Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

III. Les méthodes

Les recueils de documents

Texte intégral

1Les recueils de documents étaient honorés autrefois : mais personne aujourd’hui n’encourage ce genre de recherche en histoire contemporaine, on s’en défie, on n’en fait pas la théorie : or le recueil de documents est une méthode qui devrait être systématiquement favorisée par une politique intelligente de recherche, c’est un outil de travail à longue durée de vie, un investissement lourd qu’on a tort de mépriser.

  • 1 Cf. P. Caron, Manuel pratique pour l’étude de la Révolution française, 1947, p. 31 et suiv
  • 2 Par exemple pour l’histoire de l’agriculture, de l’assistance, de la monnaie.
  • 3 Ainsi pour l’Assistance publique, Camille Bloch avait rédigé une Instruction. Un seul recu (...)
  • 4 Cette éclipse mériterait une étude de la part des historiographes : il y a l’influence de (...)

2I. Autrefois, l’élaboration de recueils documentaires était chose fréquente, conformément à une vieille tradition chartiste, et pour la Révolution française dans les années 1890-1910, les historiens officiels n’avaient pas hésité à encourager systématiquement la publication de recueils, notamment la Commission de l’histoire économique de la Révolution présidée par Jaurès1, qui recommandait à la fois les recueils de textes législatifs et réglementaires2 et les recueils de documents départementaux3. Mais cette conception « documentaire » de l’histoire a été vivement combattue : après 1914, on ne sait trop pourquoi, on a préféré, notamment en histoire contemporaine, de vagues « synthèses », c’est-à-dire des « résumés » de documents dont, au mieux, on n’apercevait que des extraits dans les notes. Les grandes entreprises de recueils de documents ont pratiquement été abandonnées entre les deux guerres, et la technique même du recueil n’a plus guère été recommandée ni enseignée4.

  • 5 Quand on fait un article, une étude, on fait des extraits ou l’on prend des notes en vue d (...)
  • 6 En général, une fiche élaborée il y a trois ou quatre ans ne parle plus guère, on peut uti (...)

3On a ainsi peu à peu abandonné une méthode de recherche éprouvée, qui peut rendre encore de grands services ; faire un recueil de textes oblige à lire différemment les documents, à ne pas se contenter de simples « extraits », de « notes » qui « résument » des textes – et, par la force des choses, perdent la majeure partie de leur signification5 –, de fiches « analytiques » qui sont plus ou moins bien utilisées lors de la rédaction6, et quand on écrit, on ne peut s’attarder, on élimine – avec raison – selon les dimensions de l’article ou du livre, on sacrifie à la « synthèse » une partie des documents collectés.

4L’élaboration d’un recueil est toute différente dans ses principes :

  • le recueil oblige à trouver d’autres gîtes de documents, d’autres sources, on est contraint d’explorer des régions nouvelles,
  • le recueil incite à lire différemment les textes, on choisit des textes qui ont leur logique propre, on les met en perspective, on s’intéresse à leurs auteurs, à leur diffusion, à leur signification7, par force on commente les documents publiés, on en marque l’importance,
  • le recueil oblige à une conception « relativiste » de l’histoire : on n’étudie pas un fait ou phénomène, on en livre les multiples reflets, les multiples apparences, on évite les analyses théoriques, on donne les bons documents qui parlent8, qui permettent de saisir à peu près comment les gens raisonnaient : un recueil de documents incite nécessairement à certaines formes d’histoire psychologique9.
  • 10 Les historiens économistes pour le xixe s. semblent depuis un demi-siècle se défier de la (...)
  • 11 La psychologie de l’investisseur a traditionnellement été dédaignée en France (où l’on lis (...)
  • 12 Un recueil sur la fabrication du pain au xixe siècle dans une région a plus de chances d’ê (...)
  • 13 Article ou thèse de 3e cycle. Ce n’est pas toujours le cas, mais la qualité du recueil s’e (...)

5Or certains historiens veulent faire court – et les éditeurs les y encouragent – , ils entendent faire œuvre doctrinale, ils se méfient des documents bruts10 , ils s’inquiètent de tout ce qui relève du vécu quotidien et de l’histoire psychologique11. Ceci explique sans doute l’abandon de la méthode des recueils de textes : mais la qualité d’un recueil de textes dépend, à l’évidence, d’un certain nombre de règles de bonne gestion ; ce sont des travaux importants qui méritent quelques investissements préalables ; il faut bien choisir le créneau – et choisir de préférence un créneau « porteur d’avenir », dans un secteur en jachère12 –, il faut surtout que le recueil soit précédé d’études préalables : avant d’entreprendre un tel recueil, il est nécessaire d’avoir une bonne connaissance du terrain, une certaine expérience du travail historique ; un recueil devrait être le prolongement d’une « étude de synthèse » préalable13, ce qui complique la tâche.

