Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

III. Les méthodes

Les guides de recherches

Texte intégral

  • 1 Mireille Rambaud, Les sources de l’histoire de l’art aux Archives nationales, Imprimerie n (...)
  • 2 Le Comité pour l’histoire économique et financière, au ministère des Finances, a décidé en (...)
  • 3 Cf. supra, p. 71.
  • 4 Une reflexion sur un guide du chercheur ne se confond pas avec celle qu’on peut mener sur (...)

1Comment peut-on élaborer un guide de recherches ? À quels principes doit-il répondre ? Il n’est pas facile de répondre à de telles questions, d’autant que l’on ne dispose, en fait, aujourd’hui, que de très peu de tels guides (on doit citer celui de Mireille Rambaud en 1955 sur les sources d’archives concernant l’histoire de l’art, et celui de Thérèse Charmasson sur l’histoire de l’éducation en 19861). Or plusieurs projets sont actuellement à l’étude2 : une réflexion est indispensable sur cette méthode particulière d’orientation de la recherche. Même si l’idée de guide est encore mal acceptée – il s’agit à la vérité de guides d’initiation –, il semble bien que ce soit là une entreprise nécessaire dès qu’il s’agit d’histoires « techniques » où souvent le chercheur est désorienté3. Nous voudrions donner ici quelques éléments de réflexion sur les contraintes d’un tel projet et les analyses de système nécessaires4.

2I. Examinons les différentes contraintes de ces projets :

  • 5 C’est le cas du guide précité de Th. Charmasson.

3Première contrainte : un guide doit avoir un caractère mixte, il concerne à la fois les sources d’archives (archives et bibliothèques), les sources imprimées et les études récentes5 : ce qui en complique singulièrement l’élaboration (il est plus facile de rédiger un guide des « sources d’archives » sur une institution).

4Deuxième contrainte : un guide doit être un ouvrage d’initiation pour un chercheur, son but est d’aider la recherche, mais il peut y avoir deux « clientèles » : le chercheur « spécialiste » du secteur, et le chercheur appartenant à d’autres disciplines historiques qui a besoin d’enquêter à travers les archives de telle institution ; on ne peut négliger les besoins de ces historiens, qui ne sont pas toujours prévisibles (par exemple un historien de la littérature qui a besoin de savoir ce que l’on peut trouver dans les rapports budgétaires des assemblées et consulte un guide d’histoire économique et financière).

  • 6 Un des buts des guides du chercheur est de déparisianiser la recherche et d’inciter à exam (...)
  • 7 Ainsi, pour la connaissance de l’affaire Law, les rapports de l’ambassadeur d’Angleterre o (...)

5Troisième contrainte : le guide doit donner une idée générale du réseau documentaire, de son architecture : il doit analyser un système hiérarchisé de documents, en allant du « plus connu » au « moins connu », du plus important au moins important, du central au périphérique. Or il n’est pas facile d’avoir une vue d’ensemble d’un réseau documentaire : ceux qui connaissent les sources « parisiennes » ignorent en général les sources « provinciales » et leurs richesses6, ceux qui maîtrisent bien les sources connues, déjà décrites, déjà exploitées ignorent souvent les sources lointaines, marginales (par exemple les archives diplomatiques étrangères7). Élaborer un guide conduit donc à décloisonner la recherche.

  • 8 Ainsi on ne connaît pas un préfet en regardant seulement son dossier personnel : il faut v (...)
  • 9 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, La méthode en histoire, 1986, p. 49-50.

6Quatrième contrainte : un guide doit conduire à raisonner en termes de réseaux, de « chaînes », de « filières » documentaires : il incite le chercheur non à exploiter un fond unique, mais à dépouiller un réseau de documents8, à saisir la multiplicité des facettes d’un sujet, à s’intéresser à ce qui est « à la marge » (et qui souvent est le plus fructueux), bref il doit exciter l’imagination du chercheur, l’inviter à sortir des routines habituelles du déjà vu, déjà dépouillé, à élargir son questionnaire. Avant de commencer une recherche et d’ouvrir la moindre liasse, un chercheur doit bien réfléchir à cet ensemble documentaire9, prendre conscience de sa complexité, et déterminer certaines priorités de recherche : le guide devrait l’aider dans cette réflexion préalable, lui fournir repères et « orientations de recherche » en soulignant, au besoin, les difficultés de tel dépouillement ou de telle voie à explorer.

7On voit sur le vif quelles contraintes le guide doit satisfaire : ce n’est pas une simple description des sources, c’est un guide qui doit tenir compte aussi des besoins du chercheur, ce qui suppose qu’on en ait une bonne connaissance, directe ou indirecte ; or nous sommes là dans un domaine délicat de psychologie de l’historien : un guide oblige à réfléchir aux mécanismes d’information du chercheur et à la façon dont il élabore son « questionnaire » ; mais quand on veut développer la recherche dans un secteur donné, ce sont là des questions prioritaires (on ne peut se désintéresser de la « demande » des historiens et du choix des « projets »).

