Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

III. Les méthodes

Comment développer un système de recherche ?

Texte intégral

  • 1 Il faut dès maintenant commencer à faire l’histoire des débuts de l’informatique (et du tr (...)
  • 2 Le Commissariat à l’énergie atomique commence à se préoccuper à faire l’histoire des quara (...)
  • 3 Les historiens admettent mal ce vocabulaire économique ou administratif : qu’est-ce qu’un (...)

1Comment peut-on développer la recherche dans tel ou tel secteur d’histoire contemporaine ? La question est souvent posée par quelques officiels, ou même quelques responsables disposant de crédits soucieux de faire l’histoire de leur institution – et on crée des comités d’histoire, ou des associations d’histoire de... Or il n’est pas facile de répondre à de telles questions : réfléchir au développement d’une « discipline » – par exemple comment développer l’histoire de l’informatique1, ou l’histoire de la comptabilité, ou l’histoire de l’énergie atomique2 – suppose un certain nombre d’investissements préalables, qui ne sont pas toujours faits : on ne réfléchit pas assez à ce qui est important, on se précipite sur telle ou telle action, on décide d’écrire tout de suite l’histoire de la maison sans se soucier le moins du monde d’explorer les archives ou les sources imprimées, on se lance dans des projets qui tôt ou tard avortent. Proposer un programme à long terme – l’expérience le montre – n’est pas toujours compris (on est traité d’utopiste), l’idée même de programme à 10 ou 15 ans provoque de fortes réticences (elle paraît incongrue, puisque la recherche historique est chose individuelle) et « planifier » la recherche est encore une idée mal acceptée3. Aussi voudrions-nous, avec prudence, poser quelques questions : comment investir dans un secteur de recherche ? Comment gérer sur longue durée ce secteur ? Comment évaluer la « rentabilité » des actions engagées ? Ces sont là des questions apparemment naïves, et il n’est pas toujours possible d’y répondre nettement (l’idée d’investissement en ce domaine n’est ni claire ni distincte).

  • 4 Nous songeons aux actions entreprises par les différents comités d’histoire formés par les (...)

2Peut-on, en analysant ce qui s’est passé récemment dans certains secteurs d’histoire « contemporaine »4, chercher à dégager certaines hypothèses d’action, c’est-à-dire élaborer une sorte de modèle ? La grille des projets possibles permet d’établir une sorte de programme directeur, ou de schéma directeur sur 10 ou 20 ans, pour aider cette recherche « sectorielle ». Distinguons arbitrairement, deux niveaux d’action.

  • 5 La notion de priorité est toujours mal acceptée en matière de recherche et très souvent le (...)

3Premier niveau : les projets prioritaires5. Dans la phase initiale il faut lancer quatre projets à long terme :

  • 6 On peut prendre pour exemple la Bibliographie pour servir à l’histoire de la Sécurité soci (...)

4Premier projet : un inventaire des sources imprimées, c’est-à-dire une bibliographie des travaux imprimés, bibliographie qui est classée autant que possible thématiquement, par périodes6. Il est indispensable de mettre dans les mains des chercheurs cet outil de travail.

5Mais la bibliographie des travaux doit être complétée par d’autres bibliographies annexes :

  1. bibliographie des revues spécialisées7, et dépouillement, le cas échéant, des principales8,
  2. bibliographie des travaux parlementaires9 : il faut repérer les principaux débats parlementaires,
  3. répertoire des sources statistiques (avec l’indication des données publiées et l’histoire critique, éventuellement, de la collecte des statistiques)10,
  4. recensement des sondages d’opinion publiés (ou conservés par les instituts de sondage)11.
  • 12 La Bibliographie pour servir à l’histoire de la Sécurité Sociale a été commencée en 1975, (...)
  • 13 L’indexation de ces bibliographies est souvent un casse-tête : or le chercheur a besoin d’ (...)
  • 14 Il faut pousser très loin l’analyse d’un ouvrage (compte tenu des besoins du chercheur on (...)
  • 15 N’oublions pas l’intérêt d’une banque : 1° elle oblige à étudier les besoins réels des che (...)

6On voit que la bibliographie recouvre bien des entreprises de longue haleine (il faut parfois 7 ou 8 ans entre le début d’une entreprise de bibliographie et sa publication)12 ; de plus, dès aujourd’hui il faut réfléchir au principe d’une banque de données bibliographique (la bibliographie-papier étant, par nature, plus difficile à exploiter)13 : or une telle banque de données, qui rassemblerait les diverses sources que nous avons évoquées, devrait non pas exploiter les titres d’ouvrages et d’articles, mais intégrer des dépouillements approfondis des publications (pour un ouvrage il faut descendre au moins au niveau du chapitre)14 : toute une réflexion doctrinale sur les banques de données spécialisées « rétrospectives » devrait être entreprise15.