6II. Il faut bien réfléchir à la méthode utilisée : les règles du recueil de textes sont parfois délicates à saisir :

  • il faut choisir entre le recueil exhaustif, le corpus et le choix, l’anthologie de textes sélectionnés en fonction de leur caractère significatif, « typique » ou évocateur14,
  • il faut choisir entre un temps bref (par exemple un recueil sur la préparation d’une loi15) et un temps long (un recueil sur un siècle) : les règles dans les deux cas ne sont pas les mêmes, et la durée de vie du recueil est sans doute différente,
  • il est nécessaire de faire précéder chaque texte publié d’une notice ou introduction, pour évoquer l’auteur, marquer la signification du texte, sa valeur exemplaire, ouvrir des pistes de recherche16 : ces notices sont un outil de travail indispensable tout comme l’annotation du texte,
  • enfin il est important de donner, autant que possible, des documents inédits ou d’accès difficile : correspondances, débats de commissions, extraits de journaux intimes, brochures rares ; on doit montrer ainsi les multiples facettes d’un événement ou d’un « fait social », c’est un véritable réseau documentaire que l’on est amené à construire, on peut saisir les divers regards des acteurs d’un « système »17 ; plus le maillage de textes est serré, plus l’on a de chances de comprendre quelque chose au sujet18.
  • 19 Par exemple les variantes d’un projet de statut de société de secours mutuels (ces modific (...)
  • 20 Par exemple, pour la vie quotidienne des ouvriers, que l’on a trop tendance à voir à trave (...)
  • 21 Par exemple, dans le domaine de l’histoire de l’idiotie, les textes doivent être interprét (...)
  • 22 L’historien de l’administration s’intéresse même au style des télégrammes administratifs.
  • 23 Tel médecin a publié, d’après le « livre de la loi », des analyses de cas signés des noms (...)
  • 24 L’histoire littéraire a aujourd’hui de multiples curiosités, elle s’intéresse à la littéra (...)
  • 25 Un rapport d’un sous-préfet anticipe souvent les réactions du préfet, il se justifie à l’a (...)

7On s’aperçoit vite qu’il s’agit d’un autre mode de raisonnement, très éloigné des travaux « de synthèse », articles ou mémoires : la méthode ici est fondée sur la décomposition, on reconstitue morceau par morceau, touche à touche, quelque chose qui paraissait aller de soi, être lisse, transparent, « compréhensible ». Ceci permet de découvrir des documents « auxquels on ne songeait pas », auxquels l’historien a rarement recours (chansons, poèmes, rapports médicaux, journaux intimes), ou qu’il se contente de signaler en note, ceci permet de mieux interpréter les documents qui s’éclairent les uns les autres, qui prennent une coloration, une épaisseur différentes, on repère des filières inédites de documents en reconstituant le réseau, on approfondit en s’attardant sur tel ou tel document (par exemple en publiant les « variantes » d’un document19), en mettant en lumière des acteurs du système (le vicaire de la paroisse, le contremaître, le médecin20), qui à l’ordinaire n’apparaissent pas ; dans certains domaines comme l’histoire médico-sociale, il vaut mieux publier in extenso les textes médicaux qui souvent aux xviiie et xixe siècles sont d’interprétation délicate pour un médecin d’aujourd’hui dans la mesure où les concepts médicaux ont changé21. Le document a parfois par lui-même une certaine valeur : c’est une forme d’écriture qui souvent mérite l’attention (aujourd’hui on s’intéresse au journal intime, au style de l’administrateur22, au style médical même23, une affiche lors d’une grève, un article polémique de journal méritent parfois l’intérêt des historiens littéraires comme des historiens de l’outillage mental)24 ; on pratique de véritables redécouvertes, tel médecin, tel avocat par exemple dont on publie les rapports, faisant partie du patrimoine littéraire d’une province... Il faut savoir lire un document, qui est souvent un message où l’émetteur tient compte des réactions éventuelles du récepteur, biaise, déforme volontairement25 ; le recueil permet de mieux saisir ces réactions, ces « manipulations », il nous fait pénétrer dans des « systèmes relationnels », des mécanismes psychologiques que l’on dédaigne à l’ordinaire : on est là en prise directe avec la réalité vécue.

