Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

III. Les méthodes

La création des archives orales

Texte intégral

  • 1 L’histoire orale utilise immédiatement les témoignages collectés, alors que les archives o (...)
  • 2 Les historiens s’intéressent peu, en général, aux témoignages qui seront exploités par leu (...)
  • 3 Aucun bilan n’en a été dressé de façon précise (on découvre au hasard d’une conversation q (...)
  • 4 Quand un décideur – à Paris ou en province – pose la question : comment entreprendre des a (...)

1Les archives orales sont une entreprise neuve : on en parle beaucoup, on commence à engranger des témoignages, on s’interroge sur les méthodes de collecte, on oppose archives orales et histoire orale1, mais le mot suscite encore, ici et là, quelques réticences, notamment chez les historiens2, et on constate quelque anarchie des entreprises3. Nous voudrions montrer et la complexité des problèmes et la nécessité de définir clairement une politique des archives orales, d’établir des programmes cohérents : ce n’est, bien entendu, qu’une esquisse4, c’est un domaine où les perspectives sont très mobiles.

  • 5 Plus de 600 entretiens ont été menés par Mme Schnapper ; ils sont conservés aux Archives N (...)
  • 6 La série AV comportait, en 1988, 30 mètres linéaires de cassettes.
  • 7 On trouvera le detail de ces entretiens, menés au départ par Mme Pozzo di Borgo, dans les (...)
  • 8 Il semble bien que ce soit le service des archives de l’Air qui ait le premier entrepris l (...)
  • 9 Cf. Florence Descamps, article cité à la note 3. L’histoire des débuts de cette collecte d (...)
  • 10 C’est la méthode des Archives diplomatiques, elle permet de mieux faire rebondir l’entreti (...)

2Depuis dix ans la situation a beaucoup changé, et on constate même une certaine effervescence dans le secteur : le Comité d’histoire de la Sécurité sociale a entrepris en 1975-1980 une collecte d’archives orales5, la direction des Archives de France, grâce à Mme Bonazzi, a commencé des enregistrements de souvenirs d’hommes politiques en 1980, et vers 1983 créé une série AV pour conserver les témoignages oraux « provoqués », ou entrés par dons ou dépôts6 ; la direction des Archives diplomatiques a entrepris la collecte des souvenirs de diplomates en 19837 ; les services historiques de la Guerre, de l’Air, de la Marine ont pratiqué très tôt les archives orales8, de même les Douanes ; dans quelques départements les services d’archives ont procédé à des collectes de témoignages (mais avec le souci de l’ethnographie ou du folklore principalement) ; en 1988 le ministère des Finances a décidé de pratiquer des enquêtes systématiques9... On voit la multiplicité des entreprises avec des moyens très divers, des formules très différentes (ici les textes enregistrés sont dactylographiés, là un intervenant universitaire mène l’entretien)10. Or il s’agit d’une fonction historique qui va nécessairement se développer pour quatre raisons.

3Première raison : chaque année disparaît un capital de mémoire extraordinaire, chaque personnalité qui meurt emporte avec elle une masse de souvenirs, d’impressions, de témoignages qu’il sera impossible de retrouver par d’autres sources. Et le monde a tellement changé en cinquante – soixante ans que ceux qui disparaissent touchaient presque à un « ancien régime » dont souvent nous n’avons guère de traces.

  • 11 Pour l’histoire administrative, les archives orales permettent de connaître le vécu du fon (...)

4Deuxième raison : pour certains types d’histoire, les sources écrites sont très insuffisantes, ou même muettes, en particulier pour l’histoire des processus de décision, pour l’histoire du quotidien, l’histoire des gestes, l’histoire du corps, l’histoire médicale, l’histoire du vécu des métiers ; même pour l’histoire diplomatique, ce que conte le diplomate n’a que des rapports lointains avec la dépêche, c’est la vie du poste, les amitiés, le climat psychologique, les rapports personnels, les rivalités que l’on peut retrouver ou déceler si l’entretien est bien conduit11. Plus l’histoire est complexe, technique, plus le besoin d’archives orales est grand.

