Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

III. Les méthodes

Réflexion sur la gestion d’un système de recherche

Texte intégral

  • 1 Comité pour l’histoire économique et financière du ministère de l’Économie et des Finances (...)

1Comment aider au développement de la recherche historique dans un secteur ? Les réflexions menées au sein de divers Comités d’histoire1 récemment créés auprès de ministères ou d’institutions obligent à poser quelques questions délicates : de nouvelles méthodes de raisonnement sont peut-être en train de s’esquisser, on cherche à programmer des travaux, à réfléchir à ce que l’on veut faire... Or c’est là chose pénible : les objectifs ne sont pas toujours évidents, ils sont souvent flous, mal chiffrés, personne n’ose trop dire ce qu’il serait raisonnable de faire et fixer les urgences, et réfléchir en commun est parfois gênant ; les historiens ne sont pas toujours habitués à des réflexions à moyen terme sur les méthodes de « production » de l’histoire, à l’utilisation de techniques de développement proches de l’« ingénierie ». Aussi nous paraît-il nécessaire de souligner les liens qui unissent les différents efforts en ce domaine, et de marquer les principes communs qui inspirent de telles politiques (chaque comité, à la vérité, rencontrant les mêmes difficultés) : il est temps non de dresser un bilan (ce serait prématuré), mais de faire prendre conscience de la nécessité de telles politiques « programmées ».

2I. Les objectifs poursuivis sont évidents : quand on cherche à concevoir ce changement de méthodes de raisonnement, on est conduit à faire quelques « propositions » qui parfois désorientent l’historien (ou le responsable d’institution). Il faut :

  • prévoir des mécanismes de recherche innovateurs qui aident au développement de la recherche (banques de données rétrospectives2, guides du chercheur et notes de méthode, colloques méthodologiques, techniques de collecte d’archives, recueils de textes, etc.),
  • évaluer les besoins des chercheurs, besoins qui ne sont guère formulés, dont les chercheurs même ne sont pas toujours conscients ; la notion de besoins n’est ni claire ni distincte, et la typologie n’en a guère été faite (on sait « traditionnellement » à quels besoins correspond un inventaire d’archives, la chose est beaucoup plus complexe pour une banque de données lourde3),
  • exprimer des besoins financiers – moyens en personnel, en fonctionnement – qui correspondent à la réalisation d’objectifs précis, et les justifier intelligemment auprès de décideurs (qui ne sont pas toujours convaincus de l’importance des recherches historiques4) : or faire des études de faisabilité d’une banque, chiffrer le coût d’une opération d’archives orales posent quelques problèmes délicats (c’est un langage auquel n’est guère habitué l’historien, qui n’a pas – habituellement – à « justifier » le bien-fondé de sa recherche et à fixer des objectifs « prioritaires » : le mode de raisonnement est totalement différent),
  • procéder à des analyses fines du champ documentaire, chercher à l’étendre (par exemple, en créant des archives orales ou audiovisuelles, en sauvegardant les archives de systèmes informatiques « actuels » tournés vers l’action), étudier les conventions qui président à la collecte ou tri, et à l’inventaire des « réseaux documentaires » (qu’est-ce qui est conservé ? et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Conserve-t-on véritablement toutes les publications périodiques en France ?5 Quelle partie des archives des organismes publics, ou vivant de fonds publics, échappe à la collecte ?6 Qu’est-ce qui est détruit, et pourquoi ?).

3Or il s’agit là de questions de fond, on cherche à faire bouger un système, et ce, en dehors de toute querelle idéologique : il s’agit de façonner l’innovation en histoire, ce qui conduit à utiliser des techniques habituelles dans les entreprises :

  • multiplier les aides à la recherche, les instruments de travail, faciliter l’accès aux documents,
  • inciter à la réflexion méthodologique, mettre en place une politique de communication, d’échanges d’informations et de réflexions pour lutter contre le cloisonnement entre disciplines, désenclaver les chercheurs, susciter des « transferts » de méthode d’un secteur à l’autre,
  • mettre en œuvre des moyens informatiques lourds (banques de données rétrospectives), à durée longue, qui permettent d’accumuler les matériaux : il s’agit là d’investissements à fort long terme.