8III. On connaît les critiques contre les recueils de textes, qui expliquent que la formule soit souvent délaissée en histoire contemporaine : les publications sont nécessairement volumineuses, le choix des textes est par définition arbitraire, partiel dès qu’on n’applique pas la formule du corpus, le lecteur est pressé, il a besoin de « synthèses », il ne s’intéresse pas à cette masse de détails inutiles, secondaires, il veut des idées générales, des « conclusions » et se méfie d’une érudition mal orientée, « sans intérêt » ; au surplus le recueil n’ajoute rien, ce n’est qu’un travail « préparatoire » aux synthèses, qui par construction est d’intérêt limité ; de tels recueils ne sont bons – à la rigueur – que pour des exercices d’étudiants.

  • 26 Préface au Dictionnaire de biographie et d’histoire d’après des documents authentiques iné (...)

9Ces critiques sont monnaie courante : certes, la théorie des recueils n’est pas encore faite, on ne l’enseigne pas, on déconseillerait même cette pratique (alors qu’elle est encouragée par les médiévistes), et les pédants à la cavalière se méfient de tels travaux d’érudition. Mais comme disait le bon Jal26 : « J’ai la vue courte, et le détail minuscule convient à mon œil, je veux dire à mon esprit myope. Je m’intéresse à une foule de faits microscopiques, qui font pitié à ces historiens, à ces critiques de qui l’on dit, et qui disent volontiers d’eux-mêmes, qu’ils ont les ailes et le regard de l’aigle ». Des documents positifs (la formule vient de Champfleury) donnent une assiette solide, une sécurité, une durée inconnues de nombre de travaux dits de synthèse.

  • 27 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, La méthode en histoire, 1986, p. 39-43.
  • 28 Ce fut sans doute la raison des nombreux recueils de documents sur la Révolution. Or les q (...)
  • 29 Il est vrai que ces conventions statistiques sont rarement données, et aujourd’hui peu de (...)

10L’obsolescence27 n’atteint guère ces recueils documentaires qui ont une longue vie devant eux (on utilise encore les recueils de documents d’Aulard ou de Lacroix, les publications de la Commission Jaurès) : qu’on le veuille ou non, les historiens doivent se méfier de l’obsolescence qui atteint nécessairement leurs travaux. Un recueil de documents a un avantage certain : il permet d’éliminer les querelles idéologiques28, il met le lecteur au contact du document brut, il évite les commentaires et les interprétations mal fondées ; l’arbitraire réapparaît bien dans le choix des textes, mais une part d’arbitraire est inévitable en histoire : même une courbe, un tableau statistique reposent nécessairement sur des conventiors arbitraires29. De fait la pratique des recueils de documents est une incitation à approfondir la recherche, à découvrir de nouveaux documents ; un recueil montre à l’évidence que la recherche n’est pas achevée, que l’on peut fouiller, affiner, ouvrir de nouvelles pistes : le recueil provoque un élargissement du champ visuel, un autre regard.

  • 30 Rappelons les recueils du P. Serge Bonnet sur la sidérurgie lorraine.
  • 31 Notamment l’histoire médicale (par exemple, l’accouchement), l’histoire des techniques ind (...)
  • 32 Où l’on a entrepris des corpus de textes (par ex. à propos de Poussin), des recueils de do (...)
  • 33 Où l’on développe les correspondances annotées, et les corpus de textes (rappelons le Corp (...)
  • 34 L’évolution des techniques d’impression devrait abaisser sensiblement les coûts d’édition (...)
  • 35 Les régions et les départements se prêtent bien à la publication de tels recueils sur la v (...)
  • 36 Depuis la rédaction de cette note (1988) nous avons publié plusieurs recueils de documents (...)

11Assurément, l’élaboration d’un recueil suppose beaucoup d’érudition, de ténacité, de volonté, du flair pour repérer les bons textes30, de la sensibilité, des talents pédagogiques pour les « mettre en perspective », également un certain goût de l’histoire qui échappe aux modes, et une bonne expérience du métier d’historien : ce sont là des qualités qui sont répandues, mais l’on n’encourage pas ce mode d’histoire, et ceux qui pourraient facilement l’appliquer – les historiens locaux, les historiens des institutions et des techniques31 – sont souvent dissuadés d’entreprendre de telles recherches longues, coûteuses en temps et peu honorées. Mais cette histoire « positive » devrait sans doute être de plus en plus appliquée à l’histoire contemporaine, tant la méfiance est grande aujourd’hui vis-à-vis de ces vagues « synthèses » dont les fondements archivistiques paraissent insuffisants... L’exemple de l’histoire de l’art32 et de l’histoire littéraire33 devrait inciter à certaine conversion des esprits : les recueils de textes sont un des moyens privilégiés pour développer une discipline historique34 ; encore faut-il qu’un certain nombre de précautions méthodologiques soient observées, et que la doctrine en soit nettement formulée. On pourrait même imaginer – encouragés par le CNRS, ou les régions35 – des programmes systématiques de publication de recueils de documents36.