  • 12 Tout comme les archives des ministères sont collectées aujourd’hui non pour l’exploitation (...)
  • 13 Ou encore, pour l’histoire de l’histoire administrative, les débuts de l’ENA ou les premiè (...)

5Troisième raison : les archives orales doivent être créées non pour les besoins de l’historien aujourd’hui, mais pour les besoins de l’historien dans 30 ou 60 ans12 : c’est-à-dire qu’on crée des réserves pour l’historien futur, ce qui complique quelque peu la tâche, car il faut – suivant le mot de Bergson – deviner ce qui dans notre présent à nous intéressera l’historien futur (il n’aura pas les mêmes curiosités, les mêmes grilles de questions, il s’intéressera à ce qui lui permet de saisir son présent à lui) ; il faut donc entreprendre des collectes de témoignages sur des mutations importantes, sur des faits jugés « porteurs d’avenir » (par exemple sur la genèse de sauts technologiques, comme les débuts de l’informatique, ou de problèmes médico-sociaux comme les toxicomanies ou le SIDA)13.

  • 14 Cf. « Le patrimoine biographique », Revue administrative, 1987, p. 276-280.
  • 15 Même les confessions ou récits de vie écrits n’ont pas la même signification. Les mémoires (...)

6Quatrième raison : les archives orales peuvent aussi susciter une histoire psychologique, elles permettent de conserver un patrimoine biographique14 : on peut multiplier les récits de vie – depuis l’enfance jusqu’à la retraite –, chercher à saisir ce qu’est dans sa « totalité » la vie d’un médecin, d’une infirmière, d’une religieuse, d’un professeur, d’un magistrat, d’un conservateur de musée ou d’un ingénieur électronicien ; on touche là au tuf d’une société, aucun dossier administratif ne peut nous donner ce vécu (et les souvenirs écrits sont le plus souvent biaisés)15, et par-delà un métier, une carrière on découvre une personne : mais conter une vie n’est pas une chose simple, on tend souvent à passer sous silence bien des choses. C’est un destin d’homme qui se dévoile petit à petit, entretien par entretien, avec ses réussites, mais aussi ses failles, ses échecs.

7On voit par là même que les objectifs d’une politique d’archives orales peuvent être complexes : on peut chercher :

  • à combler les lacunes des documents administratifs, ou à les doubler,
  • à créer de toutes pièces un système de témoignages sur une institution, un secteur en vue de satisfaire les besoins des historiens futurs,
  • à constituer les archives du patrimoine biographique, qui serviraient notamment à une histoire psychologique des habitudes, des métiers, du vécu quotidien.
  • 16 Mais il y a un point de liaison : ces documents oraux collectés par les historiens oraux d (...)

8Quand on décide de mener des enquêtes orales dans un secteur il faut avoir bien conscience de ces trois objectifs, et ce n’est pas toujours les mêmes méthodes, les mêmes recettes qu’il faut employer ; une réflexion doctrinale devrait être menée sur les finalités de ces archives orales constituées pour l’histoire future (en aucun cas on ne peut les confondre avec les objectifs de l’histoire orale, qui, elle, exploite immédiatement les témoignages recueillis, et dont les méthodes sont différentes)16.

  • 17 C’est une question délicate d’ingénierie (supra, p. 84), qui suppose certains talents dipl (...)

9La mise en œuvre d’une politique d’archives orales dans un secteur pose des problèmes délicats : il faut une certaine prudence, car il s’agit d’opérations lourdes et coûteuses17.

  • 18 Cf. les témoignages utilisés par Y. Mamou dans son etude sur la Direction du Trésor (Une m (...)

10Premier problème : il faut définir soigneusement les objectifs prioritaires : veut-on s’intéresser uniquement aux décideurs, aux personnalités, aux « acteurs du système » ? Ou cherche-t-on aussi à collecter des témoignages sur la vie, l’organisation d’une institution (comment les fonctionnaires du Trésor voyaient-ils la Direction du Trésor ?)18, ce qui conduit à utiliser des méthodes proches des enquêtes des sociologues et à cibler différemment les entretiens ?