7Deuxième projet : la sauvegarde et le recensement des archives : c’est là un débat important :

  1. Il faut s’assurer que les archives publiques sont bien collectées dans le secteur, ce qui suppose des enquêtes assez fines16. Or souvent on s’aperçoit que, pour de multiples raisons d’ordre administratif17, les archives qui sont collectées par les services d’archives sont « résiduelles », ou lacunaires, ou que le plan de collecte n’a jamais été établi18, ou que les archives les plus importantes pour l’historien échappent à la collecte (dans tel ministère, les notes des directeurs au ministre, notes quotidiennes, étaient enfermées dans des coffres et n’étaient jamais versées aux archives...). Il faut donc :
    1. entreprendre une évaluation du système de collecte des papiers
    2. élaborer pour les administrations « productrices » des instructions sur les archives reposant sur une analyse des documents « les plus importants »19, c’est-à-dire sur une sorte d’analyse du système,
    3. réfléchir aux méthodes les plus efficaces de collecte (par exemple, pour des archives massives, l’échantillonnage20, la conservation de blocs-témoins, ou d’institutions-témoins)21. L’historien doit se préoccuper des matériaux futurs de son histoire, il doit avoir aussi le souci de ce qu’exigeront les historiens en 2040 – 2070, lesquels n’auront pas le même questionnaire que nous22 : il faut ménager les intérêts des historiens futurs23.
  2. Une réflexion doit être menée sur le système des archives qui ne sont pas normalement collectées par les services d’archives :
    • archives privées d’ingénieurs, d’enseignants, de syndicalistes, d’administrateurs, de décideurs politiques ; là encore il faut réfléchir à ce qu’il est souhaitable de conserver, par exemple les notes de cours, les préparations d’un professeur, les projets et correspondances d’un ingénieur : une typologie des papiers privés devrait être entreprise24 ;
    • archives d’organismes ou d’institutions : syndicats, associations, sociétés d’économie mixte, organismes de formation professionnelles, écoles spécialisées, sociétés savantes (par exemple d’ingénieurs) : chaque secteur comprend une périphérie dont il faut faire une analyse minutieuse, et l’analyse doit conduire à la protection – ou au sauvetage – de ces archives25.
  3. Il faut porter une grande attention aux archives qui par nature échappent aux collectes habituelles :
    • archives statistiques et aujourd’hui informatiques (une réflexion sur ces sources informatiques, et leurs rapports avec le support papier doit être entreprise)26,
    • archives audiovisuelles, qui sont de plus en plus importantes pour l’historien,
    • archives médicales, couvertes par le secret médical et par suite très souvent détruites (par exemple dans les services hospitaliers psychiatriques ou les services des médecins-conseils de la sécurité sociale), alors qu’une exploitation « statistique » pourrait en être faite,
    • archives proprement scientifiques (comptes rendus d’essais, protocoles de recherche et cahiers de laboratoires) qui sont généralement détruits (il sera difficile à l’historien de faire l’histoire des échecs, ou des tentatives abandonnées).

8Deux conclusions peuvent être tirées :

  1. il faut mettre à la disposition des chercheurs un guide sommaire des sources d’archives, guide établi à titre « provisoire », qui résume les sources à explorer, les fichiers et inventaires existants : c’est une priorité (rappelons les services rendus par le guide de Melle Rambaud pour les sources de l’histoire de l’art, publié en 1955...)27. Même imparfait, un tel guide rend des services inestimables.
  2. une réflexion « prospective » sur les bases archivistiques de la recherche – quel que soit le secteur – mérite d’être entreprise, en tenant compte des perspectives glissantes (quels seront les besoins de l’historien dans 50 ans quand il étudiera notre présent à nous ?)28, des transformations des méthodes de l’histoire (l’informatique permettra l’exploitation de masses d’archives jugées inexploitables ou « sans intérêt historique ») et de ses objectifs (on fait ou on fera l’histoire des gestes, des signaux, des couleurs, du regard, de la souffrance, des méthodes comptables, de la gestion du temps, etc.)29, pour éviter une doctrine « figée », chaque année un groupe d’historiens et de responsables du secteur devrait constater l’évolution des objectifs et définir ce qu’il convient de garder en priorité, compte tenu des événements porteurs d’avenir qui ont eu lieu l’année écoulée : tout plan de collecte d’archives doit avoir ces mécanismes de révision30. Mais une telle doctrine se heurte aux réticences des services verseurs, qui ne comprennent pas les intérêts des historiens31, et des services de collecte, qui débordés par la masse et faute de moyens, ont quelquefois peine à suivre32.
  • 33 Infra, p. 339.
  • 34 On peut imaginer que d’ici peu chaque direction départementale des archives aura sa sectio (...)
  • 35 L’interviewé ne dit pas tout à fait les mêmes choses s’il sait que son témoignage sera imm (...)
  • 36 Pour un exemple significatif de ces interviews (utilisés immédiatement) cf. Nous les assis (...)

