Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

III. Les méthodes

Les banques de données bibliographiques

Texte intégral

  • 1 Aucune étude n’existe sur le développement des banques de données en France, aucune instance n’est (...)
  • 2 Il existe actuellement la banque Marianne du CNRS qui reprend, depuis 1979, la Bibliographie annell (...)
  • 3 Notamment en histoire de l’art (des 1968 les historiens d’art se sont préoccupés de l’informatisati (...)
  • 4 Ce projet – trop coûteux – n’a pu voir le jour jusqu’à présent.
  • 5 Nous voudrions marquer ici la différence entre les banques bibliographiques courantes et les banque (...)

1On semble se défier en France des grandes banques de données, on a peur de s’engager dans des aventures onéreuses (et on sait les difficultés rencontrées par l’informatique juridique)1. Or le développement de la recherche historique suppose nécessairement la création de grandes banques de données des sources imprimées qui faciliteront le travail du chercheur : ce sont des investissements très rentables. Aucune banque de ce type n’existe encore2 : mais les réflexions commencent ici et là en ce domaine3, et il importe de bien préciser les ambitions et d’affiner les méthodes de raisonnement. Nous voudrions prendre un exemple : la création d’une banque de données bibliographiques rétrospectives dans le domaine de l’histoire économique et financière, dans la création a été envisagée au Comité d’histoire économique et financière du Ministère des Finances4. Cherchons à saisir les difficultés de réalisation d’une telle banque lourde : on retrouvera les mêmes contraintes chaque fois que l’on décidera de créer une banque lourde rétrospective5.

  • 6 C’est toute la difficulté de l’entreprise, et la crédibilité, l’efficacité d’une banque dépendent d (...)
  • 7 Par exemple la banque ISIS de la Chambre de Commerce de Paris.
  • 8 On voit la difficulté d’indexer par exemple un Traité d’économie politique de Leroy-Beaulieu ou de (...)

2I. Dans le domaine de ces banques de données rétrospectives, on constate une certaine carence de la recherche (nous ne disposons d’aucune « modèle, d’aucun expert). Entendons-nous bien ; il ne s’agit pas de banques où l’on se contente d’indexer le titre du livre (ou de l’article), ou encore un résumé, (comme le fait le Répertoire d’Art et d’Archéologie), mais de banques plus ambitieuses, où le contenu du livre ou de l’article serait dépouillé et indexé6. D’autre part il ne s’agit pas d’analyser le flux annuel de productions (comme la très grande majorité des banques bibliographiques actuelles)7, mais de couvrir pour le champ concerné l’ensemble de la « production » depuis le xviie siècle : il faut analyser un stock et ce, en appliquant des méthodes fines d’analyse suivant les besoins (on doit aller bien au-delà du titre, chercher à saisir les « bonnes » entrées, les entrées utiles, donner ce qui est important)8.

3On voit l’ampleur du projet pour tout ce qui relève des activités du ministère des Finances, c’est-à-dire de l’histoire économique et financière. Or ici intervient une difficulté supplémentaire : comme les archives (et la bibliothèque) du ministère des Finances ont été détruites en 1871, il faut nécessairement entreprendre – pour compenser ce « trou » – un dépouillement attentif des fonds de manuscrits de la Bibliothèque nationale et une analyse sommaire des fonds des Archives, construire une banque mixte concernant à la fois des sources imprimées, et des sources manuscrites (à moins de construire des banques séparées, mais conçues selon la même méthode et interrogeables dans le même temps, ce qui semble préférable).

  • 9 Elles correspondent à une demande en principe solvable, et à des besoins précis d’utilisateurs, leu (...)

4II. Le projet peut paraître déraisonnable, et il n’y a pas de « précédents » (les banques de données juridiques n’ont que des rapports lointains avec ces banques de données rétrospectives)9.