4Mais ces techniques conduisent à changer certaines méthodes de raisonnement : on doit mieux gérer le temps de la recherche, faire des prévisions à moyen terme, évaluer les secteurs à développer en priorité, calculer des échéanciers (dans x années nous n’aurons plus personne dans tel secteur...) : or ce sont des méthodes que l’on applique souvent dans les sciences exactes, parce qu’elles ont besoin d’équipements lourds et d’équipes nombreuses. Mais pour l’histoire moderne et contemporaine on hésite beaucoup à adopter de telles façons de raisonner, on a peur de sortir du quotidien, de l’artisanat, on se plaint rituellement de « l’insuffisance des moyens de travail », mais on ne fait guère d’efforts pour définir – si l’on peut hasarder le mot – une « stratégie de développement »...

5II. Quelle est l’utilité de ces nouvelles méthodes de raisonnement ? On ne la découvre qu’à l’expérience, mais on saisit immédiatement qu’on est obligé de raisonner autrement, ou plus exactement, avec d’autres « références ».

  • 7 C’est ainsi que raisonnait le doyen Renouvin qui évoquait souvent les besoins de l’histori (...)

6Première utilité : on est contraint à raisonner à cinquante ans de distance, à l’horizon 2040-2070, c’est-à-dire qu’on est obligé de se préoccuper de ce qui se passera dans x années, de ce que pensera l’historien de 2050, des « besoins » qu’il exprimera (qui par définition seront différents des nôtres7).

  • 8 Les remarquables catalogues méthodiques imprimés de la Bibliothèque nationale, réalisés so (...)
  • 9 Ainsi les destructions éventuelles de périodiques à la Bibliothèque nationale (évoquées da (...)

7Deuxième utilité : on est amené à raisonner en fonction des besoins des chercheurs (comme le font généralement depuis un siècle les institutions de conservation : archives, musées, bibliothèques8) ; qu’il s’agisse d’informatique, de règles de collecte documentaire ou d’instruments d’aides à la recherche, il est nécessaire d’analyser en détail les besoins de ces « populations » qui – en réalité – commandent en amont la recherche9.

8Troisième utilité : on est conduit à raisonner en fonction de l’expansion de la demande, c’est-à-dire à anticiper son développement : il faut évaluer le potentiel futur de la demande et procéder à des analyses – complexes dans leur principe – de la demande encore informulée, de celle des historiens de 2050, imprévisible par nature, de la demande vivante « actuelle » et de la demande induite créée par l’existence d’aides à la recherche (on ne peut raisonner à demande constante, cela conduit aux pires erreurs, et suscite le malthusianisme, la stagnation, il faut avoir des perspectives glissantes) : la recherche, à un certain stade, crée la demande.

  • 10 Les systèmes d’information du chercheur sont encore très artisanaux (il ne connaît que trè (...)

9III. On voit que les principes au départ sont simples, mais les applications sont d’une mise en œuvre moins assurée, tant les résistances « institutionnelles » sont vives, tant l’on vit sur des réflexes passéistes (une bonne partie de l’histoire aujourd’hui vit sur des « concepts » 1900-1910 : l’historien n’a pas modernisé son « outillage » intellectuel, malgré les apparences10). Examinons quelles sont les hypothèses de base dans ce nouveau secteur :

  • 11 Les liens entre la collecte de l’imprimé et celle des archives semblent actuellement très (...)

10Première hypothèse : on ne doit pas séparer sources imprimées et sources d’archives, c’est là un problème essentiel11, souvent mal évalué (une banque de données peut-elle être « mixte » ?), et la difficulté se complique avec les sources audiovisuelles (comment les indexer ? Comment les exploiter sérieusement ?), et les « archives orales » (comment les créer ? les indexer ? les critiquer ?). Qu’il s’agisse de collecte de documents, ou d’exploitation des informations, il est impossible (même si c’est une « pratique » quotidienne) de séparer à ce niveau archives et bibliothèques.

11Deuxième hypothèse : collecte et exploitation des « données » doivent tenir compte des besoins des chercheurs, et de leur évolution : il est impossible par exemple de régler les problèmes du dépôt légal sans tenir compte des besoins des historiens (si on élimine des documents imprimés, brochures ou périodiques, il faut être conscient qu’ils risquent de manquer un jour au chercheur de l’an 2050, dont les curiosités ne sont pas les nôtres – et si l’on « trie » les archives du CEA ou de la SNCF, le plan de triage ne peut être fait qu’en tenant le plus grand compte des besoins et des historiens futurs et des histoires « futures » qui sont encore à naître) : rien n’est certain, lisse, tout doit être mis en cause en fonction, précisément, de ces besoins « imprévisibles », qui obligent les décideurs à une certaine prudence.