9Troisième projet : les archives orales, c’est-à-dire la création d’archives orales33 ; il s’agit là d’une tâche urgente, car les administrateurs, les ingénieurs, les médecins ou les enseignants qui peuvent apporter un témoignage utile pour les années antérieures à 1930-1940 deviennent peu nombreux : il y a là tout un capital de mémoire à sauvegarder en urgence, ce qui permet de combler les lacunes des archives, et de saisir le vécu de l’institution ou du « secteur »34. Rappelons que ces archives ne doivent pas être exploitées par l’historien immédiatement si on veut que la collecte soit de bonne qualité35 : elle sont destinées à l’historien dans 30 ans (mais un travail d’analyse et d’indexation peut être entrepris). Ce travail de création d’archives orales pourrait être complété par la collecte systématique de récits de vie ou d’autobiographies – de personnalités ou de personnages obscurs – qui permettront à l’historien futur de saisir la biographie des « acteurs d’un système » – biographies d’un professeur, ou d’un médecin ou d’une infirmière, ou d’un ingénieur avec ses attentes, sa trajectoire, ses épreuves, ses satisfactions privées, ses illusions professionnelles36.

  • 37 Ce livre de poche a été complété par Histoire des télécommunications en France sous la dir (...)
  • 38 Ce volume (1974) a été prolongé par d’autres monographies de grands corps : La Cour des co (...)

10Quatrième projet : la rédaction d’une « histoire par les textes », ou d’un livre d’initiation, pour sensibiliser à la discipline qu’il faut développer (le modèle en est offert par le livre habile de Catherine Bertho, Télégraphes et téléphones : de Valmy au microprocesseur, 1981, destiné au grand public)37 : en deux ou trois ans, on peut sortir ce livre qui va servir de référence, ouvrir des pistes de recherche, susciter des vocations de chercheurs et qui permet d’inventorier les lacunes de connaissances. Tout dépend du secteur concerné : pour une institution, on peut prendre aussi comme modèle le volume Le Conseil d’Etat (CNRS, 1974) qui ouvre de multiples perspectives à l’historien38.

11Ces quatre projets prioritaires – qui doivent être lancés parallèlement – peuvent demander chacun plusieurs années : mais ils sont d’une grande rentabilité à long terme. Certes, ce sont des entreprises difficiles ; il faut des chefs de projet, des « experts », des historiens qui soutiennent l’entreprise, il faut surtout des crédits non négligeables (surtout pour les inventaires bibliographiques et les archives orales), c’est-à-dire le soutien actif des responsables du « secteur » – administrateurs, dirigeants de fédérations patronales, syndicalistes – : c’est toute une diplomatie à mettre en œuvre.

12Deuxième niveau : à côté de ces projets prioritaires, il faut lancer des projets à court et moyen terme, qui permettent de faire circuler l’information et d’accumuler les études :

  1. Il faut organiser un colloque de méthodologie pour affirmer la légitimité de la « discipline » (ou « sous-discipline ») qu’on veut lancer, définir ses rapports avec les autres « disciplines » historiques, montrer ce qu’elle peut leur apporter et ce que ces autres « histoires peuvent lui apporter (le colloque sur L’électricité dans l’histoire offre un modèle à cet égard)39 : c’est une opération subtile à monter, mais très « rentable ».
  2. Il faut s’efforcer de tenir un colloque annuel (d’un jour ou deux) afin que les chercheurs puissent se rencontrer, échanger des informations : deux types de colloques peuvent avoir lieu :
    – le « colloque libre », sans aucun thème, qui permet aux chercheurs de présenter le résultat de leurs recherches, ou d’explorer un créneau qui incite les praticiens – ingénieurs, administrateurs – à apporter leur témoignage, à raconter leurs expériences : ces colloques libres, « effervescents », permettent ainsi d’accumuler de précieux matériaux40, et c’est au 10e ou 15e colloque que l’on peut apercevoir la fécondité de la méthode (c’est parfois une mince communication « marginale » qui a ouvert la voie d’une recherche capitale, ou suscité des « vocations »)
    – les colloques ou journées d’études thématiques, autour d’un programme précis, avec parfois un public « fermé », permettent l’approfondissement d’un thème41 : c’est une méthode traditionnelle, mais là encore c’est au 10e colloque qu’on peut voir la fécondité du travail.
  3. Il faut lancer des recherches sur des sujets « techniques », au besoin en les finançant : par exemple l’image de l’institution à travers la presse (ou les sondages)42, l’analyse des manuels, programmes et méthodes d’enseignement dans le secteur, les aspects juridiques, l’étude des crédits budgétaires sur cinquante ans, etc. ; ces études approfondies – qui souvent ne peuvent être l’objet de travaux universitaires – doivent être confiés à des centres de recherche.
  4. Il faut lancer des recueils de notices biographiques sur les notables ou les personnalités du secteur (ainsi a-t-on publié un Dictionnaire des inspecteurs généraux de l’instruction publique)43 : c’est un travail difficile, lent, minutieux, mais qui aide beaucoup les historiens dans leurs recherches : tout « secteur » devrait avoir son recueil de notices biographiques44.
  5. Il est nécessaire aussi de publier des recueils de textes par thèmes (ou pour une région ou même pour une personnalité pionnière) ; la publication de documents oblige l’historien à un regard nouveau, il doit saisir les multiples facettes d’un sujet, confronter les multiples sources, également commenter le texte45 ; la méthode a été appliquée avec succès par le P. Bonnet pour la sidérurgie lorraine, mais elle peut être étendue à bien d’autres secteurs historiques46 ; en histoire de l’art, traditionnellement on publie de volumineux recueils de textes, telle la Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome47, mais, on ne sait pourquoi, les autres secteurs d’histoire (sauf l’histoire diplomatique) ne pratiquent guère cette méthode féconde, et, il faut bien le dire, la durée de vie de ces travaux est très longue – mais l’idée en est mal vue en histoire contemporaine, alors que le recueil de textes oblige à ne pas raisonner tout à fait de la même façon en histoire.
  6. Il faut établir une liaison entre les chercheurs par une revue ou un bulletin, qui permette : 1. de donner la liste des travaux en cours, ou des travaux qui viennent d’être publiés (notamment pour les mémoires ou thèses non publiées), 2. également de donner des listes de chercheurs (avec leurs centres d’intérêt)48 3. de publier des notes de méthode ou des « orientations de recherche »49, qui, par la force des choses, comportent un certain arbitraire, mais qui économisent beaucoup de temps de chercheur et peuvent être très utiles au départ d’une « discipline » (mais l’on n’aime pas généralement rédiger des notes de méthode). Cette revue ou ce bulletin coûte beaucoup de peine et de temps, mais il n’y a guère moyen d’y échapper, et une « discipline » qui n’a pas de politique de communication se condamne à terme50.