5La construction d’une telle banque lourde pose des problèmes difficiles :

    • 10 Mais on doit souligner que l’existence d’une banque crée une demande nouvelle, qui n’a pas toujours (...)

    on n’a pas d’études sur les besoins des chercheurs : il faudra donc étudier la typologie de la demande10,

    • 11 La thèse de Mme Françoise Bayard a montré l’importance de la fin du xvie siècle dans la naissance d (...)

    le champ chronologique couvert est considérable : il serait absurde de limiter la banque aux années postérieures à 1789, il faut faire partir l’analyse au moins du début du xviie siècle11,

  • la masse documentaire à traiter est fort importante (mais peut-être moins considérable qu’il n’y paraît) ; l’avantage des banques de données est qu’elles peuvent être enrichies progressivement, on peut étendre les explorations des « gîtes documentaires » au rythme souhaité.

  • 12 Personne n’a examiné le contenu de ces journaux corporatifs : l’Écho des Domaines, la Douane, la Tr (...)
  • 13 Cette littérature grise de rapports ronéotypés commence dès les années 1930-1940.
  • 14 Cette réflexion doit être doublée d’un effort de recensement des gîtes de documents : par exemple, (...)

6Prenons les xixe et xxe siècles : il faut faire entrer les livres, les brochures, mais aussi toute une série de documents répétitifs et de périodiques : Almanach national, annuaires spécialisés, rapports et débats parlementaires, rapports de la Cour des Comptes, et surtout des revues générales ou spécialisées, dont le dépouillement attentif est chose absolument nécessaire (le recensement des revues, bulletins et journaux « sécrétés » par le ministère des Finances, et les associations ou syndicats du personnel, n’a jamais été entrepris ; or c’est dans les journaux rédigés par les agents des régies vers 1880-1900 qu’on saisit le mieux la vie du ministère...)12. À quoi il faudrait ajouter à l’évidence les documents statistiques, les cours universitaires portant sur les finances, les multiples rapports ronéotypés13. On voit que la typologie du réseau documentaire n’est pas simple à faire, mais c’est un exercice indispensable, qui demandera nécessairement du temps14.

7Les problèmes peuvent se compliquer si l’on se décide à créer des banques séparées, mais interrogeables dans le même temps (techniquement, cela ne pose guère de difficultés) pour des ensembles particuliers ; on pourrait envisager, par exemple divers banques :

  • banque des sources statistiques,

  • banque « biographique » (pour les personnalités, ministres, directeurs, etc.),

  • banque des archives du ministère (après 1871),

  • banque des sources de l’histoire bancaire.

8Ces banques correspondant à des demandes particulières.

  • 15 Il y a nécessairement une marge d’arbitraire dans l’indexation de ce type de documents : mais n’ind (...)

9Pour les documents de caractère répétitif, ou « transversal », et les périodiques, des consignes particulières devront être données aux analystes ; un rapport de la Commission du budget, un rapport de la Cour des comptes touchent à de multiples sujets : comment les indexer ? Quel degré de finesse faut-il donner à l’analyse ? Faut-il opérer des coupes (par exemple de cinq en cinq ans) ? Et pour une revue, comme la Revue administrative en 1883 ou le Bulletin de statistique et législation comparée, que doit-on indexer ? On rencontre nécessaire là une foule de difficultés particulières : mais la qualité de l’analyse est essentielle pour des banques rétrospectives15.

  • 16 En fait c’est au moment où l’on construit une banque de données actuelles qu’il faut songer à la co (...)

10Peut-être, au niveau de la réflexion préalable, devra-t-on envisager les liens de cette banque « rétrospective » avec les banques de données actuelles existant au ministère, ou autour du ministère (on sait la difficulté extrême que l’on va rencontrer avec les archives informatiques)16.

  • 17 Rappelons que dans le cas de l’histoire économique et financière (au sens du Comité pour l’histoire (...)
  • 18 Le Comité a décidé en 1988 d’élaborer des guides du chercheur pour les différentes périodes, or les (...)
  • 19 En informatique lourde, la moindre erreur de conception peut coûter cher : il faut savoir où l’on v (...)

11La construction d’une telle banque pose de multiples problèmes, et l’étude de faisabilité devrait les mettre en lumière : un programme de travail doit être élaboré : évaluation des besoins de la demande, définition du champ d’intervention17, recensement et typologie des masses documentaires, élaboration d’un projet de thésaurus, création de banques particulières, expérimentation d’analyses des types de documents ; on ne doit pas sous-estimer l’ampleur de la tâche de réflexion préalable, qui doit associer les historiens, les conservateurs d’archives et de bibliothèques, les informaticiens, les maîtres d’œuvre18 ; l’investissement intellectuel antérieur à la construction d’une banque de données est considérable19, et le calcul des coûts prévisibles de réalisation n’est pas chose simple : mais il s’agit de travaux qui doivent s’établir à notre avis sur dix ans au moins.

