Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

III. Les méthodes

Comment préserver la mémoire d’un ministère ?

Texte intégral

  • 1 C’est un patrimoine invisible, qui se transmet de génération en génération, et par-là même (...)
  • 2 « Je n ’ai pas le temps de réfléchir », disent souvent les responsables administratifs lor (...)

1Chaque ministère possède un capital de mémoire qu’il a trop tendance à négliger : on n’entreprend pas les actions de sauvegarde nécessaires, on hésite à s’engager dans des programmes de recherches, on manque de repères, on se méfie des universitaires... Or ce capital de mémoire est chose fragile, menacée : les mutations de l’administration sont très rapides, on risque de voir disparaître bien des traditions, des conventions, des conduites, et comme tout capital, la mémoire est un capital qui peut s’user, péricliter1, se détruire, et il est urgent de réagir. Mais comment protéger la mémoire d’un ministère ? Il n’est pas aisé de répondre à une telle question, car cette fonction de mémoire est rarement reconnue, assurée, on y réfléchit trop peu ; faute de temps2, de moyens, de volonté, les investissements intellectuels ne sont pas faits. Et c’est une tâche délicate, car il faut travailler sur 10 ou 15 ans avec des perspectives glissantes, des mécanismes de révision. On doit être bien conscient des difficultés que l’on rencontre dès qu’on veut établir des programmes d’action :

  • 3 Sur les mutations de l’histoire de l’administration, infra, p. 545.

2Première difficulté : la préservation du capital mémoire ne se réduit pas à un problème d’archives au sens traditionnel du terme ; il faut tenir compte des mutations actuelles de l’histoire3, des transformations des besoins des historiens.

3Deuxième difficulté : on s’occupe des archives surtout par le côté technique du ministère, les affaires qu’il a en charge (la construction des routes ou le RMI) ; mais les archives administratives proprement dites, par la force des choses, n’intéressent guère, alors que la coutume administrative varie fortement d’un ministère à l’autre, et souvent ces archives sont laissées à l’abandon ou détruites, si bien que tout un pan de la mémoire de l’institution disparaît.

4Troisième difficulté : il faut à la fois chercher à préserver le passé déjà advenu et fixer des règles pour le futur (le passé futur) ; or les principes ne sont pas toujours identiques, il faut maintenir des souplesses, créer des mécanismes de révision.

5Quatrième difficulté : il faut multiplier les actions, établir des plans ambitieux : sur 10 actions lancées, 6 ou 7 seulement réussiront, mais on ne peut le savoir au départ. Comme pour tout investissement, il y a une part de pari.

  • 4 Supra, p. 71.
  • 5 Il faut profiter de leurs erreurs, analyser leurs difficultés ; on doit être bien conscien (...)
  • 6 Il faut aider le décideur à formuler ses demandes, trouver les « sous-produits » qui peuve (...)

6De fait, la sauvegarde de la mémoire d’une institution relève de l’ingénierie historique4 : il faut profiter des expériences antérieures5, tenter de distinguer ce qui est important et ce qui l’est moins, chercher à programmer le plus intelligemment possible des actions – et à les évaluer –, négocier avec les décideurs un certain volume de moyens (en général on ne consacre pas assez de temps à cette action de persuasion)6 ; il faut surtout être capable de construire un ensemble d’actions autour de l’idée de capital-mémoire (ce qui suppose qu’on sache évaluer ce qui a été fait, ou ce qu’on a tenté de faire). L’essentiel est de bien préciser les objectifs de l’entreprise :

  • sauver la mémoire de ce qui fonde la coutume administrative du ministère, de son enracinement dans le passé, de ses normes non écrites7 ;
  • sauver la mémoire de ce qui est éphémère, fugitif, de ce qui ne laisse pas de traces (le quotidien) ;
  • sauver la mémoire des acteurs du système : un ministère, ce sont d’abord des hommes, et leur vie ne se réduit pas au bureau : ce ne sont pas des êtres de raison.
  • 8 Sur les archives orales, supra, p. 339.
  • 9 Il a appris l’administration en 1930-1935 auprès d’administrateurs de 60 ans qui avaient é (...)
  • 10 Rappelons, dans les interviews aujourd’hui de hauts fonctionnaires âgés, l’importance des (...)
  • 11 Supra, p. 11.
  • 12 La coutume varie fortement suivant les ministères, ici tel grand corps joue le premier rôl (...)
  • 13 L’enveloppe financière dépend des objectifs poursuivis : mais il faut bien voir qu’on en s (...)