8II. Élaborer un guide de recherche, c’est construire un modèle documentaire, procéder à une analyse de système dans le secteur considéré : on doit faire des choix, décider de ce qu’il est important d’évoquer. Mais cette analyse de système peut être entreprise selon deux voies :

9Première voie : qu’est-ce qui sur un thème donné a été « sécrété » par les acteurs du système (institutions publiques, entreprises, personnes privées) ? On voit l’ampleur du problème : il faut prendre en compte tout ce qui peut être dans le jeu. Ainsi doit-on marquer l’importance des regards extérieurs (par exemple : les ambassades étrangères), le rôle de ce qui est judiciaire (par exemple : les tribunaux de commerce lors des crises monétaires), la masse des archives « mixtes », publiques et privées (par exemple : les archives notariales). Un questionnaire de ce type oblige à construire un modèle documentaire, qui ne tient pas compte seulement des archives « publiques » ou sécrétées par l’administration, mais de tout ce qui peut entrer dans le champ : si bien que les divers reflets d’un événement ont autant d’importance que les mécanismes institutionnels : le journal intime, la note dans un registre paroissial, une lettre privée, un article de journal, une pièce de théâtre ou un roman populaire font aussi partie de ce réseau documentaire (par exemple quand on construit un modèle documentaire de l’histoire de la monnaie ou de l’histoire de l’idiotie).

  • 10 Par exemple, la bibliothèque de l’INSEE conservait des fonds provenant du Contrôle général (...)
  • 11 Le Sénat n’a pas versé d’archives pour la période postérieure à 1848, et l’Assemblée natio (...)
  • 12 Procès-verbaux d’assemblée générale et dossiers sur les projets de lois et de décrets sont (...)
  • 13 La Cour des comptes conserve actuellement et les comptes jugés, et les rapports, qui pour (...)
  • 14 Un inventaire ancien de ces archives – fort importantes – a été publié, mais elles ne sont (...)
  • 15 Rappelons par exemple l’importance du fonds Allard du Cholet à la Bibliothèque nationale.

10Deuxième voie : qu’est-ce qui est conservé et où ? On part – ce qui est apparemment plus simple – du questionnement des sources, ou gîtes documentaires, en élaborant un modèle du réseau des documents conservés. Mais on se heurte là à des difficultés, à des ambiguïtés : comment décrire des fonds de manuscrits de bibliothèque qui n’ont pas été inventoriés (et qui parfois conservent des fonds d’archives administratives) ?10 Comment évoquer les fonds d’archives non accessibles ou peu accessibles : par exemple archives non versées des commissions des assemblées11, archives du Conseil d’État12, archives de la Cour des comptes13, archives privées « non communiquées » (comme les archives Decazes14 ou les archives Villèle) ? Comment analyser les fonds d’autographes qui sont parfois déterminants pour certaines recherches (en histoire de l’art par exemple) ?15 Il est bien certain qu’on ne peut tout dire, qu’on doit évoquer plus qu’analyser, qu’un guide est au fond nécessairement provisoire et qu’il faut être conscient des limites de l’exercice : mais l’approche par les sources pose quelques problèmes délicats à celui qui doit rédiger le guide.

11En fait les deux voies doivent être conciliées, par la force des choses il faut croiser les deux questionnaires si l’on veut faire un travail fiable ; n’appliquer qu’une des deux méthodes peut conduire à un échec, et le rédacteur doit être, bon gré mal gré, un analyste de système, un fabricant de modèles capable d’aller à l’essentiel et de saisir toutes les facettes du thème choisi : ce qui suppose une bonne connaissance de la matière, quelque imagination (il faut inventer au sens fort du terme des sources auxquelles on ne songe pas au départ), de l’esprit critique, un certain savoir sur ce qu’est un réseau documentaire, et la capacité de hiérarchiser les problèmes, de discerner l’essentiel de l’accessoire : ce qui est, à dire vrai, le talent d’un bon enseignant.

  • 16 Et non un guide de recherche, ou un guide des sources : ces problèmes de vocabulaire ont u (...)
  • 17 La difficulté, pour les histoires « techniques », est qu’il faut chercher, autant que poss (...)
  • 18 Un professeur sait par métier ce qu’est « orienter » ou « diriger » une recherche, il donn (...)
  • 19 Par exemple, dans les rapports de la Chambre des députés et du Sénat sur le budget des min (...)

