Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

III. Les méthodes

Qu’est-ce qu’une note de méthode ?

Texte intégral

  • 1 On peut s’interroger sur l’absence quasi générale de notes de méthode et ses raisons (il e (...)
  • 2 En fait, on ne connaît guère les besoins des chercheurs en ce domaine. Au départ d’une rec (...)
  • 3 Nous avons rédigé diverses notes de méthode sur l’histoire du quotidien (Pour une histoire (...)

1On fait rarement des notes de méthode pour aider les chercheurs à aborder un secteur, un thème de recherche. C’est regrettable, car la note de méthode oblige à réfléchir, fait économiser du temps, permet une meilleure adaptation au terrain, une meilleure évaluation des obstacles. Assurément une note de méthode est nécessairement arbitraire, mais elle permet de dégager un certain processus de recherche, de montrer clairement les objectifs, d’indiquer les ressources documentaires utiles : une note de méthode doit dégager ce qui est important, permettre de poser les « bonnes questions ». Mais on voit par là même que l’exercice est périlleux, que l’on doit savoir beaucoup de choses pour élaborer une note qui ne fixe pas les règles du jeu, mais permet de les repérer et de donner les mises en garde nécessaires. Généraliser est toujours délicat, il y faut un certain doigté : mais par la force des choses, une note de méthode bien faite peut éviter beaucoup d’erreurs d’orientation et se révéler féconde1. Peut-on fixer – au moins en pointillé – des règles générales pour élaborer des notes de méthode ? A l’évidence, il n’y a pas de modèle unique : suivant le secteur de recherche, les objectifs poursuivis, les besoins des chercheurs2, les notes de méthode peuvent être formellement très différentes. Mais un certain nombre de principes doivent être observés3. Une note de méthode doit comprendre une partie générale sur les obstacles ou les limites de la recherche et une partie plus descriptive sur les orientations de recherche et les sources disponibles.

  • 4 Dans la plupart des études ou monographies, les mises en gardes adressées aux successeurs (...)

2I. Il faut tout d’abord définir les obstacles à la recherche, faire prendre conscience des difficultés propres au secteur traité : c’est une sorte de balisage du terrain qui est ainsi établi. On évalue les difficultés, on signale les obstacles épistémologiques, les lacunes des sources, les zones d’ombre, on marque les limites nécessaires de l’étude, les relations avec les autres secteurs d’histoire « connexes », les possibilités d’emprunter les méthodes d’autres disciplines, on indique le cas échéant les études ou ouvrages qui peuvent aider la réflexion sur le plan méthodologique. Au fond, il s’agit d’une série de mises en garde explicites4 : il faut savoir tirer de sa propre expérience tout ce qui, au plan des méthodes, peut aider les successeurs...

  • 5 Il faut en dégager les facteurs de développement, marquer par exemple l’importance d’une c (...)

3Il faut également définir ouvertement des priorités de recherche, montrer (ce qui est l’aspect positif) les prolongements possibles, ce qui n’a pas encore été exploré, rappeler l’importance des évolutions récentes, ce qu’il est permis raisonnablement d’espérer atteindre, marquer ce qui est possible et ce qui est souhaitable : bref il s’agit (sans le dire) d’une esquisse de prospective du secteur5 (il faut, à l’évidence, tenter de réfléchir à ce que sera la recherche de ce secteur dans 30 ou 50 ans, mais ce n’est pas là chose facile).

4II. Les orientations de recherche permettent de fixer des repères pour le chercheur, de lui donner un « classement » des sources, qui cherche à distinguer l’essentiel de l’accessoire et à marquer une certaine progression en allant du « plus facile » au « moins facile » : il ne s’agit pas d’un programme de travail, mais simplement d’orientations de recherche. Les sources doivent être classées, très arbitrairement il est vrai, en trois « groupes » :

  • les sources les plus faciles d’accès, et de caractère général, qui doivent être dépouillées en premier lieu (par exemple les sources globales imprimées, statistiques de la Statistique générale de la France, Almanach de la République ou annuaires locaux, rapports imprimés du Conseil général, etc.) ;
  • les sources générales – sources d’archives et sources imprimées – correspondant à la phase principale des dépouillements (par exemple fonds des Archives nationales, archives départementales, archives communales), et qui peuvent être si nécessaire classées par thèmes ;
  • les sources qui doivent servir à des recherches plus fines, plus fouillées (par exemple : archives diocésaines, archives d’entreprises, archives orales) : il s’agit d’enquêtes « complémentaires », qui, le plus souvent, ne sont profitables qu’après la phase principale.

5III. Cet état des sources pose des problèmes délicats, dont il faut avoir nettement conscience.