7Premier programme : les archives orales8. Nous donnons la priorité aux archives orales, car, à chaque administrateur qui meurt, c’est un capital de mémoire irremplaçable qui disparaît ; or le haut fonctionnaire qui meurt aujourd’hui, à 85 ans, a fait ses débuts dans la carrière en 1930-1935, il a touché à une administration qui relevait presque du Second Empire9 dans ses principes et ses modes d’action, et a accumulé toutes sortes de réflexes, de traditions, de raisonnements instinctifs qu’on ne peut guère retrouver autrement10. Comment monter un programme d’archives orales, une équipe d’archives orales ? La question est difficile, la situation variant beaucoup suivant les ministères ou institutions11 : il faut d’abord s’entourer de l’avis d’experts afin de profiter de l’expérience d’autrui et d’adapter les méthodes aux particularités du milieu administratif12, établir un plan de travail avec les objectifs poursuivis, la liste des personnes à interviewer en priorité, la durée prévisible, la méthode suivie et négocier un programme et un budget avec les décideurs (il est évident que le coût s’élève si l’on pratique la collecte d’archives orales dans les services extérieurs)13. Il faut un plan d’action précis – ce qui suppose au moins un agent permanent, chef d’équipe, et des vacataires de bon niveau.

  • 14 Et quand, par hasard, on possède des documents, des photographies anciennes, ou des dessin (...)
  • 15 Quelquefois, on trouve ces photographies dans des bulletins ou revues, quelquefois dans de (...)
  • 16 On aimerait bien avoir des photographies ou des bandes vidéo des couloirs de l’ancien mini (...)
  • 17 On a ainsi filmé à des fins pédagogiques des conférences de l’ENA, mais, à notre connaissa (...)
  • 18 On pourrait ainsi établir une banque d’images, ce qui serait fort utile pour l’historien f (...)
  • 19 On ose à peine parler d’un sujet délaissé : les objets relèvent aussi du capital-mémoire, (...)

8Deuxième programme : les archives audiovisuelles. On s’aperçoit, en ce domaine, d’une pauvreté extrême des ministères ou institutions : c’est là chose étrange14. Il semble urgent d’inventorier tout ce qui existe pour le passé (photographies de fonctionnaires, de groupes, de salles de commission ou de bureaux)15 et de mener avec des caméras-vidéo des campagnes d’archives audiovisuelles pour saisir tout le quotidien fugitif : par exemple filmer tous les quatre ou cinq ans les bureaux, les couloirs16, les cafétérias ou cantines, les sorties d’employés, également les réunions de service (réunions de directeurs, de cabinets)17 ou les séances de commissions ou conseils supérieurs. L’historien aimerait bien avoir ce genre de documents pour les années 1950 ou 1960. Et il est possible de créer à peu de frais ces archives audiovisuelles18 (chaque fois qu’un ministère quitte des bâtiments anciens, on a beaucoup de regrets de n’avoir pas ce genre de documents d’« ethnographie » administrative). On est là dans un domaine d’expériences toutes neuves19.

  • 20 On comptait pour les ministères, pour les années 1956-1966, 184 titres de publications syn (...)
  • 21 Ainsi tel bulletin confidentiel du ministère des Affaires étrangères. Souvent on fonde des (...)
  • 22 Le dépôt légal à la Bibliothèque nationale n’est pas toujours fait par les ministères. Les (...)