12III. Force est de reconnaître que ces guides, au moins dans un premier temps, doivent être des ouvrages d’initiation, c’est-à-dire supposent un travail proprement pédagogique pour s’adapter au public visé et faciliter la transmission de ces connaissances. Il s’agit de guides du chercheur16, qu’on suppose à un certain niveau de connaissance (par exemple au niveau du DEA)17, on doit orienter sa recherche : mais qu’est-ce qu’initier ? Qu’est-ce qu’orienter une recherche ? Ce sont des questions fort délicates18, chaque professeur a sa réponse personnelle : le rédacteur doit avoir constamment à l’esprit qu’il doit aider le chercheur, lui fournir des repères et en même temps lui fournir des indications sur l’utilité des fonds décrits, ce qu’on en peut tirer (est-ce une source capitale, à dépouiller en priorité ? ou une simple voie à explorer « à tout hasard » ?) : rien ne serait plus dangereux qu’un guide où tout serait mis sur le même plan, où aucune hiérarchie des sources n’apparaîtrait et qui finirait par égarer sur de fausses pistes le lecteur... Donner des orientations de recherche est une nécessité pour un guide : on attire l’attention sur tel fonds prioritaire, on souligne la multiplicité des facettes d’un sujet, on s’efforce de « renseigner » le plus honnêtement possible (ce qui pose quelques difficultés pour des fonds polyvalents ou « transversaux » comme les rapports du Conseil d’État ou les rapports parlementaires19) : mais jusqu’où faut-il aller dans la « directivité » ? Il y a nécessairement une certaine marge d’arbitraire, comme dans toute « direction » de recherche : il faut user d’une certaine prudence, de doigté, et éviter de lancer sur de fausses pistes, ou de « fausses bonnes idées de recherche ». Pour le moment, nous n’avons pas de guide qui puisse servir de modèle : mais si les guides du chercheur se multiplient, on pourra élaborer une doctrine et on verra alors comment l’aspect pédagogique – la direction de recherche – est essentiel.

13Il est un point délicat où cette fonction pédagogique pose quelques problèmes : c’est, pour les guides « mixtes », dans le choix des livres ou travaux récents cités, car à l’évidence, on ne peut faire des listes infinies : il faut citer l’essentiel, ce qui peut aider le chercheur à préciser son projet, à formuler son propre questionnaire de recherche, et la sélection est nécessairement très arbitraire (mais le problème est identique quand on donne des orientations de lecture dans un Que Sais-je ? ou dans un cours) ; il faut une certaine sévérité dans le choix (il est inutile de citer une thèse que l’on ne peut se procurer...) et l’on doit donner la priorité à tout ce qui est « méthodologie », au besoin en indiquant brièvement pourquoi l’ouvrage est cité. Mais on voit facilement combien de tels choix peuvent être aisément critiqués.

  • 20 L’historien doit s’intéresser, en priorité, aux matériaux de son histoire et se préoccuper (...)
  • 21 L’index analytique d’un guide du chercheur ressemble étrangement au thésaurus d’une banque (...)

14Aujourd’hui on peut considérer que la rédaction de tels guides est une nécessité d’une politique de recherche : mais tout ou presque est à inventer, et la tâche paraît à certains presque impossible. On peut cependant élaborer des guides provisoires : de toute façon un guide n’a qu’une durée de vie limitée. L’avantage d’un guide est d’obliger les chercheurs, les historiens à raisonner en termes d’architecture documentaire, de réseaux d’information, de filières de sources, à avoir des vues d’ensemble sur ce qui est en amont de la recherche20, et ce type de réflexion conduira tôt ou tard à la construction de banques de données21.

  • 22 Depuis la rédaction de cette note (1988) le Comité pour l’histoire économique et financièr (...)

15A moyen terme les guides du chercheur peuvent avoir une influence sur l’orientation et les méthodes des historiens dans le secteur considéré : le guide de Mlle Rambaud sur les sources de l’histoire de l’art aux Archives nationales, qui date de 1955, a eu une influence certaine sur le « niveau » de l’histoire de l’art en France, et même, ce qu’elle ne pouvait prévoir, sur le développement de l’histoire de l’art du xviiie et du xixe siècle, des années 1970-1980 ; contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’existence d’un instrument de travail intelligent peut avoir une influence souterraine non négligeable sur la croissance d’un secteur de recherche, c’est un véritable investissement à moyen terme : un guide bien fait peut modifier et même créer la demande22.

Notes

1 Mireille Rambaud, Les sources de l’histoire de l’art aux Archives nationales, Imprimerie nationale, 1955 ; Thérèse Charmasson, Guide du chercheur : Histoire de l’enseignement xixe-xxe siècles, INRP, 1986.