  • 6 Il faut signaler également l’existence d’instruments de travail, de catalogues spécialisés (...)

6Première difficulté : l’état mélange nécessairement les sources imprimées (ainsi les annuaires) et les sources d’archives : ce n’est pas uniquement un guide d’archives. Il doit indiquer les gîtes d’archives, signaler les instruments de travail, les inventaires, indiquer, le cas échéant, les ouvrages qui les ont utilisés (ou qui ont donné, par chance, des « états des sources ») : l’essentiel est de marquer ce qui est important dans ces fonds d’archives, les séries ou suites principales de cartons, en soulignant (autant que possible) ce que l’on peut y trouver. Pour les imprimés, il faut indiquer les catégories de documents que l’on peut trouver, soit répétitifs (par exemple les budgets imprimés des communes, les bulletins des associations de médecins, les procès-verbaux de comité d’hygiène), soit isolés (par exemple les mémoires de médecins sur la médecine des pauvres, l’assistance médicale gratuite, les enquêtes de disciples de Le Play sur le mode de vie des ouvriers) : le degré d’affouillement peut être très différent d’un sujet à l’autre (il faut même indiquer l’existence de bibliothèques spécialisées : par exemple la bibliothèque de l’École des Mines ou celle de la Monnaie)6.

  • 7 Cf. Pour une histoire du quotidien au xixe siècle en Nivernais, ouv. cité, p. 340-351.

7Deuxième difficulté : l’état des sources implique nécessairement l’établissement d’un modèle documentaire, même sommaire, c’est-à-dire l’étude du réseau de documents qui permet de connaître le sujet ou le secteur considéré. Ce n’est pas une simple liste de thèmes avec les cotes d’archives correspondantes, c’est un « inventaire » de tous les documents, imprimés ou non, qui ont été « sécrétés » par les « institutions » dans un secteur donné (par exemple le réseau de documents qui concernent l’accouchement en province au xixe siècle7, c’est-à-dire les sages-femmes, les aides aux femmes en couches, les enfants abandonnés et les infanticides, chacun de ces thèmes ayant son sous-système documentaire). L’élaboration d’un modèle des sources est nécessairement arbitraire : mais elle oblige à une réflexion sur les multiples « sources » qui peuvent contribuer à l’analyse d’un problème, et notamment sur les sources les plus mal connues (par exemple, archives privées, archives religieuses).

  • 8 Par exemple, on peut en note signaler l’importance de telle étude récente d’un sociologue (...)
  • 9 Quand on rédige une note de méthode, on doit se poser toujours la question : qu’est-ce que (...)

8Troisième difficulté : jusqu’où peut-on descendre dans le détail ? Il faut ne pas aller trop loin, ne pas donner d’inventaires complets : c’est un travail qui doit garder son caractère pédagogique, qui doit être utile, et il faut aller à l’essentiel (le jeu des notes permet de déblayer le texte et de donner des précisions supplémentaires, d’indiquer par exemple les études complémentaires à mener sur tel point mineur, de souligner l’importance des débats sur tel ou tel thème)8. Mais il convient de marquer l’importance des sources peu ou mal connues qui peuvent « ouvrir des pistes » (par exemple les archives de congrégations religieuses) et s’efforcer d’aider le lecteur dans sa recherche (il ne faut pas hésiter à donner la cote précise à la Bibliothèque nationale d’un ouvrage difficile à découvrir) : le but est bien d’épargner le temps du chercheur9. La partie sans doute la plus difficile concerne les sources devant servir à des recherches plus fines : il faut tenir compte de sources peu connues, ou mal étudiées jusqu’à présent, ou des « zones d’ombre » de la recherche, on doit faire preuve nécessairement d’une certaine prudence.

  • 10 Par exemple, des recueils de documents législatifs ou réglementaires, tels que ceux élabor (...)

9Quatrième difficulté : on ne doit pas oublier que la note peut avoir des prolongements méthodologiques ; on doit évoquer, au moins dans les conclusions, les aspects « prospectifs » : par exemple la nécessité d’inventaires très détaillés de certains fonds d’archives, de bibliographies générales sur tel ou tel secteur, la sauvegarde d’archives menacées, ou en voie de disparition (par exemple : archives d’associations, archives d’établissements scolaires), l’importance qu’il faut attacher aux recueils de textes ou documents (c’est le prolongement normal de la note de méthode)10 ; par la force des choses la note de méthode incite à la collaboration avec les autres disciplines, à la confrontation méthodologique (la suite logique devrait en être une journée d’étude sur le thème : « Qu’est-ce que faire l’histoire de ce secteur ? »).

