Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

III. Les méthodes

La collecte des récits autobiographiques

Texte intégral

1Une expérience très originale vient d’être tentée au ministère des Finances : le Comité pour l’Histoire économique et financière de la France a eu l’heureuse idée de lancer pour les retraités du Trésor, un concours autobiographique (« Racontez-nous votre vie »). Un jury, présidé par André Castelot, a couronné les meilleurs récits, qui doivent être publiés : le premier prix a été donné à un agent de recouvrement, Blanche Py.

  • 1 Cf. infra, p. 479.
  • 2 Blanche, Mémoires d’une employée du Trésor public, 1995, 126 pages.

2L’opération menée par le Comité mérite l’attention : car elle permet de saisir des fragments de la mémoire administrative – alors que le Trésor a connu en vingt ans des bouleversements nombreux et que les traditions du métier se perdent1. Nous voudrions montrer les principes de l’opération, expliquer ces méthodes et souligner les conséquences, non négligeables, sur la science administrative2.

  • 3 Florence Descamps enseigne depuis 1988 les archives orales à l’École pratique des Hautes-É (...)
  • 4 Avec une longue introduction historique de F. Descamps (p. XI-XXVIII).

3Tout le mérite de cette innovation revient à Florence Descamps, secrétaire scientifique du Comité, qui avait en 1987-1988 lancé la grande collecte d’archives orales auprès des inspecteurs généraux des Finances3 et qui avait déjà en 1992 republié le Journal d’un percepteur de Mompezat4. Pour développer l’histoire des services du Trésor – qui était inscrite dans le programme de travail du Comité – elle estima, en 1994, qu’il fallait – à côté de la collecte d’archives orales – faire appel aux souvenirs des anciens de la maison – et la méthode du concours lui parut la meilleure.

4Les principes de cette opération sont clairs :

  • 5 Faire des enquêtes d’archives orales en province n’est pas commode, et les entretiens ne s (...)
  • 6 C’est à l’historien à savoir recouper les documents.

5Premier principe : collecter des récits de vie écrits peut apparaître comme une méthode supérieure à celle des archives orales (qui est lente, coûteuse, mal adaptée aux réalités provinciales5 et peu conforme à la psychologie de fonctionnaires prudents comme les percepteurs ou les receveurs des finances) : le concours autobiographique permet de déceler les bons conteurs, ceux qui ont des choses à dire, qui ont beaucoup observé ou qui ont vécu des périodes difficiles (la guerre par exemple) : la liberté du témoignage peut être plus grande que pour les archives orales (même si la vérité peut être quelquefois habillée)6. C’était là un pari : il a été gagné.

6Deuxième principe : Florence Descamps estimait que ces récits autobiographiques étaient une source capitale pour l’histoire des services du Trésor, l’histoire du métier de percepteur, l’histoire psychologique du corps : cette source ne coïncidant pas avec les sources écrites, les archives administratives, qui donnent souvent une vision déformée de l’administration, et ne permettent pas de saisir le vécu d’un métier (les dossiers de personnel, les appréciations hiérarchiques ne sont pas toujours faciles à décoder et ne sont pas accessibles à l’historien). C’est là une démarche d’historien : il crée sa propre source (tout comme pour les archives orales), il se rend indépendant des archives administratives.

7Troisième principe : dans cette innovation, on trouve aussi, nécessairement, la volonté de donner la parole à ceux qui sont sur le terrain, qui n’ont pas souvent l’occasion de s’exprimer, de parler de ce qui leur tient à cœur, qui font un métier ingrat, difficile ; le récit de vie permet de saisir les mutations du métier, de mesurer l’écart entre le métier d’autrefois et le métier tel qu’on l’exerce aujourd’hui, de comprendre les valeurs morales ou les règles de conduite transmises de génération en génération (ce qu’on appelait jadis les traditions du Trésor, et qui sont aujourd’hui bien menacées, pour de multiples causes) : on voit tout ce que peuvent apporter ces récits de vie à la psychologie de l’administration.

  • 7 Le récit de Blanche Py est, à l’évidence, une prise de parole. Sous le Second Empire, on a (...)

8Volonté de sauver des fragments de la mémoire d’un service, aide apportée à l’historien pour comprendre de l’intérieur une maison, « prise de parole » des gens sur le terrain7 : on saisit aisément et les liens étroits avec la méthode des archives orales et les différences. C’était un programme ambitieux, qui demandait un certain courage d’entreprise, de la ténacité, une bonne méthode et de la prudence.

  • 8 32 ont voulu concourir sous une forme anonyme. Soulignons aussi que beaucoup ont envoyé de (...)

9Dans un délai court – probablement trop court – de 4 à 5 mois, le Comité a pu collecter 126 récits de vie, soit quelque 8000 pages, et certains percepteurs ont envoyé des souvenirs très travaillés8. Sous l’angle technique, le Comité a défini quelques règles du jeu précises.