  • 19 Faut-il des « historiens » ou des personnes ayant une formation générale de type Sciences- (...)

11Deuxième problème : comment organiser l’équipe ? Qui doit avoir la responsabilité de la cellule, et à quel niveau19 ? Comment choisir et former des responsables d’entretien ? Faut-il que ces opérateurs soient « à plein temps » ? Faut-il des intervenants extérieurs connaissant bien la matière, pour « guider » l’entretien ? Peut-on utiliser des retraités ? On voit qu’il n’est pas facile de répondre à de telles questions : mais la qualité des entretiens dépend en partie des options retenues.

  • 20 Une solution intermédiaire a été adoptée par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale ; (...)

12Troisième problème : ce sont des opérations longues, qui demandent une certaine durée et des crédits non négligeables : comment convaincre les décideurs d’accepter le principe de telles opérations, qui constituent des archives futures et ne présentent, à l’évidence, aucun bénéfice immédiat et dont les finalités, les méthodes ne sont pas toujours aisées à comprendre ? Or un certain climat d’entente, de complicité même avec les décideurs est indispensable pour mener à bien de telles opérations : mais il faut qu’il soit bien clair que ces archives ne peuvent être utilisées immédiatement ; c’est la condition nécessaire pour que des les témoignages ne soient pas « censurés », ou biaisés par prudence (on parle pour l’historien de 2050 – quand les autres acteurs du système seront disparus)20.

  • 21 Répétons-le, ce qui n’est pas versé dans un fonds public court le risque d’être perdu...
  • 22 Un exemple en est donne par un inventaire du service historique de la Marine, M. Vigié (Ca (...)
  • 23 Un traitement informatique des données est nécessaire. Il faudrait évoquer aussi le problè (...)

13Quatrième problème : ces cassettes sont mises à l’abri, ou versées aux Archives nationales21 : comment éviter d’engranger en aveugle ? Comment assurer une certaine analyse du contenu ? Faut-il indexer22 rapidement le contenu des entretiens (ce qui en permettra une utilisation facile dans x années) ? Comment assurer ce travail23 ?

  • 24 Notamment l’entretien filmé en caméra vidéo (pour saisir le milieu où vit l’interviewé, l’ (...)
  • 25 Ils se méfient de la difficulté d’interpréter des témoignages, par définition partiaux, il (...)
  • 26 Une étude de ces obstacles et réticences serait bien nécessaire. On a constaté avec surpri (...)

14On voit les difficultés propres à ces entreprises, qui sont très neuves ; il n’y a pas de traditions, on improvise les solutions, on a une liberté de manœuvre étonnante : c’est une innovation au plein sens du terme, et on verra sans doute des formules inédites se développer24 ; à la vérité, on ne sait pas encore où l’on va dans ce domaine. On comprend les hésitations, la prudence avec laquelle certains s’engagent dans cette voie, compte tenue des méfiances traditionnelles des historiens vis-à-vis de l’oral25, et des réticences des décideurs devant tout ce qui touche au passé proche (et il y a des secteurs ou les hésitations sont considérables, par exemple en matière médicale)26. Cependant la demande est considérable, et on est bien obligé de s’adapter à la demande.

15Comment développer la collecte des archives orales ? C’est là un cas classique de croissance d’une « technique » nouvelle.

  • 27 D’autant plus qu’il s’agit d’opérations longues, d’au moins 2 ou 3 ans (l’enquête pour la (...)
  • 28 Il faut à la fois un pilotage scientifique et un pilotage administratif et des évaluations(...)