  • 11 Le seul critère d’efficacité de la bonne note de méthode, c’est le temps qu’elle fait écon (...)
  • 12 Depuis la rédaction de cette note (1988), nous avons donné des notes sur « Les sources rég (...)

10On voit bien les dangers de telles notes de méthode : elles peuvent être trop longues, bavardes, inutiles, elles peuvent être arbitrairement orientées, partiales, elles peuvent être sources d’illusions, attacher de l’importance à de faux problèmes (ou de fausses bonnes questions), elles peuvent provoquer des erreurs d’aiguillage11. C’est dire la prudence avec laquelle elles doivent être rédigées. En fait une note de méthode reflète nécessairement une certaine expérience, un certain tempérament : mais il faut rester à l’intérieur de certaines limites. Le souci essentiel, répétons-le, est d’aider le chercheur, de lui permettre de se repérer, de lui faire prendre une conscience exacte du champ de sa recherche12 : c’est un travail pédagogique qui mérite du soin, de la conscience, de la réflexion, il y faut même certain courage pour lisser les problèmes.

Notes

1 On peut s’interroger sur l’absence quasi générale de notes de méthode et ses raisons (il en est de même pour les guides de recherche). Il s’agit apparemment d’un scrupule excessif à guider la recherche d’autrui par écrit (on préfère la direction orale), la timidité – souvent fort grande en France – devant les problèmes méthodologiques, un certain dédain pour tous les travaux d’aides à la recherche (bibliographies, guides, ouvrages de méthode), et paradoxalement la thèse n’encourage pas la rédaction de notes de méthode, par définition partielles.

2 En fait, on ne connaît guère les besoins des chercheurs en ce domaine. Au départ d’une recherche, ils analysent avec zèle les introductions, états des sources des monographies ou thèses correspondantes, ils trouvent très peu d’études de doctrine ou d’inventaires de sources « utilisables », ils sont obligés de glaner de-ci de-là.

3 Nous avons rédigé diverses notes de méthode sur l’histoire du quotidien (Pour une histoire du quotidien au xixe siècle, 1977, p. 317-462, L’imaginaire quotidien au xixe siècle, 1985, p. 133-181), ainsi que des notes sur l’histoire de l’alimentation (Annales, 1968, p. 1301-1310), l’histoire du corps préfectoral (avec V. Wright, Revue historique, 1974, p. 139-154), l’histoire des domestiques (avec P. Guiral, ibid., 1978 p. 441-451).

4 Dans la plupart des études ou monographies, les mises en gardes adressées aux successeurs sont implicites, et souvent reléguées à la fin des notes.

5 Il faut en dégager les facteurs de développement, marquer par exemple l’importance d’une collaboration avec d’autres disciplines, la sociologie, la médecine, le droit.

6 Il faut signaler également l’existence d’instruments de travail, de catalogues spécialisés (par exemple le catalogue de la série Tde la Bibliothèque nationale, concernant l’histoire médicale).

7 Cf. Pour une histoire du quotidien au xixe siècle en Nivernais, ouv. cité, p. 340-351.

8 Par exemple, on peut en note signaler l’importance de telle étude récente d’un sociologue à partir d’enquêtes orales ou souligner l’importance à attacher à telle ou telle source imprimée, souvent négligée, par exemple les annuaires locaux.

9 Quand on rédige une note de méthode, on doit se poser toujours la question : qu’est-ce que j’aurais aimé trouver comme note de méthode aux débuts de ma recherche ?

10 Par exemple, des recueils de documents législatifs ou réglementaires, tels que ceux élaborés par Th. Charmasson pour l’enseignement technique en France (t. I, 1987).

11 Le seul critère d’efficacité de la bonne note de méthode, c’est le temps qu’elle fait économiser.

12 Depuis la rédaction de cette note (1988), nous avons donné des notes sur « Les sources régionales de l’histoire monétaire sous la Révolution » (Études et documents, t. I, 1989, p. 343-352), « Les sources régionales de l’histoire des assurances au xixe siècle » (ibidem, t. II, 1990, p. 415-423), « Les sources de l’histoire bancaire régionale au xixe siècle » (ibidem, t. IV, 1992, p. 583-594), « Les sources régionales de l’histoire des femmes sous la Révolution », Bulletin de la Société nivernaise, 1990, p. 45-57, « Les sources régionales de l’histoire des institutions médico-sociales », dans Les institutions méaico-sociales en Nivernais (1550-1914), 1995, p. 261-332, « Les sources régionales de l’histoire de la comptabilité au xixe siècle » (Études et documents, t. X, 1998).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search