12Troisième hypothèse : ces collectes et exploitations n’ont de valeur que si elles se fondent sur un modèle documentaire sérieusement élaboré (et avec des clauses de révision tous les deux ou quatre ans) : il faut pratiquer des analyses fines des réseaux documentaires pour concevoir une politique correcte de collecte et de sauvegarde des archives, ou pour établir les bases d’une banque de données rétrospectives ; il faut analyser ce qui est sécrété par les institutions, évaluer les bons documents, les bonnes références, distinguer, dans les deux cas, l’essentiel et l’accessoire (il faut résister à la tentation – fréquente en informatique comme en archivistique – de tout mettre sur le même plan...).

13IV. En fait, à ce niveau global, on est amené à traiter de l’architecture de la recherche, à dégager les principes qui doivent inspirer des schémas ou plans directeurs de la recherche.

14Premier principe : on ne peut bâtir un système informatique, une collection de guides du chercheur ou régler les principes de la collecte de documents sans tenir compte des trois hypothèses que nous avons formulées ci-dessus : oublier les besoins des chercheurs, raisonner à demande constante, ignorer ce qu’est un réseau documentaire, condamnent à des actions partielles, parcellaires, vouées le plus souvent à l’obsolescence.

15Deuxième principe : on ne peut pas faire l’histoire d’un secteur – l’énergie atomique, la comptabilité, les grandes entreprises ou la dépense publique – sans procéder (implicitement ou non) à des analyses de système qui doivent être menées avec certaine prudence, certaine ténacité, et une bonne dose d’imagination : un historien – à ce stade – doit se transformer en analyste capable de repérer les acteurs – patents ou non – du système, de distinguer les noyaux durs et les actions périphériques, d’analyser les sous-systèmes et leurs prolongements, repérer les regards extérieurs ou latéraux (l’ambassadeur ou le journaliste étranger, le juriste, le « budgétaire »), qui permettent de « relativiser » le système ou sous-système.

16Troisième principe : il est impossible de ne pas procéder à une prospective : 1° de la demande (en amont) ; 2° de la discipline examinée ; 3° des variations du réseau documentaire (pour des raisons technologiques, ou sociologiques) ; à ce niveau, croire que rien ne bouge est chose absurde (un « cadre de classement » des archives comme on le pratique dans certains Départements qui ont des « bureaux d’ordre », n’a nécessairement qu’une durée de vie brève, au bout de cinq ans, il a toutes chances d’être dépassé) ; il faut prévoir, à tous les niveaux, des mécanismes de révision, d’adaptation, et surtout des systèmes d’évaluation périodique par des experts « indépendants ». Or trop souvent, dans certaines institutions, on vit sur des « cadres » ou des concepts remontant à 1860 ou 1930...

17À l’évidence, l’effort entrepris n’est pas simple : on doit relier divers éléments en un système de gestion de recherches, on doit s’efforcer d’avoir des vues prospectives et ne pas se contenter de se fier « aux précédents » (ce qui se passe souvent dans les institutions vieillissantes), on doit voir « ce qui pourrait se passer à 20 ou 25 ans si... » (ce sont des échéances qui – pour un jeune chercheur ou un jeune administrateur – sont très proches), obtenir, autour de certains principes communs, une coopération (ou une concertation) entre les institutions, les historiens, les informaticiens, les gestionnaires de la recherche, ce qui n’est pas facile, car les « administrateurs » de la recherche se méfient beaucoup de la recherche en histoire et par système sous-estiment ses besoins. Or dans ce domaine de la recherche « à développer », rien n’est assuré : construire une banque de données rétrospectives paraît une chimère, c’est une opération lourde à échéances lointaines et qui suppose au préalable des investissements intellectuels importants, et tient à une coopération informaticiens – historiens – conservateurs qui n’est pas évidente, chacun voyant midi à sa porte. Une politique de guides des chercheurs (ou de guides des sources) peut provoquer des résistances analogues : historiens, usagers, conservateurs, gestionnaires n’ont pas le même regard, le même souci. Et quand on aborde des entreprises à taux d’innovation élevé – par exemple, des enquêtes sur les archives à l’étranger concernant l’histoire de France dans tel secteur, des analyses fines des sources statistiques ou des inventaires précis des écrits d’économie politique au xixe siècle – on est traité nécessairement de rêveur (il y a prétendument bien d’autres priorités...).