16Premièrement : il faut entreprendre une réflexion doctrinale sur ce que peuvent apporter les archives orales, établir une typologie des modes de collecte ; on doit par exemple réfléchir sur les questions d’échantillonnage, sur le choix des personnes interviewées, les méthodes de préparation et les grilles d’entretien, établir des calculs de coûts (pour bâtir de tels projets, il faut avoir une idée assez précise des coûts financiers – essentiellement des coûts de personnel –, du rendement d’une équipe, de la durée prévisible des opérations, de façon à présenter aux décideurs un projet solidement chiffré)27 ; il faudrait également réfléchir aux méthodes d’évaluation de la qualité des entretiens, de l’efficacité en cours d’opérations (pour rectifier le tir éventuellement) : la gestion d’un tel système est fort complexe28.

  • 29 Également un fichier des organismes pratiquant les archives orales. On finira par creer un (...)

17Deuxièmement : on constate une certaine effervescence, il faudrait assurer autant que possible une certaine coordination, il serait bon qu’il y eût un minimum d’information (aux Archives Nationales, un fichier a été établi pour les entretiens politiques29, mais il est certain qu’une cellule – à un niveau quelconque – devrait être au courant de toutes les initiatives prises en ce domaine).

  • 30 Des journées d’études ou colloques sur les archives orales et leurs techniques devraient a (...)
  • 31 Les Archives nationales ont commencé en 1988 des stages d’initiation aux archives sonores.

18Troisièmement : il faut assurer une certaine formation des chefs de projet et des responsables d’entretien, en s’adaptant au terrain30 ; il conviendrait aussi d’organiser un certain échange d’informations sur les méthodes employées, des confrontations d’expériences, tant est grande la diversité des méthodes, de la conception des équipes, du traitement des documents31.

19Quatrièmement : il est nécessaire d’élaborer un programme à moyen terme : les actions publiques (et semi-publiques) devraient se développer dans quatre directions :

  • 32 On pourrait imaginer que des plans de collecte de témoignages soient élaborés avec l’aide (...)

20Première direction : il serait important que dans chaque direction départementale d’archives, fût constituée une cellule « archives orales » chargée : 1°) d’établir des programmes, d’aider et d’orienter dans cette voie des associations, des sociétés savantes ou des « groupes », de former des responsables d’entretiens, 2°) d’effectuer la collecte de témoignages oraux dans des secteurs précis, 3°) d’assurer la conservation des cassettes entrées par dons, dépôts et de gérer un fichier général. À côté des documents écrits, les archives orales – tout comme les archives audiovisuelles – ont leur place dans les dépôts d’archives, et on voit très bien les Conseils généraux – et les Conseils régionaux – financer de telles enquêtes systématiques32.

  • 33 L’histoire de l’invention (et l’histoire de l’innovation, l’histoire des échecs) ont besoi (...)
  • 34 Il faut considérer qu’il est nécessaire d’étendre de telles enquêtes à des écrivains âgés (...)
  • 35 Rappelons l’intérêt des souvenirs collectés par la télévision sur Vladimir Jankélévitch. M (...)
  • 36 On sait l’importance de cette histoire, et sa complexité (cf. H. Bonin, « Pour une histoir (...)
  • 37 Il est singulier qu’on n’ait pas encore collecté les souvenirs de conseillers d’État – par (...)

21Deuxième direction : il serait nécessaire de développer, à l’échelle nationale, des enquêtes lourdes dans des secteurs jugés prioritaires ; par exemple, il faudrait créer des archives orales scientifiques33, médicales (par enquête auprès des grands médecins), des archives orales littéraires34, philosophiques35, des archives d’histoire technique (par exemple des témoignages sur les débuts de l’énergie nucléaire, ou la naissance de l’informatique)36. Ce sont là des projets qui supposent des programmes précis, avec des conseils scientifiques (pour collecter les souvenirs d’un mathématicien, ou d’un physicien, il faut sans doute des responsables d’entretien, ou des intervenants, d’un certain niveau scientifique), et une coopération étroite avec les institutions concernées (par exemple pour une collecte de témoignages auprès de membres des grands corps)37.

  • 38 L’Association pour l’histoire des chemins de fer, créée en 1987, devrait entreprendre une (...)
  • 39 L’Association pour l’histoire de l’électricité n’a pu jusqu’à présent, pour des raisons pa (...)
  • 40 Nous pensons qu’il faut collecter systématiquement – sans souci d’utilisation immédiate –  (...)