9Troisième programme : la sauvegarde et la collecte des bulletins et imprimés du ministère. On s’aperçoit qu’il en souvent impossible de savoir même aujourd’hui ce que produit un ministère comme bulletins, lettres, recueils périodiques, rapports (il fallut, voici quelques années, demander un rapport à l’Inspection générale des Affaires étrangères pour ce département) et parfois la publication qui sera la plus significative, ou la plus importante pour l’historien futur, est un bulletin tiré à 150 exemplaires. Et il faudrait évoquer la presse syndicale et la presse des associations qui sont souvent pleines d’intérêt pour l’histoire de l’administration : on a dénombré au ministère des Finances, pour les années 1956-1966, 34 titres de publications syndicales20. Or la préservation de ces documents n’est pas toujours assurée : rapports « confidentiels », revues plus ou moins discrètes21, bulletins (et tracts) syndicaux, lettres « confidentielles », une masse considérable d’imprimés échappe aux chercheurs futurs22, et il serait important :

  1. de collecter et sauvegarder pour le passé tout ce qu’on pourra trouver, en s’assurant qu’une collection est bien conservée, inventoriée et disponible dans un endroit précis ;
  2. de définir des règles de dépôt et de conservation, notamment pour les publications syndicales en accord avec les syndicats du ministère et pour tout ce qui est « littérature sauvage », rapports « préparatoires », documents imprimés de « diffusion restreinte »23 .
  • 24 Il est très difficile de savoir ce que « sécrète » tel ou tel établissement public, les co (...)

10Il faudrait étendre ces règles aux satellites du ministère, institutions ou établissements publics qui en dépendent et dont la production est souvent abondante24. Avec les nouvelles méthodes d’impression, la distinction entre imprimé et document d’archives s’estompe, et il paraît urgent de définir des règles précises de collecte.

11Quatrième programme : on ne peut guère évoquer ce programme que pour mémoire, mais il est très important si l’on veut ménager les intérêts des historiens futurs ; il faut rechercher, sauvegarder et collecter les archives privées :

  • archives des hauts fonctionnaires avec leurs agendas, leurs carnets de notes25, et même leur journal26, leurs dossiers de correspondances, parfois des liasses sur des affaires délicates qu’ils ont eu à gérer, des « dossiers de principes », des rapports « confidentiels »27 ; la mémoire d’un ministère dépend largement de la sauvegarde de ces papiers (et l’historien, quand il en trouve pour le passé, loue la Providence)28. Une bonne part de la vie administrative laisse peu de traces : rencontres informelles, conversations téléphoniques, déjeuners « de travail » et il est fort utile de retrouver ces papiers « privés »29 ;
  • archives des associations professionnelles et des syndicats du ministère, également archives de syndicalistes, car on a là une vue totalement différente de la vie administrative ;
  • archives des sociétés mutuelles, qui, souvent, seront importantes pour l’histoire médico-sociale des fonctionnaires30 ;
  • archives, le cas échéant, de journalistes spécialisés (journalistes économiques, sociaux ou diplomatiques).
  • 31 Jusqu’à présent, les comités d’histoire qui se sont constitués, se sont peu intéressés aux (...)
  • 32 Un exemple classique est celui des copies des candidats non reçus aux concours de l’ENA, c (...)
  • 33 Ce que l’historien doit chercher à saisir, ce sont les passages et les modifications et al (...)
  • 34 Sur la complexité d’un système d’archives, surtout quand on entend traiter aussi les servi (...)