13Examinons maintenant les problèmes d’administration de la discipline : quelles sont les priorités ?

  • 51 C’est la solution adoptée par le Comité pour l’histoire économique et financière du Minist (...)

14Premièrement : chaque « secteur » a son organisation, son rythme, ses habitudes de travail. Mais il existe des problèmes communs. Pour développer la recherche dans un secteur, il faut un secrétariat plein temps, avec si besoin, un secrétaire scientifique chargé d’organiser les colloques, de diriger la revue, de renseigner les chercheurs et de « contrôler » les projets prioritaires51. Ce secrétariat est placé près du Comité ou du bureau de l’association.

15Deuxièmement : pour prolonger l’action de ce Comité, ou de cette association, il faut :

  1. disposer de moyens financiers suffisants pour financer des efforts de recherche : donner des bourses de recherche à des étudiants de maîtrise et de doctorat, d’un montant suffisant (de 5.000 f à 30.000 f par exemple suivant l’intérêt et la durée du travail), peut être un bon moyen pour susciter des travaux de première main (c’est la méthode appliquée par l’Association pour l’histoire de l’électricité).
  2. chercher à former des chercheurs non universitaires, notamment dans le domaine technique ou scientifique, en initiant aux méthodes de la recherche historique des cadres ou des ingénieurs de haut niveau qui sont à la retraite ou vont partir à la retraite : c’est là une méthode qui mérite d’être expérimentée (sous la forme de séminaires de 60 ou 80 heures, qui peuvent être regroupés en sessions)52. Ce problème de la formation de chercheurs qui ont pour eux l’âge, l’expérience et la connaissance intime du secteur, nous paraît prioritaire53 ; elle sera indispensable dans 10 ou 15 ans, et il convient d’y réfléchir dès maintenant, car il est vraisemblable que l’historien universitaire répugnera de plus en plus aux « histoires » qui exigent des connaissances techniques (il est plus facile d’initier un expert-comptable expérimenté aux méthodes historiques qu’un jeune historien aux subtilités de la comptabilité analytique d’autrefois...).
  3. créer des comités régionaux54 regroupant les universitaires, les représentants locaux du « secteur », les sociétés savantes et les institutions culturelles (archives, bibliothèques) : c’est une solution qui permet d’échapper à une vue trop parisienne des problèmes et de susciter des études locales approfondies (parfois avec l’exploitation d’archives privées)55 : développer l’histoire locale dans le secteur considéré est parfois très rentable56. Ces comités régionaux peuvent eux aussi tenir des journées d’études et avoir un bulletin propre.

16Troisièmement : il faut aussi créer des mécanismes d’évaluation ou de révision : quand on lance un programme de recherches de ce type, on peut commettre des erreurs d’appréciation, subir des échecs (tel projet ne peut être mené à bien) : il faut par suite :

  • suivre les chercheurs, les regrouper périodiquement afin d’évaluer leurs besoins, d’analyser l’évolution de leurs centres d’intérêt, de leurs méthodes, et de saisir leurs problèmes (par exemple en matière d’accès aux documents...),
  • former tous les 3 ou 4 ans un comité d’évaluation chargé de réviser les objectifs, et l’allocation des moyens (il faut savoir interrompre une recherche)57,
  • suivre l’évaluation de la discipline à l’étranger (l’organisation de journées d’études ou colloques européens permet de bien saisir la position française),
  • chercher à expliquer les échecs, et à évaluer « ce qui se passe bien »,
  • tirer des conclusions pratiques des colloques (par exemple sur les créneaux de recherche à développer, les sources documentaires à protéger, etc.).

