Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

III. Les méthodes

Introduction

Texte intégral

  • 1 On le voit bien pour les archives orales : en 1974 nous avions rédigé une note pour le Pré (...)
  • 2 Il n’y a pas encore eu de colloque de méthode qui permette de confronter les expériences, (...)
  • 3 Certaines des pages qui suivent ont été écrites en 1988 lors de la création du Comité pour (...)

1Dès qu’on cherche à développer un secteur de recherche, on entre dans une logique particulière, on est obligé d’appliquer des méthodes d’ingénierie, de créer des outils adaptés, de fixer des règles du jeu. Les Comités d’histoire des ministères ont été confrontés à des problèmes compliqués, inédits : il faut chercher à sauvegarder la mémoire des bureaucrates, fabriquer des archives (les archives orales), élaborer des bibliographies, des guides de recherche, des recueils de documents, former des chercheurs, fixer des programmes, c’est-à-dire qu’on est conduit à faire des investissements dont la rentabilité est à longue échéance (un guide de recherche peut exercer une influence sur vingt ou quarante ans, l’exemple du guide de Mlle Rambaud publié en 1955 le montre bien). Cette « doctrine » bouge nécessairement, en vingt ans on a beaucoup perfectionné les méthodes1, et des mutations importantes sont encore prévisibles. Mais en général on n’a de la gestion de ces « systèmes de recherche » qu’une connaissance assez floue2 ; nous avons cherché à en préciser quelques mécanismes, de façon très partielle3 ; on trouvera ici :

  • un exposé général : comment développer un système de recherche4 ?
  • des notes sur les outils : guides de recherche, notes de méthode, recueils de documents, banques de données bibliographiques, séminaires d’initiation ;
  • des notes sur la fabrication des sources : archives orales, récits autobiographiques ;
  • des réflexions sur la sauvegarde de la mémoire des ministères, la gestion (et l’audit) des systèmes de recherche.

Notes

1 On le voit bien pour les archives orales : en 1974 nous avions rédigé une note pour le Président Pierre Laroque, qui a permis de lancer une collecte d’archives orales auprès des anciens de la Sécurité sociale (elle a été publiée dans la Gazette des Archives, 1976, p. 28-32). Il était impossible de prévoir alors le développement que prendrait cette technique, notamment sous l’impulsion de Mme Florence Descamps.

2 Il n’y a pas encore eu de colloque de méthode qui permette de confronter les expériences, de montrer les innovations et de définir les règles du jeu.

3 Certaines des pages qui suivent ont été écrites en 1988 lors de la création du Comité pour l’histoire économique et financière afin de préciser le programme de travail.

4 Cette note (publiée dans Mouvement social en 1988) a servi en 1987 à définir les objectifs du Comité pour l’histoire économique et financière qui venait d’être créé.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search