Notes

1 Cf. P. Caron, Manuel pratique pour l’étude de la Révolution française, 1947, p. 31 et suiv.

2 Par exemple pour l’histoire de l’agriculture, de l’assistance, de la monnaie.

3 Ainsi pour l’Assistance publique, Camille Bloch avait rédigé une Instruction. Un seul recueil à notre connaissance fut publié conformément à cette instruction, celui d’Adher pour le district de Toulouse (1917).

4 Cette éclipse mériterait une étude de la part des historiographes : il y a l’influence de la guerre (et l’incidence de la hausse des coûts d’édition), mais aussi une mutation sensible de la conception de l’histoire, on réclame une histoire plus « engagée », moins attachée à l’événement, au quotidien, au « document qui parle ».

5 Quand on fait un article, une étude, on fait des extraits ou l’on prend des notes en vue de cet article ou étude, on sait ce qu’on veut faire, ce qui oriente le choix des notes et des lectures (on ne fait en général que ce qui est rentable pour l’article ou l’etude projetés).

6 En général, une fiche élaborée il y a trois ou quatre ans ne parle plus guère, on peut utiliser une belle citation bien choisie, mais souvent le sens du document est « oublié » : entre la lecture d’un document (par exemple un dossier de préfet) et son utilisation, il y a une singulière déperdition (notamment s’il n’y a pas eu une deuxième lecture) ; l’utilisation de la photocopie permet depuis quelques années d’atténuer cet écart.

7 Un recueil de textes se différencie ainsi nettement des recueils de documents tirés des archives notariales (par ex. les recueils des Documents du minutier central concernant l’histoire de l’art, 1700-1750, 2 vol.) où les inventaires après décès publiés ne sont pas commentés – le soin en est laissé aux historiens spécialisés : ce n’est qu’un instrument de travail.

8 La collection « Archives » (Gallimard) reposait bien sur ce principe, mais le nombre de pages, pour des raisons éditoriales, était singulièrement limité pour les sujets traités, ce qui en restreignait la portée. Certains thèmes de la collection méritaient 800 ou 1600 pages.

9 Un recueil de documents sur l’administration incite à s’intéresser à la psychologie de ceux qui écrivent sur les bureaux, des fonctionnaires ou des « publicistes » : pour bien comprendre une page de Le Play, ou de Girardin sur l’administration, il faut bien connaître la psychologie et la carrière de l’un et de l’autre.

10 Les historiens économistes pour le xixe s. semblent depuis un demi-siècle se défier de la publication de tels recueils (on peut citer comme exception Bertrand Gille). Or bien des sujets sont peu compréhensibles si l’on ne publie pas des corpus de textes, par exemple pour l’histoire monétaire, ou pour l’histoire de l’innovation en métallurgie.

11 La psychologie de l’investisseur a traditionnellement été dédaignée en France (où l’on lisait peu Schumpeter et ou l’on méprisait, ou presque, jusqu’à une date fort récente, le rôle des personnalités et des « tempéraments sanguins »). En histoire religieuse, la méfiance était presque de même nature, sous l’influence de la sociologie religieuse, alors que les recueils de textes apportent beaucoup dans ce domaine difficile (on le voit bien dès qu’on commence à publier des lettres de l’abbé Bremond, comme l’a fait le père Blanchet).

12 Un recueil sur la fabrication du pain au xixe siècle dans une région a plus de chances d’être « innovateur » qu’un recueil sur les tournées pastorales.

13 Article ou thèse de 3e cycle. Ce n’est pas toujours le cas, mais la qualité du recueil s’en ressent (par exemple pour les recueils de documents historiques publiés par les CRDP) ; c’est peut-être l’historien de 40 ou 60 ans qui fait les meilleurs recueils, ou ceux dont la durée de vie sera la plus longue (ce n’est là qu’une hypothèse).

14 Notamment quand les textes ont un caractère répétitif (notice, annuaire départemental, rapports au conseil général).

15 Débats à la Chambre et en commission, notes de l’administration, accueil dans la presse, etc.

16 Il faut donner la source, et à cette occasion, signaler, le cas échéant, les documents similaires, montrer les diverses interprétations possibles, etc. ; il faut songer aux chercheurs futurs, économiser leur temps.

