comme les autres » ?)38, incertaine de ses méthodes (comment décrire correctement les difficultés des femmes fonctionnaires ?)39. Mais la révolution féminine des bureaux est une mutation capitale du dernier siècle, et il faut se donner les moyens de l’étudier sérieusement.

Notes

1 Nous avons fait une esquisse de cette histoire Les femmes dans l’administration depuis 1900, P.U.F., 1988 (avec bibliographie), mais limitée pratiquement aux administrations centrales. Les recherches sont peu nombreuses et concentrées principalement sur les P.T.T. : on se reportera notamment à Catherine Bertho, Télégraphes et téléphones, de Valmy au microprocesseur, 1981, à Dominique Bertinotti, « Carrières féminines et carrières masculines dans l’administration des postes et télégraphes à la fin du xixe s. », Annale ESC, mai 1985,-p. 625-640, à Suzanne Bartrach, « La féminisation des P.T.T. en France au tournant du siècle », Mouvement social, juillet 1987, p. 69-87. Un numéro de Pénélope consacré aux Femmes au bureau (n° 10, 1984) avait bien souligné les difficultés de ces recherches.

2 Nous n’avons que de rares sources littéraires : des souvenirs (par exemple Anna Pasquin, Ces dames les ronds-de-cuir, 1958), des romans (Colette Yver, Madame sous-chef, 1943, Nicole Bressy, L’orange du pommier, 1972) ; c’est un domaine qui visiblement n’a inspiré personne. Et certains écrits d’autrefois (comme Emilia Orsini, Quinze ans au ministère de la guerre, Paris, imprimerie Alacatin, 1931,139 pages) sont d’une pauvreté significative. Les seuls souvenirs intéressants que nous ayons retrouvés sont ceux de Mme Georges idault (Suzy Borel), Par une porte entrebâillée ou comment les Françaises entrèrent dans la carrière, 1972.

3 Cf. D. Bertinotti, art. cité.

4 Catherine Bertho (ouv. cité, p. 316-322) a utilisé des souvenirs familiaux.

5 Ce problème de la femme seule pour les PTT a été étudié par Pierrette Pézerat et Danielle Poubleau, « Femmes sans maris, les employées des postes », dans Madame ou Mademoiselle, itinéraires de la solitude féminine, par A. Farge, L. Klapish-Zuber, 1984, p. 117-161.

6 Quelquefois même cette histoire a été trop engagée, et jugée trop partiale, trop « féministe », ce qui a posé quelques problèmes.

7 Par exemple, en matière d’ambitions professionnelles, sujet compliqué (les charges familiales limitent-elles les ambitions professionnelles, et dans quelle mesure ? Quelles étaient les ambitions réelles – et les capacités – des « isolées » ?).

8 Il y a eu des glissements de générations que l’on saisit assez mal (cf. A. Darbel et D. Schnapper, Morphologie de la haute administration française, t. I, Les agents du système administratif 1969). L’Enarque n’a pas encore fait l’objet d’études, on ne sait trop pourquoi.

9 Il n’est pas facile de répondre à ces questions : pourquoi telle fonctionnaire ne s’est pas mariée ? Que représente le métier pour une femme mariée ? Pour une femme seule ? Qu’est-ce qu’une femme chef de bureau de ministère en 1940 ? en 1960 ? Comment une femme voit-elle son « patron » ?

10 Les résistances continuent, paraît-il, pour la préparation à l’ENA, ce qui expliquerait le petit nombre de filles reçues. Rappelons le propos de Giscard d’Estaing en 1974 à Françoise Giroud : « Vous croyez que les femmes vont vouloir vivre comme des hommes ? » (F. Giroud, La comédie du pouvoir, 1977, p. 147).

11 Yvonne Kniebiehler l’a bien montré à partir de témoignages (Nous, les assistantes sociales, 1980).

12 Les distances hiérarchiques étaient très considérables dans l’administration d’autrefois, elles ont bien diminué depuis 1970.

13 Le milieu des bureaux reflète tous les problèmes de société : le divorce, les difficultés de la femme veuve, ou de la femme célibataire, les problèmes médico-psychologiques (la tuberculose, la dépression).

14 Notamment pour l’environnement quotidien : on a bien oublie la malpropreté des bureaux d’autrefois, en vingt ans les transformations ont été considérables.

15 Nous avons laissé de côté les opinions politiques, syndicales et religieuses, lacune importante (il existait des associations catholiques de femmes fonctionnaires avant 1940 et après 1940...) ; la militante est une figure des administrations centrales.