12Cinquième programme : la collecte et la sauvegarde des archives31. Il faut bien voir la situation : les archives sont collectées dans les ministères et versées aux Archives nationales par des « missions d’archives », des procédures légales existent, mais généralement, on se soucie peu de ces problèmes qui relèvent des spécialistes : l’administrateur et l’ingénieur, tout comme l’historien, ignorent les conditions de collecte, de tri ou de sauvegarde des archives sécrétées par les services. Que conserver ? Comment trier ? Qu’est-ce qu’il faut absolument conserver ? Ce sont là des questions très difficiles, qui relèvent de la compétence des Archives nationales, mais sur lesquelles, pour un ministère ou une institution donnée, les réflexions sont trop peu nombreuses, et trop souvent par la faute des administrateurs les versements sont incomplets, lacunaires, le papier le plus important échappe parfois à la collecte (dans tel ministère, les notes quotidiennes des directeurs au ministre étaient enfermées dans le coffre des directeurs, et détruites à leur départ), parfois, pour des raisons de masse, on renonce à conserver certains dossiers, par exemple les dossiers du petit personnel (on a tendance ici et là à ne conserver que les dossiers du personnel de catégorie A), ce qui empêchera plus tard les études des historiens sur la gestion de ce personnel, ou bien on considère comme « sans intérêt historique » telle ou telle catégorie de documents, à éliminer au bout d’x années32. Certes, on ne peut tout conserver, et la masse des papiers sécrétés par les bureaux s’accroît dangereusement, mais le bon papier, le dossier préparé pour l’arbitrage à Matignon, le dossier d’élaboration d’un projet de loi33, le rapport d’inspection demeure d’un volume limité. En fait, pour chaque ministère, les administrateurs sont à même de définir le papier important pour l’historien, c’est-à-dire pour l’historien futur de 2030 ou 2030, et de préciser les centres de décision ou de contrôle réels, et ils peuvent dresser un modèle du « bon papier »34.

  • 35 De fait, la frontière est souvent incertaine entre ces deux types d’archives ; les papiers (...)
  • 36 Supra, p. 37.
  • 37 Un audit d’un système d’archives doit porter prioritairement sur quatre questions :
    (...)
  • 38 Une réflexion sur les archives d’un ministère devrait aborder d’autres problèmes qui sont (...)

13Mais une réflexion sur le mécanisme de la collecte des archives conduit à une difficulté considérable, qu’on ne peut sous-estimer : on a tendance tout naturellement à conserver en priorité les papiers « techniques » qui concernent les dossiers « techniques » gérés par le ministère (le médicament ou les hôpitaux, à la Santé, la construction navale ou l’industrie papetière, à l’Industrie), mais on ne conserve pas toujours les papiers et dossiers concernant l’histoire proprement administrative du ministère, sa vie propre, ses particularités par rapport à d’autres ministères : c’est là chose délicate35, la mémoire administrative d’un ministère n’est pas toujours sauvegardée à travers ce qui est conservé ; la responsabilité en incombe sans doute aux historiens de l’administration, qui n’ont pas toujours clairement défini ce qu’ils entendaient par histoire administrative, ce qu’ils voudraient voir conserver (et souvent les directions du personnel et du budget, qui détiennent une bonne part des informations, ont été réticentes dans leurs versements). Or chaque ministère – l’expérience le montre bien – a ses particularités, ses modes de raisonnement, son autonomie, un capital de « traditions » que l’historien doit chercher à saisir autant que possible : on ne gère pas du personnel de la même façon aux Postes et à la Santé, on ne commande pas suivant les mêmes règles à l’Intérieur et au Travail, ce qui explique la difficulté d’écrire l’histoire d’un ministère (actuellement aucune histoire de ministère n’existe...). Nous avons cherché à définir différents segments de la demande administrative36 ; or cette analyse des objectifs de l’histoire proprement administrative oblige à prendre en compte, pour un ministère ou institution donnée, de multiples aspects de la fonction administrative qu’on aurait souvent tendance à oublier, et qui sont essentiels à la mémoire du ministère (ou de l’institution) ; il faut se rapprocher le plus possible de la vie réelle, quotidienne. À la lecture de cet arbre de la demande (avec ses quarante branches), on saisit sur le vif ce que l’historien de l’administration souhaiterait posséder comme « archives » : si l’on veut préserver la mémoire spécifique du ministère – en un temps où l’interministérialité ébranle les traditions –, ces « objectifs » devraient inspirer un modèle de collecte des archives ; une analyse du système devrait permettre de déceler en ce qui concerne l’histoire proprement administrative les lacunes des versements37 ; trop souvent le service verseur ne comprend pas d’intérêt des documents qu’il fabrique ou détient : or l’historien futur s’intéressera à l’élaboration des plannings de vacances, aux crèches ou au service médical du ministère... C’est parce qu’elle est ambitieuse que l’histoire administrative a besoin de ces nouveaux types de documents : la copie de concours servira à des analyses de vocabulaire (les variations sont importantes sur un demi-siècle), l’historien en l’an 2030 ou 2050 voudra tout connaître de la morbidité des fonctionnaires38.