  • 9 Il faut éviter que cette collecte passe pour une simple action de communication.

10Première étape : il faut convaincre l’administration de l’intérêt de cette collecte pour l’histoire du métier administratif, et établir avec elle le programme d’action9.

11Deuxième étape : on doit rédiger habilement la lettre d’envoi ; la lettre doit être accompagnée d’une liste de thèmes – élaborée par des historiens et des fonctionnaires du corps – qui peut guider le retraité et lui donner matière à réfléchir (mais en aucun cas il ne faut être directif). La lettre et son annexe doivent être très prudentes : il faut bien saisir la psychologie du retraité (en particulier il ne faut pas donner de limitation du nombre de pages).

12Troisième étape : on lance le concours, on fixe un règlement, des prix, des récompenses, un calendrier : la lettre est envoyée aux 17 000 retraités du Trésor.

13Quatrième étape : on dépouille les envois et on sélectionne ceux qui paraissent le mieux répondre au principe même du concours : qualité humaine du témoignage, intérêt historique, intérêt littéraire. Cette sélection est faite en commun par des historiens (qui sont habitués aux archives orales) et des agents du Trésor. Un jury, comprenant des historiens de l’administration et des anciens de la maison, décerne les prix.

14Cinquième étape : on peut traiter cette masse d’informations sous plusieurs formes :

  1. on publie les meilleurs mémoires – en l’occurrence le récit de Blanche Py est publié par le Comité pour l’Histoire économique et financière en 1995.
  2. de la masse des témoignages on peut retirer des pages intéressant l’histoire, et composer un volume sur l’histoire du métier de percepteur, qui s’appuie sur ces témoignages vécus10.
  3. les documents collectés doivent être inventoriés, indexés11 et mis par le Comité à la disposition des chercheurs – historiens ou spécialistes de sciences administratives – avec les mêmes règles de discrétion que pour les archives orales.

15La méthode est relativement simple, mais elle suppose, dans l’application, le respect de certaines règles du jeu :

  • un agent du corps, qui connaît bien le métier, doit suivre de bout en bout l’opération ;
  • le dessein scientifique, et l’objectif historique, doivent être parfaitement lisibles (ce n’est pas, dans son principe, une opération de communication)12 ;
  • la masse des documents collectés doit être exploitée par des historiens ; au besoin, pour certains mémoires qui peuvent leur paraître importants, on devrait procéder, afin de préciser quelques points, à des interviews, l’oral venant compléter l’écrit13 ;
  • il faut éviter, dans les récits de vie, de ne considérer que l’aspect « littéraire » (mais les historiens de la littérature peuvent s’intéresser aux mécanismes de cette littérature « spontanée », à ces récits écrits sans souci d’être publié).

16L’expérience a été menée à bien, cinq récits de vie ont été couronnés et les historiens sont fort contents du résultat. Car il faut bien voir les conséquences d’une telle innovation :

17Première conséquence : cette collecte de récits de vie doit permettre de lancer sur de nouvelles bases l’histoire des percepteurs, en tenant compte de la dimension humaine que les archives écrites (l’expérience le montre) ne donnent guère.

  • 14 La méthode peut être transposée à d’autres groupes ou corps : par exemple, les ingénieurs (...)

18Deuxième conséquence : la méthode peut être étendue à d’autres secteurs de l’histoire administrative, par exemple pour les douanes et les services fiscaux au ministère des Finances (on pourrait facilement collecter les souvenirs d’enregistreurs...), mais aussi pour la Poste, France Télécom, EDF, ou encore les Ponts et Chaussées : c’est un problème d’ingénierie historique, car il convient de bien garder l’objectif historique et d’observer certaines règles du jeu ; à l’évidence, si l’on veut savoir ce qui s’est passé dans l’administration entre 1945 et 1965, il faut utiliser – avec prudence – cette méthode14.

  • 15 Les archives orales ont déjà montré combien les méthodes de l’histoire administrative étai (...)

19Troisième conséquence : il y a nécessairement – tout comme pour les archives orales – des répercussions sur la conception même et les principes de l’histoire administrative : l’histoire administrative est ébranlée dans la mesure où l’on peut, à travers les récits de vie, retrouver les réalités psychologiques, le vécu qu’on ne peut atteindre par les sources écrites (souvent fort pauvres dès qu’on sort des administrations centrales et qui sont partielles, « résiduelles ») : ce qui est tu, oublié, souterrain ressurgit à travers ces récits (notamment les difficultés tenant à la subordination hiérarchique, à la « diplomatie » de bureau, à l’obsession de l’avancement, ou aux « rapports de force » entre patrons). Tout un système de questions neuves – de bonnes questions – apparaît, l’historien doit changer peut-être son questionnaire habituel – et si l’on avait un corpus de récits de vie suffisamment important, bien des certitudes de l’historien pourraient être menacées15 : il y a peut-être (ce n’est qu’une hypothèse) une histoire administrative différente à entreprendre.