16 Les recherches universitaires apparaissent limitées en raison de l’absence de sources disponibles (on n’a pas le droit de consulter les dossiers des pionnières parties à la retraite vers 1950-1960 – quand les dossiers sont gardés).

17 On trouve des dossiers importants dans des séries provenant de directions du personnel, mais non classées (ainsi au ministère de la Guerre, les archives possèdent le dossier intéressant de l’affaire Delle Bobard, 1934-1936). Un bref inventaire des dossiers conserves serait nécessaire.

18 Il serait utile d’avoir un dépouillement des articles sur les problèmes féminins de la Tribune des fonctionnaires, également de bulletins syndicaux comme La voix des ministères.

19 Par exemple tel article des Semaines sociales de France en 1927 permet de mieux comprendre les réticences de l’Eglise (Semaines sociales, xixe session. Nancy 1927, 1928, p. 347 et suiv.).

20 Sur le modèle du volume Le Conseil d’Etat, 1799-1974, CNRS, 1974.

21 Les thèses sur ces sujets mériteraient d’être publiées systématiquement.

22 À notre connaissance, aucun colloque n’a eu lieu jusqu’à présent sur les problèmes des femmes dans la fonction publique.

23 Cf. les travaux de D. Schnapper, ouv. cité.

24 Il y a des réticences très nettes dans certains ministères : ainsi aux PTT un service d’études s’est vu refuser l’autorisation de travailler sur les problèmes du travail féminin dans les postes, les syndicats y étaient hostiles, paraît-il.

25 Selon le mot de Valéry.

26 Il est anormal qu’on n’ait pas d’étude sur Mlle Korn, dont Estaunié parle beaucoup dans ses souvenirs et qui fut quinze ans une collaboratrice active de Millerand ; elle fut liée d’amitié avec Mme Jules Siegfried (on doit retrouver sa trace dans les papiers Millerand et Siegfried)...

27 Dans le même sens, Y. Kniebiehler, ouv. cité.

28 Supra, p. 339.

29 Supra, p. 388.

30 On peut encore recueillir les souvenirs de secrétaires qui ont travaillé dans les ministères à Vichy...

31 Mariette Sineau avait interviewé d’anciennes élèves de l’ENA (« Les femmes et l’E.N.A. », Annuaire international de la fonction publique, 1974-1975, p. 61-110) ; de façon générale, il serait important de « protéger » les archives des chercheurs, des sociologues qui ont travaillé dans ce domaine (par exemple, où sont passées les archives de l’enquête de Vimont et Gauthier sur les femmes fonctionnaires, réalisée en 1964, publiée dans Population, janvier 1965 ?).

32 Nous avons déjà souligné le fait, « Histoire des femmes fonctionnaires et sauvegarde des sources d’archives », Gazette des archives, 1984, n° 127, p. 344-346.

33 On ne garde, en principe, que les dossiers des fonctionnaires de catégorie A (administrateurs civils), ce qui élimine pratiquement tout le matériel d’une histoire des femmes.

34 C’est ce qui s’est passé, assure-t-on, à la Préfecture de la Seine.

35 L’ENA a conserve – chose heureuse – tous les dossiers des candidats refusés au concours d’entrée (actuellement à la Cité interministérielle de Fontainebleau), mais il est question de les détruire au bout de cinquante ans, ce qui est fort dommageable et pour l’histoire des mentalités (les premiers jours sont parfois chose sérieuse) et pour l’histoire des femmes à l’ENA (quelle était la valeur des copies des candidates ?).

36 Il est évident que ces problèmes se posent aussi au niveau des archives départementales : un jour on étudiera l’histoire des femmes fonctionnaires dans telle préfecture depuis 1914. Et dans les archives communales on conserve aussi des dossiers intéressants : ainsi a Nancy, la mairie décida en décembre 1925 de fixer un maximum de 20 % pour les femmes (en dehors du service de téléphonie et des dactylographes) pour empêcher les femmes d’accéder aux emplois supérieurs.

37 Il faudrait s’intéresser aux archives photographiques (si on peut en retrouver), aux archives d’écoles (par exemple l’Ecole de Haut Enseignement commercial pour les jeunes filles (H.E.C.J.F.) a formé beaucoup de fonctionnaires), aux archives privées (par exemple de femmes ayant joué un rôle dans le syndicalisme ou dans l’action sociale : où sont passés les papiers de Mlle Korn, de Mlle Duban ?)

38 Actuellement la science administrative, on ne sait pourquoi, s’intéresse fort peu en France aux femmes.

39 Une réflexion prospective sur ce que devrait être l’histoire des femmes fonctionnaires en 2000-2010 pourrait sans doute être très utile pour montrer les lacunes du « système » actuel.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search