14On voit bien où nous tendons : à un plan directeur regroupant les différences actions à programmer et permettant de sauvegarder le capital-mémoire du ministère. Ces actions ont un coût : il faut des investissements intellectuels, des moyens en personnel. Un capital, rappelait Valéry, n’a pas de signification s’il n’y a pas d’hommes qui en ont besoin, qui savent s’en servir : il faut donc prévoir aussi des moyens pour utiliser ce capital, c’est-à-dire pour y donner accès, pour l’exploiter, pour sensibiliser le personnel. Il est donc nécessaire de multiplier les instruments de travail (inventaires d’archives, guides de recherche, banques de données), de financer des études, des recherches universitaires (par le biais de contrats, de bourses), de publier les travaux : il faut également former des chercheurs (séminaires d’initiation à l’histoire pour les cadres du ministère). Le programme est nécessairement ambitieux, il faut raisonner sur 10-15 ans, recruter du personnel (un secrétariat scientifique), et pour piloter ces actions, il faut obtenir une bonne concertation entre universitaires, archivistes et administrateurs, distinguer prudemment le nécessaire, le souhaitable, le possible : sauver la mémoire d’une institution, d’un ministère suppose beaucoup de ténacité, de volonté dans la négociation avec les décideurs.

Notes

1 C’est un patrimoine invisible, qui se transmet de génération en génération, et par-là même très précaire, très menacé par le temps, l’indifférence, par l’oubli, la non-utilisation (on perd je sens de ce capital) : comme tout ce qui tient à la vie, ce patrimoine de mémoire est mortel.

2 « Je n ’ai pas le temps de réfléchir », disent souvent les responsables administratifs lors d’audits. Et ce domaine de la sauvegarde de la mémoire d’un ministère (ou d’une institution) a rarement fait l’objet de réflexions systématiques, et, par la force des choses, les esprits sont trop tournés vers l’action immédiate ou vers le futur proche, pour qu’ils reconnaissent facilement l’importance de ce capital de mémoire, souvent considéré comme un obstacle aux mutations nécessaires.

3 Sur les mutations de l’histoire de l’administration, infra, p. 545.

4 Supra, p. 71.

5 Il faut profiter de leurs erreurs, analyser leurs difficultés ; on doit être bien conscient des règles nécessaires pour gérer un système de recherches historiques (sur les audits de systèmes de recherche, infra, p. 377).

6 Il faut aider le décideur à formuler ses demandes, trouver les « sous-produits » qui peuvent paraître utiles ; trop souvent dans l’administration le mot histoire fait peur, on craint que les historiens s’intéressent à des périodes trop récentes, recourent à des méthodes relevant du journalisme (« l’histoire immédiate »), mettent en cause des personnalités (ou des choix stratégiques) : il y a des exemples de telles maladresses.

7 Ce qu’on apprend à son entrée dans un ministère, en faisant son apprentissage d’administrateur, en acquérant des réflexes devant l’événement, en gérant à chaud des problèmes, relève de la coutume administrative.

8 Sur les archives orales, supra, p. 339.

9 Il a appris l’administration en 1930-1935 auprès d’administrateurs de 60 ans qui avaient été formés vers 1890 ; cet enchaînement des générations donne à réfléchir.

10 Rappelons, dans les interviews aujourd’hui de hauts fonctionnaires âgés, l’importance des années 1936-1946 ; cette décennie ne peut guère être saisie, en histoire administrative, à travers les archives écrites conservées, il faut des « témoignages », des récits de vie, pour comprendre la complexité de cette période.

11 Supra, p. 11.

12 La coutume varie fortement suivant les ministères, ici tel grand corps joue le premier rôle, là le Conseil supérieur ou la Direction du personnel.