22Troisième direction : il faut lancer des opérations dans des secteurs qui peuvent avoir des sources de financement « autonomes » : par exemple, on devrait constituer des archives orales à la SNCF38, à EDF39, au CEA, chez Renault, à Air France, aux Charbonnages de France, à la Banque de France, à la Caisse des dépôts, etc., ces organismes pouvant avoirjeur programme d’action, leurs équipes et parfois des objectifs particuliers. À l’évidence dans des secteurs comme l’histoire des PTT, l’histoire de l’éducation40 ou l’histoire de la justice, il s’agirait d’opérations lourdes qui méritent d’être méditées avec soin.

  • 41 Les souvenirs des religieuses entrées en religion avant 1950-1960 nous font toucher à un m (...)
  • 42 Il serait possible de trouver des financements dans le monde agricole, mais l’ampleur de l (...)
  • 43 Aucune étude n’a été entreprise, à notre connaissance, pour programmer de telles collectes (...)

23Quatrième direction : il faut enfin s’occuper des secteurs qui ne peuvent trouver de sources de financement : par exemple le secteur religieux (clergé régulier41, clergé séculier), le secteur agricole42, où il serait urgent d’entreprendre des actions systématiques, tant les gestes, les conduites, les mœurs changent rapidement (dans certains cantons en 1960 on touchait encore à l’ancien régime) ; avec l’appui des Chambres d’agriculture et des syndicats agricoles des opérations de grande ampleur pourraient être menées pour préserver la mémoire rurale43.

  • 44 La prospective permet de définir les objectifs prioritaires, de montrer les failles du sys (...)
  • 45 Rappelons que si l’on veut avoir de bons entretiens, il faut qu’ils soient bien prépares, (...)
  • 46 On est beaucoup déçu également par les « témoignages » apportés dans les colloques par tel (...)
  • 47 Il faut faire saisir aux responsables que les archives orales ne relèvent pas de l’ethnogr (...)

24On voit bien les directions possibles d’une politique de développement : mais on n’est pas toujours conscient des possibilités considérables de croissance ; une réflexion prospective devrait être entreprise44. Quel devrait être le développement de la « discipline » en l’an 2000 – c’est tout proche – ou l’an 2020 ? Comment seront à cette date organisées les équipes de collecte de témoignages ? Quelles seront les structures (scientifiques, administratives, financières) ? Les besoins actuels sont considérables : or l’on constate qu’on a certaine peine à bâtir de tels projets, à obtenir les décisions de financement45, à faire comprendre les différences entre archives orales et histoire orale ; l’utilisation immédiate – et sans précautions – du témoignage a beaucoup déçu46, elle a parfois provoqué de vives querelles (l’« histoire orale » suscite encore, et à juste titre, beaucoup de méfiance chez les responsables d’institutions ou d’organismes)47. Il manque un programme, une doctrine en ce domaine. Une réflexion d’ensemble mériterait d’être établie, pour sauvegarder ce capital de mémoire, car c’est un domaine où la programmation, la continuité de l’effort sont indispensables.

Notes

1 L’histoire orale utilise immédiatement les témoignages collectés, alors que les archives orales ne sont utilisées qu’avec un certain délai (30 ans en principe après la date de l’interview), ce qui permet une plus grande liberté de la part de l’interviewé : on ne dit pas les mêmes choses à un « historien oral » et a un « archiviste oral ».

2 Les historiens s’intéressent peu, en général, aux témoignages qui seront exploités par leurs successeurs dans les 30 ou 60 ans ; mais ils s’intéressent peu, de même, a la collecte des archives écrites.

