Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

IV. La bureaucratie au quotidien

Introduction

Texte intégral

  • 1 Nous avons attiré jadis l’attention sur l’importance de ces destructions d’archives concer (...)
  • 2 Cf. « Pour une histoire des gestes des fonctionnaires au xixe siècle », Revue administrati (...)
  • 3 Cf. « Les larmes dans l’administration », Pénélope, n° 10, 1984, p. 132-135.
  • 4 Cf. « Le regard administratif », Revue administrative, 1979, p. 136-140.
  • 5 Le livre du professeur Jean-Charles Soumia, Du corps humain (1997) donne quelques hypothès (...)
  • 6 Nous avons donné (avec Robert Catherine) quelques grandes orientations dans L’être adminis (...)
  • 7 Blanche, Mémoires d’une employée du trésor public (1995).
  • 8 La longue marche d’une auxiliaire des impôts (1998).
  • 9 Mais, il manque un effort doctrinal en ce domaine : un colloque de méthode serait bien néc (...)

1« On ne peut faire d’histoire, sinon par le dedans », disait Bergson : comment atteindre de l’intérieur la réalité bureaucratique ? Comment percevoir cet invisible quotidien qui échappe au regard ? L’historien n’a pas de méthodes assurées en ce domaine, il doit inventer ses objectifs, ses approches : peut-on parler d’anthropologie administrative ? Comment évoquer le clandestin, les zones d’ombre, l’imaginaire bureaucratique ? Comment faire l’archéologie du quotidien ? Souvent les matériaux manquent pour faire cette histoire du quotidien (certaines archives sécrétées par l’administration sont détruites parce qu’elles sont jugées « sans intérêt historique », on a trop tendance à détruire les dossiers du petit personnel, les archives du service intérieur ou des services médico-sociaux)1 . Nous croyons que les pages suivantes peuvent inciter l’historien à élargir son questionnaire, à repousser les limites habituelles de l’enquête, à mettre en œuvre des histoires neuves auxquelles on ne songe guère (ainsi l’histoire des gestes2, l’histoire des codes sociaux, l’histoire des larmes3, l’histoire du regard4, l’histoire du corps5, l’histoire de l’imaginaire6...) et pour le passé proche les archives orales, les récits autobiographiques permettent de nourrir ces histoires (les récits de Blanche Py7 et d’Yvonne Mathé8 le montrent bien) : c’est une nouvelle manière de voir, de connaître « de l’intérieur » les bureaux, que ces archives créées laissent espérer, et on peut penser que d’ici vingt ans cette histoire de la bureaucratie au quotidien se sera notablement développée9.

Notes

1 Nous avons attiré jadis l’attention sur l’importance de ces destructions d’archives concernant les femmes fonctionnaires (« Histoire des femmes fonctionnaires et sauvegarde des sources d’archives », Gazette des archives, 1984, p. 344-346).

2 Cf. « Pour une histoire des gestes des fonctionnaires au xixe siècle », Revue administrative, 1978, p. 18-30.

3 Cf. « Les larmes dans l’administration », Pénélope, n° 10, 1984, p. 132-135.

4 Cf. « Le regard administratif », Revue administrative, 1979, p. 136-140.

5 Le livre du professeur Jean-Charles Soumia, Du corps humain (1997) donne quelques hypothèses de travail.

6 Nous avons donné (avec Robert Catherine) quelques grandes orientations dans L’être administratif et l’imaginaire (1982).

7 Blanche, Mémoires d’une employée du trésor public (1995).

8 La longue marche d’une auxiliaire des impôts (1998).

9 Mais, il manque un effort doctrinal en ce domaine : un colloque de méthode serait bien nécessaire sur le quotidien des bureaux, ces nouvelles manière de voir et les conséquences qu’il faudrait en tirer pour la collecte des archives.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search