12III. Il faut bien être conscient de la rentabilité d’une telle banque, même si (comme pour les banques de données juridiques) elle ne peut guère être mesurée.

13Premier avantage : la banque lourde économise du temps de chercheur, elle simplifie et accélère la recherche.

14Deuxième avantage : elle assure une plus grande sécurité, une plus grande fiabilité des travaux, elle permet une meilleure connaissance des « réseaux documentaires », elle donne une lecture plus cohérente du passé.

15Troisième avantage : la banque lourde est un facteur privilégié de développement de la recherche historique : là où la demande est inexistante, ou faible, elle suscite, ou crée la demande et c’est un élément capital pour des histoires fortement « techniques » comme l’histoire de la fiscalité ou l’histoire de la monnaie.

16Mais il faut être conscient d’autres avantages moins apparents :

    • 20 D’une banque générale on peut tirer, si l’on veut, un produit partiel imprimé, par exemple sur l’hi (...)

    il y a la possibilité d’éditer des sous-produits (imprimés ou disquettes), la banque se démultiplie facilement20.

    • 21 Ou encore provoquer des enquêtes dans les fonds d’archives à l’étranger (l’histoire financière de l (...)

    elle favorise l’innovation : elle fait découvrir de nouveaux gîtes documentaires qui étaient auparavant quasi inaccessibles et dont elle assure l’analyse, elle ouvre de nouveaux chantiers à la recherche, elle peut provoquer des enquêtes approfondies dans certains fonds (par exemple les fonds de manuscrits de la Bibliothèque nationale)21 : c’est un aiguillon de la recherche.

  1. elle peut apporter une aide précieuse aux autres disciplines (ainsi l’histoire politique, militaire, littéraire, artistique...) en donnant un moyen d’accéder à des fonds d’accès difficile (par exemple les documents budgétaires), elle peut aussi favoriser le développement de « disciplines » connexes ou conjointes (histoire du droit commercial, histoire de la comptabilité, histoire de la statistique).

17On voit la rentabilité à long terme d’une telle entreprise : en fait les experts considèrent que tout dépouillement fait aujourd’hui, si la conception de la banque est suffisamment réfléchie, aura encore gardé toute sa valeur, c’est-à-dire sera utile, dans cinquante ans ou cent ans : en tout cas la durée de vie du travail d’analyse accompli est jugée très longue, presque sans limites, ce qui ne correspond guère à la « durée de vie » des travaux et études d’histoire, menacés par une obsolescence rapide (en raison des changements de méthode et de modes du discours). C’est dire que le taux de rentabilité de tout investissement dans une banque lourde « rétrospective » est maximal.

  • 22 Cf. J. Thuillier, « Parlons finances », HAMI (Histoire de l’Art et Moyens informatiques), nos 27, 2 (...)
  • 23 Les historiens ne s’intéressent guère aux conditions de collecte des archives, alors que la valeur (...)

18Mais l’idée n’est pas encore bien accréditée ; on a l’exemple des banques de données juridiques qui sont préoccupées par un souci de solvabilité – mais la conception en est tout à fait différente : par construction les banques de données bibliographiques rétrospectives ne répondent pas à une demande solvable (Jacques Thuillier l’a bien montré à propos des banques de données en histoire de l’art)22, la rentabilité est de toute autre nature. D’autre part le matériel a évolué considérablement depuis trois ou quatre ans, et le disque optique numérique permet de réaliser des banques lourdes sans trop de problèmes techniques : on peut dès maintenant envisager des banques à durée de vie longue qu’on enrichira à volonté. Mais il faut ne pas oublier les autres obstacles : le désintérêt en général des historiens vis-à-vis de leurs instruments de travail et, de façon globale, de la collecte des données23, l’indifférence fréquente à toute forme de prospective de l’histoire, le coût nécessairement élevé de tels investissements (il s’agit principalement de coûts en heures d’analystes), la difficulté de concevoir correctement une entreprise de cette taille, surtout avec les banques « conjointes ».