17Faire le point est une nécessité et le cadre annuel (tel celui du vote d’un budget de recherche) ne permet guère, quand il s’agit de projets à long terme, de procéder aux évaluations nécessaires (qui supposent le recours à des experts). Il faut savoir « remodeler » au bon moment une revue, lancer à temps des études préparatoires à une banque de données, changer de « chef de projet »...

18Quatrièmement : on oublie, trop souvent, en cherchant à développer une discipline, le public, ou les publics qu’on veut atteindre à côté du grand public et du public des « historiens » (qui lui-même recouvre des groupes très divers : il y a les généralistes, les « spécialistes » du secteur, les juristes, les « historiens locaux ») ; on ne doit pas oublier qu’il existe des publics spécialisés qui sont des praticiens du secteur (administrateurs, ingénieurs) mais aussi des agents de tous niveaux : chaque histoire sectorielle (l’exemple de l’histoire des télécommunications le montre bien) a un aspect « formation professionnelle » qu’on ne peut sous-estimer ; cette histoire peut développer l’esprit de corps, être utile pour « apprendre le métier ». Mais il faudrait pouvoir disposer, dans le cas de chaque « discipline », d’analyses de ces différents publics, et de leurs besoins, de leurs attentes, de leurs motivations, de leur degré de sensibilité au passé – ce qui permettrait sans doute de mieux orienter parfois les programmes de publications, et d’établir, à partir de travaux érudits, des versions « grand public » ou « public professionnel » (le cas de l’histoire de l’électricité le montre bien : l’histoire proprement scientifique de l’électricité ne convient qu’à un public très spécialisé).

19Cinquièmement : insistons sur un point : au bout de quelques années il faut obliger un historien, ou un expert, à faire un cours sur le sujet dans son ensemble, c’est-à-dire à faire l’effort de synthèse nécessaire, à dégager les grandes lignes. Pour des histoires « techniques » ou « difficiles » (par exemple l’histoire de l’électricité, ou l’histoire de la comptabilité aux xixe et xxe siècles, ou l’histoire de l’informatique), il faut des cours : là où il n’y a pas de cours de haut niveau, il n’y a pas « transmission du savoir » (même s’il y a publications) ; le cours est le point de développement obligé d’une discipline...

20On voit bien notre méthode de raisonnement : si l’on veut développer l’histoire d’un secteur – quel qu’il soit –, il faut élaborer un programme d’action sur 10 ou 20 ans, et remplir les cases successivement ; on doit travailler sur la longue durée (nous aurons des « successeurs », et le doyen Renouvin disait toujours qu’il fallait se placer au point de vue de l’historien de 2070 ou 2080). Bien évidemment de tels programmes sont jugés trop ambitieux, irréalistes, mais beaucoup d’actions supposent non de l’argent, mais de la volonté et du zèle. Il s’agit d’investir dans un secteur, ce qui suppose une accumulation d’efforts partiels : sur vingt actions ou projets lancés, certains, cinq ou six, échoueront – faute de « patron » valable ou de « ciblage » intelligent –, mais on ne peut le prévoir à l’avance : il faut avant tout savoir ce que l’on veut. L’effort doit être étalé sur 10-20 ans (et il faut vingt ans au moins pour changer un état d’esprit défavorable, surmonter les réticences : en 1987 on travaille pour 2017, il faut en être conscient), et on doit prévoir le rythme qu’on entend donner au développement de la discipline, fixer clairement les priorités, pour obtenir les concours nécessaires (la question financière ne peut être négligée) ; il faut avoir un programme cohérent, des objectifs clairement définis (on est obligé de raisonner comme les « bailleurs de fonds ») et garder tenacement le même cap (les résultats n’apparaissent que lentement). Gérer un système de recherche de ce genre suppose de la continuité, du temps, une vision nette de l’histoire rêvée, le flair de ce qui est « important », beaucoup de prudence (les décisions prises ont des conséquences à 5 ou 10 ans) : ce n’est pas un métier simple...

Notes

1 Il faut dès maintenant commencer à faire l’histoire des débuts de l’informatique (et du traitement automatique des données), ce qui touche à l’histoire industrielle, à l’histoire scientifique (et à l’histoire de la diffusion des innovations), à l’histoire sociale, à l’histoire des mentalités, à l’histoire administrative, à l’histoire locale (il existe une histoire locale de l’informatique : quels ont été les premiers appareils utilisés dans tel département et pour quelles institutions ?), à l’histoire des mentalités (les résistances psychologiques, les conflits de générations), à l’histoire de l’enseignement, à l’histoire du temps (la perception du futur proche), etc. : c’est une histoire très interdisciplinaire, et il est temps de commencer à protéger les sources et à collecter des archives orales... C’est là un bon exemple de ces histoires « sectorielles » à développer.

2 Le Commissariat à l’énergie atomique commence à se préoccuper à faire l’histoire des quarantes dernières années, mais une partie des archives sont couvertes par le secret-défense (infra, p. 523).