13 L’enveloppe financière dépend des objectifs poursuivis : mais il faut bien voir qu’on en sait pas encore quelles archives orales on peut collecter en province pour saisir les traditions des services du Trésor ou celles de l’Enregistrement (dans le dernier cas, il y a urgence, car en 25 ans, elles se sont effondrées).

14 Et quand, par hasard, on possède des documents, des photographies anciennes, ou des dessins, ils ne sont pas inventoriés, entretenus, restaurés (on les laisse exposés en pleine lumière).

15 Quelquefois, on trouve ces photographies dans des bulletins ou revues, quelquefois dans des collections privées d’anciens fonctionnaires du ministère. En général, personne ne se soucie de ce capital d’images (le service de presse du ministère possède souvent beaucoup de photographies, mais elles ne sont pas toujours conservées, on ne les verse pas à la mission d’archives).

16 On aimerait bien avoir des photographies ou des bandes vidéo des couloirs de l’ancien ministère des Finances : il y aurait de quoi faire un singulier album...

17 On a ainsi filmé à des fins pédagogiques des conférences de l’ENA, mais, à notre connaissance, on n’a pas gardé, fût-ce à titre d’échantillon, les cassettes...

18 On pourrait ainsi établir une banque d’images, ce qui serait fort utile pour l’historien futur.

19 On ose à peine parler d’un sujet délaissé : les objets relèvent aussi du capital-mémoire, le vieux meuble (le cercueil), le téléphone d’autrefois, le poinçon, l’antique machine à calculer (infra, p. 398). Aucune mesure de sauvegarde n’a lieu (la seule exception est pour le matériel particulier des Douanes). On pourrait imaginer un petit « musée des bureaux », mais l’ethnologie administrative n’existe pas.

20 On comptait pour les ministères, pour les années 1956-1966, 184 titres de publications syndicales (cf. M.C. Chadal, Les publications des syndicats de fonctionnaires de 1956 à 1966, 96 pages, 1969, mémoire de l’INTD) : on aimerait bien savoir quelle part de ces titres est conservée dans une bibliothèque publique.

21 Ainsi tel bulletin confidentiel du ministère des Affaires étrangères. Souvent on fonde des revues, qui disparaissent rapidement : ainsi Éducation et planification en 1969 (publié par le Service du plan scolaire à l’Education nationale), le n° 2 contient le Rapport préliminaire du groupe Fresque de l’Education (mars 1969, 93 pages, « hors commerce »).

22 Le dépôt légal à la Bibliothèque nationale n’est pas toujours fait par les ministères. Les conservateurs des Archives nationales, conscients de l’importance de ces publications imprimées ou ronéotypées, sont amenés de plus en plus à les collecter.

23 Un jour un commissaire du gouvernement du Conseil d’État, Guy Braibant, s’aperçut que tel ministère ne possédait plus de collection de ses circulaires remontant à plus de 10 ans...

24 Il est très difficile de savoir ce que « sécrète » tel ou tel établissement public, les contrôleurs en font souvent l’expérience, nombre de documents ou rapports annuels n’étant imprimés que « pour les besoins du service » (et pour les cours ou documents de « formation professionnelle », souvent très intéressants à plusieurs titres pour l’historien, la situation est souvent très médiocre).

25 Parfois certains hauts fonctionnaires prennent note systématiquement de tous leurs entretiens, de toutes les réunions, sur des cahiers ou registres, ce qui représente de précieux documents historiques (ainsi jadis le secrétaire général du Centre National du Cinéma : c’était, au jour le jour, la mémoire du C.N.C.).

26 Les hauts fonctionnaires tiennent fort rarement journal, ils n’ont pas le temps (notamment dans les cabinets), c’est bien dommage.

27 Les conseillers et directeurs de cabinets ministériels emportent souvent leurs dossiers « personnels », et leurs « chronos ».