3 Aucun bilan n’en a été dressé de façon précise (on découvre au hasard d’une conversation que telle institution a procédé à des collectes de témoignages oraux...). Sur ce problème des archives orales, cf. G. Thuillier, « Pour la création d’archives orales », Gazette des archives, 19/6, p. 28-32, Dominique Schnapper, Histoire orale ou archives orales, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 1980. – Depuis la rédaction de cette note (1988), Chantal de Tourtier-Bonazzi a publié Le témoignage oral aux Archives. De la collecte à la communication, Archives nationales, 1990. Florence Descamps, qui a dirigé la collecte des archives orales au Comité pour l’histoire économique et financière du Ministère des Finances (en 1996 on en est à 2 400 heures) et qui fait un séminaire à l’École pratique des hautes études sur « Histoire administrative et archives orales », a donné une étude de méthode, « Les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière, ou la fabrication d’une source », Études et documents, t. III, 1991, p. 511-538. Sur les possibilités locales de telles collectes, cf. G. Thuillier et J. Tulard, « Les archives orales », dans Histoire locale et régionale, 1992, p. 51-58.

4 Quand un décideur – à Paris ou en province – pose la question : comment entreprendre des archives orales ? on ne sait trop que lui répondre, il manque un petit guide ou un manuel des archives orales.

5 Plus de 600 entretiens ont été menés par Mme Schnapper ; ils sont conservés aux Archives Nationales (37 AS). Sur ces enquêtes, cf. D. Schnapper, ouv. cité (liste des interviewés).

6 La série AV comportait, en 1988, 30 mètres linéaires de cassettes.

7 On trouvera le detail de ces entretiens, menés au départ par Mme Pozzo di Borgo, dans les Rapports annuels de la Commission des archives diplomatiques.

8 Il semble bien que ce soit le service des archives de l’Air qui ait le premier entrepris la collecte des témoignages oraux – vers 1972 ? – en raison de la destruction des archives écrites antérieures à 1940...

9 Cf. Florence Descamps, article cité à la note 3. L’histoire des débuts de cette collecte d’archives mériterait d’être un jour retracée.

10 C’est la méthode des Archives diplomatiques, elle permet de mieux faire rebondir l’entretien.

11 Pour l’histoire administrative, les archives orales permettent de connaître le vécu du fonctionnaire, mais aussi les processus de décision, l’atmosphère d’un cabinet d’autrefois – et les intrigues de cabinet –, le rôle des amitiés, des clans ; on saisit aussi l’écart entre les « textes » et la pratique réelle, on peut suivre la « fabrication » d’un projet de loi, l’importance des négociations avec les « partenaires sociaux ». Or les souvenirs écrits ne parlent guère des pratiques réelles, on gomme les détails... Une étude précise sur les liens entre l’histoire administrative et les archives orales serait nécessaire.

12 Tout comme les archives des ministères sont collectées aujourd’hui non pour l’exploitation immédiate, mais bien pour être utilisées dans le délai de 30 ou 60 ans...

13 Ou encore, pour l’histoire de l’histoire administrative, les débuts de l’ENA ou les premières années de la direction de la Fonction publique...

14 Cf. « Le patrimoine biographique », Revue administrative, 1987, p. 276-280.

15 Même les confessions ou récits de vie écrits n’ont pas la même signification. Les mémoires d’hommes politiques sont beaucoup trop allusifs (par souci d’écriture, ainsi pour Edgar Faure) ; dans des entretiens destinés aux archives, on peut s’appesantir sur tel ou tel aspect, obtenir un jugement, une confidence sur une période trouble.

16 Mais il y a un point de liaison : ces documents oraux collectés par les historiens oraux devraient être sauvegardés et déposés au Archives nationales (ou départementales), car ces cassettes d’enregistrement peuvent servir aux historiens de 2030 ou 2060 (ainsi tel chercheur a déposé les cassettes qui ont servi à son étude sur l’art sous Vichy). Il devrait en être de même pour les enquêtes menées par les sociologues ou ethnologues et pour les interviews approfondis entrepris par les Instituts de sondage pour la préparation des questionnaires, notamment par la SOFRES et l’IFOP. C’est dire que le souci des archives orales devrait conduire à une politique globale de sauvegarde des témoignages oraux.