3 Les historiens admettent mal ce vocabulaire économique ou administratif : qu’est-ce qu’un investissement intellectuel ? Cependant, quand on examine par le menu le développement de la recherche historique dans les années 1830-1860, on s’aperçoit qu’il y avait des programmes très cohérents et des investissements étalés dans le temps.

4 Nous songeons aux actions entreprises par les différents comités d’histoire formés par les ministères (depuis la création en 1973 par Pierre Laroque du Comité d’histoire de la Sécurité Sociale), supra, p. 73, et G. Thuillier et J. Tulard, Les écoles historiques, 1990, p. 112-114.

5 La notion de priorité est toujours mal acceptée en matière de recherche et très souvent les historiens comme les praticiens sont indifférents aux problèmes posés par la collecte d’archives, ou la bibliographie, ou la création d’archives orales.

6 On peut prendre pour exemple la Bibliographie pour servir à l’histoire de la Sécurité sociale, de l’assistance et de la mutualité par Nadine Dada (Fondation nationale des Sciences politiques et Association pour l’histoire de la Sécurité sociale, t. I, 2 volumes, 786 pages, 1980-1981) qui est une bibliographie rétrospective (donnant la cote des ouvrages à la Bibliothèque nationale).

7 C’est ce qui a été fait pour les revues concernant l’éducation : P. Caspard-Karydis, A. Chambon, G. Fraisse, D. Poindron, La presse d’éducation et d’enseignement xviiie siècle-1940. Répertoire analytique (INRP et CNRS).

8 Pour l’histoire de la Sécurité Sociale, la Bibliographie précitée comporte un tome II (246 pages) établi par Mme Proutière, concernant le dépouillement d’une quarantaine de revues sociales jusqu’en 1944.

9 C’est ce qu’avait entrepris le Comité d’histoire de la Sécurité sociale avec l’aide de la Fondation nationale des Sciences politiques : cette bibliographie des Travaux parlementaires et actes de l’autorité publique (1789-1981) avec classement thématique par période, comprend 7 volumes (1984-1987) ; elle est beaucoup plus fiable que les tables des travaux parlementaires.

10 Citons, en ce domaine, de Jean-Noël Luc, La statistique de l’enseignement primaire, xixe-xxe siècles. Politique et mode d’emploi (Economica et INRP, 1985, 242 p.) : c’est un exemple qu’il conviendrait d’imiter.

11 Mme D. Schnapper a entrepris ainsi une étude sur les sondages concernant la Sécurité sociale de 1945 à 1982 (La révolution invisible, 1989).

12 La Bibliographie pour servir à l’histoire de la Sécurité Sociale a été commencée en 1975, la publication s’est achevée en 1987.

13 L’indexation de ces bibliographies est souvent un casse-tête : or le chercheur a besoin d’index analytique et d’index des noms d’auteurs et de lieux les plus complets possibles.

14 Il faut pousser très loin l’analyse d’un ouvrage (compte tenu des besoins du chercheur on ne peut se contenter d’une simple table des matières). Tout dépendra des consignes données aux analystes, et de l’évaluation des besoins des chercheurs du « secteur » (par exemple, il faut faire un sort particulier aux documents répétitifs de type annuaires, rapports de Conseil supérieur). Une réflexion doit être entreprise sur le degré de finesse de l’indexation (un livre important peut avoir plusieurs centaines d’entrées – mais il faut surtout des références utiles). Pour un exemple de réflexion, cf. Tramer, « À propos des réalisations d’un index bibliographique en histoire de l’art », HAMI (Histoire de l’Art et moyens informatiques), n° 15, 15 mars 1984, p. 4-12.

15 N’oublions pas l’intérêt d’une banque : 1° elle oblige à étudier les besoins réels des chercheurs : 2° une banque de données bien conçue est chose durable (50 ans et plus suivant les experts), c’est-à-dire que les données indexées aujourd’hui pourront être exploitées encore dans 50 ans, ce qui vaut bien d’entrer dans un certain détail ; c’est un investissement durable : concevoir une banque de données oblige à étudier les rapports avec les « disciplines » voisines (infra, p. 327).

16 On se reportera à Pierre Renouvin, « Les récents développements de la politique d’archives », Mélanges offerts à Ch. H. Pouthas, 1973, p. 33-43, et à notre étude, « Pour une prospective de l’histoire », Revue historique, juillet 1973, p. 119-130, infra, p. 533.

17 Le hasard des déménagements, l’insuffisante attention accordée à la protection des papiers, la suppression des bureaux d’ordre d’autrefois, l’indifférence générale – notamment dans les ministères « économiques » et « sociaux » – à ce genre de problèmes (notamment pour la protection et la collecte des archives des services extérieurs, par exemple pour les services de l’inspection du travail, qui ont fort peu versé aux Archives départementales pour la période antérieure à 1970) ; personne n’ose trop s’interroger sur le degré de conservation des archives fiscales qui sont d’un volume considérable, et qui sont essentielles pour l’histoire sociale future (par exemple pour répondre à la question : qui ne paie pas l’impôt ?), cf. infra, p. 493.

18 Au ministère des Affaires étrangères, les archives de la direction qui gérait le plus de crédits, qui intéressaient principalement l’histoire culturelle, n’étaient pas collectées en 1980, par indifférence...