28 Ainsi, quand il retrouve le manuscrit du journal de Combarieu – secrétaire général de la Présidence de la République sous Loubet –, il constate que le manuscrit différait beaucoup de la version publiée par Combarieu lui-même en 1932.

29 Que conserve un haut fonctionnaire de son activité passée ? C’est là un beau sujet de réflexion. Certains ont des maisons de campagne et conservent beaucoup. Et à certains postes « exposes », par prudence on ne détruit pas toujours ses correspondances (infra, p. 577).

30 Rappelons l’importance des archives de la Mutuelle générale de l’Education nationale.

31 Jusqu’à présent, les comités d’histoire qui se sont constitués, se sont peu intéressés aux problèmes d’archives à l’exception de l’Association pour l’histoire de la Justice, qui a eu un rôle exemplaire, et du Comité d’histoire de la Sécurité Sociale, qui s’est heurté à de nombreux obstacles (l’histoire mériterait d’en être retracée).

32 Un exemple classique est celui des copies des candidats non reçus aux concours de l’ENA, conservées au Archives nationales, à Fontainebleau : on voudrait les détruire pour faire de la place parce que la masse (depuis 1945) est importante, mais les historiens seraient privés ainsi du moyen d’étudier sérieusement le niveau des concours (et les « premiers jours » sont aussi des documents précieux pour l’histoire des mentalités).

33 Ce que l’historien doit chercher à saisir, ce sont les passages et les modifications et altérations entre le projet de la direction, le projet remanié par le cabinet, le projet « arbitré » à Matignon (et à l’Élysée), le projet apres le passage en Conseil d’Etat ; on ne peut étudier sérieusement un projet de loi (sur le RMI par exemple) si l’on ne possède pas les différentes versions, les « bleus » (comptes rendus) de Matignon, et le dossier « Finances » sur le sujet.

34 Sur la complexité d’un système d’archives, surtout quand on entend traiter aussi les services extérieurs et surtout les satellites du ministère : établissements publics, administratifs, EPIC, « associations », comités et conseils, cf. « Archives et histoire du ministère des Finances », infra, p. 487 : tout plan directeur d’archives suppose des investissements intellectuels préalables.

35 De fait, la frontière est souvent incertaine entre ces deux types d’archives ; les papiers « techniques » révèlent les méthodes d’actions spécifiques du ministère, ses modes de raisonnement, sa « logique » ; les dossiers « techniques » peuvent avoir deux lectures : l’une pour l’histoire technique du domaine concerné (la marine marchande ou l’industrie du bois), l’autre pour l’histoire administrative des modes d’action, de raisonnement (mais c’est là un domaine que les historiens de l’administration délaissent volontiers).

36 Supra, p. 37.

37 Un audit d’un système d’archives doit porter prioritairement sur quatre questions :
1) quels services ne versent point, et pourquoi ?
2) quel est le papier important qui ne parvient pas au service d’archives ?
3) quelles sont les missions du service qui ne sont pas remplies et pourquoi (par exemple : la « tutelle » des satellites) ?
4) quels sont les liens entre les archives de l’administration centrale et celles des services extérieurs ?
Or il n’est pas simple, si l’on n’a pas le concours du savoir des administrateurs, de leur connaissance des filières du bon papier, de répondre à ces questions.

38 Une réflexion sur les archives d’un ministère devrait aborder d’autres problèmes qui sont fort complexes :
1) la sauvegarde des archives des services d’études (trop souvent les dossiers préparatoires, les dossiers de recherches sont détruits) ;
2) les archives proprement statistiques particulières au ministère (que faut-il garder pour l’historien futur ? La réponse suppose une bonne connaissance de la valeur de ces statistiques).
3) les archives informatiques (le passage – encore inachevé – à l’informatique risque de provoquer la destruction de masses de papiers et de créer des problèmes aux historiens futurs ; c’est un problème délicat sur lequel la direction des Archives nationales a beaucoup réfléchi).
4) les archives proprement scientifiques (il y a souvent des « cellules » ou des laboratoires scientifiques dépendant des ministères, et leur sauvegarde suppose une bonne concertation avec les historiens des sciences).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search