Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

II. Les pièges

Introduction

Texte intégral

  • 1 Il y a d’autres histoires qu’il faudra bien un jour explorer : l’histoire de la coutume de (...)
  • 2 Cf. « La difficulté », dans L’histoire entre le rêve et la raison, 1998, p. 596-605.
  • 3 Infra, p. 350.

1L’histoire de la bureaucratie est une histoire piégée, il faut avoir bien conscience des pièges, et les déceler à temps. Dès qu’on veut aborder la bureaucratie dans ses principes, on s’aperçoit des obstacles qu’on doit surmonter : étudier le temps de l’administrateur, faire l’histoire d’une crise, discerner les contre-pouvoirs, montrer l’importance des erreurs, expliquer le rôle des personnalités, ce sont des explorations fécondes, mais les chausse-trappes sont nombreuses ; on veut étudier ce qui est « le plus important », mais on est souvent obligé de battre en retraite, faute de sources fiables, de méthodes assurées, on s’est aventuré trop loin. Et pourtant – l’expérience de l’administrateur le montre bien –, ce sont là des réalités importantes, qui échappent parfois à l’observation (la science administrative les ignore volontiers). Mais l’historien doit élargir son questionnaire, il faut qu’il se lance dans des histoires neuves, par exemple celles des projeteurs, des techniques de contrôle, des modes d’écriture (et il faudrait aborder bien d’autres histoires laissées à l’abandon : l’histoire de la hiérarchie et de ses rites, l’histoire de la prudence administrative, l’histoire de l’ambition, ...)1 : l’historien ne peut se contenter d’une histoire lisse, mécanique, épurée, aseptisée, il doit construire ses difficultés2, tenir compte du vécu de l’administrateur (les archives orales, les récits de vie, nous le verrons3, l’incitent à aller beaucoup plus loin dans l’exploration de l’imaginaire bureaucratique).

  • 4 Sur ces règles du jeu, cf. La morale de l’historien (avec Jean Tulard), 1995.

2Cette histoire exige beaucoup de l’historien, elle lui impose des devoirs de rigueur, d’honnêteté, d’impartialité qui sont peut-être plus stricts que dans d’autres disciplines4 – et nous voudrions rappeler ici les qualités particulières imposées par cette histoire difficile, ingrate : la prudence (qui rejoint la prudence de l’administrateur), le courage, la flexibilité, le flair de l’erreur « probable », la capacité de douter, le goût d’entreprendre, de créer. Peut-être mettons-nous trop haut ces exigences, qui touchent à la morale de l’historien, mais nous croyons qu’il vaut mieux en parler, afin d’éviter des erreurs d’orientation et des faiblesses doctrinales : l’histoire de la bureaucratie demande un certain vouloir-vouloir, une certaine expérience de la vie, il ne s’agit nullement d’accumuler des fiches, de mettre ses pas dans les pas d’autrui, de répéter la leçon du maître et de dire : « Le maître l’a dit ».

Notes

1 Il y a d’autres histoires qu’il faudra bien un jour explorer : l’histoire de la coutume des carrières, l’histoire des intrigues, l’histoire des rumeurs, l’histoire de la délation, l’histoire des échecs, l’histoire de la souffrance administrative.

2 Cf. « La difficulté », dans L’histoire entre le rêve et la raison, 1998, p. 596-605.

3 Infra, p. 350.

4 Sur ces règles du jeu, cf. La morale de l’historien (avec Jean Tulard), 1995.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search