19 Ce n’est que depuis peu qu’on s’intéresse aux archives des cabinets ministériels qui avant 1980 n’étaient versées que par hasard (sur ce point, cf. P. Canavaggio, « Les archives des cabinets ministériels et leur collecte : problèmes et propositions », Gazette des archives, n° 119, 1982, p. 266-283).

20 Signalons l’instruction ministérielle du 15 juin 1982 qui a defini les modalités de l’échantillonnage pour les archives des caisses de Sécurité Sociale (Bulletin de liaison du Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 1983, n° 11, p. 91-98).

21 C’est la méthode qui avait (avec l’échantillonnage) été recommandée par le doyen Pierre Renouvin, dans les instructions du ministre de l’Education Nationale qu’il avait inspirées (circulaire 70-215 du 28 avril 1970 relative aux archives de l’enseignement BOEN, 14 mai 1970, p. 1617 à 1626). Ces instructions semblent malheureusement avoir été perdues de vue, même si elles continuent de figurer dans les recueils officiels (cf. Les archives des administrations, conseils pratiques, Ministre de l’Education nationale, service de la formation administrative, 1981, p. 80-88).

22 C’était la préoccupation du Doyen Pierre Renouvin qui déclarait en 1973, à propos des archives de la Sécurité sociale, qu’il fallait « déterminer quels étaient les documents qu’il pouvait y avoir intérêt à conserver pour l’avenir, afin de permettre aux historiens – dans 50 ou dans 100 ans – de comprendre ce que nous avons fait aujourd’hui. Sans doute penserez-vous : peut-être que ces préoccupations d’avenir ne sont pas essentielles ? Ce qui importe, c’est ce que nous faisons aujourd’hui. Non. Je crois qu’il faut tout de même que nous nous préoccupions de voir ce que l’avenir pensera de nous. On se demandera pourquoi en 1973, nous avons réagi de telle ou telle façon devant ces problèmes, et pourquoi nous avons pris telle solution qui paraîtrait peut-être, dans un siècle, abracadabrante. Si les archives sont bien conservées, elles permettront de comprendre pourquoi nos solutions ont été prises, et de constater que les hommes d’aujourahui n’ont pas travaillé à la légère. L’intelligence des questions fondamentales en sera facilitée. (...) Il faut donc faire un choix. Nous devons nous poser la question : « Quels sont les documents qui dans cinquante ans, ou dans un siècle auront de l’intérêt ? » Nous ne pouvons pas avoir sur ce point de certitude absolue. Mais nous pouvons établir des présomptions sérieuses » (Procès-verbal du Comité d’histoire de la Sécurité sociale, 9 novembre 1973). Or le problème se pose de la même façon pour toutes les archives « sectorielles », qui exigent des choix, donc des études préalables particulières.

23 Comme le déclarait Bergson : « Il faut un hasard heureux, une chance exceptionnelle pour que nous notions justement dans la réalité présente ce qui aura le plus d’intérêt pour l’historien à venir. Quand cet historien considérera notre présent à nous, il y cherchera souvent l’explication de son présent à lui et plus particulièrement ce que son présent contiendra de nouveauté. Nous ne pouvons en avoir aucune idée aujourd’hui, si ce doit être une création » (La pensée et le mouvant, p. 15).

24 Infra, p. 577.

25 Pour des exemples de ces archives périphériques, infra, p. 456-457, 490-491.

26 C’est là un des problème majeurs de l’archivistique contemporaine : pour un exemple des difficultés rencontrées, cf. Hélène Prax, « Les archives informatiques : une approche départementale et régionale », Revue d’informatique administrative, n° 3, janvier 1987, p. 6-12.

27 Le Service de l’histoire de l’éducation a publié ainsi un Guide du chercheur : Histoire de l’enseignement xixe-xxe siècles., sous la direction de Th. Charmasson (INRP, 1986) qui peut servir de modèle. Sur les problèmes soulevés par l’élaboration des guides, infra, p. 305.

28 Cf. supra, note 22. Il est évident que pour l’histoire de l’informatique ou l’histoire de la comptabilité, les besoins ne nous sont pas encore connus, compte tenu des mutations du système.

29 Cf. « Pour une histoire de la vie quotidienne », dans Pour une histoire du quotidien au xixe siècle..., 1977, p. 1-10 ; L’imaginaire quotidien au xixe siècle, 1985.

30 Par exemple, pour les Ponts et Chaussées, infra, p. 513.

31 Il faut donc une politique de sensibilisation des cadres administratifs, ce qui a été mené à bien à l’Education Nationale avec le concours des Archives de France.

32 Ce qui peut conduire, dans certains cas particuliers, à la constitution de dépôts d’archives de l’institution avec l’accord et sous le contrôle des Archives de France (ainsi pour les archives de la Sécurité sociale : l’UCANSS a décidé d’assurer la conservation des archives en constituant des dépôts régionaux, une expérience a eu lieu à Venissieux, Bulletin de liaison du Comité d’histoire de la Sécurité sociale, n° 11, p. 91-98, qui doit être étendue à d’autres régions).