  • 12 Il n’est pas raisonnable que nous ne possédions pas une bonne histoire de la comptabilité, (...)

18V. Mais ce n’est pas une raison pour se résigner à l’état – médiocre actuellement – de certains secteurs de l’histoire moderne ou contemporaine en France12. Il faut – tout comme le font les grandes entreprises chimiques ou pharmaceutiques – entreprendre une évaluation du développement, prévoir des schémas directeurs révisables, calculer des « coûts de développement ». Si l’on veut « faire quelque chose », il est nécessaire de :

  1. former des experts capables de raisonner de façon globale, de faire des calculs d’opportunité et de faisabilité, de bâtir des schémas et de prévoir les financements nécessaires ;
  2. évaluer les expériences entreprises, en tirer des conclusions (ici on a commis une erreur, là on a fait une chose inédite, par exemple former des retraités au métier historique) ;
  3. établir des règles provisoires de gestion de ces systèmes de recherche, élaborer des « protocoles de recherche », donner des « consignes » aux analystes ou aux spécialistes d’archives orales, établir des « cahiers de charges » pour informaticiens, procéder à leur révision périodique : c’est là un véritable métier ;
  4. calculer les principes d’obsolescence du système d’histoire à développer, évaluer la durée de vie des travaux entrepris, prévoir les dates de défaillance ou d’usure de ce système, établir les règles de révision, les « mises à jour », les suppléments, les mécanismes d’alerte (un jour il y a nécessairement des unités de recherche qui ne « produisent » plus et qu’il faut supprimer bon gré mal gré).

19Les méthodes de gestion de tels systèmes obligent sans cesse à innover, à sortir des sentiers battus. Les conséquences de telles méthodes sont nettes :

20Première conséquence : on entreprend nécessairement des histoires sectorielles, autonomes, à dimensions variables, le plus souvent « hors université » (la couverture universitaire est parfois défaillante, surtout quand le secteur est trop technique).

  • 13 Dans le domaine des archives orales on a vu les heureux effets d’une bonne politique de co (...)

21Deuxième conséquence : les problèmes de gestion, de communication, d’évaluation sont quasi identiques d’un « système » à l’autre, et il faudrait prévoir des moyens de communication ou de coopération entre ces différentes « histoires sectorielles »13.

22Troisième conséquence : les aides à la recherche passent nécessairement tôt ou tard par une informatisation massive, et des plans d’informatisation (banques de données, utilisation du disque optique numérique, sélection et collecte des « archives informatiques ») : mais il faut devancer le moment où cette nécessité apparaîtra, faire les investissements préalables à la mise en œuvre, calculer les résistances, former des experts et élaborer un savoir-faire qui permette aux historiens de coopérer avec les informaticiens sans subir leur « domination », c’est-à-dire habituer les historiens à raisonner en termes informatiques, les mettre à même de déjouer les pièges, d’évaluer intelligemment les risques (rappelons qu’il ne s’agit ici que de techniques auxiliaires de l’histoire).

23Mais quand on s’aventure sur ce terrain, il faut bien voir qu’on est amené à engager des crédits importants, qu’il faut justifier ces demandes, être capable de raisonner à 10-15 ans sur de tels investissements et d’en démontrer l’efficacité : or ces méthodes de raisonnement doivent forcer l’historien à sortir de ses préoccupations immédiates, à travailler pour ses successeurs, à distinguer ce qui est possible et ce qui est souhaitable, à fixer des priorités de recherche, ce qui n’est pas toujours aisé (les priorités varient avec les temps). Les récents changements de la technologie informatique (puissance des ordinateurs, capacité accrue des mémoires) doivent inciter l’historien à sortir de ses routines habituelles, à réfléchir sur l’avenir de l’histoire et de son matériau, sur l’évolution des méthodes d’exploitation (comment exploiter des archives audiovisuelles ? et des archives informatiques ?), peut-être même à « aménager » les structures de « production » de l’histoire, à réfléchir sur les mécanismes d’adaptation du « système historique »... Mais ce ne sont là que des conjectures : on ne sait trop où l’on va en ce domaine, on a quelque peine – compte tenu des résistances institutionnelles, et du poids de certaines conceptions « artisanales » – à saisir les évolutions possibles : pour esquisser de telles prospectives il faut à l’évidence demeurer prudent.