17 C’est une question délicate d’ingénierie (supra, p. 84), qui suppose certains talents diplomatiques.

18 Cf. les témoignages utilisés par Y. Mamou dans son etude sur la Direction du Trésor (Une machine de pouvoir, la Direction du Trésor, 1988).

19 Faut-il des « historiens » ou des personnes ayant une formation générale de type Sciences-Po, ou même ayant une expérience de journalistes (car le métier est proche) ? La question reste ouverte. La diversité des formations est souhaitable : historiens, chartistes, Sciences-Po, journalistes, économistes. L’important est que l’unité de méthode soit bien observée, et que le responsable y tienne la main.

20 Une solution intermédiaire a été adoptée par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale ; les cassettes sont déposées aux Archives nationales, et non communicables avant 30 ans, sauf autorisation donnée par la personnalité interviewée au chercheur (c’est aussi la pratique actuelle au Comité pour l’Histoire économique et financière du Ministère des Finances).

21 Répétons-le, ce qui n’est pas versé dans un fonds public court le risque d’être perdu...

22 Un exemple en est donne par un inventaire du service historique de la Marine, M. Vigié (Catalogue des Archives orales, 1981, 200 p., Bib. Nat., 4° Lb 225/320), mais peut-être là l’indexation du contenu est-elle trop précise.

23 Un traitement informatique des données est nécessaire. Il faudrait évoquer aussi le problème du suivi ; il faut inciter l’interviewé à verser aux Archives ses papiers, les documents qu’il détient (les hauts fonctionnaires conservent beaucoup de papiers par devers eux, rapports, correspondances, agendas détaillés, chronqs...), et parfois l’inciter à rédiger ses souvenirs (par exemple les souvenirs d’anciens administrateurs des colonies sont souvent fort pittoresques – et très instructifs).

24 Notamment l’entretien filmé en caméra vidéo (pour saisir le milieu où vit l’interviewé, l’atelier de l’artiste, ou pour saisir les gestes anciens d’un métier).

25 Ils se méfient de la difficulté d’interpréter des témoignages, par définition partiaux, ils critiquent le coût de ces opérations, ils n’en comprennent pas toujours l’utilité, ils rappellent les risques de l’histoire orale (et la maladresse de certains historiens engagés qui se sont lancés dans des opérations à risques, par exemple en matière d’histoire « féministe », a accru ces défiances).

26 Une étude de ces obstacles et réticences serait bien nécessaire. On a constaté avec surprise qu’il n’y a eu aucune opposition aux Affaires étrangères parmi les diplomates, et à la mort de Sekou Touré, on a même recueilli le témoignage du premier ambassadeur à Conakry en 1975... Il n’y a apparemment aucune difficulté au Ministère des Finances.

27 D’autant plus qu’il s’agit d’opérations longues, d’au moins 2 ou 3 ans (l’enquête pour la Sécurité sociale qui fut la première enquête lourde a duré près de 5 ans de 1975 à 1980, et des prolongements de cette opération paraissent aujourd’hui nécessaires, car on s’était arrêté en 1967).

28 Il faut à la fois un pilotage scientifique et un pilotage administratif et des évaluations périodiques.

29 Également un fichier des organismes pratiquant les archives orales. On finira par creer un jour une petite banque de données.

30 Des journées d’études ou colloques sur les archives orales et leurs techniques devraient avoir lieu régulièrement.

31 Les Archives nationales ont commencé en 1988 des stages d’initiation aux archives sonores.

32 On pourrait imaginer que des plans de collecte de témoignages soient élaborés avec l’aide des archives départementales, des sociétés savantes et des organismes concernés (par exemple on pourrait collecter les souvenirs des employés de la préfecture, ou de la trésorerie générale, ou encore les souvenirs de médecins, de sages-femmes, d’infirmières, d’assistantes sociales, de religieuses : le recueil d’Yvonne Kniebielher. Nous, les assistantes sociales, Aubier, 1980, publiant les témoignages d’anciennes, a bien montré l’importance, pour l’histoire locale, de tels souvenirs).