2 Le Comité pour l’histoire économique et financière, au ministère des Finances, a décidé en 1988 de réaliser un guide du chercheur en plusieurs volumes allant du xve au xxe siècle. Le Comité d’histoire industrielle et le Comité d’histoire de la Sécurité sociale ont formé chacun de pareils projets. Cette note doit beaucoup à la réflexion menée par Mme Descamps au sein du Comité pour l’histoire économique et financière.

3 Cf. supra, p. 71.

4 Une reflexion sur un guide du chercheur ne se confond pas avec celle qu’on peut mener sur la note de méthode (celle-ci est plus limitée dans son objet, elle est plus directive également, l’accent est mis sur les orientations de recherche).

5 C’est le cas du guide précité de Th. Charmasson.

6 Un des buts des guides du chercheur est de déparisianiser la recherche et d’inciter à examiner, par exemple, comment telle loi a été appliquée en province.

7 Ainsi, pour la connaissance de l’affaire Law, les rapports de l’ambassadeur d’Angleterre ont apporté beaucoup. À la vérité, il est impossible de croire qu’on peut faire une histoire financière en ignorant les sources étrangères.

8 Ainsi on ne connaît pas un préfet en regardant seulement son dossier personnel : il faut voir ce qu’en disait le procureur général (ou le recteur), ce qu’il pensait de ses sous-préfets, et saisir ses rapports, si l’on peut, avec les députés de son département.

9 Cf. G. Thuillier et J. Tulard, La méthode en histoire, 1986, p. 49-50.

10 Par exemple, la bibliothèque de l’INSEE conservait des fonds provenant du Contrôle général des Finances.

11 Le Sénat n’a pas versé d’archives pour la période postérieure à 1848, et l’Assemblée nationale a conservé les archives des commissions pour la période antérieure à 1940.

12 Procès-verbaux d’assemblée générale et dossiers sur les projets de lois et de décrets sont fort utiles à l’historien de l’administration pour les années 1872-1900.

13 La Cour des comptes conserve actuellement et les comptes jugés, et les rapports, qui pour les grandes comptabilités (par exemple Paris) sont souvent d’un grand intérêt.

14 Un inventaire ancien de ces archives – fort importantes – a été publié, mais elles ne sont pas accessibles.

15 Rappelons par exemple l’importance du fonds Allard du Cholet à la Bibliothèque nationale.

16 Et non un guide de recherche, ou un guide des sources : ces problèmes de vocabulaire ont une grande importance, car ce qui importe ici, c’est le chercheur.

17 La difficulté, pour les histoires « techniques », est qu’il faut chercher, autant que possible, à satisfaire les besoins d’historiens « non universitaires », fonctionnaires, praticiens, ingénieurs, qui ne sont pas familiers des instruments de la recherche historique : un guide du chercheur en histoire de l’électricité, ou en histoire des chemins de fer, doit tenir compte de tels besoins.

18 Un professeur sait par métier ce qu’est « orienter » ou « diriger » une recherche, il donne des « conseils » à un étudiant, lui indique les sources à exploiter en priorité, les aspects du sujet qu’il ne faut pas négliger : mais il s’agit de directives orales, adaptées nécessairement à un élève dont on connaît la personnalité et circonscrites à un sujet précis. Quand on passe à un guide général, le problème est infiniment plus compliqué.

19 Par exemple, dans les rapports de la Chambre des députés et du Sénat sur le budget des ministères, on trouve une masse d’indications souvent très précises (les rapports sur le budget de la guerre avant 1914 étaient très volumineux) : comment marquer l’intérêt de cette source ?

20 L’historien doit s’intéresser, en priorité, aux matériaux de son histoire et se préoccuper des méthodes de collecte et d’inventaire.

21 L’index analytique d’un guide du chercheur ressemble étrangement au thésaurus d’une banque de données, et la réflexion sur le guide conduira à une réflexion sur la création d’une banque de données qui comporterait à la fois les sources d’archives, les sources imprimées anciennes, et les études : ce qui pose en fait, des problèmes très difficiles d’analyse et d’indexation (cf. « La création de banques de données d’histoire locale », Revue administrative, 1986, p. 288-290).

22 Depuis la rédaction de cette note (1988) le Comité pour l’histoire économique et financière de la France a publié deux guides : Économie et finances sous l’Ancien Régime. Guide du chercheur, 1523-1789 (1994), par Joël Félix, et Économie et finances au xixe siècle. Guide du chercheur, 1789-1870 (1998), par Arnaud de Maurepas. Le Comité d’histoire de la Sécurité sociale a publié également un Guide du chercheur en histoire de la protection sociale, t. I (fin du Moyen Age – 1789), par Jean-Pierre Gutton (1994), t. II (1789-1914) par Jean Imbert (1997). Une journée d’études sur les principes et les techniques du guide du chercheur serait aujourd’hui bien nécessaire.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search