Notes

1 Comité pour l’histoire économique et financière du ministère de l’Économie et des Finances, Comité d’histoire industrielle du ministère de l’Industrie, Comité d’histoire de la Sécurité sociale (créé en 1973), Association pour l’histoire de l’électricité (née en 1982), Association pour l’histoire des chemins de fer (créée en 1987)... Et il faudrait ajouter le service d’histoire de l’Éducation (au ministère de l’Éducation nationale, formé en 1975), l’Association pour l’histoire de la justice.

2 Cf. « Informatique et bibliothèques : les banques de données rétrospectives », Revue administrative, 1988, p. 379-382, supra, p. 333.

3 L’étude des besoins est difficile, car les générations de chercheurs ont des besoins différents : les jeunes chercheurs ont des besoins plus développés, ils sont plus soucieux de la qualité des instruments de travail qu’on leur fournit.

4 De façon générale, les décideurs – notamment les administrateurs de la recherche au ministère de la Recherche tout comme au CNRS – se méfient des demandes présentées par les historiens, ils croient toujours que l’histoire se fait sans instruments de travail, ils mettent en doute l’utilité des banques de données.

5 Il paraîtrait que des publications jugées d’intérêt secondaire ne seraient pas conservées par la Bibliothèque nationale : c’était le cas, il y a peu, des publications et bulletins syndicaux. Et, dans telle région, on ne retrouve aucune collection du bulletin du SNI départemental, pourtant source précieuse pour les historiens futurs de l’enseignement.

6 Nombre d’établissements publics nationaux ne versent aucun fonds d’archives, et on sait que pour les archives des entreprises « nationalisées » – c’est-à-dire sur lesquelles l’Etat a au moins un droit de regard – les problèmes d’une conservation régulière dans l’intérêt des historiens futurs ne sont pas réglés, notamment dans le secteur bancaire. Or les besoins des historiens – présents et futurs – sont bien rarement pris en compte.

7 C’est ainsi que raisonnait le doyen Renouvin qui évoquait souvent les besoins de l’historien en 2050 ou 2080.

8 Les remarquables catalogues méthodiques imprimés de la Bibliothèque nationale, réalisés sous le Second Empire, par exemple pour l’Histoire de France ou la Médecine, correspondaient à une conception assez précise des besoins des chercheurs de cette époque : mais depuis les centres d’intérêt ont beaucoup changé, les chercheurs sont plus exigeants.

9 Ainsi les destructions éventuelles de périodiques à la Bibliothèque nationale (évoquées dans le rapport Beck) ne devraient être opérées qu’après une étude des besoins des chercheurs des différentes disciplines (histoire, sociologie, ethnographie, etc.).

10 Les systèmes d’information du chercheur sont encore très artisanaux (il ne connaît que très imparfaitement ce qui paraît dans son créneau de recherche) et la méthode de la fiche – qui passait pour la novation majeure en 1880-1900 – mériterait sans doute quelques « adaptations » (la photocopie a montré fort bien l’insuffisance des fiches habituelles).

11 Les liens entre la collecte de l’imprimé et celle des archives semblent actuellement très limités (ce qui pose quelques problèmes, par exemple pour la littérature grise, les sources statistiques ou les publications officielles) : or il devrait y avoir des liens étroits dans les plans de collecte (par exemple EDF sécrète un certain nombre d’imprimés : sont-ils versés au dépôt légal ? se trouvent-ils dans les archives d’EDF ou à la Bibliothèque centrale ?).

12 Il n’est pas raisonnable que nous ne possédions pas une bonne histoire de la comptabilité, ou une histoire sérieuse du budget, et on sait que personne n’ose se lancer dans l’histoire de la fiscalité ou des assurances.

13 Dans le domaine des archives orales on a vu les heureux effets d’une bonne politique de communication (les Archives nationales s’efforcent de réaliser une certaine « coordination » au niveau des « archives privées »).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search