33 L’histoire de l’invention (et l’histoire de l’innovation, l’histoire des échecs) ont besoin absolument de ces archives scientifiques (d’autant que les papiers personnels des savants et ingénieurs sont général détruits par leurs enfants ou leurs proches).

34 Il faut considérer qu’il est nécessaire d’étendre de telles enquêtes à des écrivains âgés (qui souvent n’écrivent pas de mémoires ou écrivent des mémoires « biaisés »).

35 Rappelons l’intérêt des souvenirs collectés par la télévision sur Vladimir Jankélévitch. Mais jusqu’à présent on a peu collecté de souvenirs auprès de philosophes âgés.

36 On sait l’importance de cette histoire, et sa complexité (cf. H. Bonin, « Pour une histoire de l’informatique française », Vingtième siècle, 1988, p. 123-129.

37 Il est singulier qu’on n’ait pas encore collecté les souvenirs de conseillers d’État – par leur carrière mêlés à beaucoup d’aifaires politiques ou économiques ; certains estiment qu’il vaut mieux interviewer un directeur de cabinet qu’un ministre...

38 L’Association pour l’histoire des chemins de fer, créée en 1987, devrait entreprendre une telle collecte.

39 L’Association pour l’histoire de l’électricité n’a pu jusqu’à présent, pour des raisons particulières, entreprendre cette action. Mais l’enquête pourrait être très fructueuse, on le voit par les interviews d’un agent de secteur né en 1900 (cf. N. Gérôme, « Généalogie de la vie quotidienne d’un agent de secteur... », Bulletin d’histoire de l’électricité, n° 11, juin 1988, p. 61-76).

40 Nous pensons qu’il faut collecter systématiquement – sans souci d’utilisation immédiate – les souvenirs d’inspecteurs d’Académie, de professeurs, de proviseurs, d’instituteurs, de professeurs d’école normale. C’est tout un monde disparu que l’on retrouverait ainsi, celui d’avant 1950-1955. Des enquêtes devraient être menées avec les centres de documentation pédagogique.

41 Les souvenirs des religieuses entrées en religion avant 1950-1960 nous font toucher à un monde de traditions, à des formes anciennes de spiritualité, ou d’action sociale, qu’il est difficile de saisir autrement.

42 Il serait possible de trouver des financements dans le monde agricole, mais l’ampleur de la tâche oblige à prévoir un soutien des collectivités locales, de l’État et d’institutions comme le Crédit agricole et la Mutualité agricole.

43 Aucune étude n’a été entreprise, à notre connaissance, pour programmer de telles collectes, qui bien dirigées fourniraient des matériaux, des documents, à l’histoire sociale, à l’histoire des techniques, à l’histoire de l’économie rurale, à l’histoire de la famille, à l’histoire du quotidien, à l’histoire de la santé, à l’histoire psychologique, à l’histoire du langage.

44 La prospective permet de définir les objectifs prioritaires, de montrer les failles du système actuel.

45 Rappelons que si l’on veut avoir de bons entretiens, il faut qu’ils soient bien prépares, ce qui suppose que le personnel soit recruté à un niveau convenable, et bien payé (n’oublions pas que la feuille d’impressions, rédigée par le responsable de l’entretien, a souvent une certaine importance pour interpréter plus tard le témoignage). Et deux heures d’entretien sont plus fatiguantes que deux heures de cours.

46 On est beaucoup déçu également par les « témoignages » apportés dans les colloques par telle ou telle personnalité, souvent imprécis, biaisés, peu utilisables.

47 Il faut faire saisir aux responsables que les archives orales ne relèvent pas de l’ethnographie ou de la sociologie, que les buts sont proprement historiques, c’est-à-dire de fournir des documents, des matériaux aux historiens futurs, et que les objectifs de l’entretien ne sont pas influencés ou biaisés par tel « préjugé » ou telle hypothèse de travail sociologique (par exemple, les sociologues interrogent sur les « grands-parents », parce qu’ils ont le souci d’étudier la mobilité sociale – ce n’est pas le cas des archives orales).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search