  • 16 Ils sont rares, généralement biaisés et concernent peu la vie administrative, les souvenir (...)
  • 17 En raison de la dimension « prise de parole » par des agents qui ne parlent guère à l’ordi (...)

20Quatrième conséquence : la science administrative elle-même pourrait être ébranlée ; elle a à sa disposition un nouveau matériel propre à nourrir sa réflexion : elle pourrait s’intéresser à la psychologie des bureaux, à l’imaginaire administratif, aux traditions, coutumes et convenances administratives, aux règles psychologiques de l’avancement et de l’exercice du pouvoir : alors qu’elle n’avait, en général, comme source que de rares mémoires de hauts fonctionnaires16, elle pourrait analyser, exploiter des récits de vie nombreux, complexes, et à l’évidence moins censurés17 .

  • 18 Depuis la rédaction de cette note (1995), le Comité pour l’histoire économique et financiè (...)

21On voit l’importance de l’entreprise, et l’innovation qu’elle représente pour l’histoire administrative (et la science administrative) : mais dans le métier d’historien il faut être ambitieux, savoir faire des paris : c’est ce qu’a fort bien compris Florence Descamps, qui a une claire conscience des mutations nécessaires de l’histoire administrative18.

Notes

1 Cf. infra, p. 479.

2 Blanche, Mémoires d’une employée du Trésor public, 1995, 126 pages.

3 Florence Descamps enseigne depuis 1988 les archives orales à l’École pratique des Hautes-Études (IVe Section).

4 Avec une longue introduction historique de F. Descamps (p. XI-XXVIII).

5 Faire des enquêtes d’archives orales en province n’est pas commode, et les entretiens ne sont pas toujours très productifs.

6 C’est à l’historien à savoir recouper les documents.

7 Le récit de Blanche Py est, à l’évidence, une prise de parole. Sous le Second Empire, on a assisté à une prise de parole du même ordre, quand le ministre de l’Instruction Publique, Rouland, a lancé une grande enquête auprès des instituteurs : 5000 ont répondu, et les mémoires (qui sont conservés – sauf les 150 « primés ») montrent une très grande liberté d’expression, et souvent un grand courage d’opinion.

8 32 ont voulu concourir sous une forme anonyme. Soulignons aussi que beaucoup ont envoyé des documents.

9 Il faut éviter que cette collecte passe pour une simple action de communication.

10 On peut s’appuyer sur les précédents de J. et M. Ozouf (sur les instituteurs) et d’Y. Kniebiehler (sur les assistantes sociales) : Nous, les assistantes sociales (1980) est un livre remarquable sur un milieu pratiquement inconnu. Mais les enquêtes d’Ozouf et de Kniebiehler correspondaient à des réponses à un questionnaire, les principes en étaient totalement différents.

11 Il y a une diversité géographique des postes comptables qui est très intéressante pour l’historien : les traditions des comptables du Trésor (l’expérience le montre) varient d’un poste à un autre.

12 On constitue une mémoire du corps, mais dans un but historique.

13 Ces enquêtes orales complémentaires permettraient aussi de saisir ce qui a été censuré par écrit (parfois parce qu’il touche aux relations avec les supérieurs, ou les égaux). Une enquête orale a été ainsi menée en 1995 auprès de Blanche Py par Catherine Jumeau.

14 La méthode peut être transposée à d’autres groupes ou corps : par exemple, les ingénieurs et cadres retraités des entreprises métallurgiques ou les experts-comptables âgés (métier qui a beaucoup changé depuis 1940) : cela permettrait sans doute de renouveler certaines hypothèses de travail de l’histoire métallurgique ou de l’histoire de la comptabilité.

15 Les archives orales ont déjà montré combien les méthodes de l’histoire administrative étaient incertaines sur bien des points.

16 Ils sont rares, généralement biaisés et concernent peu la vie administrative, les souvenirs de fonctionnaires moyens (ou de secrétaires) sont inexistants tout comme les « romans administratifs » autobiographiques (on ne peut guère citer que Ces dames les ronds-de-cuir d’Anna Pasquin, 1958). Si bien que l’ethnographie administrative ne peut guère s’appuyer sur l’écrit (mais on ne trouve guère plus de souvenirs de professeurs de lycée...).

17 En raison de la dimension « prise de parole » par des agents qui ne parlent guère à l’ordinaire d’eux-mêmes.

18 Depuis la rédaction de cette note (1995), le Comité pour l’histoire économique et financière a lancé avec succès en 1996 une nouvelle collecte de récits de vie auprès des retraités de la Direction générale des impôts, et a publié en 1998 un récit de vie remarquable, Yvonne Mathé, La longue marche d’une auxiliaire des impôts, 148 pages. Une collecte va être lancée auprès des agents des douanes en 1998-1999.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search