17 La méthode est proche de l’analyse de système. On voit, par exemple, sur le mode de vie des ouvriers le regard de l’administrateur, du maître de forges, du curé, du commissaire de police, de l’ingénieur, du médecin, de l’homme d’œuvres, du statisticien, du politique, de l’expert social, du journaliste, et même du poète (cf. pour un exemple, La vie quotidienne des ouvriers des forges en Nivernais au xixe siècle, 1985).

18 C’est un peu comme le jeu d’une caméra qui se déplace autour d’un objet.

19 Par exemple les variantes d’un projet de statut de société de secours mutuels (ces modifications de texte ont une signification par elle-même) ou les différents textes d’un projet de loi quand on peut les retrouver (on possède, par exemple, pour le statut des fonctionnaires de 1941, quatre ou cinq versions entre 1939 et 1941, et plusieurs versions pour celui de 1946).

20 Par exemple, pour la vie quotidienne des ouvriers, que l’on a trop tendance à voir à travers les statistiques, ou les comptes de l’entreprise, c’est-à-dire des documents qui, par construction, « mutilent » la réalité.

21 Par exemple, dans le domaine de l’histoire de l’idiotie, les textes doivent être interprétés avec la plus grande prudence (pour un exemple cf. notre recueil, avec Yves Pélicier, Edouard Séguin (1812-1880). Documents inédits, 1981).

22 L’historien de l’administration s’intéresse même au style des télégrammes administratifs.

23 Tel médecin a publié, d’après le « livre de la loi », des analyses de cas signés des noms illustres de la médecine (cf. Thierry Maustgen, Observations et certificats psychiatriques au xixe siècle, thèse de médecine, Paris-III).

24 L’histoire littéraire a aujourd’hui de multiples curiosités, elle s’intéresse à la littérature secondaire, aux mécanismes de l’écriture, à la rhétorique professionnelle ou journalistique (cf. « Informatique et bibliothèque, l’inventaire du patrimoine littéraire », Revue administrative, 1988, p. 70-72).

25 Un rapport d’un sous-préfet anticipe souvent les réactions du préfet, il se justifie à l’avance ou cherche à se couvrir, le préfet, lui, cherche à se taire bien voir des bureaux, etc.

26 Préface au Dictionnaire de biographie et d’histoire d’après des documents authentiques inédits, 1867, p. 3. Il fut l’un des premiers à explorer systématiquement les minutes notariales.

27 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, La méthode en histoire, 1986, p. 39-43.

28 Ce fut sans doute la raison des nombreux recueils de documents sur la Révolution. Or les querelles ou les partis-pris idéologiques sont une des causes principales de l’obsolescence des travaux.

29 Il est vrai que ces conventions statistiques sont rarement données, et aujourd’hui peu de personnes connaissent les conventions qui régissent l’élaboration de la comptabilité nationale.

30 Rappelons les recueils du P. Serge Bonnet sur la sidérurgie lorraine.

31 Notamment l’histoire médicale (par exemple, l’accouchement), l’histoire des techniques industrielles (par exemple, l’électricité ou l’informatique).

32 Où l’on a entrepris des corpus de textes (par ex. à propos de Poussin), des recueils de documents positifs (par ex. pour les Le Nain), et où la Société de l’histoire de l’art français a publié à nouveau de façon régulière depuis quelques années des Archives de l’Art français à l’initiative de Pierre Rosenberg (il y a eu plus de 50 volumes édités).

33 Où l’on développe les correspondances annotées, et les corpus de textes (rappelons le Corpus racinianum de Picard).

34 L’évolution des techniques d’impression devrait abaisser sensiblement les coûts d’édition de ces recueils, qui par la force des choses sont volumineux et n’ont qu’un faible tirage.

35 Les régions et les départements se prêtent bien à la publication de tels recueils sur la vie d’autrefois, les structures économiques, les institutions administratives ou médico-sociales.

36 Depuis la rédaction de cette note (1988) nous avons publié plusieurs recueils de documents : La naissance en Nivernais au xixe siècle (1993), La réforme monétaire de l’an xi (1993), Les retraites des fonctionnaires. Débats et doctrines (1790-1914) (1996), Aux origines des maisons de retraite : Sainte-Périne de Chaillot (1800-1836), 1997, Le premier actuaire de France : Duvillard (1755-1832), 1997. La technique du recueil de documents est d’une grande souplesse, elle s’adapte très bien aux nécessités de l’histoire administrative et sociale.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search