  • 24 S’agissant d’histoires techniques comme l’histoire fiscale ou l’histoire du crédit, il faut que l’a (...)

19Comment faire progresser une telle idée ? Il faut des esprits passionnés, mais de façon générale les gens sont assez indifférents aux travaux de longue durée (c’est un butoir des banques de données en France, qu’elles soient historiques ou actuelles). Il faut aussi montrer une certaine prudence : les faux raisonnements d’un informaticien médiocre, au départ d’une banque, sont irréparables (l’histoire des échecs des banques de données est fort intéressante). Une phase de réflexion préalable plus ou moins longue est nécessaire, car il faut accorder informaticiens et historiens, bien repérer les besoins réels des historiens, établir un schéma intelligent « révisable », repérer les difficultés majeures (l’étude de faisabilité n’est pas simple), prévoir les dérives possibles (rien n’est plus dangereux qu’une banque encombrée de références d’intérêt médiocre ou nul, le « perfectionnisme » doit avoir des limites), recruter et former des analystes (la crédibilité de la banque, répétons-le, dépend de la qualité de leur travail)24 , entreprendre des expérimentations...

20On saisit l’importance d’une réflexion d’ensemble sur la construction d’une banque de données rétrospectives et la complexité des problèmes soulevés, d’autant qu’il n’existe pas de « modèle » de banque avec analyse très détaillée des ouvrages recensés. Mais c’est là une étape nécessaire : la qualité, le niveau de la recherche historique dans vingt ans dépendra largement de la construction de telles banques lourdes – et si nous ne le faisons pas, ce seront des banques américaines qui occuperont le terrain.

Notes

1 Aucune étude n’existe sur le développement des banques de données en France, aucune instance n’est chargée de coordonner la création des banques dans l’administration. Pourtant, dès 1980 un rapport intelligent de J.-P. Chamoux avait attiré l’attention sur l’importance économique des flux de données transfrontieres (Information sans frontière, Mission à l’informatique, 179 pages). Actuellement il existe apparemment une certaine anarchie, et une certaine carence de la réflexion doctrinale (sauf dans le domaine juridique).

2 Il existe actuellement la banque Marianne du CNRS qui reprend, depuis 1979, la Bibliographie annelle de l’histoire de France (soit 95 000 références en 1988) ; l’informatisation du Répertoire d’Art et d’Archéologié remonte à 1973, ce qui doit représenter plus de 200 000 références que l’on peut interroger (banque Francis).

3 Notamment en histoire de l’art (des 1968 les historiens d’art se sont préoccupés de l’informatisation de la documentation : et dans cette discipline, il existe une demande importante du marché d’art).

4 Ce projet – trop coûteux – n’a pu voir le jour jusqu’à présent.

5 Nous voudrions marquer ici la différence entre les banques bibliographiques courantes et les banques rétrospectives, qui soulèvent des problèmes très complexes, aucune n’existe actuellement avec une indexation fine des ouvrages.

6 C’est toute la difficulté de l’entreprise, et la crédibilité, l’efficacité d’une banque dépendent de l’intelligence avec laquelle est conduit ce travail d’indexation fine. Pour un exemple de réflexion, cf. J. Tramer « A propos des réalisations d’un index bibliographique en histoire de l’art », HAMI (Histoire de l’Art et Moyens informatiques), n° 15, 15 mars 1986, p. 4-12.

7 Par exemple la banque ISIS de la Chambre de Commerce de Paris.

8 On voit la difficulté d’indexer par exemple un Traité d’économie politique de Leroy-Beaulieu ou de Colson.

9 Elles correspondent à une demande en principe solvable, et à des besoins précis d’utilisateurs, leur but est en fait l’action quotidienne, non la recherche. Et ce qui complique encore ce secteur, c’est l’importance de la concurrence, et l’existence de banques d’origine étrangère.

10 Mais on doit souligner que l’existence d’une banque crée une demande nouvelle, qui n’a pas toujours les mêmes caractéristiques (et les mêmes besoins) que la demande ancienne.