33 Infra, p. 339.

34 On peut imaginer que d’ici peu chaque direction départementale des archives aura sa section « archives orales » : mais le mouvement se heurte à de fortes réticences.

35 L’interviewé ne dit pas tout à fait les mêmes choses s’il sait que son témoignage sera immédiatement exploité.

36 Pour un exemple significatif de ces interviews (utilisés immédiatement) cf. Nous les assistantes sociales, naissance d’une profession. Trente ans de souvenirs d’assistantes sociales françaises (1930-1960), présentés par Y. Kniebiehler, Aubier, 1980, 383 pages. Mais on peut imaginer que des enseignants, ou des médecins, donnent leur récit de vie complet aux archives, pour les historiens futurs – dans cinquante ans –. C’est là une autre méthode, qui permettrait de préserver notre patrimoine biographique.

37 Ce livre de poche a été complété par Histoire des télécommunications en France sous la direction de C. Bertho (Erès, 1984, 367 pages), destiné à un tout autre public.

38 Ce volume (1974) a été prolongé par d’autres monographies de grands corps : La Cour des comptes, Les Ponts et Chaussées, Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français.

39 L’électricité dans l’histoire. Problèmes et méthodes, Actes du colloque de l’Association pour l’histoire de l’électricité, 11-13 octobre 1983, PUF, 1985, 288 pages : même les rapports de l’électricité et de l’histoire littéraire, ou de l’histoire de l’art ou de l’histoire religieuse ou de l’histoire de la condition féminine, ont été évoqués dans ce volume. On trouve le même principe dans Histoire de l’administration française depuis 1900, Problèmes et méthodes, Droz, 1975, 120 pages (Actes du colloque organisé en 1972 par l’Institut français des sciences administratives et la IVe section de l’Ecole pratique des Hautes études).

40 C’est la solution adoptée par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale qui a organisé, au Congrès national des sociétés savantes, un colloque annuel.

41 La solution a été retenue par l’Institut français des Sciences administratives et la IVe section de l’École des Hautes études qui depuis 1972 organise chaque année une journée d’études au Conseil d’Etat sur des thèmes précis (les actes sont publiés chez Droz). 13 volumes ont été publiés.

42 Pour un exemple, D. Schnapper, La révolution invisible, 1989, sur l’image de la Sécurité sociale à travers les sondages et la presse.

43 I. Havelange, F. Huguet, B. Lebedeff, Les inspecteurs généraux de l’instruction publique. Dictionnaire biographique, 1802-1914 (INRP et CNRS, 1985) : ainsi le chercheur qui dépouille les notes d’inspection d’un professeur, peut connaître la biographie de l’inspecteur général.

44 Et meme dans certains secteurs, on devrait constituer des dossiers biographiques sur les personnalités à la retraite, ou même en exercice, avec leur aide.

45 Cf. infra, p. 327.

46 Signalons, par exemple, le recueil de textes officiels sur La petite enfance à l’école, xixe-xxe siècles, présentés et annotés par J.-N. Luc (INRP-Economica, 1982, 392 pages).

47 Cf. G. Brunel, et I. Julia, Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome, nouvelle série, 1984 (2 vol.) et « Les correspondances d’artistes », éditorial de la Revue de l’Art, n° 67, 1985, p. 4-6.

48 Ainsi Histoire de l’éducation donne de précieuses bibliographies annuelles et des répertoires de chercheurs ; le Bulletin d’histoire de l’électricité a publié des « Eléments de bibliographie » (F. Cardot, Bulletin, n° 5, p. 93-146), mais aussi des listes de thèmes à explorer et des listes de mémoires universitaires.

49 C’est la méthode utilisée depuis longtemps dans son Bulletin par le Comité des travaux historiques et scientifiques (section d’histoire moderne et contemporaine).

50 Supra, p. 89.

51 C’est la solution adoptée par le Comité pour l’histoire économique et financière du Ministère des finances en 1987.

52 Cette formule a été utilisée par Fabienne Cardot, secrétaire scientifique de l’Association pour l’histoire de l’électricité (trois séminaires ont eu lieu en 1984-1986), le bilan de ces efforts de formation est très positif.

53 La formule est rentable, car l’historien ainsi formé aura une activité de 15-20 ans et pourra transmettre un véritable savoir, cf. infra, p. 353.

54 Cette formule a été adoptée par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale qui a créé des comités en Lorraine, en Provence, en Alsace, dans le Nord, dans l’Ouest.

55 Cf. M. Magnien et G. Thuillier, « Histoire locale et histoire de l’électricité » dans L’électricité dans l’histoire, ouv. cité, p. 93-99.

56 On n’imagine pas de faire l’histoire de l’informatique sans chercher à développer l’histoire régionale ou départementale de l’informatique (quelles furent les étapes ? Comment forma-t-on le personnel ? Quelles furent les difficultés dans les secteurs pionniers ? Comment réagirent les syndicats ? etc.).

57 Supra, p. 83.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search