11 La thèse de Mme Françoise Bayard a montré l’importance de la fin du xvie siècle dans la naissance de l’administration des finances, elle a souligné la multiplication des écrits financiers.

12 Personne n’a examiné le contenu de ces journaux corporatifs : l’Écho des Domaines, la Douane, la Tribune des vérificateurs des poids et mesures... La revue administrative, qui dura de 1883 à 1893, était l’organe des agents des Contributions indirectes et des Douanes.

13 Cette littérature grise de rapports ronéotypés commence dès les années 1930-1940.

14 Cette réflexion doit être doublée d’un effort de recensement des gîtes de documents : par exemple, les rapports du Conseil d’État sous le Premier Empire sont, en matière financière et économique, fort importants, mais on n’en possède aucune collection complète ; il y en a des séries – partielles – au Conseil d’État (collection de Gérando), d’autres à la Bibliothèque nationale, d’autres aux Archives Nationales, à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale... ; seul un recensement systématique (et informatisé) en permettrait l’exploitation.

15 Il y a nécessairement une marge d’arbitraire dans l’indexation de ce type de documents : mais n’indexer que le titre, ou que quelques caractéristiques ou mots vedettes, n’aurait aucun sens. On pourrait songer, pour les rapports de la Cour des Comptes, dont la série remonte à 1833, à une banque de données particulière.

16 En fait c’est au moment où l’on construit une banque de données actuelles qu’il faut songer à la conservation future de ce « patrimoine informatique ».

17 Rappelons que dans le cas de l’histoire économique et financière (au sens du Comité pour l’histoire économique et financière du ministre des Finances) le champ d’intervention est immense : histoire fiscale, budgétaire, histoire monétaire, histoire des changes, histoire des relations économiques extérieures, histoire administrative (du ministère et des services extérieurs), histoire parlementaire, histoire politique, histoire statistique, histoire du crédit, histoire boursière, etc. : le ministère des Finances couvre en fait de multiples activités, et il faut en saisir les différentes facettes (par exemple les doctrines des économistes concernant le budget, l’intervention de l’Etat, le dirigisme).

18 Le Comité a décidé en 1988 d’élaborer des guides du chercheur pour les différentes périodes, or les méthodes de raisonnement sont les mêmes dans leurs principes, que pour la construction d’une banque de données, et les difficultés soulevées par l’élaboration des guides préfigurent celles de la construction de la banque.

19 En informatique lourde, la moindre erreur de conception peut coûter cher : il faut savoir où l’on veut aller et ne pas s’égarer sur de fausses pistes.

20 D’une banque générale on peut tirer, si l’on veut, un produit partiel imprimé, par exemple sur l’histoire de la fiscalité de 1914 à 1940, ou l’histoire du Trésor de 1945 à 1980.

21 Ou encore provoquer des enquêtes dans les fonds d’archives à l’étranger (l’histoire financière de la France au xviiie siècle suppose une bonne connaissance des fonds anglais, le Président Edgar Faure l’avait montré à propos de l’affaire Law en utilisant la correspondance de l’ambassadeur anglais conservée au Public Record Office).

22 Cf. J. Thuillier, « Parlons finances », HAMI (Histoire de l’Art et Moyens informatiques), nos 27, 28, 29, mars-mai-juillet 1988. L’idée qu’en histoire on fasse « payer » l’interrogation paraît particulièrement absurde (s’il faut éviter des abus, il doit y avoir d’autres moyens...). Une banque de données de recherche doit être gratuite.

23 Les historiens ne s’intéressent guère aux conditions de collecte des archives, alors que la valeur de leurs travaux – et surtout de ceux de leurs successeurs – dépend de la qualité et de l’efficacité de la collecte.

24 S’agissant d’histoires techniques comme l’histoire fiscale ou l’histoire du crédit, il faut que l’analyste comprenne bien les documents qu’il dépouille et indexe : peut-être même faudrait-il former de jeunes retraités des Finances (inspecteurs des impôts par exemple) ou de la Banque de France à ce métier d’analystes... En tout cas, si l’on veut tirer d’un livre 100 ou 200 « entrées », il faut des agents capables de comprendre des choses techniques. Le profil de l’analyste reste à définir dès qu’on veut obtenir des analyses fines.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search